Dossier : Le mystérieux manuscrit Voynich

Dossier : Le mystérieux manuscrit Voynich

Le mystérieux manuscrit Voynich

voynich-manuscript2.jpg

Le manuscrit Voynich apparaît le 19 août 1666, lorsque le recteur de l'Université de Prague, Joannes Marcus Marci, l'envoie au célèbre jésuite Athanase Kircher qui était entre autres choses spécialiste de cryptographie. Il se présente comme un octavo de 15 cm sur 27, la couverture manque et selon la pagination, vingt-huit pages sont perdues. Le texte est enluminé de bleu, de jaune, de rouge, de brun et de vert. Les dessins représentent des femmes nues de petite taille, des diagrammes (astronomiques ?) et environ quatre cents plantes imaginaires.

http://www.apprendre-en-ligne.net/crypto/mystere/voynich.html

http://fr.scribd.com/doc/174315998/Voynich-manuscript

voynich-schaefer-big.jpg

" Le manuscrit de Voynich est un livre ancien écrit à l'aide d'un alphabet inconnu, et dont le sujet reste également un mystère. Son contenu n'a pour l'instant pas été déchiffré. Selon les estimations les plus couramment admises, il aurait été écrit entre 1450 et 1520.

Le livre tire son nom d'un de ses anciens propriétaires, Wilfrid M. Voynich, qui l'acquit en 1912 auprès des Jésuites de Frascati, une ville près de Rome. En 1962, Hans Kraus fait une description du manuscrit sur son catalogue de vente.

Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Beinecke de l’université Yale. D'après les travaux récents de Gordon Rugg, il pourrait s'agir d'une supercherie. Le mystère demeure entier quant à la nature exacte de ce manuscrit puisque les thèses les plus diverses s'affrontent.

L'intégralité du manuscrit a été publiée pour la première fois par un éditeur français, Jean-Claude Gawsewitch, en octobre 2005, afin que le grand public puisse enfin avoir accès tant au mystérieux texte qu'aux énigmatiques images. "

http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuscrit_de_Voynich

voynich-roots.jpg

" la plupart des chercheurs croient que le VMS est un texte crypté. Comme le chercheur américain Newbold a confondu la syllabe "an" avec la syllabe "mi", il a lu de travers "michiton oladabas multos te tccr cerc portas" et en avait conclu que c'était une phrase latine "michi dabas multas portas" à laquelle il donnait la signification : "tu m'as donné beaucoup de portes". C'est pourquoi Newbold était sûr que le texte était crypté. "

http://perso.orange.fr/initial.bipedalism/26b.htm#2b

Une nouvelle interprétation plus originale fait abstraction des dessins de plantes et autres problèmes de cryptologie et prend comme piste une langue ancienne sans caractère de ponctuation et faisant référence a un passé révolu de l'histoire humaine ; celui ou les dieux visitaient la terre et repartaient.; cette idée très Von Daniken ou Sitchin dans l'essence est appuyée par des indices intéressants en particulier :

Révélations sur le manuscrit de Voynich

par Erhard LANDMANN
Traduction de François de SARRE

Le 17 décembre 2005 paraissait dans la "Frankfurter Allgemeine Zeitung", ainsi que dans d'autres journaux, un article sur ce qu'on appelle le Manuscrit de Voynich. Bien que je m'occupe d'études comparées des langues depuis 40 ans, et depuis 30 ans des écritures hiéroglyphiques en particulier, et que j'aie consacré tout un livre à leur déchiffrement ( "Weltbilderschütterung - die richtige Entzifferung der Hieroglyphenschriften" = Bouleversement dans l'image du monde - le vrai déchiffrement des écritures hiéroglyphiques ), je n'avais alors pas encore entendu parler du Manuscrit de Voynich. Pour moi il était clair - c'est ce que je montre dans mon livre - que nos égyptologues et autres archéologues, spécialistes des Assyriens ou des Mayas, n'ont jamais su lire le moindre mot de façon correcte sur les inscriptions et représentations anciennes. Bien évidemment un tel livre, publié voici 14 ans déjà, a été complètement ignoré des médias. On ne lui a guère prêté attention.

Comme l'article dans la Frankfurter Allgemeine avait été écrit de façon présomptueuse et négligée par un journaliste qui n'y connaissait rien ( titre : "Enfin un remède efficace contre la migraine" ), et que j'avais encore bien des sujets d'études en cours à traiter, j'avais alors pensé que ce vieux manuscrit n'était vraiment pas si intéressant que cela, et je l'oubliai. Mais peu de jours plus tard, je reçus une carte de vœux de Noël d'un monsieur du Baden-Würtemberg, que je ne connaissais pas alors, et qui venait juste d'acquérir mon livre. Il en avait été très enthousiasmé et avait joint à son envoi la copie d'une page extraite du Manuscrit de Voynich, publiée par un autre journal que celui de Francfort. Je n'avais à l'époque pas de connexion Internet, mais pouvais me brancher sur le net pendant trois heures, une fois par semaine dans un club de seniors. C'est ce que je fis dans les semaines qui suivirent, et je pus enfin m'occuper du Manuscrit de Voynich. D'après ce que je savais, il était écrit dans une langue inconnue au moyen d'une écriture également inconnue.

La plupart des gens en Allemagne ont chez eux un "Duden" ( l'équivalent du "Larousse" français ), ce qui leur permet de vérifier la bonne orthographe d'un mot. Ce Monsieur Duden fut l'un des premiers à vouloir donner à chaque mot une orthographe fixe et définitive. Toute personne qui s'occupe d'inscriptions anciennes sait qu'il n'y avait alors pas d'orthographe réglementée. Un mot, comme "aufsteigen" ( monter ) en allemand, pouvait s'écrire au sein d'un même texte : "ufstic", "uff stig", "ufsteic", "up stic", "ufstich", ou même d'autres variantes. Comme on le voit, il n'y avait également pas de frontières bien définies aux mots. C'est extrêmement important de faire ici cette remarque. Les mots pouvaient être découpés de manière différente ! C'est quelque chose qu'oublient tous nos chercheurs de l'Antiquité, les spécialistes des langues anciennes, les archéologues sans bonnes connaissances linguistiques, pourtant déchiffreurs autoproclamés.

Cette réalité d'une lecture faisant intervenir des parties de mots de part et d'autre de l'espace entre eux, avec une lettre qui doit se lire avec le mot qui suit, ou un groupe de lettres qui concerne le mot d'avant, caractérise non seulement le Manuscrit de Voynich, mais également tous les textes mayas, aztèques, voire les textes latins - et c'est d'une extrême importance.

Cela fait 20 ans que je lis ces textes en débordant d'un mot sur l'autre, et ce que je découvre, ce sont invariablement des textes en vieil allemand, ou plus précisément en "E li diutic spraha", c'est-à-dire dans la langue elidiutique, celle du dieu E li.

Un manuscrit viennois du Mondsee affirme déjà que cette langue elidiutique, qui s'est au mieux préservée en ( vieil ) allemand, dans les langues mayas et aztèques, dans l'ancienne langue de l'île de Pâques et des Maoris, ainsi que dans d'autres langages "exotiques", fut non seulement la langue-mère sur Terre, mais également celle de l'Univers tout entier. C'est cette langue de Dieu et du Cosmos que l'on cherche maintenant de façon délibérée à éradiquer par le déferlement de pseudo-anglicismes et d'un anglais dévoyé issu du charabia américain.

L'Internet déborde littéralement d'articles sur le Manuscrit de Voynich ( VMS ). C'est là que se mêlent dans une cohue joyeuse les véritables scientifiques et les pseudo-scientifiques, les cryptoanalystes, les doux-dingues religieux et bien sûr tout l'éventail des chercheurs ésotériques, sans oublier les sceptiques qui sont toujours là pour manifester du scepticisme. Ces gens qui se croient obliger de douter de tout sont bien ce qu'il y a de plus bête au monde. Ils essayent par tous les moyens de nier phénomènes et la réalité des choses, et ils n'en discutent même plus sous des arguments fallacieux ou imbéciles.

Pour les sceptiques, le VMS n'est naturellement qu'une blague, une imposture, ou ce qu'on appelle un "hoax", car c'est d'après eux sans doute du pseudo-anglais. A côté de ceux-ci, on trouve ceux qui recopient tout sans esprit critique, comme il y en a beaucoup dans les cercles de linguistes et dans les sciences humaines. On attribue sans fondement le VMS au savant anglais Roger Bacon, et c'est ce que croient jusqu'à maintenant une majorité d'auteurs, même s'ils savent que l'Américain Currier avait établi que 7 à 8 scribes s'étaient succédés dans la rédaction de l'ouvrage. Je ne sais pas s'il y en avait vraiment eu autant, en tout cas ils ont été plusieurs.

On a supposé toutes les langues possibles, même certaines qui n'ont jamais existé. Cela va du mongol au nabatéen. Par exemple, on pensait lire ( du fait d'un mauvais ordre des lettres ) le mot "oladabas", on l'a comparé à "olazabal" et l'on a tenu le VMS pour catalan. Mais "olazabel" est du basque, donc on a parié ensuite sur l'occitan et le provençal.

Mais la plupart des chercheurs croient que le VMS est un texte crypté. Comme le chercheur américain Newbold a confondu la syllabe "an" avec la syllabe "mi", il a lu de travers "michiton oladabas multos te tccr cerc portas" et en avait conclu que c'était une phrase latine "michi dabas multas portas" à laquelle il donnait la signification : "tu m'as donné beaucoup de portes". C'est pourquoi Newbold était sûr que le texte était crypté.

Tous les programmes possibles d'ordinateur, les recherches statistiques et mathématiques, les lois de Zipf, les méthodes cryptologiques des services secrets, ont été mis en œuvre. Mais à quoi servent la meilleure méthode, l'ordinateur le plus puissant, le programme le plus raffiné, quand on on utilise des données absurdes ? Déjà quand je travaillais dans les années 70, au début de l'ère informatique, chez un fabricant d'ordinateurs, on disait : « Si l'on rentre quelque chose d'absurde, il en sort également de l'absurde ». C'est comme si vous recherchez un œuf de Pâques que personne n'a caché. Essayez de décrypter un texte qui n'a pas été crypté ! Comme la lecture d'un texte se résume à un problème de langue, je ne peux l'aborder qu'en recherchant des solutions linguistiques, et en donnant des réponses linguistiques en conséquence. J'ai également entendu dire que la National Security Agency ( NSA ), autrement dit le puissant "Big Brother" qui écoute nos communications téléphoniques à travers le monde et qui prépare les actions de la CIA, avait essayé depuis sa fondation à la fin de la 2ème guerre mondiale, de déchiffrer le VMS. Mais elle a échoué, malgré ses puissants moyens technologiques et financiers, dans cette tâche relativement simple. Cela m'a bien tranquillisé. Même ces gens ne sont pas tout-puissants. Et de toute façon pas très intelligents !

f73v.jpg

Après que j'eus lu une douzaine d'articles la plupart du temps assez absurdes sur le VMS, en 7 ou 8 langues, pour me faire une idée globale, je trouvai enfin sur l'un de ceux-ci les adresses Internet qui allaient me permettre de consulter le manuscrit lui-même. Quand j'eus fait des copies et que je les parcouru, j'éclatais presque de rires. L'écriture "inconnue" dans une langue "inconnue" était rédigée dans un alphabet "latin" assez normal complété par quelques caractères vieux-allemands. Ainsi la lettre "h" en liaison avec le "t" dans "th" s'écrivait toujours de façon latine, alors que quand elle était seule ou avec un "ch", c'était comme en vieil-allemand. Bien sûr, j'avoue que l'écriture est très "cochonne" et tarabiscotée, comme si cela avait été fait à la hâte. C'est effectivement très difficile à lire.

De plus, c'est parsemé de ligatures. Ce sont des ensembles de lettres liées, comme en sténographie. La plupart des articles en anglais sur le VMS parlent de "gallows", c'est-à-dire de potences. Par chance, 95 % ou plus de ces ligatures sont toujours les deux mêmes : "qot" et "pot", en allemand "Gott" ( dieu ) et "Bote" ( messager ), en vieil-allemand : "poto", "boto", "podo" et "bodo". Mais cela ne signifie pas toujours ces deux mots, mais selon les lettres qui précèdent ou qui suivent, la combinaison des lettres "q", "o" et "t", ou "p", "o" et "t". Il faut remarquer que ces lettres peuvent appartenir à deux mots différents qui se suivent, car le Manuscrit de Voynich doit se lire de façon continue, c'est-à-dire que la fin d'un mot peut se rattacher au suivant. On a fait des tentatives de reconstitution de "l'alphabet Voynich", mais la plupart ne mettent dans l'ordre que 4, 6 ou 8 lettres de façon exacte.

Ce qui m'a tout de suite frappé, c'est une lettre que je connaissais des anciennes écritures mayas, comme dans les "Annales de Cakquiquel". Elle ressemble au chiffre 4 et se prononce comme "g, k, q". Les gens qui ont fait des statistiques sur les lettres du VMS ont remarqué que cette lettre revient 1296 fois sur quelques pages seulement. La plupart du temps, c'est la première lettre d'un mot. Quelle est l'explication linguistique de cela ? Ils s'étonnaient aussi de ce que le même mot pouvait être répété deux fois, voire trois ou quatre fois de suite. Quelle en est l'explication ? Même si l'on attribue le manuscrit à l'Anglais Bacon, on s'étonne de ce qu'il n'y a dans le VMS que peu de mots d'une ou deux lettres, qui sont si fréquents dans la langue anglaise, comme I, a, at, am, be, of, it, me , my, to, etc.

Pourquoi donc les mêmes mots peuvent-ils se suivre dans un texte ? Par exemple, quand il y a des signes de ponctuation entre eux. Quand la phrase précédente finit avec un mot, et que la suivante continue avec le même mot.

Comme dans la plupart des écritures anciennes, le VMS n'a pas de signes de ponctuation. C'est pourquoi les mêmes mots peuvent se trouver à la suite. Comme explique-t-on la fréquence des lettres "g, q, k-" en début de mot ? Je disais déjà plus haut que les textes anciens ne connaissaient pas de règles orthographiques fixées, avant que Monsieur Duden n'institue cette pratique. Les rédacteurs du VMS ont cependant essayé quelque chose de similaire. Pas comme Duden qui attribuait à chaque corps de mot une seule orthographe, mais en introduisant une forme fixe et rigide pour le début des mots. Prenons comme exemple le mot "gah", "gaho" = vite, qui peut s'écrire "gah, gach, gaho, gacho, cah, caho, cach, chach". Tous les mots commencent soit par une voyelle ( a, e, i, o , u ) soit par le son "g, k, q" qui vaut aussi pour "c" et "ch". On peut remarquer qu'en vieil-allemand la lettre "c" se prononce aussi "s" ou "ch". Devant un "t", le "c" donne le son "st".

Ainsi nous avons dans le VMS seulement des mots qui commencent par a, e, i, o, u, gh ( le son "k" ), g, c ou ch. Le son "ch" est une forme vieille-allemande et ressemble au chiffre 8. Les exceptions sont les ligatures et la combinaison de lettres "th", quand elle est au début d'un paragraphe ou d'une ligne. Newbold a donc tort quand il lit le mot "michiton". Dans le Manuscrit Voynich, il n'y a aucun mot qui commence par un "m". La seule exception est constituée par les noms de mois qui apparaissent sur certaines pages.

f71r.jpg

La dernière page du VMS forme quelque chose à part. Cette page est sans conteste l'œuvre d'un rédacteur qui signe ici son unique contribution, ce n'est pas la peine d'être un expert en écritures pour l'affirmer. Ce rédacteur utilise des caractères qui n'apparaissent nulle part ailleurs dans le manuscrit. On trouve par exemple le "s" long du vieil-allemand, le "g" n'est pas celui du reste du manuscrit à la forme de 4 ( une fois seulement ) et le son "k" n'est pas orthographié "qh" mais "q", le "h" a une forme spéciale, le "f" est un "p" avec une barre transversale en dessous, comme en cyrillique, et on a un "b" au lieu du "p" dans "bach" ( "en arrière" ) comme presque partout dans le reste du manuscrit.

On coupe donc chaque mot de façon à ce qu'il commence avec l'une des lettres que nous venons de nommer. La phrase qui suit, que j'ai reconstituée, contient tous les indices qui montrent comment il faut lire le manuscrit de Voynich. "Ohne Wort ging er fort an den Orte dort im Norden" [ "sans dire un mot il s'en alla vers le lieu au nord" ]. Dans le VMS, cette phrase s'écrirait ainsi : "Ohn ew ort gin gerf ort and en ort ed ort imn ort en".

Il y a cependant 5 ou 6 endroits dans le manuscrit où cette règle semble avoir été transgressée, mais cela doit provenir de l'écriture rapide et bâclée, on a laissé plus d'espace dans le mot.

Avant que j'en vienne à étudier des parties du contenu du VMS, je dois mettre quelque chose au point. L'Internet est rempli d'exposés écrits par des ésotériques de droite et des idéologistes, qui traitent des disques volants des nazis et de leurs contacts supposés avec des extraterrestres venus du système solaire d'Aldébaran. Cela a fait réagir par contrecoup les idéologistes de gauche qui de manière basique rejettent toute allusion à des extraterrestres, et dénigrent ces gens comme "ésotériques de droite" ou "néonazis".

Je ne me suis pas préoccupé de ces exposés. Comme le contenu du VMS ( ainsi que beaucoup de textes anciens des Mayas, Aztèques, Maoris, Pascuans, et des documents latins ) oblige de parler de l'origine des ancêtres de l'humanité venus du cosmos, des extraterrestres et d'Aldébaran, je crains qu'il n'y ait quelques recoupements ou méprises ( malentendus ), mais c'est par hasard. L'auteur de cet article est issu d'une famille qui a eu maille à partir avec les socialistes bruns comme plus tard avec les socialistes rouges. Son père est mort à cause des nazis, et toute sa famille a par la suite dû fuir devant les communistes et quitter la zone orientale de l'Allemagne. C'est pourquoi l'auteur est contre toute idéologie. Il est un expert indépendant en linguistique, ne se sent responsable que de la recherche de la vérité et de ses propres investigations : rien qu'à cause de cela, il s'élève contre toute forme d'ésotérisme. C'est pourquoi l'auteur considèrera tout reproche d'une appartenance ou d'un lien avec des ésotériques de droite, de gauche ou religieux, comme une attaque personnelle diffamatoire, et éventuellement il procédera à une action en justice.

La première surprise a été que les nombreuses représentations de plantes ( 56 pages doubles ) et les ustensiles "pharmaceutiques" présents sur les illustrations d'autres pages, n'ont rien à voir avec le texte du VMS. Comme je savais que souvent dans les textes anciens les illustrations contiennent de l'écriture, je m'aperçus tout de suite qu'une écriture ancienne avait été effacée, noircie ou qu'on avait réécrit dessus, soit par les rédacteurs du VMS, ou bien plus tard.

La raison possible : Sans doute le VMS a-t-il été écrit par plusieurs personnes en grande hâte, et dans la peur d'être découvert. Comme dans l'urgence ( et par souci d'économie ) ces gens n'avaient pas à leur disposition un parchemin vierge, ils ont réutilisé les pages d'un autre volume, ou de plusieurs livres, et ont surajouté des lignes écrites dans les illustrations. En certains endroits, on peut encore reconnaître des lettres.

f80v2.jpg

Mais aussi les rédacteurs du VMS ont utilisé de l'écriture dans leurs dessins. Les coiffures des femmes sont constituées de mots écrits, mais cependant dans la plupart des cas ce n'est plus lisible. Notamment à la page f 80 v, sur la femme du haut : on peut lire distinctement "Urana" ( en allemand, "Urahnin", aïeule originelle ) en retournant la feuille. A la page f 73 v, on reconnaît également le mot "wib" ( "Weib", femme ) sur la figure située à 12 heures, cercle extérieur, à gauche, et ce même mot "…wib", les premières lettres étant illisibles, sur la représentation féminine à 3 heures ( position sur un cadran de montre ).

A l'évidence, les rédacteurs du VMS ont disposé de moyens optiques qui leur permettaient d'écrire très petit. Ainsi, les nombreuses étoiles que l'on voit dessinées dans le VMS se composent de mots écrits tellement petits que même avec une loupe nous ne pouvons pas les lire. Chaque étoile contient donc, en elle-même, selon la façon dont elle a été dessinée ( avec 6, 7, 8 ou 9 pointes, parfois arrondies ) du texte et son nom. Dieu merci, j'ai quand même trouvé 2 noms qui étaient encore lisibles. Je reviendrai là-dessus.

f80v.jpg

Malheureusement, je n'ai que de mauvaises copies en noir et blanc, et je ne dispose pas des instruments d'optique appropriés. Mais il y a de l'espoir que d'autres personnes qui ont le VMS sur des feuilles qui peuvent être projetées sur un écran, ou qui disposent de la technologie nécessaire, puissent lire les noms qui se trouvent dans les étoiles, dans les coiffures des femmes, dans les récipients, vases et tonnelets représentés dans le VMS.

Le manuscrit de Voynich comporte des pages avec des représentations de femmes qui tiennent des étoiles dans leurs mains. Sur chacune de ces pages, il est écrit l'un de nos noms de mois. D'après ce qu'on dit habituellement, le mois de Juillet - et le calendrier julien - ont été appelés ainsi d'après Jules César, le mois d'Août d'après l'empereur Auguste ; quant à Septembre, Octobre, Novembre et Décembre, ce sont les chiffres latins pour 7, 8, 9 et 10, parce que l'année commençait en Mars, et ainsi Septembre était le 7ème mois, et ainsi de suite jusqu'à Décembre qui était le 10ème mois. Cependant je savais que le calendrier julien n'avait rien à voir avec César, mais qu'il avait été nommé ainsi d'après les "ancêtres ( de l'humanité ) venus du Jul". Dans le texte maya "Chilam Balam de Chumayel", le Jul est indiqué comme la description d'une position dans l'univers ( "181. Yuul at S. Dik 92 n hele" ), et hele est le mot hollandais ou bas-allemand pour dire "cosmos", "univers". Dans les pays scandinaves, Noël s'appelle aujourd'hui encore "Jul". Mais on ne sait plus que c'est la fête de l'arrivée des "ancêtres venus du Jul".

f70v1.jpg

Revenons aux noms des mois. On a beaucoup d'indices qui laissent penser que l'année commençait originellement non pas en Mars, mais en Avril. Dans ce cas, le mois de Septembre n'était évidemment pas le 7ème, mais le 6ème mois, et Décembre non pas le 10ème, mais le 9ème mois. D'autre part, si les mois avaient été nommés d'après les chiffres romains, ils auraient dû s'appeler septem, octo, novem, decem, ou septem mensis, et ainsi de suite.

Par ailleurs dans le VMS, le mois d'Octobre s'écrit "octembre". D'où vient donc ce "ber" ? Dans tout ce qu'on appelle la langue latine, il n'y a pas de mot "ber". Une petite recherche sur les anciens noms de mois a donné que les noms de mois étaient écrits autrefois en plusieurs tronçons: "Sept em ber", "Oct em ber" ( une forme "oct im ber" est attestée dans des textes en moyen-latin du Moyen-Age ), "nov em ber", "dec em ber", et même Février était "fe ber" ou "phe ber", ou encore "phe ber wah", "phe ber uari".

Dans certains dictionnaires, comme en hongrois, on trouve encore aujourd'hui "Feber" pour Février. Brièvement, nos noms de mois ont été nommés d'après des planètes de la Grande Ourse, en vieil-allemand : "ber" = ours. C'est pourquoi l'on peut lire sur la dernière page du VMS : « por ea ber Ramen fut zi, fer qan chito, no ea bach qum, E coch q [ ui ]c tet, tar te veg por cach g [ i ] ng. ( suivent quelques mots illisibles sur ma copie ) - vix qah cag mat [-] iag or or cticy ra E cheh ub ren fon im gasmic ho". En allemand moderne, cela se transcrit : "Hoch zur Galaxie Bär strebte die Fut( arche ), der Fährkahn ( ge ) tut nun zurück in die Galaxie kommen, quick tat der ( Gott ) E ziehen, da den Weg in die Höhe ging er schnell. [... - ...] zum ( Sternbild ) Fisch, schnell jagte der mächtige Sachse( ngott E ) ins Ur( all ), ins Ur( all ) steigt der Strahl des ( Gottes ) E, schnell rennt er auf, von ihm hoch geschmissen ». En français : « En haut dans la galaxie de l'Ours, l'arche Fut cherche à atteindre, le vaisseau retourne dans la galaxie, le ( dieu ) E la tire vite, parce que le chemin vers le haut il va vite. […-…] vers ( la constellation ) Poisson, s'en allait vite le puissant ( dieu E ) saxon, dans le ( cosmos ) originel monte le rayon du ( dieu ) E, vite il monte, jeté par lui vers le haut ».

Pour comprendre ce texte, il va falloir quelques explications sur les mots, car le vocabulaire vieux-allemand transmis est très limité. Qui sait donc que "ea" veut dire "galaxie" ? La "via lact ea", que l'on traduit par "voie lactée", se lit littéralement "voie de la galaxie lactée". "E" ou "E li", parfois appelé seulement "li" dans le VMS, est le dieu saxon, le "E li" ou "E loh im" ( le Dieu "E dans le feu flambant" ) de la Bible chrétienne. En aucun cas "yahwe" ne veut dire Dieu, mais il s'agit du vieux-allemand "ah weh", "oh weh", l'équivalent de "hélas" en français. Quant à "ra", cela signifie "rayon" ( en vieil-allemand, également "strala" ).

Ainsi les extraterrestres, et aussi déjà nos ancêtres, voyagent ou voyageaient au moyen de rayons. Rien à voir avec notre technique primitive de la fusée, qui coûte des sommes faramineuses et qui occasionne de nombreuses pannes. Dans la Bible chrétienne Vulgata et dans bien des textes "latins", il y a "heb ra ea", en allemand moderne "hebt der Strahl in die Galaxie" : le vaisseau cosmique, "le rayon qui fait monter dans la Galaxie".

f77v.jpg

Ce "heb ra ea" n'est donc pas du tout un peuple du nom de "Hébreux" qui n'a jamais existé. "Israhel" est en allemand "der Strahl aus dem Hel", c'est-à-dire : "le rayon qui vient du cosmos", et ne se réfère pas à un état historique, et "Israeli" est "der Strahl des ( Gottes ) E li", c'est-à-dire : "le rayon du ( dieu ) E li". Au moment où j'écris ces lignes, une guerre est menée contre l'État d'Israël qui n'existait pas dans l'Histoire ancienne. On voit ici les répercutions ( conséquences ) importantes et dangereuses issues d'une interprétation totalement défaillante des sciences des langues et des sciences humaines, et de puissantes pseudo-religions, qui ne savent pas - ou ne veulent pas - lire et traduire correctement leurs propres livres saints.

La constellation de la Grande Ourse s'appelle "boréale" dans les textes anciens, ce qu'on traduit par "nordique", mais qui se lit "bor ea lis", c'est-à-dire la "haute galaxie du ( dieu ) E li". C'est la résidence d' E li, le dieu des Saxons et des Angles. On en a tiré "anges". Dans la langue hongroise actuelle, "homme" se dit toujours "ember", en allemand "im Bären", c'est-à-dire "dans l'ours" ( à sa maison ) ; de même "hombre" en espagnol, le "home im Bären", le "chez soi dans l'ours". Il s'agit bien sûr de la constellation de la Grande Ourse.

Le lieu d'origine effectif des premiers ancêtres de l'humanité qui sont arrivés sur Terre est le cosmos, Ur( all ) en allemand, qu'on trouve sous la forme de "or" dans le VMS et dans d'autres textes, ou parfois les deux formes en alternance, "ur" et "or". L'Ur comprend les constellations actuelles du Taureau, du Bélier, du Triangle jusqu'aux Poissons. L'Ur se retrouve dans "taurus", qui ne signifie pas "taureau", mais c'est en vieil-allemand "ta ur us", ce qui veut dire : "là, venant de l'Ur". Dans la langue allemande actuelle, il y a toujours le mot "Ursprung" qui signifie "origine", "provenance". Le "Sprung" ( saut ) depuis l'Ur( all ) ( espace ) vers la Terre était ainsi la signification d'Ursprung. Et c'est ce qui est montré dans le Manuscrit de Voynich. A la page f 68 r 3, il y a les représentations des Pléiades et de l'étoile Aldébaran. Partant des Pléiades, il y a une ligne incurvée ( constituée par de toutes petites lettres qu'on ne peut plus lire ) qui va vers notre système solaire, représenté sous la forme d'un visage de soleil. A côté de cette ligne de liaison, on peut lire en grandes lettres : "ot ea coe" = "vers la galaxie d'ot".

f68v3.jpg

Les insulaires de l'île de Pâques et les Maoris considèrent les Pléiades comme la région natale de leurs ancêtres. Ils parlent de "Mata riki", le "puissant empire", les "puissants seigneurs" ( en vieil-allemand, "rihhi", "ricki" ou "rike" signifient aussi bien "empire" que "seigneurs" ). En outre, les Maoris parlent aussi, ce qui est très étonnant, de "A ot ea roa", pour désigner aussi bien le pays de leurs ancêtres que celui où ils vivent maintenant. Ils racontent également : « Ces étoiles ( les Pléiades ) sont au début de tout, pour nous les Maoris. Toutes nos histoires ont pour origine cette partie du ciel ».

Il nous faut préciser ce qu'est la galaxie "ot, od, odd, odi, oti ou oth" ( dans le VMS, c'est presque toujours oth ou ot ). En allemand, il y a le mot "Kleinod" qui veut dire "joyau", quelque chose de précieux et d'irremplaçable. La vieille langue avait "othil" ( le "saint ot" ) dans le sens de "terre natale" et "richesse". Actuellement "Heimat" veut dire "terre natale", mais les formes plus anciennes faisaient allusion à la galaxie d'ot : "heimoti", "heimuoti", "heimuot", "heimuote". Les chercheurs ésotériques de droite ont fait d'othil une rune. Qui a assisté à ma conférence sur mon livre "Weltbildererschütterung" ( Bouleversement dans l'image du monde ) sait qu'il n'y avait pas de runes. Les runes sont des espaces intercalés entre les lettres "latines" qui ont été sculptées dans la pierre ou taillées dans le bois. Dans les textes "latins", on trouve "clen odi um" et "all odi um", ou "all od io". "God Odin" ou "God oddin" n'est pas un dieu germanique ou scandinave, mais cela veut dire : "God ( dieu ) dans ( la galaxie ) od, odd ou oth". C'est ce que veut dire le nom "Theoderich", qui se décompose en "the od E rich", c'est-à-dire "od est l'empire du dieu E li".

On peut lire bien distinctement sur le dessin de l'étoile Aldébaran dans le VMS les lettres "AN". Et â côté : un "M" et un "i". On reconnaît ici le nom de "Mani" qui serait celui du plus vieil ancêtre de l'humanité. Dans la Bible chrétienne ( chez Isaï et Matthieu ), il y a deux passages qui annoncent la venue de Jésus. On y retrouve "E Manu hel", ce qui veut dire : le dieu "Manu qui vient du cosmos".

Plus haut j'ai indiqué que la fête de Noël s'appelle "fête du Jul" en Scandinavie, la fête de l'arrivée des ancêtres qui venaient du Jul, et du grand aïeul Mani qui venait du cosmos. En ce qui concerne le nom d'Aldébaran : "beran" veut dire en vieil-allemand "engendrer, enfanter", "alde" est "vieux", mais aussi "haut". Aldébaran signifie donc : "là-haut où les anciens sont nés". On peut aussi considérer "alde" en 2 mots : "al" = "Univers", et "de" = "là", qui indique l'origine. On a donc : "nés là dans le cosmos". Dans les deux cas, les ancêtres sont venus de là-haut. On pense que les noms d'étoiles sont en arabe, en fait l'arabe est une sorte de vieil-allemand ( voir mon livre "Weltbilderschütterung" ). On a ainsi "Aldabaran", et aussi "Hadl al hajm" qui veulent dire "la terre natale ( heim en allemand ) dans le cosmos" ( pour ceux qui en doutent encore ).

f67v2.jpg

A la page f 107 v, il y a encore un nom d'étoile lisible, la douzième en haut. On peut lire "hamal". Dans l'ancienne langue allemande, "hamal, hamul" signifie "mouton" ( d'où le nom de la constellation du Bélier ). Mais "hamal" peut aussi vouloir dire "ham im al", ce qui s'écrit en allemand moderne "heim im all", et veut dire : "pays natal dans le cosmos". Dans leurs textes anciens, les Basques parlent aussi du "hamalau". Le terme "au, aue, owi, awa, awi" ne se rapporte pas seulement à "Au" ou "Aue" ( prairie ) en allemand moderne, mais veut dire aussi "île". Actuellement, les Basques utilisent ce mot "hamalau" pour dire quatorze, mais il y a eu confusion avec un autre mot, comme chez d'autres peuples. En fait, "hamalau" signifie "l'île ( habitée ) dans le cosmos" d'où sont venus les ancêtres.

Pour finir, venons-en à la langue hongroise. Dans celle-ci, "odavalo" ou "odvaloan" ont le sens de "qui est à sa place". L'homme appartient donc à "l'od au dans le cosmos", c'est-à-dire "l'ancêtre qui est à sa place dans l'od av". On a aussi "odanyul", c'est-à-dire "l'ancêtre od qui vient du Jul".

Dans la Bible, le livre de Samuel ne concerne pas un prophète, mais c'est "Samen ( en allemand moderne, "graine" ) du hell", donc "la graine de l'humanité dans le cosmos". Celui qu'on croit être le père des Sémites, Sem, est un mot qu'il faut rapprocher de l'allemand "Samen", "graine". Les Sémites ne descendent pas d'un "Sem".

A la page f 80 v du VMS, on a la représentation d'une femme avec un objet singulier dans la main tendue. Sur la pointe de l'objet, on découvre une écriture minuscule. Dans la coiffure de la femme ( si on la met à l'envers ), on peut lire "Urana" ou "Uranu". Nous avons ainsi, à côté de l'ancêtre premier "Mani" également une femme, notre aïeule à tous, qui correspond à "Mariana", comme on l'appelle dans les écrits vieux-allemands. A partir de "Mariana", en laissant de côté les deux dernières lettres "na", l'Eglise catholique en a fait "Maria", la Vierge-Marie. Dans les textes latins, celle-ci s'appelle "di ana", Diane. Les Romains en ont fait la déesse de la chasse. Par ailleurs, les Frisons appellent leur mère primordiale "Freya", et les Mayas parlent de "sac quib", ce que l'on peut interpréter comme "Sachsenweib", en français : "femme saxonne".

A la page f 82 r, on voit la même femme représentée sur la gauche ( avec un autre mot, malheureusement illisible dans sa coiffure ). Avec la main, elle montre sur sa droite. Juste au dessus, il y a le mot "othil" qui signifie "la sainte galaxie d'Ot" ( en allemand, "heil" = "saint" ). Sur la même page, on voit deux étoiles reliées par une ligne, et un vaisseau spatial en forme de croix, avec quelque chose qui en sort. Dans l'objet volant, on a "Uruekan", c'est-à-dire "le vaisseau ( "Kahn", en allemand ) du ( dieu ) E". Le mot "Urkan", "Hurakan", est présent dans les textes anciens, du Tibet jusqu'à chez les Mayas. En espagnol, "hurakan" signifie toujours "ouragan", "Orkan" en allemand. Ce mot provient de "Urkahn", c'est-à-dire le vaisseau spatial originel, le vaisseau spatial du dieu des Saxons, "E li".

C'est ainsi que nous arrivons aux désignations pour les vaisseaux spatiaux, telles qu'on les trouve dans le VMS et dans d'autres textes anciens. J'ai déjà évoqué un peu plus haut la "Fut( arche )", ou "futur", la "Fut qui vient du cosmos". Les ésotéristes de droite ont naturellement refait une rune à partir de "Futharch". En Argentine, dans la province de Chubut, il y a une ville qui s'appelle "Futulaufquen", un lac "Futulaufquen", et puis une ville, un lac et un fleuve qui ont pour nom "Futaleufu", et encore un lac "Huichulafquen". Voici des noms géographiques à consonance bien allemande : "Fut geht ins All" ou la "Fut des All( gottes ) E ( geht ) uf" et "Weg ins All aufgehen". Le peuple d'origine qui vivait là-bas ( aujourd'hui il a disparu ) s'appelait "Alacalufe", en vieil-allemand "ceux qui vont et viennent dans le cosmos", parce que leurs ancêtres allaient et venaient ( "lufe" ) à travers l'univers.

A la page f 83 v du VMS, il y a une remarquable illustration. On y voit deux objets en forme de citrouille, desquels quelque chose jaillit. A côté de chacun d'entre eux, une femme flotte dans un récipient qui ressemble à un tuyau d'écoulement, duquel des "gaz d'échappement" sortent. Dans l'engin de gauche, on peut lire des lettres. Même avec beaucoup d'imagination, il serait difficile pour celui qui voit ce dessin de penser qu'il puisse s'agir de quelque chose en rapport avec les voyages spatiaux. Moi aussi je m'en abstiendrais, s'il n'y avait à côté un mot qu'on peut lire : "vet". Si l'on se rapporte à l'étymologie, on a : "vet, veth, pet, fet, phet, phed, prophet"…

En vieil-allemand, "phet, phed, phedem" veut dire "citrouille, melon, concombre". Si l'on se penche sur des rapports sérieux concernant des gens qui ont vu des OVNIs, on remarque que les témoins disent constamment que ceux-ci ressemblaient à des melons, à des ballons de football américain. Dans les textes anciens, "prophet, prophète" vient de "frophet" ( "fro" = seigneur, dieu, comme dans l'allemand moderne "Fronleichnam", Saint-Sacrement ), le "phet du dieu".

Un prophète est donc un engin spatial en forme de courge ou de citrouille. Les prophètes ne sont donc pas des voyants ou des envoyés, on peut donc tout oublier ce qui a trait à des prophéties. Les musulmans traduisent "prophète" par "ras sul", en allemand "soll rasen", ce qui se rapporte à la locomotion rapide de l'engin spatial.

Dans un livre à paraître, je traiterai en profondeur le sujet des traductions tout à fait fausses que l'on fait du Coran ou de la Bible ( si je trouve un éditeur et si l'on ne m'abat pas auparavant ).

Mais revenons encore une fois sur le mot "ra" qui signifie "rayon" dans le Manuscrit de Voynich et dans d'autres textes anciens. Pourquoi l'île de Pâques s'appelle-t-elle "Ra pan ui" ? On a : "ui" qui veut dire "saint", "pan" qui est la "voie". Cela donne donc "la sainte voie du rayon" ( qui vient du cosmos ), sur lequel les ancêtres voyageaient.

Voici peu de temps, il y a eu une querelle juridique entre l'auteur du "Da Vinci Code" et deux autres écrivains, à cause d'un prétendu vol d'idées sur le Saint-Graal. Le pauvre juge a dû faire le pour ou le contre de préjudices atteignant plusieurs millions de dollars. C'est typique d'une société qui perd complètement la tête. Quand je me suis penché sur l'étymologie du mot "Graal", j'ai trouvé : "Sangraal", en vieil allemand: "sang ra ( aus dem ) all", "le rayon descendait du cosmos". Il n'y a jamais eu de Saint-Graal, c'est encore l'une des fâcheuses inventions du Moyen-âge.

Les ancêtres de l'humanité ( et leurs ennemis, ceux qui ont assujetti l'humanité depuis 1000 ans, qui ont inventé l'esclavage, la propriété et les impôts, que les politiciens de gauche apprécient encore tant ) sont venus du cosmos et ont apporté avec eux la plupart des animaux. Aujourd'hui, les créationnistes se disputent avec les darwinistes sur le sujet des origines de l'homme. D'un côté on a une absurdité pseudoreligieuse, de l'autre une absurdité pseudoscientifique. D'un côté on a les tenants d'une "création", qui n'existe même pas dans les livres religieux, de l'autre les défenseurs d'une "évolution", comme elle n'a jamais eu lieu sur la Terre. En fait, nous n'en savons rien !

Peut-être y a-t-il eu quelque part dans le cosmos une évolution ( totalement différente de ce qu'enseignait Darwin ), peut-être y a-t-il eu une création dans l'univers ( totalement différente de ce que racontent les pseudosectes, qui ne savent même pas d'où vient le mot "religion", mais qui se prennent pour les grandes religions, les découvreurs d'une conception tout à fait fausse de "dieu", avec un symbolisme vide de sens et des rites absurdes ). Si nous laissons nos sciences naturelles exactes greffer une science des langues et une science humaine totalement ratées, si nous continuons à considérer comme de la science les idioties de Darwin, Marx et Freud, et si nous laissons des pseudoreligions, qui ne savent même pas lire de façon correcte un seul mot de leurs livres religieux ( ou qui ne le veulent pas, sinon ce serait leur fin ), fomenter des conflits entre elles, et les considérer comme des partenaires et des faiseurs d'opinion en politique et en culture, si des politiciens continuent à faire des révérences devant n'importe quel "dignitaire" religieux, eh bien, cette humanité ne va pas survivre, ou bien souffrir encore 1000 ans du manque de liberté.

NdT : voir aussi dans Pour la Science n°323 ( sept. 2004 ) l'article sur "Le mystère du manuscrit de Voynich", par Gordon Rugg. Extrait :

" Plusieurs chercheurs, comme Jorge Stolfi de l'Université de Campinas au Brésil, se sont demandé si le manuscrit de Voynich a été construit à l'aide de tableaux de production aléatoire de texte. Les cases de ces tableaux comprennent des syllabes, que l'utilisateur sélectionne, par exemple en jetant des dés, et combine de façon à former un mot. Cette technique pourrait engendrer certaines des régularités observées dans les mots voyniches. La première colonne du tableau pourrait contenir des syllabes constituant un préfixe tel que qo, qui n'apparaît qu'en début de mot, la seconde colonne, des infixes - syllabes apparaissant au milieu des mots - comme chek, et la troisième colonne des suffixes, tels que y. En choisissant séquentiellement une syllabe dans chaque colonne, on produit des mots possédant la structure caractéristique du voyniche. Des cases vides permettent de produire des mots dépourvus de préfixe, d'infixe ou de suffixe.

eev.jpg

Certaines propriétés du voyniche ne sont cependant pas aussi simples à reproduire. Des caractères courants pris individuellement peuvent n'être que rarement associés à d'autres. Les caractères transcrits en a, e et l, ainsi que la combinaison al, sont fréquents, mais la syllabe el est très rare. Cet effet ne peut être produit en mélangeant de façon aléatoire des caractères contenus dans un tableau.

Le tirage aléatoire est cependant la notion clé. Ce concept n'a été précisé que longtemps après la réalisation du manuscrit, de sorte que dans une construction aléatoire médiévale, la combinaison des syllabes a probablement été effectuée autrement. Les mots formés ne seraient alors pas strictement aléatoires au sens statistique. Certaines caractéristiques du voyniche sont peut-être ainsi la marque d'un ancien système de codage.

Nous avons essayé de produire un document contrefait pour voir quels effets apparaîtraient. Quelle technique utiliser ? La réponse dépend de la date de création du manuscrit. Il est illustré dans le style du XVe siècle, et il existe un consensus sur le fait qu'il est antérieur à 1500. Pour autant, les oeuvres artistiques imitent souvent le style d'une période antérieure, innocemment ou pour faire paraître le document plus ancien. Le style ne permet pas de dater précisément le manuscrit. J'ai donc cherché une technique en vigueur durant une période plus large, entre 1470 et 1608.

La grille de Cardan, introduite par le mathématicien italien Girolamo Cardano en 1550, est une possibilité prometteuse. C'est une sorte de carte à trous. Lorsqu'on la superpose sur un texte apparemment anodin créé à l'aide d'une copie de la même carte, les fenêtres révèlent les mots du message caché. J'ai pensé qu'à l'inverse cette même grille de Cardan à trois fenêtres permet de sélectionner des groupes de préfixes, infixes et suffixes dans un tableau pour fabriquer des mots de style voyniche.

Un code, mais pas de message

Une page type du manuscrit de Voynich contient entre 10 et 40 lignes, chacune comptant 8 à 12 mots. En utilisant le modèle du voyniche à trois syllabes, un seul tableau de 36 colonnes et 40 lignes contient assez de syllabes pour produire une page entière du manuscrit avec une seule grille. La première colonne donne la liste des préfixes, la seconde celle des infixes et la troisième celle des suffixes. Les colonnes suivantes répètent ce motif. On aligne la grille sur le coin supérieur gauche du tableau pour créer le premier mot, puis on la déplace de trois colonnes vers la droite pour former le mot suivant. On peut aussi déplacer la grille d'une ligne vers le bas ou d'une colonne vers la droite. En plaçant successivement la grille sur différentes parties du tableau, on crée des centaines de mots voyniches. Le même tableau peut ensuite être utilisé avec une autre grille pour former les mots de la page suivante. Avec trois tableaux et une dizaine de grilles, j'ai produit en peu de temps environ 2 000 mots.

Cette méthode permet de reproduire aisément les caractéristiques du voyniche. On peut s'assurer que certains caractères ne se côtoient jamais en concevant soigneusement les tableaux et les grilles. Si les fenêtres de la grille sont sur des lignes différentes, les syllabes de cases adjacentes horizontalement ne seront jamais accolées, même si elles sont très courantes individuellement. La distribution binomiale des longueurs des mots est obtenue en mélangeant des syllabes courtes, moyennes et longues dans le tableau. En voyniche, les premiers mots d'une ligne ont tendance à être plus longs que les derniers. Il suffit pour reproduire cette propriété de placer les syllabes longues dans la partie gauche du tableau. Mes essais suggèrent qu'une personne aurait pu produire le manuscrit de Voynich en seulement trois ou quatre mois à l'aide de la méthode de la grille de Cardan.

Pour déterminer si le manuscrit n'est qu'un fatras insensé ou s'il recèle un message crypté, j'ai imaginé deux façons d'employer les grilles et les tables pour coder un texte en clair. La première est de convertir les caractères du texte en clair en infixes qui sont ensuite insérés entre des préfixes et des suffixes ayant un sens à l'aide de la grille de Cardan. Une seconde technique possible est d'assigner un nombre qui spécifie l'emplacement de la grille de Cardan sur le tableau à chaque caractère du texte en clair. Cependant, ces techniques aboutissent à des écritures beaucoup moins répétitives que le voyniche. Ce résultat suggère que, si la grille de Cardan a effectivement été employée pour rédiger le manuscrit de Voynich, l'auteur a sans doute transcrit des suites de mots incohérentes plutôt qu'un texte sensé.

Ces travaux ne démontrent pas que le manuscrit est un canular, mais ils montrent que sa réalisation était possible à l'époque. Le fait que l'érudit élisabéthain John Dee et son associé Edward Kelley se sont rendus à la cour de Rodolphe II dans les années 1580 renforce cette hypothèse. Kelley était un faussaire notoire, un mystique et un alchimiste familier des grilles de Cardan. Certains experts du manuscrit de Voynich le suspectent depuis longtemps d'en être l'auteur.

Avec une de mes étudiantes, Laura Aylward, nous cherchons actuellement à reproduire des caractéristiques statistiques plus complexes par la technique des grilles de Cardan. Pour ce faire, nous tentons d'automatiser la méthode, afin de produire de grandes quantités de texte. Peut-être parviendrons-nous ainsi à percer le secret plusieurs fois centenaire du plus mystérieux des manuscrits médiévaux. "

- G. Rugg, The Voynich manuscript : an elegant hoax? in Cryptologia, vol.28, n°1, janvier 2004.
- A. Casanova, Méthodes d'analyse du langage crypté, une contribution à l'étude du manuscrit de Voynich, thèse de l'Université Paris VIII, 1999. http://voynich.free.fr/
- Le manuscrit est disponible à l'adresse http://beinecke.library.yale.edu/dl_crosscollex/SearchExecXC.asp, et des informations sur le site http://www.voynich.nu/

f68r2.jpg

Manuscrit VOYNICH (en français, par François Almaleh)

 

Références bibliographiques

 

  • Barthélémy Pierre, Le code Voynich, JC Gawsewitch Editeur (27 octobre 2005), ISBN-2350130223 : Ce livre présente, pour la première fois, l'intégralité des pages conservées à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l'université de Yale aux Etats-Unis.
  • Kahn David, La guerre des codes secrets, InterEditions, 1980, pp. 354-358
  • Bergier Jacques, Les livres maudits, Collection l'Aventure Mystérieuse A271, Édition J'ai lu, 1971, pp. 99-115
  • William F. Friedman's Transcription of the Voynich Manuscript, by Jim Reeds (document PDF)
  • Casanova AntoineMéthodes d'analyse du langage crypté : une contribution à l'étude du manuscrit de Voynich

 

Entre 1919 et 1921, une photocopie en parvient au célèbre linguiste et cryptographe William Newbold, doyen de l’université de Pennsylvanie. Il travaille deux ans sur la question et annonce qu’il en a découvert la clé. De fait, au cours d’une série de conférences, il fait quelques révélations sensationnelles.

Le Voynich contiendrait une description des habitants de la nébuleuse Andromède qui seraient entrés à une époque très lointaine en contact avec nous. Il recèlerait aussi des connaissances scientifiques, en biologie plus particulièrement, qui, même en 1982, demeurent encore des hypothèses.

Il existe sur terre une organisation qui veille jalousement sur la connaissance et qui n’en autorise la diffusion que dans des conditions bien précises. Remarquons encore, à propos du Voynich, que le traitement informatique de son chiffre a fait apparaître qu’il s’agissait d’une langue incompréhensible et totalement artificielle. S’agit-il du langage d’une civilisation perdue qui était en contact avec les étoiles ou de celui des extraterrestres eux-mêmes ?

Selon Jacques Bergier : « Si, réellement, le manuscrit Voynich contient le secret des novas et des quasars, il serait préférable qu’il reste non déchiffré, car une source d’énergie supérieure à la bombe à hydrogène et suffisamment simple à manipuler pour qu’un homme du XIIIe siècle puisse la comprendre constitue très exactement ce genre de secret dont notre civilisation n’a absolument pas besoin. Nous ne survivons que parce qu’on a réussi à contenir péniblement la bombe H. S’il est possible de libérer des énergies supérieures, il vaut mieux que nous ne le sachions pas, ou pas encore. Sinon notre planète disparaîtrait bien vite dans la flamme brève et éclatante d’une supernova. »

f57v.jpg

2011 : " Des chercheurs de l'Université de l'Arizona ont craqué une des énigmes qui entourent ce qu'on a appelé " le manuscrit le plus mystérieux du monde " - le manuscrit de Voynich, un livre rempli de dessins et de textes dont personne n'a été capable de donner un sens à ce jour.

Des datations au radiocarbone faites par une équipe dirigée par Greg Hodgins dans le département de l'UA de physique, a trouvé que les pages de parchemin du manuscrit remontent au début du 15ème siècle, ce qui fait du livre un siècle de plus que les chercheurs ne le pensaient auparavant.

Ce tome rend le "Da Vinci Code" comparativement carrément morose : Des lignes de texte griffonnées sur un parchemin vieillissant, s'écoulant autour d'illustrations complexe dessinées, dépeignant des plantes, des cartes astronomiques et des figures humaines au bain - peut-être - la fontaine de jouvence. À première vue, le « manuscrit de Voynich » ne semble pas être différent de tous les autres travaux anciens d'écriture et de dessin.

Une langue étrangère

Mais une seconde étude, plus attentive, révèle que rien ici n'est ce qu'il semble. Des caractères exotiques, des lettres latines, d'autres semblent être différentes de tout ce qui sert dans toutes les langues connues, sont disposés dans ce qui semble être des mots et des phrases, à moins qu'ils ne ressemblent pas à quelque chose d'écrit - ou lisible - par des êtres humains.

Hodgins, chercheur adjoint et professeur adjoint au département de l'UA de la physique avec une nomination conjointe à l'École d'anthropologie de l'UA, est fasciné par le manuscrit.  " Est-il un code, un chiffre de quelque sorte ? des gens ont fait une analyse statistique de l'utilisation des lettres et de l'utilisation des mots. Les outils qui ont été utilisés pour casser le code, mais ils n'ont pas encore réussi à l'en sortir. "

Le chimiste et chercheur archéologique de formation, Hodgins travaille pour la NSF Arizona Accelerator Mass Spectrometry, ou AMS, laboratoire, qui est partagé entre la physique et des géosciences. Son équipe a réussi à trouver le moment où le manuscrit de Voynich a été fait.

Actuellement détenu par la bibliothèque Beinecke Rare et Manuscript Library de l'Université de Yale, le manuscrit a été découvert dans la Villa Mondragone, près de Rome en 1912 par Wilfrid Voynich, un  revendeur de livres antiques, qui passait au crible une caisse de livres proposés à la vente par la Société de Jésus. Voynich a consacré le reste de sa vie à dévoiler le mystère des origines du livre et déchiffrer ses significations. Il est mort 18 ans plus tard, sans avoir trouvé tous les secrets du livre.

f66d1.jpg

Retour rapide jusqu'en 2009 : Au sous-sol du bâtiment de Physique et des sciences de l'atmosphère de l'UA, Hodgins et une équipe de scientifiques, d'ingénieurs et de techniciens regardent un écran d'ordinateur affichant des graphiques et des lignes. Le bourdonnement des machines remplit la pièce et fournit un bruit de fond pour le sifflement rythmé des pompes à vide. Des tubes en acier inoxydable, en alternance avec des chambres à vide très corpulentes, courent le long des murs. C'est le cœur du Laboratoire NSF-Arizona AMS : un spectromètre de masse par accélérateur capable de flairer les traces d'atomes de carbone-14 qui sont présents dans les échantillons, donnant aux scientifiques des indices sur l'âge de ces échantillons.

Le carbone 14 est une forme rare de carbone, que l'on appelle un radio-isotope, qui se produit naturellement dans l'environnement terrestre. Dans le milieu naturel, il n'y a qu'un seul atome de carbone-14 pour 1 billion d'isotopes du carbone non radioactifs ou «stables», principalement du carbone-12, mais avec de petites quantités de carbone-13. Le Carbone-14 se trouve dans l'atmosphère à l'intérieur du dioxyde de carbone gazeux. Les plantes produisent leurs tissus en prenant le dioxyde de carbone de l'atmosphère, et ainsi accumulent le carbone-14 au cours de leur vie. Les Animaux à leur tour accumulent le carbone-14 dans leurs tissus en mangeant les plantes, ou en mangeant d'autres organismes qui consomment des plantes. Quand une plante un animal décède, le niveau de carbone-14 qui est dans ses restes ont un stade prévisible, et peuvent donc être utilisés pour calculer la quantité de temps qui s'est écoulé depuis le décès.

Ce qui est vrai des plantes et des animaux est également vrai pour les produits fabriqués à partir de eux. Parce que les pages de parchemin du Manuscrit Voynich ont été fabriqués à partir de peaux d'animaux, ils peuvent être datés au radiocarbone.
Pointant vers l'extrémité avant du spectromètre de masse, Hodgins explique le principe sous-jacent. Un petit échantillon de carbone extrait du manuscrit est introduit dans la "source d'ions" du spectromètre de masse.
" Cela provoque l'ionisation des atomes de l'échantillon », a t-il expliqué, " ce qui signifie qu'ils ont maintenant une charge électrique et peuvent être propulsés par des champs électriques et magnétiques." Éjectés à partir de la source d'ions, les ions de carbone sont formés en un faisceau qui court à travers l'instrument à une fraction de la vitesse de la lumière. La focalisation du faisceau avec des lentilles magnétiques et des filtres, le spectromètre de masse se divise ensuite en place en plusieurs faisceaux, chacun contenant une seule espèce isotopique d'une certaine masse.

« Le carbone-14 est plus lourd que les autres isotopes du carbone », a dit Hodgins. « De cette façon, nous pouvons distinguer cet isotope et déterminer dans quelle mesure il est présent dans l'échantillon. A partir de là, on calcule son âge. "

Disséquer un livre centenaire

Pour obtenir de l'échantillon à partir du manuscrit, Hodgins s'est rendu à l'Université de Yale, où les conservateurs avaient précédemment identifié les pages qui n'avaient pas été reprises ou réparées et étaient les meilleures pour téster. " Je me suis assis avec le manuscrit de Voynich sur un bureau en face de moi, et délicatement disséqué un morceau de parchemin à partir du bord d'une page avec un scalpel, " dit Hodgins. Il a coupé quatre échantillons provenant de quatre pages, mesurant chacun environ 1 à 6 millimètres (environ 1/16 de 1 pouce) et les a ramenés au laboratoire à Tucson, où ils ont été nettoyés à fond.

" Parce que nous avions des échantillons avec des marges de la page, nous nous attendions à ce qu'il y ait beaucoup d'huiles de doigts adsorbées au fil du temps », explique Hodgins. « De plus, si le livre a été relié à n'importe quel moment, les échantillons pris sur ces pages peuvent en fait ne pas avoir été à l'avant, mais sur la colonne vertébrale, ce qui signifie qu'ils ont pu avoir de l'adhésif sur eux."  "Les méthodes modernes que nous utilisons aujourd'hui avec ce matériel sont si sensibles que des traces de contaminations modernes suffiraient à rejeter les choses hors sujet."

Ensuite, l'échantillon a été brûlé, décapé du matériau de tous les composés indésirables et ne laissant que sa teneur en carbone, comme un petit saupoudrage de graphite au fond de la fiole. " Dans la datation au radiocarbone, il y a toute cette organisation de nombreuses personnes travaillant sur elle," dit-il. « Il faut beaucoup de compétences pour produire une date du début à la fin, il y a une expertise archéologique. Il y a une expertise chimique et biochimique, nous avons besoin des physiciens, des ingénieurs et des statisticiens. C'est une des joies de travailler dans cet endroit car nous travaillons tous ensemble à atteindre cet objectif commun. "

L'équipe de l'UA a été en mesure de repousser l'âge présumé du manuscrit de Voynich de 100 ans, une découverte qui a tué quelques-unes des hypothèses précédemment détenues sur ses origines et son histoire. (écrit entre 1408 et 1436 donc).

Par ailleurs, les experts ont analysé les encres et les peintures qui composent les écrits étranges du manuscrit et des images.

" Ce serait formidable si nous pouvions directement dater au radiocarbone des encres, mais c'est effectivement très difficile à faire. Tout d'abord, ils ne sont sur une surface qu'en quantités infimes" dit Hodgins. « La teneur en carbone est généralement très faible. Par ailleurs, échantillonner de l'encre exempte du carbone du parchemin sur lequel elle repose est actuellement au-delà de nos capacités. Enfin, certaines encres ne sont pas à base de carbone, mais sont dérivées de minéraux du sol. Ils sont inorganiques, de sorte qu'ils ne contiennent pas de carbone. "

" Il a été constaté que les couleurs sont compatibles avec la palette Renaissance. Les couleurs qui étaient disponibles à l'époque, mais cela n'a pas vraiment indiqué une voie d'une façon ou l'autre, il n'y a rien de suspect là." Alors que Hodgins est prompt à souligner que rien au-delà de l'aspect datation ne ressort de son expertise, il admet qu'il est tout aussi fasciné par le livre que toutes les personnes qui ont essayé de dévoiler son histoire et sa signification.

" Le texte présente des caractéristiques étranges, comme l'utilisation de mots répétitifs ou l'échange d'une lettre dans une séquence, " dit-il. « Des bizarreries comme celles-ci rendent très difficiles la compréhension du sens." "Il y a des types de chiffrement qui intègrent du sens dans le charabia. Il est donc possible que la plupart de celui-ci ne veut rien dire. Il s'agit d'une méthode de chiffrement ancienne où vous avez une feuille de papier avec des trous stratégiquement placés en elle. Et quand ces trous sont disposés au-dessus de l'écriture, vous lisez les lettres dans les trous. " Qui sait ce qui est écrit dans ce manuscrit, mais il semble avoir affaire à toute une gamme de sujets qui peuvent être liés à l'alchimie. Le Secret est parfois associé à l'alchimie, et il serait conforme à cette tradition si les connaissances contenues dans le livre ont été codées. Ce que nous avons, ce sont les dessins, il suffit de regarder ces dessins :.. Sont-ils botaniques ? Sont-ils des organismes marins  ? Sont-ils astrologiques ? Personne ne sait ".

f71r-1.jpg

« Je trouve que ce manuscrit est absolument fascinant, comme une fenêtre dans un esprit très intéressant. Percer ces choses ensembles était fantastique. C'est un grand mystère que personne n'a résolu, et qui n'aime pas un casse-tête ? "

Source: Physorg - http://www.physorg.com/news/2011-02-experts-age.html

Vidéo intéressante, même si la partie Sodome et Gomorrhe est hors sujet ici, elle est a sa place aussi sur ce site avec évidence (45mn fr) :

De l'ombre à la lumière - Sodome et Gomorrhe : Depuis déjà des siècles, les archéologues s'acharnent à retrouver les cités du péché originel détruites dans un élan de colère divine. Auraient-ils cherché au mauvais endroit ? Non loin de la mer Morte, dans une vallée autrefois verdoyante, des archéologues ont découvert des fragments de poterie calcinés. Ils auraient volés en éclat sous la pression d'une terrible surchauffe aussi intense qu'une explosion nucléaire !
A partir de 22:00 mn, manuscrit de Voynich : départ pour l'Italie où l'écrivain Nick Pelling tentera de décoder le manuscrit de Voynich surnommé " texte le plus mystérieux au monde ". Depuis près d'un siècle les historiens s'arrachent les cheveux sur ses lettres cryptées et ses curieuses images, mais Pelling pense avoir réussi là où beaucoup d'autres ont échoué...
http://www.apprendre-en-ligne.net/crypto/mystere/voynich.html

Sources : http://www.anakinovni.org/terre.htm + http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/26b.htm#2b + http://www.apprendre-en-ligne.net/crypto/mystere/voynich.html + http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuscrit_de_Voynich + http://www.elishean.org/?p=18520

Enquête sur les références et mises à jour sur Le Manuscrit de Voynich, Yves Herbo SFH 11-2012

Une autre donnée qui a son importance et que j'ai découvert à la suite de circonstances hasardeuses et sans rapports, cependant... :

Vase de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople rapporté ensuite à la Cathédrale de Troyes

En 1199, un pèlerin russe appelé Antonius (Antoine), qui deviendra plus tard l’archevêque de Novgorod, parcourait les sanctuaires de l’empire d’Orient dressant un catalogue des principales reliques rencontrées.

Un manuscrit (qui ne fut publié qu’en 1872), nous apprend que lors de sa visite à la basilique Sainte-Sophie, il avait remarqué un petit vase de marbre d’apparence, dont on disait qu’il avait été utilisé par Jésus-Christ le Jeudi Saint lorsqu’il célébra la dernière Cène.

"Catinum parvum marmoreum, quo usus est Christus, quum coenam cum discipulis celebravit feria quinta majori" (Niore. Antonius, Novgorodensis archiepiscopus; liber qui dicitur Peregrinus, seu Descriptio SS. Locorum Caesareae ciritatis. Ed. Paulus Sawaïtov. Petroburgi, 1872. Voir aussi M. Sreznevski 1875. Spicilège de l’Académie de Saintt-Pétersbourg, tome XII p. 340-349. Voir aussi M. le comte de Riant : Exuriae sacrae Constantinopolitanae. Tome II page 218-230).

stsophieistambul1.jpg

Sainte Sophie d'Istambul mosaiques 1 -

En vue d’une Quatrième croisade contre les musulmans en Égypte, une armée croisée fut constituée par le comte Thibaut III de Champagne et comptait un grand nombre de Champenois dont, à leur tête, en qualité de grand aumônier de l’armée latine, l’évêque de Troyes, déjà âgé, Garnier de Trainel.

En 1202, de part l’alliance des croisés avec les Vénitiens, la croisade sera détournée de son but initial pour attaquer les byzantins orthodoxes à Constantinople, la ville aux nombreuses reliques, surtout depuis la chute de Jérusalem, et qui méritait le titre de ville sainte.

SteSophie-Constantinople.jpg

En 1204, les croisés firent main basse sur les trésors (reliques et pierreries) de Constantinople et il fallut l’intervention énergique du légat du Saint-Siège, Pierre de Capoue, pour que cette razzia s’interrompe et que le butin soit remis entre les mains de Garnier de Trainel devenu le gardien des “biens” de l’Église. Garnier, que la mort attendait en cette ville, avait amassé un inestimable trésor qu’il s’apprêtait, à son tour, à détourner sinon à son profit, du moins pour celui de sa bonne ville de Troyes. Ce sont ses chapelains qui s’en chargèrent, ramenant avec eux une part considérable de ce trésor dans laquelle on trouvait un morceau considérable de la vraie Croix, du sang du Christ, mais aussi le chef de saint Philippe, le bras de saint Jacques le Majeur ou le corps entier de sainte Hélène vierge. (Mentionnés dans les inventaires des églises de Troyes).

SteClemente-Rome.jpg

Le vase de la Cène était, assurément, le plus précieux des trésors. Les inventaires des églises de Troyes le mentionnent ainsi : “ Un fort beau vase de jaspe, entouré d’un bord d’argent sur lequel il y a quatre vers grecs iambiques qui sont gravés en lettres majuscules antiques : “ Est vas in quo duo pisces fuerunt ante Dominum Jesum Christum in mensa portati, et depost illud vas fuit in quo Corpus Domini deportabatur.” (“Ce vase est celui où deux poissons furent apportés sur la table devant N.S Jésus-Christ et, depuis, le corps du Seigneur y était déposé.”)
Il en reste le témoignage dans les verrières exécutées sous Nicolas de Brie (verrière 10, la seconde à droite du chœur).
En janvier 1794 (5 ans après la Révolution) tous les reliquaires et reliques furent livrés aux flammes révolutionnaires. "

roger-bacon-optics01.jpgBacon-1267

Autres correspondances possibles : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-arbre-de-vie-symbole-universel-intemporel.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Imago_mundi_(litt%C3%A9rature)

MAJ 03-2013

Commentaires récupérés de mon blogmiroir

Je vais ajouter ici les commentaires écrits sur mon blog-miroir ici : [url]http://herboyves.blogspot.fr/2012/11/le-mysterieux-manuscrit-voynich.html[/url]

car le sujet y a été beaucoup débattu... le temps et des soucis ont empêché un redémarrage de la recherche (complexe !) mais je propose de la reprendre ici car le blog et les commentaires y sont plus simples et visibles pour le moment. Beaucoup et très longs commentaires donc, en commençant par le plus ancien :

" Anonyme 21 novembre 2012 02:19
on dirait du code pour tisser des tapis ou de la dentelle venitienne... je penche assez fortement pour un catalogue de tricot de l'époque...un "mode et travaux" à l'antique en quelque sorte. Dans ce cas, ce n'est pas vraiment codé, c'est juste de la phonétisation à la manière de ces dames tisserandes, la page 69 indique ptêt une des premieres machines à tricoter capable de changer ce code en oeuvres...

Anonyme21 novembre 2012 02:36
...et de se poser la question si l'encre de la numérotation des pages est la même que celle du texte? dans ce cas, la/le/les auteur(s) de l'ouvrage aurai(en)t une langue courante plus ou moins latine.

Anonyme21 novembre 2012 08:24
...enfin, je dit ca mais je n'ai découvert ce code qu'il y a que quatre-cinq jours alors que certains l'ont étudié des années sans trouver. Force est de constater que chaque symbole est plutot composé de ce qui pourrait n'etre qu'un fil unique. C'est peut-être aussi un coloriage pour enfants d'une "maitresse" de l'époque. Quelque chose me dit cependant que c'est plus bête et plus méchant qu'un code mais que ca aurait bien du sens. Ptet les demoiselles tisserandes dans les harems nord-africains qui se transmettaient leur savoir. Ca expliquerait les douches où l'on ne voit que sept femmes. La peinture a été appliquée en un second temps et comme les chiffres sont par-dessus, apres encore. Sur certaines pages, l'ecriture s'arrete au dessin avec un crochet à droite et un anneau à gauche. Ce qui me semble etre une possibilité forte que ce soit ecrit de droite à gauche... et les signes qui sont pour nous en début de ligne seraient comme pour dire enfin fini, il ne reste plus qu'à encadrer ca avec de la gonce...

Anonyme21 novembre 2012 08:39
...bref ca sent fortement le "génie du désert" maniere femine. Au point que les notions d'alphabet ou de phonétisme ne devraient pas être utilisées à la manière qu'on connait. Les premieres épouses, qui ne savaient pas écrire, faisaient les dessins. Les secondes ajoutaient les images d'apres des tapis ou des cordelettes ou des dentelles, qui racontaient une merveilleuse histoire pour enfants. Le marchand marocain allait vendre aux riches nobles italiens ou leurs preceptrices, les enfants, dont ptêt leonard de Vinci, coloraient l'image, ou plutot apprenaient et enfin, un brave abbé en a fait un recueil et numéroté les pages. L'histoire a sans doute un sens mais il faut plus la voir en images du désert qu'en sons.

Anonyme21 novembre 2012 09:03
Ce sont surtout les nombreux H majuscules qui emaillent les textes qui me font penser à "un coup de navette à droite", "un coup de navette à gauche"... ou ptêt, ici j'insère un batonnet comme ci ou comme ca...ca ressemble au tricotin avec quatre clous et un trou au milieu ... ou alors des colliers en verroterie avec des perles qui seraient livrées separément... ben oui, voila, un manuel de bijouterie... faudrait voir si ca donne de jolis colliers et bracelets.

Anonyme22 novembre 2012 21:40
enfin, voila, je pense qu'il s'agit d'un code ornemental, basé sur un modèle filaire tres tres probablement, pour fabriquer des objets royaux, comme on en verra beaucoup plus tard comme à la renaissance...il faut encore etablir quelques liens entre les formes et les signes, et peut-etre qu'on en tirera quelques histoire... dentelles, dorures d'ebenisteries, fer forgés, colerettes ou manchettes ornées... https://www.youtube.com/watch?v=Y2MBnzm72uY "si versailles m'était conté" regorge de ces divers arts de l'ornement et ce ne serait pas étonnant que ce soit une manière simple fort peu codée pour la fabrication... ce en quoi je rejoins l'avis du premier secret industriel présenté dans le documentaire de Nationnal Geographic...

Anonyme23 novembre 2012 06:39
Par contre, comme pierre de Rosette, je considerais plutot la page 76 http://brbl-media.library.yale.edu/images/1006210_quarter.jpg qui doit manifestement être une police de caractères pour les chiffres de 1 à 9 et de comprendre que 4o ne signifie pas Sforza mais correspond à une aiguille à l'emplacement 35 par exemple ou une cote de 35. Comme le dessin et le code inter-agissent(partout où le dessin passe il y a une "accroche" genre g à gauche et S à droite) on peut penser à de la marqueterie genre essence de bois 35... ou tout simplement l'ecrivain a voulu indiquer un bord, soin que nous ne prenons pas en ecrivant par dessus un dessin... ce qui reforce le sentiment que le code est un ornement de fond du dessin.

Anonyme23 novembre 2012 06:46
Cette page 76 laisse aussi supposer qu'il pourrait s'agir d'une copie d'un original d'une culture qui ignorait le zéro... en même temps, quand nous etablissons un programme, nous-mêmes ne commencons rarement par 0.C'est 1.faire les courses 2.ranger la chambre 3.balayer la cour ...

Anonyme23 novembre 2012 14:51
La piste que je suis aujourd'hui m'a été inspirée en visionant un document anglais sur voynich où l'orateur placait sa main devant un retroprojecteur : si le cache de lecture n'etait en fait qu'une main ou un doigt... ou si les H qui parsèment le document indiquaient le type de cache à utiliser pour rétablir l'ordre de lecture... enfin bref, je ne suis pas près de trouver.

Anonyme23 novembre 2012 18:43
Je garde la piste d'un cache comme pas impossible mais bon... il reste cette page 76... j'ai pensé aux dix commandements et aussi à la chapelle Sainte-Odile http://www.geolocation.ws/v/W/File:Mont%20Sainte-Odile%20BW%2012.JPG/-/en qui pourrait se rapprocher de http://brbl-media.library.yale.edu/images/1006196_quarter.jpg image qui me fait aussi penser aux colerettes d'Arlequin... et de me poser la question de la veritable charge informative dans les textes. Et de m'indigner d'un escroc :http://www.davidicke.com/forum/showthread.php?t=217818 qui reclame ni plus ni moins 5 millions de dollars pour le code qu'il m'apparait manifeste qu'il n'a pas.La charge informative toujours.

Anonyme24 novembre 2012 02:11
voila, enfin, je crois que le code voynich ne va plus tenir tres longtemps (c'est toujours là que patatras)... la bonne remarque c'etait de se rendre compte que la fameuse page 76 etait un code dans le genre des dix commandements et d'en extraire les signes qui voulaient dire "non" ou "aucun". Le rapprochement graphique comme je l'ai fait dans mes images sur voynich va permettre d'etablir un arbre de correspondance signe-signifiants-mots-phrases... https://www.facebook.com/photo.php?fbid=333283306778699&set=a.333283246778705.79453.100002910983152&type=1&theater
mais comme on bit, il vaut mieux ne pas vendre la peau de l'ours avnt de l'avoir tué.

Yves Herbo24 novembre 2012 02:59
Je vous remercie beaucoup pour toutes vos remarques qui sont passionnantes et qui démontrent votre propre implication dans les recherches sur ce code.

Je remarque que vous avez au début de vos commentaires fait un rapprochement avec la Renaissance, de Vinci, etc... mais le manuscrit a été récemment et définitivement daté de 100 ans plus tôt qu'on ne le pensait : début 1400 donc : cela me paraît trop loin de la Renaissance et des travaux d'enluminures envisagés. Vos derniers commentaires font intervenir la religion, et je crois que plusieurs chercheurs sont sur cette voie en effet. Cela fait des années que des cryptologues cherchent et pensent qu'il y a un code sans trouver, mais depuis 1400, il n'y a pas non plus le feu au lac comme diraient nos amis suisses ;)

Anonyme24 novembre 2012 19:02
il y a quand même une étrange malédiction(ou béné...) qui semble planer sur ce code : régulierement, le carnet qui me sert à le transcrire est déplacé par mes chats en des lieux qui me font enrager. Puis la voie graphique me fait tres peur aussi : avec mon imagination, je vois tantot des extra-terrestres, des démons ou de la pornographie, tantot moyennageux, tantot du style des illustrations, tantot tres élaboré... bref cachons ce sein que le monde ne saurait voir. L'autre malédiction, c'est que nulle part on ne trouve sur google de forum de discussion où en parler sans avoir des soucis avec les urls ou l'identification. Enfin, même plus tot, XIIIe ou XIIe siecle ou avant, je pense que les gens ont eu le souci de consigner dans des livres "encyclopédiques" les savoirs qui les entouraient. Enfin, on ne sait même pas si c'est une écriture faite pour être comprise par tous ou personne. (un peu comme ce que j'exprime aussi...paradoxe, paradoxes...)... enfin y a pas le feu au lac, ni de lac en pente pour faire du ski nautique sans bateau... votre travail sur le sujet a aussi été remarquable, j'avoue.

Anonyme24 novembre 2012 19:25
le terme 4oH me fait penser fortement à "God" en anglais ou "Gott" en allemand qui signifie Dieu. Ainsi le commandement 1 de la page 76 : "4oHc8g 4oHcog oN oN oN aHoN6 oHcg 4oHc8g 6Hc8g" pourrait bien être du style de "faux-dieux" , de "Fausses-Icones-de-dieu" "jamais", "jamais", "jamais", tu ne "vénéreras" ou "adoreras-comme-dieu"...
à moins que ce ne soit "jamais d'acides et de bases tu ne mélangeras"... ou quelque ancêtre de programme en Basic... hihi... c'est amusant, un anglais disait que c'etait la retranscription fidèle du dernier discours de Schwartzeneger...

Anonyme24 novembre 2012 19:44
la piste Sainte-Odile m'a mené à http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/71/Septem-artes-liberales_Herrad-von-Landsberg_Hortus-deliciarum_1180.jpg dont la ressemblance avec la page 68 me semble plus qu'avérée et quelques autres aussi mais la séparation _|_ du centre laisse bien penser qu'il s'agit à peu pres de la meme chose.

Anonyme25 novembre 2012 08:24
je pensais aussi à des carrés de 3x3 qui concentreraient 9 lettres en une même et je suis tombé sur un code maconique (masonic, lui de 4x4) auquel je n'ai pas compris grand chose vu que les explications etaient dans la langue de Shakespire mais l'auteur Albrecht Durer (1471 - 1528) prouve que l'art de l'époque etait deja pas mal avancé quand même... Quant à Voynich, plus j'avance, plus je trouve des arc-en-ciels, il y a sans doute une histoire de distortion optique ... les signes de poids forts se retrouvent sur la gauche des lignes et ceux de poids faible à droite mais sans que ce soit absolu...

Anonyme25 novembre 2012 08:38
surtout, je crois que quelqu'un, dans un coin, à cette époque a simplement voulu faire une encyclopédie pas tres élaborée , dans un langage un peu genre espéranto et qu'il/elle a puisé dans les éléments de son environnement. Il n'en ressortira probablement aucun tres grand secret ni pierre philosophale ni atlantide perdue... (helas) mais bon, je trouver le sens des paroles inscrites ou des dessins codés mettra fin à une enigme. moi-même, en faisant beaucoup de posts, j'essaie d'evaluer le temps que peut représenter en jours la creation de 115 pages de ce type. Quand à la validité des informations que l'on y trouvera, je doute qu'elles fassent grandement progresser la science.

Anonyme25 novembre 2012 15:56
codé ou pas codé, avec une clef ou sans, optique ou cognitif, arnaque ou pas... à aucune de ces questions nous n'avons de réponse purement positive ou negative. Le fait que chaque folio commence par des signes différents peut faire penser que nous avons affaire à un dictionnaire-herbier qui enumere les plantes, les techniques... mais l'ordonancement ne suit pas vraiment un ordre numérique comme dans nos dictionnaires modernes (bleuet, digitaline,nenuphar,pensée semblent néanmoins arriver dans l'ordre qui nous est alphabetique au cours des pages) donc soit c'est codé soit c'est optique soit c'est une arnaque, rien ne priviligie l'un par rapport l'autre. Il y aurait une clef ? j'ai pensé fortement à un système comme le coogle qui fournirait à un arnaqueur une suite tres rapide qu'il suffirait de ponctuer des blancs d'un roman quelconque tel "Roméo et Juliette" ou "contes des mille et une nuits", libre de les deplacer si le coeur lui en dit... ca donnerait exactement ca, sans sens supplémentaire (peut-etre interroger le fabricant de coogle). Sans doute trop évolué par rapport au soins des icones. Je pense qu'on tient un bien meilleur bout en disant qu'un simple jeu de carte posé sur un chevalet aurait pu servir. Ce qui souligne les structures arc-en-ciel qu'on retrouve partout. Quatre piles coeur carreau trefle et pique, mais avec des piques qui parviendraient à se rapprocher du debut de la ligne et des coeurs qui parfois atteindraient la fin. La grille de cardan donnerait cette structure au niveau 1 mais pas au niveau 2... les H sont trop moyennement présents.

Anonyme26 novembre 2012 06:53
Faut-il dire que j'ai trouvé quelque chose ?
oui, et c'est bien triste... j'espérais comme tout le monde, un peu naïvement, que la page avec le bleuet donnait la mystèrieuse recette alchimique du philtre d'amour originel... et bien, il n'en est rien...
j'ai effectivement trouvé le code si l'on peu parler de code. Et je reste avec toute ma déception. Je vais garder le secret un petit temps, le temps de rigoler de ceux qui ne trouvent pas... et je vous rassure, c'est pas du latin. Le gars qui réclame 5 millions, il peut remballer son attirail... et ce n'est pas de la poesie non plus... ce n'est pas une grille de cardan, ce ne sont pas des chiffres , ni des cartes à jouer, ni des lignes à masquer avec un ruban spécial... Voila, il fallait que je trouve, j'ai plus rien pour m'amuser maintenant. Enfin, si , comment prouver que j'ai trouvé sans dévoiler le secret...

Anonyme26 novembre 2012 07:34
allez, je peux le dire, on n'est pas nombreux à lire cette page...C'est tout bête... c'est de la broderie pour mouchoirs et napperons... on fait toujours ainsi de nos jours. Les signes ne sont autres que les points plats à poser ... on voit d'ailleurs tres nettement en transparence les dessins de la page suivante qui marquent tres bien les debuts et les fins des points... il n'y pas plus d'informations cachées la-dedans. Modes et Travaux à l'ancienne. Du moins pour les 114 pages de l'herbier. Et dire que j'etais sur la bonne piste dès le départ. De simples napperons...
Quand je me suis apercu du truc, j'ai regardé bien toutes les pages, et y a pas à tortiller, ca correspond bien à ca et uniquement à ca.

Anonyme26 novembre 2012 23:15
Uniquement ? un doute m'assaille quand même... c'est suffisant pour invalider pas mal de dechiffrements qui sont servis sur le net mais curieux quand même dans l'orientation de former des mots plutot que des suites sans ordre. Les zones choisies ne couvrent jamais tout le dessin au verso et interagissent avec les zones au recto. Curieux quand même comme maniere de faire une broderie. Plus le texte s'étend de bord à bord supposant encore le codage d'un autre dessin ou texte... Puis franchement qui peut vouloir de ces motifs sur un mouchoir ou un napperon ? C'est suspect, ca peut encore cacher quelque chose... ou pas.

Anonyme27 novembre 2012 14:12
On a la trame, la charpente, la manière dont a été construit VMS. On sait un peu mieux ce que c'est et ce que ce ne peut pas être. Pas mal de pages n'ont pas de verso mais on voit bien que majoritairement, c'est un procédé de décalcage. Et de plus, c'est vite fait, donc ce que nous prenons pour mots recele beaucoup d'informations pour la forme et peu pour le sens... s'il y a du sens caché, il doit etre encodé , encapsulé dans le flot des signes, ce qui n'est pas impossible mais difficile avec les moyens de l'epoque en effectuant le travail de décalque. Un volonté de ressemblance avec une langue a pourtant été insufflée... quatre à cinq mots en langue naturelle pourraient ressortir par ligne, un paragraphe pourrait faire une phrase environ... ou tout ne sert qu'à décalquer... le plus simple est de croire que l'ecrivain avait un carton avec 4 ou 9 trous et que le symbole n'indique que le trous touchés par le dessin... donc encore une table de correspondances à établir.

Anonyme27 novembre 2012 14:23
Avec un peu d'inventivité on pourrait cacher un texte dans les points mais mon avis est que la personne de l'époque ne l'a pas fait, ni peut-etre même pas trop fait expres que ca ressemble à des mots. le but semble simple : donner un max de precisions sur le dessin decalqué mais au moment de transposer certains signes il n'est pas in-envisageable d'y avoir enregistré quelque "commentaire",aussi... l'effort de faire ressembler le tout à du texte pour tromper pourrait aussi couter de l'information.

Anonyme28 novembre 2012 00:03
Bon, nous avons deja l'image en basse resolution, en decodant les signes, va-t-on découvrir juste une resolution plus élevée ou "un mystérieux message" ? Comme vous l'avez dit, il n'y a pas trop le feu au lac... ne pensant pas mourir demain, j'avouerais, qu'intuitivement, ma preference va à 80% à juste de la resolution en plus... et tout aussi intuitivement, je dirais que la base du code est une grille de 2x3 trous... bref un quasi-6bits à l'ancienne, ou si vous preferez, la face six d'un dé à jouer tenu verticalement... les grands H qu'on voit trainer un peu partout... mais tout cela n'est "qu'intuitif"... de forts soupçons pesent sur cette affaire.

Anonyme29 novembre 2012 05:57
J'ai vu à la télé aussi de magnifiques costumes de fête africains qui pourraient bien etre ca. En tout cas, il est indéniable que j'ai "craqué" une bonne partie du code Voynich, invalidant une bonne partie de ce qui a été raconté sur le net... chose que j'ai encore exprimé ailleurs sous les termes :"j'ai examiné le manuscrit de Voynich attentivement et je pense avoir découvert une chose qui invalide toutes les traduction en un quelconque langage naturel. En effet, les codes sur nombre de pages se superposent à un décalage pres, au dessin au verso du feuillet. Je pense donc avoir craqué le code Voynich en affirmant que c'est un manuel de code de fabrication d'images par décalcage. Comme ce procédé est tres courament employé en broderie, il y a fort à parier qu'il n'y a aucun texte intelligible , juste des images ... les symboles sont soit des points de broderie soit des touffes pour tapis et sont à implanter aux endroits précis où se trouve mes codes... des patrons pour etoffes de luxe, rien de plus à mon humble avis. Ceci n'exclue pas du texte caché mais par aucune des méthodes decrites sur le net." E.chap. (cas unique sur un clavier)

Anonyme29 novembre 2012 05:58
cela rompt avec l'exclusivité que j'avais réservé à cette page, mais il est bon de porter la vérité toujours un peu plus loin...

Anonyme29 novembre 2012 18:20
Mon oeil d'expert me dit que tout n'est que signifiant pour l'image et d'un iso-morphisme torride mais parfois nos yeux peuvent nous tromper, surtout sur les détails... Surtout sur l'idée de la broderie, les H pourraient etre l'insertion d'un type de support dans une machine et les signes des types de pierres à sertir ... on a la certitude de l'image décalquée mais il plane encore une incertitude sur l'usage.

Anonyme30 novembre 2012 05:19
Assuré de mon fait, j'ai entrepris de faire valoir la solution aux yeux de tous , en la proposant à Wikipedia. Je me suis fait remballer quelque chose de monumental par un administrateur sous le couvert du pseudo Alphos sous prétexte que je n'avais encore fait aucune publication dans Nature. Bref, ils preferent entretenir le mystere et le mensonge, tromper le monde en vendant des livres à 250 euros... c'est clair, c'est plus rentable. Moi, j'appelle des gens comme ca, simplement des malhonêtes, dangereux en plus quand ils imposent leur modèle de responsabilité à d'autres systemes comme on a pu le voir dans l'affaire du sang contaminé.

Anonyme30 novembre 2012 10:27
Curieux Wikipedia, qui se veut une encyclopédie du vrai et qui rejette la vérité quand on la lui sert en scoop sur un plateau d'argent.Mais bon, chacun ses contraintes, ses envies et ses méthodes... Normalement ca devrait les mettre plutot mal à l'aise par rapport à leurs prétentions d'objectivité mais , contre toute attente, ils s'abritent derriere une des lignes de leur reglement qui leur interdit de publier tout travail inédit...

Anonyme30 novembre 2012 17:16
Je vais disparaitre de ce blog jusqu'au 14 décembre car je déménage et Orange vient juste de me communiquer la nouvelle date à laquelle je disposerais à nouveau d'internet... esperons que ce soit plus court...

Yves Herbo2 décembre 2012 03:32
Wikipedia devrait au moins prendre votre référence et un lien pour montrer vos travaux : ils pratiquent plutôt la culture et l'info orientée d'après ce que j'ai déjà pu constater...

En tout cas, merci de nous avoir fait partager vos recherches et déductions (même s'il reste toujours une part d'incertitude à priori), je pense que moi-même et d'autres lecteurs ici partageons votre passion pour la recherche de la vérité, et tenter de la partager.

Si vous avez un lien ou un texte, une étude à publier, je me ferai un plaisir de l'ajouter dans mes partenaires et annuaires de mes deux sites ou de publier.

En attendant, bon déménagement et réaménagement (période difficile en principe).

Anonyme5 décembre 2012 11:59
Mon déménagement est toujours en cours et les prises de bec avec wiki aussi même si je pense qu'ils commencent doucement à se ranger à la réalité que j'ai effectivement craqué le code. Moi aussi, j'assimile que ce que j'ai fait n'est finallement pas si trivial que ca et que ca aurait bien pu courir un bon millier d'années sans mon intervention...
Pour finir de prouver mon affaire, il va falloir que je produise la table des codes que je n'ai qu'effleuré visuellement et probablement la traduction en images de toutes les pages... et surtout être publié quelque part.
Prendre des beignes de toute par pendant un déménagement, ca aide à réfléchir droit... (j'ai aussi contacté "Pour la Science" qui avait publié un article en septembre 2004 et devrait donc bien vouloir d'un des miens... ou plutot établi avec quelques collaborateurs qui voudraient bien, je ne dirais pas non à votre participation)

Yves Herbo5 décembre 2012 15:36
Je peux aider en effet si besoin, n'hésitez pas à demander. Je suis aussi en relation avec quelques journalistes et rédacteurs (le magazine Science et Inexpliqué par exemple devrait être intéressé par vos travaux et je suis en relation avec le rédacteur en chef), et même Sciences & Vie peut-être...

Anonyme7 décembre 2012 01:33
Ca sera sympathique, car sur la base et en gros, c'est quand même vous et votre désir de savoir la vérité qui avez effectué la plus grosse partie du travail. Moi, je n'ai eu en définitive qu'à exploiter vos données.

Anonyme7 décembre 2012 02:20
il faut avouer aussi qu'écrire des articles sans partir dans toutes les directions, ce n'est pas vraiment mon fort, je devrais faire un gros effort de canalisation.

Anonyme8 décembre 2012 09:12
Ah, enfin, wikipedia m'a banni pour une durée indéterminée, pour des motifs tous plus futiles les uns que les autres, de toute manière je commencais à m'y ennuyer avec leur éternel scepticisme. Je vais avoir le temps de m'occuper à faire un programme de représentation automatique du code de Voynich et de l'article décrivant ma découverte le concernant. Ridiculiser une bonne partie de tout ce qui a été si "justement" affirmé partout.Cela je ne le trouve pas forcément une bonne chose : de belles et grandes idées ont néanmoins été employées... gageons que je trouve un meilleur équilibre... je suis aussi souvent un des premiers à ne pas admettre des vérités quand on me les présente...

Anonyme8 décembre 2012 10:17
Alors là pour le coup, j'ai été très surpris (pour ne pas dire que je suis tombé sur le c...), Banni de France, je suis allé voir, ce que disait wikipedia Angleterre. Et bien le 24 Novembre, alors que je n'en étais encore qu'à me fourvoyer dans d'hypothétiques 10 commandements, un anglais proposait de retourner les mots par ordinateur et voir ce que cela pouvait donner... je n'ai pas encore essayé la manip mais en rapport avec ce que j'ai découvert, cela a tout son sens ... http://en.wikipedia.org/wiki/Talk:Voynich_manuscript#Here.27s_an_idea ... télépathie ?

Anonyme8 décembre 2012 10:40
Je sais qu'il ne manque qu'un coup de patte de génie pour ne pas avoir à faire tout le travail linéaire de traduction mais j'ai beau me torturer les méninges, cela ne vient pas facilement, l'idée de l'anglais d'inverser les mots et les superposer à eux-même est alléchante, quite à rendre un peu flou le résultat et noyer beaucoup d'informations mais serait comme une des méthodes d'accélérations que je recherche. Et puis aussi une idée qu'une personne intelligente que de relier ca à pi, aussi, enfin tout ca aussi précis qu'une passoire pour décoder canal + (si, il parait qu'il suffit de l'agiter très vite...)... dans dix jours, avec plus d'avancées, tout cela me paraitra bien trivial...

Anonyme8 décembre 2012 15:44
je me demandais d'où me venais cette familiarité avec le code Voynich puis je me suis souvenu d'une grande mode des débuts de l'informatique : l'art Ascii. http://fr.wikipedia.org/wiki/Ascii_art ... c'est une manière de faire très approchante du code en fin de compte.

Yves Herbo8 décembre 2012 17:11
Ah oui, j'ai connu et usé un peu de graphisme en ASCII en effet dans les années 80 avec mes premiers ordinateurs ;) Mais le rapprochement avec un document du 15eme siècle paraît surprenant !

Bon, vu toutes les études publiées depuis 1919 et le fait que personne n'a vraiment réussi à en tirer quelque chose de compréhensif jusqu'à présent m'incite à faire preuve d'une grande prudence : ce n'est pas en quelques jours ou même quelques semaines que cela se passe apparemment et il serait étonnant d'avoir trouvé cette fameuse solution si vite... nous avons déjà plein de références et sources ici, mais je ne peux que supposer qu'il en existe d'autres dans le monde et en plusieurs langues !
Une chose est étonnante tout de même : on a retrouvé nombre de documents du moyen-âge, y compris royaux et importants, militaires, etc... et le manque de cryptage de tous ces documents officiels et importants laisse rêveur par rapport au manuscrit de Voynich ! Pourquoi crypter et coder ce "catalogue" en 1400 alors que des documents à priori sensibles à l'époque ne le sont pas ? Il est possible bien sûr que l'on ait voulu y cacher un secret d'invention, une méthode de fabrication : un héritage artisanal qui se transmet de "maître" à "maître" avec des ajouts de chaque "héritier", un peu à la façon des architectes franc-maçons, avec des symboles et codes ?

Anonyme9 décembre 2012 03:16
C'est surprenant, mais c'est le même principe... on prend un dessin et on essaie d'y superposer les signes de sa nouvelle convention.
L'informatique et Voynich ne sont que des héritiers du procédé. Certes, ma solution est encore bourrée d'imperfections mais au vu du nombre de pages que j'ai attentivement parcourues, travail que tout le monde peut faire, on peut parier sans trop hésitation qu'elle est juste et vraie.
C'est sans doute comme vous dites, un message à transmettre d'héritier(e)s en héritier(e)s... mon sentiment qu'il s'agit de femmes dans la chaine, peut-être ne se vérifiera pas. C'est peut-être un art orphelin qui nous est devenu inconnu de nos jours, il a des parentés avec l'art d'enfiler des perles (les dessins à l'avant interdisent les dessins à l'arriere, esperons que ce ne soit pas des bouts d'os qu'ils enfilaient...).Francs-macons ou Compagnons du devoir, on peut effectivement s'interroger. Les Francs-Macons, je vous rassure, je n'en fait pas partie, ce qui ne m'empêche pas de partager leur idéaux d'amélioration du bien-être de l'humanité en permanence et au maximum.
Je n'ai une avance de quelques jours sur le decodage final et total du voynich, avec certes parfois des outils exceptionnels que le commun des mortels n'ira pas forcément se procurer.
Etre banni de wikipedia est une bénédiction pour l'avancée en ce sens finallement, même si je n'ai pas la foi en trouver grand autre chose que des dessins. Si tel est le cas, j'aurais amené 80% de la solution, sinon que 20%... c'est sur ce genre de pari, que j'ai affirmé avoir déchiffré le Voynich, car dans le pire des pires des cas, il restera 20% de vérité inaliennable.
Il faut que je me méfie, car libéré du poids de wiki, je vais écrire des encyclopédies de mes dérives. Je voulais quand même dire qu'on a le dessin en avant-plan mais sur le fond, il y peut-etre des messages écrits et l'on tiendra peut-être la langue de l'auteur... à mettre au conditionnel cette fois, dans le decodage des rosaces, le mot/dessin que j'ai examiné commencait par , c'est pareil, je n'en suis pas encore absolument certain, ce qui serait le codage d'une barre bien droite, bien verticale, donc exit les langages nord-africains à moins que ce soit un carré ou un triangle décoratif avant le texte.
Je vais avoir davantage de temps pour décrypter soigneusement ce qui est graphique... surtout si je ne passe pas mon temps à étaler de la confiture sur les blogs. Dans la page où y a les petites étoiles, j'ai vu en jouant avec mon rétroprojecteur numérique un magnifique cheval cabré... c'est cela qui me décourage le plus d'ailleurs, vu que le code suit les dessins, le décodage minutieux est beaucoup plus ennuyeux, pour apporter, je me dit, finallement, pas grand chose de plus...

Anonyme9 décembre 2012 03:27
Et puis comme beaucoup de personnes je suis assez ouvert quand même à pas mal d'histoires mystérieuses et floues... en plus de pistes qui seraient normalement établies. Pourquoi pas des extra-terrestres ? pourquoi pas des voyages dans le temps ? Pourquoi pas de la télépathie, des civilisations cachées ou englouties, de la télékynésie, ...
N'avez vous jamais eu le sentiment quand vous regardez une personne d'en deviner les pensées sans pour cela acquérir les connaissances d'un médecin en en regardant un, c'est même animal, il faut connaitre les intentions de l'environnement avant de se retrouver dans un piege.

Anonyme9 décembre 2012 03:33
J'hésite encore entre écrire un article bien en forme qui sera publié et reconnu quelque part ou me lancer à fond dans la production de la table de décryptage... l'un comme l'autre peuvent prendre beaucoup de temps mais comme vous dites, ca a deja attendu plus de 400 ans... allez, je décroche car il y a encore des milliers de points à voir.

Anonyme9 décembre 2012 07:06
Google est notre ami: j'ai cherché "Voynich FBI" et je suis tombé sur http://voynichthoughts.files.wordpress.com/2012/11/the_voynich_line.pdf, une étude statistique de quasiment la semaine dernière... Probablement qu'un petit chef bien renseigné cherche à grimper dans la hiérarchie. Ca va sans doute taper du poing sur la table et demain matin, le chef du FBI aura en entier le manuscrit traduit et enluminé sur son bureau. Nous, en attendant, il va quand même falloir bosser, ca devrait prendre une à deux semaine avant de pouvoir tirer la première page bien traduite... je n'ai quand même pas cent agents spécialisés en cryptologie à disposition. Enfin, il ne me semble pas...

Anonyme9 décembre 2012 08:58
il y en a quand même qui sont tombés très proches de la vérité aussi http://nibiru-investigations.xooit.fr/t7161-Le-code-VOYNICH-est-perce-histoires-d-etoiles-a-venir.htm?start=30

il faut dire que le procédé de cryptage, charge chaque symbole de 6 à 7 bits d'information environ et à vu de nez. Donc si le dessin est un texte de la même taille, on se retrouve presque avec des anagrammes, enfin presque. Si ma version est bonne, le codeur devait disposer d'un petit cadre, finement divisé en petites cases (un cheveu tendu sur des épingles,par exemple... on va même finir par connaitre la longueur de ses cheveux, voire peut-être l'âge du capitaine) et reportait les signes en fonction du motif grace à une table qui grace à la pratique, il avait mémorisée. Je vais m'atteler à dessiner une de ces pseudos-tables pour être plus clair pour vous, sachant que ce ne sera pas immédiatement la bonne, qu'il faudra l'ajuster.

Anonyme9 décembre 2012 09:08
et on en connait tres bien une deja toute faite comme ca en informatique : la grille de codage du minitel
http://www.typogabor.com/Media/minitel/Code_mosaique.gif
... d'ailleurs, ca ne vous dit pas quelque chose ?

Anonyme9 décembre 2012 09:20
à voir aussi http://www.typogabor.com/Media/Le_Dessin_et_la_Peinture_Sans_Maitre_1400px/012_Le_dessin_et_la_peinture_sans_maitre_.jpg

décidément, je lui devrais beaucoup à ce monsieur Grabor...

Anonyme9 décembre 2012 11:32
Comme on dirait en anglais :"i'm puzzled...". Je suis tombé sur l'article http://voynichthoughts.wordpress.com/top-ten-bad-signs-that-your-theory-is-likely-wrong/ ... le top Ten des mauvais signes pour votre théorie, et notamment le point 5 qui dit que le texte ne colle pas à l'image, laissant supposer que la voie a déjà été explorée. En corollaire le point 9. Il y aurait de quoi me convaincre à moitié. D'un autre côté, ce que j'ai vu sur le code me parait assez probant pour fabriquer plusieurs types d'objets d'une manière quasi-mécanique. Une brodeuse, avec fort peu de savoir-faire n'aurait pas procédé bien autrement. La page 69 ressemble fortement aux fuseaux pour la dentelle... Alors dois-je me lancer dans l'exploitation systèmatique ? Je crois que ce sera une manière ou non de prouver que j'avais bien raison sur la base... car malgré tous nos points de pérégrinations, on ne reste pas bien loin de ma toute première affirmation qu'il s'agit de dessin mécanisé, pour de la broderie, par exemple.

Anonyme9 décembre 2012 13:09
A la question, pourquoi si rapide , je répondrais : pas si vrai, il m'a fallu certes 10 secondes pour reconnaitre que c'etait du dessin mécanique, 10 jours pour m'apercevoir que cela suivait les contours du verso de la feuille mais surtout 30 ans d'expérience en informatique pour être capable de faire ces constations...
Surtout, si je les ai faites, pourquoi pas d'autres avant moi ?
Supposer que d'autres les ont faites mais ont dû abandonner est plus logique.
Je pense qu'il devient de plus en plus difficile à prouver ce qui pourtant saute aux yeux avec le scepticisme systématique moderne. L'homme aime détruire même sans motivation profonde, surtout sans vérifier. J'ai zoomé parfois jusque mille fois sur les pages de Voynich mais les sceptiques poussent toujours plus loin dans la négation des choses, rendant la tache toujours plus lourde, toujours plus impossible... vous avez craqué Voynich, ok, mais surtout gardez-le pour vous...

Anonyme9 décembre 2012 19:01
Allez, ce doit bien être le sept ou huitième post de la journée mais je viens d'achever le visionnage de "la mystérieuse parallèle"... qui, comme par hasard, souligne aussi la difficile lutte contre le scepticisme et les sceptiques, et aussi me fait une fois de plus m'interroger sur la presence de pi et phi dans le VM. Quant au décodage des symboles, je ne précipite toujours pas, je m'interroge sur des constatations simple comme le fait qu'une ligne verticale est codée "8" quand elle est à gauche d'un "mot", "H" quand elle est au milieu et "g" quand elle se trouve à droite. La simple grille mosaique de notre minitel ne suffirait pas alors qu'elle a à peu près le même poids en bits ?... Et puis une image, à 1h38m17s dans la "mystérieuse parallèle" peut-être celle sur une des rosaces du VM. Troublant comme diraient certains... Je pense quand même que je vais essayer de traduire les dessins du VM avec une mosaique approchant celle du minitel. Malgré que l'hypothèse graphique semble déjà été écartée par le passé, il y a trop de coïncidences pour que cela me convainque vraiment. Il me semble que cette piste a bien été trop vite abandonnée et négligée de tous...

Anonyme10 décembre 2012 00:45
Un petit espoir renait quand même, http://voynichima

Le billet du blog étant saturé, le tout a été recopié ici pour une continuation optimale : il n'y a aura plus d'articles distincts mais des Mises A Jour ici même.

12-07-2013 : MAJ de documentaires et recherches sur le sujet :

" Le Manuscrit de Voynich, le livre le plus mystérieux du monde.

En effet, il a été écrit dans un alphabet totalement inconnu de nos plus grands experts. Il n’est pas précisé le nom de l’auteur et il n’y a pas de titre.

Greg Hodgins, chercheur à l’université d’Arizona affirme qu’il a été écrit entre 1404 et 1438. Il est rédigé de haut en bas et de gauche à droite avec des lettres et des chiffres ressemblant étrangement aux nôtres.

Il est composé de 230 pages qui font chacune 15 cm de large et 23 de haut. Il apparait que 42 pages sont manquantes.
1. La première partie, appelée l’Herbier, comporte 112 pages et semble traiter de botanique. Elle est largement illustrée de dessins de plantes et de fleurs pour la plupart inconnue, d’aspect plutôt fantastique, accompagnés de courts paragraphes de texte.
2. La deuxième partie, constituée de 34 pages, semble aborder des descriptions astronomiques ou astrologiques. Elle est illustrée de dessins circulaires semblant représenter le soleil, des constellations et des signes du zodiaque.
3. La troisième partie, composée de 19 pages est illustrée de dessins de femmes nues, de figures humaines, reliées par des tubes d’apparence organique et est donc supposée traiter d’anatomie ou de biologie.
4. Les 45 pages de la quatrième partie forment la section Pharmacie, agrémentée de dessins de récipients remplis de plantes, de feuilles et de racines.
5. La dernière partie est une liste de formules ou recettes. Elle contient 324 paragraphes courts débutant par une étoile. (Source Le Cercle de Samsara)

Le texte lui est écrit de gauche à droite, sans ponctuation. Il comprend plus de 170 000 glyphes et la plupart sont écrits avec un ou deux traits. Dans cet obscure livre il n’y a pas moins de 35 000 mots et leur taille semblent variables.

Prescott Currier, cryptographe, pense que le manuscrit a été écrit par plusieurs auteurs, car la partie herbier peut se découper en deux parties distinctes avec chacune des propriétés statistiques et des écritures différentes, mais un expert en écriture démonta cette thèse et affirma qu’il s’agissait bien là d’une même écriture, et donc d’un seul auteur.

La première section du livre parait être consacrée au règne végétal. Seuls quelques spécimens ont été identifiés. Parmi les plantes faciles à reconnaître, on trouve une pensée violette et une fougère. La plupart de ces plantes semblent être des hybrides : des racines d'une espèce connectées à la tige et les feuilles d'une autre et finalement des fleurs provenant d'une troisième espèce.

Les bassins et les tuyaux de la partie biologie semblent indiquer une relation avec l'alchimie. Cependant, les livres d'alchimie de cette période partagent le même langage pictural où les processus et matériaux sont représentés par des images ou des symboles textuels. Aucun de ceux-ci n’apparaît de façon convaincante dans le manuscrit de Voynich.

Les caractéristiques étranges du texte, comme le doublement ou le triplement de mots et le contenu de ses illustrations, comme les plantes chimériques ont fait penser que ce manuscrit était peut-être une escroquerie. Mais d’autres ne sont pas de cet avis.

Tous les chercheurs qui se sont penchés sur le décryptage de cet alphabet se sont perdus et aucun n’a réussi. Il reste à nos jours le manuscrit le plus mystérieux du monde, car on ne connait toujours pas l’auteur, quand il a été écrit, ce qu’il dit, son alphabet, etc.

Si vous pensez en avoir les compétences, essayez a votre tour de décrypter ce mystérieux dialecte et vous découvrirez peut être le secret de ce manuscrit.

Le mystérieux Manuscrit de Voynichhttp://www.mystere-tv.com/le-mysterieux-manuscrit-de-voynich-v2107.html


Voici le lien d’un texte très bien fournis à son sujet :

http://le-cercle-de-samsara.niceboard.com/t196-manuscrit-de-voynich

Il y a encore des commentaires ici, mais il est préférable de commenter ci-dessous maintenant...

http://voynichcentral.com/gallery/

MAJ 02-02-2014 : " Marcello Montemurro, un physicien théorique à l'Université de Manchester, affirme avoir identifié un certain nombre d'éléments clés dans le texte en utilisant une méthode statistique d'analyse avec l'ordinateur, parfois utilisé dans le contexte de la recherche linguistique. Grâce à cette technique, il a été possible d'identifier certaines tendances récurrentes liées à la disposition de celles qui sont reconnues comme des « conditions » : une structure lexicale articulée signalerait qu'un message authentique se cache derrière les mots, et qui serait distribué selon des paramètres trouvés dans les langues communément utilisées. Les Réseaux sémantiques identifiés avec (ce système) semblent montrer quelques preuves que les mots semblent être des structures de phrases liées partageant presque la même (sémantique), comme cela se produit, en un sens, dans les langues communes : on débouche sur l'hypothèse d'un texte chiffré, peut-être destiné à "initier "de différentes façons ? ". - " These results together with some previously known statistical features of the Voynich manuscript, give support to the presence of a genuine message inside the book.

Voynich maj1

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0066344

http://www.ciphermysteries.com/2013/06/26/montemurro-voynich-paper-and-the-genuine-message

http://www.ms-voynich.com/histoirecodes.html

Un herbier datant de 1440 pour comparaisons :

http://www.bl.uk/catalogues/illuminatedmanuscripts/record.asp?MSID=7796&CollID=9&NStart=4016

On trouve certaines similarités ici dans des objets et textes rituels d'Ethiopie... :

http://galerie.scorpion.free.fr/galerie_scorpion_afrique_02.html

Ethiopie rituels1

Eric fait toujours des recherches assistées de son ordinateur, et voici un lien vers certaines de ses recherches spécifiques sur le Voynich :

http://echapfr.wordpress.com/author/echapfr/

MAJ 08-02-2013 : Le célèbre manuscrit de Voynich enfin décodé ? Le mystérieux texte du 15ème siècle pourrait être écrit dans une langue aztèque perdue.

Voynich 2

Des chercheurs ont tenté en vain pendant des dizaines d'années de déchiffrer les textes anciens écrits sur le manuscrit de Voynich – il semble pourtant qu'on ait cherché l'inspiration au mauvais endroit.

Un botaniste américain a étudié les plantes illustrées du manuscrit dans un livre du 15ème siècle et en a localisé plusieurs d'entre elles comme étant d'une région d'Amérique centrale, aujourd'hui le Mexique.

Le Dr Arthur Tucker déclare que 37 plantes au moins sur les 303 auraient poussé dans la région aux 15ème et 16ème siècles et il pense que le texte est, de ce fait, écrit dans une langue aztèque, le nahuatl.

L'écriture est si bizarre que des sceptiques ont déclaré que le livre est un canular ou que les caractères n'ont aucun sens. Le manuscrit a été découvert en 1912 dans un monastère italien par le libraire Wilfred Voynich.

Une datation au carbone suggère que le manuscrit a été créé entre 1404 et 1438 approximativement, pendant la renaissance italienne.

Voynich 4

Les 240 pages du livre sont faites d'un type de parchemin produit par du cuir de veau, connu comme vellum et sont décorées d'illustrations, diagrammes et d'un mystérieux texte écrit de gauche à droite.

La nature mystérieuse du texte a incité les cryptographes du monde entier à l'étudier, mais personne jusqu'ici n'a réussi à déchiffrer les passages écrits.

Le Dr Arthur Tucker de l'université du Delaware a utilisé une approche différente et a préféré étudier les plantes qui illustrent le livre.

Il a découvert des similitudes entre des plantes spécifique du manuscrit et des illustrations de plantes qu'il a trouvé dans sa collection d'archives mexicaines du 16ème siècle.

Par exemple, le Dr Tucker et ses collègues chercheurs Rexford et Talbert ont dit qu'une plante du livre affiche une ressemblance avec la photo d'une plante saponifère (xiuhamolli) vue dans un codex mexicain de 1552. Alors qu'un autre exemple inclut l'illustration d'une ipomée murucoïdes, trouvée dans le codex mexicain Cruz-Badianus, qui a un style identique à l'ipomée arborescente du manuscrit.

Au total, les chercheurs ont relié 37 des 303 plantes du manuscrit aux illustrations des anciens livres mexicains traitant de la botanique du Texas, de la Californie et du Nicaragua.

Si le texte est écrit dans le langage nahuatl, les botanistes prétendent qu'ils peuvent retrouver le nom des plantes du manuscrit et qu'ils pourraient les utiliser pour former un code de base à partir duquel ils décoderaient le reste du texte.

Voynich 3

Par exemple, on voit une illustration de la pulpe ou du fruit d'un cactus près du nom 'nashtli' que Tucker et Talbert pensent être une variante du mot 'nochtil' – le nom nahuatl pour le fruit de la figue de Barbarie.

Le nahuatl a démarré au centre du Mexique au 7ème siècle. C'était la langue parlée prédominante des aztèques.

À la suite de la conquête espagnole du Mexique au 16ème siècle, l'alphabet fut remplacé par le latin.

Le nahuatl devint une langue littéraire, qu'on réservait à la poésie et à des écrits semblables au manuscrit de Voynich.

Des variantes de nahuatl sont toujours parlées par environ 1,5 million de peuples nahua au centre du Mexique.

On peut voir une version online en haute résolution du manuscrit de Voynich ICI.

Sources : DailyMailhttp://www.nouvelordremondial

Voynich 6

 

Yves Herbo et Eric Chapuzot - Sciences-F-Histoires-2013-2014

Commentaires (6)

yvesh

étonnant ! d'autant + qu'on pouvait encore le trouver grâce à des éditeurs français pour moins de 30 euros encore récemment... et qu'il est gratuit sur internet...

scorsphil
  • 2. scorsphil | 24/08/2016

salut a tous, pour les intérrèssés le manuscrit VOYNICH a été reproduit en Espagne pour la modique somme de 6 a 7000 euro. hum!!

yvesh

Merci pour votre avis ! Le manuscrit Voynich recèle bien des mystères en effet

fary
  • 4. fary | 01/07/2014

Bonjour,
J'avoue que je decouvre le manuscrit et que je n'ai pour l'instant que survoler les interprétations. Mais une chose me saute aux yeux sur la page où, en début nous voyons 3 femmes reliées par des "tuyaux" . Pour moi c'est clairement l'appareil reproducteur de la femme. Plus bas à droite le "serpentin" représente les intestins.
Bien à vous
Fary

Gregory
  • 5. Gregory | 17/05/2014

Ma suggestion pour décoder le Voynich Manuscript se trouve dans le fait que chacune de ses pages individuelles code pour une autre information. Manuscrit Voynich - ce n'est pas ma tâche, chiffrement classique écrit, ne rébus symbolique - idéogramme. http://gloriaolivae.pl/

Louis guilloret
  • 6. Louis guilloret | 26/02/2014

je ne suis pas croyant mes je me suis pencher dessus ce livre es ecrit par dieux !!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau