Un spécialiste du magnétisme terrestre prévient l’humanité ?

Un spécialiste du magnétisme terrestre prévient l’humanité ?

 

mg1.jpg

Voici l'email du scientifique anonyme, james F. daté du 12 janvier 2012 :

"Le pôle nord géomagnétique continue son accélération et file droit vers la Sibérie. Ceci est en soi une nouvelle quelque peu normale. Cependant, je tiens à prévenir, d’où ma très grande inquiétude, que celui-ci se déplacera encore plus rapidement au cours de l’année 2012, comme jamais, et pourrait croiser le pôle géographique avant la fin de l’année. La situation économique, la géopolitique, les morts d’animaux à travers le monde, tout est lié au magnétisme terrestre, une situation aggravée par les éruptions solaires dont un pic alarmant est attendu pour 2013.

Si je vous préviens aujourd’hui, c’est qu’aucun média ne vous parlera de la  catastrophe à l’échelle planétaire imminente.

En l’espace de 10 ans seulement, le pôle magnétique terrestre s’est déplacé 50 fois plus vite et cette vitesse exponentielle va se poursuivre dans les deux années qui viennent, provoquant toujours plus de séismes, de réveil de volcans et d’autres dérèglements climatiques intimement dépendants de ce phénomène.

2012, et plus particulièrement, la fin 2012, s’annonce catastrophique. Le croisement du Pôle Magnétique et du Pôle Géographique ne se fera pas sans dégâts, d’après mes calculs, cet évènement se produira avant 2013, certainement en décembre prochain.

On écoute jamais assez les mayas qui connaissaient mieux que nous aujourd’hui le soleil, eux qui en possèdent nombres de calendriers. Et je commence à croire que ces génies de l’Astronomie étaient avant tout des génies de la compréhension électrique de l‘univers, et de cause à effet, du magnétisme terrestre.   

Car il n’y a pas magnétisme sans univers électrique. Pourquoi vos scientifiques patentés vous le cachent-t-il encore ? Pour l’énergie libre, ou pour d’autres raisons. Mesmer pourrait vous en dire tant, le grand ami du roi Louis XVI, guillotiné dans le seul but de dénigrer ce premier, pourtant homme qui influença le très célèbre Nikola Tesla.

Il est grand temps que vous comprenez que l’homme n’est rien dans cet univers. Il est grand temps que les peuples reprennent le pouvoir pour saisir toute la vérité avant qu’il ne soit trop tard. Ce pourquoi, moi, James F., demande aux peuples des pays du monde à renverser  chaque gouvernement. Le pouvoir entre vos mains, vous pourrez vous défendre, puisque vous pourrez accéder aux informations cachées.

Vous prévenir est une chose que je ne pourrai bientôt plus faire. James. F."

Bon, voilà une alerte anonyme et sans références scientifiques qui n'annonce rien de bien nouveau en fait si on fait une recherche rapide sur internet. Par contre on trouve aussi des assertions assez curieuses sur certains sites vraiment scientifiques, notamment le fait qu'aucun scientifique reconnu n'a vraiment mesuré le problème à ce jour... ce qui est faux en soi car plusieurs nomités se sont penchés et se penchent encore sur le sujet :

Aujourd'hui, c'est une certitude, le champ géomagnétique total diminue. Depuis quelque décennies, la force du champ magnétique terrestre a décru de 10 à 15 %, ce qui est particulièrement rapide à l’échelle du temps planétaire. Cette détérioration a commencé il y a approximativement 150 ans et s'est accélérée ces dernières années, comme le montre ce graphique.

champmagnetique1590-2000.jpg

Baisse du champ magnétique de 1590 à 1990.

La crainte d’une nouvelle inversion des pôles est survenue en 2002 lorsque le géophysicien français Gauthier Hulot a découvert un fléchissement de plus de 10% de l’activité magnétique près du pôle nord, après qu’une inversion des pôles magnétiques du Soleil ait déjà été enregistrée au cous de l’année 2001, ce qui peut, selon lui, laisser présager la venue rapide d’une nouvelle inversion de polarités sur la Terre elle-même.

De l’inversion des pôles au déplacement physique, les risques ?

La théorie de l'inversion des pôles amène à plusieurs conclusions possibles. La chute du champ électromagnétique de la terre entraînerait un déplacement physique des pôles, qui aurait un effet sur l'inclinaison de l'axe de la terre, qui n'est pas droit, mais forme un angle d'environ 23 degrés (cette inclinaison provoque les différences d'ensoleillement au gré des saisons qui s'écoulent). Si l'angle de cet axe change, cela aurait pour conséquence une série de séismes le long des lignes de faille tectoniques et générerait des raz-de-marée consécutifs à des bouleversements sub-océaniques. Des îles seront sans doute englouties, des régions côtières et des plaines disparaîtront sous les flots…

D’après nos conclusions, il est désormais scientifiquement établi qu’un basculement axial de la Terre se produira au cours des prochaines années et qu’il générera inévitablement une inversion soudaine des pôles magnétiques comparable à ceux qui entraînèrent jadis la disparition brutale des mammouths ou des dinosaures. Mais le déplacement physique peut aussi se produire sur des milliers d’année, limitant considérablement les conséquences immédiates et chaotiques. 

 

Rappel :

 

Un aéroport ferme à cause du déplacement du pôle magnétique

 

kogalymavia-tu-im4.jpgSurgut 01-01-2011

Les scientifiques disent que le pôle nord magnétique se déplace vers la Russie et que les retombées ont atteint, entre autres, l’aéroport international de Tampa. L’aéroport a fermé ses pistes principales jusqu’au 13 janvier 2011 pour repeindre le désignateur numérique à chaque extrémité ainsi que la voie de signalisation pour tenir compte des changements de l’emplacement du pôle magnétique de la Terre. L’Administration Fédérale de l’Aviation a fait ces changements en lien avec un rapport du National Geographic qui explique le déplacement progressif du pole nord magnétique de la Terre de près de 40 km par an vers la Russie et ce, en raison des changements magnétiques dans le noyau de la planète.

Le 08 janvier 2011, un rapport diffusé au Kremlin, préparé pour le président Medvedev par le général Alexander Zelin, commandant en chef de l'Air Force de la Russie, annonce que l'explosion mortelle le 1er janvier 2011 d'un Tupolev-154 de la compagnie Kogalymavia, au décollage de l'aéroport de Surgut vers Moscou, était dûe a un échec critique des systèmes électroniques de l'avion qui n'ont pu compenser l'évolution rapide du déplacement des pôles magnétiques de la Terre.

Selon ce rapport, de nombreuses variables précises doivent être calculées avant que l'avion ne quitte son aire de carburant, y compris sa localisation magnétique, qui permet à l'ordinateur de connaître sa bonne altitude par rapport au niveau de la mer. Avant le décollage, et dans le cadre de son entretien de routine, une mise à jour logicielle a été entrée dans le calculateur avionique par la compagnie Kogalymavia. A l'insu des pilotes des avions, continue le rapport, la mise à jour finale de leur ordinateur après l'installation de celle "automatique" devait être effectuée manuellement par les pilotes ou techniciens, afin de compenser par la suite et plus rapidement les changements de positions des ondes magnétiques futures. L'échec des pilotes ou techniciens a effectuer cet ajustement manuel a fait croire aux calculateurs de l'avion que son altitude était celle de la montagne Dzhugdzhur, à plus de 5.000 mètres d'altitude, alors que Surgut est situé à 61 mètres d'altitude.

Quand l'avion a voulu décoller, le ratio air-carburant n'était pas calculé sur la bonne altitude et a provoqué une inondation massive de combustible dans les moteurs avant le décollage, qui s'est enflammé. Des 124 passagers et membres d'équipage à bord de l'avion, seuls 3 ont trouvé la mort, ce qui est très miraculeux quand on considère l'accident qui a détruit le tupolev-154 avec des flammes se propageant sur 1000 mètres carrés...

champ-magn.jpg

D'après les recherches : " Il arrive qu'une perturbation se produise dans le noyau, le champ magnétique s’affole alors pendant une courte période (de 1000 à 10 000 ans) pendant laquelle les pôles magnétiques se déplacent rapidement sur toute la surface du globe.

A la fin de cette période de transition, soit les pôles magnétiques reprennent leurs positions initiales (excursion), soit ils permutent (inversion).

Au cours de cette transition, l'intensité du champ magnétique est très faible et la surface de la planète peut être exposée à des radiations. De nombreuses technologies (électroniques) utilisant le champ magnétique pourraient aussi être affectées.

Le champ terrestre s'est inversé environ 300 fois ces derniers 200 millions d'années. La dernière inversion est survenue il y a 780 000 ans.

http://racines.traditions.free.fr/delugesa/fuitpole.pdf

http://www.observatory-geopole.org/instruments.php

 

Pronostiquer le champ magnétique terrestre du futur ?
 
 
Les chercheurs en rêvent. Mais la tâche est ardue. « Nous ne pouvons pas faire de mesure dans le noyau de la Terre »,regrette Gauthier Hulot, de l’équipe Géomagnétisme de l’IPGP. Car ce magnétisme, qui repousse dans l’espace le flux de particules solaires, naît dans les entrailles de notre planète. Sans lui, la Terre serait sans doute restée déserte, tant les radiations sont dangereuses pour les molécules de la vie.
 
 
« Le noyau liquide est animé de mouvements de convection qui évacuent la chaleur vers le manteau en déplaçant la matière », raconte Henri-Claude Nataf, du Laboratoire de géophysique interne et tectonophysique (LGIT) du CNRS, et directeur de l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble1. De plus, ce noyau liquide de fer et de nickel est un excellent conducteur électrique. Deux conditions suffisantes pour que l’apparition d’un infime champ magnétique, il y a au moins 3,5 milliards d’années, initie un effet dynamo : des courants électriques ont été créés dans la matière conductrice suffisamment agitée. Ils ont à leur tour fabriqué un champ magnétique, lequel a intensifié les courants. Le phénomène s’est autoalimenté jusqu’à produire le champ qu’on connaît aujourd’hui, et cessera quand, le centre de la Terre refroidi, la convection aura disparu.
 
Si Homo erectus avait pu inventer la boussole, il y a 800 000 ans, il aurait observé le pôle Nord à la place de notre actuel pôle Sud. Car le magnétisme terrestre varie sans cesse en intensité et en direction, au point de s’inverser parfois. Par chance pour les chercheurs, la roche a de la mémoire. « Quand les constituants magnétiques de roches volcaniques sont chauds, au-delà d’une certaine température dite de Curie, ils ne présentent plus aucune aimantation, explique Henri-Claude NatafMais en refroidissant, ces cristaux s’aimantent suivant le champ magnétique terrestre, et se figent. » On remonte ainsi jusque trois milliards et demi d’années en arrière. Pour gagner en précision dans les époques plus proches, les géophysiciens se tournent vers les archéologues.« La terre cuite possède aussi une mémoire magnétique,explique Gauthier HulotQuand une brique a été réchauffée, lors d’un incendie par exemple, sa mémoire est réinitialisée. On peut ainsi dater précisément le champ magnétique gravé dans le matériau ce jour-là. » L’observation en continu du champ magnétique terrestre s’est sans cesse affinée, avec des données d’orientation notées depuis le début du xviie siècle. 

Inversions
 
Grâce à toutes ces données, on sait désormais que les boussoles ont basculé plus de trois cents fois depuis 200 millions d’années. À chaque épisode, le champ terrestre faiblit avant de s’inverser, entraînant une diminution de l’intensité du bouclier magnétique. « Les cycles sont très irréguliers,explique Gauthier HulotOn a constaté des périodes de stabilité de 30 millions d’années, tandis que des inversions se sont produites à quelques centaines de siècles d’intervalle. Si une loi existe, elle est probabiliste et très subtile ! » La dernière inversion remonte à 780 000 ans. Nos ancêtresHomo erectus – y ont survécu, puisque nous sommes là pour en parler ! (NDLA : c'est en soit une assertion non prouvée car rien dans le génome de l'homme moderne ne prouve qu'Homo erectus soit son ancêtre pour l'instant !) En revanche, satellites et réseaux électriques connaîtraient aujourd’hui de nombreuses perturbations en cas d’inversion, puisque la Terre ne serait plus alors protégée des tempêtes magnétiques – des afflux brutaux de particules chargées issues d’éruptions à la surface du Soleil.
 
Pour tenter de mieux comprendre le champ terrestre, les chercheurs étudient notamment certaines planètes, comme Mars, qui garde la trace d’un magnétisme aujourd’hui disparu. Mais ils tentent également de reproduire le phénomène en laboratoire. Ainsi, les géophysiciens parviennent à recréer un mécanisme de dynamo, même s’il reste encore loin de celui qui fonctionne au centre de la Terre. « On utilise du sodium liquide, qui offre la meilleure conductivité électrique et la meilleure fluidité », explique Henri-Claude Nataf« Pour reproduire l’aimant terrestre, précise son confrère Gauthier Hulot, il faudrait un matériau beaucoup plus conducteur et beaucoup plus fluide. Nous ne l’avons pas. Mais on apprend beaucoup de ces expériences2. »

Depuis quelques centaines d’années, l’intensité du champ a diminué de 10 %. Est-ce pour autant le signe d’une prochaine inversion ? « Pas sûr », répond Henri-Claude Nataf« Il peut juste s’agir d’une petite perturbation, détaille Gauthier Hulot.On ne peut donc pas en déduire le moment de la prochaine inversion. » Tout juste sait-on aujourd’hui estimer les variations du champ magnétique à l’horizon de cinq ans. Pas si mal.
Denis Delbecq
 

Notes :

1. Observatoire CNRS / Université Grenoble-I / Institut national polytechnique de Grenoble.

2. Parmi celles-ci, citons l'impressionnant projet VKS : Lire « Le champ magnétique des planètes enfin reproduit », Le journal du CNRS, n° 208, mai 2007, www2.cnrs.fr/presse/journal/3379.htm

test-magnetisme.jpgPour comprendre le champ magnétique, les chercheurs de l'expérience DTS utilisent un modèle réduit du noyau terrestre : deux sphères emboîtées (graine et noyau) séparées par du sodium liquide chaud. Le tout est mis en rotation rapide autour d'un axe vertical.

Conclusion : les inversions des pôles magnétiques en soit ne sont pas trop gênantes (à priori mais on manque de témoignages ^^), c'est plutôt la forte baisse du champ magnétique associée qui est gênante (radiations, vent solaire), et le risque d'un déséquilibre physique du globe engendant un déplacement partiel des pôles géographiques ou de l'axe de rotation de la planète (modifiant donc les lignes équatoriales et tropicales...et le climat). On sait donc qu'il s'agit d'un phénomène naturel et récurrent, qui s'est produit de nombreuses fois dans le passé, mais nous ne sommes pas certains de ses effets locaux et globaux, ni de ses conséquences à courts et moyens termes sur le phénomène se produisait de nos jours, alors que nous sommes tout aussi certains qu'il se reproduiera un jour ou l'autre... Une autre question reste sur la période de -12 400 ans où certaines mesures (non confirmées à ce jour) montreraient une semi-inversion doublée d'un déplacement de l'axe de la Terre (la soudaine gelée des mamouths en Sibérie et un changement de 15 à 30 degrés des lignes équatoriales et des pôles géographiques)...

Yves Herbo, S,F,H,  01/2012

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire interviews environnement climat

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau