Présentation du projet français SeaOrbiter à Yeosu 2012

Présentation du projet français SeaOrbiter à Yeosu 2012

eclate-seaorbiter-2.jpg

SeaOrbiter, également appelé Sea Orbiter (en deux mots), est un projet de « laboratoire océanographique flottant ». Il est dirigé par l'architecte français Jacques Rougerie, l'océanographe Jacques Piccard et le spationaute Jean-Loup Chrétien. La construction du laboratoire océanographique a commencé en 2011.

Le laboratoire océanographique est semi-submersible. Cet engin mi-bateau mi-vaisseau, est d'une hauteur totale de 51 mètres dont 31 pressurisés sous le niveau de la mer et d'un poids de 1 000 tonnes. Il se laisse dériver au gré des courants mais possède deux petites hélices lui permettant de modifier sa trajectoire et manœuvrer dans les canaux de Suez et de Panama ainsi que dans les ports. De nombreux robots sous-marins pourront être envoyés à partir du laboratoire pour explorer les fonds marins. La coque, constituée d'un alliage comprenant aluminium et magnésium est cinq fois plus épaisse que celle d'un navire classique.

Partie émergée

+ 13,20 m — Au sommet du « navire », huit antennes, une grue et une vigie avec une vue de 360 °.
+ 6 m / + 5,25 m — Au-dessous, une première plate-forme contient un élévateur, la salle des machines ainsi qu'un centre de plongée et un caisson de décompression thérapeutique.
+ 3 m / + 0,5 m — Sur deux étages, le centre de contrôle regroupe : appareils de navigation et radio ; de contrôle de la zone pressurisée, des sorties de plongées, du robot ; réserve et stockage.

Partie immergée

- 2,00 m — Quartiers du capitaine et des hôtes accueillis sur de courtes durées ainsi qu'un espace multimédia,
- 4,50 m — Observatoire et laboratoire permettent d'analyser et traiter les données et prélèvements effectués. Couchettes pour huit membres d'équipage,
- 7,00 m — Salle d'observation panoramique avec salle à manger et cuisine. Lieu de détente où l'équipage se réunit, il sert également à des retransmissions pour les médias lors des principales découvertes.
9,35 m — Sas permettant de passer de la zone à pression normale à la zone pressurisée. Hangar sous-marin et accès direct à la mer ainsi que cuisine, quartier de vie et poste d'observation pour huit autres membres d'équipage.
- 11,70 m — Couchette et zone de travail des huit aquanautes. La seconde plate-forme se trouve au même niveau. Elle contient les ballasts, les réserves d'eau, le carburant et est équipée de projecteurs sous-marins. C'est là où s'entraînent les aquanautes.

Une quille de 450 tonnes se trouve sous cette plate-forme. Elle est facilement larguable en cas de problème et rétractable afin de faciliter le franchissement des hauts fonds ou des canaux.

Une maquette de SeaOrbiter est actuellement présentée au pavillon Français dans le cadre de l'Exposition Internationale de Yeosu 2012 en Corée du Sud. Le site est en cours de modification en français, mais voici la très belle présentation animée en anglais :

http://seaorbiter.telmat-hub.com/?lang=en

Pour plus de détails sur le projet de la fondation de l'architecte Jacques Rougerie et de ses sponsors, la NASA, le Prince Albert II de Monaco, National Geographic et Technip, voici une très belle plaquette de présentation en français. 

seaorbiter-fr.pdf seaorbiter-fr.pdf

http://www.fondation-jacques-rougerie.com/la_fondation/philosophie

SFH 07-2012

Yves Herbo sur Google+

environnement archéologie climat économie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau