Les cités englouties de Khambhat et Dwarka

Les cités englouties de Khambhat et Dwarka - 2012 - MAJ 07-2015

dwarka1.jpgA 20 mètres de profondeurs, les ruines de la cité de Dwarka

Les océanographes du National Institute of Ocean Technology (NIOT) de Madras ont fait une découverte de la plus haute importance. Ils mesuraient les niveaux de la pollution marine dans le golfe de Khambhat (ex-Cambay), enregistrant des images acoustiques du fond de l'océan quand, plusieurs mois plus tard ils se rendent compte qu'ils ont obtenu des images des ruines d'une immense cité, engloutie à 40 mètres sous le niveau de la mer. Janvier 2002, l'équipe du NIOT était en mesure de faire des révélations.

La ville engloutie partage des similarités frappantes avec les sites de la civilisation de l'Indus [2300-1700 av. J.-C.].

Les ruines s'étendent sur 9 km le long des rives d'un ancien fleuve, et l'on peut distinguer :

Les vestiges d'un barrage,
Un édifice, de la taille d'une piscine olympique, aux marches effondrées, rappelant le Grand Bain de Mohenjo-Daro,
Un monument rectangulaire de 200 x 45 m est aussi vaste que l'acropole découverte à Harappa,
Un autre édifice, sorte de grenier à blé, fait de briques de boue, d'une longueur de 183 m.,
Des rangées de constructions rectangulaires qui s'apparentent aux fondations de maisons en ruine,
Un système de drainage,
Des routes.

L'équipe a remonté des outils en pierre polie, des ornements et des figurines, des débris de poteries, des pierres semi-précieuses, de l'ivoire et des restes fossilisés humains.

sonar-khambhat.jpg

Des échantillons de bois fossilisé furent envoyés, pour datation à deux laboratoires indiens : L'un proposa 5500 av. J.-C., l'autre 7500 av. J.-C.. Cette datation ferait de Khambhat le site le plus ancien découvert en Inde. Cette découverte pourrait marquer la fin de la théorie selon laquelle l'urbanisation se propage de l'Asie depuis l'ouest vers l'Indus.

Cette datation suscita d'intenses controverses. Selon R. Meadow, spécialiste en archéologie de l'Asie du Sud, un site néolithique dans le golfe de Khambhat serait "tout à fait en adéquation " avec les développements à Mehrgarh. Mais il est prématuré d'affirmer qu'il s'agit de la cité la plus ancienne. L'archéologue G. Possehl signale qu'il n'y a aucune raison de croire que le morceau de bois fossilisé appartient aux ruines de l'ancienne cité, étant donné les forts courants marins de la région, il pourrait provenir d'ailleurs. L'équipe de NIOT a reconnu le bien-fondé de ces critiques et a assuré que d'autres objets seraient soumis aux méthodes de datation.

Il s'agit aussi de comprendre comment cette cité a été engloutie et comment elle s'est retrouvée à 30 km de la côte. Harsh Gupta, géologue, pense que c'est un gigantesque tremblement de terre qui a causé la destruction de la ville. On se trouve dans une zone à fort risque sismique, et le tremblement de terre de 2001 à Bhuj a montré la vulnérabilité de la région à ces phénomènes. Toutefois, la priorité est d'établir de manière définitive l'âge de la cité engloutie et si ces recherches dans le passé de Khambhat sont approfondies, cette découverte peut se révéler la plus excitante de ce siècle.

D'après Raj Chengappa & Anm Ram in Courrier international n°610

cartekhambhat.gif

Les derniers résultats et controverses :

- Certes plusieurs débris manufacturés remontés ont été datés à plus de 7000 ans d'existence, la controverse provient surtout du fait que ces débris ont été dragués sur le fond et remontés, et non étudiés sur place de façon archéologique puis remontés. Cela suffit à certains pour dire que ces objets antiques ne proviennent pas obligatoirement de là, qu'ils ont pu être jetés ou atterrir là, par hasard ou volontairement... : 

" Une enquête de suivi a été menée par NIOT en Novembre 2001, qui comprenait le draguage pour récupérer des objets et des numérisations au sonar pour détecter des structures.  Parmi les objets récupérés se trouvaient un morceau de bois, des  tessons de poteries, des pierres altérées initialement décrites comme des outils à main, des os fossilisés, et une dent. Les artefacts ont été envoyés à l'Institut de géophysique national de recherches (NGRI) à Hyderabad, en Inde, au Birbal Sahni Institut de Paléobotanique (BSIP) à Lucknow, en Allemagne, et le Laboratoire de recherche en physique à Ahmedabad, en Inde. Le morceau de bois, daté grâce au carbone inclu, a un âge de 9.500 ans

 artefacts-khambhat.jpg
NIOT est retourné pour complément d'enquête dans le golfe de Octobre 2002 à Janvier 2003. Au cours de ces fouilles Niot a  déclaré avoir trouvé deux paléochenaux flanquées rectangulaires et carrées en sous-sol caractéristiques. Des artefacts ont été récupérés par des moyens de draguage, y compris des tessons de poteries, des microlithes, de l'acacia et des restes de torchis et de matériaux de sols. Ces artefacts ont été envoyés pour leur datation dans les laboratoires de l'Université de Manipur et de l'Université d'Oxford. L'acacia et les restes de torchis sont mélangés d'argile disponibles localement, roseau, paille, poteries, et des morceaux de coquillages d'eau douce. Le torchis montre également la preuve d'une combustion partielle

citekhanbhat.gifReconstitution de la cité engloutie D'après Nilanjan Das
Indian Today


Le travail le plus récent dans le golfe du Khambhat a eu lieu à partir de Octobre 2003 à Janvier 2004 et a été principalement une étude géologique. Les techniques utilisées au cours de cette enquête comprennent le relevé bathymétrique du sous-sol de l'endroit, le balayage latéral de l'endroit, et son relevé magnétique. 

Une des principales conclusions de cette enquête concerne l'orientation des dunes de sable sur le site. Les chercheurs de NIOT affirment qu'il y a deux séries de dunes visibles sur le site ; Un ensemble est d'une caractéristique naturelle formée par les courants de marée tandis que l'autre a été formé par rapport à des caractéristiques structurelles sous-jacentes.

Une des principales controverses qui entourent la GKCC est la pièce datée de bois. Le Dr DP Agrawal, président du groupe du paléoclimat et fondateur de l'installation d'essais au Carbone 14 en Inde a déclaré dans un article paru dans le magazine Frontline que la pièce a été datée à deux reprises, dans des laboratoires séparés.

dwarka2.jpgreconstitution

Le NGRI à Hyderabad en Colombie-Britannique a retourné une date de 7.190 ans et le BSIP à Hanovre a retourné une date de 7.545-7.490. Certains archéologues, Agrawal en particulier, disent que la découverte d'une pièce ancienne de bois n'implique pas la découverte d'une ancienne civilisation. Agrawal fait valoir qu'une pièce de bois est commune à trouver, étant donné qu'il y a 20.000 ans la mer d'Arabie était de 100 mètres plus bas que son niveau actuel, et que l'augmentation progressive de la mer en niveau a submergé des forêts entières.

Un autre problème sont les tessons trouvés sur le site lors des fouilles diverses. Les chercheurs décrivent comme indicatif qu'ils soient faits et tournés à la main selon les traditions de la poterie. Le reste trouvé sont de simples morceaux avec des petites lignes incisées. Tous les restes trouvés à ce jour appartiennent à de petits morceaux miniatures de poteries. Une partie de la controverse, c'est que ces pièces pourraient être naturelles ; vu la petite taille de la collection d'artefacts, il est difficile d'analyser de manière concluante que ce soit de la poterie. Mais si la poterie est authentique, les chercheurs estiment qu'elle devrait montrer certaines similitudes avec la poterie harappéenne, qui est généralement rouge et noir et estampillée avec des phoques. Basé sur la collection de poteries en cours, une continuité stylistique avec la civilisation de l'Indus n'est pas évidente.

Alien Theory S02E03 - Les cités englouties (FR) HD

On parle de Khambhat et de Dwarka à partir de la 28ème minute de ce très intéressant documentaire

Dans une présentation de History Channel "Ancient Aliens", le 11 Novembre 2010, des anciens théoriciens des astronautes et l'archéologue sous-marin ont présenté des preuves qu'une civilisation qui a coulé il y a des milliers d'années avant voir les êtres humains actuels vivant sur la planète, aurait pu éventuellement construire les ruines des ancienne villes de Khambhat et Dwarka, qui dit-on, serait  le lieu d'habitation ancien du Seigneur Krishna, qui parmi beaucoup de dieux est soupçonné être un alien. Une légende raconte que, après une grande bataille avec des vaisseaux spatiaux, Krishna est finalement reparti de la Terre après que sa Dwarka chute dans la mer. Dans ce film, il est affirmé que des artéfacts ont été datés à 35.000 ans et que donc la cité aurait entre 35.000 et 9.000 ans...

kumari-kandam.jpg

Ce qui était autrefois considéré comme de la mythologie pourrait être changé par la découverte d'un ancien contrebas de l'Inde, qui pourrait être Dwarka. Les gens commencent à regarder les textes sanskrits anciens à la lumière nouvelle que c'est peut-être réellement des données historiques. Les ancêtres de l'Inde ont-ils assisté à une guerre entre des entités extraterrestres? S'agit-il de l'interprétation des textes de l'Inde, ancienne preuve de contact extraterrestre dans le passé de la Terre? Les descriptions des dieux en font des extraterrestres... (YH : en fait, les sous-bassements engloutis autour de l'Inde et visibles par satellites d'ailleurs, les font remonter bien plus hauts que cette carte ci-dessus, et touchent pratiquement tout le Pakistan, l'Iran et même la Péninsule arabique...)

Source (disparue !) : http://yeoldefalseflag.com/thread-the-ruins-of-gulf-of-khambhat-and-dwarka

MAJ : Rappel des autres articles du blog concernant ce sujet : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inde-la-cite-engloutie-de-dwarka-remet-l-histoire-en-question.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-culture-vedique-de-l-inde.html

" D'autres descriptions du site par le ministre Joshi décrivent le site comme contenant des logements régulièrement espacés, un grenier, une piscine, une citadelle, et un système de drainage... "
 

Le reportage complet de l'équipe de Ancient Explorers (VO) :

GET UPDATES & FUTURE SCREENING INVITES
Enter your email for an invite to get more information at http://www.ancientexplorers.com

Dans ce reportage, entre autres, vous pouvez voir les étranges artefacts antiques qui sont repêchés et lavés régulièrement sur les rives de la moderne Dwarka ... et ce qu'ils pourraient signifier. L'expert en astronomie Dr Narahari Achar parle des évidences qui font que Dwarka pourrait être l'une des plus anciennes civilisations de l'histoire humaine. Est-ce que Dwarka possèdait des machines volantes futuristes et des milliers d'armes nucléaires datant des milliers d'années avant le reste du monde ? Cette preuve convaincante est impossible à ignorer. Pourquoi le gouvernement indien a brusquement contraint l'équipe originale de l'excavation de Dwarka de cesser toute exploration de ses ruines sur le fond de la mer d'Arabie ?

Ce documentaire (en anglais) plus ancien nous montre des images originales de la découverte et parle de l'histoire de Krishna et des textes anciens qui sont liés à cet endroit...

Les premières publications archéologiques viennent de sortir en juillet 2015, et elles prouvent la forte présence harapéenne ! :

Asia pac regional conf underwat cult herit 155asia-pac-regional-conf-underwat-cult-herit-155.pdf (1.28 Mo)

Man environ 28 57man-environ-28-57.pdf (405.63 Ko)

Traductions partielles par Yves Herbo (c) pour Sciences, Fictions, Histoires 18-07-2015 :

Archéologie maritime du Gujarat : Côte nord-ouest de l'Inde par A.S. Gaur et Sundaresh

- Résumé :
" La preuve de l'activité maritime en Inde peut être retracée jusqu'à l'âge de bronze (3e début millénaire avant JC à la moitié du 2ème millénaire avant JC en Inde). La fouille de plusieurs sites harappéens y compris Lothal, Kuntasi, Padri, Nageshwar, Bagasra et beaucoup d'autres ont démontré de façon concluante une progression de la culture maritime au cours du troisième millénaire avant Jésus-Christ (BC). Au cours de cette période historique, plusieurs villes côtières faisaient du commerce international, y compris Bet DwarkaSomnath, Hathab, Vallabhi et Bharuch. L'activité maritime a atteint son apogée sur la côte du Gujarat au cours de la période médiévale (8ème au 14ème siècle après JC), quand les commerçants arabes dominaient l'océan Indien pendant plus d'un millénaire. Des explorations sous-marines ont été effectuées à divers endroits le long de la côte de Saurashtra et un grand nombre d'ancres en pierre ont été trouvées.
Ce document traite également de l'effet de la marée lors de l'utilisation des jetées et des points d'ancrage le long des diverses parties de la côte ouest de l'Inde. Les preuves archéologiques indiquent que les deux golfes longs de la côte du Gujarat (Golfe Kachchh et Golfe de Cambay) ont été témoins des activités maritimes trépidantes dans le passé. Les deux golfes ont des amplitudes de marée très élevées. Le Golfe de Cambay a la plus forte amplitude des marées en Inde (11 mètres). Les textes anciens tels que le Vishnu Puran et le Périple de la mer Eruthreanean décrivent vivement le marnage et ses utilisations dans la navigation. La découverte d'un grand nombre d'ancres en pierre dans la zone des marées entre la longueur de la région du Golfe soutiennent les références (antiques) ci-dessus. "

Inde ports antiques coteouest

Figure 1. Map showing archaeological sites mentioned in the manuscript along Gujarat coast (Prepared by. S.B. Chitari)  

- Introduction :
" Les activités maritimes le long de la côte du Gujarat remontent à la période harappéenne et des fouilles au Lothal (Rao 1974: 70), Kuntasi (Dhavalikar, et al. 1996: 76), Nageshwar (Hegde, et al. 1990: 152), Bagasra (Sonawane, et al. 2003: 41) et Nagwada (Bhan et Gowda 2003: 51-80) ont donné de concluantes preuves sur les pratiques maritimes au cours du 3ème millénaire av. JC (il y a 5.000 ans donc). Pendant la période historique (3ème siècle avant JC au 4e siècle après JC) une série de ports existait tout le long de la côte du Gujarat et les plus importants d'entre eux étaient Nani Rayan (Irani et Dandekar 2003: 91-97), Bet Dwarka (Gaur et Sundaresh 2003: 57-66), Dwarka (Ansari et Maté 1966), Vallabhi et Hathab (Pramanik 2004: 133-140).
Considérant que, pendant la période médiévale (8ème au 14ème siècle après JC) l'ensemble de la côte du Gujarat a eu une série de ports. La côte du Gujarat est ponctuée de plusieurs ruisseaux et rivières saisonnières qui ont facilité des ports sûrs tout au long de la côte. Les eaux autour de la côte du Gujarat sont également riches en ressources marines, comme les coquillages qui ont été utilisés comme denrées alimentaires ainsi que comme produits d'exportation. La conque a été une source d'économie majeure pour beaucoup de pêcheurs dans le Gujarat (Pota et Patel 1991: 445-450).
Les sites les plus importants des recherches archéologiques maritimes le long de la Côte du Gujarat comprennent Dwarka, Bet Dwarka, Miyani, Visawada, Somnath, Kodinar et Ghogha (Figure 1). Des brèves descriptions des résultats de ces sites sont prévue dans les paragraphes suivants."

Ancre dwarka

Figure 2. Dwarka: Composite type stone anchor (Photo by S.N. Bandodkar in 2001)  

- Dwarka
Dwarka était le premier site en Inde où l'exploration archéologique marine a commencé et des enquêtes ont continué pendant près de deux décennies (Rao 1988: 47-53; Gaur, et al. 2004: 1256-1260). Un certain nombre d'artefacts ont été découverts au cours des explorations en mer entre 3 et 16 m de profondeur d'eau. Plusieurs structures de pierre ont été remarquées à Dwarka et elles sont de différentes formes et tailles. Quelques
structures semi-circulaires sont partiellement intactes et sont assemblées avec du matériau dur. Les structures semi-circulaires ont été construites en utilisant des blocs en forme de L et avec des emplacements pour des chevilles (Gaur, et al 2008:. 16). Outre les blocs semi-circulaires, un grand nombre de blocs rectangulaires ont été remarqués dans cet endroit. Ils sont dispersés sur une vaste zone et ne suivent pas de plan régulier. Ces blocs sont trouvé à proximité des structures semi-circulaires, ce qui indique que ceux-ci pourraient avoir fait partie d'une structure plus vaste. Les structures circulaires et semi-circulaires sont sans doute des bases de piliers et les blocs rectangulaires et carrées sont habillés d'une structure semblable à une jetée principale qui a couru depuis la terre jusque dans l'eau et a continué jusqu'à 300 m au large. Hasmukh Sankalia (1966: 10) a mentionné que "Sayajirao Gaekwad de Baroda avait construit un quai le long de la rivière Gomati et un lieu d'attache sur le côté opposé, avec d'énormes piliers de pierre pour faciliter l'amarrage des navires ". Il est tout à fait probable que les restes se trouvant sur les régions côtières et extracôtières sont les restes du même quai. La présence d'ancres en pierre qui traînent le long de ces structures soutient également cette hypothèse.
Avec des structures de pierre, un grand nombre d'ancres de pierre de différentes formes et dimensions ont été remarquées entre la zone de balancement des marées et 16 m de profondeur d'eau, la concentration d'entre elles étant entre 6 à 8 m de profondeur d'eau (Sundaresh, et al. 1999: 229-252). (...) "

- Bet Dwarka
Bet Dwarka est une île située dans Okhamnadal et à l'entrée du golfe de Kachchh. La région est également appelée le golfe du Barake dans le Guide de mer grecque, le Périple Maris Erythraei (Schoff 1912: 38). Cependant, Ptolémée a mentionné Barake comme une île dans le golfe du Kanthi, qui a été identifié comme le golfe de Kutch (McCrindle 1885: 36). Durant le 17ème siècle avant JC, les derniers harappéens avaient établi leur site sur la partie nord-ouest de l'île (Gaur et Sundaresh 2003: 57-66). Ils ont utilisé les ressources marines riches disponibles autour de l'île tels que la variété des poissons et des coquillages (Gaur, et al. 2005: 941-46). Un grand hameçon (Gaur et Sundaresh 2004: 512-14) et des artefacts de coquillages sont le témoignage de la description précèdente. Les rares dépôts de l'habitation suggèrent que le site a été abandonné après quelques siècles (Gaur et Sundaresh 2003: 57-66). Mais l'île était à nouveau habitée à partir du 8ème siècle avant JC au niveau de la côte sud-est.

Pindara an ancient temple complex

- Pindara
Le site antique du temple de Pindara est situé à proximité de la côte du Saurashtra Nord dans le golfe de Kutch à environ 36 km à l'ouest de Khambhalia et 24 km de Kalyanpur. Sur l'ouest de Pindara il y a la vaste terre marécageuse de Okha Rann. Pindara est un endroit bien abrité, sans ouvertures aux vagues de la mer. Il est composé de vasières jusqu'à une distance de 2 km de la ligne de flottaison élevée avec une pente douce. L'amplitude de la marée moyenne dans la région est de 1 à 4 m.
Un énorme complexe de temple (10 X 10 m) est exposé à marée basse dans Pindara à environ 300 m de la ligne des hautes eaux (Gaur, et al. 2007: 733-35). À l'heure actuelle, la surface du plancher est faite de blocs de pierre habillés de chaux (Figure 3), il est bien conservé, tandis que la superstructure a été détruite et que les blocs de pierre ont été lavés / enlevés. Ce temple était dédié au Seigneur Shiva, puisqu'un yoni (1) est présent dans le milieu du complexe du temple. La majorité des blocs de pierre mesurent entre 60 X 45 X 25 cm. La partie restante du sanctuaire (Garbha griha) mesure 4,75 X 4,5 m. Le yoni mesure 40 X 40 cm. L'architecture, en fonction du temple submergé, correspond plus ou moins avec le temple existant sur la rive du Pindara. La taille du temple submergé devait avoir été aussi grande que d'autres temples survivants dans le groupe de temples de Pindara datant du 7ème au 10ème siècle. Cette preuve indique que le rivage de la côte de Saurashtra a considérablement changé au cours des 1000 dernières années. (...) "

(1) : Yoni est le symbole de la création et adoré à travers tout le sous-continent indien depuis l'antiquité.

- Conclusions
" Les recherches archéologiques côtières et maritimes le long de la côte du Gujarat ont formellement prouvé qu'elle détient la première preuve de l'activité maritime dans le sous-continent indien. L'archéologie mise en place dans la région de Kachchh fournit une indication suffisante que le Golfe de Kutch était un corps navigable pendant le troisième millénaire avant JC. Puis, au cours de la période historique, Gujarat fut le témoin mouvementé des activités maritimes et des bateaux de différentes régions, y compris la Mer Méditerranée. L'activité maritime a atteint son apogée au cours de la négociation du réseau indo-Saoudite de la période médiévale et un grand nombre de preuves indique que Gujarat a joué un rôle important dans le système du commerce de l'océan Indien au cours de cette période. Les enquêtes archéologiques marines au cours des deux dernières décennies et demie ont mis en évidence un certain nombre de sites potentiels le long de la côte indienne qui comprennent des anciens ports, des jetées, et des naufrages. Les explorations approfondies de la Côte de Saurashtra ont révélé plusieurs ports et jetées anciens. Fait intéressant, les découvertes archéologiques suggèrent que les phénomènes naturels tels que les variations des marées ont été très efficacement utilisées dans le golfe de Kutch et le Golfe de Cambay dans le passé. "

A.S. Gaur and Sundaresh 

Excavation Onshore à Bet Dwarka Island, dans le golfe de Kutch, Gujarat

A.S. Gaur and Sundaresh - National Institute of Oceanography - Dona Paula Goa 403 004

- Résumé
" Plusieurs sites d'habitations anciennes ont été découverts dans la zone côtière de l'île Bet Dwarka au cours des deux dernières décennies d'exploration archéologique marine. Une grande quantité de poteries protohistoriques et historiques a été recueillie à partir des sites. Une fouille a été effectuée au cours des années 2001-2002 à Bet Dwarka pour obtenir une séquence culturelle de l'île. La séquence culturelle suivante a été observée à partir de l'excavation. Les restes de la période finale harappéenne ont été trouvés près du village Balapur sur l'île. Ceci est un site de culture unique. Un grand nombre de tessons carénés y compris de plats, bols et pots ont été récupérés. Quelques tessons avec de la peinture noire sur de la rouge ont également été recueillis. Des antiquités importantes à partir de cette tranchée incluent un hameçon en cuivre et une tige d'antimoine.

Des restes de la période historique ont été remarqués sur une grande surface de l'île. Trois tranchées ont été faites sur la côte sud. L'activité importante au cours de cette période a été l'exploitation des ressources marines comme différents types de coquillages et de poissons. Le facteur important qui a conduit à une habitation continue à Bet Dwarka était la disponibilité des coquilles marines qui y ont été exploitées à grande échelle. L'île a également servi en tant que sphère de sécurité. "

- Introduction
" Un grand nombre de sites associés à la civilisation Harappéenne ont été découverts dans le Gujarat durant le dernier quart du 20e siècle, et beaucoup d'entre eux ont été creusés en profondeur. Les découvertes archéologiques indiquent des activités maritimes, y compris le commerce et le commerce était important dans Gujarat depuis les temps harappéens (Rao, 1979). Au cours des deux dernières décennies, de vastes explorations en mer ont été entreprises le long de la côte du Gujarat, en particulier dans la région où Okhamandal Dwarka est située modernement. Suivant l'exemple des références littéraires, une massive enquête archéologique sous-marine était lancée à Dwarka, dans les eaux de Bet Dwarka et à Somnath.
Il y a un assez grand nombre de découvertes de Bet Dwarka datant de la période protohistorique aux temps modernes. L'île de Bet Dwarka est située à l'embouchure du Golfe de Kutch et des preuves archéologiques récentes suggèrent que qu'elle a joué un rôle important dans les activités maritimes dans le passé. Pour obtenir une séquence culturelle propre et comprendre la relation homme-mer, une fouille a été effectuée onshore (sur l'île) dans la saison 2001-02. Le présent document rapporte les résultats de cette fouille.

L'île de Bet Dwarka est située dans Okhamandal taluka du district de Jamnagar du Gujarat. Elle est à 3 km du continent et le port le plus proche est Okha. Elle est de 13 km de long (NW-SE) et 4 km de large. "

Ces résultats établis à l'aide de 6 tranchées effectuées à différents endroits de l'île ont apportés une datation prouvant la présence des derniers harapéens sur l'île vers 3380 Avant JC (+ ou - 490 ans)

Betdwarka excav

- considérations sur le niveau de la mer
Les données sur les changements du niveau de la mer sur la côte de Gujarat suggèrent que le niveau de la mer était plus élevé que celui présent de nos jours de 2 à 6 m pendant 4000 années avant Jésus-Christ (Gupta 1977). Ce fut la période où le sous-continent indien a assisté à la montée d'une civilisation bien développée et que Gujarat était une importante province de la Civilisation de l'Indus. Ce niveau de la mer plus élevé aurait amené les Harappéens à utiliser des canaux d'eau de marée en arrière des terres pour l'ancrage des bateaux. Il y a amplement de preuves sur l'exploitation des ressources marines le long de la côte du Gujarat au cours de la période harappéenne, et qui a continué jusqu'à la dernière période puisque de nombreux sites harappéens tardifs sont signalés le long de la côte (Gaur et Vora 1999). Par conséquent, il peut être raisonnable de penser que le niveau de la mer était plus élevé, même le long de l'île Bet Dwarka jusqu'à la phase finale harappéenne car le Site Harappéen Tardif solitaire se trouve à environ 4 m au-dessus de la présente ligne des hautes eaux.
Les habitations les plus basses dans BDK-I et II sont en dessous de la présente ligne des hautes eaux d'environ 70 cm. De même, le site BDK-V près de Khuda Dost Dargah est également inondé pendant la marée haute. Le laps de temps entre les deux sites est le deuxième siècle av JC et le quatrième siècle après Jésus-Christ. Pendant le début de l'habitation, la phase s'est prolongée vers l'offshore et s'est progressivement étendue vers la terre au cours de la phase ultérieure.
Cependant, les restes de la phase ultérieure sont également détruits (noyés), ce qui suggère que jusqu'au 4ème siècle après JC, le niveau de la mer était inférieur au présent. Avec cette simple logique, on peut considérer que la colonisation rapide de la période historique a pu se placer sur l'île lorsque le niveau de la mer pourrait avoir été réduit de 2-3 m par rapport à celui présent. Si le niveau de la mer était inférieur de 2-3 mètres au cours des premiers siècles de l'ère Chrétienne, alors quelques endroits dans l'île Bet Dwarka auraient été reliés au continent à marée basse (une presqu'île donc). Une croyance locale dans ce domaine dit que dans le passé, les gens pouvaient atteindre l'île par la marche et avec des charrettes à bœufs, pourrait refléter une réalité passée.
Des datations au radiocarbone du niveau le plus bas du BDK-II donnent vers 2040-1860 années avant le présent. Les excavations de la présente Dwarka moderne suggèrent que près de l'ère chrétienne, le niveau de la mer était inférieur au présent (Sankalia 1966) dans la zone Okhamandal.

En général, le niveau de la mer pendant (les débuts de) l'ère chrétienne était inférieur au présent de 2-3 m. Un autre point important a peut-être mentionner ici est que jusqu'à la période médiévale, l'embarcadère d'ancrage des bateaux aurait été près de l'actuelle jetée de Bet Dwarka. Un grand nombre d'amphores, d'ancres en plomb et un lingot de plomb, éventuellement d'un naufrage, étaient remarquées, d'ailleurs un grand nombre d'ancres de pierres datables d'entre les périodes historiques et médiévales.

- Conclusion
La présente excavation a jeté une lumière sur le plan de la séquence culturelle de Bet Dwarka Island. Autour du 17ème siècle Avant Jésus-Christ , des personnes du peuple harappéen tardif avaient établi leur colonie et ils ont peut-être migré depuis Nageshwar qui est proche. Ils ont exploité les ressources marines comme les poissons et les conques. Il semble qu'à la fin, les Harappéens de l'île de Bet Dwarka avaient une interaction avec les Harappéens de Saurashtra et ils pouvaient être des visiteurs des ports sur la côte nord de la Région de Saurashtra. Les dépôts et habitations rares suggèrent que le site a été abandonné après quelques siècles.
L'île a de nouveau été habitée pendant le 8ème siècle avant JC sur la côte sud de l'île. Ensuite, plus tard les habitations se sont considérablement étendues. Des activités maritimes mouvementées ont été constatées au cours de cette période et des bateaux de la Méditerranée ont également visité l'île. La référence à Baraca peut être identifiée avec l'île Bet Dwarka. Peut-être que l'un des navires romains a également fait naufrage ici et que cela peut être l'une des raisons pour lesquelles l'auteur du "Périple sur la Mer Erythréenne" a mentionné la navigation difficile dans le golfe de Baraca. L'île a continué d'être un important centre de l'activité maritime jusqu'à l'émergence du port Okha dans la zone Okhamandal. La découverte d'un grand nombre d'ancres de différents types, présentes près de la jetée, suggère que ce point a servi de point d'ancrage aux navires pendant une longue période. "

A.S. Gaur and Sundaresh National Institute of Oceanography Dona Paula Goa 403 004

Yves Herbo : on en déduit aussi donc que le niveau de la mer a été de 2 à 6 mètres plus haut que l'actuel durant 4000 ans (minimum), puis s'est abaissé à 2-3 mètres en-dessous du niveau actuel entre 200 Avant JC et 400 Après JC, avant de remonter au niveau présent (et de continuer à monter)... mais nous n'avons aucune explication logique ou climatique à ce phénomène à priori... nous pensons que la fonte des glaces à la fin d'une période glaciaire fait monter le niveau général des eaux, mais qu'est-ce qui peut bien faire abaisser ce même niveau (et d'autant !) en l'absence de période glaciaire ?...

On note aussi que ces études dans la région de Dwarka ne concernent pas directement l'endroit où les ruines de l'antique cité semblent avoir été repérées à l'origine, mais confirment la très grande ancienneté des sites et la forte présence harappéenne dans la région, considérée jusqu'à présent comme une petite province de cette ancienne civilisation découverte assez récemment qu'est la civilisation de l'Indus, reliée de plus en plus probablement aux textes védiques de l'Inde... Il semble d'après l'actualité locale que le gouvernement indien (et le ministre du tourisme) voudrait réactiver (juin 2015) les recherches sur le Dwarka de Krishna, mais aussi sur le Pont mythique de Rama entre l'Inde et le Sry Lanka... attendons un peu pour voir... :

http://www.dnaindia.com/india/report-prompted-by-rss-asi-to-revive-dwarka-rama-setu-underwater-excavations-2099543​

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 03-2012, update 07-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien ufo ovni climat

Commentaires (1)

YvesH

Merci pour cette reprise d'article ! :

[URL]http://investigationsoanisetoceanographiee.wordpress.com/2012/03/27/les-cites-englouties-de-khambhat-et-dwarka/[\URL]

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau