Etude sur les cheveux humains et leurs propriétés particulières

Etude sur les cheveux humains et leurs propriétés particulières

indien.jpgRapporté par C. Young

Cette information sur les cheveux a été cachée au public depuis la guerre du Vietnam.

Notre culture amène les gens à croire que les coiffures sont une question de préférence personnelle, que c’est une affaire de mode et/ou de commodité et que la manière dont on se coiffe n’est qu’une histoire d’esthétique. Pourtant pendant la guerre du Vietnam, une description entièrement différente s’est révélée, qui a été soigneusement dissimulée et cachée au public.

Au début des années 90, Sally [le nom a été changé pour protéger la vie privée] était mariée à un psychologue diplômé qui travaillait dans un centre médical de l’état de Virginie. Il travaillait pour des vétérans de l’armée victimes de troubles de stress post-traumatiques. La plupart avaient servi au Vietnam.

Sally disait : “Je me souviens clairement d’un soir où mon mari revint à la maison avec dans les mains un gros dossier officiel. Dedans se trouvaient des centaines de pages de certaines études demandées par le gouvernement. Il ressentit un choc en regardant le contenu. Ce qu’il a lu dans ces documents a complètement bouleversé sa vie. À partir de ce moment-là mon conservateur de mari laissa pousser ses cheveux et sa barbe et ne les coupa plus jamais. Encore mieux, le centre médical le laissa faire et d’autres hommes très conservateurs de l’équipe suivirent son exemple. En lisant les documents, j’appris pourquoi. Il semble que pendant la guerre du Vietnam des forces spéciales du département de la défense avaient envoyé des experts pour fouiller les réserves amérindiennes à la recherche de sentinelles talentueuses, de jeunes hommes robustes entraînés à se mouvoir furtivement en terrain accidenté. Ils cherchaient en particulier des hommes aux capacités de pistage exceptionnelles, presque surnaturelles. Avant d’être approchés, ces hommes soigneusement sélectionnés étaient largement reconnus comme des experts dans le pistage et la survie.

Avec les incitations habituelles, les belles phrases qui avaient fait leurs preuves pour enrôler de nouvelles recrues, certains pisteurs indiens furent alors engagés. Une fois engagés, une chose étonnante arriva. Tous les talents et compétences qu’ils possédaient dans la réserve semblaient avoir mystérieusement disparu, recrue après recrue, ils ratèrent ce qu’ils étaient censés accomplir dans leur domaine.

De sérieuses pertes et échecs conduisirent le gouvernement à passer des contrats pour faire réaliser des tests coûteux à ces recrues, et voici ce qui fut découvert.

Quand on les interrogeait sur leur échec à accomplir ce qu’on attendait d’eux, les recrues plus âgées répondirent systématiquement qu’en subissant leur coupe de cheveux militaire obligatoire, ils ne pouvaient plus ‘sentir’ l’ennemi, ils n’avaient plus accès à leur ‘sixième sens’, ils ne pouvaient plus se fier à leur ‘intuition’, ils ne pouvaient plus lire non plus les signes subtils ou accéder à une subtile information extra-sensorielle.

L’institut pour les tests recruta d’autres pisteurs indiens, leur laissa les cheveux longs et les testa dans de multiples domaines. Puis ils mirent par paire deux hommes qui avaient reçu le même score sur tous les tests. Ils laissèrent l’un des deux hommes avec les cheveux longs et firent une coupe de cheveux militaire à l’autre. Puis les deux hommes refirent les tests.

À chaque fois l’homme aux cheveux longs conservaient des scores élevés. À chaque fois l’homme aux cheveux courts ratait les tests où il avait auparavant obtenu de bons scores.

dessin-cheveux.jpg

Voici un test typique :

La recrue dort dehors dans les bois. Un ‘ennemi’ armé s’approche de l’homme endormi. L’homme aux cheveux longs est sorti de son sommeil par un fort instinct de danger et s’en va longtemps avant que l’ennemi ne soit près de lui, longtemps avant que les bruits de l’ennemi en approche soient audibles.

Dans une variante de ce test l’homme aux cheveux longs capte une approche et a l’intuition que l’ennemi va l’attaquer physiquement. Il suit son ‘sixième sens’ et reste calme, faisant semblant de dormir, mais se saisit rapidement de l’attaquant et le ‘tue’ quand l’attaquant est près de l’étrangler.

Ce même homme, après avoir exécuté ces tests et d’autres, a reçu une coupe de cheveux militaire et a raté constamment ces tests, et bien d’autres qu’il avait réussi précédemment.

Le document recommandait donc que tous les pisteurs indiens soient exemptés de coupes de cheveux. Qu’en fait, les pisteurs gardent leurs cheveux longs.

Commentaire :

Le corps des mammifères a évolué pendant des millions d’années. Certaines capacités de survie humaine et animale semblent parfois presque surnaturelles. La science découvre constamment des aptitudes étonnantes de survie chez l’homme et l’animal. Chaque partie du corps possède une fonction très sensible pour réaliser la survie et le bien-être du corps dans son ensemble. Chaque partie du corps possède sa raison d’être.

Les cheveux sont une extension du système nerveux, on peut les considérer comme des nerfs extériorisés, une sorte de ‘capteur/antenne évoluée qui transmettent un grand volume d’informations au tronc cérébral, au système limbique et au néocortex. (Le tronc cérébral et le système limbique constituent le cerveau “reptilien” de survie et le néocortex représente le cerveau récent avec la “matière grise”, NdT).

Pour les gens, non seulement les cheveux, mais aussi la barbe chez les hommes, fournissent un circuit d’informations qui atteint le cerveau, mais les cheveux émettent de l’énergie, une énergie électromagnétique produite par le cerveau vers l’environnement extérieur. On le voit avec une photo Kirlian, quand la personne est photographiée les cheveux longs et ensuite avec les cheveux coupés.

Quand les cheveux sont coupés, la réception et l’émission des transmissions vers et en provenance de l’environnement sont grandement entravées. Ce qui donne une insensibilité.

Couper les cheveux est un facteur contribuant à une insensibilité à la détresse de l’environnement proche. C’est aussi un facteur contribuant à une insensibilité dans les relations de toute sorte. Cela contribue à une frustration sexuelle.

Conclusion :

Si on cherche des solutions à la détresse de notre monde, il pourrait être temps d’envisager que nombre de nos suppositions les plus basiques sur la réalité sont erronées. Il est possible qu’une grande partie de la solution est de nous regarder en face chaque matin dans la glace...

L’histoire de Samson et Dalila de la bible contient beaucoup de vérités encodées. Quand Dalila coupe les cheveux de Samson, l’ancien Samson invincible est vaincu.

Source

Traduit par Hélios pour le BBB. - http://ondevraitenparler.wordpress.com/2013/04/04/la-verite-sur-les-cheveux-et-pourquoi-les-indiens-les-gardent-longs/

A LIRE AUSSI  toujours sur Bistro Bar Blog : LA NATURE SPIRITUELLE DES CHEVEUX

cheveux.jpg

YH : On note aussi que les moines shaolin ou bouddhistes se rasent eux la tête pour pouvoir concentrer leurs perceptions et énergies par la méditation, qui seule compense ceux qui ont des problèmes naturels ou héréditaires de chutes de cheveux ou peu de poils. La tonsure volontaire des moines serait à l'origine une version intermédiaire obligeant les moines à une plus grande méditation tout en conservant l'essentiel de l'apport de la pilosité en matière de "sondes spirituelles"... les coiffeurs ont peut-être du soucis à se faire dans un futur où la science sera bien obligée de s'adapter aux réalités au lieu de vouloir les contourner... bon, nos idées sur l'esthétisme et la beauté du "sans-poils" risquent de prendre des coups petit à petit dans l'avenir, surtout si on réalise que certains scientifiques affirment déjà que l'augmentation des mélanomes et cancers de la peau dus au soleil ou rayons UV est aussi en grande partie due à cette mode assez peu naturelle du rasage systématique des poils et même des cheveux... Tout un pan de l'industrie du "bien-être" et de la santé risque de se tirer les cheveux, en effet. On a tendance à plutôt vouloir en rire ou dédaigner les choses, mais certaines études scientifiques très sérieuses tendent à prouver largement que les bulbes des poils et cheveux sont bien reliés à nos terminaisons nerveuses : ça fait mal quand on tire dessus. Il faudrait donc pour certains beaucoup plus considérer notre pilosité comme des "sondes" informatives supplémentaires pour notre cerveau, un peu comme les antennes des insectes, et que ces sondes comptent également dans la transmission spirituelle (et instinctive) de données...

Yves Herbo-SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

économie lire

Commentaires (1)

fac13
  • 1. fac13 | 16/08/2013

Salut,

J'adhère à cette étude chevelu.
Il y a juste à voir les sociétés du Vril et de Thulé avec les femmes au long cheveus qui entraient dans de grande méditation, pour crée des appareils ( type vril 7 ou missile )

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau