Augmentation des cancers et centrales nucléaires

Augmentation des cancers et centrales nucléaires

fukushima.jpg

Fukushima Dai’ichi

Aux Etats-Unis, l'incidence du cancer de la thyroïde (ainsi que le cancer du foie) augmente plus rapidement que n'importe quelle autre tumeur maligne.  De 1980 à 2006, l’incidence du cancer de la thyroïde a presque triplé (1).

L’amélioration du diagnostic a été proposée comme cause de cette augmentation, tandis que d’autres chercheurs comme Joseph J. Mangan montrent que cette augmentation, ajustée à l’âge est fonction du lieu géographique comme en Pennsylvanie, au New Jersey ou dans le sud de New York.  En fait, ce chercheur montre que dans un rayon de 145 km (90 milles) autour des centrales nucléaires, les cancers de la thyroïde explosent, à cause des émissions d’iode radioactif (1).

Cette hausse importante de l'incidence de cancer de la thyroïde, principalement le cancer papillaire, aux États-Unis se retrouve dans de nombreux autres pays développés qui possèdent des centrales ou installations nucléaires, notamment en Écosse, en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, en République tchèque, en Suisse, en Australie, en Angleterre, aux Pays de Galles, et au Canada. (2-11)

En fait, il n’y a pas que le cancer de la thyroïde qui augmente près des centrales nucléaires, mais tous les cancers et plus particulièrement les leucémies (12).  C’est ainsi qu’entre 1975 et 2004 l’incidence de la leucémie chez les enfants a augmenté de 28,7% (13).

Une étude faite en Allemagne et publiée en 2009, montre une augmentation de 60% de tous les cancers et une augmentation de 120% des leucémies chez les enfants à moins de 5 km des centrales nucléaires (14, 15).

Quelles sont les causes de cette augmentation de cancers près des centrales nucléaires (16)?

Plusieurs scientifiques se sont posé la question et ont proposé plusieurs hypothèses qui ne semblent pas avoir été toujours vérifiées.  Parmi les plus crédibles, on retrouve celles qui sont associées avec les activités normales des centrales nucléaires comme :

• Rayonnement direct causé par les radiations gamma et de neutrons en provenance du cœur des réacteurs nucléaires ;

• La diffusion,  dispersion "skyshine" des neutrons de base réfléchie vers la terre par les atomes d'azote (N), de carbone (C), et d'oxygène (O) dans l'air;

• Le rayonnement électromagnétique provenant des lignes électriques à proximité des centrales nucléaires;

• Les émissions de vapeur d'eau des tours de refroidissement des centrales nucléaires (remarque : comme on peut le voir dans le reportage ci-dessous, certaines centrales renvoient directement dans les rivières, les fleuves ou les océans les eaux de refroidissement) ;

• L’irradiation avant la conception des parents qui travaillent dans les centrales nucléaires;

• Les rejets de substances chimiques dans l'environnement, et

• Les rejets radioactifs dans l'environnement (voir reportage ci-dessous).

Parmi ces causes les plus vraisemblables, on retrouve l’émission des gaz radioactifs par ces centrales comme les isotopes de Krypton (Kr), d’Argon (Ar), de Xénon (Xe), de Tritium (H-3) et de Carbone 14 (C-14).  En effet, des chercheurs montrent, à partir de données de Santé Canada (17), que les concentrations de Tritium présent dans la végétation ou les végétaux alimentaires augmentent plus on se rapproche des centrales nucléaires canadiennes (18).

Que faut-il faire pour éviter cela ?

Puisque les enfants en bas âge sont plus souvent atteints de leucémie aux abords des installations nucléaires, les femmes en âge de procréer et les enfants devraient ne pas résider à proximité de ces installations.

Les résidents locaux ne devraient pas manger les produits de leurs jardins ou les aliments sauvages.  Ils ne devraient pas consommer les produits (viandes, lait et produits laitiers) issus des animaux herbivores qui vivent près de ces centrales nucléaires.

Les résidents locaux devraient être informés des conditions météorologiques et des directions des vents et éviter de sortir lorsque les vents soufflent dans leur direction en provenance des centrales nucléaires.

Finalement et le plus important, les états devraient développer les énergies renouvelables et sortir du nucléaire civil comme c’est le cas de pays intelligents comme l’Autriche (1978), la Suède (1980), l’Italie (1987), la Belgique (1999), l’Allemagne (2000) et la Suisse (2011) (19)

Interrogation :

À Trois-Rivières au Québec, on peut être étonné, par exemple, de voir qu’une majorité de la population souhaite (57%) que la seule centrale (Gentilly-2) dans cette province demeure en opération, pour des raisons économiques utopiques, comme le montre un sondage mené par la firme Segma-Recherche pour le compte du Nouvelliste et d'Info Astral (20).  On peut se demander si cette population est bien informée ou si elle préfère choisir le cancer chez sa progéniture plutôt qu’un avenir sécuritaire et une bonne santé, tout cela pour des raisons mercantilesDoit-on, au nom de l’argent, sacrifier nos enfants ?

Déchets: Le cauchemar du nucléaire

Références :

1) Mangano JJ. Geographic variation in U.S. thyroid cancer incidence and a cluster near nuclear reactors in New Jersey, New York, and Pennsylvania. Int J Health Serv. 2009;39 (4):643-61.

 2)  Reynolds RM, Weir J, Stockton DL, Brewster DH, Sandeep TC, Strachan MW. Changing trends in incidence and mortality of thyroid cancer in Scotland. Clin Endocrinol (Oxf). 2005 Feb; 62 (2):156-62.

3) Leenhardt L, Grosclaude P, Chérié-Challine L; Thyroid Cancer Committee. Increased incidence of thyroid carcinoma in france: a true epidemic or thyroid nodule management effects? Report from the French Thyroid Cancer Committee. Thyroid. 2004 Dec; 14 (12):1056-60.

4) Casell C and Fusco M. Thyroid cancer. Epidemiology and Prevention. 28(2 Suppl) : 88-91, 2004.

5) Duijpens J.L., et al. Thyroid cancer in Southeastern Netherlands, 1970-1989: trends in incidence, treatment, and survival. Ne. Tijdschr Geneeskd. 138(9):464-468, 1994.

6) .Roskowska H. and Gorynski P. Thyroid cancer in Poland in 1980-2000. Przegl Epidemiol. 58(2):269-276, 2004.

7) Murbeth S. et al. Thyroid cancer has increased in the adult populations of countries affected by Chernobyl fallout. Medical Science Monitoring. 10(7):300-306, 2004.

8) Verkooijen H.M., et al. Diagnostic changes as a reason for the increase in papillary thyroid cancer incidence in Geneva, Switzerland. Cancer Causes and Control. 14(1):13-17, 2003.

9) Fahey T.J., Reeve T.S., and Delbridge L. Increasing incidence and changing presentation of thyroid cancer over a 30-year period. British Journal of Surgery. 82(4):518-520, 1995.

10) dos Dantos Silva I., and Swerdlow A.J. Thyroid cancer epidemiology in England and Wales: time trends and geographical distribution. British Journal of Cancer. 67(2):330-340, 1993.

11) Liu S., et al. Increasing thyroid cancer incidence in Canada 1970-1996: time trends and age-period-cohort effects. British Journal of Cancer. 85(9):1335-1339, 2001.

12)  Mangano JJ, Sherman J, Chang C, Dave A, Feinberg E, Frimer M. Elevated childhood cancer incidence proximate to U.S. nuclear power plants. Arch Environ Health. 2003 Feb;58(2):74-82.

13)  Mangano J, Sherman JD. Childhood leukaemia near nuclear installations. Eur J Cancer Care (Engl). 2008 Jul;17(4):416-8.

14) Kaatsch P, Spix C, Schulze-Rath R, Schmiedel S, Blettner M. Leukemias in young children living in the vicinity of German nuclear power plants. Int J Cancer. 2008;122:721-726.

15) Spix C, Schmiedel S, Kaatsch P, Schulze-Rath R, Blettner M. Case–control study on childhood cancer in the vicinity of nuclear power plants in Germany 1980–2003. Eur J Cancer. 2008;44:275-284.

16) Fairlie I. Hypothesis to explain childhood cancer near nuclear power plants. Int J Occup Environ Health. 2010 Jul-Sep;16(3):341-50.

17) Health Canada. Environmental radioactivity in Canada. Radiological Monitoring Report. Ottawa: Government of Canada; 2001.

18) Fairlie I. Uncertainties in doses and risks from internal radiation. Med, Conflict and Survival. 2005; 21:2: 111-126.

19) Sortie du nucléaire civil.  Wikipedia.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Sortie_du_nucl%C3%A9aire_civil

20) Les citoyens divisés sur l'avenir de Gentilly-2. Publier dans le Nouvelliste du 11 avril 2011. http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201104/11/01-4388497-les-citoyens-divises-sur-lavenir-de-gentilly-2.php

Autres documents intéressants :

State Cancer Profiles. Dynamic views of cancer statistics for prioritizing cancer control efforts in the nation, states, and counties. National Cancer Institute.  http://statecancerprofiles.cancer.gov/ 

- De Fukishima à Trois-Rivières, Les répercussions économiques d’un accident nucléaire de l’envergure de Fukushima à Gentilly-2. Février 2012. Greenpeace Canada http://www.greenpeace.org/canada/Global/canada/report/2012/02/rapport-gentilly-2.PDF 


LES EXPLOSIONS DES CENTRALES NUCLÉAIRES DE FUKUSHIMA AURAIENT FAIT QUELQUES 14 000 MORTS AUX ÉTATS-UNIS.

Les explosions des centrales nucléaires de Fukushima Dai’ichi consécutivement au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, ont libéré de grandes quantités de radioactivité dans l’air qui se sont réparties sur le Japon et sur le monde entier.

Les retombées radioactives de Fukushima sont arrivées sur le sol américain six jours après le séisme contaminant l’air, l’eau et le lait.

À partir des données de l’U.S. Environmental Protection Agency (EPA) qui enregistrent chaque semaine les décès par tranches d’âge dans 122 villes des États Unis (ce qui représente environ 25 à 35 % des décès nationaux), les chercheurs Joseph Mangano et Janette Sherma (1) ont observé une augmentation des décès de 4,46 % durant les 14 semaines qui ont suivi l’arrivée du nuage radioactif sur le sol américain en 2011, par rapport aux 2,34% des décès qui précèdent ce tremblement de terre.  Cela représente une augmentation de la mortalité de 2,12% (+4.46% – 2.34%). Pour cette même période, le nombre de décès d’enfants a augmenté de 1,80% par rapport à une diminution de 8,37% l’année précédente.

Par projection, les chercheurs Joseph Mangano et Janette Sherma concluent qu’il y aurait eu 13 983 décès dont 822 décès de nourrissons suite à ces retombées radioactives.  Ces chiffres sont comparables aux 16 500 décès ayant été constatés 17 semaines après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986.

Au Canada, les autorités de la santé de la Colombie-Britannique (province de l’ouest) avaient observé durant cette même période, 21 morts subites de nourrissons comparativement à 16 décès l’année précédente. De plus, le nombre de mort subite de nouveaux nés, en Colombie-Britannique, avait soudainement augmenté de 1 à 10 pour les mois de mars, avril, mai et juin 2011 après l’arrivée du nuage radioactif de Fukushima comparativement à la même période en 2010 (2).

Pourquoi les nourrissons sont ils plus vulnérables aux retombées radioactives?

Le fœtus humain et les nouveaux nés sont particulièrement sensibles aux radiations, compte tenu de leur croissance rapide, de l’intensité des divisions cellulaires, ainsi que de leur taille réduite. Ainsi, proportionnellement à leur taille, ils reçoivent une dose plus grande.  Les retombées radioactives exposent les humains à différents types de radiation incluant les rayons X, alpha, bêta et gamma.  Les conséquences sur la santé du fœtus dépendent du moment de l'exposition in utero aux radiations, et peuvent aussi varier que des avortements spontanés, des accouchements prématurés, un poids faible à la naissance, une mortalité périnatale, des malformations congénitales, et des lésions cérébrales.

Il est important de savoir que toute vie est sensible à l'exposition aux radiations nucléaires, y compris les plantes, les champignons, les insectes, les araignées, les oiseaux, les poissons, et les autres animaux (3).  Les effets sur les animaux et notamment sur le groupe le plus étudié (les oiseaux) au pourtour du site de Tchernobyl montrent une diminution de 50 % de la diversité de cette espèce et une baisse de 66 % de cette population dans les zones les plus contaminées, comparativement aux zones non contaminées de cette région (4).

Autres conséquences à prévoir : une augmentation des cancers de la thyroïde.

Plus important encore, l’Agence de protection environnementale américaine (EPA) montre que durant mars et avril 2011, 13,4% des échantillons de lait et 22,2% des échantillons d’eau potable étaient contaminés par l’iode radioactif 131 (5).  Compte tenu de la persistance des niveaux élevés d'iode radioactif, les experts de la santé publique américaine prévoient que l'incidence des maladies thyroïdiennes, comme l'insuffisance de la thyroïde chez les nouveaux nés et le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes, vont augmenter (6, 7).

Les chercheurs de cette étude trouvent regrettable que les gouvernements non seulement du Japon mais aussi en Amérique du Nord et en Europe n’étudient pas suffisamment les effets sur la santé suite à l'exposition à la radioactivité des retombées de Fukushima (1).

Un quart de siècle après la catastrophe de Tchernobyl, et plus de 60 ans après les attentats à la bombe d'Hiroshima et de Nagasaki, les effets sur la santé humaine se font toujours sentir en particulier sur les enfants et les très jeunes enfants. 

Nuage-radioactif.png

Carte de dépôt au sol de césium-137 suite à l'accident de Fukushima-Daichii. CEREA (8)

Références:

1)  Joseph J. Mangano and Janette D. Sherma. AN UNEXPECTED MORTALITY INCREASE IN THE UNITED STATES FOLLOWS ARRIVAL OF THE RADIOACTIVE PLUME FROM FUKUSHIMA: IS THERE A CORRELATION? International Journal of Health Services, 2012, Volume 42, Number 1, Pages 47–64, 201.  http://www.radiation.org/reading/pubs/HS42_1F.pdf

2)  Fong, P. Sudden infant deaths on rise in B.C. Toronto Star, July 6, 2011. www.thestar.com/news/canada/article/1020924-sudden-infant-deaths-on-rise-in-b-c 

3)  Moller, A. P., and Mousseau, T. A. Reduced abundance of insects and spiders linked to radiation at Chernobyl 20 years after the accident. R. Soc. Biol. Lett., 2009. http://royalsocietypublishing.org

4)  Mousseau, T. A., and Moller, A. P. Landscape portrait: A look at the impacts of radioactive contamination on Chernobyl’s wildlife. Bull. Atomic Sci. 67(2):38–46, 2011

5)  U.S. Environmental Protection Agency. Radnet Laboratory Data: Japanese Nuclear Emergency—Radiation Monitoring. http://www.epa.gov/japan011/rert/radnet-sampling-data.html#precipitation

6)  Yablokov, A. V., Nesterenko, V. B., and Nesterenko, A. V. Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment. New York Academy of Sciences, New York, 2009

7)  Sherman, J. D. Life’s Delicate Balance: Causes and Prevention of Breast Cancer, pp. 57–66, 234–235. Taylor and Francis, New York, 200

 8)  Atmospheric dispersion of radionuclides from the Fukushima-Daichii nuclear power plant. CEREA. http://cerea.enpc.fr/en/fukushima.html

Source : http://adn109.over-blog.com/

Yves Herbo 04-2012

Yves Herbo sur Google+

économie environnement politique argent NOM nucléaire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau