Sciences

Articles traitant de recherches ou de découvertes scientifiques, ainsi que de théories, études ou témoignages

OVNIs : 1974-Baisieux, Nord-Pas-de-Calais, plus de 10 témoins

OVNIs : 1974-Baisieux, Nord-Pas-de-Calais, plus de 10 témoins

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 photo mini

Plusieurs articles parus en ce début du mois d'août 1974 dans la presse du Nord-Pas-de-Calais qui font le rapport de la vision par une dizaine de témoins le jeudi 1er août 1974 d'un objet étrange très lumineux, puis à nouveau une autre apparition une semaine plus tard avec d'autres témoins... quelques photos de prises aussi, mais l'objet est trop lumineux pour bien distinguer ce qui se trouve sur la pellicule argentique... les journalistes publieront tout de même l'une des photos prises.

 

Cet article est paru dans Nord Matin du 03 août 1974, concernant un événement s'étant produit le jeudi 1er août au soir.

" Un OVNI à Baisieux "

" Si les estivants préfèrent le soleil du midi, les OVNI semblent être attirés par le ciel gris et bas de notre région. Après Hellemmes, Sainghin-en-Mélantois et Bruay, la commune de Baisieux a été le théâtre d'un nouveau phénomène inexpliqué.

Jeudi, 20h15, M. Blondel, un Basilien, domicilié rue de Tournai rentre sa voiture au garage. Il ressort et aperçoit une grosse boule rouge au-dessus des toits... Dans la même rue un voisin, M. Jacques Boorke, observe le même phénomène. Intrigué, il appelle ses parents M. et Mme Auguste Boorke, qui regardaient la TV. Le couple sort, d'autres riverains de la rue de Tournai les imitent. Pendant un quart d'heure, une dizaine de personnes observeront le phénomène...

Initialement rouge, la boule passa a un blanc éblouissant. " Elle n'était pas élevée ", raconte M. Boorke. " Cette chose tournait sur elle-même, montait puis descendait, soudain elle commença à danser, en décrivant de grands cercles à gauche et à droite ".

" Mes yeux pleuraient... on aurait dit que l'objet projetait des rayons dans notre direction, un peu comme les faisceaux des phares des voitures belges (YH : phares blancs en Belgiques, jaunes en France à l'époque) mais mille fois plus fort " précise encore le frontalier dont les yeux pleuraient hier encore. 

Mme Bousquet, qui habite non loin de là, rue du Dr Calmette, a vu la boule lumineuse qui redevint rouge, puis violette et enfin grise.

A peine remis de sa stupeur, M. Boorke donne volontiers de plus amples détails : " Sur la fin, le centre de la boule moins lumineux était plus sombre : j'ai pensé : ça doit être le pilote. Jamais je n'ai vu une chose pareille et je jure que ce n'est ni un avion, ni le soleil ni l'orage ". "

Propos recueillis par Gérard Tenier pour Nord Matin.

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 1

Notez bien que toutes ces archives sont librement utilisables (notamment pour la recherche et l'éducation) à la condition absolue que les sources et références indiquées dessus, ainsi que mon nom, prénom et adresse de ces sites internet (http://www.sciences-fictions-histoires.com/ et http://herboyves.blogspot.com/) soient mentionnés visiblement.

 

Toujours dans le journal Nord Matin, dans une édition plus tardive, probablement du lundi 05 août 1974, avec une photo d'un témoin :

" C'est L'OVNI de Baisieux "

" Une dizaine de personnes témoins des étranges acrobaties d'une boule lumineuse à Baisieux... Dans notre édition de samedi, nous vous avons rapporté les témoignages de plusieurs Basiliens qui avaient pu observer cet étrange phénomène : M. Blondel, Mme Bousquet, M. et Mme Auguste Boorke, leur fils M. Jacques Boorke (et non Gérard comme mentionné dans l'article par erreur) et d'autres voisins. En tout, une dizaine de personnes habitant dans le quartier de la mairie, à Baisieux, ont vu une grosse boule lumineuse au-dessus des toits.

M. Auguste Boorke se souviendra de cette soirée de jeudi. A force de fixer l'objet qui bougeait sans cesse dans le ciel, ses yeux brûlaient, mais pour rien au monde, il n'aurait voulu quitter son poste d'observation. Deux jours plus tard, ses yeux pleuraient encore... Son fils, Jacques Boorke, suivit de son côté les évolutions de la boule lumineuse qui s'assombrit avant de disparaître en direction d'Annapes. M. Roland Kremer, un chauffeur-livreur, domicilié 31, rue de Tournai, prévenu par son oncle, Mr Jacques Boorke, eut le bon réflexe de se saisir de son appareil photographique avec lequel il prit quelques clichés qu'il a accepté de nous confier.

Sur le document que nous publions, on distingue la boule lumineuse lançant des rayons éblouissants, au-dessus de la mairie de Baisieux, telle qu'elle est apparue aux yeux d'une dizaine de personnes. Les sceptiques pourront croire à l'oeuvre d'un farfelu ou d'un mauvais plaisant. Et pourtant, il ne peut s'agir d'un coucher de soleil : la photo a été prise vers 21 heure et, ce jeudi 1er août, le soleil s'est couché à l'ouest à 19h 29. (YH : les changements d'heures été/hiver n'étaient pas encore pratiqués en 1974).

 

Ovnibaisieux 1 8 1974a

Un autre article est paru dans le journal Nord-Matin du 09 ou 10 août 1974, faisant état d'une nouvelle apparition de la boule lumineuse, une semaine pile après la première apparition... :

" Nouvel OVNI à Baisieux : une boule très lumineuse "

" Une boule lumineuse semblable à celle apercue jeudi 1er août par une dizaine de personnes, dans le ciel de Baisieux, et photographiée par un témoin, a été vue jeudi (08 août 1974), vers 22 heures, par une Basilienne, domiciliée à Sin.

Sceptiques jusqu'alors quant à la véracité des faits constatés par ses concitoyens, Mme Annie Dufailly, dépositaire de journaux, et sa belle-soeur, ont été surprises par la présence d'une boule très lumineuse illuminant le ciel en direction d'Annappes.

Sans croire pour autant à l'apparition d'une soucoupe volante, Mme Dufailly se perd aujourd'hui en conjectures sur la nature de ce phénomène étrangement identique à celui dont nous nous sommes fait l'écho. "

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 3

 

Yves Herbo Archives, Sciences, Fictions, Histoires.com, 07-11-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 05-11-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 05-11-2015

Odhtv 1

 

JT Ovni en France du 05-11-2015 d'ODH TV vous est présenté par Gilles Thomas.

Dans cette nouvelle édition, nous vous partageons l'actualité ovni en France d'avril à juin 2015, le 50ème anniversaire de l'affaire de valensole. Dans le dossier de l'édition, je vous partage les observations d'ovni en Provence (ou région PACA) avec la participation de nombreux ufologues et veilleurs.

Jtfrance11 2015Extrait du documentaire ci-dessous (ODHTV)

L'émission est en collaboration avec:
http://www.sciences-fictions-histoire
http://area51blog.wordpress.com/
http://ufoetscience.wordpress.com/
http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.ovniparis.fr/
http://ovniconscience.com/


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 05-11-2015

Les pages des anomalies scientifiques - 4

Les pages des anomalies scientifiques - 4

 

280px kensington runestone flom 1910La pierre runique de Kensington

 

Cette nouvelle rubrique qui devrait comporter plusieurs pages (qui seront regroupées par la suite et après leur publication) va recenser certaines petites publications ou nouvelles brèves du passé sur des découvertes annoncées discrètement par certains professionnels ou scientifiques. Cela vient évidemment en complément du déjà large travail de compilation de données lisibles sur ce site. Ces annonces sont en principes toutes référencées et réelles et elles concernent toutes des "anomalies" par rapport aux normes, dogmes ou "establishment" scientifiques ou historiques. Il y a rarement des illustrations ou photos et l'annonce est parfois très brève. On se rapproche en quelque sorte un peu du "Livre des Damnés" de Charles Fort, mais plus récent et c'est voulu car ces données existent, même si elles ne sont pas très connues et explorées elles-mêmes... Je n'ai pas trouvé d'ordre préférentiel pour l'instant, un classement par continent ou par genre (archéologie, ovni, astronomie, etc...) par exemple pourrait être fait par la suite. Vous allez comprendre très vite de quoi il s'agit, je met le texte original quand dispo et la traduction française en-dessous :

Voici la page 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-1.html

Voici la page 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-2.html

Voici la page 3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-3.html​


 

A Stone Face From Ungava

September 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. A stone face was found on the lake shore by caribou hunters. The back of the sculpture was covered with moss and stained underneath with age; the front was well-weathered. It was a crude sandstone carving -- almost a doodle in stone -- but the facial features were unmistakably Norse. Stylistically, the face resembled nothing carved by Eskimos or the local Indians. The apparent antiquity of the stone and the strongly Nordic features suggest past Norse exploration of this desolate tundra near Hudson Bay.

(Lee, Thomas E.; "Who Is This Man?" Archaeological Journal of Canada, 17: 45, 1979.)

Comment. Once into Hudson Bay, why not on to Minnesota (and the Kensington Stone), then down the Mississippi to Oklahoma where Viking signs are claimed?

 

Un visage de pierre à Ungava

Septembre 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. Un visage de pierre a été trouvé sur la rive du lac par des chasseurs de caribous. Le dos de la sculpture s'est couvert de mousse et coloré par dessous avec le temps; l'avant a pu bien résister. C'était une sculpture en grès brut - presque un gribouillage dans la pierre - mais les traits du visage étaient indéniablement nordiques. Stylistiquement, le visage ne ressemblait à rien de sculpté par des Esquimaux ou des Indiens locaux. L'ancienneté apparente de la pierre et les traits fortement nordiques suggèrent que dans le passé, une exploration nordique (Vikings) de cette toundra désolée près de la baie d'Hudson a eu lieu.

(Lee, Thomas E .; "Qui est cet homme ?" Journal archéologique du Canada, 17, 45, 1979.)

Commentaire: Une fois dans la baie d'Hudson, puis pourquoi pas dans le Minnesota (et la pierre de Kensington), puis vers le bas du Mississippi en Oklahoma, où des traces des Viking sont réclamés ?

 


 

La pierre runique de Kensington

En 1898, un immigrant suédois a trouvé une pierre sur sa ferme près du petit village de Kensington, au Minnesota. La pierre, un petit bloc de grès, de la grauwacke, était enserrée dans les racines d’un jeune tremble. Sur deux de ses côtés se trouvait une inscription runique en suédois racontant comment 8 Suédois [Goths] et 22 Norvégiens avaient été victimes d’une catastrophe lors d’un voyage d’exploration à 14 jours à l’ouest du Vinland. Alors que des hommes étaient partis à la pêche, 10 autres avaient été tués. Cette tragédie date de 1362.

Pierredekensington

Olof Öhman, un fermier d'origine américano-suédoise, déclare en 1898 avoir trouvé la pierre alors qu'il débarrassait sa terre d'arbres et de troncs afin de pouvoir la labourer. Elle a été trouvée sur un monticule ou un côté de colline, couchée face contre terre et enchevêtrée dans les racines d'un arbre supposé être âgé d'au moins une dizaine d'années. Aux dires de plusieurs témoins, quelques-unes de ces racines étaient aplaties et épousaient la forme de la pierre. Le fils d'Öhman, âgé d'une dizaine d'années, a alors remarqué des inscriptions et le fermier déclara qu'ils pensaient avoir trouvé un almanach indien. L'artefact a des dimensions de 76 × 41 × 15 cm et pèse environ 90 kg.

Les preuves archéologiques d'établissements vikings au Canada ne devant apparaître que 50 ans plus tard, l'idée de vikings errant à travers le Minnesota à cette époque semble alors impossible aux yeux de la plupart des universitaires du 19ème siècle.

En 1907, la pierre est achetée, apparemment pour 10 dollars par Hjalmar Holand, un étudiant diplômé de l'université du Wisconsin. Holand ravive alors l'intérêt du public et d'autres études sont menées par le géologue Newton Horace Winchell (Minnesota Historical Society) et le linguiste George Flom (Philological Society de l'université de l'Illinois), qui publient tous deux leurs conclusions en 1910.

Si on se réfère à Winchell, le peuplier sous lequel la pierre fut trouvée avait été détruit mais plusieurs peupliers proches et de même taille ont été coupés et, en comptant leurs anneaux, il a été déterminé qu'ils étaient âgés de 40 ans. Comme la région en question n'a été colonisée qu'après 1858, il est apparu que la pierre ne pouvait être une contrefaçon. Winchell conclut aussi que l'aspect désagrégé de la pierre indiquait que l'inscription avait bien 500 ans.

280px kensington runestone flom 1910

La plupart des controverses sur l'authenticité de la pierre de Kensington sont fondées sur un conflit entre les évidences linguistiques et physiques. Le fait que la pierre runique ait été découverte par un fermier suédois dans le Minnesota à une période où l'histoire viking et la culture scandinave étaient très populaires et la publication de plusieurs articles sujets à caution, font qu'un voile tenace de scepticisme en résultera pendant plus de 100 ans.

En 1354, le roi Magnus IV de Suède accorda une lettre de protection à Paul Knutson pour un voyage au Groenland. Les établissements à l'ouest du Groenland avaient été retrouvés abandonnés — seul du bétail y subsistait — quelques années plus tôt et il était supposé que la population avait rejeté l'Église (et sa mainmise sur les fermes locales, acquises progressivement comme paiements de taxes diverses), était retournée au paganisme et partie vers ce qui sera connu plus tard comme l'Amérique du Nord.

En 1887, l'historien Gustav Storm mentionne ce voyage, suggérant son retour vers 1363 ou 1364. Il semble qu'il s'agisse des premiers travaux publiés qui se réfèrent à un voyage vers l'Amérique du Nord, concordant avec la date inscrite sur la pierre. Cela a depuis été confirmé par une lettre écrite en 1577 par Gérard Mercator à John Dee. Cette lettre donne un extrait des travaux plus anciens de Jacobus Cnoyen (maintenant perdus) décrivant un voyage au delà du Groenland dont le retour avec 8 hommes à bord date de 1364. Cnoyen mentionne également qu'un prêtre était du voyage et que celui-ci le décrivit dans un livre appelé Inventio Fortunate, livre qui est d'ailleurs cité dans nombre de documents du Moyen Âge ainsi que de la Renaissance, mais dont aucune copie ne subsiste.

L'Inventio est cité sur certaines cartes datant du xvie siècle comme étant leur source à propos de la description de l'Arctique. On ne sait pas si le voyage alla jusqu'à la baie d'Hudson mais quelques cartes montrent cette baie au moins 100 ans avant sa première exploration connue. Cela influence apparemment Christophe Colomb pour la planification de son voyage à travers l'Atlantique. Donc, même si un faussaire talentueux avait pu déduire la date à mettre sur la pierre en fonction des informations disponibles à cette époque, il semble qu'une expédition ait bien eu lieu à l'époque mentionnée sur la pierre.

Hacheviking usa3

La voie navigable peut également contenir des signes de la présence viking. Au lac Cormorant, dans le comté de Becker au Minnesota, il y a trois rochers avec des trous triangulaires similaires à ceux utilisés pour amarrer les bateaux le long de la côte norvégienne au xive siècle. Holand a trouvé d'autres trous triangulaires dans des roches près du lieu où la pierre fut trouvée. Un morceau d'acier scandinave du xive siècle servant à allumer des feux est également trouvé entre le lac Cormorant et Kensington, lieu où la pierre runique a été découverte.

Hacheviking usa

D'autres artefacts vikings datés du xive siècle ont été trouvés au Minnesota mais apparemment aucun d'entre eux n'a été découvert sous contrôle archéologique...

Hacheviking usa2Hacheviking usa4

En décembre 1998, exactement un siècle après la découverte de la pierre de Kensington et pour la première fois depuis le rapport de Winchell de 1910, une analyse physique détaillée est menée ; elle inclut une photographie par un microscope à lumière réfractable, un prélèvement de roche et un examen au microscope électronique à balayage. En novembre 2000, le géologue Scott F. Wolter présente les résultats préliminaires suggérant que la pierre avait suivi un processus de changement relatif à un séjour dans le sol d'un minimum de 50 à 200 ans.

Par exemple, Wolter note la perte totale de mica sur la surface inscrite de la pierre. Des échantillons de pierres tombales dans le Maine âgés de 200 ans montrent une très grande dégradation en pyrite mais pas sa disparition complète comme cela a pu être remarqué sur la pierre. Étant donné que les échantillons de pierre tombale n'ont pas été sujets aux mêmes contraintes que la pierre, la comparaison suggère cependant que la pierre runique ait été enterrée bien avant le premier établissement européen moderne dans cette zone en 1858.

 

L'inscription sur la face (où plusieurs mots peuvent manquer à cause de la dégradation et à la calcification d'une partie de la pierre) dit:

« 8 göter ok 22 norrmen paa opthagelse farth fro winlanth of west Wi hathe läger weth 2 skylar en thags norder fro theno sten wi war ok fiske en thag äptir wi kom hem fan X man rothe af bloth og ded AVM frälse af illum. »

Traduction:

« 8 Goths de Scandinavie et 22 Norvégiens dans un voyage d'exploration venant du Vinland allant vers l'ouest. Nous avons établi des abris sur 2 îles rocheuses à un jour au nord de cette pierre. Nous avons pêché une journée. Quand nous sommes rentrés nous avons trouvé 10 de nos hommes en sang et morts AVM (Ave Maria) délivre-nous des démons ! »

Le texte sur le côté dit :

« har X mans we hawet at se äptir wore skip 14 thag rise from theno odh Ar wars Herra 1362. »

Traduction:

« Envoyé 10 hommes vers la mer pour aller chercher notre bateau 14 jours de trajet depuis ici An 1362 de notre Seigneur. »

En 2002, une autre analyse de Nielsen suggère que les formes linguistiques présentes sur la pierre étaient plausibles au xive siècle. De plus, les preuves d'existence pour tous les mots et runes inhabituels ont été trouvées dans d'autres sources médiévales...

 

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_runique_de_Kensington  + http://www.canadianmysteries.ca/sites/vinland/othermysteries/kensingtonrunestone/indexfr.html


 

Cartwheels In Space

An intriguing and totally unexpected wheel-shaped structure has been discovered by K. Taylor (Royal Greenwich Observatory) and D. Axon (Sussex University). Plates made with a 1-meter telescope show this curious dark pattern silhouetted against the Great Nebula in Orion. The circularity and neat set of six spokes make it seem a stellar UFO! No one knows its distance, age, or constitution. Speculation is that some interstellar winds may have created this artificial-looking object.

(Anonymous; "Cartwheels in the Sky," New Scientist, 83:804, 1979.)

Un panier à roues dans l'espace

Une structure en forme de roue intrigante et totalement inattendue a été découvert par les astronomes K. Taylor (Observatoire royal de Greenwich) et D. Axon (Université du Sussex). Les photos avec un télescope de 1 mètre montrent cette curieuse silhouette sombre contre la Grande Nébuleuse d'Orion. Sa circularité et l'ensemble précis de six rayons la font paraître comme un OVNI stellaire ! Personne ne connaît sa distance, son âge, ou sa constitution. La spéculation est que certains vents interstellaires peuvent avoir créé cet objet d'apparence artificielle...

(Anonyme, "Un Pannier à roues dans le ciel," New Scientist, 83: 804, 1979.)

Cartwheels space 1979YH : cet objet spatial très lointain et gigantesque, d'apparence artificiel et extra-terrestre, n'a plus été signalé par la suite par les professionnels de l'espace...

 


 

The nuclear threat: bad dates

Woodmorappe has assembled an impressive and disconcerting collection of anomalous radiometric dates. Over 300 serious discrepancies are tabulated and backed by some 445 references from the scientific literature. To remove triviali-ties, only dates that were "wrong" by 20% or more were included. This criterion insured that the anomalous dates were off by one or more geological periods. To enhance his case, Woodmorappe excluded data for such troublesome minerals as K-feldspar, which have unreliable records. The surviving discordances will certainly disturb anyone who has long accepted radioactive dating as the near-final word in geochronology.

The lengthy text accompanying the table delves into the geological problems posed by the tabulated anomalies, primarily the severe distortions implied in the supposedly well-established geological time scale. Many attempts have been made to explain away these discrepancies, usually by asserting that the system must have been "open"; that is, contamination and/or removal of materials occurred. But a far more serious situation exists: the reluctance of researchers to publish radiometric dates that fly in the face of expectations. Data selection and rejection are epidemic. Some authors admit tossing out wild points; others say nothing.

(Woodmorappe, John; "Radiometric Geochronology Reappraised," Creation Research Society Quarterly, 16:102, 1979.)

L'analyse nucléaire: mauvaises dates

John Woodmorappe a assemblé une collection impressionnante et déconcertante de dates radiométriques anormales. Plus de 300 sérieuses divergences sont totalisées et soutenues par quelques 445 références de la littérature scientifique. Pour supprimer les liens de triviali, seules les dates qui étaient «mauvaises» de 20% ou plus ont été inclues. Ce critère assurait que les dates anormales étaient supprimées par une ou plusieurs périodes géologiques. Pour améliorer sa recherche, Woodmorappe a exclu les données relatives à ces minéraux gênants comme le feldspath potassique, qui ont des résultats non fiables. Les discordances survivantes vont certainement déranger les personnes qui ont depuis longtemps accepté la datation radioactive (carbone 14) comme le mot quasi-final dans la géochronologie.

Le long texte accompagnant la table plonge dans les problèmes géologiques posés par les anomalies sous forme de tableaux, principalement les graves distorsions implicites dans l'échelle des temps géologiques supposément pourtant bien établie. De nombreuses tentatives ont été faites pour expliquer ces écarts, généralement en affirmant que le système devait avoir été "ouvert"; autrement dit, une contamination et / ou l'enlèvement de matériaux se sont produits. Mais une situation beaucoup plus grave existe: la réticence des chercheurs à publier des dates radiométriques qui volent dans le visage des attentes (qui ne correspondent pas aux résultats attendus et conformes à la science officielles). La sélection des données et le rejet sont épidémies. Certains auteurs admettent publier des points faux; d'autres ne disent rien...

(Woodmorappe, John; "géochronologie radiométrique réévaluée," Création recherche de la Société Quarterly, 16: 102, 1979.)

YH : on voit ici que déjà dans les années 1970, le système de datation le plus utilisé et reconnu par la science officielle était mis à mal par certains scientifiques... ces divers travaux aboutiront à un recalibrage de certaines fourchettes établies auparavant par les données au carbone 14 (au début du 21eme siècle) mais aussi à l'obligation de ne plus s'en tenir qu'aux datations au carbone 14, d'autres méthodes devant être pratiquées conjointement. Un gros problème demeure néanmoins : de nombreuses datations établies avant ces modifications importantes (plusieurs millénaires selon les fourchettes de temps) n'ont jamais été mises à jour et modifiées dans les livres, musées, etc... Un gros travail de redatations d'artefacts de toutes natures reste à faire, mais la remise en question d'un pan de l'Histoire de l'Humanité semble beaucoup freiner les choses... ainsi que l'argent et le temps...


 

Bering Strait Theory Again In Trouble

If humans first populated North America via the Bering land bridge 10-20,000 years ago, how did human bones and artifacts get buried under a 50,000-year-old alluvial fan in California? Dogma demands that such finds be discredited. Thus, "Pleistocene Man at San Diego," the Calaveras Skull, and dozens of other archeological anomalies have been dismissed as the hoaxes and misidentifications of nonprofessionals. The latest hint of truly ancient man in America came after heavy rains in 1976 cut through 21 meters of deposits at Yuha Pinto Wash, just north of the Mexican border in California. The artifacts, still firmly in place, and associated bones are undeniably human. The overlying sediments are dated at more than 50,000 years old.

(Childers, W. Morlin, and Minshall, Herbert L.; "Evidence of Early Man Exposed at Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45:297, 1980.)

American antiquity

La théorie du détroit de Béring à nouveau en difficulté


Si les humains ont d'abord peuplé l'Amérique du Nord via le détroit de Béring il y a 10-20,000 ans, comment des os et des artefacts humains ont pu se faire enterrer sous un cône alluvial vieux de 50,000 ans en Californie ? Le Dogme exige que de telles trouvailles doivent être discréditées. Ainsi, le "Pléistocène Man de San Diego", le crâne de Calaveras, et des dizaines d'autres anomalies archéologiques ont été rejetées comme des canulars et des méprises de non-professionnels. Le dernier indice de l'ancienneté de l'homme dans l'Amérique est venu après de fortes pluies en 1976 et une crevasse à travers 21 mètres de dépôts à Yuha Pinto Wash, juste au nord de la frontière mexicaine en Californie. Les artefacts, toujours fermement en place, et les os associés sont indéniablement humains. Les sédiments sus-jacents sont datés vieux de plus de 50.000 ans.

(Childers, W. Morlin, et Minshall, Herbert L .; "Preuve de Early Man Exposed au Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45: 297, 1980.)

YH : Notez qu'à cet endroit même, à Yuha Pinto Wash en Californie, existe encore de très grands géoglyphes dessinés dans le désert par les indiens, pour se souvenir que ce désert a été il y a très longtemps habité par l'être humain... malheureusement, une grande partie de ces géoglyphes géants visibles du ciel (un peu comme à Nasca ou ailleurs en amérique latine) a été détruite par une bande de motards attardés (tous ne le sont pas heureusement !), dans les années 1970... Et notez aussi qu'il existe plusieurs endroits aux USA où des géoglyphes géants ont été découverts :

Img 0256

Img 0257Img 0258Intaglio 1Intaglio 3


 

Anomalous Sounds From An Australian Fireball

On April 7, 1978, a very large fireball passed through the atmosphere above the east coast of New South Wales. Seen by hundreds, it generated many high quality reports. Fifteen of the written reports mentioned anomalous sounds -- hisses, hums, swishes, and crackling sounds heard simultaneously with the visual sighting. Such sounds are anomalous because the meteor is tens of kilometers high and real sound would take a minute or more to reach the ground. (The sound from a detonating meteor is often heard several minutes later.)

Keay is convinced of the reality of the anomalous sounds and suggests that the highly turbulent plasma in the meteor wake generates powerful electromagnetic radiation at audio frequencies. This intense radio energy reaches the earth at the same time the visible light does. It may be converted into sound as it interacts with the surface and the observer.

(Keay, Colin S.L.; "The 1978 New South Wales Fireball," Nature, 285:464, 1980.)

Des sons anormaux d'une boule de feu australienne

Le 7 Avril 1978, une très grosse boule de feu a traversé l'atmosphère au-dessus de la côte est de la Nouvelle-Galles du Sud. Vue par des centaines de personnes, il a généré beaucoup de rapports de haute qualité. Quinze des rapports écrits font mention de sons anormaux - des sifflements, bourdonnements, bruissements, et craquements entendus simultanément avec l'observation visuelle. Ces sons sont anormaux parce que le météore était à des dizaines de kilomètres de hauteur et un son réel prendraient une minute ou plus pour atteindre le sol. (Le son d'un météore détonant est souvent entendu plusieurs minutes plus tard.)

Keay est convaincu de la réalité des sons anormaux et suggère que le plasma très turbulent dans le sillage des météorites génère un rayonnement électromagnétique puissant ayant des fréquences audio. Cette énergie de radio intense atteint la terre en même temps que la lumière visible le fait. Elle peut être convertie en son, tel qu'il interagit avec la surface et l'observateur.

(Keay, Colin SL; "1978 Boule de feu de Nouvelle-Galles du Sud ," Nature, 285: 464, 1980.)


 

A suivre pour d'autres pages...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 04-11-2015

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald, vers la Centrale Nucléaire...

 

worgre-2.jpg

Le 24 août 1990, ca. 8.35-9.03 P.M.

Greifswald en Allemagne,

Juste six semaines avant la réunification de l'Allemagne, des milliers de témoins oculaires ont observé une formation de sept objets lumineux, planant pendant presque 30 minutes au-dessus de la mer baltique près de Peenemünde, à l'ancien chantier de construction de fusée nazi V-2, ces OVNI s'approchent de la centrale nucléaire Greifswald.

Parmi les témoins oculaires se trouvaient des physiciens en nucléaire russe travaillant pour cette installation.

Les chercheurs allemands d'OVNI ont pu rassembler cinq vidéos d'amateur de cet événement, ce qui leur ont permis de reconstruire la position de la formation par triangulation.

Les sceptiques ont rapidement refusé ce cas en disant que pour eux c'étaient de simples fusées de signal mises dans le ciel par la marine russe ou polonaise, mais ils ignorent le fait que la formation, sans aucun doute, planait au-dessus des mers allemandes, à l'ouest de la frontière polonaise.

Et n'importe quelle manoeuvre militaire avant la réunification allemande aurait été considérée comme une agression et aurait causé des protestations diplomatiques importantes.

Mais en fait toutes les deux, la navy russe et polonaise, ont toutes les deux nié cette manoeuvre aérienne alors en question.

Nous présentons ci-dessous deux images tirées des trois meilleurs vidéos, pris par le Dr. en nucléaire russe physicien Ludmilla Ivanova de Greifswald, Bernhard Gröchel d'Ücheritz-Bansin sur Usedom et Jürgen Luchterhand, à l'est de Greifswald.

 

24aout90-a.jpg

24aout90_b.jpg

 

Le 24 Août 1990, à la centrale nucléaire de Greifswald en Allemagne de l'Est. Le personnel Est-Allemand et Russe travaillant à la centrale nucléaire a enregistré ces formations d'ovnis alors qu'ils semblaient se grouper dans le ciel au-dessus de cet endroit très sensible. Les lumières sont restées dans le ciel pendant des heures ou tout au moins quasiment une demi-heure sûre, et ont été filmées depuis différents points par différentes caméras. Parfois, le groupe a été approché par d'autres lumières voyageant à travers le ciel jusqu'à ce qu'elles joignent le groupe plus grand. Ce cas et d'autres cas semblables au-dessus de centrales nucléaires et autres installations atomiques pourrait être lié à des phénomènes encore inconnus du fait de notre connaissance limitée du comportement nucléaire en général.
 

Quatre vidéos amateurs ont été tournées depuis différents points de vue: 1) Greifswald: Jürgen Luchterhand, 2) Greifswald, Mendeleyev-Str. 12: Ludmilla Ivanova M.D., 3) Greifswald, pas loin de l'adresse ci dessus: Valery Vinogradov, vidéo ci-dessous, 4) Harbour of Lauterbach (sur l'île de Ringen): Irmgard et Ingo Kaiser.

 
OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD".

 

worgre-1.jpg

Un autre clip de Greifswald en Allemagne de l'Est en 1990, enregistré par le cameraman Valery Vinagradov. Valery déclare qu'il n'était pas le seul témoin de l'événement et déclame que des "centaines de témoins ont assisté à cet événement anormal et de nombreuses photographies ont été prises." Il a décrit les objets comme étant " des boules rougeoyantes qui étaient suspendues en formation dans le ciel. Les sphères qui ont composaient la formation semblaient tourner et planer, mais d'une façon stable et ordonnée." Il a également déclaré " ils agissaient de concert sans aucun mouvements brusques." Plus tard lors de l'observation, une autre sphère apparue et voyagea vers le groupe juste pour disparaître dès qu'elle l'atteignit. C'est pour ces raisons que Valery ne croit pas que ces choses étaient des fusées ou des engins classiques.


Sept photos des objets ont été prises, parmi lesquelles l'une depuis 20 km de là par Rainer-Michael Ladwig de Berlin. Il n'y a aucun doute sur le fait que les quatre vidéos et les sept photos montrent les mêmes objets, il est donc improbable qu'il s'agisse d'un canular. Une analyse informatique des vidéos et photos ont montré que les objets ont manoeuvré a une altitude de 6000 mètres sous les nuages. Ils ont pu être vus depuis une distance de 125 kilomètres.

Le 10 Octobre 1993 à 20:15 le documentaire "Les OVNIS - pourtant ils existent " ("UFOs - und es gibt sie doch") par Heinz Rohde fut diffusé sur ARD, une chaîne allemande publique, avec commentaire et analyses de ces événements et documents.

OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD" et de la vidéo prise par Valery Vinagradov.

worgre-2.jpg

Voyez encore des photos ci-dessous, et remarquez que la configuration géométrique des points lumineux change, cela explique une chose simple, ces points lumineux ne pouvaient être que plusieurs engins extraterrestres en formation effectuant des figures pour le plus grand spectacle des "Hommes" se trouvant à Greifswald.


Toutes ces photos sont en fait des arrêts sur image provenant de plusieurs films faits par les témoins ce jour-là, pour ceux qui sont des septiques indécrottables, vous êtes au moins obligés de reconnaître que des OVNI existent, et là c'est impossible de répondre autre chose, impossible !

Maintenant libre à vous de croire que ce ne sont que des engins d'origine terrestre genre F-117 en pleine démonstration pour un 14 juillet ou des oies en rut éclairées par des lampions ou des lucioles !...

Au fait voyez à quoi ressemble le F-117 vu de nuit, nous avons justement une photo de lui en bas de page, rien à voir avec ces lumières ! De plus s'il avait volé à la même hauteur qu'elles, cela n'aurait été que juste un point dans le ciel !
Et de plus n'oubliez pas aussi par dessus tout cela qu'aucun bruit ne ressortait de ces lumières !

 

greifswald-1990.jpg

greifswald-1990-b.jpg

greifswald-1990-d.jpg

 

CI-dessous, voici une photo du F-117, l'avion américain furtif vu de nuit. Rien à voir comme comparaison...

 

f-117-bei-nacht.jpg

 

karte.jpg

 

Source : http://ovni007.tripod.com/id94.html - Jérôme Gorriz - Sébastien Tellerain

Vidéo S,F,H, 12-2012

Rappelons également qu'en 1990, les lanternes asiatiques n'étaient pas encore connues ni trouvables en europe, et surtout pas dans cette région de l'Allemagne de l'Est très protégée, et qu'également, les lanternes asiatiques ne peuvent pas dépasser l'altitude de 500 mètres environs alors que là, nous parlons de 6000 mètres...

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 2012-2015

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

+ Le Stonehenge Tropical au Brésil

 

Marcahuasi01 02

 

Ce n'est pas la première fois que des chercheurs, réels scientifiques ou simples amateurs, soupçonnent les Anciens d'avoir eu les capacités et connaissances nécessaires pour graver, tailler et façonner la pierre, non seulement sur quelques mètres, mais bien aussi sur des dizaines de mètres. Et en vérité, même si la science officielle préfère parler de "mimétisme de la nature et de coïncidences de formes", il se trouve de plus en plus d'endroits et de découvertes, surtout dans des lieux isolés et peu vus jusqu'à présent - comme la jungle amazonienne ou les falaises des iles orcades par exemple, ou encore récemment au Canada ou en Roumanie - où il assez probable que des peuples préhistoriques, partageant un même savoir, ont laissé sur des falaises de pierre leur empreinte ou leurs dieux... il ne peut plus s'agir de coïncidences tant le nombre a augmenté ces dernières années, voir les liens en bas... Voici encore un autre endroit sacré qui semble regorger d'une ou plusieurs étranges énergies magnétiques et spirituelles :

" Nos découvertes ont été faites comme ceci : En observant les rochers de près là où des milliers de personnes ont vécu, mais qui ne les voyaient pas telles qu'elles étaient réellement parce qu'ils manquaient de foi dans le monde magique et dans les œuvres d'art laissées par un ancêtre qui a créé l'humanité actuelle et en respectant ce monde qui a produit ces œuvres d'art incomparables, mais n'a laissé aucune signature.
 
Le travail artistique était lié au rythme de la vie, comme les battements du coeur, ou la respiration, ou de marcher sur cette terre. Ce fut un travail de magie.

L'humanité a oublié tout cela et envisage de se rendre sur la lune comme étant beaucoup plus important. Il ne peut pas expliquer l'apparition de ces hommes de génie qui brisent toutes les barrières pour arriver à des résultats surprenants sans les chercher pour eux-mêmes, et sans écouter les voix dogmatiques - qui tentent de réduire à des mots ce qui n'a pas de nom.

Nous démontrons dans ce livre que les gravures et les sculptures dans la roche naturelle, pouvant être vues à partir d'un point de vue ou une certaine direction, et dans des conditions d'éclairage spécial, donnent du crédit à un style qui ne peut être exprimé que par des hommes de foi profonde panthéiste. La technique de ces sculpteurs n'a pas été répétée dans l'histoire ultérieure.

Ces œuvres se trouvent dans différents endroits sur terre, très espacées les unes des autres, répétant les mêmes symboles, et avec une chose en commun : ils se retrouvent autour des montagnes sacrées, des temples de l'humanité perdue, de sorte qu'ils ne seront pas oubliés et qu'ils peut servir une fois de plus pour purifier et sauver l'humanité ".

 

Marcahuasi01 01Monument of Humanity


 
Ce sont les mots de Daniel Ruzo, trouvés dans l'introduction de son livre, "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique", d'abord publié en langue espagnole en 1974. Ruzo (1900 - 1993) était certainement l'un des pères du New-Âge.

Marcahuasi est un sommet de montagne unique, qui, géologiquement, ne ressemble à aucune des Andes voisines, situées à 80KM au nord-est de Lima, au Pérou. Daniel Ruzo, un génie par sa propre définition, a consacré sa vie à l'étude des sites sacrés à travers le monde. il a continué ensuite l'œuvre de sa vie à son domicile de Cuernavaca, au Mexique; près de Tepotzlan, un autre site d'une montagne sacrée.

Les œuvres d'art visées à l'introduction de son livre sont des monuments, des sculptures monolithiques, des mégalithes, qui se trouvent sur le sommet de Marcahuasi. Il y a des centaines de ces monuments sur le plateau de 41 / 2km x 1 km. Ils sont si grands, si clairs que seul quelqu'un qui n'est pas un chercheur ne peut défendre leur existence.

 

Marcahuasi01 03

Les "monuments répétant les mêmes symboles" se trouvent sur Tepotzlan et Guanajuato, au Mexique; à Rio de Janeiro et Vila Velha au Brésil; au Lac Titicaca, à San Cristobal et à Los Angeles au Pérou; à Stonehenge et Avebury en Angleterre; dans La Vallée Sacrée des Rois en Egypte; dans les montagnes des Carpates en Roumanie; et au parc national de Kakadu en Australie pour en nommer quelques uns.
 
Bien que Daniel Ruzo a également étudié les monuments de l'île de Pâques, il n'a fait aucune conclusion quant à leur origine. Tous les monuments de tous ces endroits, selon Ruzo, ont été créés par une humanité qui a vécu avant l'époque de la crue (ou "déluge") pour laquelle Noé a construit son arche.

Les monuments marquent le domaine général des grottes et cavernes qui ont rendu possible le salut de notre humanité, et ceux de la précédente, pendant le temps des grandes catastrophes. La dernière catastrophe était une inondation et l'arche de Noé est simplement une métaphore pour les grottes et cavernes, marquées par les monuments, partout dans le monde.
 
Selon Ruzo, la catastrophe (un incendie, précédant l'inondation) a été survécue par "Adam et Eve" (la précédente humanité) en vivant profondément à l'intérieur des cavernes.

Daniel Ruzo a formé sa théorie sur l'humanité dans les années 1920. C'était l'œuvre de sa vie de soutenir sa théorie. Avec l'utilisation de la Bible, des mythes et légendes du monde entier, les œuvres de Nostradamus, l'astrologie, et d'autres sources, il perçoit des preuves qui éclairent sa croyance.

 

Marcahuasi01 04

Sa théorie est :

- La vie humaine sur la terre a été composée de cinq humanités, chaque humanité a duré 8,608 ans et est composée de quatre cycles de soleil de 2.125 ans chacun.
- Nous sommes dans la cinquième humanité.
- Toutes les 8,608 années, la terre souffre d'une catastrophe.
- En suivant le zodiaque, les sciences humaines ont survécu aux catastrophes de la terre, du feu et de l'eau.
- Selon Ruzo la prochaine catastrophe sera par l'air et aura lieu entre les années 2127 et 2137.

Les monuments du monde entier marquent l'entrée des grottes et cavernes qui rendront possible le salut des graines de l'humanité.
 
Comme les monuments ne sont que des indicateurs que ces entrées très importantes sont dans la zone environnante, nous, les fidèles, devons faire notre mission de localiser les entrées, à temps pour préparer les grottes et cavernes, avant la prochaine catastrophe et sauver les graines de l'humanité telles qu'elles ont été sauvées par les humanités précédentes.
 
Les symboles universels référencés dans l'introduction de "Marcahuasi" sont la clé pour comprendre comment localiser les entrées sur les montagnes sacrées. Comme les entrées doivent encore être trouvées, nous devons travailler à "briser le code" de ces symboles pour les trouver.

Daniel Ruzo a vécu sur Marcahuasi pendant une période de neuf années à partir de 1952. Il a pris des milliers de photographies des monuments pendant ce temps. Il a constaté que, selon le moment de la journée et le temps de l'année, à la lumière du soleil, de la lune et des étoiles, même dans l'ombre, que différentes images sculptées peuvent être vues, même dans un même monument.
 
Le monument principal, le Monument de l'Humanité, a quatorze faces visibles sous la lumière du soleil et deux visibles seulement sous la lumière de la lune. Les photos de RUZO démontrent très clairement les différents visages de Marcahuasi. Il affirme que, même si son travail a continué pendant neuf longues années, ce qu'il a étudié n'est juste que dix pour cent de ces personnages...
 
D'autres monuments importants sont le Condor, dont la forme change tous les soixante degrés, et le Félin qui ne peut être vu que pendant la semaine du solstice d'hiver.

 

Marcahuasi01 01a

Il y a beaucoup d'autres aspects importants à Marcahuasi, tous des morceaux d'un puzzle complexe incroyable. Il y a vingt-deux vortex d'énergie appelés "Cruzes" ou des croix, constitués de trois types distincts d'énergie.
- Il y en a trois du premier type que l'on trouve dans des zones d'accès limitées sur le plateau, limitées à ceux qui sont préparés pour être près à cette puissante énergie.
- Le deuxième type de croix, qui sont au nombre de sept, des croix reconnues pour représenter les jours de la semaine.
- Il y a douze croix du troisième type et qui ont un lien avec les phases de la lune.

Chaque croix a un pouvoir de guérison spécifique. Les croix qui sont facilement visibles sur le plateau ont une énergie indéniable qui peut être ressentie sans aucune préparation spéciale ou de sensibilité.

Carlos Seclan, un disciple péruvien de Daniel Ruzo, a eu une expérience extraordinaire avec l'un des vortex de Marcahuasi.
 
Il avait étudié Marcahuasi pendant quinze ans lorsqu'il a eu un accident de voiture qui l'a laissé paralysé, dans son lit, pendant onze mois. Malgré les meilleurs médecins au Pérou disponibles pour le soigner, on lui a dit qu'il ne pouvait pas être guéri et ne pourrait jamais remarcher ou même s'asseoir à nouveau.

Après avoir étudié les énergies des pierres et des vortex de Marcahuasi, il savait qu'il devait y avoir un moyen de guérir son dos cassé avec les forces profondes de la montagne. Il savait qu'un certain jour, à une certaine heure, à un certain vortex, qu'il y aurait de l'énergie appropriée pour le soigner. Il a convaincu ses amis de le transporter jusqu'à la montagne, au vortex désigné, où ils l'ont laissé, seul, pendant sept jours, avec suffisemment de nourriture et d'eau.

Le septième jour, un homme d'apparence péruvienne normale, étranger à Carlos, est apparu et ils ont parlé du problème de Carlos. L'homme a alors commencé à lui montrer certains exercices physiques, que Carlos réussi à suivre.
 
Alors qu'il bougeait, il a resenti une chaleur qui est montée à travers son corps à partir de ses orteils. Il entendit un bruit de bourdonnement distinct et senti un picotement en même temps. Lorsque les sensations de chaleur et de bourdonnement ont atteint le sommet de sa tête, une vingtaine de minutes plus tard, il sentait comme si une lumière chaude était entrée dans le haut de sa tête.

La lumière le faisait s'endormir et il est tombé endormi. Quand il se réveilla, plusieurs heures plus tard, il fut surpris de se rendre compte que non seulement il pourrait s'asseoir, mais aussi se lever.
 
L'homme avait disparu, et Carlos descendit la montagne seul pour rejoindre ses amis qui l'attendaient à la cabane, la maison que Daniel Ruzo avait construit derrière le Monument de l'Humanité.

 

Marcahuasi01 07a

Carlos est le connaisseur le plus important des vortex de Marcahuasi.
 
Il montre seulement cinq des vortex aux autres. Deux des vortex sont faciles à trouver sur le plateau: l'un est situé en dessous du Félin, et l'autre, marqué d'un X blanc, est au centre du plateau, au bord d'un précipice. Carlos alla d'abord à Marcahuasi en 1973, lors d'un voyage de chasse. Il dit que, avant qu'il y soit allé, il avait vu Marcahuasi dans ses rêves, et quand il y est arrivé, il savait exactement où aller pour l'eau.

Marcahuasi est également un endroit célèbre pour les observations d'OVNI. Les villageois dans la ville en-dessous de Marcahuasi, San Pedro de Casta, acceptent les observations d'OVNI comme un phénomène naturel. Lorsqu'on leur a demandé si ils croient aux OVNI, ils ont réagi comme si c'était une question étrange - comme si il leur avait été demandé si ils croyaient en les vaches...

Moises Bautista, ancien président de la communauté, raconte l'histoire d'une rencontre qu'il a eu en Août 1963. La nuit était claire avec une pleine lune. A environ 02h00, il marchait près des ruines sur son chemin pour vérifier ses vaches sur le plateau. Il a vu un véhicule de la taille d'une voiture sortir du ciel ou de la terre à environ 20m en face de lui. Il se cacha sous une ancienne tombe pendant que se déroulait la rencontre.

Le véhicule était d'environ 3M de diamètre avec six lumières rondes "fluorescentes". Du véhicule est sorti cinq êtres, chacun d'environ 20cm de hauteur. Ils portaient des combinaisons de corps orange / brunes et des bottes.
 
Ils ont émergé du véhicule à partir d'un portail en matériau clair. Ils marchaient autour et ont touché des pierres sur le terrain comme si ils étaient en train de les inspecter. Ils sont ensuite retournés au véhicule et sont partis, volant vers le nord, la même direction à partir de laquelle ils sont venus. L'ensemble de la rencontre a duré trois minutes.
 
Moises parle librement de sa rencontre, comme si elle n'était pas considérée comme un sujet fou dans la ville de San Pedro.

Parmi d'autres à San Pedro qui ont eu aussi des observations, il y a le boulanger du village. Il dit qu'il voit régulièrement un disque en métal argenté avec des lumières multicolores survolant Marcahuasi. Il croit que les OVNIS ont une raison régulière, apparaissant à la fin du mois.
 
Le boulanger, Moises Bautista, et beaucoup d'autres à San Pedro, y compris les plus jeunes enfants de la ville ont fait une observation, une nuit, d'un disque qui a survolé la ville. Les enfants parlent de la "soucoupe volante" ou "planète" avec animation, racontant les lumières colorées qui ont survolées leurs têtes en 1988.

San Pedro de Casta est le village andin folklorique à travers lequel on doit passer avant d'arriver à Marcahuasi. Ici, on peut louer des ânes pour transporter des fournitures et de l'équipement sur le plateau, trois heures et demie à pied de la montagne. Les habitants de San Pedro sont les gardiens spirituels de la «Meseta» de Marcahuasi. Il est de leur responsabilité de voir que ceux qui sont accueillis à la Meseta se sentent en sécurité et soignés pendant leur séjour.

Les habitants de San Pedro sont des «campesinos» ou paysans. Ils font leur vie en commun (pour le revenu) en cultivant la terre en terrasses sur les montagnes environnantes, comme le faisaient leurs ancêtres depuis des milliers d'années avant eux. Un total de vingt tonnes de maïs, de luzerne, des pommes de terre et d'autres cultures sont exportés chaque année.
 
Le plus intéressant, cependant, est qu'ils exportent quarante tonnes de plantes médicinales sauvages qui poussent sur les montagnes environnantes, ainsi que sur Marcahuasi lui-même. Les quelques plantes disponibles trouvées dans la région semblent couvrir tous leurs besoins. Les habitants de San Pedro prétendent que les plantes sont anciennes.

Certaines des plantes médicinales trouvés dans la région de San Pedro de Casta et leurs utilisations sont: la Valériane, la source naturelle de notre Valium synthétique, est comme une couverture du sol avec de petites fleurs jaunes. Un thé fait à partir des fleurs de Valeriana est un relaxant. Les fleurs brunes ou jaunes de Margerita Silvestre faites dans un thé, aide à réduire l'hypertension artérielle.
 
Les fleurs bleues et les feuilles de tarwi, mais pas la graine, faites dans un thé, sont utiles pour combattre les frissons et la fièvre. Une combinaison des feuilles de la plante Chunchu et celles de la Gasengasa bouillies dans du lait, et bues, est bonne pour les désagréments de la puberté. Le thé Tipta, fait à partir des petites feuilles et fleurs jaunes de la plante, est presque un remède miracle pour les maux de tête. Les maux de tête sont un symptôme fréquent de la maladie d'altitude, facilement contractée à l'altitude de 4000 mètres de Marcahuasi.
 
Une combinaison de Taiya et de Chinchilcoma laissée macérée avec de l'alcool et appliquée comme un cataplasme sur une partie gonflée du corps est un remède rapide contre l'enflure.

Marcahuasi a aussi ses mythes et légendes. L'endroit sur la Meseta avec les histoires les plus intéressantes est le "Infernillo", ou le lieu infernal. Il y a une grande crevasse dans la roche d'environ vingt pieds de profondeur (6 mètres). Il est dit que quiconque ose sauter par-dessus le "Infernillo" sera "englouti" et pris à l'intérieur de la terre, pour ne jamais revenir.
 
Un autre mythe entourant le " Infernillo " est que si une personne entre dans la base de la crevasse, il sera pris à l'intérieur de la terre, passera par la montagne, et resortira loin à l'embouchure d'une rivière. La personne ne sera jamais plus la même et incapable de réintégrer la société. Elle se détournera des humains comme les animaux sauvages le font. Mais les gens du pays considèrent ceux-ci comme des mythes et sautent en fait facilement par-dessus le fossé de l'Infiernillo...

Voici quelques autres photos de rochers sculptés en formes d'animaux, comme la grenouille ou la tortue. Notez que l'on retrouve des sculptures de ces animaux-symboles un peu partout dans le monde, en liaison avec la préhistoire et aussi les "crânes allongés", (artificiellement ou non), une race naturelle ou artificielle possédant des pouvoirs psychiques ou des "dirigeants" du monde antique... :

Marcahuasigrenouille

la grenouille

MarcahuasitortueLa Tortue

Marcahuasiface

 

Soxtacuri était le Dieu Vivant, qui a régné sur l'ensemble du plateau de Marcahuasi.
 
Chaque mois de Janvier, il rencontrait tous les chefs des vallées environnantes pour échanger des idées. Ces rencontres légendaires sont commémorées aujourd'hui dans un rituel effectué chaque 5 Janvier par le «guérisseur» ou chaman de San Pedro de Casta, Paolino Gonzales, en face du monument de la Bruja.

Chaque année, les gens qui vivaient dans Marcahuasi devaient offrir le sacrifice d'une femme à leur bien-aimé Soxtacuri (un possible ancien empereur revendiquant être un dieu ?). Une année, les gens ont échoué à faire leur offrande, et dans sa colère, il a quitté l'endroit et a déménagé en Bolivie. Il est dit que lorsque Soxtacuri est parti, son peuple Divin s'est également déplacé du plateau. Au moment où les conquistadors sont arrivés, de nouveaux peuples habitaient la Meseta Marcahuasi. La maison et le trône de Soxtacuri restèrent sur le plateau.

Les conquistadores ont déplacé à nouveau les gens de Marcahuasi. Certains de leurs descendants vivent à San Pedro de Casta. Les personnes ont été déplacées par l'Espagnol dans tout le Pérou en les mettant dans de nouveaux villages afin qu'ils puissent respecter l'ordre et la force du catholicisme sur elles. Ils ont appris l'espagnol et le catéchisme aux indigènes péruviens. Les peuples conquis vivant au plus proche de Lima ont perdu leur langue maternelle: le Quechua. La plupart des noms de rivières, les montagnes et les dieux sont en quechua, car, malgré les efforts des conquistadores brutaux, il y a encore deux langues au Pérou...
 
Marcahuasi, en quechua, signifie simplement la maison / la ville.

Il existe cinq villes en ruines sur le plateau de Marcahuasi. On pense qu'à un moment donné, probablement vers le XIVe siècle, trente mille personnes peuplaient les villes de Marcahuasi.

 

Marcahuasi01 05


 
A en juger une ruine de premier plan, la «Fortaleza» ou forteresse (image ci-dessus), qui occupe la deuxième plus haute colline du plateau, les gens étaient des guerriers, soucieux de la surveillance et de la protection de leur territoire.
 
Les Incas ne sont pas arrivés avant que la majorité des villes n'aient été abandonnées et les ruines converties en "pacarinas", dédié aux ancêtres du peuple parti. Ce que les Incas trouvèrent étaient des constructions de pierres angulaires mises ensembles avec de la boue, formant des patios, des chambres, des couloirs et des tombes. Les tombes ou "chulpas" (l'image ci-dessous) sont encore éparpillées sur tout le plateau, et marquent l'endroit le plus sacré dans chaque ville.

 

Marcahuasi01 08

Malheureusement, la plupart des chulpas ont été dépouillés de leurs momies et des offrandes qu'ils comprenaient: des bijoux, de la poterie et des textiles.

Cependant, une impressionnante collection de momies peut être observée, avec autorisation, dans l'école secondaire à San Pedro de Casta.
 
Aucune excavation organisée d'aucune sorte n'a jamais été fait dans les villes de Marcahuasi. Le gouvernement péruvien n'a pas de fonds et toutes les fouilles en cours à cette époque au Pérou étaient financées par des fondations étrangères.

Le terrain de Marcahuasi n'est nullement accueillant, il est aride et rocailleux. La météo dans la saison sèche est chaude et ensoleillée dans la journée et très froide la nuit. Il y a peu d'ombre du soleil. Dans la saison des pluies, il est pratiquement impossible de marcher autour du plateau, comme il se transforme en une flaque de boue géante. Néanmoins, Marcahuasi a un magnétisme indescriptible qui amène les gens à revenir encore et encore.

Il y a quelques caractéristiques très attractives sur cette montagne de 4000 mètres. Le silence fait se déplacer l'âme. La nuit, avec les étoiles au-dessus, à la fois comme un plafond et des murs du plateau, on a la sensation d'être dans une grande salle. Les panoramas, de la mer de nuages ​​en-dessous de la montagne aux îles des sommets des montagnes furtives, sont à couper le souffle. La vision pas si occasionnelle d'un, ou deux ou trois condors survolant le plateau est unique.

Il y a quelques formes de vie animale sur le plateau. Le renard gris vit dans une caverne rocheuse et est rarement vu. Le "viscache", un croisement étrange entre un lapin et un écureuil est l'animal le plus nombreux du Marcahuasi.
 
Les lions "Puma" sur la montagne, vivent aux altitudes supérieures du Marcahuasi, mais descendent sur le plateau pendant la saison des pluies. Tous ces animaux sont chassés car leur viande est appréciée comme une délicatesse par les habitants.

Au cours des dernières années, les monuments et les tombes ont été fortement perturbés par les 3.000 à 4.000 touristes chaque année qui font des voyages le week-end à la montagne.
 
Les gardiens de San Pedro de Casta ne peuvent pas contrôler la destruction des monuments qui ont été là depuis des milliers d'années. Malheureusement, les gardiens sont tributaires du revenu apporté à la ville par les destructeurs de la Meseta, qui louent leurs ânes et achètent quelques fournitures, tels que l'eau, pour se rendre jusqu'à Marcahuasi.

Le voyage de Lima à San Pedro de Casta, en voiture, prend environ cinq heures. Il y a plusieurs hôtels andins à San Pedro, si l'on souhaite passer la nuit. Il est conseillé d'apporter un sac de couchage et un approvisionnement alimentaire personnel sur place.
 
La promenade jusqu'à la Meseta de Marcahuasi prend environ trois et demi-heures. Il y a quelques chevaux disponibles à la location qui peuvent remplacer vos propres pieds pour remonter la colline. Mais les Burros ou anes de location sont trop petits pour porter une personne moyenne.
 
Le moment idéal pour aller à Marcahuasi est d'Avril à Octobre. Le festival le plus important, la «Fiesta del Agua", a lieu chaque année au début d'Octobre et dure huit jours.
 
Il y a également des cérémonies sur le plateau pour le solstice d'hiver...

 

Traduction de Yves Herbo d'un texte de Lisa Rome d'après le livre de Daniel Ruzo "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique" (1974)

Autre exemple récent :

SAO PAULO, Brésil - Un regroupement de blocs de granit le long d'une colline herbeuse de l'Amazone pourrait être les vestiges d'un vieil observatoire astronomique vieux de plusieurs siècles - une trouvaille que les archéologues disent que cela indique que les anciens habitants de la forêt tropicale étaient plus sophistiqués qu'on ne le croyait.

 

Tropicalstonehenge helico01

Les 127 blocs, certains allant jusqu'à 9 pieds (2 m 74) de hauteur, sont espacés à intervalles réguliers autour de la colline, comme une couronne de 100 pieds de diamètre.

Le jour le plus court de l'année - le 21 décembre - l'ombre de l'un des blocs, qui est fixé à un angle, disparaît.

" C'est l'alignement de ce bloc avec le solstice d'hiver qui nous porte à croire que le site était autrefois un observatoire astronomique ", a déclaré Mariana Petry Cabral, un archéologue de l'Amapa State Scientific and Technical Research Institute. " Nous pouvons être en train d'examiner également les vestiges d'une culture sophistiquée. "

 

Tropicalstonehenge03

Les anthropologues ont depuis longtemps compris que les populations indigènes locales étaient des observateurs aigus des étoiles et du soleil. Mais la découverte d'une structure physique qui semble intégrer ces connaissances, suggère sue les Indiens précolombiens de la forêt amazonienne ont pu avoir plus de connaissances qu'on ne le pensait.

«Transformer ce genre de connaissances en un monument; la transformation de quelque chose d'éphémère en quelque chose de concret, pourrait indiquer l'existence d'une population plus importante et une organisation sociale plus complexe ", a déclaré Cabral.

Cabral a étudié le site, près du village de Calcoene, juste au nord de l'équateur dans l'état d'Amapá, dans l'extrême nord du Brésil, depuis l'année dernière. Elle estime qu'il était autrefois habité par les ancêtres des Indiens Palikur, et tandis que les blocs ne sont pas encore soumis à la datation au carbone 14, elle dit que des tessons de poterie à proximité du site indiquent qu'ils sont pré-colombiens et peut-être plus ancien qu'autant que 2000 années.

Le mois dernier, les archéologues travaillant sur une colline au nord de Lima, au Pérou, ont annoncé la découverte du plus ancien observatoire astronomique dans l'hémisphère occidental - et des sculptures géantes en pierre, vielles apparemment de 4.200 années, qui s'alignent avec le lever et le coucher du soleil le 21 décembre.

 

Tropicalstonehenge02

" Alors que les Incas, Mayas et les Aztèques ont construit des grandes villes et d'énormes structures rocheuses, les sociétés précolombiennes de l'Amazone ont construit des petites colonies de bois et d'argile qui se sont détériorées rapidement dans le climat chaud et humide amazonien, disparaissant il y a des siècles ", disent les archéologues.

Les agriculteurs et les pêcheurs de la région autour du site Amazonien les connaissent depuis longtemps, et la presse locale l'a surnommé le " Stonehenge tropical ". Les archéologues se sont impliqués l'an dernier après que les géographes et les géologues aient fait une enquête socio-économique de la région, à pied et en hélicoptère, et ont remarqué " la structure circulaire unique sur le dessus de la colline ", a déclaré Cabral.

Les scientifiques qui ne sont pas impliqués dans la découverte ont déclaré qu'elle pourrait se révéler précieuse pour la compréhension des sociétés précolombiennes de l'Amazonie.
Personne n'a jamais décrit quelque chose comme ça avant. Ceci est une trouvaille extrêmement nouvelle - une partie d'une chose d'un autre genre ", a déclaré Michael Heckenberger de l'Université de Département d'anthropologie de la Floride.

Il a dit que, bien que la datation au carbone 14 et que d'autres fouilles doivent être effectuées, la trouvaille s'ajoute à une masse croissante qui fait penser parmi les archéologues que la préhistoire dans la région amazonienne était plus variée qu'on l'avait cru.

« Étant donné que les objets astronomiques, les étoiles, les constellations, etc., ont une importance majeure dans une grande partie de la mythologie et de la cosmologie amazonienne, cela ne me surprend pas qu'un tel observatoire existe ", a déclaré Richard Callaghan, professeur de géographie, d'anthropologie et d'archéologie à l'Université de Calgary.

 

Tropicalstonehenge04

Les archéologues brésiliens seront de retour en Août, lorsque la saison des pluies se terminera, pour mener à bien la datation au carbone 14 et faire de nouvelles fouilles.

" L'image traditionnelle était qu'il y a des milliers d'années, il y a de petits groupes d'horticulteurs des forêts tropicales qui sont arrivés dans la région et qu'ils ne l'ont jamais changé - (que) ce que nous voyons aujourd'hui est juste comme c'était il y a 3000 ans ", a déclaré Heckenberger. " Ceci est une chose de plus qui suggère qu'à travers le passé de milliers d'années, les sociétés ont beaucoup changé en fait."

Sources : Stan Lehman - Associated Press Writer - from ABCNews Website / from CBSNews Website - photos : (AP Photo/GOVERNO DE AMAPA, Gilmar Nascimento)

Autres liens vers des articles traitant du même sujet ou proche : 

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/uritorco-la-montagne-mystique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-mont-sainte-odile-en-alsace.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/roumanie-les-mysteres-des-montagnes-bucegi.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-terre-des-incas-et-ses-montagnes-sculptees.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-les-preuves-d-une-migration-plus-ancienne.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-chasseurs-cueilleurs-il-y-a-30-000-ans-en-amerique-du-sud.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-le-stonehenge-des-orcades.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-excavations-sur-les-iles-orkney-revelent-un-temple-de-5000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/afrique-du-sud-des-outils-de-700000-ans-des-cites-de-200000-a-75000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-4.html (voir les 4 parties)

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-11-2015

Histoire d'une réincarnation

Histoire d'une réincarnation

 

Tombe louisblanc mini

Nous sommes à Paris ce jour où tout commença, le 8 mars 1988Pascale Lafargue possède depuis l'enfance une très bonne intuition, on peut même parler de dons de voyance évidents, mais elle n'en a pas fait son métier car elle est hôtesse dans une compagnie aérienne. Née en 1960, elle avait alors vingt-huit ans et c'est après une journée de travail qu'elle rentre chez elle avec des collègues pour tenter une curieuse expérience. Car ses dons intuitifs lui permettent parfois de prévoir des événements du futur, mais aussi de deviner des choses oubliées du passé, et même d'un passé très lointain. C'est le scepticisme très ancré de l'une de ses collègues qui lui donne envie de tenter cette expérience sur elle : tenter de voir dans les vies antérieures de son amie Anne-Marie. En effet, Pascale Lafargue est persuadée que nous avons tous vécus des vies antérieures, et qu'elle peut le prouver grâce à ses dons.



La plus sceptique de tous est Anne-Marie Leblanc et ils essayent tous de la convaincre de tenter l'expérience. Anne-Marie, hôtesse de l'air, expliquera par la suite qu'elle était intriguée, même si elle n'y croyait pas du tout. 

Pascale commence la séance et demande à tout le monde de se concentrer sur Anne-Marie. Tout autour d'une table, ils commencent la séance en posant leurs mains sur la table les unes sur les autres, formant ainsi une chaine. Jean-Paul Loynet, steward, qui fait partie du groupe, affirme que, Anne-Marie n'y croyant pas, c'était une bonne expérience car elle ne dirait pas amen a tout ce qu'ils diraient et garderait son esprit critique et sceptique. 



Jean-Paul Loynet est prêt à noter tout ce que Pascale va dire durant sa voyance. Pascale explique alors qu'elle se voit dans une rue pavée montante à une époque ancienne, elle voit une femme dans une boutique, elle est grande, porte un chignon et se nomme Marie

Elle voit aussi un homme, assez grand au visage rond, il est rédacteur en chef d'un journal et porte des documents sur lui. Elle distingue deux hommes derrière lui qui vont tenter de l'assassiner en tentant de voler ses documents. Marie, la femme dans la boutique, assiste à la scène et tente de sauver l'homme, elle le prend dans ses bras en appelant à l'aide pendant qu'il agonise. Pascale voit aussi que Marie a participé à la révolution française de 1848 et qu'elle arbore le bonnet phrygien. Elle voit aussi un livre rouge avec inscrit dessus, Marie



La séance terminée, on demande à Anne-Marie si tout cela lui évoque quelque chose. Anne-Marie Leblanc est étonnée par la précision du récit de Pascale, mais déclare que la seule chose qui lui évoque quelque chose est le nom d'une rue, la rue bouret, que Pascale a évoqué au début de sa voyance. Une rue près de chez elle porte le même nom

Le lendemain, les jeunes amis commencent à mener une enquête pour savoir si Pascale a bien vue les traces d'une vie antérieure d'Anne-Marie. Les jeunes femmes retrouvent la rue qui se trouve dans le 19éme arrondissement, à Paris et espèrent bien y retrouver la fameuse boutique. 



Une foi sur place nos trois détectives sont désemparées, le temps ayant passé, il est bien difficile d'y retrouver quoi que ce soit de la vision d'antan de Pascale. Cependant, une chose concorde avec les visions de Pascale, la rue est pavée et montante. Soudain, les jeunes femmes voient une boutique nommée « Au passé retrouvé », c'est bien la boutique que Pascale a décrite durant la séance. Anne-Marie Leblanc est évidemment sidérée par la coïncidence et veut en savoir plus. 



Les trois femmes entrent dans la boutique ou de vieux livres s'empilent partout. Elles se disent que c'est peut-être un signe pour retrouver se fameux livre rouge que Pascale a cité et qui semblait important. Au bout d'une heure et demie de recherche, alors que les trois amies s'apprêtent à repartir, leur troisième collègue Louisa Cambaretto fait une étrange découverte. Elle montre à Pascale et Anne-Marie une gravure dans un livre représentant une femme révolutionnaire, c'est un livre d'histoire de couleur rouge et le prénom de l'auteure est Marie



Pascale va alors voir confirmer dans l'Histoire de France tous les détails qu'elle a vu durant cette étrange séance de voyance. Au fil des pages, elle reconnait le portrait de l'homme qui se faisait attaquer, il s'agit de Louis Blanc qui était effectivement rédacteur en chef d'un journal. C'est même un révolutionnaire lui-même et homme politique, membre du gouvernement provisoire après la démission du Roi Louis-Philippe 1er en 1848... Louis Blanc n'a pas été victime à priori d'une agression ou d'une tentative d'assassinat (ou ce n'est pas connu historiquement), mais il a failli se faire tuer par la Garde Nationale après les événements de juin 1848 puis a été arrêté et exilé, avant de pouvoir revenir comme député... Notons que dans le même gouvernement provisoire de la France se trouvait l'homme politique Pierre Marie ! Le livre mentionne que Louis Blanc est enterré au cimetière du Père Lachaise



La petite équipe décide de s'y rendre, accompagnée du mari de Pascale qui s'est joint à eux. Pascale, au milieu du cimetière, essaye de visualiser la tombe. Elle décrit à ses amis une stèle en hauteur où il y a écrit le nom, Louis Blanc et le nom Marie ainsi qu'un texte d'une à cinq lignes

Ils se mettent à la recherche de la tombe, le père Lachaise est un vrai labyrinthe et malgré le plan ils ont du mal à localiser la tombe. 



Mais un événement très étrange va soudain les alerter. Anne-Marie Leblanc est soudainement prise d'une migraine, elle ne relie pas tout de suite ce phénomène aux événements. Pascale elle, pense tout de suite que ce mal de tête n'est pas innocent et qu'il est dû au fait qu'ils doivent probablement être près de la tombe et du corps de Marie, l'une de ses deux filles, enterrée avec Louis Blanc, et que Anne-Marie incarnait autrefois

 

Tombe louisblanc


Et en effet le doute de Pascale se confirme, la tombe se trouve quelques mètres plus loin d'Anne-Marie. Tout le petit groupe est stupéfait et Anne-Marie se pose alors la question : et si elle avait été cette révolutionnaire qui se nommait Marie ?



Anne-Marie Leblanc est bouleversée. Pascale, de son côté, pense que trop de choses se sont concrétisées et pour elle, il n'y a aucun doute que la réincarnation existe bel et bien...

 

Source : Mystere tv 

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 30-10-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015

Gillest

Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Avec l'intervention de Bruno Bousquet et Bernard de l'association Ovni Languedoc, Raymond Choquette de l'association québécoise d'ufologie et Jack Obin, des veilleurs de la région Centre.

Appel à témoins au Québec, contactez:
ray.choquette@gmail.com


odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.astropleiades.fr/

http://coldevence3.com/

http://www.sceau-archives-ovni.org/

http://rallumonsleciel.e-monsite.com/

http://veritas-europe.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 29-10-2015

L'Aviation civile britannique et les OVNIs

L’AVIATION CIVILE BRITANNIQUE TRES INTERESSEE PAR LES OBSERVATIONS D’OVNI DES PILOTES

2012 - MAJ  10-2015

uk-essex12-07-08.jpg

Malgré le fait que le ministère britannique de la Défense ait officiellement mis fin à ses enquêtes sur les OVNIS en 2009, il semble que les autorités de l’aviation civile britannique ait décidé – à l’insu du grand public – de poursuivre la collecte des rapports sur les OVNIS impliqués dans d’éventuels problèmes de sécurité des vols.

« Ils étaient seulement intéressés par les observations qui certainement ont eu une incidence sur la sécurité des vols des aéronefs mais n’étaient plus intéressés par les rapports du public, qui avait vu des choses dans le ciel et les a dénoncés à l’autorité de l’aviation civile », a déclaré David Clarke, le fonctionnaire britannique du National Archives,  consultant et professeur de journalisme à l’Université de Sheffield Hallam.

davidclarke

Clarke a déclaré au Huffington Post que l’Autorité de l’aviation civile – un ministère différent du ministère de la Défense -  a tenu des registres séparés des cas d’OVNIS « , non seulement ceux rapportés par les équipages, mais aussi toutes les choses inhabituelles  vues par les contrôleurs aériens des aéroports. «

Par le dépôt de demandes d’accès à l’information, Clarke a révélé que la Royal Air Force qui avait spécifiquement demandé que les signalements d’ovnis soient soumis au ministère des Transports,  ne seraient plus transmis au ministère de la Défense.

La RAF stipule expressément que «les membres du public qui font ces rapports ne sont pas encouragés à croire qu’une enquête aura lieu. »

On sait maintenant que les contrôleurs aériens britanniques ont reçu des signalements d’ovnis sur une base quasi régulière.

 dans OVNI

S’exprimant sur la radio BBC « Aujourd’hui » programme , le 17 août, Richard Deakin, le chef des Services de contrôle du trafic aérien britannique, a déclaré :

« Eh bien, de temps en temps, il y a des objets qui sont identifiés qui ne sont pas conformes aux modèles de trafic normal – et pas seulement du point de vue britannique, mais  partout dans le monde»,  «Je dois dire que ce n’est pas quelque chose qui occupe une énorme quantité de mon temps. »

Deakin a ajouté que ces observations se produisent " typiquement de l’ordre d’une par mois."

 
Richard Deakin, responsable du contrôle du trafic aérien britannique, interrogé par le journaliste Simon Jack à la BBC.
 

Si c’est vrai, alors le calcul de Clarke évaluant combien d’observations réelles d’ovnis avaient  été rédigées sous forme de Rapports obligatoires d’événements, ou MORS, était considérablement sous estimé.

« En ce qui concerne les rapports MORS que j’ai reçu grâce à la Liberté de l’Information, de Décembre 2004 à Octobre 2010, leur vraie base de données énumérait 10 cas d’ovnis ou d’aéronefs non identifiés », a déclaré M. Clarke.

« Maintenant [Deakin] dit qu’ils reçoivent un rapport tous les mois ». « Si c’est le cas, je m’attends à ce que le nombre de rapports soit de 80 durant cette période de six ans, et non de 10.  Alors, ma question est la suivante:.? Où sont passés tous les autres ? »

Ceci survient alors que le ministère de la Défense  a pris la décision de mettre fin à toutes les enquêtes sur les OVNIS au Royaume-Uni . Selon le site Internet du ministère de la Défense :

Le ministère de la Défense n’a pas d’opinion sur l’existence ou non d’une vie extraterrestre. Cependant, en plus de cinquante ans, aucun rapport d’OVNI a mis en évidence d’une menace potentielle pour le Royaume-Uni. Le ministère de la Défense n’a pas de capacité spécifique pour identifier la nature de telles observations. Il n’y a aucun avantage de la défense dans une telle enquête. Par ailleurs, en réponse à des observations d’OVNIS rapportés détourne les ressources du MoD de tâches qui sont pertinents à la défense. »

Pourquoi les responsables de l’aviation évitent de parler des ovnis ? Au Royaume-Uni, Clarke suggère qu’il y a là la crainte d’une mauvaise publicité.

« N’oubliez pas qu’il y a là un contexte commercial et que les équipages sont très réticents à déposer un rapport parce que les compagnies aériennes ne veulent pas répondre aux questions sur des choses sans rapport avec l’image de leur entreprise. »

Phil NOYANT

source : http://www.huffingtonpost.com/2012/08/28/ufo-sightings-british-civil-aviation-authority_n_1832289.html?utm_hp_ref=mostpopular

via http://skystars.unblog.fr/2012/08/30/laviation-civile-britannique-tres-interessee-par-les-observations-dovni-des-pilotes/

via http://area51blog.wordpress.com/2012/09/02/16183/

 

MAJ 10-2015 : Voici une vidéo apparue plusieurs mois après cette interview (02/2013). Il s'agit d'un objet lumineux filmé à bord d'un avion (au début surtout) et le témoin met même sa main en paravent pour désigner l'objet et prouver ainsi qu'il se s'agit en aucun cas d'un reflet dans la vitre...  " The light (ufo) is not an reflection as you can see when the plane tilts the wing blocks the light looks like the real deal ". Cet incident aurait été confirmé par les controleurs aériens britanniques et leurs radars au sol.

Cette vidéo parle d'une demande d'intervention faite le 12 janvier 2007 de la part d'un contrôleur aérien d'une base de l'armée à Londres (London Military Air Traffic Control), Grande-Bretagne sur un OVNI repéré par les radars à 3000 (920m) ou 4000 pieds (1200 mètres) d'altitude. Un avion F15 de l'US Air Force décolle de la base de la RAF de Lakenheath, Suffolk, UK. L'avion, qui répond avec le signal "Gator" réussi à verrouiller son puissant radar sur l'objet. Il peut faire deux passes vers l'objet qui bouge vite, la première à une distance de 17.000 pieds (5200 mètres) et l'autre à 17.700 pieds (5400 mètres). L'objet est décrit comme de couleur entièrement noire mais qu'il ne s'agit d'aucun avion connu ou d'un grand oiseau :

 

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 09-2012, MAJ 28-10-2015

Pyramides d'Egypte : de la HiTech utilisée dès novembre

Pyramides d'Egypte : de la HiTech utilisée dès novembre

 

Pyramidedahrchourromb

Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh Al-Damati a annoncé dimanche 25 octobre le lancement de Scan Pyramids, une nouvelle mission scientifique internationale pour en savoir plus sur quatre des nombreuses pyramides égyptiennes, qui utilisera des procédés de Hautes Technologies qui ne laisseront aucune trace sur ces monuments archéologiques qui conservent encore une partie de leur mystère.

Acceskheops

Le couloir d'accès actuel de la Grande Pyramide de Kheops n'est pas d'origine car on sait qu'il a été créé en 820 après JC par le Calife Al-Mamoun pour visiter la pyramide... (crédit Guminda)

 

Concrètement, le ministère égyptien a chargé un institut français et une association française à but non lucratif, l’Héritage, Innovation, Préservation Institut (HIP) de coordonner avec la Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire cette mission d’un an, qui concerne deux pyramides du site de Dahchour (la rhomboïdale et la pyramide rouge), et deux autres du site de Gizeh (Khéops et Képhren).

L'HIP et la mission Scan Pyramids dispose donc de presque un million d'euros pour tenter de percer certains mystères liés à la construction de ces pyramides, qui ont fait et font toujours l'objet de diverses hypothèses. Par exemple, on sait qu'en 1986 et 1987, une campagne de microgravimétrie (une méthode qui permet de mesurer la densité des matériaux à l’intérieur d’une structure) a fait ressortir dans la Grande Pyramide de Gizeh une anomalie en sous-densité en forme de spirale sur toute la hauteur de l’édifice. Les mesures ont aussi montré de façon certaine que les 50 mètres supérieurs de la pyramide étaient peu denses, de même que certaines arêtes, à intervalles réguliers. Pour l’architecte Jean-Pierre Houdin, toutes ces anomalies s’expliquent probablement par la présence d’une rampe intérieure en spirale sous la "peau" du monument ayant facilité sa construction. Pour d’autres spécialistes, elles prouvent plutôt une construction par degrés, ensuite maçonnée en rampe inclinée, les creux étant remplis de façon plus tendre. D'autres théories font intervenir également des pierres non-naturelles, mais plutôt en une sorte de béton peu dense et peu lourd inventé et utilisé précocement par les créateurs de certains monuments antiques...

 

Pyramidedahrchourromb

site de Dahchour la pyramide rhomboïdale

La mission va commencer dès début novembre par le passage minutieux de caméras à infrarouge sur les parois des pyramides. Elles permettront de relever l'empreinte thermique qui émane en permanence des parois. Cette opération pourrait permettre de constater d’éventuelles différences de densité d'un endroit à l'autre de chaque monument, en fonction de la chaleur qui s'en dégage. Une manière de chercher, notamment, des zones vides - moins denses - proches de la surface, qui pourraient indiquer la présence de pièces ou cavités inconnues jusqu’à présent.

 

Imagerie hip

Imagerie à la caméra infrarouge qui détecte les vides à l'intérieur d'une structure et la présence éventuelle de galerie, de chambres funéraires, etc. HIP INSTITUT
 

Ensuite, les scientifiques et techniciens vont rechercher des muons, c'est-à-dire des particules cosmiques présentes naturellement dans l’atmosphère et qui traversent la matière. Plus cette dernière est dense, moins elle laisse passer de muons.

 

Pyramide rouge1site de Dahchour la pyramide rouge

Il s'agit ici d'une nouvelle technologie, qui a été développée au Japon pour, entre autres, observer les volcans. Lorsqu’il y a des changements sur les relevés étudiant les volcans en permanence, cela indique qu’il y a un regain d’activité. De même, s’il y a des variations du nombre de muons captés à l’intérieur de Khéops ou dans la pyramide rouge, par exemple, il y a des chances que derrière les murs ou les parois se trouve une anomalie, comme une salle cachée ou une structure solide jusqu’alors inconnue. (on revient ici sur la recherche de la tombe de Nefertiti dont on a beaucoup parlé récemment car ces mêmes techniques vont aussi être utilisées à Louxor dans la tombe du jeune pharaon Toutânkhamon).

Toutes ces données seront ensuite intégrées dans des représentations en 3D les plus fidèles possibles de ces quatre pyramides, réalisées pour l’occasion par des drones armés de capteurs photographiques, qui vont survoler et parcourir les couloirs et pièces de toutes ces pyramides. Et le tout sera mis à la disposition des archéologues, architectes et historiens qui sont les seuls à priori habilités pour pouvoir tirer des conclusions si c'est dans le domaine du possible avec ces nouvelles données bien sûr...

 

Davidroberts 1838 cheops chepren sphinxDavid Roberts peinture 1838

 

Sources : http://www.scanpyramids.org

http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/10/25/des-drones-pour-percer-les-secrets-des-pyramides-d-egypte_4796640_3246.html

Yves Herbo: on peut regretter (ou se poser la question ?) le fait que ces Hautes et Nouvelles Technologies ne semblent concerner que les pyramides elles-mêmes, et non pas également leurs sous-sols et fondations qui semblent également receler de nombreux mystères...

 

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 27-10-2015

La physique quantique prouvera que la mort est une illusion

"La physique quantique prouvera que la mort est une illusion"...

 

Mort illusion2

La mort serait une illusion ?

 

La plupart des scientifiques, avec prudence et depuis toujours, disent que la notion de l'au-delà est probablement un non-sens, ou tout au moins improuvable. Pourtant, depuis le 20ème siècle, de plus en plus de chercheurs de pointe, tant dans le domaine de la médecine que de la physique, (et même Einstein n'était pas fermé à ce type d'hypothèse), ont écrit des théories et publié des livres et articles sur ce sujet pointilleux et controversé. Récemment, il y a même un professeur en médecine, Robert Lanza, qui a affirmé détenir des preuves qui confirment une existence réelle au-delà de la tombe, et que ces preuves se trouvent dans la physique quantique.

 

Le Professeur Robert Lanza prétend que la théorie du biocentrisme enseigne que la mort telle que nous la connaissons, n'est qu'une illusion créée par notre conscience.

« Nous pensons que la vie n'est juste qu'une activité du carbone et d'un mélange de molécules - nous vivons un moment et puis pourrissons dans le sol », a déclaré le scientifique sur son site Internet.

Lanza, de Wake Forest University, l'Ecole de médecine de Caroline du Nord, a ajouté qu'en tant qu'humains, nous croyons en la mort parce que « nous avons appris que nous mourons », ou plus précisément, " notre conscience associe la vie avec le corps et nous savons que les organismes meurent ".

Sa théorie du biocentrisme, cependant, explique que la mort ne peut pas être aussi définitive que nous le pensons.

 

Mort illusion

 

La théorie de Lanza " Le Biocentrisme et l'au-delà "

 

Le Biocentrisme est classé comme la "théorie du tout" et vient du grec pour "centre de vie".

C'est la croyance que la vie et la biologie sont au cœur de la réalité et que la vie crée l'univers, et non l'inverse.

Lanza utilise comme exemple la façon dont nous percevons le monde autour de nous.

Une personne voit un ciel bleu, et on lui dit que la couleur qu'ils voient est du bleu, mais les cellules dans le cerveau d'une personne pourraient être modifiées pour faire en sorte que le ciel regardé soit vert ou rouge.

Notre conscience fabrique son sens du monde, et elle peut être modifiée pour changer cette interprétation.

En regardant l'univers du point de vue d'un biocentrique, cela signifie aussi que l'espace et le temps ne se comportent pas d'une manière aussi rigide et rapide que notre conscience nous dit qu'il le font.

En résumé, l'espace et le temps sont « simplement des outils de notre esprit ».

Une fois que cette théorie sur l'espace et le temps comme étant des constructions mentales est acceptée, cela signifie que la mort et l'idée de l'immortalité existent dans un monde sans limites spatiales ou linéaires.

Beaucoup de physiciens théoriques (mais pas tous) croient (pensent, supposent, théorisent, ...) qu'il y a un nombre infini d'univers, avec des variations différentes des personnes, et des situations ("vies"), qui se déroulent simultanément. (YH : suite à certaines questions reçues, je dirai pour répondre à certaines, que les scientifiques ont bel et bien eux-mêmes une "croyance" envers la science et ses principes, ses dogmes... les physiciens tentent bien d'expliquer certains phénomènes inexplicables grâce à des expériences et de trouver ainsi "des preuves"... mais leur propre conscience doit bien elle-même "croire" en ce qu'ils font et "croire" que ce dogme est bien la meilleure méthode pour y arriver : les scientifiques croient ainsi en leur "science" tout comme un membre d'une secte peut être amené (sa conscience) a certains dogmes religieux préétablis par d'autres...). Nous vivons dans un monde de théories acceptées ou non et possédant pour la plupart un bon pourcentage de "preuves" positives pour les étayer... mais la recherche et la différence constatée entre ce qui est appris à l'école en telle année et les postulats conservés 20 ou 30 ans plus tard, nous démontre qu'une bonne partie des choses apprises chaque année à l'école... sont améliorées, déformées, détruites ou invalidées dans les années suivantes... de quoi remettre largement en question cette fausse certitude (qui est réellement pseudo-scientifique, elle) qui dit que les scientifiques expliquent simplement les choses par l'expérimentation, et sans "croyances" aucunes... c'est beaucoup plus compliqué que ça, d'autant plus que les mêmes scientifiques admettent par exemple utiliser des nombres infinis dans des mathématiques qui sont pourtant affirmés en même temps être "précis" et fiables... ce qui est assez contradictoire du point de vue de la logique !

 

Lanza ajoute que tout ce qui peut éventuellement se produire, se produit à un certain niveau à travers ces multivers et cela signifie que la mort ne peut pas exister dans "aucun sens réel" que ce soit.

Lanza, à la place, dit que quand nous mourons, notre vie devient une "fleur vivace qui revient fleurir dans le multivers".

« Ce que vous voyez ne peut pas être présent sans votre conscience », a expliqué Lanza. " Notre conscience donne son sens au monde "

 

Comment l'expérience de la double-fente appuie la théorie de Lanza ? 

Dans l'expérience maintes fois réalisée, quand les scientifiques observent une particule projetée à travers une barrière comportant deux fentes, la particule se comporte comme une balle et passe par une fente ou l'autre.

Pourtant, si personne ne regarde la particule (uniquement un appareil de mesure sans conscience), elle agit comme une vague.

Cela signifie qu'elle peut passer par les deux fentes en même temps. Cela démontre que la matière et l'énergie peuvent afficher des caractéristiques d'ondes et de particules, et que le comportement de changements des particules se fait sur la base de la perception et de la conscience d'une personne.

« La vie est une aventure qui transcende notre chemin linéaire ordinaire de pensée. Quand nous mourons, nous ne le faisons pas dans une boule de billard-matrice aléatoire, mais dans une incontournable matrice de vie ».

Lanza cite la célèbre expérience des double fentes pour renvoyer sur ses revendications. Sa théorie est très élaborée et fournie, a tel point qu'il a tenté de la vulgariser dans un livre nommé " Biocentrism: How Life and Consciousness are the Keys to Understanding the True Nature of the Universe."

 

MAJ 25-10-2015 :

YH : ne pas oublier qu'il ne s'agit ici que de traductions de paroles et d'écrits d'un scientifique reconnu par ses pairs et qu'il est aussi exact que ses travaux semblent effrayer un assez grand nombre de "conservateurs" ou de gens qui se nomment eux-même "terre-à-terre" ou "réalistes" (sans apporter non plus d'ailleurs la preuve de leur propre réalité souvent !)... beaucoup de gens refusent simplement de remettre en question leurs postulats, et même souvent les expériences plus récentes prouvant scientifiquement que ces anciens postulats (même si expérimentés !) n'étaient pas si exacts que ça... les expériences sur le cerveau humain par exemple (qui n'est toujours pas "connu" à 100% comme on le sait, mais certains font semblant de croire que si !), ainsi que sur les phases de sommeil par exemple, prouvent nettement qu'il est possible de lui faire "croire" que le ciel est rouge ou vert par exemple, et non bleu comme la nature et le spectre de la lumière le fait apparaître... cette notion n'est donc pas "fixe" et "figée" mais certains ne semblent pas le comprendre car ils s'accrochent à des concepts qu'ils voudraient voir figés... mais qui ne le sont pas... en fait, on s'aperçoit tout simplement que ces notions de conscience immortelle font très peur, affolent même un grand nombre de scientifiques... et de lecteurs... des psychologues se penchent d'ailleurs sur ces peurs profondes de telles remises en question fondamentales de notions qui proviennent tout de même simplement d'un apprentissage ou de théories acceptées et expériences prouvées... mais non figées ni définitives ! (c'est cette notion de connaissances acquises mais non-définitives qui semble le plus effrayer tant les scientifiques que ceux qui suivent les progrès de la science...).

Maintenant, en ce qui concerne les preuves réelles de ce genre de chose, je dirai qu'il faut effectivement voir par soi-même par exemple un membre de sa propre famille revenir d'entre les morts (car c'est bien ce qu'il s'est produit pour moi !) et le prouver aussi d'une manière irréfutable... et surtout, il est tout aussi inutile de demander à être "cru sur parole", car l'être humain ne fonctionne pas ainsi, tout simplement ! Même si des milliers d'êtres humains témoignent de ce genre de chose (et je ne parle pas obligatoirement des nombreuses NDE), ce genre d'apparition est souvent du domaine personnel. Certains affirment, "la vie après la mort n'existe pas car on n'a jamais vu quelqu'un revenir après sa mort"... et bien moi j'affirme que c'est faux (et sans parler de "Lazare" ou des NDE encore une fois), et que ma mère est bien revenue 7 jours après sa mort, physiquement très jeune mais bien reconnaissable, (et dans son corps d'ado que je n'avais jamais vu, ni en réalité ni en photo, donc impossible à imaginer) pour me prouver que ce n'était pas le fruit de mon imagination ou de ma propre conscience, pour me dire simplement, " Je n'aurai jamais imaginé que la mort, c'était ça...". Donc j'affirme en effet que j'ai MA preuve que la mort (de la conscience) n'existe pas réellement, et que je me moque bien que vous me croyiez ou pas ! 

Et notez bien aussi que je ne vends rien sur le sujet, que je suis contre toute secte ou récupération pseudo-scientifique ou religieuse, que je me moque d'être cru ou pas (à chacun de demander à ses proches de les aider à avoir leurs propres preuves comme je l'ai fait !). Je dis simplement que c'est tout aussi bien une réalité qu'une autre : il suffit d'avoir sa propre expérience pour avoir sa preuve, comme dans toute science finalement : l'expérimentation en est la meilleure preuve (et de deux différentes façons pour ma part !)...

Ce n'est pas le premier article sur ce sujet épineux : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/des-scientifiques-prouvent-la-reincarnation-humaine.html

 

 

 

Autres articles sur le même sujet : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/physique-quantique-coma-et-experiences-de-mort-imminente.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/du-nouveau-sur-l-experience-de-mort-imminente.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/experience-de-mort-imminente-des-experts-exposent-une-nouvelle-theorie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/documentaires-la-vie-apres-la-mort.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/une-etude-de-plus-sur-la-vie-apres-la-mort.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/deux-scientifiques-disent-prouver-l-existence-de-l-ame-humaine-quantique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/survivance-de-la-conscience-temoignage-du-dr-eben-alexander.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/la-teleportation-quantique-demontree-entre-les-systemes-atomiques.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/l-adn-sera-t-il-le-support-de-stockage-ultime-de-l-humanite.html

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/biologie-3/d/des-cellules-souches-survivent-17-jours-dans-un-cadavre_39371/

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-et-conscience-avec-eric-zurcher.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/matiere-energie-information-et-la-physique-des-civilisations-extraterrestres-1.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 21, 25-10-2015

OVNIs : ODH interviews 66

OVNIs : ODH interviews 66

Odhtv 1

La 66ème édition d'ODH Interview vous est présentée par Gilles Thomas.

Les invités sont Mirko du projet SEPO (station d'étude du phénomène ovni), Christian Morgenthaler de SPICA, Gilles Durand et Thierry Rocher du SCEAU, Rémy Fauchereau de l'AEPA, Christian Comtesse des Repas ufologiques qui vous parlent des Rencontres ufologiques de Châlons en champagne d'octobre 2005. (cette vidéo a été retirée des archives d'ODHTV)... Vous pouvez trouver ci-dessous une autre vidéo sur des interviews de Ghislain Sanchez, ufologue et de Didier Gomez qui vous parlent du même sujet...

 

 

Pour mémoire, l'interview 65 était celle-ci http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odh-interviews-65.html

 

L'émission est relayée par :

http://www.sciences-fictions-histoires.com
 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, Fictions, Histoires.com, 22-10-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015

Gillest

Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Actualité Ovni dans le monde récente et interview de Franck Maurin, auteur du livre Les mystères du phénomène ovni et de Christian Comtesse, président de l'association Les repas ufologiques.

 

odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://investigationsoanisetoceanogra...

http://area51blog.wordpress.com/

http://ufoetscience.wordpress.com/

http://reub.e-monsite.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 19-10-2015

Nouvelles archéologiques aout 2012

Nouvelles archéologiques aout 2012 - up 10-2015

 

photobiface.jpg

Ensemble de quatre bifaces trouvés dans le niveau acheuléen, datant d'au moins 300 000 ans à Etricourt-Manancourt. © David Hérisson, Inrap

 

Belles campagnes archéologiques de  début été 2012 jusqu'à présent, avec des découvertes passionnantes :

 

France, Etricourt-Manancourt : 300 000 ans d’histoire mis au grand jour

Les archéologues de l’Inrap ont mit au grand jour plusieurs occupations préhistoriques, dont la plus ancienne remonte à 300 000 ans. Une découverte exceptionnelle qui nous informe sur les premiers peuplements européens.

À Etricourt, France, les signes des premières cultures européennes remontent à la surface. Pendant plusieurs mois, les équipes de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) se sont appliquées à fouiller les 17 hectares d’un site, qui a révélé des traces de nos ancêtres paléolithiques.

La chasse aux trésors débute en 2010. Sur prescription de l’État (Drac Picardie), l’emplacement du futur bassin de rétention du canal Seine-Nord Europe fait l’objet d’un diagnostic. Dès les premiers coups de pelle, un niveau paléolithique est mis en évidence. Deux ans plus tard, une fouille de 3200 m2 est conduite pendant 4 mois. Le chantier donne des résultats spectaculaires : le site dévoile cinq niveaux, qui s’échelonnent entre 300 000 et 80 000 ans.

 

Des couleurs, des climats

Trois grands cycles climatiques, dans lesquels se succèdent ères glaciaires et interglaciaires, ont pu être observés. Plus la couleur du sol est foncée, plus la période est liée à un épisode climatique chaud ou tempéré.

Dans le niveau archéologique le plus ancien (300 000 ans), des centaines de silex ont étés découverts. Parmi eux, des bifaces : outils phares de l’époque qui servaient très probablement à la découpe de la viande. Une étude tracéologique devra confirmer cette hypothèse dans les mois à venir. Quant aux restes organiques (os et bois) de ces civilisations lointaines , l’acidité des sols semble en avoir effacé les dernières traces …

L’étude complète du gisement pourrait permettre de découvrir de nouveaux éléments, qui aideraient à la reconstitution du mode de vie de ces hommes de Néandertal (probables). La fouille est en cours.

Sylvia Guirand - http://www.nationalgeographic.fr/actualite/decouverte-archeologie-etricourt/7917189/

 

DES "MOMIES FRANKENSTEIN" PARMI LES DÉCOUVERTES DES ARCHÉOLOGUES

 

momie-frankenstein-ecosse.jpg

 

Une équipe d'archéologues fouillant à South Uist en Ecosse ont mis au jour l'un des sites les plus parlant sur la façon dont l'homme vivait au néolithique.

Des chercheurs des universités de Southampton et Liverpool ont choisi un endroit à An Doirlinn pour comprendre comment vivaient nos ancêtres préhistoriques.



Le Dr Fraser Sturt, de l'Université de Southampton, a décrit le site comme étant probablement le meilleur sur lequel il n'ait jamais travaillé dans les îles britanniques.
L'équipe a déjà trouvé des poteries décorées, des silex et un couteau peut-être utilisé par les premiers colons sur l'île.
D'après Sturt: "C'est toujours difficile de rechercher ce qui est le plus ancien, sachant que quelqu'un pourrait trouver quelque chose d'encore plus âgé, mais, pour le moment, c'est notre meilleure estimation comme étant l'un des plus anciens sites. Il y a eu une série de sites contemporains fouillés par le passé, mais ce que nous sommes en mesure de faire aujourd'hui est d'ajouter plus de détails par le biais de nouvelles méthodes et d'y ajouter une meilleure connaissance de cette période."



Le site est proche de Cladh Hallan, où l'archéologue Mike Parker Pearson, de Sheffield, avait découvert deux corps momifiés vieux de 3000 ans en 2001.

L'étude, publiée récemment, a révélé que les deux "momies Frankenstein" avaient été assemblées avec des parties de corps de plusieurs cadavres.

 

Le Dr Sturt a ajouté: "Mike Parker Pearson et son équipe viennent de révéler que, plutôt que d'être enterrés seuls, les corps étaient retravaillés et composés de différentes personnes. Dans l'une des momies, il y a trois personnes différentes réunies de différentes manières: la mâchoire d'une personne, le bas des jambes, et un bras d'une autre. Cette forme de pratique est remarquable, nous n'aurions pas pu la découvrir si nous n'avions pas bénéficié des avancés des travaux sur l'ADN. " 

Source:

 

 
 
UNE CHAMBRE FUNÉRAIRE SOUS LA PIERRE DE TREFAEL
 
 
pierre-de-trefael.jpg
 
 
Le mégalithe de Trefael avait déjà fait l'objet d'un article l'année dernière en raison de nombreuses découvertes au cours de la saison de fouilles 2011 (Voir : Le mégalithe de Trefael livre de nouveaux secrets).


La saison 2012 semble encore plus prometteuse puisque les archéologues sont entrain d'exhumer et d'analyser des ossements humains trouvés sous le monument préhistorique récemment identifié comme un bouchon de site d'enfouissement.
La pierre de Trefael, dans le Pembrokeshire au Pays de Galles, était perçue simplement comme un des nombreux endroits liés à l'âge du bronze. Mais elle vient d'être reclassée après un sondage qui l'établi comme la pierre angulaire rituelle d'une chambre funéraire de l'âge de pierre.


L'étude a révélé que l'emplacement, près de Nevern, a été utilisé pour des inhumations rituelles pendant au moins 5500 ans

Une équipe d'archéologues de l'Université de Bristol a reçu la permission d'examiner les ossements humains trouvés dans la zone ainsi que des perles et des tessons de poterie.



L'importance de la pierre a été négligée depuis sa première apparition sur les cartes en 1889.

La première suggestion fut la bonne: en 1972, l'archéologue France Lynch pensait que la pierre pouvait être un dolmen ou une chambre funéraire.

Le Dr George Nash et ses collègues Thomas Wellicome et Adam Stanford de l'Université de Bristol y ont fait des fouilles Septembre 2010 et y sont retournés à nouveau l'an dernier.



Ainsi, en plus de déterrer des restes humains, des perles et des poteries, ils ont trouvé une ciste en pierre qui daterait de l'âge du Bronze.
Cette découverte indique que le site aurait été réutilisé comme lieu d'inhumation longtemps après que la chambre en pierre d'origine ait été construite.

Leurs résultats suggèrent qu'il pourrait s'agir du plus ancien site funéraire rituel du néolithique au Pays de Galles et l'un des plus anciens en Europe de l'Ouest.



Le Dr Nash dit qu'il connaissait les suppositions de Lynch en 1972 sur la pierre, mais qu'aucune enquête géophysique ou fouille n'avait été réalisée: "J'ai toujours eu cette intuition que cela pourrait être beaucoup plus grand. C'est extrêmement excitant. C'est l'un de ces découvertes que l'on ne fait qu'une fois dans une vie..."

La pierre est déjà connu pour un certain nombre de cupules ou de trous circulaires faits lors de cérémonies rituelles dans le Néolithique et à l'âge du bronze.
Les archéologues ont trouvé 30 nouvelles cupules de taille variable sur la pierre haute de 1,2 m.

 

trefael-chambre-funeraire.jpg

Un site de plus de 5000 ans.

Ils ont pu établir que le site était une chambre funéraire en pierre, construite à partir de rochers géants, et qu'il remonte à environ 3500 avant J.-C.. Il a ensuite été démantelé environ en 2.000 avant JC.

La pierre angulaire a été ensuite utilisé comme une pierre dressée, marqueur processionnel pointant vers le site de l'âge de bronze à proximité.

Les perles suggèrent que l'emplacement peut être associé à des sépultures, bien avant même la construction de la chambre funéraire; elles pourraient être liées à un site du Mésolithique à proximité datant de 10.000 ans.



L'équipe a été surprise de découvrir des artéfacts sur le site étant donné la nature acide du sol, des siècles d'agriculture et de la popularité de la zone auprès des gens qui cherchent à dénicher des trésors anciens depuis des générations.
D'après le Dr Nash: "ce que nous avons trouvé est extrêmement rare."

En septembre 2012, le Dr Nash et son équipe pourront retirer les os pour analyse.



Source:

 

BULGARIE: UN SACRIFICE HUMAIN À OHODEN ?

 

squelette-vratsa-bulgarie.jpg

 

La saison archéologique dans la ville bulgare de Vratsa a commencé pendant l'été, et a été marquée par la découverte du squelette d'un enfant, provisoirement daté à 8000 ans avant notre ère. 

 

Il a été trouvé dans les ruines du sanctuaire du Dieu Soleil, près du village d'Ohoden. Les archéologues pensent qu'il pourrait s'agir d'un sacrifice humain. Si cela s'avère vrai, ce serait le premier cas en Bulgarie.

Le squelette date de la période néolithique et est le cinquième a être découvert dans un ancien mausolée. Cependant, contrairement aux quatre autres qui font face à la direction du lever du soleil, celui-ci fait face au soleil couchant.
Les scientifiques ont pris des mesures précises des positions des corps et celles-ci seront comparées à la position du soleil à l'équinoxe d'automne.



Lors d'une interview, l'archéologue Georgi Ganetsovski estime que l'analyse des résultats devrait fournir des informations précieuses sur la vie des premiers habitants de l'Europe.

Au cours des précédentes saisons archéologiques, des découvertes sur le site ont inclus des restes d'habitations, des lieux de sépulture, des squelettes humains, des crânes cornus et autres artéfacts, ce qui suggère que la zone était un lieu de culte pour le dieu Soleil.



Les fouilles archéologiques du village néolithique près d'Ohoden se poursuivront avec la numérisation 3D des ruines et la reconstruction artistique des habitats.

Le site est déjà devenu une attraction touristique où, à l'équinoxe d'automne 2011, l'épeautre (une variété de blé et un aliment de base dans le régime alimentaire des peuples du Néolithique et de l'âge du bronze) a été semé rituellement.
Cet été, il sera récolté avec des faucilles en pierre. Les touristes assisteront et participeront également à la construction d'une habitation néolithique avec des outils en pierre typiques de la période. 



Source:

 

 

Du matériel lithique retrouvé à Campo Viejo, Veracruz

 

oaxaca.jpg

 

Artefact trouvé à Oaxaca

 

Des fouilles de sauvetages entreprises par l'INAH ont permis de découvrir des vestiges préhispaniques dans un terrain situé à Mahuixtlan, près de Coatepec dans l'état de Veracruz.

D'après les premiers éléments retrouvés par une équipe d'archéologues présente sur le site depuis sept mois, ils pourraient de vestiges probablement liés au site voisin de Campo Viejo situé à 4 km de distance. L'archéologue en charge du projet, Luis Espinoza García, a indiqué que ce site avait connu une occupation importante à la charnière entre Préclassique récent et Classique Ancien.
 
 
Les fouilles ont notamment révélé la présence de murs formés de pierrees taillés datant de l'époque ancienne de Campo Viejo, entre 100 avant notre ère et 200 après Jésus Christ. Il est probablement que l'unité qui s'est développée à Mahuixtlan soit en fait un satellite de Campo Viejo.
 
D'autre part une offrande comptant pas moins de 70 pièces en obsidienne et un fragment de pendant d'oreilles a été retrouvé sur les restes carbonisés d'un animal ou d'un être humain. Les première analyses ont permis de tracer la provenance de ces lames : elles viennent du Cerro de las Navajas, situé à plusieurs centaines de kilomètres dans l'état d'Hidalgo.
Les restes d'un temazcal, orienté vers le volcan Pico de Orizabal, ont également été retrouvés. Cependant l'identification à une tradition culturelle reste impossible, quand bien la région ait été totonaca au moment du contact.
 

 

Pour en savoir plus sur cette découverte, nous vous invitons à lire le bulletin en espagnol disponible sur le site de l'INAH et à regarder la vidéo ci-jointe.
 
 
 
 
 
 
Une nouvelle pyramide découverte à El Zotz, Guatemala
 
 
tikal.jpg
 
Tikal, voisine de El Zotz
 
 

Le portail scientifique anglophone Science Daily publie un billet sur les fouilles entreprises depuis 2009 par l'archéologue Stephen Houston et son équipe de la Brown University sur le site guatémaltèque d'El Zotz. La pyramide dite Temple du soleil nocturne fait l'objet de fouilles systématique depuis quelques années. Elle se trouve en haut d'un édifice d'importance : la Pyramide du Diable qui fut bâtie sur la tombe royale de Pa'Chan ("ciel fortifié").

Le Temple du Soleil nocturne semble avoir été érigé entre 350 et 400 de notre ère, soit le Classique moyen. Fouillé à 30 %, il a déjà révélé la présence de 8 masques de stuc hauts d' 1,50 m. Selon toute logique, il semblait y en avoir eu 14. Houston propose une hypothèse intéressante sur la présence de ses différents masques :

 

"Les stucs fournissent une vue sans précédent sur la façon dont les Mayas percevaient les cieux, pensaient le soleil et le soleil lui-même était greffé à l'identité des rois et des dynasties qui leur succèderaient".

Le fait que le Temple du Soleil Nocturne ait été recouvert d'une autre structure a garanti, comme fréquemment dans d'autres sites archéologiques mayas, la bonne conservation des masques et de leurs peintures. Mais cela complique et ralentit considérablement le dégagement de la structure. Dès 2009 les archéologues avaient trace des stucs dans un tunnel creusé par des pilleurs il y a plusieurs décennies.

 

Afin de restituer au mieux une image des stucs et du temple, Houston a sollicité le soutien du Center for Advanced Spatial Technologies, situé à l'University of Arkansas afin d'effectuer des prises de vue en trois dimensions. En y ajoutant les centaines de clichés pris au cours du dégagement du Temple du Soleil Nocturne, ils ont pu nous proposer, entre autres, ce relevé. La structure est entièrement couverte de peinture rouge et pouvait être facilement observable 30 kilomètres aux alentours du site. Les masques de stuc pourraient alors représenter différents états du soleil au long de son trajet diurne. La note publiée sur le site de la Brown University donne l'exemple d'un masque dirigé vers l'est avec différents traits de poissons. Au delà de son orientation vers le soleil levant, il pourrait faire allusion à la mer des Caraïbes située dans cette direction.

 

Des bandes célestes, contenant des représenations archaïques de Vénus et d'autres corps célestes. Houston rappelle à juste titre qu'au moment de la construction du temple, El Zotz et sa grande voisine Tikal connurent des contacts avec des groupes originaires du centre du Mexique actuel, et particulièrement de Teotihuacan.

Toujours selon l'archéologue américain, les Mayas considéraient leurs temples comme des êtres vivants. La mutilation volontaire des nez, des bouches et des glyphes figurant sur le diadème de chaque masque pourrait signifier sa mise à mort rituelle avant une nouvelle phase de construction.

Dans une vidéo hébergée sur le site de la Brown University, Houston revient sur cette belle découverte :

 

 

La nouvelle a trouvé notamment écho sur le site du quotidien français Le Monde, au moins dans sa version électronique : on peut y lire un article succinct sur la découverte faite non par Stephen Houston mais par Thomas Garrison, professeur à la South California University. Il faudrait donc que les médias se mettent d'accord entre eux et que l'article soit un peu plus poussé : la présentation est générale et très incomplète, ne donne pas vraiment une explication du contexte de cette découverte.

Source : http://mexiqueancien.blogspot.fr/2012/07/une-nouvelle-pyramide-decouverte-el.html

 

Yves Herbo, S,F,H, 02-08-2012, up 10-2015.

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

 

Grottes mines baksan1 mini

Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

 

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

 

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotljarov. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

 

280px caucasus topo map blank svgIl s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaine de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

Selon les chercheurs, la grotte découverte est unique parmi les systèmes de cavités similaires - apparemment, elle est faite entièrement par l'homme (comme une mine donc). L'ouverture de la mine sur le dessus de la montagne - prévue par deux dalles de pierre solides établies en parallèle avec les parois latérales, a été cachée par des petites pierres. Ensuite, il y a quelques galeries, menant à une immense salle souterraine de 36 mètres. L'un de ses murs et le sommet sont soigneusement polis.

 

Grottes mines baksan2

L'endroit de la grotte, Baskan est à sa droite

Kotljarov pense que la mine possède un système de ventilation, comme en témoigne son étroitesse et le flux constant d'air frais. Les géologues, y compris les étrangers, sont inclinés à penser à une origine synthétique - parce que les blocs sont de forme rectangulaire, qu'il y a la présence d'une matière dans les jointures entre eux et qu'il y a une absence de fractures obliques, caractéristiques du tuf naturel.

 

" Dans ce cas, il y a des milliers d'années, lors de la construction de ces merveilles de l'inconnu, il a été utilisé une technologie de taillage, de livraison et d'installation de blocs de pierre ", a déclaré Victor Kotljarov.

Les chercheurs ont l'intention d'étudier plus soigneusement la découverte et espèrent que la construction prévue de stations de ski dans la région suscitera un intérêt dans la découverte des deux scientifiques et aussi des touristes. Selon le projet du pôle du tourisme du Caucase du Nord en 2011-2020 dans le sud de la Russie, il est prévu la construction de cinq nouveaux centres de villégiature de classe mondiale, pour le ski, y compris sur le Bezengi Elbrouz (l'un des plus hauts sommets), en Kabardino-Balkarie. "

 

Grottes mines baksan1

" Le spéléologue Arthur Zhemukhova de Kabardino-Balkarie a un passe-temps hors du commun : il est à la recherche de lieux sacrés, éparpillés sur les montagnes et les gorges, avec sa propre méthodologie qui tient compte de la disposition des étoiles dans les constellations et qui contient des calculs mathématiques. Voilà comment Arthur a trouvé le trou mystérieux dans Baksan Gorge, recouvert de pierres. Et sous lui - une étonnante grotte, qui est probablement une partie d'une ville souterraine. En Septembre 2012, pour la troisième fois, une expédition l'a visité, avec l'Association de Recherche publique "Kosmopoisk."

 

Grottes mines baksan3

Sans compétences en escalade, entrer dans la grotte est presque impossible. Vous devez d'abord vous faufiler dans un trou de la taille de 40 à 120 cm, puis descendre en rappel  par un axe vertical étroit. Il est formé par deux dalles parallèles. Après 9 mètres - le premier «genou» : le trou disparaît car il y a un décalage, un palier et cela descend  à nouveau immédiatement. Ici vous allez découvrir le silence absolu - aucun son de l'extérieur ne passe. Une autre descente de 23 mètres de profondeur - et un nouveau «genou». Pour atteindre le fond de la grotte, vous avez besoin pour couvrir plus de 80 mètres, et il vous faudra une heure. D'autre part, après le passage du "goulet d'étranglement", vous vous retrouverez dans une grande salle, que les chercheurs appellent le "pot".

 

Grottes mines baksan4

" La première chose qui attire votre attention - les murs de la mine sont clairement artificiels, dit Vadim Chernobrov, coordinateur de l'association "Kosmopoisk". Ils sont faits de blocs de pierre lisse, soigneusement polis comme les blocs des pyramides des égyptiens et d'environ la même taille. Il est facile de calculer que chaque " Pierre " pèse environ 200 tonnes. Et comme il est impossible de poser naturellement une telle construction, il est clair que cela a été fait par l'homme, je n'en doute pas. "

 

Grottes mines baksan5

Cette opinion est partagée Kotljarov Victor, un historien local et ethnographe, « Quand nous avons montré des photos aux géologues miniers, y compris les étrangers, la plupart d'entre eux étaient enclins à ce que son origine soit artificielle. En tout cas, ils étaient tous unis dans le fait que cela n'a jamais été vu nulle part, pas d'analogies dans le monde ! "

 

Grottes mines baksan6

Et puis les spéléologues ont découvert une colonne "flottante" : un mégalithe est fixé à la paroi sur un seul bord, c'est la raison pour laquelle il semble être suspendu dans l'air. Malheureusement, aucune trace de présence humaine ou de restes organiques n'a été trouvé dans la grotte. Cependant, Vadim Chernobrov n'en est pas surpris. Il est convaincu que cette installation n'indique pas à une habitation. Il y avait d'autres problèmes à son sujet.

 

Grottes mines baksan7

Dès le moment où le public a appris l'existence de la mine mystérieuse à Baksan Valley, l'absence de raisons à sa présence n'a pas aidé. On a supposé que c'était le lieu de sépulture pour l'évacuation des animaux infectés, un entrepôt ancien pour le stockage de la nourriture, la maison des Aryens, une fortification, l'antre du Bigfoot... Certains des chercheurs descendu dans la mine ont entendu hurler, des bruits et même un murmure, qui, si on les écoute, peut être considéré comme une langue inconnue ancienne. Mais il ne reste aucune trace et, encore une fois, rien n'a été trouvé. Et toutes ces hypothèses sont repoussées. Mais dans cette sorte de donjon bourré de passages étroits, il y a un système de soufflerie, qui doit encore engranger des débris. Les spéléologues locaux ont déjà obtenu l'équipement électrique afin de poursuivre les travaux l'été prochain.

 

Grottes mines baksan11

Chernobrov partage ses suppositions : « Il y a peut-être eu des hommes ou d'autres créatures vivant dans ce bâtiment. On peut convenir de cette analogie : Nous n'avons pas une maison, mais une usine... par exemple, nous sommes descendus dans la cheminée de l'usine, puis dans la chambre de combustion et sommes maintenant en train d'essayer de comprendre où étaient assis les gens ici ? Et ils ne sont pas là du tout, et ne siègent pas ! Et ils ne le devraient pas. Selon notre version, cette grotte - cette construction technique, a servi comme une sorte d'amplificateur de transducteurs d'un résonateur et de radiations (ondes) d'une nature inconnue. Son âge - environ 5 mille ans. Par la taille et sa fonctionnalité, la grotte de la vallée de Baksan est comparable à la Grande Pyramide d'Egypte, que de nombreux scientifiques croient aussi être un émetteur d'ondes ou émetteur d'énergie. "

 

Grottes mines baksan12

Très probablement, les chercheurs pensent que cet objet n'était pas souterrain à l'origine. Il était situé sur la surface, étant fixé sur le côté de la montagne. Cela explique pourquoi l'un des murs de la chambre, du «pot» est rugueux, bosselé (un fragment de la pierre naturelle), et l'autre - une surface lisse, polie (ce sont des constructeurs inconnus qui l'ont érigés). Pendant des milliers d'années, cette gigantesque structure a été recouverte de terre, de sable et de fragments de roche, jusque par-dessus les arbres. Et les blocs de pierre, qui étaient autrefois situés à l'extérieur de la montagne, se sont retrouvés à l'intérieur d'elle. Par ailleurs, rappelez-vous de la même chose au sujet de la pyramide de Chéops. Elle était une "merveille du monde" déjà, mais personne n'avait fait attention que le Sphinx couché à côté d'elle, avait été enterré sous le sable, jusqu'à ce que les archéologues le remette au jour et redécouvrent sa splendeur...

 

Grottes mines baksan13

Les chercheurs sont enclins à croire que la construction de forme inhabituelle, conservée dans la roche, pourrait faire partie d'une structure globale - des villes souterraines, des grottes et tunnels, selon les légendes du Caucase du Nord, qui sont transmises de génération en génération. Près de la bouche menant à la profondeur de 80 mètres, on a trouvé deux autres entrées de la grotte. Les calculs montrent que, si elles se prolongent, en examinant les restes, elles relient les galeries ensembles et amènent toutes à la même grotte mystérieuse où vous pouvez entendre un murmure, comme une langue inconnue ancienne...

 

Grottes mines baksan15

Voici un schéma complet de la grotte mystérieuse. Au fond, il y a une montagne de débris tombés du sommet et qui se sont accumulés sous l'ouverture du haut. Il existe des petits conduits ou goulots tout en bas (3 visibles), qui n'ont pu être explorés à ce jour. Les sons entendus proviennent peut-être de ces sortes de siphons...

Grottes mines baksan16

Grottes mines baksan17Une reconstitution en 3D de la réelle apparence de la grotte gigantesque... de quoi s'agit-il ?

 

Grottes mines baksan18Vous l'avez certainement deviné, l'hypothèse d'un énorme réservoir ou appareillage technologique inconnu (très ancien (+ 5000 ans) ou relativement récent (nazi) ?) destiné à lancer une fusée spatiale ou un gros missile est ici avancée... 

 

Il ne semble pas y avoir d'archives concernant de gros travaux nazis dans la région, ni d'ailleurs des autorités soviétiques de l'ancienne période, avant l'indépendance de cette région... cette sorte de gigantesque usine souterraine (ou ayant été ensevelie volontairement ou non) rejoint par contre les légendes nombreuses du Caucase du Nord au sujet de longs souterrains joignant plusieurs régions éloignées, de vieux tumulus et mégalithes (jusqu'en Ukraine) datant des Scythes et d'autres peuples, mais aussi au sujet de mystérieux cratères et cavités découverts encore de nos jours... comme le cratère Patomsky par exemple dont je parle ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-cratere-patomsky-en-russie.html

Notons aussi que certains chercheurs ont mentionné la possibilité d'une ancienne base "Atlante" abandonnée ou même d'extra-terrestres, d'ovni, et aussi d'annunakis ou de dieux védiques de l'Inde antique... aucune explication n'ayant été trouvée jusqu'à présent au sujet de cette mystérieuse structure souterraine, les spéculations sont larges (mais rarement fondées) pour tous ceux qui n'ont pas l'esprit très étroit !

Et en faisant d'autres recherches sur ce sujet précis, je suis tombé sur d'autres sources, issues également de l'Association Kospopoisk, qui est une grosse association russe existant depuis 1980 au moins, et qui traite souvent de sujets comme l'ufologie, les cercles de cultures et l'archéologie mystérieuse... :

" Le 20 Juillet 2012, 18 personnes, dans le cadre de l'expédition Trans-Eurasie, ont participé à l'étude et la recherche des grands cratères à 80 km au nord du centre du district Mogocha, dans la forêt de la taïga, loin de tous types de routes. 
La première étape était l'examen du cratère "Itakinsky-1" (nom provisoire), qui a été montré à Kosmopoisk par S.Grikov, un chasseur local, et qui, à son tour a parlé d'un cratère d'étrange dans la forêt, découvert par son père. Une enquête exhaustive longue voulait révéler que le cratère avait comme origine un impact (une bombe ?), mais dans ce cas, selon le géologue de l'enquête, c'était une explosion souterraine. Ils ont abattu un arbre pour déterminer le moment de l'explosion grâce à ses anneaux et il a été découvert qu'elle avait eu lieu vers le début du 20ème siècle (1906 ... 1908, au plus tard - un rapport avec l'explosion en Tunguska ?). La structure du cratère, avec un axe circulaire haut, ressemblait fortement au cratère de Patomsky (sauf pour la partie centrale, sévèrement dégradée à la suite de l'exposition à l'érosion de l'eau). Un autre cratère, malheureusement, a été détruit par des bulldozers avant l'arrivée de l'expédition... "

 

Mogocha cratere itakinsky 1

Puis un autre chasseur local a décidé de montrer un nouveau cratère, qui avait été aperçu le mois précédent à partir d'un hélicoptère. Il fallait prévoir "quelques heures" en plus pour le rechercher car il fallait déjà 1,5 jour à pied à travers la forêt avec 2 escortes. Le nouveau cratère, "Itakinsky-4" était similaire au "Itakinskim-1" et au "Patom" . D'un âge d'environ un siècle. Il y avait des arbres au sommet qui était à une hauteur de 40 mètres au-dessus de rochers de pierres concassées et son diamètre était d'environ 50 mètres. La partie centrale du cratère était remplie par un lac oval de 11 à 15 m, d'une profondeur d'au moins 6 m. Certaines roches (des gros blocs de roches de 30-40 m) ont été projetées, probablement par une explosion souterraine à 5-15 mètres ou plus. Il n'y a pas de routes dans la région du cratère, et il n'y en a jamais eu, de sorte que la possibilité d'une explosion nucléaire souterraine a été rejetée. Des mesures instrumentales ont été faites, des échantillons prélevés pour la recherche.

 

Mogocha cratere itakinskih4 b

Le crater "Itakinsky-4" dans la zone de la forêt du Territoire Mogochinsky Trans-Baïkal. Pour le trouver, il a fallut 1,5 jour à pied à travers la forêt avec un chasseur local, S.Grikovym, qui l'a d'abord remarqué.

Mogocha cratere itakinskih4

Apparence des trois catères de Itakinsky, que nous a montré le chasseur local Sergei Grikov. Malheureusement, deux petit cratère ont été détruits il y a quelques années par des bulldozers de bucherons.

 

Mogocha cratere itakinskih4 cApparence du quatrième cratère Itakinsky-4, montré par le chasseur local Sergei Grikov, qui l'a vu par hélicoptère juste avant.

 

Sources : http://survincity.com/2012/07/megalithic-cave-in-kabardino-balkaria/

http://kosmopoisk.org/

http://vk.com/v.chernobrov

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 16, 17-10-2015

La momie de Nefertiti toujours cachée à Louxor ?

La momie de Nefertiti toujours cachée à Louxor ?

 

Nefertiti drawingNefertiti (Musée de Berlin)

 

La Reine à la beauté légendaire, Nefertiti, épouse du pharaon "hérétique" Akhenaton (également nommé Amenhotep IV (Aménophis IV en grec)), qui réussit l'exploit de convertir provisoirement l'Egypte antique au monothéisme en imposant un culte unique à Aton, Dieu du Soleil, exerça avec son mari un important rôle politique et religieux pendant plus de vingt ans (estimés) entre -1355 et -1337 avant Jésus-Christ. Autant il semble bien que la dépouille du roi Akhenaton ait bien été découverte (avec une identification génétique probable récemment, en 2010), autant la momie de la reine Nefertiti n'a jamais été trouvée et clairement identifiée (certains chercheurs pensent qu'il s'agit de la momie identifiée comme étant la " Younger Lady")...

C'est un archéologue britannique, Nicholas Reeves, qui a reçu en septembre l'autorisation officielle de la part des autorités égyptiennes de procéder à des fouilles à Louxor, dans la Vallée des Rois, pour vérifier sa théorie. Cette dernière repose sur certaines réalités historiques, même si la fin du règne du pharaon Akhenaton est très sombre et peu documentée. Car le décès d'Akhenaton est entouré de mystère. On ne sait ni quand ni les raisons de son décès, ses successeurs ayant tout fait pour effacer les traces du roi hérétique (avec martelage de son nom, destruction et mutilation de son sarcophage). Tout au plus peut-on dater de l’an XVII ou XVIII de son règne la dernière inscription qui le mentionne clairement. Certains chercheurs suggèrent également que l'éclipse totale de soleil du 14 mai 1337 av. J.-C. pourrait être concomitante avec sa mort. Des études récentes de son squelette (ou de celui qui lui est attribué) avancent l'hypothèse qu'il était atteint d'un trouble métabolique portant le nom de homocystinurie, les conséquences de cette maladie pouvant expliquer sa mort (assez jeune car il était monté sur le trône vers ses 16 ans).

Smenkhkarê, gendre et successeur d’Akhenaton après une probable corégence, meurt aussi mystérieusement à la fin d'un règne éphémère. Le pouvoir revient alors au fils cadet d'Akhenaton, alors âgé de 9 ans : Toutânkhaton, qui a épousé Ankhésenpaaton, la troisième fille d’Akhenaton. Avec la disparition d'Akhenaton s'éteint immédiatement le culte exclusif d'Aton. Au bout de trois ans, Toutânkhaton quitte Amarna, capitale de son père ; il adopte le nom de Toutânkhamon, restaure le culte des dieux traditionnels et rétablit le clergé dans les biens dont l’avait dépouillé le " l'hérétique Akhétaton ".

La tombe officielle d'Akhenaton a été aménagée dans la nécropole royale d'Amarna, sa nouvelle capitale. Découverte par des fellah à la fin du 18ème siècle, puis redécouverte en 1891, la tombe fut fouillée par Howard Carter en 1892, qui en releva les décors des parois accessibles pour le compte de l'Egyptian Exploration Fund. De 1893 à 1894, le tombeau a été fouillé par Alexandre Barsanti pour le compte du Service des antiquités égyptiennes, et dégagé des gravats qui l'encombraient, révélant son plan et découvrant les restes du sarcophage externe du roi ainsi que de son coffre à canopes et de nombreux fragments d'oushebtis au nom du roi, brisés en petits morceaux... L'ensemble de ces indices démontre que dans un premier temps, le roi a bien été inhumé dans la tombe qu'il s'était fait aménager dans sa nouvelle capitale. Après le retour à l'orthodoxie religieuse et (probablement) d'un premier pillage de la nécropole royale, le corps du roi a été déplacé et inhumé dans la tombe de sa mère dans la vallée des rois.

 

Pharaoh akhenatenBuste d'Akhenaton, musée égyptien du Caire.

En 1907, Davis et Ayrton fouillant dans la vallée des rois, mettent au jour la tombe KV55 qui contenait plusieurs restes de viatiques funéraires royaux de la fin de la XVIIIe dynastie, dont un grand sarcophage en bois doré dont les cartouches royaux ont été martelés, effaçant à jamais le nom de son propriétaire, et dont le visage en or a été arraché, défigurant la tête du sarcophage. Plusieurs autres objets portaient également des cartouches qui avaient été systématiquement effacés, signe caractéristique de la damnatio memoriae subie par les souverains amarniens au cours de la XIXe dynastie.

Le sarcophage contenait encore une momie réduite à l'état de squelette qui n'a pas été immédiatement identifiée. Des examens récents de ce squelette ont été menés de 2005 à 2009 par une équipe égyptienne dirigée par Zahi Hawass, permettant finalement par des analyses ADN de démontrer que ce corps était bien celui d'un fils d'Amenhotep III et de la reine Tiyi. Ces résultats révélés le 17 février 2010 à la presse et associés aux objets déjà découverts dans la tombe au nom d'Akhenaton, permettent de confirmer l'hypothèse qu'il s'agit bien des restes du roi.

Akhenaton a bien été momifié et a reçu une sépulture officielle dans la nécropole royale de sa capitale. Après avoir reposé une brève période dans son tombeau royal en Amarna, il a été déplacé avec les restes de son équipement funéraire dans la vallée des rois dans la KV55, probablement sous le règne de son fils Toutânkhamon.

Après le règne de ce dernier, la tombe a été ouverte et les objets aux noms du roi ont été délibérément saccagés. C'est à ce moment-là que le sarcophage royal a été abîmé et probablement ouvert afin de dépouiller la momie du roi des ultimes reliques permettant d'identifier son propriétaire, condamnation posthume à l'oubli et surtout interdiction de tout espoir de renaissance dans l'au-delà, ce qui représentait pour les Égyptiens la pire des punitions. Puis la tombe a été refermée et scellée à nouveau. La présence de ces sceaux sur le mur bloquant l'accès à la tombe indique que cet acte de désécration a donc été réalisé par ordre officiel et non par des pillards. Cet acte vient clore la campagne de damnatio memoriae qui a débuté sous le règne d'Horemheb et s'est achevée sous les premiers pharaons de la XIXe dynastie. Yves Herbo : notons tout de même qu'il y a une certaine contradiction ici avec le rapport officiel sur l'attribution du squelette à Akhenaton, qui mentionnerait et associerait donc des objets au nom du roi, découverts dans la tombe : pourquoi aurait-on martelé et effacé le nom du pharaon, ouvert et saccagé son sarcophage... si c'est pour y laisser des objets portant le nom qui a été effacé ? !... 

 

220px statueheadofnefertiti01Nefertiti (Musée de Berlin)

Mais tout ceci nous ramène à la Reine Nefertiti, qui n'était finalement pas la mère de Toutânkhamon, contrairement à ce que l'on a longtemps cru, de récente études de l'ADN de ce dernier prouvant qu'il était bien le fils d'Akhenaton, mais aussi celui d'une des sœurs de son père, dont l'identité n'est pas clairement établie (surnommée Younger Lady actuellement). L'épouse royale est finalement encore plus mystérieuse que son célèbre mari hérétique. En effet, L'origine de Néfertiti est incertaine. Même la date de son mariage et de sa montée sur le trône ne sont pas connues avec certitude, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres données de cette époque. 

En l’an treize (ou quatorze ?) du règne d’Akhenaton (vers -1336 ?), Mérytaton remplaça sa mère comme grande épouse royale dans les cérémonies officielles, et, à partir de l’an quatorze, Néfertiti disparut de l’iconographie amarnienne. Sur quelques reliefs, son nom et son visage furent même martelés et remplacés par ceux de Mérytaton. Il n’est pas impossible qu’elle soit déjà décédée à cette date, d’après une hypothèse, de mort violente. Les raisons véritables de cette disparition subite nous échappent encore. Pour compliquer cette énigme, des sceaux de jarre à vin avec son nom qui porteraient comme indication : « l'an I de Néfertiti » ont été retrouvés dans le palais nord d'Akhetaton (l'actuelle Tell el-Amarna), ce qui signifie peut-être qu'elle y vécut à la fin du règne de son époux voire qu'elle régna après lui.

La disparition de Néfertiti coïncide avec l'apparition d'un nouveau personnage nommé au titre de corégent au nom de Ânkh-Khéperourê Néfernéférouaton. Plusieurs chatons de bague inscrits, trouvés par Sir William Matthew Flinders Petrie à Amarna, montrent que ce nouveau personnage est une femme puisque la forme attestée est Ânkh(t)Khéperourê. Manéthon, dans sa liste royale, évoque une « femme roi » à la fin de la XVIIIe dynastie qu'il nomme Acenchêrês (ou Akenkheres ou Achencherês) qui serait une mauvaise transcription d'Ânkh-Khéperourê. Ici encore, nous en sommes réduits à des conjectures. C'est sur ce postulat que des spécialistes y ont vu la certitude qu'il s'agissait de Néfertiti. Cependant l'identité de cette Ânkh(t)Khéperourê a été très discutée.

Après le court règne du successeur d'Akhenaton, c'est un jeune garçon d’une dizaine d'années qui monte sur le trône, Toutânkhaton, époux de la princesse royale Ânkhésenpaaton. Une nouvelle hypothèse, qui est toutefois du domaine de l'histoire-fiction, car aucun document ne l'étaye : Néfertiti, encore en vie, mais officiellement retirée des affaires publiques, aurait gouverné dans l'ombre, étant donné le jeune âge du nouveau roi. Cette influence — et probablement sa propre vie — se seraient alors achevées pendant la troisième année de règne de Toutânkhamon, en -1331. C'est en cette année en effet que Toutânkhaton adopte le nom de Toutânkhamon, reniant le culte monothéiste d’Akhenaton et marquant officiellement son soutien au dieu thébain Amon. En même temps, la famille royale abandonne Akhetaton, la ville d’Aton, et revient à Thèbes...

Autre étrangeté concernant la famille Akhenaton : D'après l'étude de Zahi Hawass et ses collègues publiée en 2010, Akhénaton et sa lignée patrilinéaire appartiendraient à l'haplogroupe du chromosome YR1b1a2, qui est surtout présent en Europe de l'Ouest et rare en Égypte (moins de 1 % des Égyptiens modernes appartiennent à ce clade). Il semblerait donc, que les Européens de l'Ouest aient les mêmes ancêtres, en ligne paternelle directe, que la famille royale de la XVIIIe dynastie égyptienne. Toutefois les résultats concernant le chromosome Y n'ont pas été révélés par l'étude de Zahi Hawass et ses collègues et, selon Carsten Pusch, un des généticiens ayant participé à l'étude, ce qu'affirme la société iGENEA est « simplement impossible »...  le débat a toujours lieu et d'autres tests génétiques sont à prévoir !

 

220px tuthankhamun egyptian museumLe célèbre masque funéraire en or de Toutankhamon - (musée égyptien du Caire).​

Suite à toutes ces conjectures et hypothèses, Nicholas Reeves propose que la momie de la Reine, possible régnante officielle pendant un an après le décès d'Akhenaton ou même officieuse pendant trois ans, ait pu d'abord reposer dans une chambre funéraire disposée au même endroit que celle de son successeur Toutankhamon, et que le décès de celui-ci (qui est mort jeune également) l'ait déplacée dans une chambre cachée au-delà de la chambre funéraire officielle du pharaon. En effet, début octobre 2015, de retour de trois jours d'exploration dans la Vallée des Rois, Nicholas Reeves a exposé au Caire son audacieuse théorie : des lignes sur les murs de la chambre funéraire de Toutankhamon, visibles seulement grâce à des scanners, démontrent qu'il existe deux portes dissimulées. Il y aurait donc deux chambres dissimulées d'après la conférence du 1er octobre 2015 à laquelle participait également le Ministre égyptien des Antiquités.

" Le tombeau de Toutankhamon au siècle dernier fut la plus grande découverte culturelle en Egypte dans l'histoire de l'Humanité. Si l'on y trouve aujourd'hui autre chose, ce sera la plus importante découverte du XXIe siècle", s'est enthousiasmé le nouveau ministre égyptien des Antiquités, Mr Mamdouh al Damati, lors de la conférence. Mais le ministre penche plutôt pour la découverte de la momie de Kiya, une épouse secondaire du pharaon Akhenaton, ou celle de sa fille, Mérytaton.

Les deux hommes s'accordent néanmoins sur un point : dans un mois, espèrent-ils, des radars sophistiqués vont sans doute révéler l'existence d'une autre chambre funéraire, au cœur du tombeau de Toutankhamon, dont la mise au jour, le 4 novembre 1922, avait été la "découverte du XXe siècle". Les spécialistes pensent donc que ces deux portes donneraient sur une vaste chambre funéraire, parallèle à celle du jeune roi Toutankhamon... mais qu'en pense notre ami Albert Fagioli qui, suite à la demande de ses lecteurs, a procédé à son habituelle recherche de radiesthésiste à distance, ne pouvant se rendre de par lui-même sur les lieux ?

 

Tombeautoutankhamon nefertiti

C'est donc à l'aide d'un plan de ce fameux tombeau de Toutankhamon qu'il fit ses recherches sur d'éventuelles salles inédites... Et d'après son impression générale et les indications de ses instruments, il y aurait bien deux salles inédites sur le côté droit de la salle du tombeau de Toutankhamon. (Symétrie par rapport à l'une des salles aux trésors).

Mais selon Mr Fagioli, il n’y aurait pas de tombeau dans ces deux chambres. Seulement un trésor, probablement archéologique.

On attend avec impatience de voir les résultats du radar de sol que le professeur Nicholas Reeves devrait pouvoir passer début novembre dans les directions indiquées par les premiers scanners. Et voir si cela correspond aux travaux à distance de Mr Fagioli.

Pour rappel, on espère toujours également une invitation que Mr Fagioli avait demandé auprès du Ministre des Antiquités Égyptiennes depuis presque 2 ans (mais celui-ci a changé depuis)... Pour confirmer des salles souterraines sous le Sphinx, des salles souterraines sous le Temple de Karnak et surtout la présence de 4 nouveaux tombeaux dans la Vallée des Rois, dont l'un aurait un long corridor de plus de 100 mètres

Dans l'un de ces quatre tombeaux, il pourrait bien y avoir celui de Néfertiti et d'un autre célèbre pharaon. 

Yves Herbo : quoiqu'il en soit, nous devrions en savoir plus courant novembre 2015, il y aura donc éventuellement une Mise à Jour de cet article...

Les pyramides d'Egypte et le Sphinx : 
http://albert-fagioli.blogg.org/les-pyramides-d-egypte-et-le-sphinx-c26554382  

La Vallée des Rois :
http://albert-fagioli.blogg.org/la-vallee-des-rois-c26554398 

Le Temple de Karnak :
http://albert-fagioli.blogg.org/le-temple-de-karnak-c26554400 

 


Egypte : la momie de Néfertiti bientôt découverte ?

 

Sources : http://www.francetvinfo.fr/sciences/archeologie/video-tombeau-de-nefertiti-l-egypte-reve-de-la-plus-importante-decouverte-du-xxie-siecle_1111101.html

http://albert-fagioli.blogg.org/les-deux-chambres-secretes-du-tombeau-de-toutankhamon-albert-fagioli-a118979386

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tout%C3%A2nkhamon

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 15-10-2015