Sciences

Articles traitant de recherches ou de découvertes scientifiques, ainsi que de théories, études ou témoignages

La mystérieuse civilisation de l'Indus

La mystérieuse civilisation de l'Indus - 2012 - MAJ 06-2015

inde-corps-calcin200po-1.jpg Mohenjo-Daro, Inde : plusieurs corps calcinés ont été retrouvés enfouis, reposants tels quels dans les anciennes rues.

Ce site constitue un véritable mystère, affirment les archéologues, qui auraient juré, avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus, au Pakistan, il y a environ 4 500 ans. Depuis 1921, une succession de découvertes dont la cité d’Harappa puis celle de Mohenjo-Daro ont prouvé l’existence d’une culture jusqu’alors inconnue.
La civilisation de la vallée de l’Indus a inventé une écriture à ce jour indéchiffrée (YH : mais plus ou moins traduite maintenant sous les dénominations "phonétique archaïque" ou "proto-sanscrit") et a manifestement marqué la culture indienne. Mais, le plus grand mystère reste l’abandon de ces cités et la disparition de cette civilisation.

harappa-pierreindustrielle.jpgHarappa-Pierre industrielle

En 1921, des fouilles débutèrent à Harappa. Les archéologues mirent au jour les maigres vestiges d’une grande cité.
En 1922, un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste, mis au jour à 640 km d’Harappa les ruines d’une civilisation protohistorique. C’est une véritable métropole qui sortit de terre. Mohenjo-Daro, la « colline des morts », fait toujours l’objet de recherches mais aussi de vives controverses. Mais qui était cette civilisation restée si longtemps dans l’ombre ?

harappa.jpgHarappa

Il faut imaginer un peuple qui a vécu sur un immense territoire. Ce peuple parlait une langue qui nous est inconnue et utilisait une écriture que nous n’avons toujours pas réussi à déchiffrer.

Cette civilisation a construit de grandes villes divisées en quartiers mais avec une logique qui nous échappe.
En effet, nous n’avons retrouvé ni temples, ni palais. Les premiers habitants de la vallée de l’Indus ont commencé à édifier des villages vers le VIIe millénaire avant notre ère.

Puis, entre 3 200 et 1 800 ans avant notre ère, de grandes villes s’épanouirent. C’est entre 2 700 et 2 600 ans avant notre ère que furent édifiés les imposants murs d’enceinte d’Harappa.

harappa-2.jpgHarappa

Les chercheurs ont d’abord pensé que cette civilisation était constituée de colonies provenant de Mésopotamie. Mais, les fouilles ont révélé que ce peuple avait ses caractéristiques propres. Pour l’instant, faute de nouveaux indices, officiellement la plus ancienne civilisation indienne est née sur les rives de l’Indus tout comme l’Egypte s’est développée sur les rives du Nil.

harappa5.jpgHarappa-citadelle

Depuis la découverte de Mohenjo-Daro, d’autres cités antiques de l’Indus ont été retrouvées comme Dholavira ou Ganweriwala.

Apparemment, ce peuple était un peuple de marchands. Tout porte à croire qu’ils ne disposaient d’aucune supériorité militaire. Tout atteste le caractère pacifique de ce peuple qui possédait une supériorité culturelle.

mohenjo-daro.jpgMohenjo-Daro-reconstitution

On se perd en hypothèses sur leur système social et sur leur religion. Il ne s’agit nullement comme c’est le cas pour la civilisation égyptienne d’avancée technologique subite. L’évolution semble avoir été progressive.

Après près de 100 ans de recherches, on commence à mieux comprendre l’évolution de cette civilisation. Schématiquement, les périodes sont les suivantes :

 Entre 8 000 et 5 000 ans avant notre ère : les techniques de la métallurgie se diffusent dans toute l’Eurasie. L’agriculture et le commerce apportent la richesse. Les villages croissent et deviennent de véritables villes.

 Entre 4 000 et 2 600 ans avant notre ère : les archéologues parlent d’une « époque de rationalisation ». Les régions du bassin de l’Indus commencent à constituer une identité culturelle spécifique.
A cette époque apparaît un nouveau modèle d’urbanisme. Les agglomérations sont divisées en deux secteurs. Il est probable que les secteurs étaient habités par des classes sociales distinctes.

mohenjo-daro-13.jpgPlusieurs représentations d'un homme barbu ont été retrouvés : peut-être un Roi inconnu (YH : mais on peut aussi s'interroger sur une représentation proche (homme barbu) par les tout premiers égyptiens !)

 Entre 2 600 à 1 900 ans avant notre ère : c’est « l’époque de l’intégration ». Cette période désigne la manière dont les cultures régionales ont conflué en une seule grande civilisation.
Toutes les villes dispersées dans un rayon de milliers de kilomètres utilisent la même écriture et les mêmes sceaux en stéatite. Ils décorent leurs vases avec les mêmes dessins et les poids utilisés sont les mêmes partout.
Ce processus d’unification sur un territoire aussi immense reste inexpliqué.

mohenjo-daro-12.jpgMohenjo-Daro-reconstitutions

 Entre 1 900 à 1 600 ans avant notre ère : c’est « l’époque de la localisation ». Au cours de ces deux siècles, les villes sont progressivement abandonnées, l’écriture est négligée et des techniques tombent en désuétude.

Mohenjo-Daro : une cité très évoluée

Le caractère le plus stupéfiant des villes harappéennes est la complexité de leur urbanisme. Ces villes s’étendaient sur un périmètre de 100 à 200 ha au minimum.
Mohenjo-Daro est très bien conçue. On peut la comparer aux grandes villes américaines. D’ailleurs, les archéologues ont surnommé cette cité« le Manhattan de l’âge de bronze ».

mohenjo-daro-2.jpgMohenjo-Daro-reconstitution

En effet, on peut voir une douzaine d’artères tracées au cordeau traverser la ville du nord au sud, coupées d’est en ouest par des rues plus étroites qui délimitaient des pâtés de maisons. Cela évoque le quadrillage du prestigieux quartier new-yorkais. Les rues étaient pavées avec des centres administratifs imposants. Il y avait des rangées de petites maisons en briques dotées de toilettes privées et d’égouts. Au centre de Mohenjo-Daro se dressait la citadelle, vaste édifice abritant des salles de fêtes et des bureaux.

mohenjo-daro-4.jpgMohenjo-Daro-reconstitution

A proximité, des bains publics avaient été construits. Mohenjo-Daro abritait également ce qu’on a baptisé le « Grand Bain ». C’est une piscine de 12 m de long sur 7 de large et 2,40 m de profondeur. On pense qu’elle servait pour des cérémonies d’immersion car on retrouve les bains rituels dans la religion de l’hindouisme.

mohenjo-daro-9.jpgMohenjo-Daro-reconstitution-piscine

Les rues étaient bordées de magasins. A l’intérieur des maisons, il y avait généralement un puits et même quelque fois une salle de bain avec un bac à douche.

En l’absence de canalisations, ces maisons ne disposaient pas bien sûr de l’eau courante. Par contre, il existait un système d’évacuation des eaux usagées utilisant des conduits d’argile.
Ces tuyaux rejoignaient les égouts amovibles, en pierre, à chaque croisement, facilitant l’entretien du système.

mohenjo-daro-11.jpgMohenjo-Daro-reconstitution-vêtements et coiffes

Ce peuple était apparemment épris d’ordre et d’hygiène. Dans les ruines du site de Mehrgarh, les archéologues ont découvert l’équivalent de nos décharges industrielles. On y mettait les rebuts du travail des peaux, du cuivre, du talc, des coquillages etc…

D’autres bâtiments restent énigmatiques. A Harappa et Mohenjo-Daro, il existe deux édifices étranges avec un socle divisé en blocs, qui supportait probablement une construction en bois. On a cru qu’il s’agissait de greniers mais finalement ils restent un mystère.

mohenjo-daro-5.jpg

Mohenjo-Daro-reconstitution-plan

mohenjo-daro-10-plan.jpg

De même, n’ayant retrouvé aucun édifice religieux, on suppose que cette civilisation adorait ses divinités en plein air. Pourquoi une civilisation aussi évoluée a-t-elle abandonné ces villes ?

Des cités abandonnées

A partir de 1 600 ans avant notre ère, les villes étaient à l’abandon. De nombreuses théories ont été émises pour expliquer ce déclin. On a tout d’abord pensé que la civilisation de l’Indus avait été renversée par une invasion indo-européenne. Mais aucune preuve n’est venue étayer cette théorie. L’eau est peut-être la cause de cet abandon. En effet, des recherches archéologiques ont révélé que la civilisation de l’Indus devait lutter constamment contre les inondations. Certains quartiers de Mohenjo-Daro auraient été reconstruits huit fois. Mais, il n’y a aucune trace d’une catastrophe naturelle qui aurait touché l’ensemble des cités.

harappa3.jpgHarappa

Parallèlement à ce problème, des squelettes portent la trace de blessures à l’arme blanche. Il y aurait donc bien eu un conflit. Les fouilles relatives à cette époque ont révélé des destructions, des incendies et des squelettes sans sépulture. (YH : en l'absence d'armes, il peut s'agir ici de suicides collectifs, de pillages, etc...)
On constate en parallèle un retour en arrière dans la technique de céramique par exemple. Cependant, les squelettes sont fort peu nombreux et on n'a retrouvé aucun fragment d’armes.

Une explosion nucléaire ?

Plus récemment, une théorie assez révolutionnaire a été énoncée. Les scientifiques Davenport et Vincenti ont déclaré que la ville de Mohenjo-Daro avait été ravagée suite à une explosion nucléaire.
Ils ont trouvé de grosses strates de glaise et de verre vert. Les archéologues supposent qu’une très forte température a fait fondre de la glaise et du sable qui ont durci immédiatement après.
De semblables strates de verre vert ont été retrouvées dans le désert du Nevada après chaque explosion nucléaire.

L’analyse moderne a confirmé que des fragments de la ville avaient fondu au contact d’une très haute température. Les douzaines de squelettes qui ont été trouvés dans la région de Mohenjo-Daro présentent une radioactivité excédant la norme de presque 50 fois.

Ces analyses scientifiques nous ramènent à la grande épopée indienne, le Mahabharata. Elle contient des mentions d’une arme prodigieuse aux effets dévastateurs. Un des passages parle d’une « coquille », qui étincelait comme le feu, mais sans dégager de fumée.

« Quand la coquille a touché le sol, le ciel est devenu obscur, les tornades et les tempêtes ont ravagé les villes. Une horrible explosion a brûlé des milliers de gens et d’animaux, les réduisant en cendres. »

inde-harappa1.jpgMohenjo-Daro- centre

Bien sûr, on a du mal à imaginer qu’à une époque aussi lointaine des armes nucléaires ont pu être utilisées. Le texte est troublant quand on le met en parallèle avec les dernières découvertes. Pourrait-il s’agir d’un phénomène naturel qui aurait provoqué un cataclysme ? L’épicentre du choc a été détecté au centre de la ville. A cet endroit, toutes les maisons ont été nivelées. A la périphérie, les destructions sont moins importantes.

L’énigme de Mohenjo-Daro reste entière pour le moment. Cependant, si l’on suppose qu’une catastrophe s’est abattue sur cette cité, cela n’explique pas l’abandon des autres villesMohenjo-Daro et Harappa sont les métropoles les plus connues mais il existait au moins trois autres villes aussi importantes. Il y en avait d’autres mais de moindre importance.

inde-bombay-crater-lonar.jpgInde-Bombay-cratère Lonar

Eléments de réflexion

 Il existe quelques rares cas de réacteurs nucléaires naturelsArticle sur ce phénomène

 À ce jour, sur les 1052 sites qui ont été découvertsplus de 140 d'entre eux se trouvent sur les rives du cours d'eau saisonnier Ghaggar-Hakra.

En fait, le peuple indusien n'a pas disparu.

Au lendemain de l'effondrement de la civilisation de l'Indus, des cultures régionales émergent qui montrent que son influence se prolonge, à des degrés divers. Il y a aussi probablement eu une migration d'une partie de sa population vers l'est, à destination de la plaine gangétique. Ce qui a disparu, ce n'est pas un peuple, mais une civilisation : ses villes, son système d'écriture, son réseau commercial et, finalement, la culture qui en était son fondement intellectuel.

 Une des causes de cet effondrement peut avoir été un changement climatique majeur. Autour de 1800 av. J.-C., nous savons que le climat s'est modifié, devenant notablement plus frais et plus sec. Mais cela ne suffit pas pour expliquer l'effondrement de la civilisation de l'Indus. Une catastrophe tectonique pourrait avoir détourné les eaux de ce système en direction du réseau gangétique. 
Source : Wikipedia

 Une autre cause possible de l'effondrement de cette civilisation peut avoir été l'irruption de peuples guerriers au nord-ouest de l'Inde, qui auraient provoqué la rupture des relations commerciales avec les autres pays.

Plusieurs facteurs sont sans doute intervenus et ont conjointement provoqué ce déclin. A vrai dire, la raison de la chute de ce peuple et ce qu’il est devenu ensuite est très floue et sujet à polémique. Cependant, le fleuve et les changements climatiques ont certainement joué un rôle dans le déclin de cette civilisation.

La civilisation de la vallée de l’Indus a en tout cas marqué l’Inde. Bien des aspects de l’Inde d’aujourd’hui puisent leurs racines dans la civilisation de l’Indus. V.Battaglia.

Sources : http://www.dinosoria.com/civilisation_indus.htm

http://www.harappa.com/har/har0.html

MAJ 06-2015 : Rakhigarhi : l'énorme ville de 2 240 000 mde la civilisation de l'Indus se dévoile

rakhigari.jpg

Les restes sont presque imperceptibles près du petit village de Rakhigarhi dans le nord de l'Inde. Les caractéristiques les plus visibles sont constituées de monticules bien ordonnés de galettes de bouse de vache, l'engrais naturel pour les exploitations agricoles des villageois d'aujourd'hui...

Sous la surface, cependant, se trouvait un vaste réseau de ruines et d'objets, autant d'indices d'une ancienne ville. Elle devait rivaliser, et probablement dépasser, l'énorme site archéologique le plus connu de la civilisation de l'Indus : Mohenjo-Daro.

Avec 224 hectares (2 240 000 m²), le site de Rakhigari peut se vanter d'être le plus grand site Harrapéen connu (civilisation de l'Indus ou Hindus) en Inde.

Depuis 1997, l'Archaeological Survey of India a entrepris une fouille minutieuse du site, révélant non seulement sa taille, mais aussi de nombreux objets, y compris des routes pavées, un système de drainage, un grand système de collecte des eaux pluviales, un système de stockage, une fabrique de briques en terre cuite...
Ils ont aussi trouvé des métaux finements travaillés, des bijoux, des coquilles de conque, de l'or, des pierres semi-précieuses, des cachets, des autels, et au moins un site funéraire.

rakhigarhi-hindus2.jpg

Certains des artéfacts et éléments ont plus de 5000 ans. Les restes sont dispersés parmi cinq tertres, dont trois peuvent être fouillés. Les deux autres sous-tendent des zones peuplées et des parcelles agricoles.

La culture Harappéenne, dont Rakhigari faisait partie, était l'une des premières civilisations les plus avancées et était un important partenaire commercial de l'Egypte antique et de la Mésopotamie.
Néanmoins, on en sait relativement peu sur celle-ci. C'est la raison pour laquelle Rakhigari est un site clé pour la recherche et la conservation.

La plupart de la superficie du site reste à fouiller, et son intégrité archéologique est confrontée à un certain nombre de menaces graves, dont l’empiétement urbain, l'agriculture et l'érosion.

Pour faire face à ces menaces et protéger et préserver le site (pour des fouilles supplémentaire et pour le tourisme), des équipes d'experts, ainsi que des participants de la communauté locale, vont mettre en œuvre un certain nombre de mesures de conservation et de planification pour assurer sa pérennité.

Ainsi, le Fonds du patrimoine mondial (Global Heritage Fund - GHF), une organisation américaine à but non lucratif, espère mettre en place une approche holistique pour la protection et l'aménagement du site en intégrant la planification, la conservation, le développement communautaire et des partenariats stratégiques.

asie-architecturesendanger.jpg

Asie : sites antiques en danger

Comme les anciennes structures ont été construites avec des briques de boue, l'érosion peut survenir rapidement après la mise au jour, il est donc impératif de commencer la conservation de suite.
Jusqu'à présent, le GHF et ses partenaires ont déjà terminé les sondages au géoradar et à la résistivité électrique du site. Ils ont effectué des relevés d'échantillons en surface pour identifier les zones d'activité et orienter les fouilles.

Pour la communauté scientifique, il s'agit d'un véritable trésor de nouvelles information et de données qui peuvent apporter un éclairage précieux sur la compréhension d'une ancienne grande civilisation.

rakhigarhi-hindus.jpg

Les tertres de Rakhigarhi tels qu'ils apparaissent aujourd'hui. Notez l'utilisation extensive pour le stockage du fumier; Photo Credit: Sourav De, courtesy Global Heritage Fund

"Par sa taille, sa dimension, son emplacement stratégique et l'importance unique de la colonie", rapporte GHF ", Rakhigari correspond aux grandes villes harappéennes de Dholavira, Harappa et Mohenjo-Daro. Par ailleurs, les phases anciennes, mature et tardives de la culture Harappéenne sont toutes représentées à Rakhigari, offrant un excellente et rarissime endroit où étudier le développement et le déclin de cette civilisation antique énigmatique".

Source:
Popular Archaeology: "Little-Known Archaeological Site Could Answer Questions About The Enigmatic Indus Valley Civilization"

2012 à 2015 : Autres articles en liens : 

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-balochistan-au-pakistan.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/apres-le-royaume-d-aratta-c-est-la-civilisation-de-l-indus-qui-devance-sumer.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-chercheurs-japonais-aident-a-demeler-les-mysteres-de-la-civilisation-de-l-indus.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/aratta-les-sumeriens-n-ont-pas-invente-l-ecriture.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-culture-vedique-de-l-inde.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inde-la-cite-engloutie-de-dwarka-remet-l-histoire-en-question.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-outils-du-microlithique-dates-de-10000-ans-trouves-en-inde.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-une-ville-antique-entiere-en-inde.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/les-cites-englouties-de-khambhat-et-dwarka.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-egypte-prehistorique-devoilee-petit-a-petit.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/egypte-les-mysteres-des-debuts.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/egypte-l-etrange-a-nazlet.html

http://herboyves.blogspot.fr/2014/05/la-civilisation-mysterieuse-de-mehrgarh.html

 

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 2012, 06-2015

Après le royaume d'Aratta, c'est la Civilisation de l'Indus qui devance Sumer ?

Après le royaume d'Aratta, c'est la Civilisation de l'Indus qui devance Sumer ?

harappa.jpg

A l'école et dans les livres d'histoire, on apprend toujours que Sumer est la première civilisation organisée connue et qu'elle a inventé l'écriture. Cependant, cela fait déjà plusieurs années que cette première place, y compris pour l'invention de l'écriture, est contestée. Elle l'est toujours d'ailleurs par les archélogues s'occupant du royaume d'Aratta situé dans l'actuel Iran, y compris en ce qui concerne l'écriture trouvée sur place. Un rappel de ces découvertes très sérieuses ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/aratta-les-sumeriens-n-ont-pas-invente-l-ecriture.html

Mais les toutes dernières déclarations des archéologues s'occupant de la Civilisation de l'Indus (Harappéenne) sont sans équivoque non plus : La civilisation de l'Indus est bel et bien 2.000 ans plus ancienne que prévu, et a très probablement précédé celle de Sumer localement... (datations de 7380 ans sur des artéfacts d'Harappa, de 6500 ans maximum à Sumer) d'ailleurs, si l'écriture cunéiforme de Sumer est très proche de celle de la civilisation d'Aratta, celle de la Civilisation de l'Indus est maintenant considérée comme du pré-sanscrit - donc faisant partie des origines d'une écriture très répandue par la suite... Une autre chose à préciser : le royaume d'Aratta (Iran) se trouve entre Sumer (Mésopotamie) et le royaume d'Harappa (Pakistan)...

harappa-pakistan-india-nepal-622.jpg

La récente Conférence internationale sur l'archéologie harappéenne a débouché sur une annonce inattendue des archéologues BR Mani et KN Dikshit, de l'Archaeological Survey of India : ils prétendent que les fouilles ont apporté de nouvelles datations.

Ainsi, la civilisation de l'Indus, ou civilisation harappéenne, aurait vu le jour environ 2000 ans plus tôt qu'on ne le pensait.

J'ai déjà décris en partie les découvertes importantes sur la civilisation Harappéenne ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-civilisation-de-l-indus.html

Une nouvelle datation de la culture harappéenne

Sur la base de leurs recherches, qui n'a pas encore été entièrement publiée, les deux archéologues ont déclaré:
"Les résultats préliminaires des données, provenant d'anciens sites du sous-continent indo-pakistanais, suggèrent que la civilisation indienne a émergé dans le 8e millénaire avant JC dans la région de Ghaggar-Hakra et du Baloutchistan. Sur la base de datations radio-métriques de Bhirrana (Haryana), les vestiges culturels de l'horizon pré-harappéen remontent entre 7380 à 6201 avant notre ère ".

harappa4.jpg

Contemporain avec l'essor de la civilisation Mésopotamienne

Cette annonce a été faite lors de la Conférence internationale sur l'archéologie harappéenne par l'Archaeological Survey of India (ASI) à Chandigarh et conteste la théorie actuelle selon laquelle les colonies de peuplement dans la région de l'Indus ont commencé autour de 3750 avant notre ère.

Les résultats préliminaires de la vallée de l'Indus, s'ils sont confirmés, situeraient l'origine de la culture harappéenne à peu près à la même période où la civilisation mésopotamienne a pris son essor. La première civilisation mésopotamienne, celle de Sumer, a émergé dans la période d'Obeïd, vers 6500 avant notre ère.

 

mohenjo-daro-excavation.jpgMohenjo-Daro

Une connexion au niveau de la langue?

Les textes sumériens qui ont été déchiffrés n'ont aucun rapport avec les langues des environs, mais il y a une hypothèse selon laquelle les populations vivant dans les zones côtières d'Iran (Elam), entre les deux civilisations en question, parlaient ce qui est décrit comme une langue Elamo-dravidienne.

Mise à part les similitudes linguistiques, l'hypothèse Elamo-dravidienne  repose sur l'affirmation que l'agriculture s'est propagée du Proche-Orient vers la vallée de l'Indus via l'Elam.
Cela suggère que les agriculteurs ont apporté une nouvelle langue en même temps que l'agriculture depuis la Mésopotamie.
Cette hypothèse est étayée par des données ethno-botaniques, comme la propagation du blé originaire du Moyen Orient.

Des preuves de commerce important entre l'Elam et la civilisation de vallée d'Indus suggère des liens permanents entre les deux régions.

Les récentes fouilles ont été réalisées sur deux sites au Pakistan et en Inde. Il est possible (probable) que d'autres travaux puissent modifier les chronologies en cours.

La chronologie actuelle:

Dates

Phase
ère
7000 – 5500 avant JC
Mehrgarh
I (aceramic Neolithic)
Early Food Producing Era

5500-3300
Mehrgarh II-VI (ceramic Neolithic)
Regionalisation Era5500-2600
3300-2600 Early Harappan
3300-2800
Harappan 1 (Ravi Phase)
2800-2600
Harappan 2 (Kot Diji Phase, Nausharo I, Mehrgarh VII)
2600-1900 Mature Harappan (Indus Valley Civilization) Integration Era
2600-2450
Harappan 3A (Nausharo II)
2450-2200
Harappan 3B
2200-1900
Harappan 3C
1900-1300 Late Harappan Localisation Era
1900-1700
Harappan 4
1700-1300
Harappan 5
1300-300

Northern Black Polished Ware (Iron Age)
 
Indo-Gangetic Tradition



Source:

 

harappan-small-figures.jpg

Figurines harappéennes (remarquez les roues)

YH : Tout cela suggère donc bien que les civilisations d'Aratta et de l'Indus étaient bien déjà là et en relations quand les Sumériens sont arrivés subitement sur les lieux vers 6500 ans Av JC, ont amené avec eux l'agriculture, leur nouvelle langue et ont très rapidement développé leur civilisation pour aller influencer puis imposer leur savoir (et puissance) à toute la région... D'où venaient les sumériens ? Très probablement des survivants marins d'un tsunami ayant englouti les restes du continent Mu, situé entre l'Asie du Sud et les Philippines, jusqu'au Japon (dont la plus grosse partie s'est enfoncée sous l'eau entre -15000 et -12000 Av JC), mais ce n'est qu'un avis. Mais il y a aussi les ruines des cités englouties de Khambhat et Dwarka, en Inde, qui ont été datées entre 7500 et 5500 ans qui remettent aussi en question les chronologies sur l'émergeance des constructions et des civilisations... : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-cites-englouties-de-khambhat-et-dwarka.html

Autres liens liés : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2012/06/le-changement-climatique-conduit-aurait.html

 

DÉCODER L'ANCIENNE ÉCRITURE DE LA VALLÉE DE L'INDUS

harappeen-sceau.jpg

Depuis les années 1920, des dizaines d'expéditions archéologiques ont mis au jour les traces d'une culture urbaine vieille de 4500 ans et couvrant près de 500.000 km² dans l'actuel Pakistan et nord-ouest de l'Inde. (YH : et maintenant vieille d'au moins 2000 ans de plus par rapport à cet article)

Les fouilles sur des sites importants comme Mohenjo-Daro et Harappa ont révélé une société évoluée, dont les villes avaient des systèmes d'assainissement perfectionnés, des bains publics etc...
Des indices prouvant des relations commerciales avec l'Egypte, Sumer en Mésopotamie, ainsi qu'avec l'Asie centrale, suggèrent que le fertile bassin de l'Indus a pu être un empire plus grand et plus ancien que ses contemporains célèbres au Moyen-Orient.

Mais la civilisation de la vallée de l'Indus pose un problème insoluble, intriguant des légions d'archéologues et de scientifiques depuis les premières fouilles. Il s'agit de son écriture : de minuscules signes gravés, sur des sceaux ou tablettes. Elle reste à ce jour non déchiffrée ; laissant cette culture dans le mystère.
Un texte bilingues, comme la pierre de Rosette, doit encore être trouvé.

Plus de 100 déchiffrements des runes et signes souvent anthropomorphiques de cette civilisation ont été tenté au cours des décennies : aucun avec grand succès.
Certains archéologues ont établi des parallèles avec l'écriture cunéiforme de la Mésopotamie. D'autres spéculent sur un lien improbable entre des signes Harappa et des similarités avec les glyphes des "hommes-oiseaux" à plusieurs milliers de km dans l'océan Pacifique sur l'île de Pâques.
En 2004, un groupe de chercheurs même a déclaré que l'écriture n'était composée que de rudimentaires pictogrammes et que les habitants de la vallée de l'Indus étaient analphabètes. Cette hypothèse, qui a provoqué un tollé dans le monde des chercheurs de la vallée de l'Indus, a récemment été rejetée par une équipe de mathématiciens et d'informaticiens rassemblés par des institutions aux Etats-Unis et en Inde.

Cette équipe a examiné des centaines de textes harappéens et testé leur structure contre d'autres langues connues en utilisant un programme informatique.
Toutes les langues, suggèrent les scientifiques, possèdent ce qu'on appelle une "entropie conditionnelle": le degré d'incohérence dans une séquence donnée.

En anglais, par exemple, la lettre T peut être trouvé précédant une grande variété d'autres lettres, mais des cas comme TX et TZ sont beaucoup plus rares que les TH et TA. " Une langue écrite passe par ce mélange de règles intégrées et de variables flexibles», explique Mayank Vahia, astrophysicien à l'Institut Tata de recherche fondamentale à Bombay.

En quantifiant ce principe au moyen de tests de probabilités informatisés, les scientifiques ont déterminé que l'écriture d'Harappa avait une mesure similaire d'entropie conditionnelle à d'autres systèmes d'écriture, dont l'anglais, le sanscrit et le sumérien. Si mathématiquement, cela ressemble à une écriture, il y a de fortes chances que cela en soit une.

harappa2.jpg

Mais ce n'est là qu'une première étape.

Vahia et ses collègues espèrent reconstituer une grammaire solide depuis la mer de signes impénétrables de l'Indus.

Leur étude cartographie la probabilité de certains caractères apparaissant dans les parties d'un texte - par exemple, un signe de poisson apparaît le plus souvent au milieu d'une séquence et un signe de demi-pot vers la fin.
Peu à peu, la structure du script est entrevue.

Rajesh Rao, professeur agrégé de science informatique à l'Université de Washington et co-auteur de l'étude, déclare que la tâche devant eux est «comme un puzzle, celui où vous essayer d'adapter des significations dans des schémas et des séquences."

Pour le moment, lui et son équipe se méfient d'attribuer un sens à ces signes - un acte de conjecture, dit-il, qui a conduit d'autres experts de la vallée de l'Indus, dans le passé " à aller trop loin."
Cependant, cette étude ne fait pas avancer le débat sur la nature des origines de l'écriture d'Harappa.

Les universitaires du sud de l'Inde prétendent qu'elle doit être liée au proto-dravidien, l'ancêtre des langues comme le tamoul, tandis que d'autres pensent qu'elle est liée au sanscrit védique du début de l'hindouisme, l'ancêtre de l'hindi et d'autres langues parlées dans le nord de l'Inde.

Et tandis que des programmes culturels en Inde ont contrecarré des efforts de collaboration, l'inimitié entre l'Inde et le Pakistan a empêché des avancées archéologiques.

Ganeriwala, un site désertique au Pakistan, qui détient peut-être les ruines de l'une des plus grandes villes de l'histoire de la civilisation, n'a pas encore été correctement fouillé parce qu'il se situe de façon précaire le long de la frontière fortement militarisée avec l'Inde.

Bryan Wells, chercheur principal à l'Institut des Sciences Mathématiques à Chennai, a passé 15 ans à examiner minutieusement les corps disparates des objets de la vallée de l'Indus et a compilation ce qui est aujourd'hui la plus grande base de signes harappéens: 676 au total. Même si personne ne connaît la racine de la langue derrière l'écriture, il compte sur une plus grande coopération et une dévotion monacale pour lentement en percer les secrets.

Wells et un collègue ont déjà fait d'importants progrès dans le décryptage du système harappéen des poids et mesures..

Ce processus d'analyse et examen scientifique minutieux prendra des années, probablement plusieurs décennies. Mais cela vaut la peine d'attendre.

Les chercheurs ne sont même pas sûr de savoir comment cette civilisation énigmatique a disparu.
A-t-elle été éradiquée par la conquête, emporté par les inondations, ou s'est-elle mélangée à d'autres cultures du sous-continent indien?

harappa-bains.jpg
Bien que les villes harappéennes étaient vastes (Mohenjo-Daro aurait été peuplée par plus de 50.000 personnes, un chiffre énorme pour l'antiquité profonde), ils ont laissé peu de grands monuments.
Au lieu de cela, nous avons des indices en miniature, une figurine en cuivre d'une danseuse mercurielle, par exemple, et un trésor de sceaux délicatement sculptés, la plupart pas plus grand qu'un timbre-poste.

" Ces indices sont une fenêtre sur la façon dont ces gens pensaient, pense Vahia. "Et ils peuvent nous dire, en un sens, pourquoi nous sommes ce que nous sommes. "

Liens:

 

Yves Herbo, S,F,H, 12-2012 - up 06-2015

Agressions paranormales en Russie : 9 universitaires tués dans l'Oural en 1959

Agressions paranormales en Russie : 9 universitaires tués dans l'Oural - MAJ 06-2015

oural-1959-etudiantstues.jpg

En 1959, un groupe d’étudiants et d’enseignants Russes de l’Ural Polytechnical Institute parti en cession de sport de Ski à travers le nord de l’Oural dans Sverdlovsk Oblast, ont été retrouvés morts dans des circonstances étranges, pour ne pas dire paranormales.

C’est à partir du 10 Février que le groupe ne donnait plus de signe de vie, les forces de l’ordre et les militaires ont ainsi été alertés par l’université et le 26 Février ils ont commencé à mettre en place les opérations de recherches dont certains de l’université s’étaient portés volontaires pour retrouver leurs collègues.

9 cadavres ont été retrouvés durant plusieurs mois de recherche, mais les circonstances sont assez particulières. Le campement où étaient posés les tentes de nos chers disparus ont toutes été déchirées de l’intérieur, les traces des pas selon les enquêteurs laissaient supposer que le groupe fuyait quelque chose puisqu’ils n’ont même pas eu le temps de se vêtir ou de se munir de provisions. Ils se sont donc enfuis pieds nus à travers la neige plus ou moins dévêtus dans un froid sibérien quasi absolu.

6 sont mort par hypothermie et 3 cadavres montrent des traces de blessures fatales, un dont la langue a été arrachée tandis que les autres avaient eu le thorax et crane défoncés mais sans aucun signe de dommage sur l’épiderme. D’après les enquêteurs seul une force surhumaine ou des conditions d’un accident de voiture à pleine vitesse aurait pu commettre de telles blessures fatales.
Ce qui est étrange c’est qu’il n’y a aucune trace d’éventuels poursuivants ou d’animaux sauvages aux alentours, il y a aucune trace de lutte. Ce qui d’ailleurs disculpe les peuples Mansi d’être les auteurs de ces meurtres.

Le plus impressionnant et le plus insolite des détails est le fait que les corps ainsi que leurs vêtements présentaient de très fortes concentrations de radiations, si bien que les cadavres avaient un teint de peau marron-gris. Les radiations étaient si élevées qu’ils ont été enterré dans des coffres en zinc lors de la cérémonie funéraire.

L’autre fait curieux est que plusieurs témoins indépendants aussi bien des peuples locaux appelés les Mansi et la station météorologique ont vu des sphères lumineuses aux alentours du Kholat Syakhl, la région montagneuse où est mort le groupe de hikers en question durant les mêmes jours de leur disparition. Dans la langue locale cette région montagneuse Kholat Syakhl signifie « la montagne de la mort », le mont qu’ils visaient pour leurs excursions sportives se nomme le mont Otorten qui signifie en Mansi « Ne va pas là-bas ». L’histoire sombre de cette région auprès de ce peuple vient du fait que beaucoup d’entre eux y sont morts de manière toute aussi inexpliquée.

Depuis cet incident, ce passage montagneux a été baptisé The Dyatlov pass en l’honneur du chef du groupe des disparus. Il existe aussi un musée Dyatlov à l Ural State Technical University et une fondation du même nom qui milite pour la réouverture du dossier qui a été gardé secret par le gouvernement Russe jusqu’en 1990, dont les conclusions restent toujours à ce jour les mêmes, 9 hikers ont été tués par une force inconnue et il s’agirait non pas d’un accident mais de meurtres.

Ainsi je spécule comme le documentaire en question, soit il s’agit d’un OVNI, cette fameuse boule lumineuse aperçue durant l’incident à l’origine de ces radiations fatales et qui semblent être aussi à l’origine de cette réputation morbide véhiculé par les peuples autochtones de la région les Mansi.

Ou bien le groupe a découvert une base secrète militaire russe qui semblerait développer de nouvelles armes à radiation. Une théorie toute aussi contestée.

J’ai fait un condensé d’information trouvé sur Wikipedia et du documentaire d’anciens aliens. Il paraitrait qu’il y a un film et plusieurs livres sur cet incident.

Dyatlov Pass incident

source: http://www.planete-revelations.com/t11241-agression-mortelle-dun-ovni-sur-9-etudiants-hikers-russe-en-1959 via

http://tpi-gestion.fr/WordPress3/2012/07/12/agression-mortelle-dun-ovni-sur-9-etudiants-hikers-russe-en-1959/

via http://area51blog.wordpress.com/2012/07/25/agression-mortelle-dun-ovni-sur-9-etudiants-hikers-russes-en-1959/

dyatlo10.jpg

Autre Enquête :

Pour commencer l'article sur l'incident du Col de Dyatlov nous parlerons en premier lieu des exagérations qui ont poussé les gens à tenir des théories fantastiques sur le sujet. Les hauts niveaux de radiation retrouvés sur les corps suivis de l'étrange couleur orangée des cadavres ou bien encore les lumières vues dans le ciel la nuit de l’incident : ces exagérations sont nées de l'engouement des médias ou de la très large diffusion sur Internet. Après un demi siècle, le seul mystère qui plane sur cet incident est une question simple : Qu’est ce qui a poussé 9 randonneurs expérimentés à fuir leur camp au beau milieu de la nuit, par -20° ? 

Les autorités Russe, après enquête, classe l'affaire sans suite : les randonneurs sont mort des suites d'une « force inconnue impérieuse ». Après cette merveilleuse explication l'affaire sera classé et obtientra une classification "Top secret". Il faut attendre les années 90 pour que les autorités décident de déclassifier l'affaire du Col De Dyatlov qui sera suivie d'un engouement par la presse et Internet. C'est d'ailleurs cet engouement qui a crée les théories fantasques présentes plus haut. Les autorités Russes, dans cette affaire, ont-ils occulté des faits, ont ils vraiment donné les conclusions ? Et si non, qu'ont ils tenté de couvrir ?

«Si j'avais la chance de poser une seule question à Dieu, ce serait :« Qu'est-ce qui est réellement arrivé à mes amis ce soir-là », raconte Youri Yudin, le 10e membre de l'expédition du destin et le seul survivant. Yudin était tombé malade et était rentré quelques jours plus tôt du voyage.


Nous sommes en 1959 et la Russie commence doucement à respirer après des années de répression Stalinienne. Le Premier Secrétaire, Nikita Khrouchtchev n'était pas Staline et le pays devenait plus libre. Les années 1950 ont connu une explosion d'interêt pour le "tourisme Sportif" : un mélange d'escalade, randonnée et d'aventure. Pour les étudiants qui en étaient friands, le tourisme Sportif était un vrai retour aux sources, un échappatoire à la ville et surtout à l'Etat. Ils partaient à l'aventure dans les coins les plus reculés et sauvages de l'Union sovietique.

Nous nous penchons plus particulièrement sur dix personnes du groupe de l'institut polytechnique de L'Oural. Leur itinéraire était classé "Niveau 3" le plus dangereux, du moins pour cette saison de l'année. Mais le chef du groupe Igor Dyatlov âgé de 23 ans, respecté pour sa maîtrise du ski de fond et de l'escalade ainsi que l’expérimentation du reste du groupe ne donnaient pas une raison de s'inquiéter pour leur expédition. 

Le groupe est composé des personnes suivantes :

Igor Dyatlov (23 ans)
Youri Yudin
Georgy Krivonischenko (24 ans), 
Yury Doroshenko (24 ans)
Zina Kolmogorova (22 ans)
Rustem Slobodin (23 ans)
Nicolas Thibeaux Brignollel (24 ans)
Ludmila Dubinina (21 ans)
Alexander Kolevatov (25 ans)
Alexander Zolotaryov (37 ans).

Le groupe part donc le 23 Janvier 1959 dans leur expedition dans ce qui doit être une traversée d'une semaine vers l'Otorten. Après avoir voyagé en train puis en camion ils arrivent à Vizhai - la dernière agglomération habitée avant le désert enneigé, entre eux et l’Otorten. Ils commencent leur ascension le 27. Le lendemain, Youri Yudin tombe malade et doit donc rebrousser chemin. La suite de leur expédition peut être suivie grâce à leurs journaux personnels et celui du groupe, le "Otorten soir" pratique courante chez les groupes de jeunes pratiquant le "tourisme sportif". 

Pendant trois jours, le groupe a skié et a suivi les chemins de la tribu locale "Les Mansi" pour finir par installer leur camp de base à la lisière des hauts plateaux où ils ont laissé du matériel et de la nourriture pour le voyage du retour. Leur ascension du Col de l'Otorten commence donc le 1 février. Pour des raisons météo le groupe se perd et se retrouve sur la montagne Kholat Syakhl à une altitude juste en dessous des 1.100 m. Ils installent donc leur camp pour la nuit à 17 heures. Selon les écrits dans les journaux personnels, les étudiants étaient tous de bonne humeur. Ces écrits seront les derniers.

Ce n'est que le 20 fevrier que les recherches commencent, en effet le groupe avait prévu de retourner à Vizhai au plus tard le 12 Février, et Dyatlov enverrait un télégramme au club de sport de l'Institut en disant qu'ils étaient bien arrivés. Mais l'institut ne s'est pas inquiété de ne pas recevoir de télégramme à la date buttoir. Ce sont les parents d’élèves qui ont sonné l'alarme. L'institut envoie un groupe de recherche composé d'enseignants et d'élèves suivi de la police et de l'armée.

dyatlo11.jpg

"Nous avons découvert que la tente était à moitié détruite et recouverte de neige. Elle était vide, et les affaires du groupe et les chaussures avaient été abandonnées", a déclaré Mikhail Sharavin, l’étudiant bénévole qui a trouvé la tente. Le camp ne sera découvert que le 26 février.

La tente avait été entaillée de l’intérieur, des taillades permettant à une personne de sortir. Aucune trace de lutte n'était présente sur le camp. Des traces de pas étaient encore présentes dans la neige, certaines faites par des bottes, des chaussettes au bien même nu pied. Aucune trace des étudiants sur leur camps. Les empreintes descendent cinq cents mètres plus bas vers la forêt et ne sont plus présentes ensuite. Les premiers corps sont retrouvé à 1.5 kilomètres du camps. Georgy Krivonischenko et Yury Doroshenko, pieds nus et vêtus de leurs sous-vêtements sont retrouvés à la lisière de la foret. Leurs mains sont brûlées, il y avait un reste de feu près d'eux. L'arbre, un imposant sapin sous lequel les corps sont retrouvés, présente des branches cassées jusqu'à cinq mètres de hauteur

Trois cents mètres plus loin le corps de Dyatlov, sur le dos, le visage regardant dans la direction du camp et serrant d'une main une branche, fut retrouvé. Vient ensuite la découverte du corps de Rustem Slobodin, et à 150 m de lui gisait Zina Kolmogorova. Eux aussi présentent des brûlures aux mains, seul Slobodin portait des lésions autres : son crâne était fracturé.

1349-12-13-dyatlov3.jpg

infoDjatlov.narod.ru - From left, Lyudmila Dublinina, Rustem Slobodin, Alexander Zolotaryov and Zina Kolmogorova posing in early 1959.


Il fallu deux mois de plus pour retrouver les quatre autres étudiants. Nicolas Thibeaux-Brignollel, Ludmila Dubinina, Alexander Kolevatov et Alexander Zolotaryov furent retrouvés à environs 80 mètres du sapin, enterrés sous quatre mètres de neige. Ce furent eux qui eurent la mort la plus violente, Thibeaux-Brignollel avait le crane écrasé, Ludmila Dubinina avait de nombreuses côtes cassées et n'avait plus de langue et Zolotaryov avaient lui aussi de nombreuses côtes cassées.

1349-12-13-dyatlov.jpg

For The St. Petersburg Times - Yuri Yudin hugging Lyudmila Dublinina as he prepares to leave the group due to illness in late January 1959, as Igor Dyatlov looks on.

L'écrivain Igor Sobolyov, qui a enquêté sur les décès, a fait apparaître que certains d'entre eux avaient pris des vêtements sur les corps de ceux qui étaient morts les premiers dans une tentative pour garder la chaleur. Zolotaryov portait le manteau en fausse fourrure de Dubinina et son chapeau, alors que le pied de Dubinina était enveloppé dans un morceau du pantalon de laine de Krivonischenko. Thibeaux-Brignolle avait deux montres au poignet - l'une indiquait 8h14, l'autre 8h39.

Malgré les nombreuses questions en suspens, l’enquête a été close à la fin du mois et le dossier a été envoyé à des archives secrètes. Encore plus mystérieusement, les skieurs et d’autres aventuriers ont été exclus de la zone les trois années suivantes.

Maintenant, pourquoi neufs randonneurs expérimentés quittent leur camps pour la nuit à toute vitesse en allant même jusqu’à découper leur tente pour en sortir plus vite et ne même pas se donner la peine de s'habiller pourtant malgré des températures de moins 20 degrés ? Quelle est donc cette force "Inconnue" qui les a poussés à fuir si vite ? Pourquoi certains ont ils essayé de retourner vers le camp ? Comment quatre des neuf étudiants se sont retrouvés sous quatre mètres de neige

Homme des neiges, Cover Up millitaire, Ovni ? A nous d'en débattre !

Source : http://informateur.creerforums.fr/t26-col-de-dyatlov

Complément : « J’avais 12 ans à ce moment-là, mais je me souviens de l’impact profond que l’accident a eu sur le public, malgré les efforts des autorités pour faire taire les parents et les enquêteurs», affirme Iouri Kuntsevich, directeur la Fondation Dyatlov basée a Iekaterinbourg, qui aujourd’hui essaie d’élucider le mystère.

Au fil des ans, beaucoup de personnes ont essayé de comprendre exactement ce qui s’était passé dans la nuit du 1au 2 Février sur la pente du Kholat-Syakhyl.

http://minuit.forum-actif.net/t871-incident-du-col-de-dyatlov

Les sphères lumineuses : 

"In 1990, the chief investigator, Lev Ivanov, said in an interview that he had been ordered by senior regional officials to close the case and classify the findings as secret. He said the officials had been worried by reports from multiple eyewitnesses, including the weather service and the military, that “bright flying spheres” had been spotted in the area in February and March 1959. ("Le responsable de l'enquête Lev Ivanov a dit dans une interview qu'il a reçu l'ordre par les officiels régionaux de clore l'affaire et de classifier les découvertes secrètes. Il dit que les officiels ont été bousculés par de multiples rapports, incluant les services météo et les militaires, que ces sphères brillantes avaient été vues en février et mars 1959")

“I suspected at the time and am almost sure now that these bright flying spheres had a direct connection to the group’s death,” Ivanov told Leninsky Put, a small Kazakh newspaper. He retired in Kazakhstan and has since died. ("J'ai suspecté tout ce temps et suis sûr maintenant que ces sphères brillantes ont une connexion directe avec la mort du groupe"... Il s'est retiré au Kazakhstan et ensuite il est mort.)

The declassified files contain testimony from the leader of a group of adventurers who camped about 50 kilometers south of the skiers on the same night. He said his group saw strange orange spheres floating in the night sky in the direction of Kholat-Syakhl. (des fichiers déclassifiés contiennent le témoignage du leader d'un groupe d'aventuriers qui compaient à 50 kilomètres au sud des skieurs la même nuit. Il dit que son groupe a vu d'étranges sphères oranges (ça rappelle ce que beaucoup voient en ce moment, sauf que ça date de 1959 !) flotter dans le ciel nocturne en direction du Kholat-Syakhl).

Ivanov speculated that one skier might have left the tent during the night, seen a sphere and woken up the others with his cries. Ivanov said the sphere might have exploded as they ran toward the forest, killing the four who had serious injuries and cracking Slobodin’s skull. (Ivanov spécule qu'un skieur pourrait avoir quitté la tente durant la nuit, vu une sphère et alerté les autres avec ses cris. Ivanov dit que les sphères pourraient avoir explosé quand ils se sont enfuis vers la forêt, tuant les quatre qui avaient de sérieuses blessures et fêlé le crâne de Slobodin).

Yury Kuntsevich, responsable d'une association qui veut toute la vérité sur ce cas, et qui a vu les cadavres, a constaté de visu la teinte brunâtre des visages des cinq premières victimes et des témoignages sur un taux de radiations élevées sur les vêtements. De plus, une expédition sur les lieux assez récente aurait trouvé et ramené un morceau de métal du lieu : les intéressés penchent pour l'utilisation d'une arme secrète soviétique, en 1959, ou d'un système de défense (automatique ?) spécial...

1349-12-13-dyatlov4.jpg

For The St. Petersburg Times - A metal fragment from Igor Dyatlov’s Pass that Kuntsevich believes to be evidence in the case

http://www.sptimes.ru/story/25093

Yves Herbo pour les quelques traduction - A noter : un rapport avec les multiples cas de sphères oranges observées de part de monde de nos jours ? - OVNIs avec une base en Russie depuis au moins 1959 ou armes secrètes russes, mieux développées aujourd'hui ?

MAJ 06-2015 : 2014, La Voix de la Russie refait le point mais 55 ans après le drame, sa cause demeure inconnue. Deux hypothèses sont privilégiées : une avalanche déclanchée par les victimes elles-mêmes (hypothèse Evgueni Bouyanov) et l'hypothèse d'une défaillance d’un missile militaire (hypothèse Piotr Bartolomey). 

Selon Evgueni Bouyanov, lorsqu’ils ont cherché à niveler le terrain pour planter et fixer leur tente, ils ont commis une erreur fatale, en ce sens qu’ils ont atteint la couche de neige. Sous la couche superficielle, durcie par les vents froids, gisaient des sous-couches plus molles. Sans point d'ancrage, celle-ci s’est décroché. Selon l’hypothèse de l’expert, une partie de la coulée de neige a frôlé la tente, suscitant la frayeur chez quatre personnes. Leurs amis, réveillés en sursaut, les ont tout de suite aidés et tous sont descendus de peur d’une coulée de neige. Ceux qui étaient capables de marcher soutenaient leurs copains blessés. Puisque l’entrée de la tente était encombrée par la neige, la bâche a été coupée de l’autre côté. Saisis de panique, ils n’ont pas eu de temps de s’habiller ou de prendre des vêtements chauds et des chaussures. Evgueni Bouyanov est persuadé que les touristes n’avaient pas d’autre issue :

« Leur groupe était en danger mortel, sur ce versant de la montagne ouvert aux tempêtes, il faisait nuit, leur tente était déchirée et recouverte par la neige. Il leur était impossible de creuser rapidement sans pelle pour trouver leurs vêtements. Partir urgemment était nécessaire pour éviter le danger immédiat – mourir à cause du vent ».

L’expert croit qu’après être descendus, les jeunes gens qui n’avaient pas été blessés ont essayé de construire un abri composé de troncs de jeunes arbres et de branches de sapin dans un petit ravin abrité des vents. Ils ont fait un feu pour se réchauffer, mais la lueur du feu ne leur a pas permis de se réchauffer dans l'air glacé. Après cela, trois d’entre eux - Igor Dyatlov, Roustem Slobodine et Zinaïda Kolmogorova - ont décidé de revenir vers la tente bloquée par la neige pour en extraire des vêtements chauds et des équipements nécessaires. Mais ils ont perdu la bataille contre le froid. Les six personnes restées en bas n’ont pas reçu d’aide et sont mortes de froid.

La version proposée par Evgueni Bouyanov correspond en tout point à la conclusion de l'enquête selon laquelle la force majeure irrésistible a entraîné la mort de ces neuf personnes. Pourtant, Piotr Bartolomey, professeur de l'université fédérale de l'Oural et docteur ès sciences techniques, qui apprécie la recherche considérable de son collègue, ne trouve néanmoins pas cette version convaincante. Il s’est rendu immédiatement sur les lieux de la catastrophe avec un groupe de recherche. Ces alpinistes expérimentés n’ont trouvé aucune trace d’avalanche de neige près de la tente du groupe de Dyatlov :

« La tente était fixée verticalement. L’auvent s’était écroulé mais du temps était passé et la neige avait écrasé la tente. Les mâts étaient debout et l’auvent n’était pas déchiré. On a vu une petite lanterne sur la tente qui n’avait pas été touchée par cette "avalanche", et que les tenants de cette version évoquent. On a vu les repas à l’intérieur de la tente. Évidemment, ils voulaient dîner ».

Evgueni Bouyanov explique que les traces d’une avalanche de neige sont absentes parce que le vent fort les a fait disparaître. Néanmoins, le vent a laissé les traces de ceux qui étaient descendus vers la forêt. De plus, des bâtons de ski disposés près de la tente étaient toujours debout. La neige écrasée sur la tente aurait dû démolir l’auvent de la tente. Piotr Bartolomey n’est pas d’accord avec la version selon laquelle le groupe de Dyatlov n’avait pas assez d'expérience et qu’ils avaient atteint la couche de neige, provoquant une avalanche. Selon lui, tous les alpinistes fixent leurs tentes comme cela lors d’une tempête. Il est certain que le groupe de Dyatlov avait été constitué consciencieusement :

« Il n’y avait pas de novices parmi eux. Igor Dyatlov avait une très riche expérience. En février 1958, nous avons été ensemble dans l’Oural Arctique, où les conditions étaient plus catastrophiques. Avant, il avait encadré un trekking dans l’Altaï et dans les monts Saïan. Donc le groupe était expérimenté ».

Piotr Bartolomey est sûr que la chute spontanée de la couche de neige ne pouvait pas semer la panique dans un groupe aussi expérimenté. Ils savaient ce qu’il fallait faire dans une situation pareille. Une raison plus grave et dangereuse a dû leur faire quitter en hâte leur tente. Piotr Bartolomey, le chef de la chaire des systèmes électriques automatisés de l'Université fédérale de l'Oural, avance une cause artificielle à la mort du groupe mené par Igor Dyatlov.

« Nous pensons qu’il s’agissait de la défaillance d’un missile. Enfin, on n’a pas tiré spécialement sur ce lieu, mais il y a tout simplement eu un dysfonctionnement du programme. Le cosmodrome de Kapoustine Iar (terrain secret d'essais militaires de missiles balistiques créé en 1946) se trouve à 1.600 km du lieu de l'accident. Y aurait-il eu des lancements de missiles à ce moment-là ? C'est une information secrète. Dans cette région, il y avait encore des missiles antiaériens С-75, dont la portée est de près de 40 km. À propos, cette fusée a abattu l’avion de Francis Powers. C’est précisément sur l'Oural que se trouvait le bouclier oriental antimissile de l'URSS. Des subdivisions militaires réalisaient ici de grandes manœuvres. Les locaux se rappellent que dans les années 50, il y avait des militaires. C'est un fait réel, mais il n’y a pas de documents qui le confirment. La défaillance d’un missile provoque un éclat, une combustion d’oxygène entraînant une brûlure de la cornée et un étouffement».

Piotr Bartolomey suppose que les touristes, suffoquant, n’ont pas pu ouvrir leur tente. Ils ont coupé et déchiré la toile afin de tenter d’échapper à une mort certaine. Le groupe s’est rué vers la forêt pour trouver de l’oxygène. Dans la nuit noire, chassés par le vent soufflant en rafales, ils ont descendu la pente glacée, sans vêtements adaptés et sans chaussures, même après avoir perdu la vue. Dans cette région, la pente de la montagne abonde en barres rocheuses, recouvertes de neige et qui pouvaient, selon Bartolomey, causer des blessures terribles.

« Ils devaient avoir différentes blessures, parce qu’ils avaient parcouru presqu’un kilomètre sur la pente glacée et que leurs pieds déchaussés les lâchaient. Des pierres sortaient de partout. Il arrive que des alpinistes tombent de deux mètres et se blessent mortellement. La pierre peut sortir de la neige à hauteur de 5 à 7 cm, et on peut se casser la tête dessus. Ce sujet se discute, mais je sais par expérience personnelle que cela se produit régulièrement».

Là-dessus, le vent et le froid ont produit leur effet. Si tous les touristes avaient pu redescendre sains et saufs, ils auraient eu une chance de revenir à la tente, de se réchauffer et de survivre. Mais ils avaient trois compagnons grièvement blessés qu’ils ne pouvaient pas laisser. L’idée de les abandonner n’effleura pas l’esprit d’Igor Dyatlov, Zinaïda Kolmogorova, Roustem Slobodine, Iouri Dorochenko, Iouri Krivonichtchenko, et Alexandre Kolevatov une seule seconde. Les deux Iouri, s’écorchant les mains, cassaient les branches et allumaient le feu. Sacha soignait les blessés, préparant pour eux un sol chaud en branches de sapin. Igor, Roustem et Zina partirent vers la tente, comme si c’était leur dernier voyage. Mais ils ne pouvaient pas abdiquer sans combattre, ils étaient élevés ainsi...


Source : http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2014_10_25/La-cause-de-la-mort-des-9-skieurs-de-Dyatlov-reste-mysterieuse-55-ans-apres-les-faits-4559/

 

Yves Herbo pour les quelques traductions - S, F, H, 07-2012, up 06-2015