Sciences

Articles traitant de recherches ou de découvertes scientifiques, ainsi que de théories, études ou témoignages

Découvert il y a 11 ans, le tunnel de Theotihuacan conserve encore des secrets

Découvert il y a 11 ans, le tunnel de Theotihuacan conserve encore des secrets

Pyramide serpentaplume

J'en avais déjà parlé en janvier, puis en avril et mai 2014, les découvertes sous la pyramide du Serpent à Plumes de la mystérieuse cité de Teotihuacán, dont les datations d'origine (pas celles de l'abandon qui sont approximativement connues) sont toujours très controversées d'ailleurs... en avril, les archéologues avaient trouvés des centaines de pierres en sphères de différentes dimensions, constituées principalement de pyrites, et en mai, 3 chambres avaient été décelées... le travail de déblaiement a permis de trouver un nombre incroyable d'objets (offrandes ?) mais le projet est prolongé jusqu'en 2015 vu l'étendu du souterrain...

Tunnel theotiuacan

C'est en 2003 qu'un très long souterrain a été découvert à proximité de l'une des trois principales pyramides de la cité millénaire de Teotihuacán, la plus petite des trois d'ailleurs, mais la plus célèbre car il s'agit de celle dite "du Serpent à Plumes". Les deux plus grandes, dans l'ordre, sont celles du Soleil et de la Lune.

Pyramide serpentaplume tunnel

C'était suite à de forte pluies que l'entrée du souterrain avait été découverte, et les études ont permis de constater qu'il menait, avec 103 mètres de longueur et à une profondeur de 18 mètres, sous le centre de la pyramide du Serpent à Plumes. Il est très difficile de savoir à partir de quelle date ce tunnel a été construit, mais on sait qu'il a été fermé et caché il y a environ 1.800 ans, vers 200 après J.C. par les habitants de la ville, on ne sait pas pourquoi d'ailleurs, tout comme on ne sait toujours pas pourquoi la ville a été complètement abandonnée entre les 6 et 7ème siècle après JC, 350 ans après la fermeture de ce souterrain donc, et que ses milliers d'habitants (estimés entre 200.000 et 100.000 !) se sont littéralement volatilisés historiquement...

Pyramide serpentaplume tunnel2

Quoiqu'il en soit, lorsque les Aztèques sont arrivés sur les lieux vers le 15ème siècle après JC, vers 1.400 de notre ère donc, ils ont été impressionnés par les ruines et ont imité en grande partie l'architecture découverte par la suite, et ce sont eux qui ont nommé ainsi la "Cité des Dieux" et ont réparé certains édifices, sans jamais découvrir le souterrain en question d'ailleurs.

Pyramide serpentaplume tunnel3

Très récemment, des publications ont enfin commencé à révéler ce que les chercheurs avaient trouvé après des années de fouilles et de déblaiements. Ils espéraient en avoir fini d'ailleurs cette année 2014, mais le nombre d'artefacts découverts et certaines zones encore mal dégagées, qui devraient mener probablement, selon des archéologues, à des chambres funéraires cachées sous le centre de la pyramide (et renfermant probablement les principales élites ayant fait ériger la cité et monuments, il y a des milliers d'années) promettent encore une pleine année de travail pour 2015...

Statuette theotiuacan

Ce sont au minimum 50.000 à 70.000 artefacts qui ont été déterrés dans cet étrange tunnelDes pointes de flèches, des coquillages, des statues, des poteries, des os d'animaux, des graines, des ornements en jade et des pierres d'obsidienne (utilisées souvent comme outils tranchants). Des fragments d'ambre, des objets en bois et des balles en caoutchouc ont également été découverts à l'intérieur du tunnel. Les anthropologues dépêchés sur les lieux tentent déjà d'interpréter certains de ces objets pour mieux comprendre le peuple inconnu qui a construit cette immense cité.

Coquillage grave theotiuacan1

C'est plus de 970 tonnes de terre et de pierres qui ont été dégagées pour explorer ce souterrain très étrange : 18 murs de pierres et d'argile, éparpillés en zigzag à travers tout le tunnel, évoquent la forme d'un serpent. De nombreuses empreintes de mains et de doigts sont visibles dans cet argile. Les archéologues supposent que ces murs ont été bâtis en dernier, pour bloquer l'entrée de chambres funéraires enterrées plus profondément, sous la base de la pyramide (il faudra donc enlever certains murs pour découvrir ces entrées situées en-dessous).

Coquillage grave theotiuacan2

Au bout du tunnel se trouve trois chambres. On ne sait pas encore ce qu'elles contiennent, mais elles pourraient renfermer des éléments-clefs pour comprendre la façon dont était gouverné cet empire. On pourrait en savoir plus sur son système hiérarchique, et plus généralement sur la façon dont Teotihuacán a été construite, ou plus simplement une partie de sa culture, à défaut de ses origines.

Coquillage grave theotiuacan3

L'INAH estime qu'il a déjà été investi 1 million de dollars depuis 2009 sur cet immense projet, nommé « Tlalocan : Voyage aux Enfers », utilisant notamment des mini-robots autonomes, les "Tlalocs" de l'Institut National Polytechnique, ou IPN...

Vase theotiuacan1

« Tandis que nous avançons dans ce processus d'exploration, nos découvertes sont de plus en plus nombreuses, riches et variées, » a déclaré Sergio Gómez dans un communiqué. Il a ajouté que les archéologues avaient découvert plus de 4 000 objets en bois parfaitement conservés, plus de 15 000 graines de différentes plantes, et des restes de peau, qui pourraient avoir une origine humaine et qui font l'objet d'une analyse. »

Vase theotiuacan2

Le tunnel a été très probablement considéré à l’époque comme un passage vers l’inframonde, le monde sacré des morts. " La profondeur de cette galerie aurait permis, d’après Sergio Gomez, de "maintenir en permanence un fond d'eau". En effet, les mythes décrivent l’inframonde comme un univers doté d’une géographie sacrée métaphorique qui lui est propre. Ce monde possède des cours d’eau, des montagnes et même son propre ciel. Les parois du tunnel avaient été conçues pour représenter le ciel. En effet, une poussière composée de minéraux brillants, présente sur les murs, illumine le tunnel dès qu'on y allume une torche ou une source lumineuse. " Cela fait comme si vous regardiez le ciel et les étoiles briller ", a expliqué Sergio Gomez.

Gravure1 theotiuacanGravure2 theotiuacan

des gravures d'un dieu et un morceau de bouclier ou de disque de pierre ?

Les découvertes sont toujours en train d'être classées, mais on dénote quatre grandes statues anthropomorphiques de pierre verte, des douzaines de coquillages du Golfe du Mexique, du jade qui aurait été importée du Guatemala, des os et des poils de félins. Des centaines de petites pierres vertes rondes et polies.

Sources : https://news.vice.com/article/thousands-of-precious-objects-unearthed-in-ancient-mexican-city-of-teotihuacan

Autres articles liés : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-robot-tlaloc-ii-tc-decouvre-trois-chambres-funeraires-a-teotihuacan.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-robot-tlalocii-tc-fait-d-autres-decouvertes-a-teotihuacan.html

 http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/mexique-les-decouvertes-archeologiques-s-enchainent.html

Colliers croix theotiuacanPointesfleches theotiuacan

des colliers, dont un avec une sorte de croix inédite pour la période et le lieu, des pointes de fléches

Pierres yeux theotiuacanSpheresnoire theotiuacan

des pierres-yeux et une sphère noire percée

Sphererouge theotiuacan

une sphère rouge ou une balle en caoutchouc ?

Yves Herbo traductions, Sciences, F, Histoires, 08-11-2014

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 5

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire Part 5

Pulsarx

Partie 1 ici

Partie 2 ici

Partie 3 ici

Partie 4 ici

Reconstruire les civilisations lointaines et rencontrer des cultures étrangères extra-terrestres par Douglas A. Vakoch - NASA - (Extraits choisis traduits) : Partie 5

Chapitre 8

Anthropologie à distance
SETI et la production de connaissances dans la rencontre avec un Extraterrestre Différent
par John W. Traphagan

Pendant une bonne partie de son histoire, l'anthropologie a explicitement porté son regard intellectuel sur la compréhension des autres, apparemment "Etrangers" (alien), dont les langues, les croyances, les modes de vie et les structures sociales ont été considérés comme éloignés des sociétés de l'industrie de l'Ouest - l'Angleterre, la France, l'Allemagne et les États-Unis, où la discipline s'est développée. Dans les années de l'invention de l'anthropologie, les ethnographes n'ont pas eu normalement la capacité d'être en contact direct avec les autres personnes qui ont fait l'objet de leurs études. En effet, les premiers anthropologues "fauteuil" du 19ème siècle, tels que James Frazer, EB Tylor, et Lewis Henry Morgan (bien que Morgan effectuera aussi une certaine collecte directe de données chez les Iroquois en plus du fauteuil comme variété de la recherche), ont travaillé dans des conditions pas tout à fait différentes de ceux des chercheurs du SETI aujourd'hui; les limitations de la technologie (en particulier les transports et technologies de communications) ont considérablement limité les types d'interaction accessibles aux chercheurs en sciences sociales, intéressés à communiquer et à comprendre un autre (être) lointain. La communication a été lente, nécessitant des semaines ou des mois pour les anthropologues aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, pour demander et recevoir des informations de personnes (souvent des missionnaires religieux) vivant dans des endroits éloignés alors. Lorsque les données ont été finalement reçues, telles que les données de parenté recueillies par Morgan au milieu du 19e siècle de nombreuses parties du monde, l'interprétation était fondée en grande partie sur les cadres théoriques et les hypothèses qui avaient décidément une teinte spécifiquement occidentale, le darwinisme social et l'évolution culturelle d'une variété de Spenceristes, avec leurs fondements théologicaux ouvertement associés à des progrès. Ces cadres et hypothèses étaient difficiles à tester en utilisant les méthodes de contact direct et l'observation participante qui deviendront plus tard la fondation de la recherche ethnographique.

Bien que le style de l'anthropologie fauteuil du 19ème siècle a été remplacé par une enquête ethnographique au début du 20e siècle, les instances de l'anthropologie à distance ont continué à se produire, avec la tentative la plus notable étant celle de Ruth Benedict de développer une compréhension de l'apparence - aux yeux américains - des extrêmement étrangers japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, menée sous les auspices du gouvernement américain et publiée en 1946 comme le Chrysanthème et le Sabre.

Dans ce chapitre, j'explore une voie par laquelle l'anthropologie et, plus particulièrement, la sous-discipline de l'anthropologie culturelle ou sociale peut contribuer à la recherche SETI. Michael AG Michaud a noté que les sciences sociales sont un domaine de la recherche intellectuelle qui n'a pas été suffisamment exploité en référence à SETI. Ici, je voudrais suggérer que l'un des moyens les plus puissants des sciences sociales en général et de l'anthropologie en particulier, peuvent contribuer à SETI est par l'analogie, en utilisant une analyse de sa propre histoire de l'anthropologie du contact comme un cadre de réflexion sur le contact potentiel avec une civilisation extraterrestre. Bien qu'il soit extrêmement important de concevoir un modèle et le type de contenu du message interstellaire que nous pourrions construire, il est tout aussi important de considérer le contexte de l'interprétation dans lequel un tel message sera transmis et interprété, ainsi que la façon dont toute réponse pourrait être interprétée par les scientifiques et les autres sur la planète Terre. Plutôt qu'un simple un acte de découverte, le premier contact avec toute intelligence extraterrestre permettra également de créer un nouveau contexte dans lequel la connaissance est générée et comprise. Le contexte de premier contact sera formé sur la base de données très limitées et, inévitablement, interprétées à travers le prisme de nos propres cultures et des cadres théoriques qui sont en vogue parmi les intellectuels et autres au contact à ce moment.

D'abord pour expliquer ce point, je vais considérer le type de «l'anthropologie à une distance" évidente au début et, dans une moindre mesure, à un âge moyen de la discipline, en se concentrant sur le travail de Ruth Benedict pendant la Seconde Guerre mondiale comme un exemple de la façon dont l'interaction complexe entre les hypothèses, les données et les interprétations erronées peuvent parvenir à établir une connaissance reconnue et la compréhension d'une civilisation extraterrestre. Le point central de ce chapitre est que le Japon, en tant que culture et civilisation, n'a pas été simplement révélé par Benedict; c'était à bien des égards créé à partir de cette interaction, au moins autant que le point de vue américain est concerné (et, bien que pas particulièrement pertinent dans cet article, dans une certaine mesure, le point de vue japonais aussi). Je ferai valoir que le premier contact et interaction ultérieure entre les extraterrestres et les humains (y compris les chercheurs de SETI, des politiciens, des universitaires à l'extérieur du SETI, et le grand public) impliquera une production similaire de la connaissance de l'autre étranger. La conscience de ce risque et la capacité de penser par réflexe sur notre propre rôle dans la construction d'une culture étrangère, en particulier lorsque de grandes distances et des retards sont insurmontables avec la technologie actuelle, sont d'une importance fondamentale pour réduire le risque de malentendus et de mauvaises interprétations.

Ruth Benedict et l'invention de la culture japonaise

L'anthropologue Marvin Harris a noté que les débuts de l'anthropologie se trouvent dans l'inspiration des sciences naturelles et de la méthode scientifique. Lors de la fondation de l'anthropologie il y a eu une hypothèse disant que les processus socioculturels sont régis par des «principes légitimes» qui peuvent être compris en termes de causalité et qui sont détectables par un observateur. Les premières formulations sur la culture sont nées de la recherche de chercheurs qui ont vu des cultures distinctes comme des entités relativement bornées, et ils ont postulé la culture comme largement déterministe, façonnant fondamentalement les comportements et les habitudes des personnes habitant un contexte particulier. Beaucoup de travail récent tend à voir la culture comme fluide avec des limites très perméables (si on peut vraiment penser en termes de frontières sur tout), le conceptualise comme un processus d'invention dans lequel notamment les «cultures» découlent d'une dialectique intersubjective entre l'individu et son environnement social, l'anthropologue n'est pas éloigné de ce processus, mais, au contraire, peut prendre une part active dans l'invention d'une culture particulière, comprise comme une catégorie d'analyse ainsi que dans un encadrement populaire d'un groupe social particulier par la traduction, l'interprétation et en écrivant sur ce qu'il observe, ainsi que par l'interaction quotidienne associée à l'activité de terrain.

Nulle part, peut-être, se trouve la question la plus évidente de l'anthropologue lui-même comme instrument de recherche que dans les études que Ruth Benedict a mené pendant la Seconde Guerre mondiale sur la culture japonaise. Pour commencer, le travail de Benedict est, si ce n'est pas exactement de l'anthropologie dans un fauteuil, une expression des derniers jours dit «l'anthropologie à distance». Comme la plupart des anthropologues et autres chercheurs qui travaillent sur le Japon le savent, Benedict a reçu une commande au début des années 1940 par le gouvernement des Etats-Unis pour fournir un rapport qui pourrait expliquer le comportement japonais et pourrait donc être utilisé pour prédire les réponses de l'ennemi au cours de ce qui était, en 1944, l'Invasion anticipée du Japon. En d'autres termes, son travail consistait à être un guide explicatif du projet d'ingénierie sociale qui allait devenir l'occupation du Japon.

Considérablement moins connu du grand public, et même auprès de certains chercheurs ayant des intérêts dans la culture japonaise, est de savoir comment la recherche de Benedict a été faite. Tout d'abord, Benedict n'a pas procédé à une étude de la culture ou de la société japonaise à travers des méthodes ethnographiques traditionnelles de l'observation participante; à la place, en raison de la guerre, elle a été forcée de se tourner vers ce qui semblait être la meilleure chose - les Américains d'origine japonaise qui ont été internés dans des camps d'internement dans le désert du sud-ouest. Évidemment, avec le recul, ceci devrait soulever des drapeaux rouges sur l'étude de Benedict. Comme Eiko Ikegami l'a récemment souligné, les sujets de recherche de Benedict, face à une figure d'autorité représentant le même gouvernement qui les avait enlevés de leurs maisons et les avait emprisonnés dans les camps, étaient «passifs et prudents dans leurs réponses à ses questions." Intéressante, cette question n'a pas été abordée par la plupart des chercheurs qui ont examiné le livre de Benedict; quelques-uns ont noté le problème, mais en général, il a été négligé ou ignoré. C'est seulement récemment que la discussion ouverte a résulté sur la façon dont la recherche de Benedict contient des conclusions erronées en partie parce que les conditions de sa collecte de données ont été limitées par son incapacité à établir un contact direct avec des personnes dans un contexte culturel japonais.

Pour mes fins ici, il est important de ne pas entrer dans les détails sur les erreurs d'interprétation et empiriques qui existent dans le chrysanthème et le sabre. Ryang note de nombreux problèmes et démontre que le développement de Benedict sur des données linguistiques du japonais n'est pas pris en charge soit par des données sociologiques ou historiques. Elle a tendance à choisir des mots de ses informateurs et de la littérature sans contexte avec les termes ou la compréhension de la façon dont ils sont utilisés par la conception japonaise, mais dans son travail, ces termes ont tendance à devenir des mots-clés pour représenter et comprendre la culture et le comportement japonais. Plus important que les erreurs spécifiques à la recherche de Benedict est le fait qu'elle adopte une approche totalisante pour représenter le Japon : des mots spécifiques, des idées ou des concepts évidents dans des sources telles que la littérature japonaise sont utilisés pour expliquer largement, souvent en un seul coup de pinceau, tout ou la plupart des éléments du comportement japonais. Dans le cadre de cette approche il y a une conséquence du cadre théorique que Benedict utilise, ainsi qu'un manque général de données empiriques détaillées sur le Japon, sur lequel fonder ses conclusions.

Alors les défauts de l'étude sont importants, un point plus saillant est que le chrysanthème et le sabre devient, comme le note Ryang, " paradigmatique, joue un rôle crucial dans les discours de l'après-guerre des sciences sociales sur le Japon " à la fois entre les études japonaises et les non-japonaises, en effet, si complète a été l'hypothèse que Benedict avait présentée avec précision la culture japonaise qu'il a été rarement noté que sa recherche n'avait pas porté sur des Japonais. Les attitudes à l'égard du Le chrysanthème et le sabre au moment de sa publication sont résumées dans une revue de 1947 écrite par John Embree, lui-même anthropologue bien connu du Japon, dans lequel il déclare : "Le Dr. Benedict, avec les mots doux d'un esprit rusé, entraîne le lecteur dans la forêt du Japon et avant qu'il le sache, elle l'a ensorcelée en lui faisant croire qu'il comprend et connaît chaque racine et branche de la culture japonaise".

Quand j'ai lu ce commentaire, je pensais que c'était peut-être sarcastique, mais tout au long de l'examen, seule la critique du livre de Benedict par Embree montre ses réelles préoccupations sur son incapacité à reconnaître que le Japon est une vieille culture tandis que les Etats-Unis en est une nouvelle, faisant elle-même plutôt une observation douteuse depuis que le Japon a subi une transformation sociale radicale dans la deuxième moitié du 19e siècle. Il poursuit en déclarant, « Le frontalier et le nomade sont plus susceptibles d'être des fanfarons individualistes que le paysan lié à un village qui doit faire face à son même voisin jour après jour... Un homme d'une ancienne culture paysanne comme les Japonais est susceptible d'être plus méticuleux dans son étiquette et le sens du devoir de réciprocité. » De l'avis de Embree, Benedict  nous a permis de gagner l'entrée dans une presque impénétrable " forêt " culturelle très différente de la nôtre, car c'était une société «paysanne» sur la base de l'organisation sociale du village (je ne suis pas tout à fait sûr de savoir où Tokyo et Osaka entrent dans cette forêt) par opposition à l'organisation sociale américaine individualistique urbaine. Et elle l'a fait tout en traitant avec des limitations considérables, qui étaient inévitables au moment de sa recherche.

Intéressant encore, dans un autre commentaire, où il compare le livre de Benedict à un livre par Andrew W. Lind sur les communautés japonaises à Hawai'i, Embree prend pour accordé l'idée que Benedict n'a, en fait, qu'explicité les modèles culturels japonais et les comportements par le biais de son étude. En effet, Benedict, en identifiant bien clairement son travail de terrain local, représente en fin de compte son travail comme si il était sur le japonais plutôt que sur le peuple japonais-américain et ses valeurs culturelles, et, ainsi qu'il ressort de l'examen de Embree et ceux des autres Chercheurs de l'époque, cette représentation a été largement incontestée, bien que John Morris dans sa revue de 1947, souligne que « dans des circonstances normales, aucun ne songerait à écrire un livre sérieux sans passer d'abord un temps considérable à observer de première main le comportement réel des personnes concernées ". Morris met rapidement ce problème de côté et salue le chrysanthème et le sabre comme « le livre contemporain le plus important jamais encore écrit sur le Japon. Ici, pour la première fois, est une tentative sérieuse pour expliquer pourquoi les Japonais se comportent comme ils le font. "

Ces exemples démontrent clairement que le chrysanthème et le sabre est devenu, comme il est indiqué ci-dessus, la pierre angulaire de l'ethnographie, et non ethnographique, le corpus de l'érudition occidentale sur le Japon, malgré son manque de données empiriques fiables. Les contemporains de Benedict ont en grande partie pris son travail à la valeur nominale et ont accepté comme une donnée l'idée qu'elle avait réalisé une étude de la culture japonaise. Les problèmes inhérents à avoir à faire de l' "anthropologie à distance " ont été négligés par les collègues de Benedict et par beaucoup de ceux qui se sont intéressés à la culture japonaise; au lieu d'être remis en question, son livre a façonné les grandes questions qui se posent et les études produites par les "Japanologistes", plus particulièrement l'accent sur la psyché japonaise ou de la personnalité (ego) qui a dominé la recherche sur le Japon dans les années 1990 et continue à présent. Depuis les années 1980, les anthropologues ont commencé à se déplacer loin de la construction de Benedict sur la culture japonaise, mais son travail a été cité des centaines de fois et continu à être cité, en particulier dans les études psychologiques interculturelles, non pas comme un livre sur les Américains d'origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi un livre sur les Japonais et leur essence culturelle.

Essentiellement, la publication du chrysanthème et le sabre a lancé un processus par lequel le concept occidental de la culture japonaise a été inventé. Le travail de Benedict a identifié ce qui pourrait être considéré comme directement ou indirectement les éléments de base et les valeurs fondamentales associées à la culture japonaise et la psyché japonaise pour les années à venir, et une grande partie de la recherche produite pendant cette période a supporté les conclusions de Benedict. Comme les gens lisaient et ont suivi son travail pendant d'autres recherches, l'analyse, et la publication, sur un sens de la culture japonaise et du comportement japonais étant précise et complètement représentée dans les idées basiques formulées par Benedict ont prévalu dans les communautés de chercheurs travaillant dans des domaines tels que la psychologie culturelles croisée et la communication interculturelle, ainsi que dans la communauté plus large de non chercheurs qui étaient tout simplement intéressés par le Japon. En bref, la "prise à distance" de Benedict sur le Japon est devenu le Japon lui-même, pour beaucoup, et peut-être la majorité des Américains dans la plus grande partie de la deuxième moitié du 20e siècle. Cette influence ne peut pas être surestimée: le travail de Benedict était au centre de l'approche du gouvernement américain pour la réorganisation et l'ingénierie de la société japonaise après la guerre et a été largement lu par un public Américain intéressé à comprendre l'ennemi qu'ils venaient de conquérir et donc le pays qu'ils occupaient maintenant.

Biensûr, ce qui a été créé n'était pas une véritable compréhension du Japon, si une telle compréhension de toute culture est effectivement possible. Plutôt, ce qui a été créé est une notion de la culture japonaise qui reflète les valeurs et les orientations psychologiques, en mettant l'accent sur le concept de la honte qui semblait important pour Benedict. En effet, le livre est une application des théories qu'elle a développé dans un ouvrage antérieur, les modes de culture, dans laquelle elle avait l'habitude d'idiomes psychologiques (mais pas freudiens dans leur nature) comme un moyen de créer des configurations ou des catégories de types culturels qui, à leur tour, ont été imprimées dans les esprits de ceux qui vivent dans un milieu culturel particulier. En d'autres termes, la compréhension de Benedict sur la façon dont la culture fonctionne et comment la culture doit être considérée comme une conséquence directe du contexte académique, avec son intérêt dans la psychologie, dans laquelle elle a été formée à Columbia dans les années 1920, et qui a continué à être importante à concentrer dans sa carrière développée.

Conséquences de l'anthropologie à distance pour SETI

Cette incursion dans l'histoire de l'anthropologie a une incidence directe sur la façon dont nous pourrions penser à une rencontre avec une civilisation technologique extraterrestre. Les conditions de guerre en vertu de laquelle Benedict a mené ses recherches ont éliminé la possibilité de faire une vraie ethnographie sous la forme de l'observation participante et sur le terrain à long terme. En effet, peu de données qu'elle a invoqué ont été effectivement perçus par elle; à la place, elle a emprunté des données collationnées par l'anthropologue psychologique Geoffrey Gorer sur des Américains d'origine japonaise internés dans les camps de relocalisation pendant la guerre ainsi que les données recueillies par un autre anthropologue psychologique, Weston La Barre, bien qu'elle recueille certaines données d'entrevues de ses proches.

Comme noté ci-dessus, étant donné le manque de données empiriques et les ressources scientifiques limitées disponibles sur la culture japonaise et leur comportement, ainsi que sa tendance générale à souligner (orienté psychologiquement) une théorie sur les données, Benedict a essentiellement pris le peu qu'elle avait et a travaillé dans le théorique cadre qu'elle avait développé dans son livre précédent, les modes de culture, qui catégorisait les cultures amérindiennes sur la base de traits de personnalité associés à un groupe particulier de personnes. L'étude de Benedict du Japon, de loin, a mis en mouvement une conceptualisation du Japon et du peuple japonais qui a influencé la recherche et l'élaboration des politiques liées à la société jusqu'à nos jours. Et une grande partie de ce qu'elle a écrit est avéré être une représentation / explication très simpliste de la culture japonaise ou fondamentalement inexact; mais son travail continue d'être encore influent.

Si nous nous tournons vers un peu de spéculation au sujet de notre rencontre initiale avec une intelligence extraterrestre, il est difficile d'imaginer qu'un processus analogue se produise. Les premiers scientifiques à rencontrer un signal d'une intelligence extraterrestre seraient susceptibles de recevoir une quantité limitée de données. Si nous capturons simplement un signal qui ne vise pas directement à attirer l'attention d'une civilisation étrangère (comme la nôtre), alors il peut être extrêmement difficile de développer une idée claire de ce que nous regardons. Ce n'est pas simplement une question de traduction; même si nous pouvons trouver des significations spécifiques à des constructions linguistiques qui correspondent à quelque chose dans notre propre langue, nous n'aurons pas de cadre culturel pour interpréter la façon dont ces significations sont applicables à une société étrangère. Même les mathématiques, le langage de la science, ne sont pas sans leurs propres difficultés en termes d’interprétation. Dans le cas de Benedict, qui savait qu'elle avait affaire à une autre société humaine qui avait les mêmes structures de base (bien que différentes dans leurs manifestations) que la société américaine - les systèmes liés à la religion, la parenté, le gouvernement, etc., un manque de données suffisantes et une tendance inhérente à adapter une culture étrangère dans un cadre qui fait sens pour un esprit américain ont entraîné une vision de la culture japonaise le long de lignes particulières qui ont eu beaucoup de flux.

Les choses font que, sans une compréhension d'une culture extraterrestre, l'une dérivant de données pures rigoureusement analysées - nous interpréterons ce que nous trouvons en termes de valeurs, de structures et de modèles de comportement associés à notre propre culture (cela-même est une idée problématique car il n'y a pas qu'une culture humaine sur Terre). À certains égards, nous avons déjà commencé ce processus dans notre tentative raisonnable de penser sur la nature des ETI - la notion d'une asymétrie de l'âge entre les ETI et nous-mêmes est basée sur l'hypothèse que le taux du progrès sur Terre devrait être assez standard ailleurs. Toutefois, étant donné les différences qui existent entre les cultures humaines en termes de comment nous percevons interprétons et classons notre environnement, il est raisonnable de penser qu'une société véritablement étrangère consisterait en des êtres qui font ces choses de façon contraires à celles de l'homme. Peut-être que ces différences, lorsqu'elles sont combinées avec une biologie distincte, conduisent à des taux de développement beaucoup plus rapides, ou beaucoup plus lents, que cela n'a été le cas sur Terre. La capacité de «faire» la culture d'une manière relativement uniforme entre les êtres humains, même avec toutes les différences que nous trouvons dans comment la culture est faite spécifiquement, est fortement tributaire d'un ensemble commun sur les organes des sens. Les études neurologiques ont montré que des expériences différentes et des formes de stimulation au cours du processus de développement façonnent les connexions entre les neurones et influent donc sur la construction des réseaux de neurones qui sont à la base du comportement humain et de la pensée. A quoi une "culture" ressemble lorsqu'elle est appliquée à un être avec des organes différents des sens et, éventuellement, un environnement naturel et social très différent du nôtre ?

Si le premier message que nous rencontrons se trouve être une tentative délibérée de la part d'une civilisation extraterrestre de contacter une autre espèce intelligente, alors il est raisonnable de penser qu'un tel message sera limité dans le contenu. Douglas Vakoch note que les peu de messages que les humains ont déjà envoyés dans l'espace ont été plutôt limités, et un peu déformés, en termes de représentation de notre propre civilisation, montrant principalement les côtés lumineux de l'humanité et en ignorant les problèmes sociaux tels que la guerre et la pauvreté. Même si les extraterrestres tentent de se représenter d'une manière objective eux-mêmes, tout message intentionnel que nous recevrons aura presque certainement des qualités subjectives et représentera une civilisation extraterrestre d'une manière qui va influencer la façon dont nous construisons une compréhension de leurs messages et, au-delà, de leur civilisation.

En regardant le type de communication reçu, nous, les humains, serons plus incroyants de pouvoir recevoir un message et simplement le prenons à sa valeur nominale sans spéculer sur la nature de ceux qui l'ont envoyé. Benedict, comme les anthropologues de fauteuil avant elle, était une interprète qualifiée et théoricienne de la culture et du comportement, mais avec les conditions de sa recherche sur le Japon et son manque de compréhension de la langue japonaise, il était difficile pour elle de se faire une image précise de la culture et des personnes sur lesquelles elle a écrit. En outre, ses intérêts subjectifs dans un cadre théorique particulier ont influencé sa gestion des données qu'elle a pu obtenir et l'ont amenée à organiser sa compréhension du Japon d'une manière qui corresponde à ses hypothèses sur la façon dont fonctionnent les cultures. Cela est compréhensible, surtout quand on a affaire à des données limitées. Toutefois, ce processus ne sera pas limité à quelques chercheurs et décideurs, et progressivement libéré au public.

Au lieu de cela, comme Seth Shostak le souligne, lorsque le contact se produira, la connaissance de l'événement deviendra rapidement évidente à un large public, probablement bien avant que les scientifiques du SETI soient même certains que le signal est vraiment venu d'un contact d'une intelligence extraterrestre intelligence. Cela deviendra largement connu et réfléchi par les experts des médias bien avant que les anthropologues et autres scientifiques, dont l'expertise est l'interprétation de différentes cultures, soient en mesure de comprendre et d'analyser le contenu qui pourrait exister dans un signal. En bref, l'invention d'une culture étrangère commencera presque à l'instant où le contact est fait.

Si jamais nous recevons un message d'une intelligence extraterrestre, nous serons confrontés au même problème que Benedict et les anthropologues antérieures du travail à distance ont rencontré : des données limitées. En outre, nous allons faire face au problème d'un décalage dans le temps, mais pas un décalage de plusieurs mois vécus par les anthropologues en fauteuil du 19ème siècle. Au lieu de cela, nous allons faire face à des décalages d'années, de décennies, de siècles ou de millénaires entre le message et la réponse. Si nous pensons à l'étude du Japon, qui a été si fortement influencée par le travail de Benedict, même si l'accès à de nouvelles données a été facilement disponible au cours des 60 dernières années, il est facile d'imaginer comment de longues périodes avec peu ou pas de données pourraient conduire les humains à créer une image d'une civilisation extraterrestre basée en grande partie sur nos propres théories et expectations sur la façon dont la culture et le comportement agissent. Michaud note que les scientifiques "ne doivent pas laisser la croyance ou la préférence triompher sur des preuves", mais dans le cas des extraterrestres, ce sera un défi difficile. En effet, la grande majorité de ce que nous allons "connaître" des ET, si le contact se produit, sera nos propres inventions fondées sur des données très limitées et qui seront ensuite élaborées au cours des longues périodes d'attente entre les contacts. (p141)

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 6

Ancient Aliens Saison 6 - MAJ désordre ep.  17-18

Ancientaliensserie mini

Ancient Aliens ou Alien Theory est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 6 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Saison 4

Saison 5

Ancientaliensserie

Ancient Aliens - Alien Theory - S06E01 - Les mystères du Chiffre 3 HD (FR)

S06E01 - Titre original : « The Power of Three » - La Vénération pour le nombre trois remonte à des milliers d'années, et peut encore être trouvée aujourd'hui dans l'art, l'architecture, la science, la littérature et la religion. Qu'est-ce que ce nombre qui continue de fasciner l'humanité ? Ce motif récurrent pourrait-il contenir un message profond ? Les anciens Égyptiens croyaient que la conception des trois pyramides de Gizeh venait des dieux. Diverses cultures à travers le monde ont adoré des êtres divins qui ont régné comme omniscient en triades. Isaac Newton a recherché les secrets de l'univers dans une ancienne tablette qui décrivait la puissance du nombre trois. Même le code de notre ADN est écrit dans un modèle de trois. La combinaison de tous les trios et trinité intégrés à travers le monde mythique et religieux pourraient suggérer que le pouvoir des trois permet en quelque sorte à l'humanité de se connecter avec le divin ou comme certains voudraient le croire, avec les forces extraterrestres? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien Theory - S06E02 - Les Cranes de Cristal HD (FR)

S06E02 - Titre original : « The Crystal Skulls » - Reliques lumineuses en forme de crânes humains. Objets d'un autre monde censés maîtriser les secrets de l'univers. Est-ce que les crânes de cristal font partie d'un canular ? Ou possèdent-ils plutôt une grande puissance qui peut-être même d'un autre monde ? Les Crânes de Cristal sont parmi les d'objets antiques les plus controversés. Même s'il y a eu littéralement des centaines de crânes de cristal trouvés partout dans le monde, d'après la légende, il y en a seulement treize qui sont censées détenir un pouvoir mystique impressionnant dont les secrets seront révélés quand les crânes seront réunis pour former une grille mondiale. Cette soi-disant « réunion des crânes» pourrait-elle éveiller la connaissance sacrée des dieux? Connaissances qui ont été cachées à l'humanité depuis des milliers d'années? Et si oui, les crânes en cristal vont révéler la vérité sur notre passé extraterrestre, ou nous offrir un aperçu de notre avenir ? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien theory - S06E03 - La Connexion Anunnaki HD (FR)

S06E03 - Titre original : « The Anunnaki Connection » - Est-ce que les Anunnakis sont réels ? Sont-ils des extraterrestres ? Où font-ils parties d'un plus grand plan ? Les « Anunnaki » sont les principaux acteurs dans un paradigme faisant son chemin dans le folklore populaire, par le travail rendu par Zecharia Sitchin, un économiste de l'éducation et de profession, et l'auteur de plusieurs livres a très bien vendu, dont « Genesis Revisited », qui explore la mythologie antique et de mystérieuses ruines mégalithiques trouvées dans le monde entier. Ces différents livres cherchent aussi à démontrer qu'il y avait dans les temps anciens une race extraterrestre qui a génétiquement manipulé l'humanité pour diverses raisons. La thèse Sitchin (Sitchinism), est maintenant adopté par de nombreux autres auteurs, ayant incorporé dans ce qui semble être une nouvelle vision du monde, qui soutient essentiellement que ces anciens dieux Suméro babyloniens, les Anunnakis, sont des extraterrestres de la planète Nibiru (Sitchin la « 12e Planète ») qui visite la terre tous les 3500 ans environ, ce qui pourrait provoquer des bouleversements sur Terre. Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx x

Ancient Aliens - Alien theory -S0604 - la Magie des Dieux HD FR

S06E04 - Titre original : « Magic of the Gods » - Magiciens merveilleux... sorciers mystérieux... Et être célestes... possédait des pouvoirs inimaginables. Partout dans le monde antique, la magie a été utilisée pour tout, de la guérison à la communication avec les dieux. Mais la magie a-t-elle vraiment existé dans les temps anciens ? Pas comme une forme de théâtre, mais vraiment comme un moyen de reproduire la puissance des dieux ? Est-ce que les récits anciens sur la magie suggèrent des preuves avancées, de la connaissance d'un autre monde? Une connaissance donnée aux premiers humains comme un moyen de les aider à libérer leurs propres potentiels « divin » ? - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien theory - S0605 - La conspiration de Satan HD FR

S06E05 - Titre original : « The Satan Conspiracy » - Il est le Mauvais, le Prince des Ténèbres, la règle de l'Enfer. Satan évoque des images horribles d'une bête à cornes dont le seul but est de détruire l'humanité. Pourtant, il est prouvé que l'ange déchu que nous connaissons comme Satan peut être mal compris. De nouvelles interprétations de textes anciens indiquent que Satan a pu être un extraterrestre qui a été plus un allié pour l'humanité que d'un ennemi communiquant la connaissance qui a fait jaillir la civilisation. Est-ce que la réputation de Satan comme personnification du mal aurait pu être sa punition pour avoir sorti les hommes primitifs des ténèbres et de l'ignorance ? Si oui, est-ce que ces mauvaises actions étaient vraiment des expressions de vengeance contre les créatures humaines qui l'ont abandonné ? Où alors est-ce que les actes diaboliques associés à Satan font partie d'un grand plan ? Une série de défis moraux qui viseraient à nous préparer pour notre prochain, et peut-être définitif... contact rapproché ? - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien theory - S0606 - Chirurgies Extra-terrestres

S06E06 - Titre original : « Alien Operations » - Chirurgies mystérieuses effectuées par les premiers humains... Des êtres étranges avec des pouvoirs miraculeux... Et dissimulation de la vérité en détruisant des siècles de connaissances scientifiques. Est-ce que les récentes percées en médecine sont vraiment le fruit de nombreuses années de recherche ? Où la connaissance de la guérison pourrait-elle venir d'une source surnaturelle ? La preuve de procédures médicales avancées pratiquées partout à travers le monde antique a été trouvée, sur des sculptures gravées sur les murs de temples aux restes humains tangibles. Mais qui étaient les praticiens de cette science extraordinaire ? - Et d'où leurs connaissances du corps humain viennent-elles ? Des récits de diverses cultures décrivent des divinités ressemblantes à des oiseaux qui ont amené des connaissances médicales avancées pour l'humanité, il y a des milliers d'années. Qui, où alors que sont-ils ces anciens chirurgiens ? Est-il possible que ces dieux aient pu être des extraterrestres qui sont venus sur Terre pour inculquer aux humains comment se soigner eux-mêmes ?

Ancient Aliens - Alien theory - S0607 - Empereurs, Rois et Pharaons

S06E07 - Titre original : « Emperors, Kings and Pharaohs » - De puissants monarques au pouvoir de droit divin. Dynasties vieilles de plusieurs siècles amassant d'énormes richesses. Et les chefs légendaires brandissant de puissantes armes de destruction massive. Est-il possible que les anciens dirigeants fussent, en fait, liés aux divines, ou alors, comme diraient certains, aux forces extraterrestres ? - Et, si oui, quel était leur but ? Anciens empereurs, rois et pharaons étaient souvent attribués à une force surnaturelle, à la compétence et la sagesse, beaucoup ont même été considérés comme des dieux par les gens du peuple. Qui étaient ces dirigeants exceptionnels, et comment certains ont-ils pu accomplir tant de choses en leur temps ? - Les théoriciens des anciens astronautes pensent que ces grands dirigeants à travers l'Histoire ont été « choisis » et guidés par des extraterrestres. Est-il possible que les dirigeants légendaires du monde aient pu partager un trait génétique commun ? Un soi-disant, « gène de leadership » ? Est-il possible que ce gène fusses non pas un produit de l'évolution génétique, mais héritée par l'humanité d'une source surnaturelle ?

Ancient Aliens - Alien theory - S0608 - Mystérieuses Reliques

S06E08 - Titre original : « Mysterious Relics » - Des ossements sacrés... Des chapeaux en or... Et des fragments d'objets sacrés soupçonnés de détenir des propriétés curatives. Partout dans le monde, les archéologues ont découvert de mystérieuses reliques vénérées par les anciennes cultures depuis des milliers d'années. Maintenant exposés dans des musées, des temples et des églises, des millions de personnes parcourent de grandes distances juste pour être en leur présence. - Que sont ces objets anciens qui attirent les gens à eux ? Est-ce que la vérité sur les origines de l'humanité pourrait être trouvée dans le tissu, le métal, la pierre et les os de notre passé lointain ? Est-ce que ces mystérieuses reliques pourraient nous fournir vraiment la possibilité d'accéder à la puissance divine ou surnaturelle ? - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Suite sous toutes réserves : diffusion dans le désordre.

Ancient Aliens - Alien theory - S0617 - Les shamans HD

S06E17 - Titre original : « The Shamans » 28/02/2014 - LES SHAMANS - Tout au long de l'histoire, les chefs spirituels appelés chamans ont guéri, protégé et conseillé leurs peuples. Mais exercent-ils simplement des cérémonies compliquées? Où ont-ils pu être vraiment en contact avec les dimensions extraterrestres? L'armée mongole a écrasé leurs ennemis et a construit un vaste empire avec l'aide de puissants chamans qui pouvaient manipuler le temps. Les Chamans en Amazonie croyaient aux créatures de l'autre monde et ont appris comment créer un breuvage puissant qui leur permettait de voyager au-delà de la Terre pour acquérir certaines connaissances. Dans les plaines du désert du Kalahari, les Bushmen San pratiquent des danses rituelles en transe élaborée qui peuvent débloquer des capacités surnaturelles de guérisons. Est-ce que les Chamans peuvent vraiment communiquer avec des êtres d'un autre monde? Est-il possible que, grâce à ces médiateurs spirituels, les extraterrestres aient été en mesure d'influencer l'humanité dans le passé lointain? Et est-ce que cette communication céleste perdure encore aujourd'hui ? - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien theory - S0618 -  Insectes : L'Au Delà Miniature

S06E18 - Titre original : « Aliens and Insects » 07/03/2014 LES INSECTES - La Terre habite plus de 10 trillions d'insectes. Dans les cultures à travers le monde, les insectes ont été honorés, craints et vénérés même comme des dieux. Mais est-ce que ces créatures étranges qui ont habité la Terre depuis des centaines de millions d'années pourraient nous fournir un lien vers les êtres extraterrestres? Est-il possible que les anciens Égyptiens aient rencontré des extraterrestres avec une physionomie d'insecte? Est-ce que le criquet scorpion à queue décrite dans le Livre des Révélations pourrait être un certain type d'armes de pointe porté par un extraterrestre? Se pourrait-il vraiment que les « Ant People » ( les personnes fourmis), apparaissant dans la mythologie grecque Américaine et autochtone puissent être ceux que l'on nomme les gris? Est-il possible qu'il y ait un lien entre les insectes et les extraterrestres ? Est-ce que des insectes sont vraiment liés à des êtres venus d'au-delà de notre monde, comme certains théoriciens des anciens astronautes le suggèrent ? Et si oui, peuvent-ils avoir un but secret que nous ne puissions pas découvrir encore ? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Suite Saison 6 à venir

"Copyright Disclaimer Under Section 107 of the Copyright Act 1976, allowance is made for "fair use" for purposes such as criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship, and research. Fair use is a use permitted by copyright statute that might otherwise be infringing. Non-profit, educational or personal use tips the balance in favour of fair use."

Sources : Dailymotion Publisher -

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 07, 11-08-2014, 06-11-2014

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens