Une découverte archéologique tenue secrète en Nouvelle-Zélande jusqu'en 2063 !

Une découverte archéologique tenue secrète en Nouvelle-Zélande jusqu'en 2063 !

Dao nz symbols picto3 mini

Figure 1 : Le très discuté document « Embargo » signé par l'archéologue Michael Taylor et accompagné de 14 pages de « quelque chose », dont ni le public en général ni les chercheurs de bonne foi ne peuvent connaître avant l'an 2063. Le document statut, sous l'écriture de Michael Taylor, qu'une « consultation préalable requiert une approbation du Comité Consultatif de Te Roroa - Waipoua ou toute autre autorité appropriée ultérieure de Te Roroa ». La ligne imprimée, qui permettrait aux chercheurs de bonne foi l'accès à l'information, a été biffée et remplacée par, « restreinte jusqu'à 2063 ». L'objectif général de ce document, qui est d'être une page de couverture pour un ensemble d'informations archéologiques jugées « top secret », ne pourrait être plus clair.

Archives n zelande secret

Figure 1

Ce document consiste très clairement à imposer une restriction sur certaines informations reliées aux fouilles archéologiques approfondies et très coûteuses menées dans la forêt de Waipoua entre la fin des années 1970 jusqu'à la fin des années 1980. Malgré le fait que l'argent public ait financé l'ensemble des sondages archéologiques, certaines informations ont été qualifiées ne pas être appropriées pour la conception générale ou une étude et devaient être enfermées jusqu'au moment où tous les membres contemporains adultes du public soient depuis longtemps morts et enterrés... pourquoi ?

Nous devons, par conséquent, examiner les raisons possibles d'un tel degré de secret, « sur mesure » pour près de quatre générations.
Les archéologues ont-ils trouvé quelque chose de nature militaire enfouie dans la forêt de Waipoua, dont l'importance est si vitale pour la sécurité nationale de la Nouvelle-Zélande qu'elle devait être enveloppée sous la « Loi des Secrets d'Etat » ?... peu probable.

Comment des structures en pierre anciennes de 2000 ans (Av. JC) empilées pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale ?

Est-ce que les informations archéologiques provenant des fouilles, en quelque sorte, menacent la revendication Maori d'être les premiers habitants de la Nouvelle-Zélande (les Tangata Whenua) et ont restreint à la base tout transfert de ces connaissances comme étant défavorables aux revendications de souveraineté des Maori ?... très probable.

Ce qui a poussé Ned Nathan, chef du Comité consultatif archéologique Te Roroa à s'exclamer, à portée de voix des témoins, " c'est 500 ans avant que nous arrivions ici ! " ? Il est rapporté pour avoir dit cela en regardant les pages énumérant les résultats des « datations au carbone ».

En 1996, le chercheur Gary Cook a tenté sans succès d'obtenir une copie du rapport archéologique couvrant les fouilles des années 70-80. En fin de compte, Gary devait requérir les services d'un avocat, qui a présenté des observations au médiateur pour forcer la levée de l'embargo illégal. À ma connaissance, les restrictions seraient restées en place jusqu'à ce que 2063 alors que les aspects juridiques n'étaient pas contestables, en vertu de la Loi, au moyen d'une incitation instiguée par Gary Cook.
Mais quel pourcentage de la quantité massive de documents, concernant les années de l'activité archéologique, devait être limité jusqu'en 2063 ? Était-ce uniquement les 14 pages de documents, ou était-ce destiné à couvrir n'importe quoi et tout de la fouille archéologique ?

Depuis la publication du livre, beaucoup de gens indignés ont écrit aux Archives nationales leur demandant d'expliquer pourquoi un tel embargo avait été mis en place. Ils ont mis en doute la légalité de telles restrictions imposées et ont contacté leurs députés pour forcer une libération de toute information étant encore retenue.
Cet auteur et d'autres, tient simplement à informer le public que, en Nouvelle Zélande, des informations archéologiques, des artefacts et des preuves squelettiques peuvent être considérées comme secrètes, avec des connaissances délibérément retenues dans un souci apparent de la politique gouvernementale.

Cercles menhirs nzelande

QUI ÉTAIT ICI AVANT LES MAORIS POLYNÉSIENS / MÉLANÉSIENS ?

Les archéologues et historiens de New Zealand, lorsqu'ils sont confrontés avec des points de vue dissidents qui remettent en question leur version officielle, aseptisée et « politiquement correcte » de l'histoire régionale, répondent généralement par un standard, « sur l'étagère », Commentaire : si quelqu'un était ici avant les Maoris, alors où est la preuve ? Dans ce qui doit être l'exemple le plus flagrant de ne pas voir les arbres au milieu de la forêt, la réponse réside dans la totalité de la culture maorie lui-même.

La preuve est dans les sculptures, les symboles, les canots, les filets, les tissages, plaids, mokos (tatouages faciaux), les bâtiments, positions fortifiées, collines sculptées, systèmes de cartographie, canaux et systèmes de drainage, artefacts de roches vertes, traditions orales et ruines de structures en Pierre, tels que les cercles de pierres levées, couvrant la longueur et la largeur de la Nouvelle-Zélande. Il y a quelques siècles, la civilisation ancienne a été submergée et anéantie par les guerriers Maoris et toutes les possessions ont été reprises par les conquérants. Des grottes funéraires, partout en Nouvelle-Zélande, contiendraient les restes de squelettes indo-européens aux cheveux rouges, bruns ou blonds.

Nvelle zelande anciennecivilisation tochariens

Note : Nous avons les témoignages de témoins oculaires et de participants, que les autorités de Nouvelle-Zélande ont ordonné que les caves particulières, connues pour contenir des squelettes non-polynésien / mélanésiens et des objets d'art, ont eu leurs entrées couvertes et cachées... et dans un cas, en faisant appel à un bulldozer.

Preuve de l'occupation de la Nouvelle-Zélande par l'homme il y a 4000 ans ! 

Une connexion Chinoise révélée à travers les sculptures de la grotte de l'île du Sud.

Outre les diamants pailletés des eaux scintillantes et le sable rose-or de Onetahuti, se trouve une grotte des secrets. Les grottes refuges près de Hanging Rock au Opihi à Golden Bay, dans le parc national Abel Tasman. Cachés dans un certain nombre de symboles gravés profondément dans les murs de granit. La grotte est connue par quelques-uns et peu compris par la plupart. Mais un article du géographe et écologiste professeur Haikai Tane, relie les images incisées trouvées dans la grotte avec une culture qui s'étale de la Chine jusque dans le Pacifique et aurait pu venir en Nouvelle-Zélande il y a quelques 4000 ans. Des experts en Chinois ont confirmé que les pictogrammes sont des symboles Opihi Dao pour les fonctions de cartographie et de modélisation des bassins versants sur la base de l'ancien dragon d'eau et les concepts de l'oiseau soleil phoenix.

N zelande 4000ans

Les symbolismes de l'Oiseau Soleil Phoenix et du dragon d'eau sont les principaux thèmes de l'iconographie Dao long-feng et sont au cœur de l'intelligence culturelle Dao. Les systèmes de cultures Dao de l'eau vitale sont représentés graphiquement par des nuages ​​et la rivière des dragons qui interagissent avec le phénix représentant le soleil et la terre. Ces représentations sont à la base des systèmes de cartographie et de modélisations symboliques utilisés par les populations traditionnelles Dao. Ils montrent comment les cycles de l'eau du dragon et l'énergie solaire du phénix sont connectés. Cela leur a permis de modéliser leurs interactions pour créer des paysages agricoles productifs et fertiles appelés terraquacultures : agriculture de l'eau vive qui coule à travers le paysage.

Les dernières décennies ont vu une acceptation immédiate par les universitaires que l'art Opihi est le plus susceptible d'être à l'origine du maori archaïque, produit uniquement pendant six ou sept cents ans. Mais beaucoup de ces sites ne sont pas reconnus par l'habitant d'aujourd'hui comme ayant un lien vers leur peuple, ou pour les gens qu'ont conquis leurs ancêtres. En effet, il existe de grandes lacunes dans les connaissances et la compréhension de l'art rupestre dans ce pays. Les recherches du professeur Tane ont lancé une toute nouvelle lumière sur le sujet.

Le Professeur Tane avait étudié l'iconographie traditionnelle Dao, le transfert des connaissances par des symboles, depuis de nombreuses années, et a observé que les pictogrammes Ruataniwha aux grottes Opihi étaient des images avec des liens possibles avec l'iconographie Dao en Chine. Il a appelé les pictogrammes sur les sites de l'île du Sud l'iconographie Ruataniwha et à symbologie de long feng. Dans son article, il explique l'utilisation de symboles Dao pour la cartographie et modélisation des bassins versants sur la base des concepts du dragon d'eau et du phoenix sunbird et explique leur signification et les connexions avec les pictogrammes trouvés dans les grottes de l'île du Sud de Nouvelle-Zélande.

Il dit qu'ils ont été classés par les archéologues européens comme de l'art rupestre par un peuple maori inconnu, mais poursuit en disant : " Il y avait peu de raisons de douter de cette hypothèse jusqu'à ce que la culture Hemudu ait été redécouverte dans la région de la baie de Hangzhou au sud de Shanghai, en Chine dans les années 1970. Ici, et à proximité des cultures connexes, ont été trouvés les premiers symbolismes sunbird en Chine. Ce qui a été nommé art 'Maori' en Nouvelle-Zélande a été trouvé sur ces sites, peint sur la roche. Les cartes des rivières et autres pictogrammes en Nouvelle-Zélande sont des gravures dans un style qui n'est pas Maori - ils ont un patrimoine provenant de beaucoup plus tôt avec une iconographie culturelle inconnue aux Maoris ".

Dans la même décennie, le ministère de l'arpentage et surveillance des terres a enquêté sur les origines des pictogrammes de l'Île du Sud pour le Historic Places Trust. Ils ont enregistré que les anciens maoris n'avaient aucune connaissance de qui avait fait ces pictogrammes, ou leurs significations. Ils appartenaient à des gens plus anciens, tout comme deux «monticules de dragon» construits sur les plaines inondables du bassin Waitaki. Selon un porte-parole du ministère des Travaux, les monticules de dragon ont été détruits lorsque les anciens maoris locaux sollicités par les ingénieurs de construction hydraulique n'ont exprimé aucun intérêt à leur préservation.

Muraille4000ans nz

En 2004, le professeur Tane a fait des copies des images gravées sur roche de Ruataniwha et les donna à des collègues de l'Académie chinoise des sciences. Il leur a demandé de vérifier pour voir si elles avaient un lien avec la culture Dao en Chine. Les scientifiques du CAS et les fonctionnaires provinciaux ont pris les images Ruataniwha pour mener des études de l'iconographie culturelle Dao au Jiangxi et au Shaanxi. Au centre sud de la culture Dao dans la province du Jiangxi, il y avait une reconnaissance immédiate et une réponse sans équivoque. Les chercheurs ont identifié l'image Dao (de Ruataniwha) comme appartenant à l'iconographie culturelle Dao commune en Chine il y a 4500 années. Ils ont dit que l'image était une carte Dao d'un bassin versant alignant une montagne de tigre à une rivière de dragon connectée à un lac de tortue. (A Opihi, ces images sont liées à Aoraki Mount Cook, les rivières Ohau et Pukaki et le lac Pukaki.)

L'image Ruataniwha a ensuite été emmenée au centre nord de la culture Dao Louguantai dans la province du Shaanxi. Là encore, la reconnaissance du fait que l'image était de l'iconographie Dao a été immédiate. L'explication fournie du bassin versant de la carte était la même que dans le sud. Les deux fois, les chercheurs sur le Dao ignoraient les origines de l'imagerie jusqu'à avoir fourni leur réponse.

Le Prof Tane a ensuite visité le site Hemudu dans la province du Zhejiang pour vérifier si les fouilles archéologiques entreprises et les objets du musée avaient révélé de nouvelles connexions. Il y avait peu de doute que les archéologues chinois ont interprété correctement le site comme étant une culture polynésienne prototype vers 7000 années avant maintenant. De plus, les sculptures de jade, les styles de poterie, jeux de ficelle et les bâtiments sur pilotis du peuple Hemudu, inconnus dans les autres parties de la Chine, étaient semblables à l'ancien peuple de Polynésie, comme la culture Lapita.

Y a-t-il un lien entre les gens Hemudu et le bassin Waitaki ? Les archéologues enregistrent que les Hemudu étaient à l'origine des nomades naviguants et des agriculteurs de radeau de mer occupant les mers de Chine orientale il y a environ 10.000 ans. Il y a 7000 ans, ils étaient les habitants des estuaires dans la baie de Hangzhou où ils excellaient en agriculture de plaine, et artisanats de fibres, de pierre et de bois. Ils sont réputés comme étant les premiers tailleurs de jade de la Chine.

Nz protomaori

" La recherche moderne indique que ces personnes antiques ont formé une culture proto-polynésienne il y a environ 7000 ans, et mille ans plus tard elle s'est déplacée vers l'est dans le Pacifique et dans les Amériques ", explique le professeur Tane. " Il est probable que les pictogrammes Ruataniwha ont été gravés au cours d'une de ces escales ou parmis les premiers sites à fournir des cartes des bassins versants des deux bassins intérieurs de l'iconographie culturelle Dao. Il est possible que ces personnes ou d'autres étroitement liées soient venues en Nouvelle-Zélande il y a environ 4000 années ".

Puniho stone found on a taranaki marae

Puniho stone found on a Taranaki Marae

Il existe de nombreux sites dans les îles de la Nouvelle-Zélande qui contiennent des dessins rupestres, incisés et des images en bas relief allant de figures bestiales et totémiques, aux bateaux sur l'eau et des images facilement identifiables. Les abris sous roche et les surplombs ont fourni un environnement protégé pour beaucoup de gravures et d'images Kokowai trouvées à Canterbury et Otago. Au fil des ans, j'ai visité un certain nombre de sites dans les îles du Nord et du Sud en observant les sculptures en bas-relief et des dessins rouge ocre qui affichent des images de navires à simple coque avec des fonctionnalités centrales de direction à la rame, des coques montrant des spirales sculptées et d'autres symboles. Dans et autour des profils évidents de navires dans l'eau, se trouvent de nombreux symboles étranges et des formes. Ceux-ci peuvent être facilement observés sur les sites de l'Île du Nord du lac Tarawera, l'abri sous roche dans la forêt Kaingaroa et l'abri à Weka Pass au Nord Canterbury. Depuis plus de 160 ans, les amateurs et les experts européens ont imposé beaucoup sur ces images, avec de nombreuses vues spéculatives.

Dao nz symbols picto1

Ces découvertes passionnantes peuvent ainsi changer l'histoire du début de la Nouvelle-Zélande, et vont certainement donner une interprétation plus claire quant à la signification de ces symboles uniques.

Dao nz symbols picto3

Je trouve la promesse derrière ces résultats très opportune, car je crois que les tout premiers venus sur cette terre ont laissé derrière eux des noms de lieux et des interprétations, un héritage qui se dresse encore dans le paysage que nous connaissons si bien aujourd'hui. " par Gary Cook DSc traduit par Yves Herbo, S,F,H.

Dao nz symbols picto1 1

http://elocal.co.nz/view_Article~id~164~title~Evidence_of_NZ_Occupation_4,000_Years_Ago.html

Notons que vers 1996, des restes de squelettes, décrits comme étant très anciens ont été trouvés dans une caverne de lave près de Wiri, South Auckland. Où est le rapport archéologique sur cette découverte et pourquoi le journal initial de l'article établissait que les restes étaient estimés à environ 2000 ans ?
http://www.celticnz.co.nz/NZ_connect.html 

Nz artifacts p274

mystérieux artefacts, Nouvelle-Zélande- quel peuple a réussi à ciseler finement cette pierre verte très dure, il y a des milliers d'années ?

A votre avis, quel est ce secret découvert dans les années 70/80 qui ne doit pas être révélé avant 2063, c'est à dire quand tous les découvreurs et témoins seront décédés et personne pour témoigner de la réalité ?

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 26-06-2014

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau