Technologie avancée ancienne au Pérou : de nouvelles preuves 3

Technologie avancée ancienne au Pérou : de nouvelles preuves 3

Suite de ces premières parties : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves.html  et http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves-2.html

Nous continuons avec l'Empire Tihuanacu, qui s'étendait du sud du Pérou à la Bolivie, Chili et Argentine actuels.

Puisque nous avons épuisé le sujet des angles astronomiques de la deuxième période de Tihuanacu, il est nécessaire de considérer les angles de construction qui sont dans le Kalasasaya de la troisième période.
Comme il a été démontré, avec un matériau abondant, dans les paragraphes précédents qu'à l'intérieur de Kalasasaya il existe des vestiges de constructions relativement modernes qui, avec le balcon paroi présent, appartiennent à la troisième et dernière période de Tihuanacu, il est absolument nécessaire de considérer les angles astronomiques qu'il contient.

Nous avons vu que, à l'intérieur du temple, un autre petit Kalasasaya existe sous la forme d'un petit sanctuaire souterrain (voir la carte . Ill) avec une cage d'escalier et des murs construits en son intérieur, étant le mieux pouvant être jugés à partir du peu de restes disponibles qui existait lorsque ces ruines ont été étudiées à la fin de 1903. Même aujourd'hui, après une dévastation de quarante ans, quelques vestiges sont encore trouvés, mais ils ne sont pas aussi abondants que dans cette période. La chose la plus importante dans ce petit sanctuaire, que nous avons décidé d'appeler " saint des saints " , est, en premier lieu, un bloc de trachyte qui est maintenant divisé, situé dans la partie la plus importante de l'endroit et que, jusqu'à maintenant, nous avons appelé " bloc d'observation " (fig. 26), Ceci, en son temps, comme il est indiqué par les encoches encore visibles sur sa surface, possédait une superstructure sur laquelle, à notre avis, devait être placé le bloc que, à l'heure actuelle, nous appelons la Porte Soleil. Ce lieu, alors, est la plus élevé à l'intérieur du temple et sans doute désigne le lieu le plus important du " saint des saints " .

Figure 26 : La Pierre d'observation de la Troisième Période des prêtres et astronomes de Tihuanacu. Elle est située dans la partie haute du Temple du soleil et a été conçue comme une base ou une fondation pour une structure inférieure qui à son tour soutenait le dessus comme un bloc central de la célèbre porte du Temple du soleil, aujourd'hui appelée la Porte du Soleil de Tihuanacu.

La figure (no 25) montre la position et les marques ciselées par nous sur sa surface lors de nos études de l'année 1928. Ce que nous avons publié dans une communication envoyée à la vingt-troisième Convention internationale des américanistes, réunie à New York la même année. En observant de ce bloc la pierre angulaire au Nord (Fig. 25), qui existe encore dans le vieux mur Est, on voit que le soleil se lève sur lui durant le solstice d'hiver (22 Juin).

Figure 25 Pilier du solstice d'hiver de la troisième période. Sur la partie supérieure apparaît la moitié d'une petite fenêtre où, comme on peut le voir sur la figure reconstruite 25a, le soleil est apparu juste un moment du solstice d'hiver sous la forme d'un rayon lumineux vertical. Ce fut le cas lorsque le lever du soleil a été observé à partir d'un angle visuel d'environ 23 * 30 ' .

En reconstituant sur ​​la carte les murs du petit temple sur la base de ce qui était encore existant dans l'année 1903, on a obtenu un angle d'amplitude de 49 ° 16 ' . Mais la chose la plus intéressante est que si l'on observe, à une distance de cinq mètres vers l'ouest du bloc d'observation ci-dessus, où il y a encore une ruine ou une construction, les centres de la Kalasasayas (98 ) de la paroi de balcon ouest, on note que le soleil se couche au centre des piliers «A» et «K» aux solstices et aux dates indiquées sur le schéma ci-joint.

C'est un fait important et celui qui conduit à la conclusion que cette structure que nous avons appelé le « saint des saints » était l'observatoire solaire de la troisième période de Tihuanacu. Les angles sont astronomiques, avec une légère différence, presque les mêmes que ceux de la Kalasasaya de la deuxième période.

C'est le cas parce que la longueur du «sanctum banctorum", en prenant comme base le bloc du coin nord du mur qui n'existe plus à l'est et le bloc de trachyte qui nous avons appelé "bloc d'observation", est de 72,1 et la largeur est de 64.2. Par le biais d'une opération trigonométrique simple, nous obtenons alors l'angle de 24 ° 38 '.

Sur la base de la longueur et de la largeur du "sanctum sanctorum" d'en dessous, l'indice de ce dernier est de 89 au lieu de 91, l'extérieur du bâtiment de la deuxième période. De ce fait, il peut être présumé qu'il n'y a pas un grand espace de temps qui est intervenu entre une période et l'autre.

Dans l'intérêt de futures vérifications qui peuvent suivre celles déjà effectuées, nous donnons dans la figure. 31 le dessin du bloc d'observation avec les marques que nous gravées sur elle au cours de nos recherches.

Figure 31 Le bloc E qui fait défaut dans la paroi de balcon entre les piliers F et D et qui a été trouvé par l'auteur en 1943 à quelque 250 mètres à l'ouest, servant de base pour le mur du corral.

En outre, dans la Fig. 24, est reproduit un dessin du perron avec les marques qui nous ciselé sur sa plate-forme.

Figure 24 Schéma du Perron de Kalasasaya.

Nous n'avons pas le moindre doute qu'un jour nos mesures ( 99 ) seront contrôlées par les géodésiens compétents ou les astronomes et peut-être certaines erreurs ou omissions seront corrigées, qui nous ont échappées par des jugements personnels défectueux ou pour d'autres raisons.

En dépit de cela, nous sommes convaincus que la voie est ouverte pour l'étude du calendrier de pierre et les bases établies pour le calcul de l'âge de Tihuanacu. Nous pensons aussi que nos observations seront utiles à ceux qui à l'avenir, se mettront en place pour l'étude de la région, et auront le temps et les ressources nécessaires, face à l'étude dans toute son ampleur, de corriger les erreurs que nous avons faites, et en tireront donc plus de lumière sur les raisons pour lesquelles ce magnifique temple et ce calendrier en pierre ont été construits et sur ​​l'âge notable de ces ruines.

Maintenant que nous avons examiné dans ce chapitre l'âge hypothétique de Tihuanacu, il sera nécessaire de tenir compte aussi d'autres aspects qui, bien que n'étant pas de nature astronomique, corroborent et renforcent encore la présomption de l'extrême vieillesse de la métropole de l'homme américain. Ils sont les suivants :

1 . Il est évident hors de tout doute que les habitants de Tihuanacu connaissaient des animaux aujourd'hui disparus, dont ils reproduisent fidèlement les styles sur ​​leurs céramiques et autres œuvres plastiques. Cette faune a éventuellement disparu à la fin de la dernière période de glaciation sur l'Altiplano, comme cela est représenté par les couches d'alluvions.

2 . Certains crânes humains trouvés dans les tréfonds de Tihuanacu, en particulier ceux qui se trouvent dans le Museo Tihuanacu de La Paz (marqué n °1) et reproduits sur ​​la plaquette correspondante du vol.3, sont complètement fossilisés ( 100 ) et montrent des signes primitifs, en particulier ceux qui ont été trouvés dans une sorte de Löss et dans l'argile rougeâtre de cette région.

3 . Une des preuves décisives de l'âge de l'homme de Tihuanacu, est la demeure souterraine. A cette époque, surtout dans la première période, ils n'ont pas encore construit de maisons, leurs temples étaient des bâtiments semi-souterrains. Cette coutume primitive persiste dans les deuxième et troisième périodes, où, même ceux de la classe dirigeante qui a vécu sur l'île entourée par des douves, vivaient dans de minuscules habitations où ils sont restés et ont dormi dans une position accroupie. Jusqu'à ce moment, quatre d'entre eux ont été trouvés dans une position presque intacte ( 101 ) et durant nos études, deux autres ont été trouvés.

Il n'y a pas de doute que si des fouilles sensibles avaient été réalisées, plusieurs autres seraient découverts. Il n'est pas possible de s'en tenir à la croyance que l'homme primitif américain qui jusque-là vivait dans des cavernes et des grottes souterraines, sortirait dehors pour construire immédiatement ses logements sur le terrain. Il est nécessaire et il est logique de supposer qu'il y aurait une période de transition entre les deux formes de logement et cela se voit dans l'habitation complètement souterraine que nous avons à Tihuanacu. Une évolution identique est attestée dans les centres de la civilisation archaïque au Pérou, en particulier dans Katoc et Chavin de Huantar. (YH : on sait maintenant que ce n'est pas si simple, et qu'en réalité, les très anciens humains, les premiers, étaient nomades en majorité, chasseurs-cueilleurs, et qu'ils habitaient à la fois dans les abris naturels (grottes) mais aussi dans des tentes et cabanes, yourtes suivant les conditions climatiques et leurs déplacements... ma conclusion serait que la toute première construction ait été un grand lieu de stockage-magasin (en quelque sorte), qui a servi aussi de lieu de refuge, puis de lieu d'habitations en dur de ceux qui ne pouvaient rester chasseurs nomades (enfants, vieux, chamans, blessés...) lorsque les derniers grands froids de la fin de la dernière glaciation se faisaient ressentir (ce qui explique les toutes petites habitations (habitées provisoirement en principe) aménagées au début pour loger une population restreinte. Le Temple est venu rapidement à l'aide des Chamans laissés sur place pour gérer le stock et soigner... et s'attribuer un pouvoir. Donc, en fait, et on le découvre petit à petit (voir les très anciennes structures en pierres découvertes dans le désert d'Arabie Saoudite par exemple), l'homme préhistorique a su construire en dur bien plus tôt qu'on ne le pensait, à tel point que de véritables murs faits par les néandertaliens, érigés contre des entrées de cavernes pour se protéger lors des grands froids, ont été trouvés en Europe et Asie... très peu à survécu aux âges, mais il est un fait (pratiquement) établi maintenant que les chasseurs-cueilleurs établissaient aussi, ou creusaient aussi, des abris et réserves en dur. Il est même probable que les toutes premières constructions cyclopéennes soient issues de cette toute première société, justement, et que la sédentarisation a été plus facile car l'homme savait effectivement, depuis des millénaires de travail de la pierre, comment s'en servir... et sa proximité millénaire (et héritée, transmise même) avec la Nature et sa chimie, son énergie, ses ondes et lumières ont accompagné l’émergence de cette première civilisation des Amériques (et peut-être du monde).

4 . Un autre des facteurs qui a influencé le développement humain à Tihuanacu est le climat. Si nous avions construit cette métropole à une altitude au-dessus du niveau de la mer comme celle trouvée de nos jours, elle aurait eu un climat inclément et impropre à la vie humaine, comme on le voit à notre époque actuelle, avec ses phénomènes atmosphériques si préjudiciables au développement de l'agriculture et l'élevage. Dans de telles circonstances, elle n'aurait jamais atteint la population extrêmement dense qu'elle avait dans les époques passées. Le cingulum Climatique a changé à partir de la période de l'apogée de cette civilisation jusqu'à l'heure actuelle. La partie nord a augmenté et la partie sud a subi une grande chute. Nous considérons cette question plus en détail dans un autre de nos œuvres (102).

5 . La faune et la flore ont radicalement changé depuis cette époque jusqu'à la splendeur de notre temps. Ceci peut être prouvé par les vestiges de la faune marine trouvée à l'heure actuelle dans le lac Titicaca et dans les argiles du sous-sol de Tihuanacu. (103)

6 . Il est incontestable que le grand lac andin formé par les fontes de la glaciation existait dans les deuxième et troisième périodes, et que dans la période précédente de ce lac, il était très petit - beaucoup plus petit qu'à l'heure actuelle. Sur ses rives, il existe des constructions artificielles qui ont été révélées par l'énorme et dernière chute du lac.

Le grand perron qui donne accès au Temple du Soleil de Kalasasaya. Il a été recouvert par la terre alluviale jusqu'à ce qu'en l'année 1903, elle ait été enlevée par le Créqui de Montfort Comission. Il n'est pas situé au centre du bâtiment, mais a été placé vers le nord à 1.116m, pour la raison énoncée dans l'illustration n ° 19. A ses pieds, il est encore à noter une chaussée élégante qui a ensuite été déchirée par les iconoclastes précités.

7 . L'érosion des blocs de la première période, qui sont exclusivement de grès rouge et de leurs sculptures très primitives sur un tuf volcanique calcaire, montrent une abrasion s'étendant sur des milliers d'années. C'est le cas bien que, peut-être aussi pendant des milliers d'années, ils ont été recouverts par la boue alluviale qui, plus tard, peu à peu, a été emportée par les pluies torrentielles qui les ont pour la plupart révélés. Même les blocs de lave extrêmement durs d'andésitique de la deuxième période, en particulier ceux de la façade Est de Kalasasaya ( Fig. 13 ), montrent une usure considérable par l'érosion, en particulier les deux blocs monolithiques sur les côtés du perron (Fig. 23), même si ils ont été recouverts de terre jusqu'à l'année 1903.

Les blocs de grès rouge des murs de Kalasasaya, qui, quand ils ont été construits, avaient une forme régulière, au nord et au sud externes ont été plutôt bien sculptés et couverts d'inscriptions ideosymboliques à l'intérieur, qui est représenté par un fragment sauvé par hasard, (Les figures 21 et 21a).

Figure 21 : Fragment d'un morceau de l'un des " Kalasasayas " trouvé dans le Temple du Soleil. Parce qu'il a été enterré, ce morceau a conservé un reste de dessin sur une de ses faces. C'est une preuve concluante que les colonnes de Kalasasaya de la deuxième période avaient des sculptures symboliques à l'extérieur ou à l'intérieur.

Maintenant ceux-ci ont l'apparence de blocs bruts récemment extraits des carrières, certains étant même délabrés ou disparus ou que les seuls vestiges soient maigres.

Tous ces faits mettent en évidence l'énorme laps de temps qui nous sépare de la période où ils ont été érigés et sculptés. Il semble, en outre, qu'un certain nombre d'entre eux ont été reconstruits et rénovés au cours de la troisième période, une période pendant laquelle on a utilisé les travaux d'autrefois.

L'érosion est tout à fait évidente dans les ruines de Puma-Punku, tel qu'on l'appelle aujourd'hui, mais qui à notre avis constitue à cette époque, le Temple de la Lune. On peut y étudier clairement « par périodes », le port au loin en raison de l'érosion.

On y voit, par exemple, la plate-forme sud monumentale de la première période ( 104 ), qui montre cette érosion, qui lui donne l'apparence d'une pierre brute juste enlevée de la carrière, alors que les détails des reliefs de l'escalier sont presque complètement effacés ; l'autre plate-forme vers le nord montre une abrasion pas encore aussi complète. Entre ces plates-formes, on en trouve deux autres qui, à notre avis, proviennent de la deuxième et troisième périodes. L'une d'elles est apparemment complètement terminée et l'autre au sud, anciennement située sur une encoche à l'intérieur, montre un travail de relief à peine commencé, ( Voir le chapitre correspondant qui traite de Puma-Punku) ou les «assises» ont à peine été esquissés.

On peut aussi voir clairement les effets des érosions successives et, en outre, les réparations effectuées au cours de la troisième période au moyen de boulons de fixation métalliques ou une sorte de pince. Il y a beaucoup de probabilités pour penser que Puma-Punku a été presque entièrement recouverte par un flot d'alluvions qui a été balayé en partie par de très vieilles fouilles datant de bien avant la Conquête (Espagnole). Plus tard, quand les habitants de la péninsule sont venus à l'Altiplano, de nouvelles fouilles à la recherche d'un trésor caché ont été effectuées sur une grande échelle.

Encore plus tard, dans la période où ces ruines ont servi de carrière pour la construction de l'église dans le village moderne de Tihuanacu, le reste des alluvions qui couvrait encore les ruines a été retiré. Les chasseurs de trésors ont même fouillé sous les immenses blocs, tel était le désir ardent de trouver la richesse. Le bronze des grands boulons avec lesquels les masses de roches avaient été jointes a été utilisé pour la coulée des cloches de la même église.

Grâce donc à cette couche de protection qui couvre les ruines de Puma-Punku, elles ont subi relativement peu d'usure, comme nous le soulignons pour certains blocs. Une gigantesque image de grès rouge complètement couverte d'inscriptions a été trouvée dans le petit temple de la Première Période : c'était une idole rustique primitive, comme celles trouvées à côté de lui, et elle avait été retouchée, on dirait, au cours de la deuxième, ou plus probablement, au cours de la troisième période. Le degré d'érosion dans Tihuanacu est en proportion du temps où les ruines ont été exposées à l'inclémence du temps.

Ainsi, par exemple, les idoles de la ligne sur le côté sud ont de nouveau pris l'apparence de la pierre brute ; seule la plus grande, qui à l'exception du visage, a été recouverte d'une couche d'alluvions, conserve encore ses magnifiques reliefs et des sculptures. La Porte du Soleil qui a été retrouvée gisant sur ​​sa face sur le terrain, a été conservée dans un état merveilleux avec toutes ses inscriptions, mais son dos, et en particulier l'extrémité exposée à des conditions atmosphériques défavorables, montre une énorme usure. Il convient de souligner que le bloc à partir duquel ce monument remarquable a été sculpté, est composé de hornblende andésite, lave vitrifiée et très dure, qui, polie comme elle était à cette époque, a nécessité plusieurs milliers d'années pour s'user sous la forme dans lequel nous la voyons aujourd'hui. ( Voir la Figure reconstruite 11).

Figure 11 : dessin reconstruit montrant comment les conquistadores espagnols et les " extirpateurs de l'idolâtrie du Pérou " doivent avoir trouvé la Porte du Soleil vers 1630, puis recouverte en partie de terre usée. (L'érosion sur le dos de la porte a servi de base pour ce dessin).

De nombreuses pages pourraient être écrites à énumérer les effets destructeurs de l'érosion sur les blocs de Tihuanacu qui, en dépit de la qualité de la matière dont ils sont composés, et la période pendant laquelle ils ont été protégés contre les éléments extérieurs, ont subi les effets du temps avec un mode intense.

8 . Le lac glaciaire andin, ou que d'Orbigny appelle, la " mer intérieure ", certes, atteint dans la deuxième période et sans aucun doute dans la troisième, aussi loin que les bords des monuments de Tihuanacu. Cette assertion est prouvée par les nombreux ouvrages hydrauliques, comme les quais, les canaux, et en particulier le déversoir par lequel le canal en forme d'étage a été drainé.

Ce déversoir constituait la sortie du lac artificiel situé sur la surface de la pukara Akapana, il s'écoulait dans le fossé qui, en communiquant avec le lac, formait une île dans la partie la plus sacrée du temple. À l'heure actuelle ce déversoir se trouve sous la plaine, traversant le mur de soutènement au sud de Akapana. Au cours des fouilles menées par la Mission Créqui Montfort, l'évacuateur de crues a été visible pendant quelques jours, puis heureusement des morceaux de terre et les pluies l'ont recouvert à nouveau avec une couche de protection qui l'a sauvé pour le bénéfice des futures études. ( Voir Vol. I. PI . XIII , fig . B .)

D'autres structures (fig. 32 et 32a) qui appartiennent sans doute aussi à la Première ou Période préhistorique de Tihuanacu en raison de leur architecture particulière et primitive, sont les monuments trouvés sur une petite île dans le lac qui est aujourd'hui appelé Hakonts Palayani. C'est le prolongement du lac Titicaca dans le marais. Ces monuments témoignent d'un âge plus éloigné, qui ne peut être exprimé en chiffres et même si ils ne figurent pas dans Tihuanacu lui-même, mais à environ 25 km, en ligne droite de cette métropole, il est nécessaire de les étudier en tant que partie intégrante de ce dernier endroit quand on considère l'âge des ruines andines et les activités de l'homme primitif américain.

Figure 32 : Restes d'un bâtiment sur la petite île de Simillake dans le lac Jakonta-Palayani. Cela est extrêmement vieux et appartient à la première période de Tihuanacu ou même à une période avant cela.

Ces monuments étaient sous la surface des eaux, il y a quatre cent ans, lorsque les pieds espagnols ont pour la première fois foulé l'Altiplano. Même aujourd'hui, pendant les périodes de pluie intense - en période de taches solaires minimum - ils sont couverts par de l'eau et ne peuvent être distingués de l'étang qui, nous ne devons pas l'oublier, n'est rien de plus que les restes du grand lac glaciaire qui, au cours de la floraison de Tihuanacu, a atteint les portes de cette métropole. Dans cette période, par conséquent, ces ruines (105) étaient à environ 34 mètres 73 cm sous les eaux. Quand nous considérons du point de vue géologique, le retrait de cette masse liquide, à partir de cette période jusqu'à nos jours, quand le lac est à 20 km, loin des ruines, et plus ou moins à 34,73 m au-dessous des quais une fois occupés de Tihuanacu, nous avons un autre bit de données chronologiques qui fournit une illustration probante en ce qui concerne l'âge de la métropole.

Cette analyse peut être résumée comme suit : le lac, pour atteindre comme il l'a fait dans la troisième période le bord de la grande métropole, avait une hauteur qui correspondrait à l'heure actuelle à quelques 3839 m. au-dessus du niveau de la mer, comme le montrent incontestablement les ouvrages hydrauliques qui existent encore à Tihuanacu. Cette estimation prend en compte les fluctuations périodiques qui se produisent dans ce grand lagon. (106)

L'Altiplano, au moment de la grandeur de Tihuanacu, ne montrait pas l'inclinaison vers le sud ( 107 ) dont il dispose maintenant, et le lac s'était étendu sur toute la terre qui constitue maintenant la région, c'est à dire, sur tout l'énorme bassin fermé par le Andes.

En supposant que la haute plaine avait eu, dans la période de la splendeur de Tihuanacu, l'inclinaison vers le sud qu'elle a maintenant, une barrière de plusieurs centaines de mètres de hauteur aurait été nécessaire pour empêcher le lac de s'écouler vers le sud, ou vers ce qui constitue maintenant la République d'Argentine.

Ceci étant le cas, la partie qui est aujourd'hui la section d'Oruro aurait été sous une couche d'eau de quelque 155 m. Cependant, en suivant les lignes de rivage qui ont constitué le bord du grand lac Titicaca, montrent qu'à un moment, ils ont été à 44 m. au-dessus du niveau de la plaine d'Oruro ( Fig. 33 ) et seulement à 52 m. au-dessus du lac Poopó présent, il est incontestable que l'Altiplano s'est incliné, soit d'une manière violente ou par des modifications successives, subissant une baisse considérable vers le sud et le sud-ouest et probablement aussi vers le sud-est. Au cours de ce processus, ses eaux coulaient dans ces directions et c'est un phénomène qui aurait survécu dans la mémoire de toutes les générations, si il avait eu lieu au cours d'une période relativement récente, dans un tel cas, les signes de la vidange serait encore être visibles et n'auraient pas disparu comme ils l'ont fait.

9 . Une inclinaison au sud du continent d'une telle sorte pourrait se produire seulement comme le résultat de facteurs géotectoniques, causés à leur tour par la cessation des effets d'une grande pression (glace) sur la partie constituée aujourd'hui par l'Altiplano. (YH : tout comme la péninsule scandinave s'élève toujours régulièrement de nos jours avec la fonte des glaciers au nord-est).

10 . Par analogie, il est possible de déterminer que la dernière période glaciaire a eu lieu dans l'hémisphère sud en même temps que dans le Nord, car il n'y a pas de facteur atmosphérique ni cosmique que nous avons pu découvrir, qui aurait pu l'empêcher.

11 . La vraie cause de la dernière époque glaciaire, ainsi que celle des précédentes, est encore douteuse, mais les conclusions de la majorité des études indiquent que cela s'est produit simultanément dans les deux hémisphères, SAUF dans le faible niveau des régions équatoriales. ( 107 ) La chronologie de la période glaciaire dans le nord de l'Europe a été étudiée et déterminée exactement, grâce aux enquêtes brillantes du professeur Gérard de Geer, et surtout en raison de ses enquêtes sur les stratifications d'argiles glaciaires ( Varven ) menées en Suède. Ce dernier a donné le chiffre de 6.900 années BC pour la fin de la période glaciaire et 12.600 années BC pour la fin de la période glaciaire danoise. (108)

Depuis la période glaciaire la plus au sud de la Suède, ou, du côté de l'Europe centrale, qui a eu lieu il y a environ 13.000 à 15.000 ans, par analogie, on peut juger que, dans les mêmes latitudes, et aux mêmes niveaux au-dessus de la mer, à la fois au Nord et Amérique du Sud, la même chose s'est produite.

Cependant, dans certaines parties du continent sud-américain ce phénomène climatique a eu lieu d'une manière différente, ce qui est particulièrement vrai dans les régions qui dans une période géologique récente avaient déjà une élévation considérable au-dessus du niveau de la mer, comme c'est le cas dans cette grande étendue de territoires, des plateaux et des lacs fermés entre les deux Andes - la Cordillère Marítima et la Cordillère Royale, et qui avait déjà atteint une hauteur considérable depuis la période tertiaire et étaient, en outre, relativement près de l'équateur.

L'Altiplano bolivien, par exemple, le siège préhistorique de la plus grande culture des Amériques, qui, comme nous allons le prouver plus loin, n'avait pas la grande hauteur au dessus du niveau de la mer qu'il a aujourd'hui, n'a pas en raison de sa proximité de l'équateur, été soumis à une période glaciaire autant que les territoires de l'actuelle Argentine. Pour cette raison, il abritait les cultures humaines bien avant d'autres zones, ou dans une période où les territoires argentins étaient encore couverts par la glace continentale qui, au moment géologique actuel et pendant quelques milliers d'années, s'est retirée de l'Antarctique.

Il a été prouvé, par les études et les conclusions des autorités célèbres en géologie et de la géographie moderne, en particulier par les œuvres monumentales du professeur Albrecht Penck, ancien directeur et fondateur de l'Institut océanographique de Berlin, que les glaces continentales de l'Europe ont exercé une énorme pression sur ces terres, sur lesquelles elles pesaient. En conséquence, ces terres sont descendues et après que les masses glaciaires aient fondu ou soient en retrait à partir de ces zones, libérés de leur poids, les territoires ont de nouveau remonté.

Ce même phénomène de la hausse des territoires - après avoir été libéré d'un revêtement ou du poids des glaciers - a sans doute eu lieu sur l'Altiplano bolivien sous une forme beaucoup plus intense que dans les autres parties du monde, en raison du fait qu'il était situé à une hauteur considérable et relativement près de l'équateur.

En raison de cette plus grande hauteur au-dessus du niveau de la mer, son climat, après la période tertiaire, n'a jamais été torride, et à cause de cette même hauteur - naturellement pas aussi prononcée que celle du temps présent - et en raison de la proximité de l'équateur, cette période glaciaire y a duré beaucoup moins de temps par rapport aux autres terres du Sud, il aurait donc pu s'y développer, dans une période relativement éloignée (première période de Tihuanacu) de grandes cultures humaines, qui n'existaient pas probablement encore dans un tel degré de développement sur ​​d'autres parties de notre planète.

Quand le grand lac des Andes a été formé à la fin de la dernière période glaciaire, le phénomène suivant s'est produit : les glaces fondent d'abord dans les zones relativement près de l'équateur et l'énorme pression ou le poids qui pesait sur ​​les chaînes de montagnes et les hautes terres de la régions andines a disparu très progressivement.

Ensuite, ces territoires ont commencé à remonter lentement aussi, tandis que les zones au sud, comme celles de l'Argentine, en raison de leur distance de l'équateur, étaient toujours sous la charge depuis longtemps d'une énorme couche de glace qui a tenu sur ces régions, en divers endroits encore submergée par l'océan, les régions désignées aujourd'hui comme formant la pampa. Dans d'autres zones situées plus au nord, un peu au-dessus du niveau des mers, les régions sont restées dans un état statique.

Peu à peu, ou plutôt, de siècle en siècle, la partie nord de la présente Altiplano et les chaînes de montagnes sont remontés à la suite de la cessation du-dit poids de la glace, et c'était alors que s'est produit une première inclinaison qui drainait le premier grand lac glaciaire. Ensuite il s'est produit cette autre inclinaison - si énigmatique, il y a peu de temps - du dernier lac post-glaciaire ou lac Tihuanacu. Nous avons suivi la Ligne de rivage que nous avons souligné lors d'une de nos dernières expéditions sur 400 kilomètres. (YH : je profite de ce passage pour souligner la récurrence de ce phénomène de basculement des continents lors des glaciations-déglaciations, également prouvé en Scandinavie encore de nos jours. Et j'en profite pour souligner que, lors des plus grandes glaciations, tout le nord de l'Europe était prise et les Alpes rejoignaient les Pyrénées via le Massif Central via un arc de glace épais : cela signifie que le sud ouest et l'ouest de l'Europe s'était surélevée par rapport au Nord et Est qui s'enfonçaient sous le poids... ce basculement entier du continent a fait ressurgir les îles volcaniques (et contreforts du continents) des Açores jusqu'au Portugal et Espagne, ainsi qu'au niveau de l'Afrique des Canaries jusqu'au Détroit de Gibraltar (probablement bouché un moment par les mouvements tectoniques provoqué par ce basculement saccadé). Du côté des Amériques, on l'a vu, le même phénomène se produisait : les glaces enfonçait la Cordillère des Andes, Rocheuses et une grande partie du Nord-Amérique et Sud-amérique (les deux pôles), alors que tout le centre remontait, moins atteints grâce à l'Equateur : la Péninsule du Yucatan s'élevait beaucoup plus loin dans l'Océan, les Caraïbes formaient de vastes terres à l'air libre... et la dorsale Atlantique devait s'exacerber aussi, prise entre deux élévations de continents à un endroit précis et se fissurer d’autant plus... De nombreuses élévations sont encore visibles sous l'eau de nos jours entre les Açores, l'Afrique et l'Europe : il s'agit peut-être d'îles ayant été à l'air libre lors du dernier "basculement" de continent et, pourquoi pas, la période ayant duré plusieurs milliers d'années, ont permis effectivement la création d'une civilisation comparable à celle de Tihuanacu, aussi tôt, (et peut-être en relation) mais bien une civilisation "atlante" maritime composée de multitudes d'îles, bénéficiant des meilleurs conditions climatiques possibles à l'époque (et de mêmes conditions du côté des Philippines et Indonésie asiatiques, jusqu'à l'Australie à priori)... Vous avez là ma théorie sur l'Atlantide correspondant en partie aux dires de Platon et aux légendes, dans le sens où, effectivement, des grosses îles ont pu émerger un long moment grâce à ce (ces) basculement, se fragmenter ensuite à cause du volcanisme-séisme actif et de la nouvelle fonte des glaces (provoquant deux phénomènes fatals pour ces îles : la hausse à nouveau du niveau des mers et la chute des continents à l'opposé des endroits fondus qui remontent...

Bolivie El Fuerte de Samaipata

Il a toujours existé dans ces régions de vastes lacs salés inter-andins. Ils se situaient naturellement à un niveau inférieur et existaient bien avant la dernière glaciation. Ils avaient sans doute leur origine dans la période tertiaire où le continent est apparu pour la première fois, en suspendant les eaux de l'océan lors de la formation des chaînes de montagnes. De cette période lointaine, est également venue la faune marine en poissons de ces eaux, dont les descendants vivent encore, complètement dégénérés, dans le lac Titicaca et le lac Poopó.

À la lumière de cette discussion, il est très difficile de penser que la culture de l'homme sur l'Altiplano et la construction de ses magnifiques métropoles appartiennent à une époque relativement récente.

12 . Une des preuves avec laquelle nous pouvons aussi renforcer notre assertion relative à l'énorme âge de Tihuanacu, c'est que dans le folklore de l'Altiplano, rien n'est relié dans les traditions qui ferait allusion, même à distance, sur l'origine et l'objet de cette magnifique métropole. Il est incontestable qu'une immense culture comme celle de Tihuanacu aurait laissé un souvenir impérissable dans l'esprit des hommes qui habitaient cette partie des Andes, si elle avait été réalisée dans une période relativement récente.

Mais cela ne s'est pas passé ainsi, aucun souvenir n'est resté de cette époque ; déjà à l'époque de la conquête, les Indiens, lorsqu'on leur a demandé en qui concerne l'âge de Tihuanacu, ont répondu que ces monuments avaient toujours été là, ou qu'ils étaient apparus à l'aube d'un jour très lointain, ou qu'ils ont été construits par une race de géants, appelés "Huaris", avant Chamak-Pacha. Ce sujet de Chamak-Pacha en aymara ou Purin-Pacha en Keshua est extrêmement intéressant.

Les deux mots signifient " période d'obscurité ". Cette tradition s'étend non seulement à l'Amérique du Sud, mais aussi à la partie la plus septentrionale de l'Amérique du Nord. Cette référence est évidemment faite par rapport à une époque glaciaire où le soleil manquait de puissance thermique ou n'était pas visible et par conséquent n'a pas bénéficié aux êtres humains avec ses rayons vivifiants. Il s'agirait d'une longue discussion pour entrer dans les détails au sujet de cet aspect et nous souhaitons ne pas la traiter à la légère en raison de son grand intérêt. ( 109 )

13 . Une autre preuve que nous pouvons mettre à profit, et à plus forte raison, pour prouver le très grand âge de la culture de Tihuanacu, est celle liée à la grande diffusion qui a atteint ​l'ensemble du continent par le célèbre " Signe de l'Escalier " (Staircase Sign). Ce signe, cela peut être affirmé, est originaire de Tihuanacu et représente l'idée fondamentale cosmologique ( 110 ) ainsi que le culte de la Terre Mère (Pacha-Mama).

Ce symbole sacré, comme la croix du Rédempteur dans la religion chrétienne, s'est propagé de la Terre de Feu à l'Alaska. Il a perdu son sens en raison de l'état ​​culturel actuel de la population indigène. À cause de cela on peut dire que dans tous les lieux où la culture de ce continent est apparue, on peut noter une substantielle Tihuanacu.

14 . Résumé : Si l'on voulait recueillir toutes les idées sur le grand âge de la civilisation de Tihuanacu avec les bases et les preuves qui en découlent, on pourrait remplir un livre entier. Mais nous sommes convaincus que dans les paragraphes précédents, nous avons décrit sous une forme claire et synthétique, la nature de ces preuves, qui sont : astronomiques, anthropologiques, paléontologiques, géologiques, pétrographiques et sociologiques.

En consultant la littérature citée dans les notes qui accompagnent le texte, une information complète et précise peut être obtenue sur tous les sujets qui ont été traités très vite dans le présent chapitre.

Bolivie - 1000 AV JC

------

( 90 ) Malheureusement, nous n'avons pas été au courant de ce travail quand nous avons fait nos premiers efforts pour déterminer l'âge de Tihuanacu, et enfin en 1914, le professeur FS Archenhold, directeur de l'Observatoire de Treptow ( Berlin ) a attiré notre attention sur cette publication notable.

( 91 ) Ce guide a été la poursuite de nos études ordinaires à nouveau sur Tihuanacu, pour les faire connaître avant le quatrième Congrès scientifique ( Premier Congrès panaméricain ) qui a eu lieu en 1908 à Santiago du Chili et dans les Anales ( Vol. XI ) où les études ont été publiées : « Les études de la troisième section, naturelles, sciences anthropologiques et ethnologiques » ( vol. I , p 1-142 ). Depuis la Guida de Tihuanacu, Islas del Sol, etc a été publié en l'absence de l'auteur , il était incapable de corriger les épreuves, et il est sorti avec plusieurs lignes mutilées dans la section traitant de l'âge de Tihuanacu. Ce fait a donné lieu à des polémiques et interprétations malveillantes. Cf . Posnansky : " Así habla la Esfinge Indiana " , La Paz , 1926.

( 92 ) Cf. . " La edad de Tihuanacu », Boletín de la Sociedad Geográfica de La Paz , 1918.

( 93 ) Der Sonnentempel in den Ruinen von Tihuanacu . Versucb einer astronomischen Allersbestimmung , Berlin , Dietrich Reimer , 1931.

( 94 ) Cf. . Posnansky , El pasado prehistórico del Gran Perú . Chap . IV : « el hombre del advenimiento en América par El descubrimiento de las ruinas de Chuju Perkha y su Importancia " , pp 47-53 . La Paz , en Bolivie , Editorial " Instituto Tihuanacu " , 1940.

( 95 ) Becker de la Specula Vaticana , Kohlschütter de l'Observatoire astronomique de Bonn , Müller de l'Observatoire astronomique de Potsdam . Professeur H. Ludendorff a également réalisé des études avec nous dans Tihuanacu .

( 96 ) Cf. . p . 50 de Das Weltall , 24 Jhrg . Heft 2 , Novembre 1924, dans l'article : " Kulturvorgeschichtliches u . mourir Astronomische Bedeutung des Sonnentempels c Tihuanacu dans Bolivien " . ( Avec neuf illustrations ) .

( 97 ) Avec les données précédentes nos déclarations préliminaires ont été rectifiées, elles sont les suivantes : ( 1 ) Dans le Guía de Tihuanacu 1912 ; ( 2 ) Dans le Bulletin de la Sodedad Geográfica de La Paz , 1918 ( 3 ) Dans le Weltall , n ° 24 , 1924 ; ( 4 ) dans la conférence donnée à La Haye et publiée dans les Andes del Congreso international de Americanistas 1924 ; ( 5 ) dans " Notas cronológicas de Tihuanacu " dans les Actes de le vingt-troisième Congrès international des américanistes , septembre 1928, New York, 1931 ; ( 6 ) dans les travaux que nous avons réalisés dans la société avec le professeur Rudolf Müller pendant les années 1928 à 1929 et qu'il publia dans la Baesler Archiv , 1931.

( 98 ) Une expression aymara qui signifie « pierres debout ».

( 99) Les cartes en question sont conservées dans l '«Institut Tihuanacu d'anthropologie , Etnología y Préhistoire " , La Paz , Miraflores , Calle Pinilla 556 , fondée par l'auteur en 1914 avec ses propres fonds et sans l'aide des gouvernements, institutions ou des particuliers.

( 100 ) Nous répétons ce qui a été dit à la p . 29 de notre travail El Pasado Prebistórico del Gran Perú à l'effet que la fossilisation n'est pas une indication évidente de très grand âge.

( 101 ) Cf. . Posnansky , Templos y viviendas , 1921, p . 30 , Fig. 3 et id. , Id. , Infra dans le chapitre correspondant du présent travail.

( 102 ) Cf. . id. , " La remoción del cíngulo climatérico " dans les Actes de la vingt-troisième Congrès international des américanistes , septembre 1928, New York.

( 103 ) Cf. . Figues . 3 et 5 du Vol. I.

( 104 ) ll est connu que cette plate-forme, ainsi que le temple lui-même, ont été fondés dans la première période, car ils conservent encore l'orientation de cette période primitive, la même que celle du temple primitif de Pukara de Akapana.

( 105 ) Cf. . Posnansky , anthropologie y sociología , 2e éd . 1938, pp 106-112 .

( 106 ) Cf. . id. , El pasado prehistórico del Gran Perú , Fig . 21 : Dessin montrant les fluctuations du lac Titicaca 1914-1940 ; Boletines également de la Sociedad Geográfica de La Paz , n ° 64 et 66 .

( 107 ) Id . , " La remoción del cíngulo climatérico etc " , loc . cit .

( 108 ) Cf. . De Geer Gérard, l'OM moejlighten de att injoera en Kronologie foer instiden Geol Foeren 6 , 1882 . Identifiant , l'OM de foerbindelsen définitive Nellan den svenska tidskalen senglaciala och postglaciala del Geol . Joeren , 46 , 1924.

( 109 ) La tradition des " Huaris " , de Poma de Ayala et d'autres, comme étant les ancêtres de l'homme cultivé est extrêmement ancienne parmi les habitants de la montagne du continent. À notre avis, il a son origine dans la découverte d'ossements gigantesques d'espèces animales éteintes par les Indiens, dans les endroits où les courants d'eau les ont révélés. Cette supposition est soutenue encore par le sens du mot « Huari " ou " Wari ", qui signifie en Keshua " Cameloidea " ( vigogne ) Phelipe Guaman Poma de Ayala, dans sa Chronique y buert gobierno ( fin du XVIe siècle) , quand il considère les ancêtres primitifs des Indiens, fait allusion à la " Pakarimoj-Runa " et " Wari - Runa . ».

( 110 ) Cf. . Posnansky , El signo escalonado , Berlin , 1912 ; El pasado prehistórico del Gran Perú , La Paz , 1940 ; « Es o non oriundo el hombre lamericano en América ? Puntos de contacto lingüístico y dogmático en las Américas " , dans Anales del vigésimo - Séptimo Congreso International de Americanistas , ( Mexico , 1939) Vol. I, pp 98-118 . Voir aussi Introduction à Art indien . Partie . II . Kenneth M. Chapman . Poterie indienne , pag. 8 , Introduction à Art indien par John Sloan et Oliver La Farge , Partie I. Plate XVI .

----------------

Source des segments de livres ci-dessus 

Nous recommandons ce chapitre du livre :
La science astronomique de Tihuanacu . Comment Kalasasaya a été construit pour être utilisé comme une pierre Almanach

http://blog.world-mysteries.com/science/ancient-ruins-of-tiwanacu-and-pumapunku/

Yves Herbo Traductions-SFH-12-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien séisme volcanisme mystère astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau