Les Polynésiens en Californie il y a plus de 1000 ans

Les Polynésiens aussi en Californie il y a plus de 1400 ans

 

Polynesiensroutes mini

 

Deux autres preuves consolident le fait que des Polynésiens ont bien débarqué aussi en Amérique du nord, plus précisément en Californie du sud, au minimum 1000 ans avant que Christophe Colomb arrive sur la côte est... avec les preuves qui s’amoncellent sur leur probable débarquement en Amérique Latine encore plus tôt qu'en Amérique du Nord...

C'est donc une très vieille idée, qui date du 19ème siècle, qui semble de plus en plus confirmée par de multiples preuves...

La première de ces preuves consiste en la datation au carbone 14 recalibré d'une antique coiffure de cérémonie utilisée par les Indiens Chumash de Californie du Sud. La seconde implique la recherche effectuée par deux scientifiques de Californie qui suggèrent qu'un mot Chumash pour "planche de canot cousu" est dérivé d'un mot polynésien pour le bois, utilisé pour construire exactement le même bateau.

A l'époque (2005) les scientifiques, la linguiste Kathryn A. Klar de UC Berkeley et l'archéologue Terry L. Jones de Cal Poly San Luis Obispo, avaient du mal à obtenir que leur thèse sur des contacts entre les anciens Polynésiens et les Chumash soit publiée dans des revues scientifiques. Les Chumash et leurs voisins, les Gabrielino, étaient les seuls Indiens d'Amérique du Nord à construire des bateaux en planches-cousues, une technique utilisée dans les îles polynésiennes.

Le mot Chumash pour "canot en planches-cousues" est tomolo'o, tandis que le mot hawaïen pour "arbre utile" est kumulaa'au. Les Polynésiens ont colonisé Hawaï au cours du premier millénaire après Jésus-Christ, et dans le processus, leur langue a évolué en langue hawaïenne. Le mot tumu Polynésien signifie arbre ou tronc d'arbre, et ra'akau signifie bois ou la branche; l'analyse linguistique complexe de Klar montre comment la combinaison de ces deux mots a évolué dans le kumulaa'au hawaïen. Beaucoup de mots hawaïens qui commencent par "k" à l'origine ont commencé avec "t". Remplacer le "k" de kumulaa'au avec un "t" et la similitude entre les mots devient évidente. La similitude est si grande, dit Klar, qu'il est très peu probable que ce soit une coïncidence.

Le canot en planches-cousues  était la version des Indiens Chumash d'un digne yacht de haute mer, un véhicule suffisamment solide pour leur permettre de pêcher dans les eaux profondes au large des côtes. Le navire résultant était élégant, léger, rapide et durable, ou le véhicule parfait pour les voyages de longue distance à travers les eaux agitées, y compris les zones de pêche en eaux profondes. Klar et Jones raisonnent sur le fait que les anciens polynésiens ont navigué vers la Californie du Sud et ont partagé leurs connaissances de la navigation de plaisance avec les Chumash. Ce fut une ancienne forme de ce qu'on appellerait aujourd'hui «transfert de technologie».

PolynesiensroutesLes routes des Polynésiens : un passage vers la Californie est possible périodiquement grâce à des vents saisonniers...

Un élément clé de preuve pour ce point de vue était la datation au carbone 14 des coquilles d'ormeaux d'une coiffure de cérémonie Chumash façonnée à partir du crâne d'un espadon, un poisson de haute mer. Sur la base des méthodes antérieures de la datation au carbone, les coquillages, désormais stockés au Musée d'histoire naturelle de Santa Barbara, ont été supposés être âgés d'environ 2000 ans. Cette date impliquait que les Chumash pêchaient dans les eaux de haute mer environ 400 ans plus tôt que l'hypothèse du contact polynésien-Chumash de Klar et Jones.

Il se trouve, cependant, que la datation initiale au carbone-14, qui avait été déterminée avant que les scientifiques aient réalisé qu'ils devaient prendre en compte les différents niveaux de l'atmosphère du carbone-14, (d'où recalibration au début du 21eme siècle), était fausse.

Inspiré par l'hypothèse de Klar et Jones, John Johnson, conservateur d'anthropologie au Musée de Santa Barbara, a décidé de recalibrer les coquilles d'ormeaux. Il a découvert qu'ils dataient d'environ 600 après J.-C., quelques centaines d'années plus jeunes qu'on ne le pensait. Il a annoncé sa conclusion en Avril lors d'une conférence sur l'archéologie à Salt Lake City.

Six cents A.D. est en plein milieu de la période pendant laquelle les anciens Polynésiens ont navigué vers la Californie du Sud, selon la théorie de Klar et Jones (entre 500 et 700 après J.C. d'après eux).

Mais après avoir été aux prises pendant deux ans avec des critiques par des pairs examinateurs, l'article de Klar et Jones est paru dans la revue archéologique American Antiquity en Juillet.

S'ils ont raison, leur conclusion est un coup majeur porté à l'hostilité traditionnelle des anthropologues nord-américains à la théorie selon laquelle des non-Européens ont visité ce continent bien avant Christophe Colomb.

Jusqu'à présent, peu de scientifiques ont osé spéculer que les anciens Polynésiens ont visité la Californie du Sud entre 500 et 700 après Jésus-Christ, c'est à dire, au cours des siècles après la chute de l'Empire Romain. Ceci est connu sous le nom de l'hypothèse de «diffusion transpacifique».

" Le paradigme dominant en archéologie américaine pour les 60 dernières années ou plus, a été anti-diffusionniste, et nos résultats sont déjà une stimulation pour une refonte de ce paradigme ", a déclaré Klar au Chronicle.

L'idée que l'ancienne Amérique du Nord aurait pu recevoir des visiteurs des îles du Pacifique et de l'Asie a eu peu d'amis dans les temps modernes. L'idée était populaire parmi les chercheurs du 19e siècle, mais est tombée en disgrâce scientifique au cours du 20e.

A travers le siècle dernier, l'opposition des scientifiques ne semble pas déraisonnable: Non seulement le Pacifique est le plus large océan du monde, les marins de l'ouest aurait été confrontés à des courants et des vents contraires qui auraient tendance à les pousser dans la mauvaise direction.

Récemment, cependant, l'opposition scientifique, à au moins quelques idées diffusionnistes, a commencé à vaciller. Un gros coup dur pour les sceptiques est venu il y a plus d'une décennie, avec la découverte de preuves archéologiques que les Polynésiens anciens mangeaient des patates douces, qui sont originaires d'Amérique du Sud. Vraisemblablement, les marins polynésiens se sont aventurés en Amérique du Sud, ont obtenu des patates douces et les ont ramenés sur leurs îles d'origine. (Langdon, Robert (2001). "The Bamboo Raft as a Key to the Introduction of the Sweet Potato in Prehistoric Polynesia". The Journal of Pacific History36 (1): 51–76. doi:10.1080/00223340123312"Modeling the prehistoric arrival of the sweet potato in Polynesia"Journal of Archaeological Science35: 355–367. doi:10.1016/j.jas.2007.04.004)

D'autres découvertes sur un probable contact entre les polynésiens et l'Amérique Latine proviennent d'analyses d'ADN d'os de poulets découverts à El Arenal au Chili, des os de poulets dont plusieurs analyses ont confirmé qu'ils portaient des séquences provenant non seulement de Samoa et Tonga, mais aussi d'Asie du Sud-est, du sous-continent indien et... d'Europe... et qu'ils dataient de entre 1304 et 1424, c'est-à-dire bien avant l'arrivée des Espagnols sur place ! La seule explication plausible est donc bien l'importation des premiers poulets en Amérique Latine via les Polynésiens ! (Gongora, J.; Rawlence, N. J.; Mobegi, V. A.; Jianlin, H.; Alcalde, J. A.; Matus, J. T.; Hanotte, O.; Moran, C.; Austin, J. J.; Ulm, S.; Anderson, A. J.; Larson, G.; Cooper, A. (2008). "Indo-European and Asian origins for Chilean and Pacific chickens revealed by mtDNA"Proceedings of the National Academy of Sciences.105 (30): 10308–10313. doi:10.1073/pnas.0801991105. PMC 2492461 PMID 18663216.). 

Une équipe de chercheurs dirigée par le "Mummy Research Group et BIOARCH" de l'Université de York,  alors qu'elle examinait une momie péruvienne au musée Bolton, a constaté qu'elle avait été embaumée en utilisant une résine d'arbre. Avant cela, on pensait que les momies péruviennes avaient naturellement été préservées. La résine s'est révélée être celle d'un conifère Araucaria lié au «monkey puzzle tree», c'était d'une variété trouvée seulement en Océanie et probablement en Nouvelle-Guinée. " La datation au radiocarbone des deux, la résine et le corps, par le laboratoire du radiocarbone de l'Université d'Oxford, a confirmé qu'ils étaient essentiellement contemporains, et datés d'environ 1200 CE (bien avant l'arrivée des Espagnols donc, et la résine en provenance directe de Nouvelle Guinée !!) ". (From the University of York Magazine, page 9, April/May 2008).

Ces découvertes sur les patates douces et les poulets sapaient déjà un élément majeur du vieil argument de la critique: que le voyage polynésien aux Amériques était physiquement impossible. Pourtant, des preuves directes pour un contact polynésien avec l'Amérique du Nord étaient rares. En voici donc deux autres qui s'ajoutent...

Il semble donc que non seulement Christophe Colomb était déjà loin derrière les Vikings, mais aussi que ces derniers ont été devancés au moins par les Polynésiens dans cette série de "redécouvertes" des Amériques... sans oublier que toutes ces possibilités ouvertes pour passer tant par les flots de l'ouest que ceux de l'est, vont également dans le sens de certains chercheurs qui affirment que les Solutréens, les Phéniciens (et voir les recherches de Cyrus H. Gordon sur l'inscription phénicienne trouvée sur la plaque de Bat Creek), ou autres Minoens (via d'antiques mines de cuivre aux USA), qui étaient tous de bons marins, auraient également laissé des traces aux Amériques, bien longtemps avant encore... mais ces traces sont encore plus rares bien sûr... et probablement pas toutes réelles...

Bat creek exam 5 28 10

Bat Creek inscription (Smithsonian Institute) - origine non prouvable...

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/, 05-08-2016

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange auteur lire mystère antiquité

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau