Les pages des anomalies scientifiques - 3

Les pages des anomalies scientifiques - 3

Pyx halo mini

Cette nouvelle rubrique qui devrait comporter plusieurs pages (qui seront regroupées par la suite et après leur publication) va recenser certaines petites publications ou nouvelles brèves du passé sur des découvertes annoncées discrètement par certains professionnels ou scientifiques. Cela vient évidemment en complément du déjà large travail de compilation de données lisibles sur ce site. Ces annonces sont en principes toutes référencées et réelles et elles concernent toutes des "anomalies" par rapport aux normes, dogmes ou "establishment" scientifiques ou historiques. Il y a rarement des illustrations ou photos et l'annonce est parfois très brève. On se rapproche en quelque sorte un peu du "Livre des Damnés" de Charles Fort, mais plus récent et c'est voulu car ces données existent, même si elles ne sont pas très connues et explorées elles-mêmes... Je n'ai pas trouvé d'ordre préférentiel pour l'instant, un classement par continent par exemple pourrait être fait par la suite. Vous allez comprendre très vite de quoi il s'agit, je met le texte original quand dispo et la traduction française en-dessous :

Voici la page 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-1.html

Voici la page 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-2.html


 

Halos And Unknown Natural Radioactivity

R.V. Gentry is well known for his studies of giant halos in minerals, particularly micas from Madagascar. Recently, intense debate seems to have determined that these Madagascar giant halos are not due to naturally occurring superheavy elements. But what did cause them? In this article, Gentry, et al present data for giant halos in Swedish biotite. No conclusion is given as to their possible origin, but it is noted that some of these giant halos have bleached circles around their centers. These circles seem related to the enigmatic dwarf halos known and unexplained for more than 50 years.

(Gentry, R.V., et al; "Implications on Unknown Radioactivity of Giant and Dwarf Haloes in Scandanavian Rocks," Nature, 274:457, 1978.)

Comment. The "halo" problem is not as trivial as it may seem because anomalous radioactivity, presumably with a very short half-life, should not be present in billion-year-old rocks such as the Madagascar micas. One implication: geological dating is all wrong!

Halos et radioactivité naturelle inconnue

Pyx haloRadiation damage haloes around zircon inclusions in pyroxene (160X magnification). Author's collection.

R.V. Gentry est bien connu pour ses études sur les halos géants dans les minéraux, en particulier les micas de Madagascar. Récemment, un débat intense semble avoir déterminé que ces halos géants de Madagascar ne sont pas dus à un événement naturel lié à des éléments super-lourds (uranium). Mais qu'est-ce qui a pu les causer ? Dans cet article, Gentry et autres présentent des données pour les halos géants dans la biotite suédoise. Aucune conclusion n'est donnée quant à leur origine possible, mais il est à noter que certains de ces halos géants ont blanchi leurs cercles autour de leurs centres. Ces cercles semblent liés aux halos nains énigmatiques connus et inexpliqués depuis plus de 50 ans.

(Gentry, RV, et al; "Implications on Unknown Radioactivity of Giant and Dwarf Haloes in Scandanavian Rocks," Nature, 274: 457, 1978.)

Commentaire : Le problème "halo" est moins trivial que cela puisse paraître, car une anomalie en radioactivité, sans doute avec une demi-vie très courte, ne devrait pas être présente dans des roches de milliards d'années comme les micas du Madagascar. Une implication : les datations géologiques sont toutes fausses !

Po218

Concentric haloes in biotite mica considered by Gentry to be caused by polonium isotope decay (Gentry, 1992)

Yves Herbo : Notons tout de même que Gentry était assez nettement du bord des "créationnistes" et que c'était aussi un scientifique physicien reconnu et publié... qui a conclu de sa vie d'étude des minéraux et de la radioactivité (ou plutôt des impuretés radioactives créant les halos dans les minéraux)... que la Terre était bien plus jeune que ce que les "autres" (géologues) disaient !   Une autre théorie assume que des guerres nucléaires se seraient produites il y a des milliers, voir des millions d'années, expliquant certaines choses, y compris une certaine évolution vers le gigantisme préhistorique... 

http://www.talkorigins.org/faqs/po-halos/gentry.html​


 

The Pecked Cross Symbol In Ancient America

Twenty-nine instances of the so-called "pecked cross" have been collected by the authors of the present article. Usually consisting of two concentric circles centered on orthogonal axes, this cross design is found carved on rocks and in the floors of ceremonial buildings throughout Mesoamerica. Such a motif would ordinarily not evoke much comment, but here the figure is formed from many small, evenly spaced depressions so arranged as to hint at larger meanings. For example, many pecked crosses have 260 depressions, suggesting a calendric interpretation (i.e., the 260-day Mesoamerican cycle). On some occasions the cross arms are astronomically oriented. In addition, the holes may have been used to hold pieces in ritual games similar to patolli. The pecked crosses are widespread and were apparently quite significant to the ancient Mesoamericans. Perhaps, the authors suggest, the figures had a composite astronomical, calendric, and ritual purpose. This would be consistent with the Mesoamerican cosmological belief that everything is interlinked and that the works of man must be, too.

(Aveni, Anthony F., et al; "The Pecked Cross Symbol in Ancient Mesoamerica," Science, 202:267, 1978.)

Croix piquees usa

La Croix piquetées Symbole de l'Amérique ancienne

Vingt-neuf cas de ce qu'on appelle les "croix" piquetés ont été recueillies par les auteurs du présent article. Habituellement composé de deux cercles concentriques centrés sur des axes orthogonaux, ce dessin de la croix se trouve sculpté sur les rochers et dans les étages des bâtiments cérémoniels tout au long de la Méso-Amérique. Un tel motif n'aurait normalement pas évoqué beaucoup de commentaires, mais ici, le dessin est formé à partir de nombreuses petites dépressions, régulièrement espacées, disposées de façon à faire allusion à de plus grandes significations. Par exemple, de nombreux croisements ont piqueté 260 dépressions, ce qui suggère une interprétation calendaire (ie, le cycle méso-américain de 260 jours). À certaines occasions, les bras transversaux sont orientés astronomiquement. En outre, les trous peuvent avoir été utilisés pour la tenue de pièces pour des jeux rituels semblables à Patolli. Les croix piquetées sont très répandues et étaient apparemment assez importantes pour les anciens Mesoamericains. Peut-être, les auteurs suggèrent, que les symboles avaient une composition astronomique, calendaire, et un but rituel. Ce serait compatible avec la croyance cosmologique méso-américaine que tout est interconnecté et que les œuvres de l'homme doivent l'être, aussi.

(Aveni, Anthony F., et al; "The Pecked Cross Symbol in Ancient Mesoamerica," Science, 202:267, 1978.)

 


 

Inscribed Stone From Tennessee Necropolis

The pictured stone was found during the early 1890s in an extensive cemetery near Nashville. The stone's back was hollowed out like a cupstone, while its front was inscribed with symbols. Barry Fell considers the symbols Libyan, pre 100 A.D. style. He translates them thus:

"The colonists pledge to redeem."

(Whittall, James P., II; "An Inscribed Libyan Token from a Necropolis in Tennessee," Early Sites Research Society, Bulletin, 6:37, 1978.)

Stone nashville tennessee 1890Cette ancienne pierre mystérieuse non liée à une tombe comporte du texte en arabe (Lybie) du 1er siècle après JC. Elle a été trouvée dans un ancien cimetière du Tennessee en 1890...

La Pierre Inscrite de la Nécropole du Tennessee

La pierre sur la photo a été trouvée au début des années 1890 dans un vaste cimetière près de Nashville. Le dos de la pierre a été creusé comme une coupe de pierre, tandis que sa façade a été inscrite avec des symboles. Barry Fell estime les symboles libyen, du style d'avant l'an 100 après JC. Il les traduit ainsi : " Les colons s'engagent à se racheter. "

(Whittall, James P., II; "An Inscribed Libyan Token from a Necropolis in Tennessee," Early Sites Research Society, Bulletin, 6:37, 1978.)

Yves Herbo : on peut noter que ce n'est pas l'unique découverte de ce type aux Etats-Unis et aussi en Amérique Latine (des artefacts antiques phéniciens, égyptiens, sumériens, minoens et Hindoux deterrés). Aucune explication sûre n'a jamais pu être donnée, seuls les artefacts sont là pour témoigner...


 

Venus Has Uncertain Pedigree

The five instrumented Pioneer probes that plunged into the thick Venusian atmosphere in late 1978 discovered unexpectedly large quantities of the isotope argon-36. The significance of argon-36 is that it is supposed to be primordial argon; that is, an argon isotope formed when the solar system was born. Since argon-36 is radioactive, most of the original supply of this isotope should have disintegrated and disappeared over the 4-billion-year history of the solar system. Indeed, the atmospheres of earth and Mars have much, much smaller quantities of argon-36 than Venus. Venus, therefore, may have had an origin different from that of earth and Mars -- either a much more recent birth (such that the argon-36 has not all disintegrated), or an altogether different kind of origin in which more argon-36 was created than was the case for earth and Mars.

(Anonymous; "Venus Probes Solar System Birth," New Scientist, 80:916, 1978.)

Vénus a une ascendance incertaine

Les cinq sondes Pioneer instrumentées qui ont plongé dans l'atmosphère vénusienne épaisse fin 1978 ont découvert de manière inattendue de grandes quantités de l'isotope de l'argon-36. L'importance de l'argon-36 est qu'il est censé être de l'argon primordial; c'est un isotope de l'argon formé lorsque le système solaire est né. Parce que l'argon-36 est radioactif, la plupart de la quantité initiale de cet isotope s'est désintégré et a disparu au cours de l'histoire des 4 milliards d'années du système solaire. En effet, les atmosphères de Mars et de la Terre ont de beaucoup, beaucoup plus petites quantités d'argon-36 que Vénus. Vénus, par conséquent, peut avoir eu une origine différente de celle de la Terre et de Mars - soit une naissance beaucoup plus récente (telle que l'argon-36 ne s'est pas entièrement désintégré), ou soit d'un genre tout à fait différent comme origine dans lequel plus d'argon-36 a été créé, que ce qui était le cas pour la Terre et Mars.

(Anonyme, "Naissance de Vénus système solaire Sondes," New Scientist, 80: 916, 1978.)


 

Where did chief joseph get a cuniform tablet?

Among the effects of Chief Joseph, the famed leader of the Nez Perce Indians, was a clay tablet bearing a cuneiform inscription. The tablet transmits no startling message, being merely a receipt for one lamb changing hands. But where did a Northwest Indian chief get a 3,000year-old tablet? The tablet first came to light around 1878, long before cuneiform tablets became common on the artifacts market. Still, it could have been a gift from some missionary or tourist -- or even planted as a hoax.

(Park, Edwards; "Where Did Chief Joseph Get a Cuneiform Tablet?" Smithsonian Magazine, 9:36, February 1979.)

Où le Chef Joseph a bien pu obtenir une tablette en Cunéiforme ?

Parmi les effets personnels du Chief Joseph, le célèbre chef des Indiens Nez Percés, se trouvait une tablette d'argile portant une inscription cunéiforme. La tablette ne transmet aucun message surprenant, étant simplement un reçu pour un agneau qui a changé de mains. Mais comment ce fait-il qu'un chef indien du Nord-Ouest ait pu obtenir une tablette vieille de 3.000 années ? La tablette est venue tôt à la lumière, autour de 1878, longtemps avant que les tablettes cunéiformes soient devenues courantes sur le marché des artefacts. Pourtant, cela aurait pu être un cadeau de quelque missionnaire ou d'un touriste - ou même planté là comme un canular.

(Park, Edwards; "Where Did Chief Joseph Get a Cuneiform Tablet?" Smithsonian Magazine, 09.36, Février 1979.)


 

Rameses II Hooked On Tobacco

French scientists examining the stomach of the Egyptian Pharaoh Rameses II found fragments of tobacco leaves. Further analysis of the 3,200-year-old mummy indicated the presence of nicotine in the body. Conventional wisdom has it that tobacco was unknown in the Old World until the Spanish brought it back from the Americas in the Sixteenth Century.

(Anonymous; "Tobacco in Egypt," Anthropological Journal of Canada, 16:10, 1978.)

Ramsès II intoxiqué au tabac

Les scientifiques français, en examinant l'estomac du pharaon égyptien Ramsès II ont trouvé des fragments de feuilles de tabac. Une analyse plus poussée de la mommie vieille de 3.200 ans a indiqué la présence de nicotine dans le corps. La "sagesse" conventionnelle veut que le tabac était inconnu dans le Vieux Monde jusqu'à ce que les espagnols l'ait ramené des Amériques au XVIe siècle...

(Anonyme, "tabac en Egypte," Journal Anthropologique du Canada, 16.10, 1978.)

Yves Herbo : depuis, des traces de coca ont également été trouvées dans d'autres mommies... la coca n'a jamais poussé en égypte antique à notre connaissance...


 

Ancient Rock Cairns In The California Desert

The anomaly here resides in the caliche (CaCO3 ) adhering to the bones and rock undersides in a California burial cairn. The caliche has been dated at more than 21,000 B.P. by radiocarbon methods and 19,000 B.P. by thorium methods -- ages much too large for conventional archeological histories of the Southwest.

P.J. Wilke objects that only the age of the soil caliche has been measured and that the bones and their burial may be much younger.

This cairn site, called the Yuha burial site, possesses no other datable characteristics. On the other hand, many other California burial cairns (the California desert is amply provided with them) have been dated only from 5,000 B.P. to historic times. In this context, Wilke maintains that it is easier to believe that the Yuha bones are merely 5,000 years old, and that the problem is actually in the dating.

(Wilke, Philip J.; "Cairn Burials of the California Deserts," American Antiquity, 43:444, 1978.)

Ancien Rock Cairns dans le désert californien

Ici l'anomalie réside dans la caliche (CaCO3 - dépôt de minéraux, sels et matières organiques) recouvrant les os et les dessous du rocher dans une sépulture en cairn de Californie. La caliche a été datée de plus de 21.000 ans avant maintenant par la méthode du carbone et à 19.000 ans avant maintenant par des méthodes au thorium - des âges beaucoup trop grands pour les histoires archéologiques classiques du Sud-Ouest...

PJ Wilke objecte que probablement, seul l'âge de la caliche du sol a été mesuré et que les os et leur sépulture pourraient être beaucoup plus jeunes... (sans apporter la moindre preuve de ce qu'il affirme...).

Ce site en cairn, appelé le lieu de sépulture Yuha, ne possède pas d'autres caractéristiques datables. D'autre part, beaucoup d'autres sépultures en cairns de Californie  (le désert de Californie est amplement fourni avec elles) ont été datées seulement de 5.000 ans avant maintenant, correspondant aux bons temps historiques. Dans ce contexte, Wilke soutient qu'il est plus facile de croire que les os de Yuha sont vieux seulement de 5.000 années, et que le problème est en fait dans la datation... (YH : ça devait le rassurer d'avoir trouvé une explication... sans rien prouver du tout à part sa "probabilité"... pourtant, quand on étudie l'histoire des glaciations et des inter-glaciations, on s'aperçoit que le pont entre l'Amérique du nord et la Russie était bien à sec plusieurs fois dans l'Histoire, et notamment entre 22.000 ans et 17.000 ans... de plus, des découvertes récentes semblent confirmer la grande ancienneté des premières migrations (16.000 ans prouvés maintenant aux USA et ailleurs (Brésil), plus bas...)

(Wilke, Philip J .; "Cairn Sépultures des déserts de la Californie," American Antiquity, 43: 444, 1978.)


 

Is there a science of anomalies?

Westrum and Truzzi term their paper a "bibliographical introduction" to anomalies. Indeed, the article is laced with references to the great classics on scientific anomalies and worth reading for this aspect alone. But the authors go farther. First, they define three different kinds of scientific anomalies: accepted, validated, and alleged. Next, they discuss the criteria used in judging anomalies by the scientific establishment. In dealing with anomalies, the focus inevitably narrows down to the reliability of the data and, quite reasonably, the honesty of those collecting, reproducing, and otherwise manipulating these data. Westrum and Truzzi then turn to the great anomaly collectors (Fort, Gould, Sanderson, Heuvelmans). What did these men produce and is it valuable to science?

(Westrum, Ron, and Truzzi, Marcello; "Anomalies: A Bibliographical Introduction with Some Cautionary Remarks," Zetetic Scholar, 1:69, 1978.)

Y a-t-il une science des anomalies ?

Westrum et Truzzi appellent leur papier une "introduction bibliographique" aux anomalies. En effet, l'article est truffé de références aux grands classiques sur les anomalies scientifiques et sur la valeur de la lecture sur ce seul aspect. Mais les auteurs vont plus loin. D'abord, ils définissent trois types d'anomalies scientifiques : acceptées, validées, et présumées. Ensuite, ils discutent les critères utilisés pour juger des anomalies par l'establishment scientifique. En traitant avec des anomalies, la concentration se rétrécit inévitablement vers le bas sur la fiabilité des données et, tout à fait raisonnablement, sur l'honnêteté de ceux qui collectent, reproduisent, et autrement manipulent ces données. Westrum et Truzzi se tournent ensuite vers les grands collectionneurs d'anomalies (Fort, Gould, Sanderson, Heuvelmans). Qu'est-ce que ces hommes produisent et est-ce utile à la science ?

(Westrum, Ron, et Truzzi, Marcello; "Anomalies: Une introduction bibliographique avec quelques mises en garde," Zetetic Scholar, 1:69, 1978.)

Yves Herbo : des questions intéressantes et même primordiales sur les anomalies scientifiques, tout en considérant que Einstein était aussi un collecteur d'anomalies en quelque sorte puisqu'il a assemblé et s'est servi de toutes les recherches de ses prédécesseurs en physique pour en établir un condensé et sa propre théorie...


 

A suivre pour d'autres pages...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 29-05-2015

Yves Herbo sur Google+

paranormal astronomie mystère video lire écrivain auteur essai volcanisme séisme nucléaire météo arctique antarctique climat environnement échange ovni ufo alien prehistoire archéologie moyen-orient

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau