Important : L'homme en Amérique il y a 130000 ans !

Important : L'homme en Amérique il y a 130000 ans !

 

4 t

 

Résumé de la publication scientifique :

La première dispersion des humains en Amérique du Nord est un sujet litigieux et des propositions de sites anciens sont nécessaires pour satisfaire aux critères d'acceptation suivants: (1) les données archéologiques se trouvent dans un contexte géologique clairement défini et non dérangé; (2) l'âge est déterminé par une datation radiométrique fiable; (3) plusieurs lignes de preuve provenant d'études interdisciplinaires fournissent des résultats cohérents; Et (4) des artefacts indiscutables se trouvent dans les contextes primaires 1 et 2. Nous décrivons ici le site Cerutti Mastodon (CM), un site archéologique de l'époque du début du Pléistocène tardif, où des jonctions in situ et des enclumes en pierre apparaissent dans une association spatio-temporelle, avec des restes fragmentaires d'un seul mastodonte (Mammut Americanum). Le site du CM contient des fragments d'os et de molaire fracturés en spirale, ce qui indique qu'il y a eu rupture alors que c'était frais (YH : mort récente). Plusieurs de ces fragments conservent également des signes de percussion. L’occurrence et la répartition des reflets osseux, molaires et de pierre suggèrent que des cas de bris se sont produits sur le lieu d'inhumation. Cinq grands blocs (marteaux de pierre et enclumes) dans le lit d'os du CM montrent des usures et des marques d'impact et sont anormalement hydrauliques par rapport au contexte à faible énergie de la strate de limon sablonneuse. L'analyse radiométrique 230Th / U de multiples spécimens d'os utilisant des modèles de datation-adsorption-désintégration indique une date d'enterrement de 130,7 ± 9,4 mille ans. Ces résultats confirment la présence d'une espèce non identifiée d'Homo au site du CM pendant la dernière période interglaciaire (MIS 5e, début du Pléistocène tardif), ce qui indique que des humains ayant une dextérité manuelle et une connaissance expérientielle pour utiliser des marteaux et des enclumes ont traité les os de mastodonte pour l'extraction de la moelle et / ou comme matière première pour la production d'outils. La réduction systémique des os de proboscide (trompe), évidente au site du CM, s'inscrit dans un schéma plus large de la technologie des percussions osseuses paléolithiques en Afrique, Eurasie et Amérique du Nord. Le site du CM est, à notre connaissance, le plus ancien site archéologique in situ, bien documenté en Amérique du Nord et, en tant que tel, révise considérablement le moment de l'arrivée de l'Homme dans les Amériques.

C'est une extraordinaire découverte publiée ce 27-04-2017 dans Nature, car elle est très étayée par toute une équipe de scientifiques ayant travaillé de longue durée sur le site, et, surtout, qu'elle repose à nouveau deux questions qui ont alimenté les controverses entre scientifiques de diverses spécialités. En effet, il était maintenant admis par une bonne majorité de scientifiques que l'être humain avait mis les pieds dans les Amériques entre - 40.000 à - 30.000 ans avant maintenant (- 40.000 ans dans le sud à cause d'une découverte au Brésil très étayée, et - 30.000 ans au Canada et Alaska sur plusieurs sites), mais cette découverte repousse ces dates à - 130.000 ans avant maintenant ! Et, encore pire, à cette date, l'Homme Moderne, Homo Sapiens, n'était pas censé être déjà sorti d'Afrique... C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les chercheurs, prudents, parlent pour l'instant d'un "Homo" indéfini...

Il était déjà évident que Christophe Colomb n’avait pas découvert l’Amérique, que des Vikings l’avaient devancé sur les marges d’un continent déjà peuplé d’« indiens » depuis des millénaires. Depuis 30 ans, le débat a été vif pour déterminer quand les premiers humains avaient pris pied sur le Nouveau Monde – il y a 13 000 ans, 14 000 ans, 20 000 ans (puis 30 000 et 40 000 ans) ou beaucoup plus ?

 

Sandiego ca

 

L’étude parue dans Nature porte sur l’analyse très poussée d’ossements d’un mastodonte – un mammouth américain – trouvés en bordure du chantier de l’autoroute 54, près de San Diego, Californie, au début des années 1990.

 

Detail d une fracture en spirale sur unos

Détail d’une fracture en spirale sur l’un des fémurs du mastodonte. Tom Deméré, San Diego Natural History Museum

 

Tom Deméré, du Muséum d’histoire naturelle de San Diego, se rappelle que l’équipe avait été étonnée par la présence de plusieurs grosses pierres au milieu des ossements, qui portaient des traces de fractures, et étaient regroupés de façon peu naturelle. « Il y avait là une énigme : les processus géologiques qui avaient déposé peu à peu le limon qui recouvrait les os ne pouvaient pas avoir aussi transporté jusqu’ici ces gros cailloux. »

Les premières datations fiables ont été obtenues, en 2012, par l’étude de désintégration de l’uranium dans les ossements – aucun collagène n’avait été trouvé pour utiliser le carbone 14. La date prouvée a stupéfié les chercheurs : 130 000 ans (plus ou moins 9 000 ans). Soit une période de l’occupation humaine des Amériques dix fois plus ancienne que la culture Clovis, longtemps considérée comme la première arrivée. Les années suivantes ont donc été occupées à réunir les compétences et les indices nécessaires pour vérifier cette date extraordinaire. « Toute annonce extraordinaire nécessite des preuves extraordinaires », rappelle sagement M. Demeré, qui, avec ses cosignataires, estime les avoir réunies. Avec les experts de l’uranium, des spécialistes des traces laissées sur les outils de pierre et des archéologues expérimentaux se sont ajoutés à l'équipe. Les marques laissées sur les ossements n’ont rien à voir avec des traces de dents de carnivores, les fractures diffèrent de celles causées par des engins de chantier ou des processus géologiques naturels, c'est un fait.

 

Paleontologue du museum d histoire

Un paléontologue du Muséum d’histoire naturelle de San Diego pointe un rocher près d’un fragment de défense de mastodonte, lors de la fouille, dans les années 1990. San Diego Natural History Museum
 

« Nous avons cassé des os d’éléphants entre des marteaux et des enclumes de pierre similaires, et nous avons obtenu les mêmes fractures, écrit Steve Holen, du Centre de recherche paléolithique américaine à Hot Springs (Dakota du Sud). Cette méthode pour briser les gros ossements, pour en faire des outils ou récupérer la moelle, était déjà utilisée il y a 1,5 million d’années en Afrique, et partout ailleurs où il y a eu des occupations humaines. »

 

Nature22065 sf4

(Nature) - voir lien en bas

Le faisceau de preuves d’une occupation très ancienne de l’Amérique du Nord est « irréfutable », estiment les auteurs de la publication. Quelqu’un pratiquait le charognage – plutôt que la chasse, selon les éléments réunis – sur des gros animaux du continent« En l’absence d’ossements humains, on ne peut que spéculer, écrit Richard Fullagar, de l’université de Wollongong (Australie), qui a participé aux travaux. Cela pourrait être des néandertaliens, ou des dénisoviens, ou des Homo archaïques. La génétique a par ailleurs montré qu’il y a eu des croisements entre plusieurs espèces. » Ces colons peuvent très bien n’avoir laissé aucune descendance parmi les peuples qui se disent aujourd’hui « premiers » dans les Amériques.

Une autre question primordiale est de savoir comment ils sont arrivés en Californie. A pied, à bord de canoë ? Tout est possible mais on sait que la dernière glaciation a commencé entre - 125 000 et - 110 000 ans et que, à priori, vers - 130 000 ans, la mer était plus haute car la Terre était dans un interglaciaire, avec des températures plus élevées qu'aujourd'hui. On peu encore dire que avant, lors de la précédente glaciation, et après, avec la dernière glaciation connue (qui nous amène jusqu'à vers -12 000 ans), le niveau de la mer, plus bas, permettait un passage à pied sec par la Béringie, ce pont terrestre entre Sibérie et Alaska, noyé ou non sous le détroit au fil des cycles climatiques. Des Hommes (ou hominidés) on donc pu venir à pied bien avant - 130 000 ans, ou peu après. De toute façon, la découverte, en Crête, de hâches de pierre datant de 130 000 ans suggère que les humains savaient dès cette époque faire plus que du cabotage, rappelle Steve HolenLui et ses collègues s’attendent à susciter du scepticisme dans la communauté scientifique. « J’étais moi-même sceptique quand j’ai découvert le matériel », se souvient le chercheur, qui invite ses confrères à étudier d’autres sites anciens nord-américains, et à scruter d’un œil neuf les collections dans les musées...

 

Nature22065 sf3

(Nature) - voir lien en bas

 

En ce qui concerne le mystère des migrations humaines, « cette découverte ne vient pas tant combler une lacune qu’ouvrir un tout nouveau chapitre », commente Jim McNabb, de l’université de Southampton, qui ne cache pas sa perplexité dans une vidéo diffusée par Nature. Interrogé par le Guardian (en anglais), Jean-Jacques Hublin, de l'institut d'anthropologie Max Planck de Leipzig (Allemagne) s'interroge : " Imaginons que ce soit arrivé. Nous avons donc des humains en Amérique il y a 130 000 ans. Que leur est-il arrivé ? Ont-ils disparu ? ". Pour Eric Boëda, préhistorien spécialiste de l’industrie lithique à l’université Paris X Nanterre, est lui beaucoup moins surpris. Il dirige une mission archéologique au Brésil sur des sites qui ont livré des signes d’occupation humaine vieux de 35 000 ans. Il y a succédé à Niède Guidon, une archéologue longtemps méprisée par ses confrères nord-américains pour son insistance à chercher des traces d’occupation beaucoup plus anciennes que celles laissées par l’incontournable culture Clovis.

« Les langues se délient, le dogme tombe », commente Eric Boëda, pour qui l’étude de Nature est « parfaitement convaincante ». Entre empêcheurs de dater en rond, Steve Holen salue de son côté l’« excellence » des travaux de l’équipe de M. Boëda. Pour ce dernier, qui donc étaient ces premiers colons californiens ? « Je verrais bien une forme archaïque d’Homo sapiens, je laisse la porte ouverte », répond le Français, laissant entendre qu’il ne serait pas fâché non plus si la découverte conduisait à réinterroger l’hypothèse « Out of Africa » de sortie d’Afrique de l’homme moderne, souvent présentée selon lui de façon trop simpliste

 

 

 

Sources : https://www.nature.com/nature/journal/v544/n7651/full/nature22065.html

http://www.lemonde.fr/archeologie/article/2017/04/26/l-amerique-colonisee-par-l-homme-il-y-a-130-000-ans_5118128_1650751.html

 

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 27-04-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

video climat prehistoire archéologie lire échange interviews mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau