Des cordages de 90.000 ans trouvés en Ardèche

Des cordages de 90.000 ans trouvés en Ardèche

artefact-fibres-ardeche-90000ans-1.gifRhizome cortex: A) plant fragment on artifact I8 10, O.M. 225×; B) rhizome cortex of burr-reed (Sparganium erectum), O.M. 225×; PT = plant tissue, shows distribution of plant residues on artifact surface.

Des fibres végétales tordues sur des outils de pierre ont été déterrées dans l'Abri du Maras, en Ardèche, France. Cet endroit avait abrité des néandertaliens il y a 90.000 ans minimum, et de nombreux artéfacts et ossements d'animaux y ont été trouvés.

Ces artéfacts, des pierres et os percés d'un trou, sont souvent trouvés sur des sites qui ont été occupés par des hommes de Neandertal. Ces preuves, ainsi que les traces d'usures dues à des frottements suggèrent qu'ils étaient probablement portés en pendentifs et colliers, voir en boutons et donc suspendus à une cordelette. Évidement, toutes ces cordes végétales ont en principe disparu avec le temps et il n'existait aucune preuve certaine de cette probabilité de plus en plus évidente. En fait, jusqu'à présent, le premier cordage manufacturé avec certitude par l'homme ou l'un de ses ancêtres datait de 30.000 ans...

Cette découverte et ses analyses sont publiées dans la revue Quaternary Science Reviews par Bruce Hardy du Kenyon College (Ohio, États-Unis), co-écrites avec des chercheurs d’institutions françaises et espagnole.

La découverte de ces fibres végétales longues de 0,7 mm sur des outils en pierre de l'Abri de Minas (vers St Martin d'Ardèche), et étudiées par une équipe franco-espagnole repousse extrêmement loin le record de cette fabrication, puisqu'une datation de 90.000 ans a été établie avec assez de certitude grâce aux nombreuses matières organiques. Et surtout, ces fibres ont la particularité d'être torsadées d'une manière qui n'a jamais été observée dans la nature. La probabilité qu'elles ont été travaillées par notre cousin-aîné hominidé Néandertalien, qui a vécu, il faut le rappeler, pendant 300.000 ans minimum (on hésite encore à dater l'homme moderne de plus de 150.000 ans d'existence), est très grande. Cette datation précise aurait été obtenue grâce à l'analyse isotopique des échantillons, montrant qu'ils dataient du début du quatrième stade isotopique de l'oxygène, donc de 90.000 ans, et on sait que l'homme moderne n'avait pas encore mis les pieds en Europe si tôt (les premières traces de l'homme moderne en Europe ont été trouvées pour l'instant... en Roumanie, vers - 40000 ans, et c'était bien une tribu "à peau noire" issue d'Afrique).

petite-map-ardeche.gif

Plutôt une confirmation donc de ce que beaucoup d'archéologues et chercheurs soupçonnaient (sans trop le dire au 20ème siècle encore), les néandertaliens étaient beaucoup plus sophistiqués et possédaient un comportement social varié et évolutif, il connaissait des techniques diverses (y compris la musique et des jeux) bien avant la naissance de l'homme moderne.

D'autres preuves et traces observées sur ce site archéologique sont présentées dans ce long rapport scientifique et renforcent cette conclusion. Six pointes en pierre taillée ont aussi vu le jour et les analyses ont démontré qu'elles devaient être montées sur des projectiles, ce qui représente une technologie bien plus complexe qu'on ne l'imaginait à cette époque lointaine. D'autre part, les autres données sur les outils en pierre et sur les ossements d'animaux ont démontré que l'Homme de Neandertal avait un très large éventail de ressources : il ne se contentait pas de chasser les grands mammifères, il piégeait également des lapins, des canards, pêchait des poissons et récoltait des champignons et baies...

Yves Herbo-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

prehistoire archéologie alien mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau