Des constructions en cercle de presque 180.000 ans en France

Des constructions en cercle vieilles de presque 180.000 ans découvertes dans une grotte française

Speleofacts foyer bruniquel mini

Cela fait déjà plusieurs années que j'appuie les faits et découvertes sur nos prédécesseurs (je n'affirme pas "ancêtres" comme certains car non prouvé) sur cette Terre, principalement sur le fait qu'ils n'étaient pas autant "arriérés" ou "préhistoriques", "hommes-singes" ou même "hommes des cavernes" que ce que la majorité des scientifiques croyaient sans réelles preuves, mais juste une certaine psychose de la supériorité (non justifiée) du genre "Homo Sapiens ou Homme-moderne"...

C'est bien sûr le cas pour notre cousin néandertalien avec ces nombreux articles (voir en bas de cet article) et découvertes récentes qui, petit à petit, ont mené à un fort changement de paradigme (et surtout les "a priori" rarement justifiés des scientifiques des 19ème et 20ème siècle) les concernant, la toute dernière découverte en France, absolument extraordinaire, enfonçant encore plus profondément le clou... mais j'en profite aussi pour affirmer qu'encore plus anciens, les "Homo Erectus" ont très probablement aussi leur part d'inventivité et de mystères que nous commençons aussi seulement à entrevoir...

C'est une récente publication scientifique, effectuée après près de 3 ans d'études, dans le très sérieux Nature qui bouleverse ainsi ce qui n'était après tout surtout que des hypothèses, des dogmes basés sur la fausse pensée que seuls les "hommes modernes" avaient des possibilités en matières d'arts, de constructions et de créativités...

C'est dans une profonde grotte située sur la commune de Bruniquel, une petite bourgade de 600 habitants qui surplombe l’Aveyron, perchée sur un piton rocheux, dans le Sud du Quercy, dans le Tarn et Garonne français. La grotte a été découverte en 1992 par un très jeune spéléologue (Bruno Kowalsczewski, 15 ans à l'époque, s'était en fait rappelé que son père lui avait parlé d'un courant d'air sortant d'un trou ou terrier à cet endroit, qu'il avait senti dans les années 50-60 !) qui a réussi  a se frayer un chemin sur les 330 mètres en grandes parties obstrués qui séparent la salle principale de l'entrée. Une entrée où il a d'abord découvert des restes de bisons, rennes, cerfs et plusieurs ours bruns... un peu comme un indicateur le menant à se glisser dans des couloirs et passages très étroits et difficiles, obstrués parfois par des coulées d'argiles qu'il déblaie et qui le mènent à une vaste cavité ornée par des draperies de stalactites et possédant un petit lac souterrain ! Et une surprise énorme qui le fera alerter les archéologues : sur 30 mètres carrés environ, des morceaux de stalagmites arrachés et découpés sont disposés en forme de cercle, couchés horizontalement pour la plupart et sur plusieurs couches, alors que d'autres sont disposés comme des étais pour soutenir cette construction étrange ! Puis il tombe sur un os d'ours brûlé, la trace de l'homme, indéniablement...

879386 grotte bruniquel stalagmites

Prise de mesures pour l'étude archéo-magnétique de la grotte de Bruniquel. Photo Etienne FABRE. SSAC

Bien sûr dans les années 1990, les scientifiques n'en reviennent pas... des premières analyses et datations ont été effectuées avec les seuls moyens à l'époque, le carbone 14 et ses limites qui sont atteintes avec l'os d'ours brûlé : -47.000 ans... le débat fait rage car on sait déjà à l'époque que seul neanderthal (à priori toujours) était déjà présent en France, la première apparition (à priori) de Cro-Magnon étant estimée à -40.000 ans... La première publication dans le magazine de spéléologie Spelunca (N° 60) raconte en détail la découverte et les premières spéculations et datations. La grotte Chauvet (avec une visite humaine la plus ancienne datée à 37.000 ans récemment) n'a pas encore été découverte, seule Lascaux avec son ancienneté estimée à -22.000 ans sert de référence pratiquement en matière de grotte encore à l'époque...

Mais dès 1996 et les publications dans la presse (Voir Libération), le débat fait rage entre les tenants de l'hypothèse d'un néandertalien plus intelligent, artiste et constructeur et les tenants de l'hypothèse d'un Cro-Magnon présent en France plus tôt que découvert jusqu'à présent (certains ne veulent pas renoncer à l'idée d'une suprématie de Homo Sapiens et aussi d'une certaine "évolution linéaire")... la description des lieux est un peu plus fournie : " pour y pénétrer, il faut d'abord se glisser dans un boyau étroit. Des éboulis et une pente plus tard, démarre une dégringolade vers l'inconnu: une vaste salle, étrange. Le sol ressemble à un cratère lunaire, creusé de dépressions. On dirait des jacuzzi, ce sont des bauges à ours, par dizaines. Des ossements traînent çà et là. De l'ours des cavernes, du castor, de la chauve-souris, du renne...

Les parois sont vierges, tout juste balafrées par des griffades d'ours, venus se nettoyer les pattes ou s'étirer comme de gros chats. La troupe s'avance dans un couloir. A plus de 250 mètres, encore une grande salle. Et là, au beau milieu, l'étrange structure apparaît. « Ça ressemble à un haricot avec un petit rond à côté, dit Michel Soulier, président du club de spéléo de Caussade. En tout cas, c'est du jamais vu sous terre : ici, des centaines de concrétions ont été arrachées, brisées, assemblées pour dessiner un quadrilatère de 4 m sur 5. En son centre, deux amas. A côté, une structure circulaire plus petite. Les spéléologues invitent à Bruniquel François Rouzaud, conservateur du patrimoine à la Direction des affaires culturelles de la région Midi-Pyrénées.... "

L'hypothèse d'une tente et comparaison avec des structures en os de mammouths découvertes en extérieurs sont effectuées à l'époque... car la datation de 47.600 ans est trompeuse et oblige à comparer ce qui est comparable aux mêmes dates (mais on sait maintenant que ces datations sont fausses : les structures sont beaucoup, beaucoup plus vieilles...)  

En Russie, en Ukraine et en Moldavie, des structures (de 45 000 ans environ) ­ mais à l'air libre ­ évoquent celle de Bruniquel. Là-bas, on a retrouvé des assemblages d'os de mammouths, dessinant aussi un quadrilatère, avec, au milieu, deux petits tas : des cale-poteaux. Le tout étant destiné à dresser une toile de tente, une peau de bête« Ce qui est troublant, c'est que la masse de nos concrétions est équivalente à celle des os de mammouths », dit François Rouzaud. Mais quelle idée de se monter une tente dans une grotte ? En ce temps-là, il faisait plus froid (YH : oui il y a -47.600 ans, et oui aussi à -176.000 ans : c'est la glaciation de Riss, bien qu'il y ait eu une période de douceur s'arrêtant vers -190.000 ans !) et peut-être l'homme de Bruniquel a-t-il cherché à se faire un petit chez soi, facile à chauffer. « On peut aussi imaginer qu'ils ont cherché à améliorer l'éclairage, la tente jouant le rôle d'un abat-jour... Plutôt un comportement de Cro-Magnon. » "

Puis la grotte est restée fermée, sur sa propriété privée à l’emplacement secret, pendant quinze ans...

C’est en 2011 seulement que Bruniquel a reçu la visite de Sophie Verheyden, chercheuse à l’Institut royal des sciences naturelles en Belgique. Elle est également intriguée par les étranges structures de stalagmites et demande l’autorisation de lancer de nouvelles études, car les techniques de datation ont fait beaucoup de progrès depuis les années 1990  : la méthode radioactive «uranium-thorium» permet désormais de remonter jusqu’à - 600 000 ans, et n’est pas limitée à la matière organique comme le carbone 14 : elle fonctionne également avec les minéraux sédimentaires comme les stalagmites et c'est donc l'idéal ici. Une nouvelle équipe se monte, composée de Sophie Verheyden, Jacques Jaubert et du directeur de recherche au CNRS Dominique Genty, avec comme premiers objectifs de faire un relevé de la grotte en 3D, de mesurer le magnétisme de la cavité pour repérer les matériaux brûlés et de carotter les stalagmites pour établir une bonne datation. Car le bris des stalagmites puis la reprise des concrétions et donc la création de nouvelles stalagmites au-dessus des anciennes va permettre une datation très précise, puisqu'il y a une interaction précise des humains sur les sédiments à un moment donné !

879389 restitution 3d des structures de la grotte de bruniquel

Restitution 3D des structures de la grotte de Bruniquel telle qu’elle était avant les repousses stalagmitiques. (image X. Muth. Get in Situ, Archéotransfert, Archéovision. SHS 3D. Base photographique Pascal Mora)

Six carottes de deux centimètres de diamètres ont été effectuées sur des stalagmites comportant les différentes states, pour comparer les résultats, faire une moyenne et limiter les erreurs. Après une attente raisonnable des résultats de plusieurs laboratoires américain et chinois, la surprise est annoncée. La date de fin de pousse des stalagmites couchées et la date de repousse correspondent parfaitement. Sophie Verheyden appelle Jacques Jaubert pour lui donner la datation officielle. Les résultats sont tous très concordants et fiables, et l'âge donné est vertigineux : 176 500 ans avec une marge de + ou - 2000 ans !

Autant on sait que l'homme moderne, nommé aussi Homo Sapiens ou encore Homme de Cro-Magnon visitait des grottes pour y laisser des peintures ou y déposer des sépultures, s'y réfugier, on sait aussi qu'on n'a aucune preuve à ce jour de son existence en Europe avant 40 000 ans par rapport à maintenant (les premières traces de l'homme moderne étant en Roumanie pour l'Europe). Le seul qui est identifié pour une période aussi lointaine en Europe est l'Homme de Neanderthal, et encore c'est un néandertalien "archaïque". Un cousin disparu vers 35 000 ans dont on ne sait presque rien question mode de vie, sinon qu'il s'habillait tant de plumes que de peaux et cuirs, se tatouait, qu'il savait fabriquer des outils de pierre, utilisait le feu et pratiquait possiblement certaines formes d'art (découvertes très récentes) et de rites. Certaines reconstitutions le décrivent comme étant pale aux yeux bleus-gris et possiblement roux (néandertalien de Spy en Belgique), il aurait traversé plusieurs âges de glace pour finir par disparaître mystérieusement 10 000 ans après l'arrivée des hommes modernes en Europe...

La déduction est logique principalement à cause de l'identification de tous les ossements découverts avant 40.000 ans en France comme étant ceux de la race néandertalienne... est-ce vraiment fiable, est-ce que certaines datations ne devraient pas être effectuées avec les moyens modernes plus récents ? Est-ce que des comparaisons avec d'autres races découvertes récemment (Denisovien par exemple) ne devraient pas être tentées avant de tomber à nouveau dans la facilité de déduction ? La possibilité d'une autre race ou même d'une race encore inconnue (l'ADN semble montrer qu'il manque une race pour compléter le génome humain !) est-elle a exclure complètement d'emblée ? 

Bruniquel stalagmites cnrs 20160048 0007

Michel Soulier, SSAC

Les questions fusent : la présence de ces constructions, assemblages intelligents de stalagmites à 335 mètres de l’entrée de la grotte, dans une obscurité complète implique que ceux qui les ont faites, Neanderthal ou autre, maniait les torches en sous-sol bien avant l’homme moderne (rappel : on a trouvé des foyers vieux d'un million d'année en Afrique, donc Erectus avait déjà domestiqué le feu). « C’était probablement un groupe, un collectif avec des personnes qui éclairaient pendant que d’autres transportaient et agençaient les stalagmites », réfléchit Jaubert. Donc il y avait toute une organisation avec des rôles différents et répartis entre les individus. Une coordination, des échanges. Peut-être aussi une hiérarchie, un chef ou un "connaisseur" qui donnait des ordres ou des conseils. Sans oublier la phase préalable de recherche et de choix des matériaux pour monter la drôle de structure. Le travail fut complexe : il y a 400 «speleofacts» dans la cavité – un néologisme créé par les trois chercheurs pour désigner les spéléothèmes (concrétions minérales) transformées par ceux qui ont créé cet assemblage.

879390 speleofacts foyer bruniquel

Détail de «spéléofacts», structures aménagées composées de stalagmites brisées et agencées, noircis par le feu. (Photo Michel Soulier. SSAC)

Les visiteurs préhistoriques de la grotte « ont arraché des stalagmites, les ont basculées, sectionnées, fragmentées, tronçonnées voire même calibrées pour les disposer de manière circulaire ou les entasser dans les parties centrales de la structure, selon un plan qui était certainement prédéterminé. Les hommes ont déplacé entre 2,1 tonnes et 2,4 tonnes de matériaux. Ce n’est pas un acte anodin. Les bâtisseurs avaient certainement un objectif en amont, mais il est impossible de le connaître à l’heure actuelle. Par élimination, on peut supposer qu’il n’y a pas trop de raisons de type habitat (la tente ou cabane montée dans une grotte n'est pas une hypothèse retenue par les scientifiques), de raisons techniques ou alimentaires… On est progressivement acculés dans le domaine de l’immatériel, qu’on a du mal à appréhender pour ces périodes très anciennes. » De l’art ? Un rite ou un culte ? « C’est un terrain très dangereux, et il faut vraiment réfléchir à deux fois avant de lâcher un mot de ce genre. »

Pourtant, les preuves d'une intervention intelligente sont bien là : Dominique Genty détaille les différentes preuves : d’abord, la carte des anomalies magnétiques réalisée dans la grotte montre les différents endroits où de la magnétite a été créée en chauffant des minéraux. Cette carte coïncide avec les foyers relevés par les chercheurs en observant la calcite rougie ou noircie par le feu. Ensuite, il y a ce bout d’os qu’on a retrouvé coincé entre une stalagmite couchée et sa repousse« C’est de l’os carbonisé, conclut Genty. On l’a analysé avec un spectre infrarouge, et on sait qu’il a été chauffé à 300 ou 400 degrés. » Donc des hommes étaient là, avec leurs outils préhistoriques pour faire le feu, au moment où les stalagmites ont été installées. Enfin, ce n’est pas une preuve formelle mais les tronçons de stalagmite ont manifestement tous une taille similaire : il y a un calibre moyen pour les tronçons de la grande structure circulaire, et un autre calibre moyen pour les plus petites structures. Or « la nature ne calibre pas les stalagmites ».

Un seul problème pour l'instant, mais les fouilles doivent être très prudentes de peur de détériorer cette construction : aucune réelle trace de néandertalien dans la grotte, pas d'outils, d'empreintes laissées... mais ce n'est que le début, il va falloir des années pour tout étudier et répondre aux multiples questions : Les Néandertaliens (ou autres ?) sont-ils venus monter leur structure d’un seul jet, en une fois, ou sont-ils venus sur plusieurs saisons  ? Combien de temps faut-il pour organiser savamment deux tonnes de stalagmites à la lueur de torches, à 50 mètres de profondeur  ? « On s’est promis de se donner les moyens de répondre à cette question », affirment les trois chercheurs, qui devraient étudier Bruniquel de nombreuses années encore. Au programme de 2016, ils espèrent faire un peu d’archéologie expérimentale  : « Il faut trouver une grotte qui soit accessible, avec suffisamment de concrétions que l’on puisse bouger… On aimerait bien manipuler des spéléothèmes. ». Il serait en effet possible de reconstituer le travail accompli à cette lointaine époque.

Il serait aussi intéressant de dater la fermeture de la grotte, qui est bien moins accessible aujourd’hui qu’au paléolithique moyen, et puis revoir des empreintes et des griffures d’ours au fond de la grotte, dans une zone qui n’a pas encore été très explorée de peur de l’abîmer. Peut-être y a-t-il d’autres traces humaines de ce côté-là  ? C'est donc une découverte à suivre, avec probablement des réponses à certaines questions, qui vont encore plus probablement en amener d'autres...

Une donnée importante à retenir : il y a une vingtaine de "points de chauffe" (ou "âtres", "foyers", "torchères") et ils sont tous situés au-dessus des structures montrées et non pas sur le sol même...

 


Néandertal à Bruniquel par CNRS

 


IN English par yveshSFH

 


Bruniquel : une grotte qui change notre vision... par leparisien

 

 

Sources : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4563.htm, http://www.liberation.fr/, http://www.futura-sciences.com/

 

Autres articles liés sur ce site : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-de-neandertal-s-ornait-de-plumes-sombres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-neandertaliens-etaient-des-marins.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-neandertaliens-europeens-mieux-outilles-que-les-premiers-hommes-modernes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-son-intelligence-proche-de-l-homme-moderne-se-confirme.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/traces-de-l-homme-de-neandertal-aux-ameriques.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/genetique-heidelbergensis-n-est-pas-l-ancetre-de-neandertal.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-etait-un-marin-graveur-mais-erectus-aussi-bien-avant.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-de-flutes-musicales-de-plus-de-42-000-ans-en-allemagne.html

 

Pour finir, je rappelle également la découverte de structures étranges en forme de cercles et de quadrilatères (un peu comme ces structures faites en stalagmites donc) en Afrique du Sud, donc l'âge estimé par certains chercheurs va jusqu'à 200 000 ans, donc assez proches de ces structures découvertes en France... un possible lien pourra-t-il être établi un jour ? Voici le lien vers un article qui est consacré à ces découvertes étranges en Afrique du sud (vers le bas de l'article) :

Africakahatu6

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/afrique-du-sud-des-outils-de-700000-ans-des-cites-de-200000-a-75000-ans.html

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires Herbo Yves , 01-06-2016

Yves Herbo sur Google+

video prehistoire archéologie lire échange interviews mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau