Un monde sans argent 5

Un monde sans argent 5

monnaie-d-argent-de-la-tribu-des-eduens.jpg

Suite des pages : Page-1.html , Page-2.html , Page-3.html,   Page-4

Le plus grand mystère de l'empire d'Inca est son économie étrange

 

inca-machupichu.jpg

Pendant les quinzième et seizième siècles, l'empire Inca était le plus grand que l'Amérique du Sud avait jamais connu. Centré au Pérou, il s'est étendu à travers les cîmes des montagnes des Andes et vers le rivage en bas, incorporant les régions de Colombie, du Chili, de Bolivie, de l'Equateur, de l'Argentine d'aujourd'hui et du Pérou - toutes reliées par un vaste réseau "autoroutier" dont la complexité a été rivalisée dans le Vieux Monde. Riches en produits alimentaires, textiles, or et coca, les Incas étaient des maîtres de la construction de villes mais n'ont néanmoins jamais eu aucun argent. En fait, ils n'ont eu aucun marché financier du tout.

L'empire d'Inca pourraît être la seule civilisation avancée dans l'histoire qui n'ait eut aucune classe de commerçants, et aucun commerce de quelque sorte dans ses limites. Comment ont-ils faits ?

Beaucoup d'aspects de la vie inca demeurent mystérieux, en partie parce que nos connaissances de la vie inca viennent des envahisseurs espagnols qui effectivement en ont témoignés. Célèbre, le conquérant Francisco Pizzaro a dirigé juste quelques hommes pour une défaite incroyable de l'armée inca au Pérou en 1532. Mais le vrai coup est venu rudement une décennie avant cela, quand les envahisseurs européens ont inconsciemment lâché une épidémie de variole que quelques épidémiologues croient qu'elle a pu avoir tué autant que 90 pour cent du peuple inca. Notre connaissance de ces événements, et notre compréhension de la culture inca de cette ère, venue juste de quelques observateurs - en grande partie des missionnaires espagnols, et un prêtre métis et historien des Incas appelé Blas Valera, qui était né au Pérou deux décennies après la chute de l'empire d'Inca.

inca1.jpg

Richesse sans argent

Les documents des missionnaires et de Valera décrivent l'Inca comme principalement des constructeurs et des planificateurs de terres, capables d'une agriculture extrêmement sophistiquée de montagnes et des villes - et de bâtiments correspondants. La société inca était si riche qu'elle pouvait se permettre d'avoir des centaines de personnes qui se sont spécialisées en prévoyant les utilisations agricoles des secteurs nouvellement conquis. Ils ont construit des fermes en terrasses sur les flancs de montagnes dont les cultures - des pommes de terre et du maïs aux arachides et à la courge - ont été soigneusement choisis pour prospérer dans les températures moyennes des différentes altitudes. Ils ont également cultivé des arbres pour garder le terrain végétal mince en bon état. Les architectes inca étaient également doués, concevant et soulevant d'énormes pyramides, les irriguant avec les usines hydrauliques sophistiquées comme celles trouvées à Tipon, et créant d'énormes temples comme Pachacamac avec des retraites de montagnes comme Machu Picchu. Les concepteurs avaient l'habitude d'utiliser un système de cordes nouées pour faire les mathématiques nécessaires pour construire sur des pentes.

Mais, en dépit de toute leur productivité, les Incas géraient et contrôlaient sans argent ou marchés. Dans The Incas: New Perspectives, Gordon Francis McEwan écrit :

" À seulement quelques exceptions trouvées dans des régimes politiques côtiers incorporés à l'Empire, il n'y avait aucune classe marchande dans la société Inca, et le développement de la richesse individuelle acquis par le commerce n'était pas possible… quelques produits considérés essentiels par les Incas ne pouvaient pas être produits localement et ont dû être importés. Dans ces cas plusieurs stratégies ont été utilisées, comme établir des colonies dans des zones spécifiques de production pour les marchandises particulières ou permettre le commerce de longue distance. La production, la distribution, et l'utilisation des marchandises étaient centralement commandées par le gouvernement des Incas. Chaque citoyen de l'empire publiait ses nécessités de la vie hors des entrepôts de l'état, y compris la nourriture, ses outils, ses matières premières, et habillements, et sans besoin de ne rien acheter. Sans magasins ou marchés, il n'y avait aucun besoin de devises ou d'argent standard, et il n'y avait nulle part pour dépenser de l'argent ou pour acheter ou commercer pour des besoins.

Ainsi les Incas se sont engagés dans le commerce, mais seulement avec des étrangers - pas entre eux.

Le secret de la grande richesse des Incas a pu avoir été leur fiscalité peu commune. Au lieu de payer des impôts en argent, chaque inca était mobilisable pour fournir du travail à l'état (et donc à la collectivité). En échange de ce travail, il leur était donné les nécessités de la vie.
Naturellement, tout le monde ne devait pas payer l'impôt du travail. Les nobles et leurs cours étaient exempts, de même que d'autres membres importants de la société inca. Dans un autre caprice de l'économie inca, les nobles qui étaient morts pouvaient encore posséder la propriété et leurs familles ou directeurs de domaine pouvaient continuer à amasser la richesse pour les nobles morts. En effet, le temple de Pachacamac était fondamentalement un domaine bien géré qui « a appartenu » à un noble inca mort. C'est un peu comme si les Incas étaient parvenus à inventer l'idée des corporations-pour le peuple en dépit de n'avoir pratiquement aucune économie de marché

inca3.jpg

Nourriture, sans marchés

Une des questions en suspens pour les scientifiques et les historiens qui étudient les Incas est pourquoi cette culture riche et sophistiquée, s'est développée scientifiquement et culturellement, sans jamais inventer les marchés. Une possibilité est qu'il était si difficile de maintenir la vie dans leur environnement que toutes leurs innovations étaient tournées autour de l'agriculture plutôt que vers les sciences économiques. En d'autres termes, l'Empire Inca a été optimisé pour empêcher la famine plutôt que pour stimuler le commerce.

Il y a quelques années, un groupe d'archéologues a prélevé des échantillons de noyaux dans la vallée de Cuzco au Pérou, et a trouvé des preuves de milliers d'années d'agriculture dans le secteur, y compris la production animale, très probablement des lamas. Dans un papier récapitulant leurs résultats, l'archéologue A.J. Chepstow-Vigoureux et son équipe ont proposé que les Incas aient focalisé leurs établissements autour de la production alimentaire et gestion technologiques et culturelles de terres, plutôt que des économies de marché. Ceci a pu avoir été nécessaire dans une région où les sécheresses avaient vraisemblablement éliminé une civilisation précédente (les Waris), et où les fluctuations du climat étaient un risque constant. La montée de l'Empire d'Inca a coïncidé avec une période de stabilité relative du climat, mais les peuples dans le secteur étaient bien conscients du fait que ce charme tempéré pouvait finir à tout moment."

inca2.jpg

Chepstow-Vigoureux et ses collègues écrivent :

" L'échelle de la manipulation et de la transformation anthropologiques du paysage dans les Andes sud-centrales semble avoir augmenté après 1100 après J.C, probablement en réponse à un contexte climatique qui était relativement chaud, sec et essentiellement stable. Le développement de la technologie irriguée principale de terrassement a pu avoir été de plus en plus nécessaire dans ces régions pour optimiser les tombées saisonnières de l'eau, permettant de ce fait la production agricole à des altitudes plus élevées. Les résultats de ces stratégies étaient une plus grande sécurité à long terme de nourriture et la capacité d'alimenter de grandes populations. De tels développements ont été exploités par les Incas de la vallée de Cuzco, qui émergeaient en tant qu'ethnie dominante de la région dès 1200. Un excédent agricole sain a soutenu leur potentiel économico/politique, leur permettant de subjuguer d'autres États indépendants locaux et de centraliser effectivement la puissance dans la région de Cuzco vers 1400.

Ainsi comment devenez-vous un Empire dominant un continent sans argent liquide ? Dans le cas des Incas, il est probable que les technologies que leur ont accordé l'excédent agricole (les matériaux supplémentaires de nourriture et de textile) les ont aidés dans le renforcement de l'expansion de l'empire. La nourriture était leur pièce de monnaie ; le travail pur a structuré leur économie.

Certains ont argué du fait que l'Empire Inca était l'état socialiste idéal, alors que d'autres l'ont appelé une monarchie autoritaire. En vérité, les Incas ont probablement créé un empire comme beaucoup d'autres. Ses chefs ont été distraits par les guerres civiles et querelles fratricides parmi la noblesse. Et ses esclaves et travailleurs ont construit les oeuvres rêvées par les ingénieurs civils précolombiens. Ce qui est remarquable est que ces preuves suggèrent que ces esclaves et travailleurs aient été probablement bien nourris. Peut-être plus remarquable, dans notre ère où les marchés sont associés à la civilisation, est l'idée qu'un empire pourrait réaliser tellement de choses sans dépenser jamais un dixième de dollar...

http://io9.com/archeology/ traduction Yves Herbo

inca4.jpg

Nous ne pouvons donc que constater qu'effectivement, une civilisation assez récente, s'étant étendue pendant des centaines d'années (et si on ajoute les Mayas et autres Olmèques, ça fait même des milliers d'années), n'a pas eu besoin d'argent pour exister et prospérer... avant l'arrivée des maladies et précisément la soif de l'or et de l'argent amenées par les conquistadors... et que cela a aussi très probablement été le cas pour nombres d'anciens empires ou cités-états avant l'invention de l'argent... Maintenant, d'autres découvertes scientifiques non mentionnées dans cet articles peuvent aussi suggérer d'autres théories sur les raisons de la non-utilisation d'un contrôle économique via la monnaie, pourtant connue : on sait par exemple que les Incas connaissaient parfaitement la roue mais qu'aucun char, charrette ou autre prouvant son utilisation quotidienne n'a été trouvé (officiellement et peut-être grâce aux conquistadors d'ailleurs) à ce jour : seuls des figurines ou "jouets" ou objets religieux (ou non) de petites dimensions ont été trouvés, porteurs de roues et d'essieux, et uniquement dans des tombes. Et pourtant il y a des routes énormes et très longues. Donc les Incas connaissaient la roue mais ne l'utilisaient qu'en de rares occasions (peut-être juste pour le transport des pierres en fait, ou celui des nobles ?), ils connaissaient aussi l'argent (via leur commerce avec l'étranger - il y a eu de longues périodes de paix entre les guerres, comme partout), mais ne l'utilisaient pas non plus... Tout cela dénote plus une volonté d'ensemble et réaliste : le non-besoin réel de ces "apports" car il y avait mieux... et non pas liée à une contrainte ou crainte connue depuis toujours par le climat et volcanisme de ces régions (toujours habitées pour la plupart). 

Le troc, l'échange, par l'entremise du Maïs ou des denrées propres aux régions est la seule explication logique trouvée par la majorité des économistes modernes pour expliquer un fonctionnement si long sans moyen intermédiaire comme l'argent. Les listes de denrées et d'objets trouvés en quantité, associées à un système de comptage, ont été attribuées selon notre propre logique à un système de troc et de gestion économique liés comme le nôtre à la notion d'échange : gestion d'entrées et de sorties des stocks d'un magasin en fonction de la demande et de la production, les producteurs amenant leur production en échange de productions d'autres producteurs. Les spécialistes ont tenté de déduire le "prix" ou la "valeur" d'une nourriture par rapport à l'autre ou de tel outil, pierre précieuse, sans grand succès. La déduction la plus commune est que le maïs était la monnaie de base, en tant que principale nourriture cultivée et commune à la plupart des peuples et civilisations présentes dans toutes ces régions.

cusco-area-nusta-isppana-1.jpg

Une autre déduction (que je me permets allègrement) serait qu'en fait, toutes ces listes et ces comptes ne soient bien que ça, et rien d'autre. Une gestion de stock centralisée, effectivement. Car est-il vraiment logique de continuer pendant des centaines d'années ou plus, à s'échanger du maïs et des outils contre du maïs, du travail contre du maïs ? Une autre possibilité, plus facile et logique dans l'esprit local est que les Rois pré-colombiens (ou leurs professeurs ?) aient privilégié la suppression de l'échange, du troc, au contraire. Comment ? C'est très simple : la notion d'échange comporte obligatoirement au minimum deux individus : il suffit donc de considérer son royaume et ses sujets comme une seule et même entité. On ne peut s'échanger à soi-même. Et d'adapter un système centralisé dans lequel toute les productions (et idées, inventions, arts) sont gérées en fonctions des demandes, nécessités et plaisirs (du roi d'abord puis de ses sujets dans ces cas). Il y a bien centralisation dans des grands magasins des différentes denrées amenées par les villes et villages et établissement de listes de stocks/productions/prévisions chiffrés (astrales aussi d' ailleurs), et aussi des listes de "courses" de la part des familles qui amènent leur propre production (qui doit répondre aux demandes chiffrées du magasin central). Chaque talent contribue à la communauté et les choix de métier des citoyens sont respectés si leur talent ou efforts contribuent à la communauté. Pareillement, les créateurs, artistes et "ingénieurs", chercheurs, sont censés apporter innovations ou plaisirs, joies, réflexions à la communauté (les prêtres de l'époque bénéficiant de ce type d'approche), et leur utilité suffit à ce qu'ils puissent faire leur liste de fournitures régulièrement également. Nulle besoin d'argent donc pour faire fonctionner un tel système, d'autant plus que certains rois n'ont pas hésité à utiliser la force et ses troupes (nombreuses et bien nourries) pour s'assurer que le système fonctionne à son avantage (et celui des nobles et famille auxquels il déléguait ses provinces).

Et si les Mayas et autres peuples amérindiens ont été assez intelligents pour le faire, il n'y a aucune raison pour qu'on ne réfléchisse pas à une éventuelle erreur avec la création et main-mise de l'argent sur le fonctionnement de la société. Cet outil (éventuellement nécessaire ou accompagnateur d'une certaine évolution (assez négative vu les dégâts) de l'intellect humain) qu'est l'argent n'est pas une finalité pour le genre humain ni un moyen définitif de faire fonctionner une société moderne. En suivant ce modèle de centralisation des productions et distributions mais en le faisant contrôler de façon démocratique et égalitaire, on ne peut que constater qu'il y a une possibilité d'organisation libérée du détournement des vraies valeurs occasionné par l'utilisation d'une valeur fictive (et définie tout aussi fictivement) par un simple courant, un flux interne à notre société : pas d'échanges mais des courants d'approvisionnements et de consommations : ce que nous faisons actuellement mais non pas pour rendre service à la société consciemment et avec plaisir, mais uniquement pour avoir de l'argent, ce qui ne dépend même pas obligatoirement de nos propres talents ou possibilités physiques ou intellectuelles à l'heure actuelle, mais uniquement si quelqu'un (un autre humain patron par exemple, votre banquier) peut lui-même tirer de l'argent de notre simple existence... Evidemment, le principal effort à faire est sur le mental et la façon de voir les choses et aussi bien sûr une forte remise en cause de la notion de "commerce" et de "profit" financier (ou pouvoir) individuel... mais c'est bel et bien l'avenir de la planète (et donc de toute l'humanité) qui est en jeu et en péril. Notamment à cause de cette mauvaise mentalité, ces mauvaises valeurs liées à la croissance à tout prix, à cette idiotie de vouloir toujours plus...

Yves Herbo - SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire politique économie alien ufo ovni NOM FMI monnaie banque échange environnement mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau