Fukushima : le Japon lance un nouvel appel à l'aide internationale

Démantèlement de la centrale de Fukushima : le Japon lance un nouvel appel à l'aide internationale

ovni-japon-2011-centrale-de-fukushima.jpg

Après avoir été critiquée par son isolement, le Japon s'ouvre enfin à l'aide internationale pour sécuriser une centrale de Fukushima hors de contrôle. Un deuxième appel à contributions va être lancé dans les prochaines semaines.

Tepco et le Japon appellent (enfin) à l'aide. Le gouvernement japonais s'apprête à lancer un deuxième appel à propositions international pour tenter de sécuriser la centrale de Fukushima accidentée. Après un premier appel visant à traiter les problèmes d'eau contaminée, auquel ont répondu de nombreux pays (dont la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne), il s'agit cette fois-ci de faire appel aux acteurs du monde entier pour retirer le combustible fondu de trois réacteurs. "L'enjeu est de trouver des techniques de récupération du combustible fondu autres que celle qui est actuellement envisagée avec une grue dans les réacteurs remplis d'eau", a précisé un responsable gouvernemental à l'AFP.

LE SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS EXPLOITÉ ?

Une structure a été créée en août pour piloter le démantèlement de quatre des six réacteurs de la centrale de Fukushima, touchée par un tsunami le 11 mars 2011. L'Irid, c'est son nom, est chargée de mettre en place les moyens techniques nécessaires aux opérations de démantèlement. Jusqu'ici, ce groupe de travail n'était composé que d’institutions et d'entreprises japonaises (17 intervenants au total) mais il s'est engagé à accueillir des acteurs étrangers. La sélection de ces nouveaux partenaires est en cours. Areva et d'autres entreprises françaises pourraient participer aux opérations de démantèlement : le groupe, qui avait fourni en mai 2011 la première unité de décontamination d'eau sur le site de Fukushima, a déclaré à plusieurs reprises disposer de savoir-faire potentiellement utiles.

DE NOMBREUX CANDIDATS

Le démantèlement de la centrale de Fukushima s'annonce long et fastidieux, mais aussi riche d'enseignements pour les acteurs du démantèlement des centrales nucléaires. Raison pour laquelle les groupes internationaux se bousculent pour y participer. (YH : notons que, étant donné l'urgence de la situation, la date limite de l'appel d'offre est au 23 octobre 2013 ! - une date à laquelle peu d'intervenants étrangers sont capables de répondre si rapidement... - en effet, certains réservoirs concernés sont parvenus à leur date limite d'utilisation selon des travailleurs locaux, et il y a une crainte d'affaissement et déversement subit d'eaux très contaminées, surtout si un gros séisme survenait avant les travaux. La catastrophe a déjà été frôlée lors des passages de typhons, il ne faudrait peut-être pas tenter le diable...)

(Source(s): bob toutelaverite / YouTube / usinenouvelle / Par Sylvain Arnulf / Relayé par MetaTV-RDPRS)

Bob vous dit TOUTE LA VERITE sur FUKUSHIMA avec Jean-Pierre Petit :

L'énergie a un prix, celui de nos vie .. êtes vous pret à le payer ? Réécouter en exclusivité l'interview radio de Jean-Pierre Petit, Astrophysicien, ancien chercheur au CNRS, un des pionniers en recherche expérimentale sur la magnétohydrodynamique.

Pour les courageux qui n'ont pas peur de la radio, voici une très longue (3 H 40 !) et très intéressante intervention de Jean-Pierre Petit sur les événements mondiaux actuels, sur la radio Ici et Maintenant (95.2) en août 2013. Ses détracteurs ont beau dire ce qu'ils veulent, il est toujours très instructif et enrichissant d'écouter les avis de Jean-Pierre Petit qui, lui au moins, a prit le temps de s'informer et d'apprendre sur le nucléaire (qui n'est pas sa spécialité) et son matériau physique avant d'affirmer quoi que ce soit. Tous ceux qui suivent de prêt ou de loin ce grand ingénieur français trop méconnu savent très bien qu'il n'est pas homme à surgir au moindre incident mais bien un homme de réflexion qui étudie les choses avant d'affirmer des résultats - c'est un scientifique, et c'est ce qu'il a fait toute sa vie. Une personnalité à écouter donc et qui vous amène à la réflexion et à envisager éventuellement des recoins de la géopolitique que vous n'imaginiez pas... :

http://icietmaintenant.com/

" Un an et demi après la catastrophe nucléaire de Fukushima, plus de 260 000 enfants résident encore dans des zones fortement contaminées.

Bien que les parents de la ville de Fukushima s'efforcent de protéger leurs enfants du mieux qu’ils peuvent, notamment via le port de masques ou la consommation de produits alimentaires contrôlés, leurs mesures de protection ne suffisent pas pour éviter l'exposition des enfants aux radiations. Nous exigeons du gouvernement, dans le cadre des décisions politiques de protection, de réaliser et faciliter l'évacuation collective des enfants afin de leur permettre de vivre dans un environnement sain et sécuritaire.

Le 11 Septembre 2012, le premier cas de cancer de la thyroïde sur un enfant a été découvert après avoir examinés 38.000 thyroïdes d’enfants de Fukushima.

Normalement, le risque d'avoir un cancer de la thyroïde à cet âge est de l’ordre d’un cas pour 1 million d'enfants (Syunichi Yamashita, 2009, P 536 L1 ~ 2).
De plus, cette enquête récente a permis de révéler que 43% des 42.000 enfants examinés ont une croissance thyroïdienne anormale. Ce chiffre est alarmant en comparaison aux études menées par Syunichi Yamashita (le conseiller en gestion des risques de rayonnement de Fukushima) avec 0,8% à Nagasaki en 2000, et 0,5% pour Tchernobyl cinq à dix ans après la catastrophe nucléaire. Il est clair que quelque chose d'anormal est en train de se produire dans le corps des enfants de Fukushima.

Si ces anomalies observées continuent sans solution, Fukushima va devenir un autre cas après la Biélorussie et l'Ukraine, où à peine 20% des enfants sont en bonne santé. Il n’est pas là question de mesures politiques, mais bien de droits humains fondamentaux.

Ces enfants en danger doivent-ils être épargnés où sacrifiés ? la question est posée.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Evacuation_collective_des_enfants_de_FUKUSHIMA/

Cette pétition est arrivée à son terme et  a été transmise sans résultat, des familles ont porté plainte pour demander l'évacuation de certains enfants, refusé par la justice :

http://leblogdejeudi.fr/14-enfants-de-fukushima-demandent-leur-evacuation-la-haute-cour-de-sendai-refuse/

Dernières infos très inquiétantes : du strontium aurait atteint la nappe phréatique : http://lesmoutonsenrages.fr/2013/10/18/niveau-de-radioactivite-multiplie-par-6500-en-24-heures-a-fukushima/

Yves Herbo-SFH-10-2013

Yves Herbo sur Google+

environnement économie politique NOM échange volcanisme nucléaire banque argent séisme bourse FMI

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau