Témoignages ufologiques de Jacky Colin

Témoignages ufologiques de Jacky Colin

 

Ovni 52 mini

Comme beaucoup de personnes ayant vécu des événements étranges au cours de leur vie, Jacky est curieux des publications s'en approchant et d'autres témoignages et recherches les concernant. C'est ainsi que, comme plusieurs milliers de mes lecteurs et lectrices (voir sur la page d'accueil en bas : bientôt 4 millions de visiteurs uniques ayant visualisé bientôt 10 millions de pages d'articles depuis 2012, merci à eux !), il a découvert ici certaines affaires et recherches liées au phénomène OVNI. Après plusieurs mois, il a décidé de me contacter car il ressentait le besoin de raconter ce qui lui était arrivé, même si de mauvais souvenirs et faits allaient remonter. Jacky approche du cap des 70 ans mais ces différentes rencontres l'ont marqué à vie, et encore maintenant... Je le remercie pour ces témoignages.

Jacky Colin :

" Cette premiere histoire se situe a Liffol le Grand dans les Vosges de l'ouest. A l'époque, ce petit village proche de Neufchateau était reconnu dans le monde entier comme la capitale du siège et du meuble de style. On était en 1957, j'avais a l'époque 8 ans. C'était un jeudi, il n'y avait pas d'école les jeudis à l'époque. Avec mon vélo, je roulais sur une petite route qui menait à un grand bois. C'était probablement un soir du début d'été ou de printemps, le ciel est rougi par le soleil couchant quand je vois subitement un drôle d'engin se poser dans un champs près de la route. C'était très surprenant, donnant un spectacle magnifique. La machine était énorme, comme un gros couvercle tout brillant en aluminium tournant sur lui-même, avec des feux multicolores tournoyant autour d’elle a une vitesse vertigineuse et un bruit assourdissant, avec un grand vent qui couchait les sapins et les autres arbres a proximité. Je fus pris d’une telle panique que je tentais de fuir, mais j’étais comme plaqué au sol, dans l’incapacité de faire le moindre mouvement.

" Puis subitement, le bruit cessa, les lumières s’éteignirent, le vent tomba et je pouvais désormais bouger, mais je restais caché dans les grandes herbes, apeuré. Je n’avais jamais vue chose pareille, j’étais témoin d’un phénomène extraordinaire dans ma courte vie d’enfant. Tout a coup, la porte immense de cette grosse machine s’ouvrit doucement et là, j'ai vu des dames géantes, accompagnées d’hommes gris en armure métallique, descendre dans le champ et les géantes tenaient dans leur mains comme des cages, desquelles on entendait sortir des cris et plaintes, des lamentations dans une langue que je ne connaissais pas et une géante donna un ordre a un homme en armure d’ouvrir l'une des cages et là, elle prit un petit être et le croqua tout cru et vivant. En voyant cela, j’étais terrifié et pris bien soin de me cacher plus profond dans les grandes herbes, pensant que si elle me trouvait, je pourrais finir comme repas. Ces jolies créatures mangèrent tout ce qui y avait dans les cages et quand l’horrible repas fut terminé, la machine volante repartit à une vitesse fulgurante et disparut dans le ciel.

" Je me suis dépêché de rentrer chez mes parents. Tout tremblant de peur, je racontais a mon père tout ce que j’avais vu, et bien sûr, il ne m'a pas cru. Et ensuite toutes les nuit étaient habitées par de sombres cauchemars. Mes cauchemars d’enfant... et quand il faisait nuit, je guettais le ciel et une grosse étoile rouge apparaissait et me faisait peur et je me cachais sous la veste de mon père pour ne plus la voir...  Par la suite, j'étais tellement perturbé et choqué que mes parents m'ont présenté à un psychiatre, ami de mon père, qui évidemment me trouvait bien malade : je fus interné pendant un ans, sous piqûres et cachets neuroleptiques et électrochocs... "

 

C'est 11 ans plus tard, en automne 1968, que Jacky revivra des événements qu'il pensait avoir laissé derrière lui. Il était alors encore considéré comme un adolescent (la majorité civile n'est passée à 18 ans qu'en 1974) malgré ses 19 ans donc, il sortait en cachette de ses parents et allait au bal avec ses copains et copines quand l'occasion se présentait. Cette nuit-là, entre le samedi et le dimanche, ils revenaient d'une fête qui se tenait dans le village voisin de Bazoile sur Meuse, à 5 kilomètres de Liffol le Grand. Il était 3 heures du matin sur cette route déserte entre les deux villages où il y a une succession de plaines, vallons et de grande forêts.

" Nous avancions tranquillement à vélo lorsque soudainement, une énorme machine très éclairée nous survola, elle avait la taille d'un village et sur trois étages et dans un silence absolu. Tous surpris et effrayés, mes amis et moi nous mettons a l’abri dans un grand champ, dans une cabane réservée aux bovins. A ce moment, l’engin fait demi-tour et revient sur la route qu'il balaye d'un immense faisceau lumineux de couleur bleu.  Puis elle s'en va au-dessus du grand champ et le faisceau prend une vache et la fait voler et monter a bord du vaisseau, puis encore, au-dessus du grand bois a proximité, on voit une quantité de terre et d'arbres déracinés monter, ainsi que des animaux qui vont avec. Ensuite, la machine va sur la riviere proche et le même phénomène se produit, cette fois avec de l'eau... D'un seul coup, l'engin prend de la hauteur et disparaît. Tout le monde a eu tres peur et personne, sauf moi, ose en parler. Mes soi-disant amis ce sont tous dégonflés et ne parlent pas de cette histoire vécue, de peur d’être pris pour des fous... "

 

6 ans plus tard, décembre 1974. Jacky est marié depuis quatre ans et il a une petite fille de 2 ans. Il exerce le métier de sculpteur sur bois à son domicile situé dans le petit village de Prez sous l'Afauche, en Haute-Marne. Le week-end, il chante dans les petits bals populaires, avec un groupe d'amis musiciens.

Ovni 52

Voilà la photo polaroïd prise en 1974. Notons que l'objet était en mouvement, ce qui peut expliquer le flou, très lumineux pour imprimer une photo en direct la nuit. Et en plus, faire un faux avec un polaroïd est extrêmement difficile, d'autant plus qu'en 1974, il n'y avait pas d'ordinateurs ou de systèmes de trucages facile chez les gens...

 

 

" Cette nuit-là, mes amis me ramènent chez moi vers 4 heure du matin. Ma femme m'attendait et quelques minutes plus tard, ayant une petite faim, je me fis une omelette au lard. Alors que je me mettais assis à table pour manger, une grosse lumière éveille mon attention et il y a un bruit de vent, comme une mini tempête. Je regarde par la fenêtre de ma cuisine qui donnait sur une cour où il y avait des arbustes mais ces derniers ne bougeaient pas sous l'assaut du vent. Les vaches de la ferme voisine beuglaient et les chiens hurlaient à la mort. Je décide de sortir dans cette cour alors que ma femme, apeurée, ne bouge pas. Dehors, je ne vois rien et j'entends juste le vent souffler alors qu'il n’y avait pas de vent et toute la neige fondait autour de moi et il ne faisait pas froid. Alors je lève la tète et au-dessus de moi, j’aperçois un énorme engin tout éclairé, de forme ronde. La machine faisait au moins 200 mètres de diamètre avec une grosse bulle en-dessous d'elle et là, je vis un être géant qui me regardait. J'étais comme paralysé, pas de peur ni de panique mais un poids me clouait au sol, incapable de faire le moindre mouvement. Subitement, je peux bouger de nouveau et j'en profite pour rentrer chez moi et m’emparer d'un appareil photo polaroid, un EE33. Je ressort et je vise l'engin pour faire une photo et là il a disparu en un éclair de feux et quand la photo est sortie, il y figurait dans un coin. J'ai gardé précieusement cette photo... "

 

A la question posée : Jacky ne se souviens pas du tout avoir vu la lune quelque part dans le ciel lors de ces trois nuits, qui étaient donc assez sombres à priori. Si quelqu'un a des questions à poser à Jacky, il peut le faire en commentaire et elle sera relayée pour réponse...

 

Les Vosges, comme absolument tous les départements français à un moment donné, ont reçu des visites étranges dans les années 1970, on peut noter ce cas avec photo de 1977. Ce cas se situe à Châtel Moselle, le 27 mai 1977 vers 22:00 heures, sous un ciel avec des nuages épars.

Le témoin ferme les volets de sa chambre quand il observe une lumière allongée ovale qui apparaît de derrière la forêt. Une seconde lumière identique à la précédente apparaît à son tour suivant la première. Le témoin veut prendre son appareil photo, prend une photo mais avec flash fenêtre fermée. Il y a maintenant 5 lumières. Elles disparaissent derrière les nuages. La lumière centrale est plus brillante que les autres.

 

Vosges 1977 chatel moselle

Sources : Lumières dans la Nuit numéro 259/260 + http://baseovnifrance.free.fr/listgen.php?typlist=12&page=0&numobs=2701

 

Il est à noter que le département de Haute-Marne a effectivement vécu également des phénomènes étranges lors de cette même période de la moitié des années 1970. Voici un extrait du journal Le Dauphiné, édition de Lyon, en première page, le 19 août 1975 :

 

Dauphine19 08 1975

LANGRES (A.C.P. A.P.L.). -- Un O.V.N.I. aperçu en Haute-Marne, encore un... Mais cette fois les faits sont différents et la précision de leur relation semble écarter toute idée de supercherie.

La brigade de gendarmerie d'Andalot a ainsi recueilli les témoignages de trois personnes qui ont vécu samedi soir deux heures de terreur. Sur leurs indications, il a même été possible de reconstituer la forme de cet engin: 30 mètres de diamètre, dont la luminescence rouge-orange illumine la campagne.

Dominique Samie, 18 ans, quittait Andalot samedi soir et se dirigeait vers Bologne par le C.D. 44. Il est environ 23 h 30 lorsque soudain, à un passage à niveau, il aperçoit un objet lumineux stationnant à gauche des rails. N'en croyant pas ses yeux, il arrête son véhicule. L'engin disparaît pour se matérialiser 100 mètres plus loin. Puis l'O.V.N.I se dirige lentement vers lui.

Dominique effectue alors la plus rapide marche arrière de sa vie et réveilla un de ses amis, Patrick Pingat 18 ans.

DEUX PHOTOS

Tous deux retournent sur les lieux, avec un appareil photo. L'engin est toujours là, et ils prennent deux photographies avant de s'enfuir pour aller réveiller M. Samie, propriétaire de l' "Hôtel des Voyageurs".

"Je n'y croyais pas, mais les deux jeunes avaient l'air tellement impressionnés que j'ai décidé de retourner avec eux", dira plus tard, M. Samie. Mais par prudence, les trois hommes contournent le lieu où s'est effectuée la première apparition afin de la prendre par revers.

Décidément l'engin s'est attaché à eux puisqu'ils l'aperçoivent juste au-dessus du viaduc, avant de disparaître une nouvelle fois. Il est minuit et demi. Un spectacle fantastique s'offre à leurs yeux: quatre gigantesques faisceaux lumineux ont jailli brusquement de l'obscurité. Puis, petit à petit, l'engin apparaît au milieu.

C'est alors que commence une hallucinante course-poursuite. "Je crois que je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie" précise M. Samie.

POURSUITE INFERNALE

L'objet abandonne en effet sa position statique pour se diriger dans leur direction. La peur au ventre, le restaurateur écrasa alors désespérément son accélérateur, mais l'appareil suit toujours. Enfin, un village, Chantraines... d'un seul coup, l'appareil disparaît comme par enchantement.

Reprenant leur souffle, les trois hommes décident de quitter le village mais ils retrouvent l'engin à la sortie, qui les attend. La course reprend de plus belle et s'achève à Blancheville où les fugitifs trouvent refuge derrière l'église.

"C'est alors que la lumière disparut comme si on avait brusquement coupé l'électricité", explique M. Samie,

Ce récit, les trois automobilistes l'ont fait dimanche à la gendarmerie d'Andelot, où il fut d'abord accueilli avec circonspection. Mais les gendarmes ouvrirent néanmoins une enquête qui fit apparaître les trois héros de l'aventure n'étaient pas les seuls à avoir aperçu ce phénomène, puisqu'ils purent recenser quatre autres témoins, désireux de conserver l'anonymat.

Signalons que ce n'est pas la première fois que des O.V.N.I. se signalent dans le ciel Haut-Marnais, mais pas d'une façon aussi insistante. Le 2 février 1975, trois jeunes gens en avaient aperçu un au-dessus du lac de Der. Deux photos avaient été prises, mais la pellicule présentait des traces de brûlures. Le 8 mars suivant à Ancerville, un autre O.V.N.I. apparut. Toujours à Ancerville, en juin 1954 et en octobre 1954, un O.V.N.I. était apparu et avait même effrayé un troupeau de moutons. Le 13 février 1974, un employé de la Caisse d'épargne de Langres avait pris une photo d'un engin dans la région langroise. Quelques jours auparavant, au-dessus de Langres, plusieurs habitants d'un village voisin avaient aperçu un objet lumineux se déplaçant dans la nuit.

Le 24 février 1974, deux gendarmes de Chevillon aperçurent un cigare-volant de couleur rouge. Au mois d'août de la même année, c'est toute une escadrille de six boules qu'un habitant d'Eclaron aperçut depuis sa fenêtre. Fin 1974, plusieurs habitants de la Genevorye constatèrent le même phénomène. (source presse : http://ufologie.patrickgross.org/press/ledauphine19aug1975f.htm)

 

Yves Herbo (c), Sciences et Fictions et Histoires.comhttp://herboyves.blogspot.com/, 09-03-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

MHD échange lire interviews ufo ovni alien mystère paranormal auteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau