OVNIs : Des traces physiques sur des témoins - Partie 1

OVNIs : Des traces physiques sur des témoins - Partie 1

2006-ovni-ufo-amarantina-brazil.jpg

Amarantina-Bresil-2006

Nous regrouperons sous cette sous-rubrique les témoignages et études assez nombreux faisant état de traces physiques, parfois de cas psychosomatiques, constatés scientifiquement et les reliant aux phénomènes OVNI. Preuves supplémentaires et études qui montrent que certaines approches scientifiques, y compris la médecine, sont possibles et fonctionnent avec le phénomène OVNI. Yves Herbo

"Très souvent, écrit en substance James M. McCampbell dans son ouvrage "Ufology" (http://www.nicap.org/ufology/ufology.htm), ceux qui ont rencontré des humanoïdes ou ceux qui se sont approchés des soucoupes volantes ont souffert, après leur aventure, de troubles physiologiques ou psychosomatiques dûment constatés par les enquêteurs et les médecins."

Ingénieur, physicien spécialisé dans la technologie nucléaire, telle que la mise au point de réacteurs pour sous-marins et pour centrales électriques, McCampbell s'est acquis une réputation de premier plan parmi ses pairs : il figure en effet en bonne place dans le who's who in Atoms, le gotha des personnalités dans le domaine atomique. (YH : de l'époque bien sûr (1973)). Sa méthode d'approche ne manque pas d'originalité. Alors que la plupart des chercheurs essaient, face aux témoignages relatifs aux OVNI, de faire la part du vrai et du faux, l'ingénieur américain part du principe que les témoins ne mentent pas. "Un zèle excessif dans le passage au crible des témoignages, explique-t-il, a probablement privé les chercheurs et le public de quelques informations de valeur. Une approche différente a été prise ici. La confiance est accordée, non pas tellement aux détails d'un rapport individuel, mais aux corrélations entre de nombreux rapports indépendants."

Aux yeux de McCampbell, les affabulations ou les erreurs de certains témoins ne doivent pas décourager l'homme de science dans sa recherche de la vérité. Il justifie sa méthode en ces termes : " Il est tout à fait approprié pour un chercheur de recourir à toute hypothèse qui lui semble pouvoir aider à clarifier un problème complexe (...) Si la recherche sombre dans la confusion, alors l'hypothèse est jugée inutile et une autre doit être adoptée. En revanche, si l'hypothèse apporte un certain ordre là où régnait le chaos, elle est estimée méritoire. En écartant la confusion et en éclairant un sujet complexe, une hypothèse gagne le droit à la crédibilité jusqu'à ce qu'une autre se révèle accomplir un meilleur travail. Il a été prit comme un fait que l'un ou l'autre phénomène inexpliqué était responsable de la production des rapports d'OVNI (...) Tout rapport individuel est nécessairement fragmentaire, mais les points omis ne seront pas les mêmes dans tous les récits. On peut s'attendre à ce qu'une description complète émerge si on assemble les données de nombreuses observations. A cause du nombre énorme de rapports et de leurs provenances de diverses cultures de par le monde, l'inclusion accidentelle de quelques supercheries et erreurs d'interprétation ne distordrait pas fortement les résultats finaux."

Un point retient particulièrement l'attention du physicien : beaucoup de témoins semblent avoir été "figés", "immobilisés", incapables de faire un mouvement. L'auteur explique ce phénomène de paralysie en faisant appel aux "micro-ondes électromagnétiques".

OVNI : preuves physiques sur des témoins :

Mais la paralysie n'est pas, loin de là, l'unique symptôme observé chez plusieurs témoins d'OVNI. Nous allons ci-dessous découvrir plusieurs récits de rencontres étranges ayant des conséquences inattendues :

Le premier témoin - que nous appellerons JM - est de garde, le 10 août 1959, dans le service des ambulanciers de l’hôpital de Perpignan, France. Peu avant la fin de son tour de garde, un appel d'urgence l'oblige à se rendre auprès d'une victime d'accident de la route. L'épouse du blessé, accourue sur les lieux, manifeste le désir de voir celui-ci ramené chez lui à Rouen, avant que ne survienne l'issue fatale qui lui a été annoncée.

JM quitte donc Perpignan en ambulance Citroën DS pour Rouen, à 18h15, en compagnie de son jeune frère, du mourant et de son épouse. En cours de route, il s'arrête à plusieurs reprises pour régler le débit de sérum et d'oxygène. Hélas ! Tous ces soins se révèlent inutiles. A deux heures du matin, l'ambulancier ne peut que constater le décès du blessé. Grâce à une tolérance particulière dans de tels cas, JM poursuit sa route. Après un arrêt d'environ une heure à Paris, il emprunte la RN13 bis en direction de Rouen. Mais laissons à JM le soin de raconter son aventure :

" Une ligne droite à trois voies matérialisées s'ouvrit devant moi, raconte JM. Je roulais à 145 km/h environ, dans le couloir de droite. Près de moi, mon jeune frère sommeillait sur son siège, étendu en couchette. Ma passagère, le regard vide, contemplait la dépouille de son mari. 

" Je fixait attentivement la route lorsque mon attention fut attirée par un sifflement strident. C'est alors que mon regard se porta vers une sorte de sphère incandescente, brillant comme du mercure, qui se déplaçait à l'horizon, perpendiculairement à mon véhicule. L'objet décrivit un cercle et vint face à moi, survolant la route à une altitude d'environ 400 mètres. Avec curiosité, je regardais cette chose inconnue en essayant de définir à quel arsenal elle pouvait appartenir. Soudain, une autre Citroën DS se présenta face à moi à environ  1800 mètres. Le mystérieux objet céleste parut ralentir sa vitesse et s'immobilisa en point fixe, entre les deux véhicules. Pendant de courtes secondes, je pus me rendre compte qu'il s'agissait d'un engin sphérique surmonté d'un dôme autour duquel un anneau tournait à grande vitesse, dégageant une intense lumière blanche. Le tout ressemblait à la planète Saturne en miniature.

"Quittant l'engin des yeux, je constatai que la voiture qui arrivait en face de moi s'était engagée sur la voie centrale, alors que la portion de route située à sa droite était totalement vide. Elle me fonçait dessus en zigzaguant." JM actionne alors le klaxon de son ambulance tout en faisant des appels de phares. Ses manoeuvres dangereuses continuèrent, poursuit-il, en parlant du conducteur de l'autre voiture. Sa DS zigzaguait de plus belle. Tout me laissait supposer qu'il n'était plus maître de son véhicule. Avec stupeur, je vis que chacune de mes tentatives d'échapper à la collision était contrée par un acte réflexe du conducteur de la voiture folle. En une fraction de seconde, je compris que la voiture qui m'arrivait dessus était télécommandée. Je rétrogradait pour ralentir tout en donnant un violent coup de volant qui amena l'ambulance dans le couloir central. L'autre voiture s'engagea instantanément sur la même voie. Je repris de la vitesse tout en me déportant totalement à droite. Mon adversaire une fois encore apparut devant mon capot !

"Enfin, dans un réflexe désespéré, je lançais la voiture dans le couloir central, espérant qu'à la dernière seconde le "chauffeur fou" parviendrait à me croiser à droite. Ce que je vis me glaça d'effroi. Le véhicule qui arrivait à quelques mètres de moi n'avait pas de conducteur ! Le choc fut terrible car la collision eut lieu de plein fouet. Je roulais à 140 km/h et l'enquête de gendarmerie établit que mon adversaire atteignait, lui, les 160 km/h.

" Avec le recul du temps, je comprends maintenant, explique JM, que le chauffeur de l'autre DS, qui fut décapité dans l'accident, était déjà mort et couché sur son siège, lorsque nos voitures se télescopèrent. Dès que je repris connaissance, plusieurs jours après ce drame, j'eus la certitude que l'engin spatial inconnu qui nous avait survolés quelques minutes avant le télescopage n'était pas étranger à cette catastrophe. Malgré mes tentatives désespérées et la très grande maîtrise dont je fis preuve, j'ai la conviction d'avoir été irrésistiblement attiré vers le véhicule qui me faisait face, comme mon adversaire avait dû l'être par l'ambulance. Incontestablement, nous avons tous deux été pris dans des faisceaux magnétiques dirigés par des pilotes de l'espace. "

JM formule donc un commencement d'explication au jeu diabolique dont lui-même et le malheureux conducteur de l'autre DS ont été à la fois les victimes et les instruments : les deux véhicules auraient été téléguidés. Cependant, aucune des personnes à qui le témoin raconte son aventure ne semble prendre au sérieux l'hypothèse d'une intervention de forces extra-terrestres et, à sa sortie de l'hopital, JM décide de mener une enquête personnelle. Il apprend que le chauffeur de l'autre DS ne se servait de son véhicule que pour se rendre à son travail. Il ne s'agit donc pas d'un spécialiste de la conduite automobile et, en conséquence, rien ne peut expliquer ses réflexes extraordinaires. Par ailleurs, cet homme était un homme corpulent de un mètre quatre-vingts, ancien boxeur, et sa présence au volant ne pouvait passer inaperçue

Contrairement aux gendarmes de Louviers qui concluent hâtivement à un suicide, la famille de la victime écarte énergiquement cette thèse. Cet ensemble de données ne fait que renforcer la conviction de JM : c'est bien une voiture folle qui l'a heurté le 11 août, à 5h25 du matin, sur la route de Paris à Rouen. En outre, un fait demeure rationnellement inexplicable et peut confirmer l'hypothèse du témoin : 5 bouteilles d'oxygène qui étaient à l'intérieur de l'ambulance et qui contenaient chacune 700 litres de gaz se sont entrechoquées, certaines ayant même été éjectées sous la violence du choc, sans qu'aucune n'ait éclaté. De même, un manomètre a laissé échapper, sans causer de dommage, un énorme volume de gaz.

Que faut-il penser de l'accident dont JM a été victime ? Son caractère peu banal suffit-il à justifier la possibilité d'une intervention extra-terrestre ? Nous ne bénéficions, ne l'oublions pas, pour appuyer cette thèse, que d'un certain nombre de faits troublants et de la seule conviction du témoin lui-même...

Par la suite, il devint évident que JM voulut tirer parti de sa nouvelle notoriété dans le milieu ufologique, car il ajouta avoir été contacté plus tard par ces êtres, qui l'avaient évidemment choisi, lui, pour préparer leur arrivée vers la fin des années 90 sur Terre pour sauver la population d'une prochaine destruction de la planète... il affirma que 2 millions de Terriens étaient déjà programmés sans qu'ils le sachent toujours, en préparation des événements à venir...

Fort heureusement, tous les témoins n'ont pas eu à subir les conséquences dramatiques de l'accident survenu à JM : fractures des deux fémurs et du bassin, éclatement de la vésicule biliaire, du foie et de la rate. Cependant, les troubles observés sur Luce Fontaine sont tout de même inquiétants. Cultivateur dans la plaine des Cafres, près de Saint-Denis de la Réunion, marié à une institutrice et père de quatre enfants, Luce Fontaine est, de l'avis de son entourage, un homme modeste, pondéré et digne de foi.

reunion-plainedescafres1968.jpg

Dessin d'après description de Luce Fontaine

" Le 31 juillet 1968, à 9 heures du matin, raconte-t-il, je me trouvais au kilomètre 21 dans une petite clairière au centre d'un bois d'acacias. Courbé vers le sol, je ramassais ce matin-là de l'herbe pour mes lapins, quand j'ai brusquement aperçu dans la clairière une sorte de cabine ovale à 25 mètres de moi, comme suspendue à 4 ou 5 mètres du sol. Ses extrémités étaient bleu foncé, le centre était plus clair, plus transparent, un peu comme le pare-brise d'une 404. Au-dessus et au-dessous, il y avait comme "deux pieds de verre en métal brillant".

" Au centre de la cabine se tenaient "deux individus", le dos tourné vers moi. Celui de gauche a tourné la tête sur lui-même et m'a donc fait face. Il était debout, petit, 90 cm environ, enveloppé des pieds à la tête dans une sorte de combinaison comme les bonshommes Michelin. Celui de droite a simplement tourné la tête vers moi, mais j'ai quand même eu le temps d'entrevoir son visage, en partie masqué par une sorte de casque. Tous les deux m'ont ensuite tourné le dos et il y a eu un éclair aussi violent que celui de l'arc électrique d'un appareil de soudure. Tout est devenu blanc autour de moi, une forte chaleur s'est dégagée, puis comme un souffle et quelques secondes plus tard il n'y avait plus rien.

" Je me suis alors approché de l'endroit où se tenait l'engin ; il n'y avait aucune trace. Cet objet mesurait 4 ou 5 mètres de diamètre et 2.50 mètres de haut environ. Il était de couleur bleutée, blanc sur les parties supérieures et inférieures. J'ai raconté tout cela à ma femme et aux gendarmes, tous m'ont cru tout de suite."

Effectivement, tant la gendarmerie que le Service de la Protection Civile ont pris cette aventure au sérieux. Des enquêteurs se sont rendus sur les lieux de l'apparition de l'engin, munis d'instruments de détection de radioactivité. Les recherches ne sont pas demeurées vaines. En effet, les enquêtes officielles ont relevé une radioactivité anormale dans un rayon de 5 à 6 mètres autour du lieu présumé de l'atterrissage. Bien plus, les vêtements du témoin, examinés eux aussi, ont révélé la présence de traces similaires, du moins sur les côtés se trouvant du côté de l'appareil. " Huit points de radioactivité ont retenu notre attention, a déclaré le capitaine Legros, chef du Service de la protection civile. Sur des touffes d'herbe, sur des galets, nous avons détecté jusqu'à 60 millièmes de Röntgen." (Aujourd’hui encore, aucune explication n’a été fournie publiquement.)

De tels taux sont certes faibles, mais aucune explication rationnelle ne peut justifier leur existence dans l'endroit où ils ont été relevés. Par ailleurs, il faut préciser que les opérations de détection ont été menées plus de dix jours après les événements et pendant la période des pluies tropicales qui n'ont pas manqué de laver abondamment le terrain, contribuant, sans aucun doute, à diminuer très sensiblement le taux de radioactivité.

La conclusion des enquêteurs apparaît d'elle-même : Luce Fontaine a assisté à un phénomène totalement anormal. Cependant, le point qui nous concerne plus précisément est celui de l'effet physiologique provoqué par la mystérieuse apparition. Le témoin a en effet, durant les huit jours qui ont suivi l'observation, été pris d'abondants saignements de nez qui n'ont pas manqué d'inquiéter le praticien consulté à cette occasion. Des analyses de sang n'ont pas révélé de troubles graves.

La Réunion est d'ailleurs un endroit assez privilégié en ce qui concerne les OVNI liés à l'Océan. On peut aussi mentionner une célèbre affaire survenue en 1975, trop proche de celle de Luce Fontaine pour être retenue pour certains, celle de Antoine Séverin :

Voici le procès-verbal de synthèse rédigé par brigade de la Gendarmerie Nationale de Petite-Ile, compagnie de Saint-Pierre, le 3 mars 1975. Ce document est apparu dans la littérature ufologique il y a longtemps.

Le 15 février 1975 à 10 heures, au bureau de notre brigade, se présente Mme S[-] Marie, sans profession, domiciliée à Petite-Ile dans la Réunion. Cette personne porte à notre connaissance que le 14 février 1975, vers 13 heures, son fils Antoine âgé de vingt et un ans a été fortement commotionné par un rayon lumineux provenant d'une boule brillante aperçue sur le piton du Calvaire à Petite-Île. L'intéressé a regagné sa demeure à pied en empruntant le chemin du cratère qui passe près du cimetière. Notre informatrice précise que son fils lui a déclaré avoir vu trois petits bonshommes descendre de l'engin bizarre qui ne touchait pas le sol, les avoir observés puis avoir été projeté à terre par un puissant éclair parti de la partie supérieure de la soucoupe laquelle s'est ensuite élevée en sifflant très fort. Mme S[-] ajoute qu'après lui avoir fait le récit dont il a été témoin, son garçon, très bouleversé et choqué, a perdu l'usage de la parole et que de ce fait le docteur en médecine T[-] de Petite-Île a été appelé au chevet du patient vers 19 heures.

Sur notre demande, Mme S[-] affirme que son fils Antoine, parfaitement équilibré, n'a jamais été soigné pour maladie mentale. Elle ne croit pas à une hallucination. Nous prenons alors contact avec le docteur T[-] Ce praticien nous déclare verbalement que S[-] Antoine victime d'un choc émotionnel important est sous l'effet d'une crise pithiatique. Qu'il jouit de toutes ses facultés mentales, qu'il n'est pas atteint de blessures et ne porte pas de brûlures. L'intéressé est placé sous contrôle médical et un repos de quarante-huit heures lui est imposé. Sous la direction du maréchal des logis P[-], chef de poste, tout le personnel de la brigade participe à l'enquête administrative.

Mesures prises
Au reçu de ces informations, à 10 h 15 le 15 février 1975, nous rendons compte des faits au commandant de la compagnie de gendarmerie à Saint-Pierre. Suivant les instructions de cet officier, nous procédons au recueil de renseignements complémentaires permettant de concrétiser l'affaire et de localiser si possible le lieu de l'apparition de l'objet volant non identifié. Un message établi à 14 heures le 15 février 1975, est adressé à notre commandant de compagnie et ce message fait état de nos premières investigations et constatations.

Etat des lieux et constatations
Selon les dires de Mme S[-] Marie, l'endroit où l'objet a été observé se situe sur le piton Calvaire, territoire de la commune de Petite-Île à la Réunion, à 300 mètres à l'ouest de l'agglomération. Ce piton, couvert sur ses versants de bois de filaos, comporte un plateau cultivé, traversé nord-sud par le chemin du cratère qui dessert quelques cases dissimulées dans la verdure. Compte tenu de l'imprécision du lieu et en raison du relief parfois rocailleux et broussailleux au sol, l'exploration du piton s'avère difficile. Nous ne découvrons aucune trace ou indice laissés éventuellement par le passage d'un objet volant non identifié.

reunion-antoine-severin.jpg

Antoine Severin à l'endroit de l'apparition-Reunion-1975


Enquête
Le 15 février 1975 à 10 h 30, les gendarmes C[-] et C[-] se transportent au domicile de M. S[-] Maximin où se trouve son fils Antoine. Ils s'entretiennent quelques minutes avec l'observateur, celui-ci est alité. Ils constatent que l'intéressé est dans un état de prostration incontestable, ses yeux grands ouverts fixent l'inconnu. Sa mère présente, lui annonce la visite des enquêteurs, il tressaille. Aux questions qui lui sont posées, S[-] ne peut répondre de vive voix. Avec beaucoup d'acharnement par gestes, il décrit avec ses mains une forme ronde et allongée qui brille. Pour expliquer ce fait, il porte plusieurs fois ses mains horizontalement vers ses yeux.

Il montre ensuite quatre doigts de sa main indiquant ainsi qu'il y avait quatre passagers vêtus de blanc et désigne pour cela le drap de son lit. Sa main se maintient à environ un mètre du plancher indiquant la taille des sujets. Des explications muettes, il apparaît que trois personnages équipés d'antennes étaient au sol groupés près d'une échelle à trois marches, le quatrième se trouvait dans la sphère ou coupole. De sa position allongée, S[-] Antoine fait une esquisse de l'engin qu'il a aperçu. Il termine sa démonstration en portant d'abord ses mains aux oreilles, puis au front et ensuite aux yeux. Sa face est grimaçante, il peut alors émettre un sifflement aigu, de très bas en crescendo tout en faisant tourbillonner l'index de sa main droite pointée vers le plafond, expliquant alors que l'engin s'élevait et disparaissait.

Au préalable en décrivant les trois sujets, S[-] Antoine a élevé verticalement les deux index à 20 centimètres au-dessus de sa tête précisant qu'ils étaient équipés de courtes antennes et que celles du troisième ont bougé. A l'issue de l'entretien, S[-] Antoine, très agité, ne s'aperçoit plus de la présence des deux militaires dans la pièce.

Le 16 février 1975 à 9 heures, le lieutenant-colonel, commandant le groupement de gendarmerie de la Réunion, informé la veille des faits par notre commandant de compagnie nous ordonne d'effectuer une enquête, de rédiger un questionnaire OVNI et de procéder à diverses vérifications, notamment auprès des services de la tour de contrôle de l'aéroport de Gillot Saint-Denis, afin de connaître si des avions ou hélicoptères étaient en vol
le 14 février 1975 entre 12 heures et 14 heures. Les instructions émanant de cette haute autorité sont exécutées dans le courant de la matinée du 16 février 1975. Aucun aéronef n'a survolé le département de la Réunion aux dates et heures indiquées. A noter que le 14 février 1975, à 13 heures, heure de l'apparition de l'OVNI, le temps était clair, le ciel dégagé, le soleil non voilé se trouvait pratiquement au zénith, il n'y avait pas de vent, aucune précipitation de pluie n'a eu lieu depuis le 10 février 1975. Le 16 février 1975 à 15 heures, S[-] Antoine est toujours dans un état second, il n'a pas retrouvé l'usage de la parole et de plus sa vue s'est considérablement affaiblie. Il peut faire quelques pas et toujours par gestes tente quelques explications concernant l'OVNI. Nous comprenons alors que cet engin ne touche pas le sol au moment de l'observation et s'est stabilisé à environ 1,50 mètre de la surface.

S[-] Antoine explique que s'approchant du lieu de l'apparition, il a été attiré par des sons "bip-bip" qu'il peut prononcer une douzaine de fois. Il a cherché à savoir d'où venaient ces bruits et a ainsi découvert la soucoupe au fond d'un champ, sur sa droite à une distance de 15 à 20 mètres. S[-] saute à pieds joints pour nous faire comprendre la démarche de trois petits bonshommes se déplaçant sur la terre. Ceux-ci ont rejoint la passerelle qui s'est escamotée sous l'engin. Il explique avoir été renversé par une décharge lumineuse au moment où le troisième sujet qui lui a fait face a actionné ses antennes, les deux autres étant de profil.

st-denis-reunion-1977.jpg

En 1976, un gendarme se retrouve stoppé à St Denis par un nuage étrange. Photo de l'endroit-Réunion

S[-] s'est alors enfui en retroussant son pantalon. Le dialogue avec l'observateur s'avère fastidieux, notamment lorsque nous lui demandons de situer l'endroit de l'apparition. Nous remarquons alors qu'il ouvre plusieurs fois ses mains, sans en comprendre la signification. Un membre de sa famille nous apporte alors un dictionnaire franco-anglais, sur la page de garde vierge, S[-] a tracé au crayon l'objet qu'il a observé mais aussi une sorte de plan des lieux, lequel trop imprécis s'avère inexploitable par nos soins. Le dessin esquissé sur le Larousse, le 14 février 1975, peu après l'observation, est semblable à celui exécuté le 16 février 1975. L'objet volant non identifié a la forme d'un chapeau, type coiffure de la police montée canadienne. Deux hublots rectangulaires apparaissent à la partie supérieure; sous la soucoupe se trouve inclinée une courte échelle comportant trois marches.

Le 17 février 1975 à 8 heures, toujours très agité, encore dépourvu de la parole et de la vue, S[-] Antoine voudrait nous amener sur les lieux de l'observation mais, accompagné d'hommes armés. L'intéressé veut prouver sa bonne foi, mais ce transport est différé en raison du handicap physique du témoin. Avant tout, ce jeune homme doit être remis en confiance. Au début, son histoire a provoqué une certaine hilarité dans son village, puis il a fallu se rendre à l'évidence que les dires de S[-] Antoine pouvaient être pris au sérieux. Les renseignements complémentaires recueillis à son sujet indiquent qu'il est parfaitement équilibré. Plusieurs personnes entendues verbalement, semblent être convaincues de l'existence des soucoupes volantes, ou ne rejettent pas catégoriquement la possibilité de telles apparitions. Le même jour à 9 heures, nous contactons le responsable de la station météorologique de Gillot. il est porté à notre connaissance que dans le département de la Réunion, il n'est pas procédé au lâcher de ballons sondes. En outre, le président de l'aéro-club du Sud nous indique qu'aucun avion n'a décollé de la piste de Pierrefond Saint-Pierre le 14 février 1975 durant la journée.

A 11 h 45, nous rendons compte de la progression de l'enquête à notre chef de corps à Saint-Denis et l'informons de ce que le commandant L[-], directeur de la protection civile, doit se déplacer à Petite-Île. L'officier supérieur de la gendarmerie nous signale qu'il se rendra à Petite-Île le 18 février 1975, à 9 h 30.

A 18 heures, le 17 février 1975, téléphoniquement, le docteur H[-], remplaçant de son confrère T[-] nous dit avoir examiné S[-] Antoine dans la journée et que son diagnostic n'est pas alarmant. Le patient est difficile à questionner et peut rester dans l'état d'anxiété actuel, dû à un fort choc émotionnel, de trois jours à trois mois. L'état général est bon, le plus grand repos lui est conseillé sinon l'intéressé devra être confié à un psychiatre. Les autorités annoncées arrivent à Petite-Île le 18 février 1975 à 9 h 30 et sont conduites auprès de S[-] Antoine. L'intéressé alité, a la tête enfouie dans des coussins et serviettes de toilette. Au bout de quelques minutes et malgré une mise en condition précaire, S[-] Antoine se soumet sans difficulté à l'interrogatoire du lieutenant-colonel commandant le groupement de la gendarmerie.

Les gestes précisant l'OVNI et ceux de l'équipage sont les mêmes que ceux enregistrés les jours précédents. Parallèlement le commandant L[-], muni d'un appareil Geiger procède à une détection de radioactivité sur la personne et les vêtements de l'observateur. Le résultat est négatif. S[-] Antoine, plein de bonne volonté, veut conduire les personnes intéressées sur le plateau du Piton-Calvaire, mais doit y renoncer en raison de sa cécité. C'est alors qu'il nous fait comprendre qu'une voisine, Mme F[-] Albert, présente lors du récit initial, serait en mesure de nous emmener dans le champ de maïs où il a aperçu l'OVNI. Cette personne nous rejoint rapidement et nous dit avoir remarqué trois trous dans le sol. Elle nous guide à l'endroit indiqué, qui se situe non loin de son domicile près du chemin cratère, soit dans le périmètre englobant le plan dressé par le témoin quelques heures après l'observation.

En l'absence du témoin principal, nous nous fions aux dires de Mme F[-]. Cette personne se dirige dans un champ d'une superficie de 13 ares environ, propriété de Mme O[-]. Le sol est dénudé, mais quelques souches de maïs subsistent. Dans l'angle nord-ouest, Mme F[-], accompagnée de ses deux filles retrouve finalement l'emplacement des trois trous qu'elle dit avoir remarqués au début de la matinée du 15 février 1975. Ils sont espacés d'un mètre et disposés en triangle isocèle.

Ils n'ont pas de forme bien précise en raison de la friabilité de la terre et se confondent avec d'autres cavités ayant la même grosseur semblables à de petits bols profonds de 2 à 3 centimètres, très évasés. Ces creux répartis sur une grande surface du terrain semblent avoir été occasionnés par des oiseaux cherchant de la nourriture. La recherche d'autres indices s'avère d'autant plus compliquée que le sol a été largement foulé par des pas humains, plus particulièrement durant les journées des 15 et 16 février 1975. Le contrôle de la radioactivité effectué à cet endroit par le commandant L[-] est négatif.

Le 19 février 1975 à 22 h 45, au bureau de notre brigade, sommes avisés par M. S[-] Maximin que son fils Antoine a retrouvé, dans la soirée, l'usage de la parole et a retrouvé la vue. L'observateur désire que sa déposition soit rapidement enregistrée car il craint de ne pouvoir rester lucide très longtemps. A cet effet, l'audition de l'intéressé est recueillie à 23 h 50. Pendant près d'une heure, le gendarme enquêteur doit écouter le déroulement des faits vécus par S[-] Antoine le 14 février 1975 vers 13 heures. Il ne se souvient pas être resté six jours dans un état comateux et réalise péniblement cette vérité apportée par les siens. Au cours du récit qui reflète parfaitement les explications fournies par gestes, S[-] Antoine a des coupures. C'est-à-dire que pendant quelques secondes il retombe dans un état second. Lorsqu'il reprend ses esprits son corps tressaille. Il dit alors avoir été en communication avec l'objet, il veut nous conduire sur les lieux de l'observation. En raison de la nuit complète et de l'état de fatigue de l'intéressé, ce transport est reporté au début de la matinée du 20 février 1975.

Nous mentionnons qu'au début de notre entretien, S[-] Antoine porte à notre connaissance que deux jours avant l'apparition, il avait déjà entendu, dans un rêve, les sons "bip-bip" et que cela l'avait intrigué et énervé. Cet élément précurseur des faits est vraisemblable car un habitant de la commune de Petite-Île avait remarqué les 12 et 13 février 1975, l'attitude peu communicative de l'intéressé qui travaillait dans le magasin de son employeur, M. Gabriel A[-] L'observateur précise que l'échelle à trois marches en forme de porte ne touchait pas complètement le sol, que le premier personnage, genre nain Michelin, portait un instrument brillant et le second une sorte de sachet ou cornet également étincelant. Il ne les a pas vus en action de prélèvement d'échantillons de terre. Il a remarqué qu'ils se déplaçaient plus facilement sur l'échelle au contact du métal que sur le sol où leur démarche était gauche.

A 8 h 30, le 20 février 1975, S[-] Antoine, fermement décidé à nous montrer le lieu de l'apparition de l'OVNI, prend place dans la jeep de la brigade de Petite-Île conduite par le gendarme C[-] M. S[-] Maximin est présent, il accompagne son fils sur le chemin de terre aboutissant au sentier qui conduit aux habitations des S[-] et tape sur l'épaule du chauffeur, lui indiquant ainsi le champ de maïs déjà prospecté par les enquêteurs le 18 février 1975. S[-] Antoine fait quelques pas dans le champ, son regard dirigé vers le fond de la parcelle près du bois de filaos, il s'arrête subitement, porte les mains à ses oreilles en appuyant très fort, puis il vacille s'écroulant sur le sol.

huma7a.jpg

Dessin d'après Luce fontaine-Reunion

Son pouls retentit faiblement, ses mains sont froides, ses yeux se révulsent. il est immédiatement ramené chez lui et ne reprend partiellement ses esprits que trente minutes plus tard. Il explique alors qu'une force inexplicable l'empêche d'avancer en direction du lieu précis où il a observé l'objet volant non identifié. Sur prescription du docteur L[-], S[-] Antoine doit être examiné par un psychiatre à l'hôpital Saint-Paul. L'intéressé accepte ce contrôle mais veut être accompagné par sa mère. A 8 h 55, le lieutenant-colonel commandant le groupement de gendarmerie de la Réunion est mis au courant des évolutions de l'enquête et plus particulièrement du comportement physiologique de l'observateur. Le même jour nous apprenons que S[-] Antoine, examiné à l'hôpital psychiatrique de Saint-Paul, a regagné son domicile dans le courant de la matinée.

Un deuxième contrôle de la radioactivité est effectué le 20 février 1975 sur la personne de S[-] Antoine, soit six jours après l'apparition supposée de l'engin non identifié. Le commandant L[-] n'a pas décelé de présence de radioactivité.

Au cours de l'enquête, plusieurs personnes ont été entendues notamment l'employeur, la fiancée, les compagnons de l'observateur ainsi que le maire de la commune de Petite-Île. Unanimement, elles dépeignent S[-] Antoine comme un garçon sérieux, honnête, sobre et jouissant de l'estime générale. L'audition de Mme S[-] Marie confirme sa déposition verbale du 15 février 1975 ayant motivé l'ouverture d'une enquête. Celle de Mme F[-] Marie précise que l'intéressée a été témoin d'un deuxième malaise survenu à S[-] Antoine le 22 février 1975 alors qu'il s'approchait du lieu où il avait observé la soucoupe volante. Malaise analogue à celui du 20 février mais d'une durée de deux heures. Dans divers témoignages, tant verbaux qu'écrits, il est précisé que S[-] Antoine n'est pas passionné de télévision (il n'en possède pas), ni de lectures à caractère scientifique ou humoristique traitant des soucoupes volantes ou autres phénomènes extra-terrestres.
 
Enfin le 24 février 1975 à 16 h 30, au cours d'une interview officielle accordée à un journaliste de Saint-Denis de la Réunion, S[-] Antoine accepte de se rendre sur le terrain du Piton-Calvaire. Aucune objection n'est formulée par les membres de sa famille. Arrivés à destination, c'est-à-dire dans le champ décrit plus haut, l'observateur, dès qu'il foule le sol, est victime d'une syncope inexplicable. Comme les deux fois précédentes il est possédé, semble-t-il, par la vision initiale, qui l'a profondément choqué. L'observateur agite ses mains parallèlement au sol, ses yeux se révulsent, son pouls ralentit et les extrémités des membres refroidissent. Ramené à sa demeure, il reprend ses esprits trente minutes plus tard.

Entendu à nouveau le 25 février 1975, S[-] Antoine ne peut expliquer ses pertes de connaissance chaque fois qu'il se rend sur place. Il entend encore les sons "bip bip", l'obligeant à se boucher les oreilles. Il affirme n'avoir jamais entendu parler d'une soucoupe volante aperçue en 1968 dans la plaine des Cafres (île de la Réunion) et déclare ne pas lire ou feuilleter des revues de science fiction.

De l'enquête effectuée, il ressort que S[-] Antoine, de bonne conduite et moralité, normalement équilibré, n'est pas un simulateur. Les personnes entendues ne croient pas à une hallucination de l'observateur et ses dires sont pris au sérieux. D'ailleurs deux personnes dignes de foi ont été témoins de l'observation d'un objet volant non identifié dans le ciel réunionnais. Il s'agit de M. P[-] Guy, déjà entendu, qui a aperçu un objet lumineux le 10 février 1975 vers 22 heures, se déplaçant à vive allure, et de Mu. V[-] Jocelyne, seize ans, domiciliée à Saint-Benoît (Réunion) qui a vu, le 16 février 1975 à 20 heures, une boule lumineuse avançant lentement.

1959-waikiki-hawaii-june-18-ovni-ufo.jpg

Hawaii-1959

Un autre cas clinique mérite d'être mentionné : Nous sommes le 30 décembre 1972, en ArgentineSeñor V.M, qui vient de terminer son dîner, est assis sur le seuil de sa maison, un verre de maté à la main. Soudain, le transistor qu'il écoute s'éteint. Au même moment, il entend un fort bruit de ronronnement qu'il décrira plus tard comme celui d'un "essaim d'abeilles en colère". Le bruit, qui se révèle venir d'en haut, s'amplifie et, en levant la tête, le vieillard aperçoit une lumière d'une intensité si violente qu'elle éclaire toute la région avoisinante. L'énorme objet qu'il peut maintenant distinguer, très nettement au-dessus de sa tête, flotte près d'une rangée d'eucalyptus qui atteint une hauteur de 10 à 20 mètres. De gigantesques étincelles jaillissent des tubes situés sous la partie centrale de l'engin, tandis que, sur le pourtour, une sorte de roue énorme est en rotation constante.

1969-ovni-ufo-san-jose-argentina-1969-2.jpg

San Jose-Argentine-1969

C'est alors que le témoin observe, à l'intérieur d'une cabine sphérique munie de deux hublots, un personnage dont le buste se détache très distinctement.  Celui-ci porte des vêtements gris sombre faits de tuyaux joints ensemble ou, selon l'expression de Señor V.M lui-même, "comme faits de bananes" et qui s'apparentent aux combinaisons des astronautes. Quant à sa tête, elle est recouverte d'un casque d'où sort un tuyau descendant jusqu'à une sorte de récipient fixé sur son dos. Pendant que le témoin est occupé à observer le singulier personnage, l'appareil s'incline légèrement en avant, puis en arrière, et révèle la présence, derrière un hublot, d'une seconde créature habillée de façon identique et qui semble regarder par-dessus l'épaule de son compagnon.

L'objet est maintenant en position inclinée et Señor V.M peut déceler, sur la face opposée à celle qui s'est déjà présentée à lui, deux autres hublots au milieu desquels apparaît une sorte de fanion représentant un hippocampe surmonté d'une couronne et de quelques signes mystérieux. Presque simultanément à l'inclinaison de l'engin, un puissant flash de lumière jaillit et oblige le témoin à fermer momentanément les yeux, tandis que le ronronnement de l'appareil s'amplifie et que sa couleur passe du rouge-orange au bleu-vert. Les faits s'arrêtent là, semble-t-il.

Sauf que le vieillard argentin a vu le fonctionnement de son organisme totalement bouleversé à la suite de cette apparition. D'abord, la sensation de picotement que le témoin avait éprouvé dans les jambes au moment des faits dura encore 24 heures après le départ de l'engin, avec la même intensité, et ne disparut complètement qu'au bout de trois jours. En second lieu, il commença, trois ou quatre heures après son aventure, à souffrir de violents maux de tête s'étendant du centre du front jusqu'aux tempes où se manifestaient des pulsations continuelles. A partir du huitième jour, les douleurs diminuèrent et, le quatorzième jour, elles disparurent totalement, non sans s'être étendues, auparavant, à la nuque et au cou. Mais les maux dont eut à souffrir le vieillard ne s'arrêtèrent pas là. En effet, huit à neuf heures après l'épisode, de violentes coliques se développèrent et durèrent jusqu'au huitième jour, accompagnées, pendant les quatre premiers jours, de nausées et de vomissements.

Le Señor V.M constata également que son abondante chevelure se dégarnissait anormalement depuis le 30 décembre au point de laisser attendre qu'elle disparaîtrait totalement à brève échéance. En outre, on put observer sur la partie arrière de son cou quelques pustules rouges et purulentes qui apparurent le quatorzième jour. Des troubles notables furent encore constatés quant à la parole : V.M manifesta, pendant dix à douze jours après cette apparition, des difficultés à mouvoir sa langue, ce qui provoqua chez lui un certain bégaiement. Enfin, les yeux du vieillard pleurèrent constamment et de très fins filaments d'environ 3 centimètres de long apparurent au-dessus des globes oculaires.

Chez lui, les effets relevés sont purement physiologiques, mais leur variété et leur nombre ne peuvent manquer de susciter un essai d'explication rationnelle que les connaissances médicales d'une part, et les statistiques des ufologues d'autre part, peuvent nous aider à formuler. En effet, une étude approfondie des témoignages d'apparitions  a permis d'établir que, dans 20 pour cent des cas, des rayons de couleur et d'intensité variables sont décrits par les témoins et que, parmi ces 20 pour cent de témoins, 19 ont présenté des troubles de santé divers. Or, si de ces différents troubles nous détachons ceux qui concernent plus précisément la vue, nous pouvons affirmer statistiquement qu'ils sont provoqués par des rayons lumineux blancs. Il ressort de ces études que les larmoiements constants et les filaments observés dans les yeux de notre témoin argentin sont vraisemblablement en liaison directe avec l'émission de rayons de forte intensité. Ces rayons blancs qui, il est important de le préciser, constituent à eux seuls 49 pour cent des cas, dont les données statistiques font apparaître qu'ils ne sont pas sans effet sur les nausées dont souffrent certains témoins, notamment le Señor V.M.

2006-ovni-ufo-argentina-april-20th.jpg

Argentine-20-04-2006

Mais les rayons émis par les OVNI sont, nous l'avons noté, de couleurs diverses et chaque couleur provoque des symptômes qui lui sont propres. C'est ainsi que les rayons rouges, constituant 23 pour cent des cas, occasionnent de violents maux de tête, et que les rayons orange sont générateurs d'éruptions cutanées diverses. Les rayons verts et bleus, quant à eux, provoquent une perte de poids ou la chute des cheveux. Souvenons-nous du récit du vieillard : on y trouve bien, outre la présence d'un rayon lumineux aveuglant, celle d'un rayon rouge-orange qui devient même, à un certain moment, bleu-vert. Les troubles de V.M ne sont donc pas exceptionnels et s'intègrent parfaitement dans les statistiques des ufologues, et aussi dans les effets dus aux rayons électromagnétiques "terrestres" d'autre part. 

Pourtant l'explication que nous venons de fournir mérite d'être nuancée, car les observations médicales ont révélé que de tels symptômes nécessitent un temps d'irradiation de quatre heures minimum qui est peu compatible avec la durée de l'observation de notre témoin qui, selon lui, ne s'est guère étendue sur plus de vingt minutes. Dans ces conditions, faut-il admettre que la lumière décrite est extrêmement intense et fournit, en concentration, l'équivalent d'une irradiation de quatre heures ?

La sensation de picotements est un signe qui ne trompe pas : le témoin a subi une sorte de décharge électrique. Ce symptôme fait penser aux effets des ions atmosphériques positifs dont les médecins remarquent qu'ils ont, sur certains patients, des conséquences néfastes, les ions négatifs, au contraire, possédant une influence bénéfique. Des expériences médicales ont effectivement permis d'établir que les ions positifs provoquent des nausées, des vomissements, des pertes de conscience, des engourdissements, etc...effets correspondant très précisément à ceux constatés chez plusieurs témoins.

L'hypothèse d'une ionisation de l'air par les OVNI est donc non seulement séduisante, mais encore assez vraisemblable puisque aussi bien les témoins eux-mêmes que les enquêteurs la confirment. En effet, de nombreux témoignages font allusion à une présence d'électricité statique dans l'air lors de l'apparition d'un engin et, au cours d'enquêtes menées sur les lieux présumés d'atterrissages, on a pu relever, sur les traces désignées par les témoins, des ions positifs. En outre, une ionisation implique des phénomènes électromagnétiques, et les OVNI peuvent être repérés par les détecteurs magnétiques.

Les témoignages des enfants ne sont pas à négliger, même si d'aucuns pensent qu'un récit d'apparition émanant d'un enfant est particulièrement sujet à caution. Les faits que nous allons relater sont au reste corroborés, nous le verrons, par trois indices non négligeables constatés chez les jeunes témoins. En outre, on ne connaît pas, chez ceux-ci, de tendance à l'affubulation qui puisse semer le doute sur la véracité des évènements dont ils prétendent avoir été témoins.

Cussac est un petit village du Cantal, situé à 19 km de Saint-Flour, sur un plateau un peu marécageux,et dont la plupart des habitants vivent de l'élevage de bétail. François et Anne-Marie Delpeuch, âgés respectivement de 13 ans et demi et de 9 ans, sont partis depuis 9 heures du matin, ce 22 août 1967, avec une dizaine de vaches qu'ils ont emmenées paître au lieu dit Les Tuiles, à 800 mètres environ du village. Le temps est beau, le ciel clair, un léger vent souffle de l'ouest. Une dizaine de vaches paissent sous la garde de François et Anne-Marie, accompagnés de leur chien Médor. Pour passer le temps, ils jouent aux cartes.

Vers 10h30, ils doivent cesser leur partie car des vaches s'apprêtent à franchir un muret. François se lève, se retourne, et aperçoit alors, de l'autre côté de la départementale 57, ce qu'il croit tout d'abord être quatre enfants, derrière une haie, à une quarantaine de mètres. François appelle son chien afin qu'il détourne les bêtes de leur dessein, car de l'autre côté du muret, dans une pâture voisine se trouvent une trentaine de vaches appartenant à un voisin. François ne reconnaît pas les quatre enfants et, intrigué, il alerte sa soeur Anne-Marie.

cussac-ovniiz7.jpg

Reconstitution

Les étrangers, qui ne semblaient pas avoir pris conscience de la présence de François et d'Anne-Marie assis dans le pré, n'avaient pas changé de place. Tout en s'avançant, les deux enfants découvrent derrière les petits êtres, et à demi masqué par une clôture et une haie de buissons, une sphère de couleur argentée de 2,50 m de diamètre, resplendissante et pénible à regarder. Aucune ouverture n'est visible.

Deux êtres se trouvent à gauche de l'engin et semblent plus petits que les deux autres ; placés de profil, ils semblent se regarder. Au centre se trouve un troisième personnage agenouillé et paraissant gratter le sol. Le quatrième, debout à droite de la sphère regarde dans leur direction. Il tient à la main un "miroir" rectangulaire paraissant avoir deux faces. Son éclat aveugle les enfants qui observent la projection, en arrière, d'une vive clarté qui tranche sur la partie droite de l'engin argenté. Les deux témoins se rendent compte qu'ils ne s'agit pas d'enfants normaux. Les "petits hommes noirs" possèdent des "cheveux" noirs et une "barbe" qui semblent recouvrir le cou et le menton. Leur corps est recouvert d'une combinaison noire collante et brillante, un peu comme celle des plongeurs ou des mécaniciens.

Ne recevant pas de réponse à sa proposition et intrigué par cette scène, François monte sur le muret qui borde la route.
Semblant prendre conscience de la présence des jeunes enfants, les étangers s'embarquent dans leur engin en se propulsant à la verticale, les deux de gauche puis celui du centre plongent la tête la première dans la partie supérieure de la sphère en effectuant un retournement à 180° ;  le quatrième qui avait commencé son ascension comme les trois autres, retourne en arrière et semble ramasser quelque chose qu'il aurait oublié sur le sol. La sphère ayant décollé en spirale, il la rejoint à dix mètres d'altitude ; un sifflement doux et aigu se fait entendre.
Au cours de cette ascension, les enfants Delpeuch remarquent que leurs pieds sont palmés comme ceux des hommes-grenouillesAnne-Marie remarque un trépied sous l'engin, mais son frère pense qu'elle a confondu avec des branches d'arbres. Au cours de l'ascension de la sphère, elle n'a pas remarqué ce trépied et ne sait pas à quel moment il a disparu.

Médor, pendant ce temps, aboie ; les vaches du voisin en quittant leur propre pâture se joignent au troupeau des parents de François et Anne-Marie et une odeur de soufre se répand dans l'airM. Valjeux qui se trouve en tracteur, à 300 mètres de là, n'a rien vu, ni rien entendu.
Par contre, M. Delcher qui remue du foin dans son grenier à Cussac entend le sifflement provoqué par la sphère.
Les gendarmes de Saint-Flour, alertés, ne remarqueront rien d'anormal, aucune trace, si ce n'est l'odeur de soufre persistant encore quelques heures après.

" Plusieurs éléments sont de nature, comme déjà dit, à confirmer l'authenticité du témoignage des enfants Delpeuch. D'abord, il y a l'odeur de souffre, familière aux témoins d'apparitions d'OVNI et relevées sur les lieux par les gendarmes de Saint-Flour. Ensuite, la déposition du garde champêtre, Mr Delcher. Celui-ci a déclaré avoir entendu, au moment de l'incident, comme un sifflement qui ne lui a pas semblé provenir d'un avion ou d'un hélicoptère. De même, la déclaration d'un cultivateur qui se trouvait prês des lieux a confirmé un des points du récit des enfants : " Les vaches, a-t-il dit, ont quitté le pré en meuglant très fort et en courant. Ca n'est pas normal du tout. Elles ont dû être effrayées. Par quoi ? Je ne sais pas."

Enfin, nous tenons une preuve supplémentaire que quelque chose d'insolite s'est passé au lieu-dit Les tuilesFrançois et Anne-Marie sont rentrés, ce jour-là, précipitamment et en pleurs chez eux. Durant plusieurs nuits, ils ont été victimes d'insomnies ; le garçon a eu longtemps les yeux larmoyants, surtout au contact de la lumière électrique. S'il ne s'agit que d'une coïncidence, il faut reconnaître qu'elle est troublante."

Chose très intéressante, ce cas étonnant et non élucidé à ce jour a subi une contre-enquête en 1978, 11 ans après les faits :

"La contre-enquête débutera en 1978 avec une équipe d'enquêteurs du GEPAN (CNRS) et des membres conseillers extérieurs qualifiés, dont un ancien juge d'instruction.
Les faits marquants de cette contre-enquête ne concernèrent ni les faits ni le récit, mais des éléments nouveaux, tels que des témoins secondaires retrouvés sur les lieux, qui apportèrent des indices supplémentaires et renforcèrent la crédibilité du cas. En particulier, un gendarme, qui s'était rendu sur les lieux immédiatement après l'incident, avait trouvé des traces sur le sol à l'endroit indiqué par les enfants et noté la très forte odeur de soufre. De même, un autre témoin se manifesta, reconnaissant s'être trouvé dans un grenier proche des lieux, et se souvenant parfaitement du bruit de sifflement très différent de celui d'un hélicoptère de l'époque.

cussac2.gif

Dessin de Joël Mesnard représentant les petits êtres autour de la sphère, publié dans "Phénomènes Spatiaux" n°16

Lire la suitehttp://benzemas.zeblog.com/94870-la-rencontre-de-cussac-1967/#ixzz1gqbciAVY

Les reconstitutions sur les lieux, en présence des deux témoins principaux, confirmèrent tant les récits descriptifs que les circonstances qui suivirent l'observation. Les enfants, à l'époque, évoquèrent une forte odeur de soufre, mais ils subirent surtout des troubles de nature physiologique, leurs yeux pleurèrent durant plusieurs jours ; ces faits furent constatés par le médecin de famille et confirmés par leur père, alors maire du village. Le magistrat, dans la conclusion de cette contre-enquête, donna son avis sur les témoins et leur témoignage : "Il n'existe dans ces divers éléments aucune faille, aucune discordance qui permette de douter de la sincérité des témoignages, ni d'envisager raisonnablement une invention, une supercherie, ou une hallucination. Dans ces conditions, malgré le jeune âge des témoins principaux, et si extraordinaires que paraissent les faits qu'ils ont relaté, je pense qu'ils les ont réellement observés".

Sources : 
• Le rapport Cometa : les OVNIS et la Défense, à quoi doit-on se préparer ?, Editions du Rocher, 2003, page 57

Luc Bourdin, enquêteur L.D.L.N., à Clermont rencontra en 1977 François Delpeuch étudiant à la faculté de Clermont et refit une contre-enquête complète sur le cas 10 ans après. C'est ainsi qu'il apprit que la phrase attribuée à Anne-Marie ("Vous venez jouer avec nous") est une pure invention journalistique car tout de suite les témoins se rendirent compte qu'ils n'avaient pas affaire à d'autres enfants. D'autre part, Anne-Marie eut l'impression que la sphère reposait sur des pieds mais François ne vit rien de tel et pense qu'il s'agissait simplement de branches situées en dessous.

27 AOUT 2008 - ARTICLE  LA MONTAGNE.FR 

François Delpeuch et sa soeur ont-ils vu réellement des extraterrestres quand ils étaient enfants ? L'affaire est en tout cas moins drôle qu'elle n'en a l'air.

Le calvaire de François Delpeuch

Aujourd'hui encore, ce récit de François Delpeuch et de sa soeur fait fantasmer tous les passionnés d'ovnis. Mais pour le garçon, le souvenir de cette journée devient un calvaire. Au village, on ne croit pas à son histoire et on le surnomme « le « martien ». Déjà fragilisé par des problèmes de santé puis par la perte de son frère, l'enfant se réfugie dans le travail. Comme animé par une soif de revanche sociale, il deviendra avocat et maire (très contesté) de Saint-Flour, entre 1989 et 1993.

La « rencontre de Cussac » ne l'a pourtant jamais lâché. « Ça m'a marginalisé, confesse-t-il. En ces terres chrétiennes, il vaut mieux dire qu'on a vu la Vierge plutôt qu'un OVNI ». Et si, écœuré, il ne veut plus infirmer ou confirmer son récit de l'époque, il ne se renie pas non plus : « Il y a des phénomènes inexpliqués dans l'Univers ». À l'époque, plutôt que d'extraterrestre, il parle d'ailleurs vaguement de « distorsion du temps ».

Parmi les enquêteurs divers et variés qui se sont succédé à Cussac pour tirer l'affaire au clair, certains soulignent qu'une prime avait été promise par une radio locale à qui verrait un martien, quinze jours avant. Mais les Delpeuch n'ont jamais rien réclamé. On sait aussi que les journaux de l'époque ne rechignaient pas à publier des articles sur les soucoupes volantes qui ont pu marquer le petit François.

Pourtant, le très officiel GEPAN, qui interroge les Delpeuch en 1978, écarte la possibilité du mensonge. Un membre du Conseil Supérieur de la Magistrature, présent dans la délégation, conclura même : « Il n'existe aucune faille qui permette de douter de la sincérité des témoignages ».

Personne d'autre n'a assisté à cette « apparition ». Les gendarmes ont cependant noté que l'herbe était « jaunie » à l'endroit de la « visite ». Et un garde champêtre, qui travaillait à 500 mètres de là, a confirmé avoir entendu un « sifflement ». Ont-ils menti ? Ont-ils mal interprété ce qu'ils ont vu ? L'une des seules choses certaines est rapportée par un agriculteur qui croisa les deux enfants Delpeuch quelques minutes après la dite apparition. Ils ramenaient alors les vaches à la maison. Ils pleuraient et semblaient terrifiés.

Source

Le cas de Falcon Lake, Steve Michalak :

Pendant le week-end du Jour de Victoria, le canadien Stephen Michalak de Winnipeg, un mécanicien, a décidé de prospecter dans le parc provincial de Whiteshell. Michalak était un géologue amateur et avait prospecté dans ce secteur à de nombreuses reprises. D'autres avaient trouvé plusieurs veines de quartz près du lac Falcon, qui étaient associées à des dépôts argentifères, et Michalak avait eu lui-même l'occasion de trouver quelques emplacements prometteurs. Ainsi, le 19 Mai 1967, il a voyagé de Winnipeg à Falcon Lake, où il a passé la nuit dans un motel sur la route Trans-Canadienne.

michalak.jpg

Michalak a quitté son motel à 5:30 du matin et s'est dirigé au nord dans le décor sauvage du parc. A environ 9:00 heures du matin, il a trouvé une veine de quartz près d'une petite rivière. A 11:00 heure du matin, il a pris son déjeuner, puis a continué à examiner la formation de quartz. A 12:15 de l'après-midi sa concentration a été troublée par le caquetage de quelques oies. Il a regardé en l'air et a été étonné de voir deux objets en forme de cigare rougeoyants descendant à un angle de 45 degrés. Tandis qu'ils se rapprochaient, leur aspect est devenu plus ovale, puis en forme de disque.

Pendant qu'il observait, un des objets s'est arrêté et a plané, alors que l'autre descendait et atterrissait sur une grande roche plate à environ 160 pieds de lui. Après que quelques moments l'objet dans le ciel soit parti toujours, changeant de rouge en orange puis en gris tandis qu'il volait vers l'Ouest et disparaissait derrière les nuages. L'objet sur la terre a également tourné du rouge au gris et finalement à la couleur de "l'acier inoxydable chauffé," entouré par une lueur dorée. Michalak avait mis des lunettes de soudeur quand il ébréchait du quartz pour protéger ses yeux contre les éclats, et maintenant ces lunettes ont rempli la fonction additionnelle de protéger ses yeux contre une lumière pourpre brillante qui était émise par des ouvertures dans les objets. L'objet au sol faisait un bruit de sifflement et un bruit de vrombissement, et il dégageait une odeur sulfureuse.

Pendant plusieurs minutes, Michalak est resté où il était et a dessiné l'objet. Après environ une demi-heure, une porte s'est ouverte dans le côté de l'objet, mettant en évidence un intérieur éclairéMichalak a décidé de se rapprocher, et quand il fut approximativement à soixante pieds de l'objet, il a commencé à entendre deux voix par-dessus les autres sons venant de l'objet.

Pensant que l'objet était un engin américain expérimental secret d'une certaine sorte, Michalak a appelé en anglais. Il n'y avait aucune réponse, alors il a essayé le russe, l'allemand, l'italien, le français, l'ukrainien, et puis à nouveau l'anglais. Il n'y eut pas plus de réponse.

Rassemblant ses esprits, Michalak a approché la porte ouverte et a collé sa tête à l'intérieur. Là il a vu un labyrinthe de lumières sur ce qui a semblé être un panneau, et des faisceaux de lumière en des patterns horizontaux et diagonaux. Il y avait également un faisceau de lumières clignotantes en un ordre aléatoire "comme sur un ordinateur."

Ne voyant personne, il a retiré sa tête et a attendu. Soudainement, trois panneaux ont glissé ensemble, clôturant complètement l'ouverture. Michalaka alors examiné la surface externe de l'objet, notant qu'il était comme en verre coloré fortement poli sans aucune coupures ou raccords dans sa surface. Il l'a touché, et son gant a fondu.

Sans avertissement, l'objet s'est déplacé, et quelque chose comme une grille d'échappement était maintenant devant lui. Cela avait environ neuf pouces de haut par six pouces de large, et contenait un alignement uniforme de trous ronds, chacun d'environ 1/16 pouce de diamètre. Un souffle du gaz chaud s'est échappé ces trous vers son thorax, mettant sa chemise et son maillot de corps en feu et lui causant une grave douleur. Il a arraché ses vêtements brûlants et les a jetés à terre. Il a regardé en l'air juste à temps pour voir l'engin partir comme le premier, et a senti les mouvements de l'air pendant qu'il montait.

michalakovnibenzemaszebsv3.jpg

Après que l'objet soit parti, Michalak a remarqué une odeur forte d'isolation électrique brûlant avec l'odeur sulfureuse qu'il avait remarquée plus tôt. De la mousse sur la terre avait été brûlée par ses vêtements jetés en feu, et il les a éteintes.

La zone où l'objet avait atterri semblait comme si elle avait été proprement balayée, mais empilé vers le haut en un cercle de 15 pieds, il y avait une collection d'aiguilles de pin et de débris. Pendant qu'il regardait aux alentours, il a été pris d'un grave mal de tête, a été pris de nausées et de sueurs froides. Sa nausée s'est aggravée, et il a bientôt vomi. Il a décidé de se diriger de nouveau vers le motel, et sur le chemin du retour il a dû s'arrêter plusieurs fois en raison de vomissements.

Finalement, après avoir demandé l'aide d'un officier de la Police Montée qui passait, ce qui lui a été refusé, il a atteint le motel. A 16:00, il est entré dans le Coffee Shop et a demandé où il pourrait trouver un docteur. On lui a dit que le docteur le plus proche était à Kenora, dans l'Ontario, à 45 miles à l'Est de Falcon Lake. Michalak a décidé de retourner à Winnipeg plutôt que d'entrer dans l'Ontario.

Le prochain autobus vers Winnipeg ne se présentait pas avant environ 20:45, donc il est revenu à sa chambre et a appelé son épouse. Il lui a dit de ne pas s'inquiéter, mais qu'il avait eu un accident, et qu'elle devrait envoyer leur fils à sa rencontre à l'arrivée du bus. Il est arrivé à Winnipeg à environ 22:15, et son fils l'a immédiatement emmené à l'hôpital de Misericordia, où son mal de tête et nausée ont été traités et les marques de brûlure curieuses sur son thorax, dessinant une forme de grille, ont été notées.

Un des enquêteurs de la Police Montée Royale Canadienne (RCMP) a essayé de faire penser que les brûlures que Michalak avait sur son torse avaient été faite sur le gril d'un barbecue. Cependant, la trace des brûlures était contraire à ce qu'elle aurait été dans ce cas. Il y avait une tour de surveillance des incendies tout près, mais les surveillants n'ont absolument rien vu ce jour là. Michalak n'a jamais gagné le moindre argent du fait de son expérience. En réalité, il a dû payer toutes ses propres dépenses médicales, y compris un voyage à la clinique de Mayo dans le Minnesota. Un petit livret qu'il a édité à compte d'auteur pour relater son expérience lui a fait perdre encore un peu plus d'argent.

falconlake1967.jpg

Steve Michalak

Dans les deux années qui ont suivies, Michalak a été examiné par plus d'une douzaine de médecins aux Etats-Unis et au Canada. Des enquêtes sur le terrain ont été menées par des membres de la Police Montée, la RCAF (Royal Canadian Air Force), des fonctionnaires du gouvernement et de nombreux civils. Parmi ceux qui se sont rendus à l'emplacement avec Michalak se trouvaient des représentants des quartiers généraux du commandement de la formation de la RCAF, du CFB (Canadian Forces Base) de Winnipeg, de la CID (Division criminelle d'investigations) de la RCMP; du ministère fédéral de la santé et le département de la santé provincial du Manitoba. En outre, le Comité Condon de l'Université du Colorado Condon a étudié le cas, des journalistes du magasine LIFE se sont rendus dans le Manitoba et deux groupes d'ufologie civils, l'APRO (Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens) et le CAPRO (l'APRO Canadien), se sont impliqués. 

En conclusion, le département fédéral des mines et des ressources naturelles se sont également intéressés au cas, de même que l'établissement de recherches nucléaire de Whiteshell (WNRE), l'institut du Cancer de Manitoba, la clinique de Mayo, et une foule d'autres établissements médicaux.

Le Canadien Chris Rutkowski a étudié ce cas à fond, et donne les détails de ses investigations dans "Too Close an Encounter," "une rencontre trop rapprochée."

Lire la suite: http://benzemas.zeblog.com/102934-steven-michalak-a-falcon-lake-en-1967/#ixzz1gqUDBoFG

autre source : OVNI et Extra-Terrestres par Yves Naud (Ed Famot-Genève-1977)

PARTIE 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-des-traces-physiques-sur-des-temoins-partie-2.html

Fin Partie 1 : à suivre Yves Herbo, Sciences, F, Histoire, 28-02-2015 (reprise de la rubrique de 2011 pour ajout d'autres pages et témoignages)

Yves Herbo sur Google+

interviews politique économie alien ufo ovni échange environnement climat MHD nucléaire livre Nouvelle auteur écrivain lire mystère astronomie paranormal

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau