OVNIs : 1973-1974 : l'incident du Concorde

OVNIs : 1973-1974 : l'incident du Concorde

Lasoucoupeduconcorde 06 1973b

Comme annoncé dans cet article précédent où il en est question au tout début, voilà un article réservé à cette histoire qui a fait couler beaucoup d'encre et même l'objet de plusieurs émissions radio et télévisées (voir plus bas) et qui a trouvé, évidemment, une explication "toute faite" et affirmative, sans d'ailleurs aucune preuve non plus de la part de ceux qui l'ont affirmé ! Il y a même eu en fait plusieurs explications puisque, à peine 6 jours après la diffusion de cette information, et alors que des spécialistes hésitaient depuis déjà 7 mois sur une explication prouvable, le journal l'Aurore en trouvait une à peine 6 jours après (et avec l'aide d'un "ordinateur" de 1973 spécialisé dans les OVNI (sic) : un nuage de haute atmosphère... éclairé miraculeusement en plein éclipse solaire... Le public a été ensuite totalement endormi par les affirmations d'un autre scientifique "aux ordres", Pierre Guérin, qui a assuré (sans aucun preuve non plus) qu'il s'agissait d'une météorite ou même d'une petite comète qui était venue pile-poil se montrer et se faire photographier au bon moment... Bon, tout est possible bien sûr, mais il ne s'agit là à nouveau que des affirmations-témoignages sans aucune preuve scientifique, tout comme les témoignages de ceux qui voient des soucoupes finalement ! pas besoin d'être scientifique pour juste affirmer l'inverse, le contraire d'un témoignage, pour avoir raison...

L'affaire paraît donc dans la presse le 31 janvier et 1er février 1974, soit 7 mois après la prise de cette photographie par un technicien du C.N.R.S, M. Begot.   Que dit cette dernière ? :

Lasoucoupe du concorde 1973

le 31 janvier 1974 dans l'Aurore, une brève :

" Concorde a "surpris" une soucoupe volante "

" La mission  scientifique qui fut celle de Concorde 001 le 30 juin dernier, dans le cadre de l'observation de l'éclipse solaire, aura réservé une surprise de taille.

" Ce jour-là, alors que l'appareil piloté par André Turcat survolait le Tchad à 17.000 mètres d'altitude et à 2.300 km/heure, M. Jean Begot, technicien du Centre National de la Recherche Scientifique, prenait des photos.

" Lorsque les documents furent développés, les observateurs prêtèrent toute leur attention à un cliché présentant dans la nuit de l'éclipse, un étrange point lumineux. Ce cliché fut l'objet d'une analyse poussée pendant de longues semaines dans les laboratoires du C.N.R.S. et il apparut aux chercheurs que cette "étoile" prenait au grossissement l'ampleur d'une soucoupe flamboyante.

" Il s'agit, selon l'astrophysicien Serge Koutchmy, chercheur au CNRS, d'un de ces fameux objets volants non identifiés auxquels on n'a pu encore donner un nom précis. L'astrophysicien, quant à lui, estime que compte tenu des circonstances dans lesquelles la photographie a été prise, l'objet en question pouvait avoir environ 200 mètres de diamètre. "

Dans France-Soir le 1er février 1974 :

" Personne ne peut expliquer "la Chose" vue par Concorde "

" Un document de choix vient d'être versé, hier, au dossier OVNI. Il s'agit d'une photographie prise à bord du "Concorde 001" le 30 juin 1973, lors d'une mission d'observation du coin d'ombre de l'éclipse solaire. "Concorde" survolait alors Fort-Lamy (Tchad). Le développement de cette photo  fait apparaître un objet de forme ronde qui, selon les "spécialistes", aurait un diamètre de 200 mètres et se serait trouvé à 17.000 mètres d'altitude à une distance de 15 kilomètres de "Concorde". André Turcat, directeur des essais en vol de l'Aérospatiale, est sceptique : " J'étais à bord de "Concorde". Je n'ai rien constaté de spécial. J'ai vu ce point lumineux qui pouvait être une planète ".

" Rien ne permet de croire qu'il s'agit d'une soucoupe volante, déclarent les chercheurs du CNRS, qui protestent contre ce qu'on leur a fait dire mercredi. Nous avons rencontré longuement, hier, Serge Koutchmy et M. Begot, dans le bureau du Président Jean-Claude Pecker, directeur de l'Institut d'Astrophysique.

" Nous ne savons pas du tout de quoi il s'agit, disent les astrophysiciens, en montrant la photographie prise au travers d'un hublot de l'avion supersonique "Concorde", le 30 juin dernier, peu de temps après l'éclipse de soleil. Sur la photo, on voit un point brillant, sur le fond noir du ciel. Agrandi, le cliché montre un objet étrange, à la base plate et au sommet arrondi, teinté de rouge en haut et de vert en bas.

" Il ne semble pas qu'il s'agisse d'un reflet ou d'un défaut de la pellicule, dit M. Koutchmy. Nous n'avons pas connaissance qu'il y ait eu, à l'époque et dans cette région, de ballon stratosphérique. D'après mes calculs, ajoute Serge Koutchmy, il peut s'agir d'un objet large de 100 à 200 mètres, situé un peu plus haut que "Concorde", c'est à dire vers 18.000 ou 20.000 mètres et à 10 ou 20 kilomètres de nous.

" Quel est cet objet mystérieux ? Un phénomène de condensation ? Le parachute d'une fusée lancée pour observer l'éclipse solaire ? Un satellite ou un fragment détaché d'un engin spatial ? Les chercheurs ne peuvent pas se prononcer. Ils sont formels sur un point : rien ne montre qu'il s'agit d'une "soucoupe volante" (YH :mais rien ne montre le contraire non plus !).

" Personne, à bord de "Concorde", n'a vu le phénomène, dit le Pr Pecker. L'objet n'apparaît sur aucune autre photographie. Ce phénomène, parce qu'il est unique, échappe à l'analyse scientifique. Nous ne pouvons rien en déduire. (YH : voilà qui est honnête...).

" Il ne semble donc pas que ce document départage ceux qui croient aux "soucoupes volantes" et ceux qui n'y croient pas. Les premiers y verront une observation de plus, à ajouter à un dossier déjà épais, sinon toujours démonstratif. Ceux qui doutent de la réalité des "objets volants non identifiés" continueront à dire qu'il existe encore des phénomènes que la science n'explique pas. " Robert Clarke - France-Soir.

Dans l'Aurore du 01-02-1974 (des variantes !) :

" Concorde : une chasse à la soucoupe volante "

" On se passionne, à Toulouse et... ailleurs pour le problème posé par une image contenue dans un film réalisé par des savants du Centre National de la Recherche Scientifique qui se trouvaient à bord de Concorde 001, lorsque l'avion supersonique survolait l'Afrique, le 30 juin dernier, pour servir d'observatoire aux spécialistes chargés d'étudier le déroulement de l'éclipse solaire. "

" Ceux qui ont vu le film sont formels : un point lumineux décelé dans l'obscurité de l'éclipse ne peut être qu'un OVNI (Objet Volant Non Identifié) (YH : c'est en effet une Lapalissade s'il n'est pas identifié). René Mauriès, le journaliste de "La Dépêche du Midi", qui a révélé cette information au public, la décrit ainsi : " Une étoile, en apparence anodine, qui prend au grossissement l'ampleur d'une assiette à soupe flamboyante aux contours fluorescents ".

" Et, d'après les experts, l'OVNI avait un diamètre de 200 mètres. Cette appréciation découle de longues années d'observation dont les résultats ont été confrontés à des données scientifiques déjà recueillies sur ce même sujet. Alors, de quoi s'agit-il exactement ?

" Il faut dépassionner le sujet, s'accomoder de son évidence et se préparer à une confrontation de plus en plus fréquente ", estime Claude Poher, chef de la division fusées-sondes du Centre National d'Etudes Spatiales, l'un des spécialistes les plus avertis de l'OVNI dans notre pays. Néanmoins, beaucoup croient d'ores et déjà dur comme fer que Concorde a croisé, dans le ciel africain, un aéronef venant de Mars ou d'ailleurs. Et on peut être assuré que l'affaire va prendre une nouvelle dimension après la diffusion du fameux film en couleur ce soir, sur les écrans de la télévision régionale (YH : c'est d'ailleurs probablement à cause de "cette nouvelle dimension atteinte" qu'une "explication" facile et sans preuve va être "matraquée" ensuite très vite sur les radios et dans les journaux...)

" Mais il en est aussi, très nombreux, qui gardent la tête froide et s'efforcent d'analyser la situation scientifiquement. André Turcat, qui précisément pilotait Concorde 001 au moment où a été réalisé le film du CNRS, se trouve parmi ceux-là. " Je connaissais ce film depuis deux mois, nous a dit le pilote de Concorde. Pour moi, il constitue un document intéressant et curieux mais je me garderais bien de me prononcer sur la nature de l'image car, après l'avoir observée, on en est objectivement à se demander ce qu'elle peut bien représenter. Pourquoi ne serait-ce point un phénomène d'ionisation, ou encore la désintégration d'une météorite par exemple. Ce qui paraît certain, par contre, en raison des couleurs, c'est l'existence d'une très haute température ".

" Quant aux dimensions prêtées à cet OVNI, elle laissent André Turcat assez perplexe car le phénomène se situait à une altitude très supérieure à celle du Concorde et en un point très éloigné. (YH : on remarque que le pilote semble avoir donné l'explication "voulue" par les autorités assez vite, mais qu'elle est en contradiction avec les analyses des scientifiques à bord dès le début - entre 18.000 et 20.000 mètres d'altitude et seulement à 10-20 km de l'avion d'après eux !). De plus, en l'absence de tout élément de comparaison, il lui semble vain de vouloir déterminer la taille de l'OVNI en question (YH : un grossissement 80 fois, mathématiquement, donne un point de référence - s'il c'était agit d'une étoile ou planète ou même d'une météorite ou débris rentrant dans l'atmosphère, très haut comme le suggère le pilote, le point serait resté un point... même grossi, pas un bol renversé...). "

" Le plus généralement, (voir l'Aurore du 11 décembre 1973), les scientifiques estiment que les OVNI sont des masses de plasma (4ème état de la matière) circulant dans l'atmosphère. "

Dans l'Aurore du 06 février 1974 :

" L'OVNI de Concorde : un nuage stratosphérique "

" L'OVNI photographié par Concorde serait en fait un nuage stratosphérique ou mésosphérique. Il aurait été provoqué par le passage ou la désintégration d'une météorite diurne. (YH : on remarque l'affirmation facile et non prouvable mentionnée très vite après la diffusion du film à la télévision...). C'est, selon M. Koutchmy, membre de l'Institut d'Astrophysique de Paris, l'explication la plus vraisemblable à la présence sur les photos (YH : tient, je croyais qu'il n'y en avait qu'une où l'objet apparaissait... mais il a fallut en faire un film pour la TV je suppose !) de ces traces non identifiées. "

Lasoucoupeduconcorde 06 1973

A la télévision :

Emission Actuel 2 présentée par François de Closet (animateur), Antenne 2 (actuelle France 2) :

" La soucoupe de Concorde. On vous l'a montrée, on en a parlé, et du coup ce serpent de mer de l'actualité refait surface. Alors que faut-il penser de tels documents ? Quelle valeur attacher à des témoignages encore beaucoup plus fantastiques ? Soucoupe ou pas soucoupe ? Extraterrestres ou extravagances ? Ce soir nous tentons de faire le point de ce problème controversé.

De Closet : Bonsoir. Et bien, puisque nous avons commencé cette émission, ainsi qu'il était naturel, en vous présentant ce document qui a fait la Une de la presse cette semaine, nous vous devons une explication, que ce soir notre invité Pierre Guérin est en mesure de vous donner... alors, Pierre Guérin, la soucoupe de Concorde...

Guérin : Eh bien la soucoupe de Concorde, nous n'avons pas passé des mois et des mois à l'étudier, contrairement... à nous pencher dessus contrairement à ce qui a été raconté par la presse. Elle était sortie de temps en temps, à mesure qu'une idée venait. Et puis il y a eu des fuites, il a fallu très vite raconter quelque chose. On a dit que rien ne prouvait que c'était une soucoupe volante et c'était l'opinion de tout le monde - que ce soit de ceux qui n'y croient pas comme ce ceux qui pensent qu'elles existent, et tout récemment ce matin, M. Serge Coutchmi, mon collègue de l'Institut d'Astrophysique de Paris, qui est astrophysicien, m'a apporté je pense sur un plat chaud la solution définitive. Et cette solution définitive je vous la lis : parmi toutes les hypothèses émises au sujet de l'objet qui fut photographié à 12:15 pendant l'éclipse totale de soleil du 30 juin 1973 à bord du Concorde et bien l'hypothèse la plus probable, et de très loin, vient d'être soumise à vérification. Il s'agit tout simplement d'un nuage stratosphérique ou mésosphérique créé par la désagrégation d'un météore qui appartenait à l'essaim Beta Taurides, essaim que l'on a identifié avec la matière la comète d'Enke. C'est une comète qui s'est désintégrée et le noyau donne des essaims de particules qui sont considérables, et quand ça rentre dans l'atmosphère, ça s'échauffe, ça se volatilise, et à une altitude qui est précisément d'une vingtaine de mille mètres, ça donne naissance à des petits nuages. Le 30 juin 1973 - c'est-à-dire ce jour-là - à 11:12 TU - c'est-à-dire 1 h avant - cet essaim météoritique. Et alors pourquoi cette explication ? cette essaim météoritique dont la trajectoire était connue, et cet essaim, le pain de son orbite est proche de l'équateur terrestre et le radian - je ne vais pas expliquer ce que c'est - est favorable à son observation au-dessus de l'Afrique. C'est donc probablement cette explication, elle colle trop bien et manifestement elle est magnifique. Rappellons que les météores diurnes ne sont détectés qu'avec des techniques radar, et ce serait donc la 1ère fois qu'on en aurait vu en plein jour et du fait de l'altitude qui rend le ciel tout noir, qu'on aurait vu un tel phénomène. C'est signé Serge Couchmi, Institut d'Astrophysique de Paris le 4 février 1974.

De Closet : Autrement dit Concorde aurait eu rendez-vous avec des météores, avec une comète et Concorde ne le savait pas. Eh bien voilà donc une 1ère réponse et vous en attendez bien d'autres. Alors nous tenterons de vous les donner au cours de ce débat. Mais auparavant - après ce prélude - il convient de vous présenter, notre invité, et puis ses interlocuteurs. Donc Pierre Guérin vous êtes astronome, plus exactement astrophysicien ; vous êtes spécialisé dans l'observation des planètes, on voit doit des photos parmi les meilleures que l'on possède de Saturne, de Jupiter, mais vous êtes aussi un corps très rare il faut le dire dans l'astronomie française, celui d'un astronome confirmé dans sa spécialité, mais qui pourtant s'intéresse aux ovnis comme disent les spécialistes, ou disons aux soucoupes volantes comme dit le public. En quels termes vous vous y intéressez, ce sera l'objet de notre débat. Mais tout de même, ce que je voulais signaler, c'est que si vous êtes astronome, vous ne représentez pas l'astronomie française puisqu'au contraire on peut dire que l'immense majorité de vos collègues sont hostiles, sceptiques ou indifférents en ce domaine, alors que vous au contraire, vous pensez qu'il existe effectivement quelque chose digne d'intérêt à propos des ovnis. Alors ceci devait être bien dit pour éviter toute confusion dans l'esprit des télespectateurs. En général, vous voyez un astronome qui ne croit pas aux soucoupes volantes face aux journalistes qui ont plutôt tendance à y croire, aujourd'hui, ce soir, c'est un peu l'inverse qui se déroulera au cours de ces débats. En effet pour vous interroger, Pierre Guérin, nous avons invité 4 journalistes : Gérard Bonnot de l'Express, Jean-Claude Bourret de France Inter, Robert Clarke de France Soir et Michel Rouze, écrivain scientifique. Avant d'aborder ce débat, je vous propose de regarder un reportage, qui a été réalisé par Michel Allal, et André Darcheville sur ce problème. Nos confrères sont donc allés recueillir des témoignages, rechercher des documents. Que peut-on conclure de tels faits ? Nous en discuterons. Auparavant, je vous invite à regarder ce film. " (ci-dessous le débat et un reportage dans la deuxième vidéo - source : http://rr0.org/time/1/9/7/4/02/04/Actuel2/index.html) :

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (1/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (2/8)

Le 4 février 1974, Antenne 2 (l’actuelle France 2) diffusait un débat sur les OVNI dans le cadre de l’émission : « Actuel 2 », présenté par François DE CLOSET, sous le titre : « Le dossier des soucoupes volantes ». L’astronome Pierre GUERIN, astrophysicien au CNRS, y est opposé à Robert CLARKE (de « France-Soir »), Gérard BONNOT (de « L’Express »), Jean-Claude BOURRET (France Inter), et à Michel ROUZE, le fondateur de l’Association Française pour l’information Scientifique (organisme ayant pour but de lutter contre les «pseudo-sciences»). Tout seul face à ces quatre contradicteurs, on a la désagréable impression de voir, en fait d’un débat, Pierre Guérin devant un tribunal, voire un peloton d’exécution… Cependant, que l’on soit « pro- » ou « anti- » OVNI, je pense que tout le monde s’accordera pour dire qu’il y a 40 ans, les débats télés avaient une autre classe qu’aujourd’hui ! Dans cette seconde partie, on peut voir un reportage concernant diverses observations d'OVNI.

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (3/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (4/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (5/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (6/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (7/8)

Débat avec Pierre Guérin dans « Actuel 2 » (1974) – (8/8)

Alors, Pierre Guérin, info ou intox en final : a-t-il été obligé de jouer sur les deux tableaux pour pouvoir continuer à jouer un certain rôle (et pouvoir se retirer dignement) ? Devant certaines pressions et les réalités de l'Etat et de ses "Services" et "Unités" militaires ou non, je dirai que tout est possible, une fois de plus...

Voici les articles de presse d'où sont extraits ces passages, notez bien que toutes ces archives sont librement utilisables (notamment pour la recherche et l'éducation) à la condition absolue que les sources et références indiquées dessus, ainsi que mon nom, prénom et adresse de ces sites internet (http://www.sciences-fictions-histoires.com/ et http://herboyves.blogspot.com/) soient mentionnés visiblement :

Ovni 1973 plancheconcorde1

Ovni affairesenlevements 18 02 1974a1Dans l'Aurore du 18 février 1974

Yves Herbo Archives, Sciences, F, Histoires, 29-11-2014

Yves Herbo sur Google+

alien ufo ovni MHD lire mystère paranormal

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau