Les Tardigrades : des aliens parmi nous ?

Les Tardigrades : des aliens parmi nous ?

Tardigrade mini

Ce sont des animaux qui invalident en partie la théorie de l'évolution de Darwin... mais sont-ils d'origine terrestre ? Ils sont en contradiction avec les idées de Darwin tout simplement parce que leurs capacités et systèmes de protections naturels ne leur servent à rien dans leur milieu naturel !

Ce sont les Tardigrades, un groupe complet d'animaux très répandu sous toutes les latitudes, mais peu connus du public, et qui posent bien des questions aux spécialistes. Ils sont ce qu'on appelle des extrêmophiles : ils peuvent résister à des conditions de températures extrêmes sans aucun problème, à certaines radiations et au vide spatial. Pire, ils peuvent "ressusciter" après avoir longuement séché, de nombreuses années plus tard...

Le 14 septembre 2007, une fusée russe satellisait une capsule sphérique dans laquelle s'entassaient 43 expériences scientifiques. L'une d'elles concrétisait un projet un peu fou : vérifier si quelques animaux, directement exposés au vide spatial pourraient survivre. On sait que des bactéries en sont capables mais il semblait impossible que des animaux puissent résister aux deux grands dangers de l'espace, le vide, qui fait bouillir l'eau interne, et les rayonnements ultraviolets, qui démolissent les chromosomes.

Pourtant des biologistes suspectaient un groupe d'animaux étonnants, les tardigrades, de pouvoir relever le défi. On savait déjà qu'ils peuvent supporter un vide semblable à celui de l'espace et des zoologistes russes ont affirmé que certains avaient survécu à une sortie dans l'espace (rapporté par Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader dans Classification phylogénétique du vivant, éditions Belin). Proches des arthropodes (donc des insectes et des crustacés), les tardigrades sont bien plus discrets, avec une taille variant entre 50 microns et 1,2 millimètre.

Tardigrade

Olivier Geoffroy est un spécialiste de ces animaux : " Le tardigrade peut survivre à une plongée dans l'hélium liquide à -272°C, tout près du zéro absolu. Il résiste à une température pouvant aller jusqu'à +151°C. On peut leur appliquer des pressions de 1.000 atmosphères, et ils supportent de fortes doses de rayonnements énergétiques, ultraviolets ou X. Mais les chercheurs ne parviennent pas à comprendre en quoi ces caractéristiques sont utiles à l'animal dans son milieu naturel terrestre." (c'est ici qu'ils contredisent la théorie de Darwin sur l'évolution des espèces... sur Terre).

Jean-Luc Goudet, pour Futura-Sciences, explique en quoi consistait l'expérience Tardis (Tardigrades in space) : "Le Suédois Ingemar Jönsson et ses collègues de l'université de Kristianstad, ont fait placer des boîtiers sur une plate-forme Biopan-6, réalisée par l'Esa, satellisée à 270 kms d'altitude pendant douze jours. Des Tardigrades de quatre espèces différentes, en état d'anhydrobiose, étaient disposés dans quatre séries de ces boîtiers ouverts sur l'espace. Un groupe était protégé de toutes les radiations, deux autres recevaient soit les UV-A soit les UV-B, et le dernier ne disposait d'aucune protection." http://tardigradesinspace.blogspot.com/2007_09_01_archive.html

"A cette altitude, le rayonnement ultraviolet atteint 7.000 kilojoules/mètre carré, soit mille fois plus qu'au niveau de la mer. Les Tardigrades sont, pour beaucoup du moins, revenus vivants. Dans le groupe soumis aux UV-B, le rayonnement ultraviolet a tout de même décimé plus de 80% des animaux et le taux de survie était nul chez les animaux exposés aux UV-A et B. En revanche, la plupart des Tardigrades qui n'ont reçu que les ultraviolets A - tout en ayant, rappelons-le, subi le vide spatial pendant une dizaine de jours - étaient bien vivants. Les animaux ont repris leurs activités habituelles, et les biologistes ont constaté qu'ils étaient toujours capables de se reproduire.

Cette résistance pose problème car elle implique probablement des mécanismes de réparation de l'ADN, que les puissants rayonnements UV ont certainement dégradé." http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/le-mystere-des-tardigrades-ces-animaux-qui-resistent-au-vide-spatial_16608/ Les travaux des chercheurs ont été publiés le 9 septembre dernier par Current Biology (sur abonnement). - http://www.current-biology.com/

Un correspondant de l'AFP à Washington précise : "Comme leur habitat naturel, les mousses et les lichens, subissent souvent des sécheresses prolongées, ces animaux sont capables, après s'être en grande partie desséchés eux-mêmes, de ressusciter même après plusieurs années."

Les Tardigrades se nourrissent d'animalcules plus infimes qu'eux, et se tiennent au milieu des Mousses et des Algues, notamment sur les toits mousseux et dans les gouttières; quelques-uns d'entre eux vivent dans l'eau. Ils jouissent d'une grande notoriété depuis que Spallanzani  a découvert qu'ils possédaient, comme les Rotifères, une singulière faculté : celle de la réviviscence; tant que l'humidité nécessaire à leur prospérité leur fait défaut, ils demeurent comme morts; aussitôt qu'on leur rend l'humidité dont ils ont besoin ils s'éveillent de nouveau à la vie et reprennent leur activité.

Olivier Geoffroy a formulé quelques hypothèses sur l'origine extra-terrestre du Tardigrade : " Capable de résister aux conditions les plus extrêmes, le Tardigrade possède toutes les aptitudes pour survivre à un voyage spatial même très long, agrippé à une météorite par exemple. Il possède également les caractéristiques qui lui permettraient de ne pas succomber lors de l'atterrissage quelque peu brutal de la météorite sur la surface accidentée d'une planète inhospitalière." http://www.apophtegme.com/ANIMALIA/tardigrade.htm

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 16-08-2015

 

 

 

Yves Herbo sur Google+

alien ufo ovni échange environnement climat auteur lire mystère astronomie humour rire

Commentaires (2)

yvesh

C'est uniquement à cause du sous-titre...

Evhémère
  • 2. Evhémère | 18/02/2016

Bonjour,
C'est toujours un plaisir de vous lire.
Mais pourquoi ce très bon article est-il classé dans "humour" ?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau