Des fragments de métal de Roswell analysés

Des fragments de métal de Roswell analysés

 

fragments-aliens.jpg

L'artefact qui a été analysé. Taille de l'échantillon d'environ 10 mm de long. Fin fragment coupé pour les tests. (Crédit photo: Frank Kimbler)

Au cours des dernières années, le géologue Frank Kimbler a découvert une vingtaine de fragments de métal près de l'emplacement du crash allégué d'un OVNI à Roswell en 1947. Son expérience dans le domaine, et son succès à trouver des objets là, a conduit à son apparition récente sur les canaux de National Geographic (NatGeo) qui montrent les Chasseurs d'Ovnis (émission TV).

Avec l'aide du Roswell International UFO Museum and Research Center, Kimbler a été en mesure d'avoir l'analyse isotopique effectuée sur l'un de ses fragments de métal de Roswell en 2010. Kimbler expliqué aux journalistes de Open Minds TV que les résultats ont montré que " soit le laboratoire a fait une erreur d'analyse ou cette matière n'est pas de la Terre ". Ben McGee, un chercheur et membre de l'équipe des Chasseurs d'Ovnis, a expliqué dans un blog de NatGeo ce message :

Quand il a été soumis à un test initial, les isotopes de magnésium présents dans l'un des fragments de métal de Kimbler ont semblé indiquer une empreinte digitale non-isotopique terrestre. Toutefois, sans autre épreuve, ces résultats pourraient aussi avoir été le résultat de la variabilité naturelle et statistique dans le processus analytique en laboratoire. Ainsi, alors que finalement la recherche n'a pas été concluante sur une découverte extraterrestre sans plus d'analyses, en communiquant l'idée d'isotopes élémentaires et leur rôle pouvant aider les scientifiques qui déterminent actuellement les matériaux géologiques d'origines extraterrestres, fait de ce segment une question importante !

Et Kimbler, qui enseigne la géologie et les Sciences de la Terre à l'Institut militaire du Nouveau-Mexique, est d'accord avec McGee. Il sait que la bonne science nécessite des tests complémentaires avant de tirer des conclusions.

Kimbler a dirigé l'équipe des Chasseurs d'Ovnis à travers la zone où il a eu le succès de trouver des fragments de métal dans le passé. Il a été heureux de participer à l'émission parce que, comme il le prétend, NatGeo a accepté de financer une analyse supplémentaire effectué sur son débris métallique inhabituel. Mais l'analyse n'a pas eu lieu. Dans une récente interview sur le site web Spacing Out !, Kimbler expliquait :

" National Geographic ne veut pas suivre la chaîne de sécurité des protocoles pour ça. Ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas se permettre de me commanditer pour faire faire l'analyse. Je ne voulais pas leur donner un morceau de la matière à le faire détenir dans leur bureau pendant des journées entières, voire des semaines ou des mois... Ils ont dit que le laboratoire avait indiqué qu'ils avaient besoin d'un mois pour faire le test, et je sais que ce n'est pas vrai. Il leur faudrait peut-être un jour pour le calibrage, et un jour pour exécuter le test. Ca ne prend pas un mois pour le faire. "

 

kimbler-chasing-ufos.jpg

Frank Kimbler (R) avec James Fox et Ryder de Chasing ovnis. (Crédit: National Geographic Productions de pétrole Chaînes / Snake)

Mais Kimbler est impatient de faire des tests supplémentaires sur son débris métallique, de sorte qu'il a fait un compromis. Il a dit, " Si nous pouvons signer des papiers et s'il y a des personnes qui peuvent signer à ce sujet... Je serai plus que ravi de le faire, mais devinez quoi? Ils ne le feront pas. "

Son expérience dans l'émission l'a laissé déçu que " tout cet aspect scientifique soit tombé à l'eau. " En tant que scientifique, il dit qu'il n'est pas investi dans un résultat ou un autre. Il explique : « De toute façon, je voulais un peu de science bien faite."

Kimbler a bon espoir qu'une autre émission sera présentée pour rendre obligatoire le test de contrôle de se produire, et de donner aux métaux l'attention qu'il  sent qu'ils méritent.

Par Jason McClellan, traduction fr Yves Herbo

 

kimbler1.jpg

Visionnez l'entrevue complète avec Frank Kimbler ci-dessous :

 

http://www.openminds.tv/geologist-wants-additional-testing-on-potentially-extraterrestrial-roswell-metals-817/

Frank Kimbler enseigne les Sciences de la Terre au lycée et la géologie au collège au New Mexico Military Institute à Roswell. Il dit qu'il s'est toujours intéressé aux ovnis, et a réellement fait une observation inhabituelle quand il avait une vingtaine d'années. Alors, quand il a déménagé à Roswell, il a décidé de mettre son expertise à l'épreuve et d'essayer d'enquêter sur l'incident le plus célèbre d'OVNI de tous les temps, le crash de Roswell. Il dit que son but principal était de trouver des preuves matérielles. Il a commencé par examiner certaines des images satellites du prétendu " site des débris. " C'est ici que l'éleveur, Mac Brazel, avait dit à l'Air Force qu'il avait trouvé des morceaux de l'objet qui s'est écrasé.

 

df-sat-b.jpg

Image satellite Landsat multi-spectrales montrant le champ de débris. L'image montre clairement une brûlure (ou zone perturbée) couvrant l'emplacement exact du champ de débris tel que décrit par les témoins. (Crédit image: Frank Kimbler)

Kimbler a utilisé ces images pour améliorer l'infra-rouge afin de mettre en évidence les zones où le sol a été perturbé. Il a été surpris de trouver un endroit qui était semblable à ce que les témoins avaient décrit. Il faisait environ ¾ de mile de long et quelques centaines de mètres de large, et faisait face à la direction que les témoins avaient indiquée. Il a également remarqué que cette région a des arêtes très droites, quelque chose d'inhabituel pour un phénomène naturel. Sa prochaine étape était d'aller là-bas avec un détecteur de métal pour voir ce qu'il pouvait trouver. Il a commencé à faire quelques voyages vers le site en mai 2010. En utilisant un détecteur de métal qui pourrait trouver une pièce de la taille d'un gros cafard, trois pouces sous la surface, il pourrait trouver de petits morceaux, ce qui était exactement son but. Dans les précédentes fouilles archéologiques dans la zone, ils avaient passé au crible la poussière à travers les écrans avec des trous assez grands pour que de très petits morceaux puissent tomber au travers. Kimbler a pensé que s'il y avait quelque chose, il serait très petit et peut-être dans les terriers d'animaux, ou les fourmilières. C'est en fait dans une fourmilière qu'il a trouvé son premier fragment.

Ce qu'il a trouvé était un métal argenté qui ressemblait à de l'aluminium. C'était étrange parce qu'il n'y avait aucune indication d'aucune sorte d'objets en aluminium dans la région. Il trouva occasionnellement de l'étain, qui devait provenir de parties de toits de tôle soufflés aux alentours, et quelques clous. Il a finalement trouvé plusieurs de ces morceaux argentées, et dit qu'ils avaient l'air déchiquetés. Certains des bords semblaient même fondus. Il a aussi trouvé quelques boutons en aluminium qui semblent être du type utilisé sur les treillis militaires dans les années 40. Si tel est le cas, cela démontre que l'armée était dans la région.

 

soldierboutons.jpg

Les boutons. Provisoirement identifiés comme des boutons militaires fin des années 40 début des années 50. (Crédit image: Frank Kimbler)

Il a montré le matériel au directeur du musée, Julie Shuster, et a pu rencontrer le chercheur Don Schmitt. Ils ont décidé de financer le premier test qui a été fait par New Mexico Tech à Socorro. En utilisant une microsonde, ils ont pu déterminer la composition du matériau. Il s'est avéré être un alliage d'aluminium, de silicium, de manganèse et cuivre. Il n'est pas inconnu, mais il est utilisé dans la construction et ne se retrouve habituellement pas sous forme de feuille. Ceci inspira à nouveau Kimbler afin de rechercher les isotopes sur ce fragment. Kimbler dit que cette recherche sur les isotopes est très importante parce que les ratios sont " très semblables à nos empreintes digitales. " Certaines concentrations d'éléments sur la terre sont uniques à la Terre. Donc si vous connaissez les ratios isotopiques pour le magnésium, il sera le même pour n'importe quoi sur Terre avec du magnésium, mais s'il n'est pas d'origine terrestre, il aura un ratio différent. Par exemple les météorites ont des ratios différents, parce qu'elles ne sont pas d'origine terrestre. L'analyse isotopique est nécessaire pour déterminer si un matériau provient de la Terre ou d'un autre monde. "

 

met-collection-b.jpg

Certains fragments d'alliage métallique retrouvés enterrés et dispersés sur la surface du champ de débris. (Crédit image: Frank Kimbler)

Kimbler est allé à l'Université du Nouveau-Mexique Institut des Météorites, et a demandé à leur expert en isotopes d'effectuer une analyse. Kimbler n'avait rien dit à l'expert concernant les échantillons. Celui-ci regarda Kimbler "droit dans les yeux" et lui a dit que la seule raison pour laquelle il pouvait vouloir que ce genre de test soit effectué était parce qu'il soupçonnait que le matériau provenait de l'espace. Il voulait savoir d'où venait le matériau, et quand Kimbler le lui a dit, il a refusé de faire le test, indiquant que l'idée d'un vaisseau spatial s'écrasant à Roswell était "une fumisterie." Un des autres scientifiques dans le bureau fit valoir que bien que ce soit quelque chose d'inhabituel, l'importance de cette possibilité rendait utile de jeter un coup d'oeil. Cependant, l'expert n'a pas bougé et a refusé de faire le travail. Le second scientifique était un spécialiste de la microsonde à l'Université et bien qu'il ne puisse pas faire un travail sur les isotopes, il a pu obtenir des informations plus précises sur la composition du matériau et confirmer les premiers travaux qui avaient été effectués. Bigelow Aerospacese se montra intéressé pour aider Kimbler avec son analyse, mais après avoir passé des mois avec peu de résultats, Kimbler dut aller ailleurs. Kimbler réussit à trouver un autre laboratoire avec des certifications multiples disposé à faire le travail. Le Musée d'OVNI donna de l'argent, et les résultats furent là en cinq jours. Kimbler dit qu'il est presque tombé au moment où il a vu les données. Les ratios étaient hors normes, et comme il le dit il n'y avait que deux réponses pour expliquer les résultats, " soit le laboratoire a fait une erreur d'analyse soit le matériau n'est pas d'origine terrestre." 

fractionation.jpg

Tableau de fractionnement isotopique du magnésium modifié à partir du graphique utilisé par le Dr Peter Sturrock dans son analyse du fragment d'OVNI. Les composés contenant du magnésium, les métaux et les minéraux devraient tous avoir un point sur ou très près de la ligne. Un chrondite est un type de météorite et puisqu'il ne provient pas de la Terre sa trace n'est pas sur la ligne. L'alliage AH-1 de Roswell n'est pas sur la ligne. La trace de l'AH-1 est une anomalie telle que soit c'est une erreur d'analyse soit le matériau n'est pas d'origine terrestre. Plus de tests sont nécessaires pour vérifier les données afin de déterminer s'il s'agit une erreur ou si le matériau provient d'un autre monde. (Crédit image: Frank Kimbler)

Toutefois, le travail de Kimbler n'est pas fini. Il dit: " Suivant le protocole correct de la méthode scientifique un ensemble de données ne permet pas de trancher." Afin de prouver que le laboratoire n'a pas fait une erreur, il a besoin de continuer ce travail. Il dit qu'il a besoin de deux laboratoires certifiés de plus qui soient d'accord pour faire les tests isotopiques afin de confirmer le travail effectué jusqu'à présent, et qu'il peut faire ce travail dans les semaines à venir. Kimbler dit qu'afin de confirmer que le matériau n'est pas d'origine terrestre, il est nécessaire d'avoir deux ou trois laboratoires montrant les mêmes résultats. 

Un autre aspect important du matériau concernant l'aluminium et montrant l'origine extra-terrestre, est que l'aluminium doit être fabriqué. Contrairement à certains éléments naturels, comme l'or ou l'argent qui peuvent être trouvés sous forme de pépites brutes, l'aluminium ne se trouve pas dans la nature. Si cela s'avère que ce matériau n'est pas de ce monde, cela signifie que c'est quelque chose qui a été fabriqué ailleurs. Jusqu'à présent, les humains ne fabriquent rien dans l'espace, sans parler de quelque chose qui proviendrait de l'espace et tomberait aux environs de Roswell dans un endroit où un vaisseau présumé a été découvert en 1947. Kimbler dit qu'il est très prudent avant faire toute déclaration définitive, mais il est "plein d'espoir." Il dit que les laboratoires certifiés ne font normalement pas d'erreur, et que les personnes qui ont fait le travail sont parmi les meilleurs dans ce métier. Les implications, si le matériau de Kimbler s'avère être d'origine et de fabrication extraterrestres, sont bien sûr surprenantes. L'aurait-on surpris à prouver que nous sommes visités par une civilisation intelligente d'une autre planète, et qu'ils se sont écrasés aux environs de Roswell en 1947 ? 

Kimbler dit qu'il va nous tenir au courant, et a été assez aimable pour nous fournir des photos du matériel et de l'analyse. Écoutez Frank Kimbler discuter de sa conclusion sur Radio Open Minds . Note: La plupart des légendes sont fournies par Frank Kimbler.

 

nmt-micro.jpg

Les données de la microsonde de l'Université du Nouveau Mexique montrent la composition en éléments. Vérifie les données NMT avec l'analyse montrant Al Si Cu Mg Mn avec un peu de Fe. (Crédit image: Frank Kimbler)

 

unm-microprobe.jpg

 

Données Université du Nouveau Mexique montrent la composition microsonde élément. Vérifié les données avec l'analyse montrant NMT Al Si Cu Mg Mn Fe avec une certaine. (Crédit image: Frank Kimbler)

 

eag-isotopes-ah-1.jpg

Les valeurs des isotopes de magnésium provenant du laboratoire certifié qui a fait l'analyse. (Crédit image: Frank Kimbler) 

 

eag-elements.jpg

La composition des éléments en alliage AH-1 du même laboratoire. Affiche le AH-1 alliage est un alliage Al-Mg-Mn-Si-Cu. (Crédit image: Frank Kimbler)

 

 

ah-13-layers.jpg

AH-1 sous grossissement, montre les structures en ruban ou en couches dans AH-1. (Crédit image: Frank Kimbler) (Crédit image: Frank Kimbler)

 

ah6-micostucture-layers.jpg

AH-1 sous grossissement montre plusieurs zones de baguage. (Crédit image: Frank Kimbler)

 

http://www.openminds.tv/test-confirms-roswell-debris-733/  via Alejandro Rojas, Pierre Lux, Fred Idylle, http://artivision.fr/docs/FlashbacksurRoswell.html

MAJ 10-2015 :

Une nouvelle interview de Frank Kimbler de juillet 2014, dans laquelle il inciste et confirme ses propos de 2012 :

 

Cet été 2015, le chercheur a participé à une conférence retransmise à la radio :

https://www.facebook.com/ufo.conference?fref=nf

 

Yves Herbo - S,F,H, 08-2012, up 10-2015

Yves Herbo sur Google+

video paranormal lire échange interviews ufo ovni alien MHD mystère environnement

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau