OVNI/UFO

Concerne principalement le phénomène.

OVNIs : atterrissage avec traces vers Lens le 31-12-1973

OVNIs : atterrissage avec traces vers Lens le 31-12-1973

Ovni hulluch 31 12 1973 photoHulluch-31-12-1973

Je continue avec la publication d'affaires OVNIs intéressantes qui se sont produites durant la grande vague de témoignages en France (et dans le monde) durant les années 1973 à 1975. Vous avez peut-être lu mon propre témoignage, qui concerne une sphère lumineuse blanche à peu de distance, survenue plutôt vers 1969 d'après ma mémoire, mais on a pu déjà voir que les formes prises par ces objets non identifiés (qui volent souvent, il est vrai, mais pas toujours, puisqu'on en a vu sur le sol et aussi sur/dans l'eau) sont très diverses, y compris en ce qui concerne les témoignages très anciens et historiques - je suis d'accord personnellement avec certains auteurs qui pensent que, rien que dans la Bible et des textes sacrés similaires, il est exactement question de ce type de témoignages. Mais je ne saurais prendre une décision ferme sur leur origine réelle, tant le phénomène semble être "intégré" dans l'histoire de notre planète, et depuis longtemps, voir toujours (y compris dans le monde animal selon beaucoup de témoignages...)... mes diverses expériences, bien réelles même si peu de gens seraient enclins à y croire - et je ne peux le leur reprocher, sauf d'être aveugles devant tant de coïncidences prouvables - m'amènent plutôt à considérer le phénomène OVNI très proche de ce que les physiciens appelleraient un monde "parallèle" ou "dimensionnel", c'est à dire un phénomène pouvant intervenir dans notre univers matériel en 3 dimensions... sans pour autant en faire partie obligatoirement. Je suppose que les religieux appellent ça "le monde éthérique de Dieu ou des Anges" et que pour les médiums ou spirites, chamans, il s'agit "du monde des fantômes, des entités ou des ancêtres"... je pense qu'ils parlent tous de la même chose avec des "étiquettes" différentes... et, également à mon avis, la simple hypothèse "extra-terrestre" (ou même d'ailleurs "intra-terrestre" pour n'oublier personne !) est contenue dans ces appellations diverses, car une civilisation évoluée (comme la nôtre devrait l'être un jour si elle ne s'auto-détruit pas avant) fait, à mon sens, tôt ou tard sa propre incursion (pour se déplacer sur d'énormes distances, entre autres, tout simplement) dans un tel univers dimensionnel... autre que le nôtre. D'autant plus que, comme l'a dit l'astronome Hynek, de telles civilisations (nées ou non dans notre propre univers) sont en avance sur l'ensemble des panels scientifiques et spirituels que nous connaissons (et d'autres que nous ne connaissons même pas)... et peuvent donc posséder une durée de vie, d'existence matérielle, qui peuvent s'étaler sur des milliers d'années (sans parler d'immortalité... quoique - les Textes des Hébreux nous parlent bien d'une entité se faisant appeler l'Eternel, toujours visiblement accompagné de "nuées"... un indice ? !)... 

Mais revenons à cette affaire étonnante, avec empreintes et près d'une aérodrome de surcroît, qui est arrivée à une personne réputée très sérieuse d'ailleurs :

" Il est courant d'admettre, dans les milieux des "soucoupistes" que les OVNI sont particulièrement attirés par les aérodromes. On ne compte plus les observations d'engins inconnus enregistrés sur les radars des bases aériennes et l'on va jusqu'à parler, sous le sceau du secret, d'atterrissages sur des terrains d'aviation : une escadrille de cinq soucoupes aurait atterri à Edward Air Force, une base des USA ; une autre soucoupe se serait posée sur une base américaine d'hélicoptères.

Il existe par bonheur, des observations plus précises qui démontrent la prédilection des OVNI pour les aérodromes.

Un matin de mai 1967, Marcel Bretin, un ouvrier agricole, relève dans un champ de trèfle, sur la commune de Marlieux (YH : après enquête, il s'agit d'une erreur - ce n'est pas Marlieux dans l'Ain qu'il faut lire mais bien Marliens en Côte d'Or...), des traces suspectes. La végétation semble avoir brûlé sur plus de 30m². Au centre de cette plaque dénudée, on distingue une cuvette d'un mètre de diamètre. De là partent six sillons. Sur chacun d' eux, on remarque un trou profond de 15 à 40 cm. Ces trous ressemblent à ceux qu'aurait laissés un gigantesque trépied. Or, ils n'ont pu être creusés que par l'atterrissage d'un engin et qui plus est, d'un engin inconnu. C'est à cette déduction qu'arriveront Emile Maillotte,  (YH : ou Camille suivant les versions - voir les liens plus bas sur cette affaire !), propriétaire du champs et maire du village, puis les gendarmes de Genlis et surtout les policiers de l'Air de la base aérienne de Longevie, près de Dijon ; car l'éarodrome militaire de Dijon est tout proche de ce champs où s'est produit l'atterrissage clandestin. Pourtant, malgré la vitrification du sol et l'absence de toutes traces dans le trèfle qu'aurait immanquablement laissées un véhicule sur roue venant des routes voisines, les irréductibles continuent à douter.

Or, les empreintes que vient de laisser un OVNI dans le sol du nord de la France, à proximité de l'aéroport de Lens (Pas-de-Calais), et l'observation faite par un témoin, risquent de venir à bout de leur septicisme. Ces traces, elles viennent à peine de s'effacer, puisque l'affaire s'est déroulée le 31 décembre 1973...

Ce matin-là, vers 7 heures, Jean Liefooghe, l'épicier de Haisnes, roule vers Lens au volant de sa 404 commerciale.

La Nationale qu'il emprunte est en ligne droite. La visibilité est bonne. Soudain, en arrivant sur le territoire de Hulluch, l'épicier aperçoit deux phares immobiles sur la droite de la route. Instinctivement, il freine au moment où il ressent l'impression que ces deux globes lumineux viennent à sa rencontre.

" J'ai alors supposé qu'il s'agissait d'une auto, nous a-t-il déclaré. Mais soudain, à une vitesse fantastique, les deux lumières traversèrent la route devant moi. J'ai cru que le véhicule avait emprunté une route sur ma gauche. Mais j'ai eu beau ralentir et écarquiller les yeux, il n'y avait plus rien à l'horizon. "

A peine remis de son étonnement, Jean Liefooghe poursuit sa route. Il ne va guère plus loin.

" Je n'avais pas fait 200 mètres, raconte-t-il, que j'ai aperçu sur ma gauche, dans un champ, une énorme lueur. Stupéfait, j'ai stoppé, sans toutefois couper mon moteur. C'est à ce moment que j'ai nettement distingué les contours de cette source lumineuse. C'était une sorte d'énorme cigare, posé sur le sol à la verticale. Il pouvait mesurer 30 mètres de haut et 4 ou 5 mètres de diamètre. Je me suis d'abord cru frappé d'hallucination, puis j'ai pensé qu'il pouvait s'agir des lumières d'un grand magasin situé dans ces parages et que je n'aurais jamais remarquées ; mais tout à coup, l'engin s'est embrasé comme s'il crachait, tout autour de lui, des flammes rouges ou orange. Puis, sans aucun bruit, il a basculé sur lui-même et s'est élevé vers le ciel à une vitesse fantastique. Il a très vite disparu... "

Contrairement à ce qui se produit couramment lorsqu'une auto se trouve à proximité d'un OVNI, le moteur de la 404 n'accusa pas la moindre défaillance.

" Quant à moi, poursuit l'épicier, tout au long de la route, je me demandais si je n'avais pas rêvé. Aussi, sur le chemin du retour, je me suis arrêté à la hauteur de l'endroit où j'avais vu le cigare."

Après s'être avancé d'environ 300 mètres dans un champ, il relève d'abord des empreintes de pas.

" Elles ressemblaient à celles du pied d'un enfant de dix ans, mais dont la plante était moins large que celle d'un pied humain. Plus loin, à l'emplacement de l'engin, j'ai relevé 3 trous d'environ 10 cm de diamètre. Ils formaient entre eux un triangle. "

Les gendarmes de Pont à Vendin, prévenus par le témoin, vinrent aussitôt relever ces traces avec soin (YH : soit environ 3 heures après l'observation d'après d'autres rapports). Le plus grand côté du triangle formé par les trois trous mesure 8,80 m ; les deux autres, 4,10 m. (voir photo - mais il y est marqué 4,70m).

" Les empreintes correspondaient en tous points aux descriptions que nous en avaient faites M. Liefooghe, nous ont-ils déclaré. Elles étaient gelées et par conséquent assez nettes. Mais, si nous sommes tenus d'enquêter lorsqu'on nous signale des observations de ce genre, nous devons nous garder d'en tirer la moindre déduction. "

" Quant à moi, m'a dit Jean Liefooghe, je suis persuadé qu'il y avait deux appareils, un qui était en patrouille, et l'engin-mère qui l'attendait pour décoller. "

C'est une hypothèse profondément plausible. Elle est de plus émise par un témoin intelligent et sérieux. Car l'épicier de Haisnes est, aux yeux de tous ses compatriotes, un homme fort sensé et de plus équilibré.

" Moi, m'a dit Arlette Liefooghe, je n'ai eu qu'à regarder les yeux de mon mari quand il est rentré de Lens ce matin-là, pour acquérir la certitude qu'il avait bien contemplé quelque chose d'anormal. En effet, ses yeux pleuraient et ses paupières étaient cerclées de rouge, comme s'il était atteint de conjonctivite. "

On allait bientôt relever un autre indice qui prouvait que l'épicier n'a ni rêvé, ni menti : des spécialistes de la recherche des OVNI (du CFRU de Lille), à l'aide d'appareils spéciaux devaient relever "la présence d'ions" dans les trous qui avaient très probablement été creusés par le train d'atterrissage de l'engin. Pour toutes ces raisons, l'atterrissage de Hulluch, vient d'apporter de nouvelles et solides preuves de l'existence des OVNI.

Yves Herbo Archives, Article de journal inconnu de début 1974 (Nord-Matin, La Voix du Nord ? Lumières Dans la Nuit ?)...

Ovni hulluch 31 12 1973

Dans la presse : 

1973, 31 décembre FRANCE,
Haisnes - Hulluch "La Tonne de Goudron" (Pas de Calais) Le commerçant Liefooghe à 6 h du matin, sur un trajet qu'il fait chaque jour ouvrable, voit posé dans un champ, à 100 m: une fusée de 30 à 50 m de haut. A son arrivée elle a basculé, a irradié du rouge-orange vers le blanc et a disparu dans le ciel à une vitesse incroyable. Gendarmerie alertée et traces au sol constatées.
(J.C. BOURRET: "La nouvelle vague des S.V." - France Empire 1975, p.78 à 82)
... le témoin prévint la gendarmerie qui, moins de 3 heures plus tard, était sur les lieux. Elle découvrit, non seulement, des traces nettes laissées par le cigare, mais aussi des empreintes de petits pieds qui mesuraient 17 cm de long.
(Erich ZUCHER: "Les apparitions d'humanoïdes" - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 105)
Vers 7 heures, par temps couvert et brumeux, M. Liefooghe voit devant lui la forme d'une voiture DS Citroën, avec deux phares jaune-orangé dirigés vers lui. Il trouve curieux qu'une voiture soit garée en contresens, mais continue d'avancer à vitesse moyenne. A 50 m du lieu de stationnement de "la chose" il voit soudain un engin qui quitte le bas-côté de la route et parvenu au milieu de la chaussée, effectue une sorte de demi-tour. Cette "voiture" ne possède pas de feux arrière ni de réflecteurs. 400 m plus loin il voit une lueur orangée devant lui sur la gauche. Il voit alors un cigare de grande dimension posé dans un champ à 100 m de lui. Aucune superstructure n'est visible (!). Rapidement la luminosité du cigare augmente d'intensité, il s'incline rapidement à 20* degrés sur son axe propre. La luminosité est à ce moment si forte qu'elle estompe partiellement les contours jusque là nets. Les champs alentour sont éclairés par une lumière jaune-orangé et le témoin y voit comme en plein jour. L'illumination ne varie pas pendant l'ascension de l'objet, mais elle cesse brusquement au bouts de quelques instants. Traces au sol: empreintes de l'engin et traces de petits pieds.

(M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 435, 436) (Charles GARREAU : "Alerte dans le ciel : le dossier des enlèvements" éd. Alain Lefeuvre 1981, p.253, qui dit «29 décembre»)

2 janvier 1974 Haisnes-lés-la-Bassée Pas de Calais france
Journal « Var-Matin République ».

Encore des « soucoupes volantes.
Un commerçant d'Haisnes-lés-la-Bassée (Pas de Calais), M. Jean Liefooghe, affirme avoir vu lundi une soucoupe volante.
« Je roulais, a-t-il expliqué ; en direction de Lens, quand, dans la traversée d'Hulluch (Pas de Calais) sur ma gauche, à 500 mètres environ, j'ai perçu des appels de phares intermittents dans l'obscurité.
Alors que je me trouvais à deux cent mètres environ j'ai vu une sorte de fusée en forme de cigare, haute de dix mètre environ, disparaître à une grande vitesse et sans bruit vers l'ouest en laissant durant dix secondes un sillage de couleur orange derrière elle. »
A son retour de Lens, le commerçant s'arrête sur les lieux mêmes de cette inquiétante apparition et remarque sur le sol d'un champ non labouré, des empreintes de pas et surtout les traces de support d'un engin tripode.
Les gendarmes ont relevé des traces de pieds de petite pointure, et surtout, trois marques assez profondes dans le sol délimitant un triangle rectangle de 8,80 m de base et 4,70 m de côté. Mais ils n'ont trouvé aucune trace de combustion.
(VMR du 02 janvier 1974)

http://ufo-logic.xooit.com/t129-ARCHIVES-DE-PRESSE.htm

Yves Herbo : je possède aussi le livre de Charles Garreau et Raymond Lavier "Face aux extra-terrestres - 200 témoignages d'atterrissages"- avec la carte de France les montrant tous, et ce cas en fait partie, pages 128 à 130.

Voici le texte des pages en question, extrait du livre, quelques infos supplémentaires :

Hulluch (Pas-de-Calais), le 31-12-1973, vers 7 heures. Références : Coupures de presse, dossiers personnels.

Un épicier de Haisnes, Jean Liefooghe, âgé de trente-six ans, se rend au marché de Lens, au volant de sa 404 commerciale. Il roule sur la RN 347. Il fait encore nuit, mais la visibilité est bonne : ni brume ni brouillard. Jean Liefooghe n'est plus qu'à quelques centaines de mètres de l'aérodrome de Lens-Bénifontaine lorsqu'il fait une première rencontre insolite :

" J'ai aperçu en face de moi ce qui m'a semblé être les deux phares d'une automobile en stationnement sur le bas-côté droit de la route. Ca m'a un peu étonné qu'une voiture soit arrêtée en sens contraire de la circulation. Mais, comme j'en arrivais à une centaine de mètres - je roulais à environ 70 kilomètres à l'heure - cette chose a brusquement démarré, traversé la route comme en effectuant un virage et a soudain disparu, comme volatilisée. J'en écarquillais encore les yeux quand, 200 mètres plus loin, et sur ma gauche cette fois, une énorme lueur est apparue dans un champ. Alors, là, j'ai stoppé, mais sans arrêter mon moteur. J'ai baissé la vitre de ma portière pour mieux voir. J'ai distingué très nettement les contours de cette source lumineuse : un énorme " cigare " posé verticalement. Une trentaine de mètres de haut et une dizaine de mètres de diamètre dans sa partie la plus renflée. J'en avais le souffle coupé. Tout à coup, l'engin a paru s'embraser. Une lumière intense, orangée, l'a enveloppé. Sans aucun bruit, il s'est incliné. J'ai cru qu'il allait s'effondrer au sol. Mais après s'être penché d'une vingtaine de degrés, il a décollé et s'est élevé vers le ciel à une vitesse de plus en plus élevée. "

Jean Liefooghe, qui commence à ressentir de forts picotements aux yeux, va faire son marché. Mais, ce matin-là, il n'a pas la tête à ses achats : " Je ne pensais qu'à ce truc que j'avais vu s'envoler. C'est pourquoi, au retour, je me suis arrêté à l'endroit où je me trouvais lors de mon observation. J'ai garé ma voiture dans un petit chemin, et je me suis mis à rechercher systématiquement des traces, en quadrillant le terrain. J'ai ainsi avancé d'environ 300 mètres à travers champs. Et je suis tombé sur des empreintes de pas. Toutes drôles. De la taille des chaussures d'un enfant de dix ans. Mais avec une plante des pieds extrêmement étroite. Ces empreintes venaient de nulle part. Elles apparaissaient brusquement sur le sol, et disparaissaient de même. J'ai poursuivi mes investigations, en progressant dans la direction où j'avais vu l'engin. Au bout d'un quart d'heure, j'ai découvert trois trous d'environ 10 centimètres de diamètre. Ils formaient un triangle. Les gendarmes sont venus prendre des mesures. Ils ont trouvé que le plus grand côté du triangle avait 8,80 m de long, les deux petits côtés 4,10 m. "

Pour expliquer les deux observations successives, Jean Liefooghe avance une hypothèse : 

" ce que j'ai vu en premier était peut-être un petit engin de reconnaissance, qui s'est empressé de rejoindre le gros cigare, qui l'attendait pour décoller. " Une explication qui a le mérite de "coller" avec les faits.

Quant à Jean Liefooghe, il a soufert pendant plusieurs jours d'une conjonctivite. Comme bien d'autres témoins de telles observations.

1965 ovni ufo buenos aires argentina july 171966 dexter michigan usa march 24 ovni ufo

17-07-1965 Buenos Aires, Argentine - 24-03-1966 Dexter Michigan USA - des cigares assez semblables de celui décrit à Lens en 1967 ?

Le cas cité en premier de mai 1967 à Marliens, enquête :

Un jour de la 1ère semaine de mai 1967, au lieu-dit "Le Champ Terraillot", près de Marliens (Côte d'Or, près de Dijon,France), entre 550 et 800 m de la route Genlis-Longecourt, Camille Maillotte Phénomènes Spatiaux n° 13, p. 13 Lagarde, F. "Traces à Marliens", Mystérieuses soucoupes volantes, pp. 75-76 découvre dans un champ de trèfle appartenant à son père (Emile Maillotte, cultivateur, maire de Marliens) une trace étrange de 30 menviron. Aucun ovni n'a été observé. Vallée 1969, 179 - YH : on note ici que le découvreur n'est pas le même que dans l'article de journal en ma possession (Marcel Bretin cité).

Dans la soirée du 6 mai, après avoir déblayé des mottes de terre, on découvre d'étranges empreintes d'autant plus intriguantes qu'aucune trace de véhicule n'est visible alentour.

Vers l'est, une fissure reconnue naturelle par les géologues de l'Institut agronomique de Dijon, qui existait antérieurement aux traces, pénètre de 10 m dans un champ d'orge à proximité.

La cuvette


Dans la cuvette, on trouve des silex brisés, des vers de terre écrasés et quelques feuilles de trèfle séchées. Des racines semblent végéter encore.
Au centre, une dépression très nette de 1,30 m de diamètre, qui semble avoir subi une forte pression : la terre y est dure, tassée Il faudra utiliser un marteau pour en extraire un échantillon, comme déshydratée. En son milieu on relève la présence d'un trou de 40 cm de diamètre, profond de 30 cm. Il est traversé sur 85 cm selon un axe est-ouest par une empreinte cylindrique de 12 cm de diamètre et profonde de 10 cm, coudée en son centre.

Les sillons

De la cuvette centrale partent 6 boursouflures de terrain qui, une fois ouvertes rèvelent des sillons creusés en demi-lune, aux parois dures mais moins que celles de l'empreinte centrale, dans lesquels la terre éclatée superficiellement était retombée. Autour, l'herbe, le trèfle et l'orge du champ avoisinant ne semblent pas avoir souffert du feu ou de la chaleur. Cependant toute trace d'humidité à disparu dans un rayon de 8 m. Chaque sillon est de longueur variable, d'une largeur moyenne de 12 cm et d'une profondeur moyenne de 25 cm. Leurs parois sont recouvertes d'une poudre gris-mauve.

Les trous

Marliens planche76

Schéma décrivant les trous présents dans les sillons


Dans presque chaque sillon (il y a 1 grand sillon où on en trouve 2, et 2 petits sillon qui s'en partagent 1 seul) on trouve un trou quasi-cylindrique (légèrement conique) de 12 cm de diamètre, à la profondeur variable (de 15 à 40 cm). Au fond de chacun d'entre eux partent 2 autres trous plus petits (4 cm de diamètre), inclinés à 45 °, aux profondeurs également variables (20 cm à 1 m). Chacun de ces trous s'arrête sur une pierre plate, recouverte de la même poudre gris-mauve.

Marliens

Vue d'ensemble de l'empreinte, présentant le trou central, les différents sillons, et les trous qui s'y trouvent Procès-verbal de la brigade de gendarmerie de Genlis

Enquêtes

Un enquêteur du CSERU arrive sur les lieux. Par la suite le 10, la brigade de gendarmerie de Genlis (à 5 km de Marliens) est avisée et vient faire des relevés. Arrive l'adjudant Geslain, commandant de la brigade, accompagné des gendarmes Journaux, Mercier et Guilbert. Ils ne relèvent aucune trace de véhicule ni de pas. Aucune radioactivité n'est détectée.

La poudre

Marliens poudre

L'analyse de la poudre gris-mauve, confiée au laboratoire municipal de Paris, conclut à la présence d'un oxyde réfractaire, silice ou aluminium, qui aurait subit une fusion partielle. Il semble en fait qu'il s'agisse de petits cristaux de silice, genre quartz, dont les arêtes sont arrondies, ce qui fait effectivement penser à un début de fusion (qui aurait nécessité une température minimale de 1500 °C). Une analyse par la faculté des Sciences de Dijon, par spectrographie aux rayons X, arrive aux mêmes conclusions.

Détection radar... trop tard

Le 11, M. Bois (ingénieur de la navigation aérienne, chef de la division D5 de la direction de la région aéronautique nord) appelle Charles Garreau pour lui demander de lui communiquer des renseignements sur les traces d'un ovni observé dans la région de Genlis, un écho non-identifié ayant été détecté par le radar militaire de CreilGarreau en déduit que l'objet détecté est l'ovni ayant laissé la trace de Marliens, dont il date l'atterrissage au 10 mai - Garreau, C. Soucoupes volantes, 25 ans d'enquêtes, pp. 28 et 34. Cette date est cependant en contradiction avec les enquêtes de Roger Mignot Ouranos n° 33, pp. 3-5 qui rapporte la date de découverte du 5 mai, confirmée par l'enquête de la SVEPS Approche n° 12, pp. 6 à 10 (documents photographiques fournis par l'enquêteur du CSERU qui a pu se trouver sur les lieux avant l'arrivée de la gendarmerie) et surtout avec l'arrivée de la gendarmerie ce même 10 mai pour examiner les traces.

L'affaire commence à être traitée par la presse le 12 mai France Soir, 12 mai 1967Cercles, JeanLa Nouvelle République, 12 mai 1967 Le cas est rapporté la même année dans la FSR.

Une poudre laissée par la foudre à Huntsville, semblable à celle de Marliens Lamb, Daniel: "Lightning+Sand=Glass... Fact or Fiction???"



Explication ?

L'ensemble des éléments amène à expliquer la trace par la foudre, d'autant qu'un orage a effectivement frappé la région le 5 mai. Mais Camille Maillotte déclare se souvenir avoir découvert la trace avant l'orage du 5 mai. On s'étonne aussi que la végétation environnante ne comporte pas de trace de brûlures, pas plus que le sol, comme le confirmera le commandant Gerlach, directeur départemental de la lutte contre l'incendie.

En 1968 le rapport Condon cite le cas Craig, R. "Parts of UFOs, or UFO Equipment" in "Direct Physical Evidence", Scientific Study of Unidentified Flying Objects, 1969. En 1971 le capitaine Kervendal cite également ce cas, avec l'autre cas de trace de Valensole, comme significatif d'un problème réel et sérieux.

Figuet, M. et Ruchon, Jean-LouisOVNI: Le 1er dossier des rencontres rapprochées en France, Connaissance de l'étrange, Alain Lefeuvre, 1979, pp. 269-271 Vachon, PatriceMarliens, mai 1967 - Les dossiers du CNEGU, HS, 63 pp.

Marliens ovni 1967

Documents originaux du procès-verbal de la brigade de gendarmerie de Genlis
Yves Herbo Archives, Sciences, F, Histoires, 31-10-2014

La Grande Soirée Speciale OVNI

La Grande Soirée Speciale OVNI

Direct8 ufo science660

La Grande Soiree Speciale OVNI 1/5

La Grande Soiree Speciale OVNI 2/5

La Grande Soiree Speciale OVNI 3/5

La Grande Soiree Speciale OVNI 4/5

La Grande Soiree Speciale OVNI 5/5

Jean-Pierre Petit fait partie des invités. Attendons la version montée, mais pour une fois nous sommes confiants dans la qualité de cette émission : le sujet ovni y a été traité avec sérieux, sans moquerie ni condescendance.

Le présentateur et les invités présents sur le plateau :

Damien Hammouchi
Présentateur de l’émission
Jean-Pierre Petit
Ancien directeur de recherche au CNRS, président d’UFO-Science.
Cliquez ici pour acheter son nouveau livre “OVNI : le message
Jack Krine
Commandant de bord Airbus A320, colonel de réserve de l’armée de l’air, ancien leader solo de la Patrouille de France. En 1975, chef instructeur et témoin d’ovni sur Mirage III
Daniel Michau
Pilote d’essai d’hélicoptères. Chef de brigade vol à vue et vol aux instruments. témoin d’ovni sur Alouette en 1973
Gilles Pinon
Contre-amiral de réserve, auteur en 2008 d’une lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
Patrice des Mazery
Réalisateur du documentaire Ovnis : quand l’armée enquête
Christel Seval
Auteur de plusieurs ouvrages sur les ovnis dont le livre Contact et Impact
Julien Geffray, cofondateur d’UFO-Science, est également intervenu en seconde partie d’émission afin de décrire les buts de l’association et les moyens concrets permettant d’étudier scientifiquement le phénomène ovni. UFO-Science a d’ailleurs fourni pour l’occasion des reportages vidéos didactiques, illustrant deux approches scientifiques permettant de mieux appréhender le phénomène :

la méthode adéquate de prélèvement d’échantillons végétaux sur une trace laissée par un atterrissage d’ovni
la photographie d’ovnis à l’aide d’un filtre à réseau de diffraction
La chaîne doit diffuser ces deux reportages au cours de l’émission. Quant à la rencontre rapprochée de Daniel Michau, elle a été reconstituée en images de synthèse par le pôle de freelances Kidiwi.

Referencehttp://www.ufo-science.com/wpf/?p=261

Yves Herbo relai, Sciences, F, Histoires, 30-10-2014

OVNIs : ODHTV - Soirée Spéciale Ovni au Maroc (Lebat.G)

Soirée Spéciale Ovni au Maroc (Lebat.G) 

odhtv.jpg

Soirée Spéciale Ovni au Maroc (Lebat.G) (part.1)

Soirée Spéciale Ovni au Maroc (Lebat.G) (part.2)

Soirée Spéciale Ovni au Maroc (Lebat.G) (part.3)



Vous souhaitez réagir, envoyez vos commentaires à l'adresse suivante:
equipeodhtv@hotmail.com

http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

Autres liens sur le Maroc et les OVNIs :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-deux-disques-geants-vers-marrakech-maroc.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/l-histoire-des-ovnis-au-maroc.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/mise-en-place-d-un-cercle-ufologique-a-rabat-au-maroc.html

(Je ne suis pas sûr que le dernier lien soit toujours d'actualité depuis mai 2012, à confirmer... !)

Yves Herbo Relai-Sciences-F, H, 30-10-2014

OVNIs : ODHTV - La Vague de 1954 en France

OVNIs : ODHTV - La Vague de 1954 en France avec Luc Chastan et Jean-Marc Martinie

odhtv.jpg

La soirée spéciale 60ème anniversaire de la vague d'ovni en France de 1954 vous est présentée par Gilles Thomas.

Les invités sont Luc Chastan, webmaster du site Base ovni france et Jean-Marc Martinie, ufologue du département de la Corrèze.

Les livres cités dans la vidéo:
- le dossier 1954 et l'imposture rationaliste Jean Sider édition Ramuel
- les soucoupes volantes viennent d'un autre monde Jimmy Guieu édition Fleuve Noir
- Black out sur les soucoupes volantes Jimmy Guieu Edition Fleuve Noir réédition Omnium Littéraire
- Mystérieux objets célestes Aimé Michel Arthaud
- OVNI de Michel Figuet et Jean Louis Ruchon Edition Jean Leufeuvre

Vous souhaitez réagir, envoyez vos commentaires à l'adresse suivante:
equipeodhtv@hotmail.com


http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

Yves Herbo Relai-Sciences-F, H, 30-10-2014

OVNIs : ODHTV - JT Ovni France du 28-10-2014

OVNIs : ODHTV - JT Ovni France du 28-10-2014

odhtv.jpg

L'émission JT Ovni en France édition du 28 octobre 2014 vous est présentée par Gilles Thomas.

Dans cette nouvelle édition, nous vous partageons l'actualité ovni en france de Janvier à Mars 2014 et des témoignages d'observations d'ovni en Corrèze et dans l'Yonne.

Dans la page départementale de l'édition, je vous fais découvrir les observations d'Ovni dans le département de l'Ariège.

La prochaine édition sera disponible dans un mois.

Précédent JT OVNI France publié ici :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-matin-ovni-odhtv-du-22-04-2014-et-jt-ovni-france-du-23-04-2014.html



http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

Yves Herbo Relai-Sciences-F, H, 29-10-2014

OVNIs : Noël 1972-mars 1973 - la "Chose" du Missouri

OVNIs : Noël 1972-mars 1973, la "Chose" du Lac Clearwater du Missouri

Bd journal sur missouri mini

Encore issu de mes vieilles archives, cet article est malheureusement incomplet (la fin a été égarée ou jamais possédée, allez savoir !), j'ai donc fait des recherches sur internet pour voir s'il y en avait quelques autres références... et, en effet, j'ai trouvé quelques références mentionnant cette étrange affaire, en date de décembre 1972 pour ses origines, mais dont on retrouve des ramifications jusqu'en février 1973... En voilà d'abord le texte, car le document général est un peu jauni et fatigué, avec un texte assez petit, puis les documents originaux ensuite, sous forme de photos, et pour finir les autres références trouvées sur internet :

" La voiture roulait à tombeau ouvert sur la route déserte. La nuit était opaque, sans lune. Reggie Bone se pencha vers sa femme Mary, qui commençait à s'endormir sur son épaule :

- Il est deux heures et demie, dans dix minutes, nous serons arrivés.

A cet instant précis, les phares éclairèrent la plus insolite des apparitions : le long de la route, marchait une créature de petite taille, revêtue d'une tenue de scaphandrier et tenant quelque chose à la main.

" Je regardai ma femme, puis mes autres passagers, devait raconter Reggie Bone. Nous étions tellement ahuris que nous n'avons même pas songé à nous arrêter. "

Les faits remontent à Noël 1972. Reggie Bone, entraîneur d'une équipe scolaire de basket à Piedmont (Missouri, USA) et ses passagers revenaient de la messe de minuit. Quelques heures auparavant, dans la même région, un pilote d'avion de tourisme, Kenneth Pingle, avait été témoin d'un phénomène non moins étrange.

" J'étais avec un ami à qui je donnais des leçons de pilotage. Nous allions nous poser sur l'aéroport de Farmington : soudain, nous aperçûmes cette " chose " dans le ciel, qui semblait nous suivre à une distance respectable. C'était un objet de forme circulaire, dont la couleur, d'abord blanche, devint graduellement jaune, puis orange. Je décidai d'aller voir de plus près de quoi il s'agissait, et dirigeai mon appareil vers l'objet. La chose s'éloigna à une vitesse vertigineuse, et disparut en quelques secondes. "

D'autres phénomènes curieux furent encore observés, non loin de là, pendant ce week-end de Noël 1972. Deux jeunes femmes, Cathy Leach et Jean Coleman, passaient près du lac de Clearwater quand elles virent " l'eau prendre une teinte rougeâtre " puis un " objet en forme de disque apparaître à la surface ".

L'engin était totalement silencieux. Il s'élança dans les airs, et disparut derrière les montagnes. De son côté, un groupe de scouts qui campait au bord du lac, avait vu un objet brillant, de forme circulaire, glisser le long de la surface de l'eau. Quelques jours plus tard, au même endroit, dans la demi-obscurité du crépuscule, cinq pêcheurs purent observer l'étrange ballet de plusieurs objets, en forme de disque, planant au-dessus de l'eau.

Tous ces témoignages, émanant de personnes qui ne se connaissaient pas, concordaient parfaitement. Mais les autorités de l'Etat du Missouri, d'abord troublées, décidèrent de donner le moins de publicité possible à l'affaire, afin d'éviter toute panique.

Les Dossiers Secrets

Moins de trois mois après, les phénomènes du lac de Clearwater reprenaient de plus belle. Le dimanche 11 mars 1973, dans l'après-midi, deux promeneurs, MM Bruce Barry et Rick Johnson, virent l'eau du lac " entrer dans une sorte d'ébullition ". Le même jour, un journaliste de la radio de Piedmont, qui passait non loin de là en voiture, aperçut " quelque chose " volant au-dessus de la route : " Mon poste de radio tomba en panne... la " chose " continuait à s'approchait de la voiture... puis, ce fut mon moteur qui s'arrêta. Enfin, l'objet s'éloigna, alors, tout redevint normal. "

Même le chef de la police locale, Gene Bearden, finit par admettre la réalité des phénomènes. " Chaque fois que nous avions des problèmes avec nos postes de radio, nous savions que l'un de ces satanés engins volait dans le coin. " Les programmes de télévision étaient troublés de la même manière.

A l'époque, les commissariats de police de la région furent submergés de témoignages, tous étrangement semblables. La presse locale s'empara de l'affaire, et les journaux de New York et de Los Angeles rapportèrent, avec beaucoup de prudence il est vrai, certains témoignages. Aujourd'hui pourtant, les récentes apparitions d'O.V.N.I, dans le Missouri suscitent un regain d'intérêt, et pour cause : un groupe de savants américains - et non des moindres - vient en effet d'effectuer, sur l'invitation de l'Etat du Missouri, une enquête destinée à déterminer de manière précise ce qui se passa, il y a quelques mois, dans cette région des Etats-Unis. Des témoins ont été interrogés, des dossiers secrets examinés, de nouveaux rapports établis.

Le plus grand spécialiste mondial des soucoupes volantes est formel ( Hayden C. Hewes est le directeur du fameux "International UFO Bureau Inc." ) " Cette nuit-là des êtres venus d'ailleurs ont fait escale sur la Terre ".

Parmi les ensuêteurs, on relève les noms du Dr Allen Hynek, président du département d'astronomie de la Northwestern University, et celui de M. Walter Andrys, directeur du Centre de recherches astronomiques Linheimer. Les savants auraient été très impressionnés, paraît-il, par la solidité de certains témoignages. Parmi ceux-ci, le récit de cinq membres d'une équipe scolaire de basket et de leur entraîneur, Reggie Bone (l'homme qui avait déjà aperçu un " scaphandrier " sur la route, pendant la nuit de Noël).

" Nous revenions de Essex, la ville voisine, rapporta Reggie Bone aux policiers. Nous y avions disputé un match. Nous étions tous silencieux et plutôt de mauvaise humeur, car nos adversaires nous avaient battus sans difficulté. Soudain, à un détour de la route, nous aperçûmes cette chose, dans le noir du ciel. " Jamais je n'avais vu un avion voler aussi bas " déclara l'un des passagers. " Drôle d'avion " répondis-je... Il n'a pas l'air de bouger. "

Un Rayon de lumière

Quelques kilomètres plus loin, alors que nous traversions une petite vallée appelée Brushy Creek, l'objet réapparaissait, plus près de nous. Cette fois, nous arrêtâmes la voiture, pour mieux voir. La chose semblait suspendue dans l'air, à environ deux cents mètres de nous et ving mètres au-dessus du sol, et dirigeait vers la vallée un jet de lumière intense. Cette lumière, d'abord de couleur rouge, devint verte, puis ambre, puis blanche. Nous avons contemplé l'engin pendant cinq, dix minutes. Pour moi, il n'y avait aucun doute... (fin de mes archives sur ce sujet... il s'agit du magazine "Nostra" paru en mai 1973 à priori). Ces témoignages date du 21-02-1973. Mais voici la suite de cet article, trouvé sur internet ! :

"... L'appareil hésitait à se poser... puis, l'OVNI s'éleva sans bruit et disparut. "

La nuit suivante, un professeur de l'école de Piedmont, Roy Burch, sa femme, Beth, et sa soeur, Mme Kathy Keith, purent observer, à leur tour, la " soucoupe volante ".

Une Affaire très sérieuse

" Le matin, à l'école, Bone et les enfants nous avaient conté leur aventure. Je pus alors constater que bon nombre de gens avaient été témoins de phénomènes étranges du côté de Brushy Creek. Ce soir-là donc, je décidai d'aller voir, moi-même, ce qu'il en était. Nous explorâmes la vallée pendant plus d'une heure puis, ne voyant rien, décidâmes de rentrer à Piedmont. De retour à la maison, pourtant, la curiosité nous poussa à retourner une nouvelle fois d'où nous venions. Quelques kilomètres avant Brushy Creek, ma soeur nota une lumière, au-dessus d'une rangée d'arbres, du côté gauche de la route. Nous rangeâmes notre voiture et descendîmes : dans le ciel, un objet lumineux de couleur verte évoluais lentement. Nous l'avons observé pendant une quinzaine de minutes. Puis l'objet prit la direction du sud. Nous remontâmes immédiatement dans notre véhicule, et le suivîmes sur plusieurs kilomètres, aussi vite que nous le pouvions sur cette route escarpée. Enfin, nous arrivâmes à Brushy Creek. Là, plusieurs habitants de Piedmont étaient déjà arrêtés, et contemplaient l'engin. L'OVNI resta suspendu pendant une dizaine de minutes au-dessus de nos têtes, puis disparut. "

Quelques jours plus tard, au même endroit, un groupe d'étudiants de l'Université du Missouri assistait au même phénomène.

Tous ces témoignages, ajoutés à des dizaines d'autres, vont aujourd'hui permettre à l'équipe du Pr. Hynek d'établir un véritable " emploi du temps " des OVNI, lors de leurs visites dans la région de Piedmont, de décembre 1972 à mars 1973.

Une autre personnalité connue vient d'apporter sa collaboration au savant dans son enquête : Hayden C. Hewes, directeur du fameux "International UFO Bureau Inc.", fondé en 1957, chargé de passer au crible tous les témoignages concernant les OVNI, et d'éliminer les déclarations fantaisistes. Hayden C. Hewes s'est rendu sur les lieux des phénomènes, dans le Missouri, à plusieurs reprises, et a rencontré des dizaines de personnes. Son rapport, qui vient d'être publié aux USA, est formel : il s'agit là d'une des affaires d'OVNI les plus extraordinaires de ces dernières années, et, sûrement, la moins contestable : il est difficile, cette fois, de rejeter autant de témoignages émanant de personnages aussi divers, en invoquant une " hallucination collective ". L'attitude du gouvernement de l'Etat du Missouri, qui a officiellement fait appel à une commission d'enquête, démontre bien jusqu'à quel niveau l'affire a été prise au sérieux. J-L Ferrando pour Nostra 078 - 04-10-1973

Mes archives papier donc :

Missouri72 73a

Missouri72 73bYves Herbo Archives 1972-1973

Notez bien que toutes ces archives sont librement utilisables (notamment pour la recherche et l'éducation) à la condition absolue que les sources et références indiquées dessus, ainsi que mon nom, prénom et adresse de ces sites internet (http://www.sciences-fictions-histoires.com/ et http://herboyves.blogspot.com/) soient mentionnés visiblement.

En cherchant sur internet, j'ai eu la chance d'y trouver les archives assez complètes du magazine mythique Nostra (Nostradamus), pour les années 1972 à 1975, distribuées gratuitement grâce au travail de Patrice Seray que je salut ici au passage pour son travail important pour la communauté s'intéressant aux OVNI (même si tous les articles de ce magazine ne sont pas sérieux, il y en a tout de même certains qui ont été vérifiés et repris par d'autres !) : par exemple :  (http://www.fichier-pdf.fr/2011/06/16/archives-nostradamus/)

Voici donc la suite de cet article-archive ! :

Nostra73 56

D'autres témoignages lors de l'enquête (VO) :

Location. Mill Spring, Missouri Date: February 21 1973 Time: 2200 During a night of several other UFO sightings in the vicinity, Mrs. Edith Boatwright was lying in her bed when she saw a flashing light. Getting out of bed she looked out the window and saw a strange craft hovering over the utility wires. It had several lighted portholes and Edith thought she could see people or "objects" inside. It was making a quiet swooshing sound. It had an umbrella like protrusion on top. The witness was adamant that the craft was not a helicopter.
HC addition # 2922 Source: Jerome Clark, Fate May 1974 Type: A

Endroit : Mill Spring,  Missouri  Date 1973 Février 21 : 22H00 pendant une nuit de plusieurs autres lumières d'UFO à proximité, Mme Edith Boatwright se situait dans son lit quand elle a vu une lumière clignotante. Sortant du lit, elle a regardé hors de la fenêtre et a vu un engin étrange planer au-dessus des fils de service. Il avait plusieurs hublots allumés et Edith a pensé qu'elle pourrait voir des personnes ou des "objets" à l'intérieur. Il faisait un bruit swooshing tranquille. Il avait comme un parapluie en saillie sur le dessus. Le témoin était sûr que l'engin n'était pas un hélicoptère. Addition de HC # source 2922 : Jerome Clark, fin Mai 1974 type : A

http://www.ufoinfo.com/humanoid/humanoid1973.shtml

21 February 1973 - Elsinore, Missouri, USA - Six witnesses reported a close encounter with an object with a row of lights, hovering at 50' altitude. - (Reggie Bone incident) (Rutledge, PID,6) - Fév. 21. 1973 ; Elsinore, Soirée. Six témoins ont rapporté une rencontre étroite avec un objet ayant une rangée de lumières, planant à 50 degrès d'altitude. (incident Reggie Bone) (Rutledge, PID, 6)

http://www.nicap.org/waves/1973fullrep.htm

21 February 1973 Evening - Brushy Creek Hwy60, Missouri, USA - Bright light followed car with basketball coach, 5 players, hovered over field 100m away. Had four intense amber, green, white lights. Without sound rose straight up, disappeared over hill at high speed.

21 February 1973 20:30 - Piedmont, Missouri, USA - Photo. UFO paced at least one car, caused television interference locally. Was seen by many and photographed by one from a field near Piedmont.

21 February 1973 20:30 - Poplar Bluff Nw Us60, Missouri, USA - Nocturnal lights above and behind trees. UFO lands by road. Had lights on its side.

22 February 1973 Night - Brushy Creek, Missouri, USA - Strange object with multicolored lights over a field near Brushy Creek.

22 February 1973 17:00 - Patterson, Missouri, USA - Silver disc tilts forward, reflects sunlight over farm at treetop level.

http://thecid.com/ufo/chrono/chrono/1973.htm

26 fevrier 1973 "Cigarette" UFO over Essex Another of those sightings of a distant object which so frequently turn out to be misidentifications was reported in the Colchester Evening Gazette of Monday, February 26, 1973: "Housewife Elsie Long . . . got up early on Saturday morning to put the dog out, when a bright light in the sky caught her eye. "'IL was a cigarette shape and very bright,' said Elsie, of South Close, Halstead. "'It was stationary for about five minutes. Then the tait faded and it moved off slowly. It seemed to be spinning very fast by the way it caught the sun,' she said. " '1 know it wasn't a plane or a heli-copter, 1 just don't know what it was. 1 have always been interested in reading other people's scories of UFOs but this is the only one I have ever seen.' "After the object disappeared she went back to bed and told her husband what she had seen. 'He just laughed,' she * * * The Colchester Evening Gazette of February 27, 1973, printed two confirming reports by un-named witnesses, one of whom, a woman pensioner, stated that the early morning object was coloured a bright yellow. Then, on March 2, 1973, the same newspaper published a letter from a Mr. G. W. F. Ennew, of The Avenue, Wivenhoe: "1 was not surprised when I read o Mrs Long's sighting of a UFO around 7 am. 1 was in Marks Tey on the same morning. "The object I saw was in the east, and I just couldn't keep my eyes off it. "It was a most beautiful golden colour, which I kept sight of for ail of 15 minutes. When I first saw it, it seemed like a massive saucer flat on its back, then it appeared to corne upright, the sun's reflection apparently giving it a cigarette shape, confirming what Mrs Long saw. I do know one thing, I am not laughing." Credit: Ray Wilkinson of Colchester. Fsr juillet 1973 "

21 fevrier et 22 mars Missouri UFO Still on Scene The "shy UFO" has again been report¬ed in Piedmont, Mo. Dozens of residents of this small valley town located in southeastern Missouri are demanding an explanation to the light or lights they have been observing sporadi¬cally for more than two months. (See UFO Investigator, April 1973.) Since the first sighting on Feb. 21, 1973, the number of citizens who have spotted one or more bright, multicolored lights hovering, looping, or passing swiftly overhead continues to grow. More than 25 "multiple-witness sight¬ings" have been recorded, with one of them occurring during daylight outside of Piedmont. Two students et Southeast Missouri State College claim they were driving toward the town on March 22 at 4:30 p.m. when they spotted an object glistening in the sun. According to the students, it was metallic in color, moved rapidiy, and had an oval-shaped bottom. Other Piedmont residents say they have seen an object "about 30 feet in diameter." Dennis Keeney, a radio station an¬nouncer for KPWB, said he was driving his car one evening in March when "the thing appeared right in front of me. I stopped the car in the middle of the road. It appeared to have a tripod on top that spinned. The lights were like an electric welding torch." Keeney said he was able to snap a Polaroid picture of the object, but the print showed only a small white bail with blue rings and a long hazy tait. Then the UFO "just went poof I I didn't even see it leave — h was just like e racket," he exclaimed. UFO INVESTIGATOR/MAY 1973

avr-73 21/02/1973 18 piedmont missouri The Piedmont, Missouri Mess At about the middle of February, 1973, residents in and around Piedmont, Missouri began witnessing st range and unusual flying lights and objects which ca used considerable co nsternation, mainly because few of them had evergiven much thought to UFOs prior to their ex periences. Information emanating from anot her APRO member in the area of Piedmont indicates that more detailed and spectacular sightings have taken place but that in view of the publicity, the people involved have not made reports public. Efforts are being made at this time to obtain these reports and if APRO is successful , the details will be made public in future issues of the Bulletin. The most spectacular of the Piedmont s igh ti ngs (inve s tigated by Field Investiga tors Mr. and Mrs. Eugene Smit h) involved the experience of Mr. Reggie Bone, who is basketball coach for the Piedmont High School. At approximately 8:30 p.m. on the 21st of February 1973, Mr. Bone and five of his players were returning to Piedmont after having lost a regional basketball game. They had just tu rned orr Highway 60 onto Route 21 when 'he Coach and the boys noticed bright lights in the sky. Deciding that they must have been helicopter lights they continued toward Piedmont. When they arrived at the intersection of Route 21 and Highway 34 one of the boys noliced the same bright lighu again , only this time the ligh ts were sitt ing still at an estima ted SO feel alt itude and approximately 200 yards from the road. Bone then stopped the car and turned off the engine and lights. He and the hoys gol out of the car to gel a close r look at what they at the time believed to be a helicopter in trouble. What they saw was four lights of different colors: white, amber, blue and red. They were flashing and rotati ng bu t apparently not in any particular sequence. Due to the brightness of the light~ the group was not able to discern the shape of the object behi nd the lights (if there was one). Thc six individuals Piedmont (Conlinued from Page One) observed the Iignts for approximately 13 minutes during wnich time the objects did not move or make any sound. At the end of that period tne lights began to rise straight up at high speed, then stopped and headed toward the tree line and disappeared behind a hill. The night was clear, there was no wind or moon, and the temperature was approximately 45 degrees. Some of the more interesting cases follow : At about 4:30 p.m. on the 22nd of March, 1973, Mr. Ron Miller and Joe King were enroute from Southeast • PAGE 3 Missouri State University, east of Patterson in Wayne County on Missouri Sta te Highway 34. They observed a metallic-looking object wroch appeared to reflect the sunlight. They stopped the car to get a better look, glanced away for a second and when tney looked back the object was gone. Another most interesting sighting was made by Mrs. Margorie Cundiff, manager of the Piedmon t Country Club. Sunday, May 25th, was a misty day and at just after 12 noon Mrs. Cundiff was driving across the dam, happened to look out across the lake to check the water level because of the large amount of rain the area had recently received . She suddenly noted a "fast movement" and waves, and thought someone was water-skiing. Then a "flat, square-topped object" came up out of the water, and made a big turn. Her description in Mr. Sexton's column does not say what exactly happened to the object, whether it continued down the channel or if it took to the air. A few nights later, Mrs. Cundiff said, she was awakened by her dogs growling. She said she put them out and they started barking angrily. Looking out, she noticed a strange light and decided to drive out and see what it was. She drove down by the dam, whereupon her car radio ceased to fUnction. She drove off the dam, she said, and a quarter of a mile down the road the radio began to play again. In an interview with radio station KPWB in Piedmont, Earl Turnbaugh said that he observed a cone-shaped object hovering about 40 feet above a field near Brushy Creek, south of Piedmont on the night of March 14. The object was visible only during lighting flashes and a rod was seen protruding from the top of it, according to Turnbaugh. In the early stages of the activity a self-proclaimed UFO "expert" arrived upon the scene and by the time he departed he had succeeded in frightening the local populace by regaling them with tales of dead and maimed people who had been victims of UFOs. Mr. Kim Sexton, writing in the Independence, Missouri Examiner devoted a three-part series to the situation in Piedmont, and was quite candid in his description of the "expert". At the end of the first in the series Mr. Sexton said: "Some persons seem to take adva ntage of the fears of the community. I have found on two UFO research missions. Read tomorrow about "UFOlogists" who live comfortably at no charge when a panic-stricken community reaches out to them." In his second of the series, Mr. Sexton pointed out that he had met the "UFO expert" wRile researching the "Missouri Monster" which had been...

21 fevrier 1973 'Shy LIFO' Seen in Missouri A high school basketball coach and five members of his team were among the first to spot what the residents of Piedmont, Mo., now call the "shy UR)." At least a dozen residents of this com-munity, located approximately 135 miles south of St. Louis, have reportedly seen the UFO. They cail it "shy" because it only appears on dark nights and zooms away before anyone can get close to it. The object has reportedly followed cars along Route 49, illuminating the high¬way in front of them. The first sighting occurred Feb. 21 when Coach Reg Bone of Clearwater High School and five members of his team were returning from a basketball tournament in Essex. According to Bone, he was driving along U.S. 60 near Elsinoro when he and his passengers saw a bright shaft of light beaming down out of the sky. As the car pulled off onto Route 49, one of the boys yelled out, "There's the thing we saw back on Highwai 60." Bone stopped the car on the shoulder of the highway and got out to observe the "bright but silent abject." "It looked like it was about 50 feet off the ground and maybe 200 yards a¬way — it was impossible to determine the size or shape because of the darkness. Anyway, we ail saw four lights like maybe coming— from porthores red, green, amber, and white. We figured they were about three or four feet apart, ail in a row." One of Bone's players, Cary Barks, said, "We stood there and watched it for five to tan minutes. Thon it went direct¬ly up in the air with absolutely no noise and just disappeared over a hill." Word of the sighting spread quickly in the community, and the next night three aduit citizens of the tocan also re¬ported observing an 'abject with blinking white, green, amber, and red lights, "Red seemed to predorninate," said one of the adults, "A11 of a sudden it started bouncing around, and the lights started blinking again." As the object began to move away, the trio attempted to follow it down the highway but lost sight of it as it dis¬appeared over a hill. UFO INVESTIGATOR/APRIL 1973

Bd journal sur missouri

http://swords-and-veeblefetzers.blogspot.com/2010/11/ufo-flying-saucers-4-mississippi.html

Lumieres aeriennes imitant etoiles helicopteres avions

Piedmont, Missouri 1973, prise de vue de 10 secondes de ce qui ressemblait à l'oeil nu à une seule boule de lumière non
identifiée qui bougeait de gauche à droite. Cependant, au lieu de l'unique ligne droite à laquelle on se serait attendue,
plusieurs lumières apparurent sur la photo. Film: Kodak 2475, ASA 1000. Lens: 35 mm, f/3.5. Image © John Wilson,
Project Identification © 1981 by Harley D. Rutledge, Ph.D .

Le Pr. Harley D. Rutledge, Ph.D., qui était directeur du département de physique de l'université d'état du sud-est du Missouri à Cape Girardeau, décida d'enquêter. Le Pr Rutledge monta une équipe d'observateurs avec des télescopes Questar, des équipements de contrôle de fréquence sophistiqués et des appareils photos. Il surnomma son effort de recherche "Projet Identification" et produisit plus tard en 1981 un livre sur la question : Quelles étaient ces lumières dans le ciel qui semblaient imiter les étoiles, les hélicoptères et les avions ?
Le Pr Rutledge appela une partie du phénomène des « pseudo-étoiles ». Les pseudo-étoiles, dit il, étaient des lumières simulant les étoiles camouflées par les constellations familières de vraies étoiles. Mais les pseudo-étoiles bougeaient et le Projet Identification captura leur mouvement furtif sur des photos en accéléré.

Rutledgephoto2

Pose longue durée d'une pseudo-étoile qui bougeait horizontalement depuis une position stationnaire près de l'étoile
Capella vers la gauche, vers Jackson, Missouri. Film: Kodak Ektachrome, ASA 160 pushed to ASA 400 (copied on
Ilford HP-5 film). Lens: 50 mm, f/1.4. Image © by Harley Rutledge, Ph.D., Project Identification.

Certains objets brillants ressemblaient à des feux d'avion clignotants normaux. Tandis que d'autres lumières étranges, mystérieuses, semblaient violer les lois connues de la physique de la Terre comme si elles étalaient leurs extraordinaires aptitudes de vol. Mais ce qui intrigua le plus le Pr Rutledge, ce fut ces lumières dans le ciel qui semblaient répétitivement réagir aux membres du Projet Identification qui observaient les lumières.

Rutledgephoto3

Project Identification: The First Scientific Field Study of UFO Phenomena © 1981 by Harley D. Rutledge, Ph.D.

Apro rapport

Apro rapport2APRO Bulletin 

Autres sources pour cet article : http://www.anakinovni.org/ que je félicite aussi pour son archivage sur le phénomène OVNI !

http://www.infos-paranormal.net/Lumieres-aeriennes-imitant-etoiles-helicopteres-avions.pdf

Yves Herbo Archives, Sciences, F, Histoires, 28-10-2014

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens