Guatemala : découverte d'une frise maya vieille de 1.400 ans

Guatemala : découverte d'une frise maya vieille de 1.400 ans

frisemaya.jpgPhoto non datée fournie par le Projet archéologique de Holmul montrant l'archéologue Anya Shetler travaillant sur une frise maya dans le centre précolombien de Holmul, à 600 km au nord de Guatemala © 2013 AFP | Holmul Archeological Project

Les recherches de l'archéologue Francisco Estrada-Belli ont abouti en juillet. Soutenu par son équipe, il a découvert une frise maya "extraordinaire" dans un centre archéologique du nord du Guatemala. Une découverte qui permet de révèler des informations historiques.

En juillet dernier, les recherches de l'archéologue Francisco Estrada-Belli et de son équipe ont permis de découvrir une "grande œuvre d'art". "C'est une découverte qui n'arrive qu'une seule fois dans la vie d'un archéologue" a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

frise-guatemala-francescoestradabelli.jpg

Professeur d'anthropologie à l'Université de Boston, Francisco Estrada-Belli, qui présente ses découvertes sur sa page Facebook, avait constitué une véritable équipe de recherche. La découverte a eu lieu sur une pyramide du centre précolombien de Holmul, dans le département guatémaltèque de Peten, près de la frontière mexicaine.

Représentant des divinités et des personnages portant des ornements de plumes et de jade, la pièce a été découverte dans un centre archéologique, selon Francisco Estrada-Belli. Il précise que l'œuvre est la frise maya "la plus spectaculaire qu'on ait jamais vue à ce jour".

frise-guatemala-francescoestradabelli-2.jpgAFP

De nouveaux "noms" de dieux mayas

Il a également décrit son trésor :"La frise en stuc s'étend sur huit mètres de large et deux mètres de haut sur la partie supérieure de l'édifice rectangulaire". Cette composition, une "grande oeuvre d'art" selon l'archéologue, représente des divinités et des personnages portant des ornements de plumes et de jade. Elle comporte exactement "trois personnages principaux revêtus de riches atours de plumes de quetzal (l'oiseau national du Guatemala) et de jade, assis au sommet de collines personnifiées sous la forme de monstres". Selon ce spécialiste, la pièce représente les portraits de dieux et de gouvernants divinisés "et donne leurs noms". L'œuvre révèle donc des informations sur une phase très importante de l'histoire, une période allant de 250 à 900 de notre ère.

Par Laura Damase - France-Info

frise-guatemala-francescoestradabelli-2afp.jpgAFP

YH : Regardez attentivement la silhouette et ce que fait la silhouette représentée à droite.  Il s'agit pour moi de la représentation d'un éléphant poussant une sorte de char avec de grosses roues (il reste même l'empreinte de quelque chose reliant les "roues" ou des grosses pierres arrondies. A gauche il s'agit éventuellement d'un temple en cours de construction... Il reste des traces d'objets ou tissus (?) suspendus à la paroi (trous et traces visibles) et ayant disparu. Il pourrait s'agir en tout cas d'une preuve primordiale de l'existence de quelques éléphants (importés ? survivants d'une longue migration d'Asie par le Nord ?) qui auraient aidé les premières civilisations amérindiennes à bâtir leurs mégalithes et temples...

frise-guatemala-francescoestradabelli-2afp2.jpgfrise-guatemala-francescoestradabelli-2afp2a-1.jpg

L'un des plus grands souverains Grâce aux inscriptions inscrites au-dessous des personnages, les archéologues ont compris qu’ils représentaient le commanditaire de la pyramide, "Ajwosaj Chan K'inich", un souverain de Naranjo, un puissant royaume au sud de Holmul. Il aurait fait construire le bâtiment dans les années 590. De plus, la frise permet de mieux comprendre la région et l'époque classique de la civilisation maya, une phase très importante de l'histoire précolombienne.

"Ajwosaj était l'un des plus grands souverains de Naranjo. La nouvelle inscription fournit un premier aperçu de la remarquable étendue de l'autorité politique et religieuse de Naranjo. Elle révèle aussi comment un nouvel ordre a littéralement été imprimé sur un paysage plus large de dieux et d'ancêtres", a expliqué Alex Tokovinine, épigraphiste maya de l'Université Harvard. Mais ce n’est pas tout.

Un mystérieux homme

Les scientifiques ont également retrouvé 28 récipients en céramique et le corps d'un homme accompagné d’un masque funéraire en bois. D'après la description faite, les canines et les incisives du défunt ont été percées puis remplies par des perles faites en jade. Ces éléments ainsi que le nombre de céramiques retrouvé laissent à penser qu’il s’agissait d'un haut dignitaire. Mais les archéologues doivent encore le confirmer en trouvant de nouveaux indices notamment sur l'époque à laquelle a vécu le défunt. L'équipe prévoit de retourner sur le site en 2014 pour le fouiller davantage et aussi le protéger des pilleurs. (en espérant qu'il ne sera pas trop tard !)

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/maya/decouverte-d-une-imposante-frise-maya-vieille-de-1-400-ans_art30475.html

L'un des plus grands souverains Grâce aux inscriptions inscrites au-dessous des personnages, les archéologues ont compris qu’ils représentaient le commanditaire de la pyramide, "Ajwosaj Chan K'inich", un souverain de Naranjo, un puissant royaume au sud de Holmul. Il aurait fait construire le bâtiment dans les années 590. De plus, la frise permet de mieux comprendre la région et l'époque classique de la civilisation maya, une phase très importante de l'histoire précolombienne. "Ajwosaj était l'un des plus grands souverains de Naranjo. La nouvelle inscription fournit un premier aperçu de la remarquable étendue de l'autorité politique et religieuse de Naranjo. Elle révèle aussi comment un nouvel ordre a littéralement été imprimé sur un paysage plus large de dieux et d'ancêtres", a expliqué Alex Tokovinine, épigraphiste maya de l'Université Harvard. Mais ce n’est pas tout. Un mystérieux homme Les scientifiques ont également retrouvé 28 récipients en céramique et le corps d'un homme accompagné d’un masque funéraire en bois. D'après la description faite, les canines et les incisives du défunt ont été percées puis remplies par des perles faites en jade. Ces éléments ainsi que le nombre de céramiques retrouvé laissent à penser qu’il s’agissait d'un haut dignitaire. Mais les archéologues doivent encore le confirmer en trouvant de nouveaux indices notamment sur l'époque à laquelle a vécu le défunt. L'équipe prévoit de retourner sur le site en 2014 pour le fouiller davantage et aussi le protéger des pilleurs.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/maya/decouverte-d-une-imposante-frise-maya-vieille-de-1-400-ans_art30475.html
Copyright © Gentside Découvertes
L'un des plus grands souverains Grâce aux inscriptions inscrites au-dessous des personnages, les archéologues ont compris qu’ils représentaient le commanditaire de la pyramide, "Ajwosaj Chan K'inich", un souverain de Naranjo, un puissant royaume au sud de Holmul. Il aurait fait construire le bâtiment dans les années 590. De plus, la frise permet de mieux comprendre la région et l'époque classique de la civilisation maya, une phase très importante de l'histoire précolombienne. "Ajwosaj était l'un des plus grands souverains de Naranjo. La nouvelle inscription fournit un premier aperçu de la remarquable étendue de l'autorité politique et religieuse de Naranjo. Elle révèle aussi comment un nouvel ordre a littéralement été imprimé sur un paysage plus large de dieux et d'ancêtres", a expliqué Alex Tokovinine, épigraphiste maya de l'Université Harvard. Mais ce n’est pas tout. Un mystérieux homme Les scientifiques ont également retrouvé 28 récipients en céramique et le corps d'un homme accompagné d’un masque funéraire en bois. D'après la description faite, les canines et les incisives du défunt ont été percées puis remplies par des perles faites en jade. Ces éléments ainsi que le nombre de céramiques retrouvé laissent à penser qu’il s’agissait d'un haut dignitaire. Mais les archéologues doivent encore le confirmer en trouvant de nouveaux indices notamment sur l'époque à laquelle a vécu le défunt. L'équipe prévoit de retourner sur le site en 2014 pour le fouiller davantage et aussi le protéger des pilleurs.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/maya/decouverte-d-une-imposante-frise-maya-vieille-de-1-400-ans_art30475.html
Copyright © Gentside Découvertes
L'un des plus grands souverains Grâce aux inscriptions inscrites au-dessous des personnages, les archéologues ont compris qu’ils représentaient le commanditaire de la pyramide, "Ajwosaj Chan K'inich", un souverain de Naranjo, un puissant royaume au sud de Holmul. Il aurait fait construire le bâtiment dans les années 590. De plus, la frise permet de mieux comprendre la région et l'époque classique de la civilisation maya, une phase très importante de l'histoire précolombienne. "Ajwosaj était l'un des plus grands souverains de Naranjo. La nouvelle inscription fournit un premier aperçu de la remarquable étendue de l'autorité politique et religieuse de Naranjo. Elle révèle aussi comment un nouvel ordre a littéralement été imprimé sur un paysage plus large de dieux et d'ancêtres", a expliqué Alex Tokovinine, épigraphiste maya de l'Université Harvard. Mais ce n’est pas tout. Un mystérieux homme Les scientifiques ont également retrouvé 28 récipients en céramique et le corps d'un homme accompagné d’un masque funéraire en bois. D'après la description faite, les canines et les incisives du défunt ont été percées puis remplies par des perles faites en jade. Ces éléments ainsi que le nombre de céramiques retrouvé laissent à penser qu’il s’agissait d'un haut dignitaire. Mais les archéologues doivent encore le confirmer en trouvant de nouveaux indices notamment sur l'époque à laquelle a vécu le défunt. L'équipe prévoit de retourner sur le site en 2014 pour le fouiller davantage et aussi le protéger des pilleurs.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/maya/decouverte-d-une-imposante-frise-maya-vieille-de-1-400-ans_art30475.html
Copyright © Gentside Découvertes

Yves Herbo-SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire interviews alien mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau