Les Rapports de Naar-Loor, l'Observateur-5650

Les Rapports de Naar-Loor, l'Observateur-5650

Astreapproche

Naar-Loor, rapport 5650, Secteur Sol

- Année terrestre  1758 après JC

 

C’est un événement exceptionnel qui s’approche du système solaire en ce moment même. Car ils ne sont plus revenus dans ce secteur depuis 70 millions d’années. A l’époque, j’avais profité de leur proximité spatio-temporelle pour leur demander une aide concernant à la fois la lutte contre les dimonons et pour le lancement d’un cycle suivant.

A cette époque donc, comme souligné dans mes rapports, les gènes répandus sur la Terre par les dimonons avaient pris le dessus sur les gènes réservés à l’origine pour la planète depuis 350 millions d’années environ. La situation n’était pas irréversible comme je l’ai souligné aussi plusieurs fois grâce au soutien permanent envers les bons organismes terrestres choisis et les limitations génétiques transmises aux organismes dimoniens.

Ce long labeur de manipulations génétiques accompagné de chocs climatiques provoqués commençait à porter ses fruits vers -70 millions d’années avec les premières disparitions de chainons dimoniens et la diminution progressive des dinosaures hérités des gènes ennemis.

Le gigantesque vaisseau-planète des Yekhova avait aidé le mien, minuscule à côté, à détourner et propulser une pluie d’astéroïdes, en morcelant l’un des plus gros astéroïdes croiseur de la Terre. Les anti-gènes dimoniens injectés dans les roches de l’astéroïde, le changement climatique brutal et les pluies acides eurent l’effet escompté encore plus rapidement que supposé et le cycle préparant le renouveau des gènes terrestres pu commencer à rattraper son retard.

Les Yekhva étaient une race très ancienne, l’une des plus proches des Guilgaa en âge et étaient les premiers à avoir créé le concept de vaisseaux-mondes pour leurs milliards de citoyens. En effet, tout comme les Guilgaa, les Yakhova avaient épuisé toutes les ressources de leur petite planète et étaient allés au bout de la vie de leur nid natal et même de leurs soleils. Armés d’une technologie d’anti-gravité très performante, ils avaient alors construit des mondes artificiels imitant les vrais pour se répandre dans l’espace.

Le vaisseau, légèrement inférieur en taille à Saturne mais léger comme une bulle avec son système propulseur à anti-gravité se satellisa autour du Soleil, invisible pour la technologie des terriens de l’époque et lui permettant en même temps un échange d’énergies et de matières nécessaire au maintien de la cohésion de leur vaisseau.

En regardant un vaisseau Yakhova, vous vous posez en fait la question de savoir si c’est artificiel ou naturel – il ne ressemble pas du tout aux vaisseaux-mondes des Tuutis, plus petits et hérissés de villes et défenses. Non, vous voyez juste une grosse planète constellée de cratères, de glaces et ayant une atmosphère de méthane. Les Yakhova sont devenus depuis des milliards d’années une race sous-terraine et c’est l’intérieur de la sphère qui est entièrement construit, avec un contrôle permanent de la pression et gravité.

Le modèle de civilisation des Yakhova est devenu l’un des plus répandu actuellement dans l’univers connu et est donné en exemple à la plupart des jeunes civilisations encore instables politiquement. Moi-même, j’ai enseigné aux premiers humains les premiers concepts de cette organisation égalitaire basée sur le partage, la communauté et la spiritualité, la constante volonté d’améliorations.

Bien sûr, avec les guerres et attaques des dimonons, ce système n’a pu s’améliorer comme prévu et au contraire, l’action dimonienne a inversé le processus et entraîné l’humain vers l’individualisme, la division, les langues multiples et les tribus-nations et surtout le matérialisme destructeur…

On se rappelle que plusieurs races ont tenté d’intervenir, malgré l’interdiction formelle de révéler trop tôt aux humains leur vraie nature et que cela n’a fait qu’empirer les choses pour l’humain en final. L’entrée tardive des dimonons au sein du Conseil Galactique a légèrement amélioré la situation mais cela ne les a pas empêché d’intervenir directement sur Terre pour y créer une chose qui fait encore souffrir les Hommes : la monnaie artificielle d’échange.

Relativisons tout de même : ce processus de civilisation est à peu près le même pour toutes les civilisations connues, influencées ou non par les dimonons ou d’autres races. Toutes les civilisations passent tôt ou tard par un processus économique qui mène à sa  propre destruction, exacerbé par la notion de domination sur l’autre psychologiquement gravé dans les cerveaux par la notion de possession. La notion de propriété individuelle temporelle est ce qu’il y a de plus destructeur pour une civilisation qui se revendique (par hypocrisie) comme communautaire. Cette notion est bien sûr facile à ancrer quand les individus sont persuadés de n’avoir qu’une courte existence matérielle : ils jugent normal d’en profiter, au détriment d’une communauté qui se ment à elle-même.

Pouvoir renouer avec une réelle évolution positive et communautaire serait facile si on révélait et prouvait aux humains que la mort n’est pas ce qu’ils croient. Qu’ils misent une petite partie de leur vraie vie sur une accumulation de biens matériels locaux très inutiles pour leur vie réelle et future. Pendant leurs multiples vies, les humains passent donc leur temps à collectionner des richesses matérielles locales et temporelles sans évoluer spirituellement, mais développent leur technologie matérialiste, sans en profiter d’ailleurs dans leur vie suivante où ils recommencent bêtement tout.

Ce processus à la fois créateur de technologies et destructeurs d’amour et de spiritualité a duré des milliers d’années et dure encore. La venue des Yakhova, dans la mesure où c’est leur domaine d’intervention privilégié a pour but d’engranger le processus suivant : l’emballement de l’économie liée à la monnaie artificielle et sa destruction en final. Comme déjà précisé, la maitrise de l’économie d’une civilisation jeune permet son contrôle total et l’assurance de ressources gratuites. Au lieu de commercer avec les terriens ou d’autres civilisations et d’échanger des ressources, les dimonons ont toujours cherché à prendre le contrôle – discret de préférence – d’une planète à ressources intéressantes. Quand ce n’est pas par la force, c’est par la ruse : religions, chantages aux catastrophes et prise de contrôle de l’économie sont les bases de l’appropriation d’une planète par les dimonons.

Le prochain rapport décrira en détail l’organisation de la société des Yakhova. Cette organisation a été choisie pour la Terre car c’est celle qui a pu le mieux aider toutes les civilisations (humaines et d’autres) du même type et âge que celle présente sur la planète. C’est bien sûr une société sans monnaie d’échanges, comme la plupart des mondes civilisés de l’univers, et ce n’est que par ce processus que les humains quitteront leur préhistoire (où ils sont toujours de l’avis de la majorité du Conseil Galactique).

Le rapport suivant concernera directement la mission des Yakhoca en 1758 après JC et ses objectifs.

Transmission en cours…

Regroupement des rapports de Naar-Loor ici (les derniers après quelques jours) : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-rapports-de-naar-loor-l-observateur.html

Yves Herbo (c) pour le texte 10-09-2014

Les photos ou illustrations sont protégées par les lois sur les droits d'auteurs. L'exploitation commerciale de cette oeuvre est prohibée, aussi bien pour le texte que les illustrations. (Les illustrations ou photos, vidéos sont sous copyright et leurs auteurs doivent également être contactés). L'auteur se réserve bien sûr le droit de publier ses textes sans illustrations ou avec des illustrations libres de droits.

Yves Herbo sur Google+

livre essai Nouvelle fiction auteur écrivain lire science-fiction free gratuit

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau