Un polluant interdit depuis 1987 détruit toujours la couche d'ozone

Un polluant interdit depuis 1987 détruit toujours la couche d'ozone

Coucheozone avril13gauche sept2006droite noaa knmi esa

Le tétrachlorure de carbone est un produit chimique qui était largement utilisé notamment dans tous les extincteurs et dans tous les pressings pour le nettoyage à sec.

En 1987, la signature de Protocole de Montréal interdisait l'utilisation de la substance chimique (CCI4) pour une disparition totale à l'horizon 2000. En fait, aucune émission de ce polluant chimique n'a été signalée (officiellement) depuis 2007 (20 ans donc pour un retrait total... non total à priori). A priori car la NASA relève actuellement, en 2014, que les émissions mondiales de ce polluant sont en moyenne de 39.000 tonnes par an, soit encore 30% du volume maximum du polluant enregistré peu avant son interdiction à partir de 1987.

" Il est clair que nous sommes en présence soit de fuites industrielles non identifiées, soit d'émissions importantes de sites contaminés ou de sources inconnues de CCl4. Existe-t-il un mécanisme de perte de CCl4 que nous ne comprenons pas ou y aurait-il des sources d'émission non signalées ou non identifiées ? " s'interroge Qing Liang, un scientifique de la Nasa à l'origine de cette recherche.

Le CCI4 représentait en 2008 11% du chlore contribuant à la diminution de la couche d'ozone.

" Les simulations de la chimie de l'atmosphère mondiale et des pertes de CCl4 dues aux interactions avec le sol et les océans ont indiqué une source de courant continu non identifiée de CCl4 ". Ces résultats constituent la première estimation quantitative des émissions de CCl4 sur une moyenne globale 2000-2012.

En plus des sources inexpliquées de CCl4, les résultats du modèle ont montré que la substance chimique séjournait dans l'atmosphère 40 pour cent plus longtemps qu'on ne le pensait auparavant. La recherche a été publiée en ligne dans le Août numéro 18 d'Août de la Geophysical Research Letters.

" Les gens croient que les émissions de substances appauvrissant l'ozone ont cessé en raison du Protocole de Montréal ", a déclaré Paul Newman, scientifique en chef pour les atmosphères au Goddard Space Flight Center de la NASA, et un co-auteur de l'étude. " Malheureusement, il y a encore une source importante de CCl4 dans le monde. "

Source : http://www.nasa.gov/press/2014/august/ozone-depleting-compound-persists-nasa-research-shows/#.U_XqQKM2LGg

J'en parlais déjà en mars : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/des-industriels-de-l-hemisphere-nord-rejettent-des-cfc-encore-plus-dangereux.html

Autres articles en lien : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/trou-d-ozone-au-pole-nord-les-grands-medias-se-reveillent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/le-rechauffement-climatique-va-refroidir-l-europe.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-ou-guerre-meteorologique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-ou-pas-les-eaux-montent-plus-vite.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-le-catastrophisme-monte-pour-quand-la-panique.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 21-08-2014

Yves Herbo sur Google+

politique argent économie bourse banque environnement climat arctique météo auteur lire astronomie

Commentaires (2)

yvesh

Si c'est le cas, les possibilités sont encore multiples mais beaucoup sont éliminées aussi...
Le grand trou noir d'ozone au-dessus de l'Antarctique a été découvert bien tardivement par rapport à l'aventure aéronautique et spatiale du 20° siècle... les doutes concernant son origine réelle sont justifiées quand on sait que les épandages (pour ensemencer des nuages et faire pleuvoir) existent depuis les années 1940... et aussi qu'un grand nombre de spécialistes parlaient plutôt d'un refroidissement et d'une période glaciaire à venir avant la découverte de ce trou (et aussi il n'y a pas très longtemps l'apparition d'un autre au pole nord)... on est donc en droit de se demander (y compris en écoutant les déclarations récentes du GIEC mais aussi d'officiels parlant discrètement "d'épandages nécessaires") si ces épandages et trous noirs n'ont pas été créés volontairement (depuis la fin des années 70 donc) pour empêcher une glaciation... en provoquant l'inverse et peut-être pire... les mesures pour arrêter les usines privées à répandre les molécules tueuses d'ozone (donnant l'illusion d'une lutte contre un réchauffement et permettant de justifier des taxes et lois financières !) ne serviraient donc surtout qu'à permettre un contrôle total de ces molécules chimiques par un seul groupe ou état pouvant les répandre aux endroits choisis... la fonte du pole nord et du Groenland, permettant l'accès à des grosses réserves de pétrole et gaz est-elle si "innocente" et naturelle que ça ?... devant la multiplication d'indices, comment ne pas se poser la question, en effet... ?

David Sebastien
  • 2. David Sebastien | 24/08/2014

Le tétrachlorure de carbone se trouve dans les chemtrails...

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau