situation météo étrange

Situation météo étrange

banquise-1.jpg

Les météorologistes sont de plus en plus circonspects sur la situation climatique actuelle. " La persistance de cette situation devient vraiment peu commune. C’est un peu comme si nous étions revenus avant 1988 (avant la phase d’accélération du réchauffement climatique). Reste à savoir s’il s’agit simplement d’un cycle passager ou si nous changeons réellement d‘époque. Tout le monde se pose la question et personne n’a la réponse. Sachez toutefois que si l’Europe Occidentale connaît un temps très frais et très humide, ceci est loin d‘être le cas dans l’Est et le Sud-est du continent. " - " A Paris, la journée d’hier (24-05-2013) a été la plus froide pour une dernière décade du mois de mai depuis l’ouverture de la station météo de Montsouris en 1872, mais également et probablement depuis le début des mesures de températures à Paris à la fin du 17e siècle ! (La température moyenne était de 7,2°C contre 8,6°C le 28 mai 1961) " (Guillaume SéchetMétéorologiste et présentateur météo).

tornade-moselle-23-mai-2013.jpgTornade en Mozelle le 23-05-2013

Lorraine, Saint-Avold - 23-05-2013

Je pense personnellement qu'il est urgent pour l'Europe de l'Ouest, ses dirigeants et scientifiques, de se pencher sérieusement sur toutes les données convergeantes, les diverses possibilités de leurs origines et toutes leurs conséquences logiques pour le continent. La météo et l'étude seule du climat et de ses actions sur la planète ne suffisent manifestement pas à une analyse réaliste de la situation. Les dernières découvertes et données nous prouvent de plus fortes interactions du Soleil et de son magnétisme que prévues, des rayons cosmiques particuliers agissant sur l'atmosphère et ses nuages, une oscillation actuelle de la Terre bien plus au sud que la norme, des détournements sporadiques du Golfe Stream, un volcanisme devenant exacerbé par endroits et un nombre de séismes puissants plus élevé que toutes les normes enregistrées jusqu'à présent (des séismes ayant déplacé d'énormes masses continentales (le Japon vers l'Est et l'abîme, le Chili, Haiti, l'Indonésie et Philippines notamment...) de plusieurs mètres réels. On peut se poser finalement la question de savoir si ces forts déplacements de masses ne causent pas en fait à force un subit réajustement de rotation, d'inclinaison de la planète, et par de ce fait enclanche une réaction en chaîne de multiples réajustements de masses par des déplacements rapides de continents et créations de nouvelles fosses/montagnes, mais aussi bien sûr de fortes modifications climatiques dûes aux réajustements de latitude (ce qui expliquerait la congélation subite des mammouths sibériens constatées par exemple). On nous rassure en disant que les continents et sols se déplacent sur des millions d'années, mais l'étude de plusieurs surfaces sous-marines semblent au contraire démontrer que certaines masses continentales se seraient déplacées extrêmement vite, et plutôt en quelques siècles que millions d'années... 

tuba-tornade-orgeval-yvelines-19-mai-2013-02.jpg

Mini tornade Orgeval-Yvelines-19-05-2013

La probabilité de réajustements de masse de la planète n'est pas la seule explication logique bien sûr mais l'une des convergeances évidentes quant au problème d'habiter sur une planète ayant une forte activité tectonique (réajustements de masses en permanence à cause du magma liquide interne et du noyau solide aussi) ajouté à celui de la modification climatique (non naturelle puisque industrielle) dû à l'être humain et sa propre activité. Il est moins douteux maintenant que de tels réajustements pourraient avoir suffit à provoquer plusieurs extinctions massives du monde vivant, sans pour autant faire intervenir les astéroïdes ou comètes (qui sont un risque supplémentaire). Et il est aussi probable que les grands événements du passé tels que la rupture de la Pangée, les modifications énormes d'atmosphère et de climat constatés dans la préhistoire soient les conséquences d'une accumulation aux mêmes périodes de phénomènes naturels, de cycles, habituellement plus dispercés et étalés dans le temps. Notre convergeance actuelle de phénomènes naturels (système solaire dans un nuage de particules plus denses depuis quelques années et pour plusieurs années, position du soleil (changement d'ère astrologique), cycle volcanique important et ajout de la pollution industrielle humaine. Tout ceci enclanchant les fontes de glaciers/banquises constatées, qui à leur tour entretiennent et accélèrent même le déplacement des masses rocheuses... 

tuba-tornade-orgeval-yvelines-19-mai-2013-01.jpg

Mini tornade Orgeval-Yvelines-19-05-2013

Ces modifications pourraient donc modifier considérablement et durablement les conditions météo locales, mais aussi y provoquer, le temps des réajustements physiques des masses d'air (l'anticyclone des açores par exemple ne remonte plus du tout autant qu'avant, la depression polaire elle descend plus bas et est plus large qu'avant, etc...) des extrêmes sur toutes ces latitudes fortement affectées (cyclones/tempêtes/tornades/pluies diluviennes/neige/froid/sécheresses/canicules) et perdant en partie leurs saisons et climats tempérés...

L'instabilité était très marquée jeudi après-midi 24-05-2013 sur le Nord-Est de la France. Outre la neige à basse altitude (notre article), une tornade a été observée dans le ciel de Moselle près de Saint-Avold, plus précisément sur la commune de Macheren

Maintenant, même si notre planète tourne un peu comme une toupie en train de ralentir (et c'est le cas !), il est assez probable qu'un réajustement dans "l'autre sens", un rééquilibrage vers l'axe moyen de la planète existant depuis des milliers d'années, se fasse à un moment ou l'autre, à moins que la fonte des glaces ne déséquilibre définitivement la rotation actuelle de la Terre dans une position de plus en plus "toupie", de plus en plus penchée vers le Soleil au Nord. J'ai lu hier qu'un scientifique incistait fortement sur la nécessité de tenter de sauver la banquise arctique (à des fins de sauvegarde de la vie aussi) et je pense qu'il a entièrement raison, mais que c'est difficile à faire ! En effet, la fonte de la banquise arctique provoque plusieurs phénomènes actuellement, et simultanément : remontées fortes de méthane au niveau de la sibérie et fonte des sols, échappements de gaz et bactéries préhistoriques en Sibérie, Canada, Chine, d'asphaltes au Canada, modifications des côtes sous-marines, remontées de terres englouties ou affaissements d'autres, etc... Il est clair que la fonte du poids énorme des glaces sur les terres ont de multiples conséquences qui peuvent se décaler dans le temps mais qui sont irréversibles quand elles se produisent. Une accélération du mouvement ascendant des socles Scandinaves et Canadiens semble inéluctable devant la fonte de l'Arctique : des iles et côtes englouties réapparaissent d'un côté alors que d'autres s'enfoncent sous terre ou eau ailleurs. L'activité séismique et volcanique de toutes ces régions augmente logiquement également. Les courants marins ET atmosphériques sont modifiés d'après de nombreuses analyses publiées. 

neige-col-schlucht-23-mai-2013.jpg

Vosges-23-05-2013

Que peut faire l'être humain devant ces convergeances, ces accumulations de signes ? D'abord informer et s'informer, c'est toujours utile de ne pas être surpris au cas où, et de pouvoir expliquer/rassurer ceux qui "tombent des nues". Ensuite, ceux qui sont censés être payés pour anticiper les problèmes économiques (assurances par ex.) dans leur propre intérêt, devraient proposer des mesures de sauvegardes beaucoup plus élevées de certaines régions selon leur densité d'habitation humaine : normes sismiques à revoir, zones inondables remontant à plusieurs  milliers d'années, plans d'évacuation de masse, entraînement et préparation de la population aux extrêmes, création de digues, arrêt des centrales à énergie mal situées, développement et constitution d'équipe de secours de quartiers, distributions d'instructions et de kits de survie, surveillance accrue du sous-sol (mines/failles, inondations souterraines, nappes,...),... etc... 

L'Humanité ne peut pas faire grand chose contre les phénomènes extrêmes mais son intelligence lui permet d'anticiper et de "voir venir" par l'étude et la reflexion. L'argent n'a pas et de doit pas intervenir dans ce processus sous peine de le retarder. Et il est question de reflexe ici pour l'humanité, de constat et de réaction à avoir, pas de megotage financier ou de notion de bénéfice... et l'Europe semble bien être l'un des continents à devoir réagir parmis les premiers... climatiquement parlant...

Yves Herbo-SFH-05-2013

Yves Herbo sur Google+

environnement mystère météo climat astronomie économie interviews

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau