Rio+20: 10 chiffres alarmants sur l'état de la planète

Rio+20: 10 chiffres alarmants sur l'état de la planète

rio-20.jpg Crédits : REUTERS/Ueslei Marcelino

Le coup d'envoi du sommet sur le développement durable Rio+20 vient d'être donné. Au moment où se négocie un engagement en faveur d'un développement qui allierait protection de l'environnement et éradication de la pauvreté, découvrez les 10 chiffres qui inquiètent sur l'avenir de la Terre.

9,3 milliards d'habitants sur terre d'ici 2050

Nous sommes à l'heure actuelle 7 milliards d'humains sur terre, c'est à dire 2 fois plus qu'en 1950. Et en 2050, la population mondiale devrait culminer à près de 9,3 milliards. Toutefois, le taux de croissance de la population mondiale est en baisse de 27% depuis 1992. Dans les pays les plus pauvres, la population a été multipliée par 4,3 depuis 1961. Actuellement 50% de la population mondiale vit dans les villes, en 2050, c'est 2 personnes sur 3 qui y vivront.

1,3 milliard de personnes en situation de pauvreté extrême

Avec moins d'1,25 dollar par jour, 1,289 milliard d'habitants souffrent de pauvreté extrême, en 2008, dont 47% des Africains. Ils étaient 1,9 milliard en 1990. Dans les pays en développement, 43% de la population vivent avec moins de 2 dollars par jour, et près d'un être humain sur sept souffre de sous-alimentation. Quelque 800 millions de personnes n'ont pas accès à de l'eau potable améliorée (canalisations, puits protégés). 2,6 milliards ne disposent pas d'installations sanitaires, et 1,4 milliard n'ont pas l'électricité.

2,3 milliards de tonnes de gaz polluants émis d'ici à 2020

Si rien n'est fait, les métropoles de la planète rejetteront dans l'atmosphère pas moins de 2,3 milliards de tonnes de gaz à effets de serre d'ici à 2020. En 2010, les 59 plus grandes villes en ont émis 1,7 milliards de tonnes. C'est la Chine qui cause le plus de rejets, avec 8.248 tonnes en 2010, devant les États-Unis, avec 5.497 tonnes.

La température sur la Terre a augmenté de 0,4 degré en 10 ans

Sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre qui ont augmenté de 3% par an au cours de la dernière décennie, les températures se sont d'ores et déjà réchauffées de 0,4 degré Celsius. L'Agence internationale de l'énergie s'attend à une hausse de 20 % des émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2035, ce qui porterait la température de la planète vers une hausse de plus de 3,5 degrés.

La consommation mondiale d'énergie va doubler d'ici 2030

La consommation mondiale d'énergie en hausse de 5,6% en 2010 devrait doubler d'ici 2030. Les énergies fossiles représentent 87% de l'énergie consommée, le nucléaire 5,2% (22% dans les pays de l'OCDE), et les énergies renouvelables environ 13%.

La destruction du capital naturel s'accélère

Les pays émergents et les États-Unis sont les plus mauvais élèves de la planète en matière de gestion des ressources naturelles, selon un rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). En 20 ans, la Chine a détruit 17% de son capital naturel, c'est à dire les ressources renouvelables et non renouvelables, les combustibles fossiles, et les forêts et réserves de pêche. Les États-Unis en ont fait disparaître 20%, le Brésil, 25%, et l'Afrique du Sud, 33%.

Les besoins en ressources naturelles représentent 1,5 année de production

La production de la Terre ne suffit plus à couvrir la consommation. Dans le rapport Planète vivante 2012, le WWF estime qu'"au rythme de consommation actuel, il faut une année et demi à la Terre pour produire et renouveler les ressources naturelles consommées par les êtres humains en l'espace d'une année." Et à l'horizon 2030, on prévoit que deux planètes ne suffiraient pas à répondre à nos besoins.

Consommation de viande en hausse de 26%

La consommation alimentaire augmente plus vite que la population. Alors qu'en 15 ans, de 1992 à 2007, la consommation de poissons et produits de la mer était en hausse de 32%, et celle de la viande de 26%, la population mondiale n'augmentait que de 22%.

300 millions d'hectares de forêts en moins

Depuis 1992, les forêts primaires se sont réduites de 300 millions d'hectares, soit à peu près la superficie de l'Argentine. Ne serait-ce qu'entre 2000 et 2010, 13 millions d'hectares de forêts ont disparu chaque année. Les pertes les plus importantes sont constatées dans les régions tropicales qui détiennent aussi la plus grande biodiversité. Dans l'hémisphère nord, au contraire, le reboisement dépasse désormais la déforestation. 350 millions de personnes, parmi les plus pauvres, dépendent des forêts pour leur subsistance quotidienne et leur survie à long terme, selon la FAO.

La biodiversité en déclin de 28%

Entre 1970 et 2008, les populations de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons ont décliné de 28%, et particulièrement les écosystèmes tropicaux, en baisse de plus de 60% (30% depuis 1992). 41% des espèces amphibies sont menacées, 33% des barrières de corail, 25% des mammifères, 20% des plantes et 13% des oiseaux, selon la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Avec des prises de poissons multipliées par 5 de 1950 à 2005, la surpêche a réduit certains stocks de poissons de plus de 90%.

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

Yves Herbo : Tout le monde remarquera les absences des présidents américains, russes et chinois à cette importante conférence...

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/rio-20-ou-l-impossible-entente-sur-l-economie-verte_1129917.html

SFH 22-06-2012

Yves Herbo sur Google+

politique argent économie NOM monnaie environnement climat météo nucléaire volcanisme

Commentaires (1)

pascal18
  • 1. pascal18 | 22/06/2012

bonjour , très intéressant , et oui nous devons tous faire des très gros efforts
pour préserver la vie de tout espèces sur notre terre .
merci

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau