Les tsunamis nord-européens

Les tsunamis nord-européens

tsunami-2.jpg

 

On parle plus souvent des risques d'élévations marines du côté de la Méditerrannée ou de l'Atlantique que du côté de la Mer du Nord ou de la Manche, pourtant, plusieurs traces géologiques et même des témoignages humains nous prouvent que ces régions ne sont pas si épargnées que ça. Il est vrai pas avec la même fréquence et la même échelle d’intensité sismique que les zones à risque classiques comme le Japon, le Chili ou la Californie.

 

La connaissance du passé ne nous vient pas que de sources historiques mais aussi de données géologiques. Ces données indiquent que la configuration de la Mer du Nord que nous connaissons aujourd’hui date d’une époque relativement récente, « seulement » 8.000 ans. Une couche de sable bien précise, certes de quelques cm à dm d’épaisseur seulement, a été trouvée dans les sédiments le long de toute la côte est de l’Ecosse jusqu’au Nord de l’Angleterre. La recherche démontre que cette couche s’est déposée suite à un tsunami causé par un glissement sous-marin. Ce glissement massif est survenu il y a 7900 ans, le long de la pente continentale de la Mer de Norvège, située à mi-chemin de la Norvège, un lieu connu sous le nom de zone de glissement de Storegga. Le niveau de la mer s’est alors élevé de 14 mètres.

 

La vitesse du glissement et le volume de matériel déplacé étaient si grands qu’ils provoquèrent un tsunami géant. Les effets ne se sont pas seulement faits sentir en Ecosse, mais aussi le long des côtes d’Islande, de Norvège, des Iles Féroé et Shetland. On a pu démontrer que le tsunami a atteint les 25 mètres de haut dans les Shetlands. Cette énorme lame de fond est maintenant connue sous le nom du Tsunami Storegga. Ses conséquences sur le littoral belge ne sont pas encore connues. Et la pente continentale de la Mer du Nord n’est pas encore stable...

 

Le Sud de la Mer du Nord et la Manche n’ont pas de pente continentale mais des tremblements de terre y ont quand même lieu. Le 21 mai 1382 un tremblement de terre, dont l’épicentre était situé dans le Sud de la mer du Nord a traversé le Kent et la Flandres. Il n’est pas fait mention d’un éventuel tsunami.

 

Plus proche de nous dans le temps et donc mieux documenté, le tremblement de terre du 6 avril 1580 était d’une intensité de 5,3 à 5,9 sur l’échelle de Richter avec un épicentre situé dans la Manche à une profondeur de 20 à 25 km. Un tsunami submergea alors la ville de Calais et ses environs et causa des inondations jusqu’à Boulogne. Le jour suivant, un deuxième tsunami, qui apparemment atteignit le Mont Saint Michel, ravagea la ville de Douvres. De 20 à 30 bateaux furent alors engloutis par une grosse vague soudaine dans la Manche. Un survivant décrivit une vague d’une hauteur d’au moins 15 mètres.

 

90172523tremblement1580plan-jpg.jpg

séismes de 1580

En 1931, un tremblement de terre d’une puissance de 6,1 sur l’échelle de Richter à la hauteur du Doggerbank dans le Sud de la Mer du Nord, causa un tsunami qui ravagea principalement la Grande-Bretagne. Pendant les travaux de terrassement pour la création d’un chenal (un lieu où la mer peut et doit passer) dans les dunes entre La Panne et la frontière française, un gros amas composé exclusivement de coquillages a été mis à nu. Même si aucune recherche complémentaire n’a encore été menée, il est pratiquement sur que cet amoncellement de coquillages n’est pas du à une tempête mais est plutôt le résultat d’un tsunami.

L’activité sismique dans nos régions est actuellement surveillée de façon très précise. L’influence d’un éventuel tsunami sur les zones côtières très peuplées du Sud de la Mer du Nord reste inconnue. Un petit rappel historique en forme de plaidoyer pour plus de prise de conscience de ce phénomène et du rôle que la géologie a à y jouer.

par Cecile Baeteman

Musson R.M.W. 1994. A catalogue of British Earthquakes. British Geological Survey. 
Smith D.E. 2005. Tsunami: a research perspective. Geology Today.
Smith D.E. et al. 2004. The Holocene Storegga tsunami in the United Kingdom. Quaternary Science Reviews 23.

 

YH : notons que tout ceci n'a pas empêché les gouvernements français et britanniques de construire un "tunnel sous la Manche" justement à proximité du lieu de ce gros séisme de 1580 générateur de tsunami, ni d'installer des centrales nucléaires sur les côtes ayant subi ces mêmes tsunamis... un peu comme les japonais donc !

Liens sur votre site en liaison : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/sur-les-traces-du-tsunami-perdu.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inondations-tsunamis-deluges-les-geologues-gagnent-sur-les-egyptologues.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inondations-tsunamis-deluges-les-geologues-gagnent-sur-les-egyptologues-2.html

 

Yves Herbo relai,S,F,H, 07-2012 up 09-2015

Yves Herbo sur Google+

environnement archéologie prehistoire économie séisme arctique

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau