L'impact d'une ancienne météorite a piégé d'anciennes plantes de marais dans du verre

L'impact d'une ancienne météorite a piégé d'anciennes plantes de marais dans du verre

verrecrateredarwin-mini.jpg

Les restes d'un ancien marais ont été trouvés préservés à l'intérieur du verre créé lors d'une chute de météorite. La découverte marque la première fois où des traces de vie ont été trouvées ayant survécu à la chaleur et à la pression d'un impact, ajoutant du poids aux arguments que des microbes voyageant sur des roches de l'espace pourraient avoir ensemencé le système solaire.

Les astrobiologistes ont longtemps suggéré que des formes de vie simples auraient pu "faire du stop" jusqu'à la Terre, à l'intérieur de météores, ou que des impacts sur la Terre primitive auraient pu envoyer des microbes terrestres vers d'autres mondes, sur des blocs éjectés de notre planète. Nous savons que les roches soulevées par les impacts peuvent parcourir de grandes distances. Des météorites martiennes, avec du sol piégé à l'intérieur, sont tombées sur la Terre, et les calculs théoriques suggèrent que les chutes de météorites sur Terre pourraient avoir eu assez d'énergie pour envoyer des roches de la Terre aussi loin que les lunes de Jupiter et Saturne.

Mais ce concept, appelé panspermie, suppose également que les composés organiques indispensables à la vie comme nous la connaissons, puissent survivre aux pressions et aux températures extrêmes d'un atterrissage en catastrophe. Maintenant, la preuve a été trouvée autour du cratère Darwin en Tasmanie, qui a été formé par un impact il y a environ 800.000 ans.

darwin-crater-landsat.jpg

L'emplacement du Cratère Darwin, Tasmanie


Vie de Marais

Le verre, créé lorsque la roche a fondu lors de l'impact, est parsemé sur une zone de 400 kilomètres carrés autour du cratère. Kieren Torres Howard menait des recherches de doctorat à l'Université de Tasmanie à Hobart, en Australie, sur l'étude de la répartition et la composition du verre de l'impact. En regardant de plus près avec une machine à diffraction des rayons X, il a constaté que le verre était inexplicablement ponctué de minuscules inclusions sphériques. Le verre est également truffé de poches géométriquement régulières, comme un nid d'abeilles.

Howard et ses collègues ont déterré du verre et ont fait le tri des fragments avec une aiguille d'acupuncture pour repérer les inclusions, dont la plus importante était d'environ 200 micromètres de diamètre. L'analyse chimique montre que les inclusions sont riches en matières organiques semblables à celles d'un marais de tourbe, y compris la cellulose et les polymères qui pourraient découler des cuticules des feuilles.

verred-impactdarwin.jpgroches contenant du verre d'impact, Tasmanie

" Ils avaient l'air vraiment immaculé ", dit Howard, qui est maintenant à la City University de New York à Brooklyn. " Vous ne voyez pas seulement une signature de matières organiques, c'est presque comme si vous preniez la signature d'un marécage aujourd'hui . " Les preuves antérieures trouvées sur le site du cratère, y compris une espèce d'écrevisses creuseuses qui a probablement vécu dans la région pendant un million d'années, avaient suggéré que la région était un marécage ou une forêt tropicale lorsque le cratère Darwin a été formé.

" C'est ce qui nous a permis de vraiment croire que nous avions trouvé certains composés organiques. Nous savions que c'était un impact de marais ", dit Howard. L'équipe pense qu'un météore a pénétré dans le sol et a fait fondre une partie de la roche supérieure, pour former le verre de l'impact. Des morceaux de matière végétale ont trouvé leur chemin dans le verre fondu lorsque tout a été rejeté loin de l'impact. L'eau et les autres composés volatils dans les plantes vont immédiatement bouillir, faire une écume bouillonnante qui s'est figée à l'intérieur du verre, en se refroidissant, d'où la création de poches en nids d'abeilles.

verrecrateredarwin.jpgThis image of a carbon-bearing inclusion from Darwin glass was produced using X-ray absorption. Dark spots indicate the honeycomb-like pockets thought to have formed when water in plant material boiled off - Cette image d'une inclusion porteuse de carbone venant du verre du Cratère Darwin a été produite par absorption de rayon-X. Des taches sombres indiquent les poches en nid d'abeilles supposés s'être formés lorsque l'eau du matériel végétal s'est évaporée (Image: Kieren Torres Howard)

implications sympathiques

" Je pense que c'est bien soutenu , et qu'ils ont fait une découverte très intéressante ", explique Christian Koeberl du Musée d'Histoire Naturelle de Vienne, en Autriche, qui n'était pas impliqué dans le nouveau travail. " C'est la première fois à ma connaissance que de la matière organique a été trouvée préservée de manière seine dans du verre d'impact. "

Ainsi, il se pourrait que des morceaux d'un ancien marécage sur Terre aient disparu en s'envolant dans l'espace ? C'est plausible, dit l'équipe, et les matières organiques piégées à l'intérieur du verre seraient quelque peu protégées du rayonnement cosmique pour un voyage interplanétaire. " C'est alors que les conséquences deviennent beaucoup plus sympathiques », dit Howard. " Il n'y a pas beaucoup de défi à répandre ce genre de choses. Certains matériaux pourraient se retrouver sur la lune, certains pourraient se retrouver sur Mars. Le matériau serait éjecté dans l'espace dans un état bien conservé. "

Le Rover Curiosity de la NASA a peut-être déjà trouvé du verre d'impact martien dans sa région du cratère Gale de la planète rouge, selon une présentation lors de la réunion de la Geological Society of America dans le Colorado, le mois dernier. Curiosity n'a pas la dextérité pour ramasser ces éclats et exécuter des analyses sur eux, dit John Mustard, de l'Université Brown à Providence, Rhode Island. Mais de tels verres pourraient être de bonnes cibles pour les futures missions avec retour d'échantillons, visant à ramener des roches de Mars sur la Terre. Les scientifiques ici pourraient alors exécuter des tests pour voir si du matériel terrestre a atterri sur Mars, ou si le verre contient des traces conservées de végétation martienne depuis longtemps perdue.

" Cela pourrait-il être le mécanisme par lequel la panspermie s'est déroulée ? Bien sûr », dit Mustard. " Il permet l'emballage et le transfert interplanétaire de la matière organique. "

11 Novembre 2013 par Lisa Grossman - Journal référence : Nature Geosciences , doi: 10.1038/ngeo1996

Yves Herbo Traductions-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement auteur mystère astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau