L'Antarctique nous préparerait-il une mauvaise surprise ?

L'Antarctique nous préparerait-il une mauvaise surprise ?

Surface du trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique

Le dernier bulletin sur la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique de l’organisation météorologique mondiale révèle que la surface moyenne du trou d’ozone au-dessus de l’Antarctique, sur les dix derniers jours de septembre 2013, était de 20,9 millions de km2 (données de l'Institut météorologique royal des Pays-Bas, KMNI). C’est plus qu’en 2012, mais moins qu’en 2011. La déperdition de gaz moyenne pour la même période était de 19,59 mégatonnes, ce qui est plus qu’en 2010 et 2012, mais moins qu’en 2011.

Avec la hausse des températures faisant suite à l’hiver austral, le taux de destruction d’ozone va reculer. Il est encore trop tôt pour pouvoir donner un chiffre définitif du degré de déperdition pour 2013. Les données dont on dispose indiquent que, cette année, le trou d’ozone est de plus grande taille qu’en 2012, voire qu’en 2010, mais plus petit que celui observé 2011.

Le bulletin sur la couche d’ozone se fonde sur des observations au sol, à partir de ballons et de satellites météorologiques relevant du programme de veille de l’atmosphère globale de l’OMM et de son réseau de stations scientifiques situées dans certaines des régions les plus inhospitalières du globe. La plupart des stations ont fait état de signes manifestes de déperdition d’ozone. Le 17 septembre 2013, par exemple, le trou d’ozone s’étendait jusqu’à la pointe du continent sud-américain et affectait des zones habitées comme Ushuaïa et Río Gallegos. De tels épisodes se produisent généralement quelques rares fois entre septembre et novembre. En novembre, notamment, lorsque le soleil est haut dans le ciel, ils peuvent conduire à une hausse sensible de l’intensité de rayonnement solaire ultraviolet qui touche la surface de la terre.

Les conditions météorologiques observées dans la stratosphère antarctique pendant l’hiver austral (de juin à août) déterminent l’évolution du trou d’ozone se reformant tous les ans. Les dix derniers jours de septembre sont traditionnellement la période où le trou d’ozone atteint sa superficie maximale. Le trou d’ozone le plus important, à presque tous les égards, a été observé en 2006. Un accord international interdisant les principales substances qui appauvrissent l’ozone a stoppé la poursuite de la destruction de la couche d’ozone (YH : non, toutes ne sont pas encore arrêtées puisqu'on a des dates d'arrêts jusqu'en 2029, voir + pour certaines substances et pays...). Néanmoins, d’importants trous d’ozone devraient encore perdurer au cours des prochaines décennies. (YH : la durée de survie d'un tel aérosol est estimée maintenant à + de 100 ans...)

Source : http://www.meteo-paris.com/actualites/surface-du-trou-d-ozone-au-dessus-de-l-antarctique-17-novembre-2013.html

Le trou d'ozone de l'Arctique en expansion !

2 millions de kilomètres ou 5 fois la surface de l’Allemagne ! La Nasa a observé en mars 2013 un trou spectaculaire dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique. Il égale ainsi celui déjà enregistré au-dessus de l’Antarctique. Sur l’image, le violet et le gris montrent des niveaux très bas d’ozone dans la stratosphère (entre 15 et 50 kilomètres d’altitude) tandis que le bleu foncé figure de grosses quantités de monoxyde de chlore, signes de la destruction de l’ozone.

Le froid inhabituel enregistré cet hiver dans la région du pôle Nord serait le facteur principal de la destruction de cette couche protectrice. En effet, l’ozone stratosphérique est détruit lorsque les températures descendent en dessous de -80°C. Une fois formé, le trou se serait déplacé durant une quinzaine de jours au-dessus de l’Europe de l’Est, de la Russie et de la Mongolie, exposant les populations à des niveaux élevés de rayons UV. Source : http://www.terraeco.net/Un-trou-spectaculaire-dans-la,19498.html

Évolution du "trou" d'ozone en Arctique

En Arctique (pôle nord), les températures hivernales sont en moyenne plus élevées qu'au pôle Sud et les conditions météorologiques varient beaucoup d'une année à l'autre. Les conditions ne sont donc pas toujours réunies pour qu'une diminution importante d'ozone y soit observée (INSU, 04/2011). Toutefois, une étude publiée dans la revue Nature souligne que les trous d'ozone dans l'Arctique sont possibles même avec des températures beaucoup plus douces que celles de l'Antarctique.

Début 2011, pour la première fois dans l'histoire des relevés, un trou comparable à celui observé annuellement au dessus de l'Antarctique, s'est formé au dessus des régions boréales. Au plus fort du phénomène, la perte d'ozone a dépassé 80% à plus de 18-20 km d'altitude. D'une taille d'environ 2 millions de km², ce trou, d'une taille inégalée, s'est déplacé durant une quinzaine de jours au-dessus de l'Europe de l'Est, de la Russie et de la Mongolie, exposant parfois les populations à des niveaux élevés de rayonnements ultraviolets, selon les chercheurs.

Suite ici : http://www.notre-planete.info/environnement/trou-couche-ozone.php


Un volcan gît-il sous un kilomètre de glace en Antarctique ?

Cette carte permet de visualiser la position de la terre Marie Byrd, dans l’ouest de l’Antarctique. Ce territoire n’est actuellement réclamé par aucun pays, ce qui signifie qu’il s’agit de la seule région au monde avec le Bir Tawil dont aucun pays ne revendique la souveraineté. © CIA World Factbook, Wikimedia Commons, DP

En Antarctique occidental, des mouvements de magma dans la croûte terrestre trahiraient l'existence d'un volcan actif ou en passe de le devenir sous plus d'un kilomètre de glace. Pouvant survenir à tout instant, son éruption aurait néanmoins peu de chances de percer la calotte glaciaire. En revanche, la chaleur libérée pourrait accélérer son coulissement et ainsi participer à l'élévation du niveau des océans.

Le continent Antarctique est à 98 % recouvert d’une couche de glace de 1,2 km d’épaisseur en moyenne, ce qui n’a pas empêché quelques volcans d’y apparaître par le passé. Sur la terre Marie Byrd, dans la partie occidentale, il existe par exemple une chaîne volcanique visible en surface qui s’étend linéairement selon un axe nord-sud, sachant que l’âge des volcans qui la composent décroît dans cette direction.

À l’extrémité septentrionale de l’Executive Committee Range se trouve le pic Whitney, apparu voici 13,7 à 13,2 millions d’années, tandis que le mont Waesche est sorti de terre il y a moins d’un million d’années à l’extrémité méridionale. Depuis lors, aucun indice trahissant une éventuelle activité magmatique n’a été trouvé… jusqu’à la mise en place par des scientifiques d’un réseau de sismographes entre 2007 et 2010. Son but premier était de récolter des informations sur les mouvements des plaques impliqués dans la formation et l’expansion du grand rift ouest-antarctique, mais il a finalement servi à autre chose.

En janvier-février 2010 et en mars 2011, les détecteurs ont enregistré deux essaims sismiques caractérisés par des ondes P et S étonnamment lentes. Intrigués, Amanda Lough et ses collègues ont décidé d’exploiter les sismographes pour localiser la source des vibrations et en déterminer la cause. Cette chercheuse de l’université Washington de Saint-Louis (États-Unis) vient de livrer les résultats de l’investigation dans la revue Nature Geoscience. Un volcan inconnu jusqu’alors serait actif ou en passe de le devenir sous plus d’un kilomètre de glace.

Un volcan invisible impliqué dans la hausse du niveau des océans

Les ondes sismiques ont été générées entre 25 et 40 km de profondeur, environ 55 km au sud du mont Waesche. Détail curieux, cette localisation se trouve exactement dans l’alignement de l’Executive Committee Range, là où l’on pourrait s’attendre à voir apparaître un nouveau volcan au vu de l’histoire géologique de la région. La source n’a pas été identifiée avec certitude, mais plusieurs éléments suggèrent qu’il s’agirait de mouvements de magma propres à ceux observés sous des volcans, parfois à l’approche d’une éruption. En effet, de tels signaux ont déjà été enregistrés en d'autres points du globe, comme à Hawaï.

Par ailleurs, des données géomagnétiques ont confirmé l’existence d’un léger renforcement du champ magnétique terrestre au niveau de la zone concernée. De plus, une cartographie radar a révélé un gonflement à la surface du sol. Or, ces deux phénomènes trahissent régulièrement l’existence d’une activité magmatique dans la croûte terrestre. Notons qu’une couche de cendres a été localisée au-dessus de la zone cible grâce au radar, à 1.400 m de profondeur. Cependant, elles auraient été émises par le mont Waesche voilà 8.000 ans.

Selon les scientifiques, une éruption pourrait survenir à tout instant, mais elle aura peu de chance de faire fondre l’épaisseur de glace qui surplombe le volcan (entre 1,2 et 2 km par endroit). Attention, cela ne signifie pas qu’elle sera sans conséquence. La chaleur dégagée par la libération de la lave pourrait faire fondre la calotte glaciaire par en dessous, ce qui générerait beaucoup d’eau, au point de lubrifier anormalement le mouvement descendant de la glace en direction de l’océan. Ainsi, s’il entre en éruption, le volcan pourrait insidieusement participer à l’élévation du niveau des mers, avec une importance qui reste à déterminer.

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences - http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo1992.html

Yves Herbo-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

économie bourse environnement arctique séisme volcanisme

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau