Economie : mémoires d'un piège

 Economie : mémoires d'un piège

La catégorie Politique/Economie va s'enrichir d'une rubrique Economie : mémoires d'un piège. Elle présentera des articles, vidéos et interviews concernant les données historiques accumulées au fil du temps et jusqu'à demain (l'Histoire n'étant pas uniquement tournée vers le passé mais une science liée au Temps dont les implications sont obligatoirement présentes et futures). Il s'agit donc bien d'une accumulation de preuves concernant non seulement la réalité d'un système corrompu à grande échelle, mais aussi de la réalité d'une volonté bien organisée, historiquement et volontairement, pour en arriver là où le monde se retrouve actuellement. Il s'agit aussi de mémoires car le renouvellement des sites et pages internet fait que de nombreux liens, références et sources disparaissent au fil du temps. Des documents gênants ou témoignages contestés peuvent aussi être supprimés (pour des raisons x), ce qui peut être dommageable parfois pour l'Histoire et la réalité des faits, ou son approche globale.

1dollar.jpgBillet d'un dollar américain

Les pouvoirs publics, tant mondiaux que nationaux, relayés par des médias aux ordres en grande majorité ou détenus par des individus très impliqués dans la finance, ne se privent pas pour prendre leurs concitoyens pour des imbéciles : ils feignent d'être surpris par cette "nouvelle crise" de la dette publique, après celle des "subprimes" en 2007 puis de la chute (également annoncée plusieurs années avant) de grands comptes américains (Lehman Brothers...) en 2008 (rappelons ici que les USA ont bien nationalisé un grand groupe, pour le sauver, en 2008 Freddie Mac et Fannie Mae (FHLMC)).

Chaque concitoyen du monde peut heureusement, s'il fait un peu d'effort et est un peu curieux de comprendre pourquoi, à peine né, il se retrouve prit dans un système qui lui fait passer en moyenne les vingt premières années de sa vie à accumuler (ou pas) des données d'ordre générale (pas toujours exactes et souvent accompagnées de postulats du même ordre), puis soit se spécialiser encore quelques années ou entamer, peu souvent dans le métier où son talent individuel est mis à contribution, une carrière (ou non) pour récupérer un outil nommé argent qui lui permettra (peut-être) de construire sa vie. Et ceci pendant les 45 à 50 ans suivant (si pas de problèmes de santé ou autre avant) avant de reperdre souvent pendant ses vingt dernières années (si tout va bien) tout ce qu'il a apprit... on parle aussi beaucoup de l'allongement de la durée de la vie, mais on oublie de dire que 90% de cet "allongement" de la vie consiste à la passer son temps avec des bouteilles à oxygène pour pouvoir respirer ou en des allez-retour incessants dans les hopitaux... Internet est un formidable outil de communication et permet à chacun de faire ses propres recherches. Il permet aussi d'éclairer fortement les mensonges (par omission ou non) des politiciens et devrait un tant soit peu ouvrir les yeux à ceux qui croient encore en ces individus qui sont plus liés aux cerles d'influences que compétents.

Voilà tout d'abord une vidéo de moins de 8 minutes qui date de plus de 3 ans. Des citations et déclarations de l'époque de la crise des subprimes, mais on y parle aussi des dette publiques bien sûr. D'autres documents plus anciens prouvent sans conteste que TOUS les gouvernements mondiaux n'ont absolument pris aucune mesure réelle pour empêcher quoique ce soit d'arriver, aussi bien au niveau de l'Euro que du surendettement des Etats, et ceci depuis au minimum le début des années 2000... Je parle donc bien d'une volonté, d'un désir d'en arriver à cet état où se trouve le monde à fin 2011... 


Des citations à caractère religieux peuvent être parfois inclues dans certaines vidéos ou certains articles. Il ne s'agit pas d'incitation ou même de défiance, mais tout simplement de citations informatives. Et n'oublions pas que politique et économie sont parties intégrantes de tous les textes religieux : on y parle d'argent, de marchants et de pouvoirs, de rois et de pauvres... et ceci dans absolument tous les textes religieux du monde.

1996 : des premières alertes sont émises très officiellement par des responsables sérieux auprès des pouvoirs publics mondiaux. Ne me dites pas que tous ces hommes et femmes politiques, dans tous les pays du monde, dont c'est le métier qui les faits vivre, qui sont élus depuis, ou qui se présentent aux élections, n'ont pas été prévenus et ne sont pas au courant depuis des années de ce qui se passait. Ne me dites pas qu'ils n'avaient pas prévu que, de toute façon, ce sera au peuple de se serrer la ceinture pendant que les initiés s'engraisseront avant, pendant et après : ils en font obligatoirement partie...

Comment les mafias gangrènent l’économie mondiale

 

"Réunis récemment à Genève, sept juges européens lançaient un appel angoissé à la coopération entre les gouvernements pour tenter de contenir une menace mortelle pour les démocraties. Dans un gigantesque partenariat, le crime organisé, appuyé par les pouvoirs politiques et les multinationales de la finance et des affaires, pénètre progressivement tous les secteurs de l’économie mondiale, imposant ses systèmes de corruption en se jouant de la légalité des Etats. Lesquels se laissent peu à peu grangrener."

par Michel Chossudovsky, décembre 1996 (extraits)

A l’ère de la mondialisation des marchés, le rôle du crime organisé dans la marche de l’économie reste méconnu. Nourrie des stéréotypes hollywoodiens et du journalisme à sensation, l’activité criminelle est étroitement associée, dans l’opinion, à l’effondrement de l’ordre public. Tandis que les méfaits de la petite délinquance sont mis en vedette, les rôles politiques et économiques ainsi que l’influence des organisations criminelles internationales ne sont guère révélés à l’opinion publique.

bourseparis2.jpg

Bourse de Paris

Les sanglants affrontements entre gangs rivaux dans les rues de Chicago appartiennent à la « belle époque » des années 30. Dans la période d’après-guerre, les syndicats du crime ont progressivement gagné en respectabilité, en se comportant de plus en plus en entreprises ordinaires. Depuis lors, le crime organisé est solidement imbriqué dans le système économique. L’ouverture des marchés, le déclin de l’Etat-providence, les privatisations, la déréglementation de la finance et du commerce international, etc., tendent à favoriser la croissance des activités illicites ainsi que l’internationalisation d’une économie criminelle concurrente.

Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), les revenus mondiaux annuels des organisations criminelles transnationales (OCT)  sont de l’ordre de 1 000 milliards de dollars, un montant équivalent au produit national brut (PNB) combiné des pays à faible revenu (selon la catégorisation de la Banque mondiale) et de leurs 3 milliards d’habitants. Cette estimation prend en compte tant le produit du trafic de drogue, des ventes illicites d’armes, de la contrebande de matériaux nucléaires, etc., que les profits des activités contrôlées par les mafias (prostitution, jeux, marchés noirs de devises...). En revanche, elle ne mesure pas l’importance des investissements continus effectués par les organisations criminelles dans la prise de contrôle d’affaires légitimes, pas plus que la domination qu’elles exercent sur les moyens de production dans de nombreux secteurs de l’économie légale."

Un chef Yakuza parle :

Plus récemment, en août 2011, il y a les intéressantes déclarations d'un chef de famille Yakuza, la mafia japonaise. Les travailleurs japonais apprécieront l'aide apportée par la mafia aux gouvernements conservateurs... :

"Il est exceptionnel qu'un chef mafieux lève ainsi le voile sur ses activités. Pourquoi l'a-t-il fait pour L'Expansion ? Parce que notre façon d'aborder le sujet - sous un angle économique - lui a plu. Pas de sensationnalisme ici : les yakuzas sont bien une réalité économique dans l'archipel, avec plus de 80 000 hommes regroupés en "familles", à la manière des mafias siciliennes. Le clan Inagawakai, dont Kumagai est l'un des boss, est une véritable entreprise criminelle. Sans doute l'homme veut-il aussi rétablir certaines vérités. Il le dira plusieurs fois durant l'entretien : "Il y a beaucoup de fantasmes et d'exagération médiatique" autour des yakuzas. On les voit toujours plus forts, toujours plus riches. "C'est plutôt la tendance inverse", affirme-t-il. Selon lui, les 22 clans yakuzas recensés au Japon sont en déclin. La "faute" à l'Etat nippon, qui, dit-il, a déclaré la guerre à la mafia il y a deux ans.

Rappel des faits : le 17 avril 2009, le maire de Nagasaki est assassiné en pleine rue par un yakuza. Qualifié de "défi à la démocratie" par le Premier ministre de l'époque, ce crime scelle la rupture du "contrat" qui liait l'Etat et les yakuzas. Pour comprendre comment une telle tolérance a pu exister, il faut revenir quelques décennies en arrière. Après la Seconde Guerre mondiale, d'abord, lorsque l'Etat japonais recourt aux yakuzas pour lutter contre les gangs chinois et coréens qui gangrènent le pays. Dans les années 60, ensuite, quand la pègre brise les grèves ouvrières avec la bénédiction du parti conservateur.

L'Etat étant neutralisé, la "pieuvre" nippone peut déployer ses tentacules. Racket, jeux, trafic de shabu (amphétamines), prêts usuraires, prostitution... Les mafias s'enrichissent. En 2004, un économiste, Takashi Kadokura, évalue leur trésor de guerre à plus de 6 milliards d'euros ! Adulés, admirés, les yakuzas s'affichent dans les soirées de la jet-set, l'argent coule à flots. Trop d'arrogance ? En 1992, une loi, dite "antigang", est votée pour réduire l'influence et la visibilité des yakuzas. Mais il faudra attendre dix-sept ans pour qu'elle entre en vigueur."

100 milliards de yens

(environ 9 milliards d'euros)
C'est le chiffre d'affaires estimé des 22 familles yakuzas, avec leurs 80 900 membres.
Source: "Yakusa" de Jérôme Pierrat et Alexandre Sargos, Flammarion, 2005.

"Fini, donc, les grands raouts dans les palaces tokyoïtes, la mafia nippone se fait discrète - même si elle a toujours pignon sur rue. En même temps, elle cherche de nouveaux relais de croissance. Quel meilleur moyen, pour se développer, que de prendre pied dans l'économie traditionnelle ? Ces dernières années, les principaux clans yakuzas ont donc largement investi certains secteurs, comme la construction, la Bourse et l'immobilier. Selon les estimations de la police japonaise, plus de la moitié des revenus mafieux viendraient aujourd'hui du commerce "légal". Alors, qui sont vraiment les yakuzas ? Businessmen ou gangsters ? Les deux, en fait. On le constate à la lecture des statistiques : sur les 80 900 membres, 42 300 ont un statut d'"associés". Ils ne sont pas tatoués, comme les "vrais" yakuzas, mais ils gravitent autour de l'organisation. "Ils sont experts en finance, en droit... La moitié du clan Inagawakai, soit 4 800 personnes, est constituée d'associés", explique Masatoshi Kumagai.

Les yakuzas pourront-ils longtemps encore réinjecter leurs profits dans l'économie "blanche" ? Rien n'est moins sûr. Pour survivre, estime Masatoshi Kumagai, ils doivent faire évoluer leur business model. Cet ancien tueur à gages s'y prépare. Déjà, il a trouvé des parades. Confidences d'un boss.

Masatoshi Kumagai est l'un des rares chefs yakuzas à étendre ses activités au-delà des frontières nippones.

Avec sa pochette rose et ses lunettes de marque, on le prendrait presque pour un homme d'affaires classique. Mais il y a ce regard, pénétrant, presque dérangeant. Et ce tatouage que l'on devine sous la montre en or... A 50 ans, Masatoshi Kumagai est l'un des parrains d'Inagawakai, le deuxième clan yakuza japonais.

Né à Sendai, il voulait, dit-il, devenir policier. Mais son destin chavire le jour où il aide l'un de ses amis à se venger de voyous qui l'ont passé à tabac. "Il m'avait nourri, à un moment de ma vie où je mourais de faim. Je ne pouvais pas le laisser tomber." La rixe tourne mal, il se fait arrêter, a les honneurs de la presse locale. "Après, je n'ai plus eu le choix, je devais continuer dans cette voie", raconte-t-il. Il devient yakuza, et montre de telles aptitudes que l'"oyabun", le chef suprême de l'organisation, le prend directement sous son aile."

(...)  chef-yakuza.jpg

"Les yakuzas ont-ils été touchés par la crise?

Ce qui nous a surtout affectés, c'est le changement d'attitude des autorités japonaises à notre égard. Jusqu'en 2009, nous pouvions exercer nos activités, il y avait une tolérance du pouvoir. Certes, il existait des lois antiyakuzas, comme celle de 1992, mais il n'y avait pas de vrai contrôle. A partir de 2009, tout a changé. Affaibli par la crise, le gouvernement s'est mis à nous combattre. C'était pour lui un moyen de faire remonter sa cote de popularité. Du coup, la réglementation est devenue très contraignante. Et les policiers n'ont plus du tout d'indulgence à notre égard.

Quel a été l'impact de cette "déclaration de guerre" de l'Etat japonais sur le business mafieux?

Certaines de nos activités sont en perte de vitesse. Le racket, par exemple. Désormais, un commerçant qui donne de l'argent à un clan yakuza en échange de sa "protection" peut être inquiété par la police. La première fois, il reçoit un avertissement. S'il continue à payer, il aura affaire à la brigade antigang et écopera d'une lourde peine. On lui confisquera son droit d'exploitation. Dans certains secteurs où les yakuzas sont traditionnellement bien implantés, comme le BTP, il est aussi de plus en plus difficile de faire du business. Ainsi, des sociétés détenues par des yakuzas ne peuvent plus répondre à des appels d'offres.

Vous pouvez le faire de façon indirecte, via des sociétés écrans...

Nous avons des liens avec certains groupes de bâtiment et de travaux publics, je ne vous dirai pas le contraire. Mais ces montages sont complexes à réaliser. Il y en a de moins en moins.

Les yakuzas sont-ils toujours très actifs dans la sphère financière?

Là aussi, notre présence faiblit. Longtemps, les yakuzas ont pu influer sur les cours boursiers, parce que nous avions les informations avant tout le monde. Ce n'est plus le cas. Les derniers grands scandales financiers l'ont montré, les yakuzas n'ont plus "l'exclusivité" en matière de délit d'initié. Il n'y a plus vraiment de frontières entre le monde légal, celui des traders, et le monde illégal, celui des yakuzas.

Envoyez-vous toujours des perturbateurs dans les assemblées générales des grands groupes pour déstabiliser le management?

Des sokaya? Non, il n'y en a presque plus. La police a interdit cette pratique.

A vous entendre, les yakuzas sont en train de disparaître...

Leur influence diminue, ils doivent se faire de plus en plus discrets. [Masatoshi Kumagai se tourne brusquement vers l'interprète, il semble contrarié] J'ai l'impression que vous ne me croyez pas. D'autres yakuzas mettraient un point d'honneur à vous affirmer que tout va bien. Moi, je veux être honnête avec vous. Les yakuzas sont en perte de vitesse, je vous le garantis. Bien sûr, il reste quelques gros business, comme la drogue, mais les yakuzas ne gagnent plus autant d'argent qu'avant. Les chiffres que l'on trouve dans la presse - quelques centaines de millions d'euros, voire des milliards - sont exagérés.

Qu'allez-vous faire pour enrayer ce déclin?

Ma réponse n'engage que moi, je ne pense pas que d'autres chefs yakuzas vous diraient la même chose. Nous vivons depuis 2009 une profonde mutation. Depuis leurs origines, les yakuzas se sont toujours développés localement. Aujourd'hui, à cause de la crise économique et du contrôle strict de l'Etat, il faut aller chercher de nouveaux business à l'étranger. Mais c'est d'autant plus difficile que nous n'avons jamais tissé de liens avec d'autres milieux mafieux, que ce soit à Taïwan, à Hongkong ou au Vietnam.

Dans quels pays cherchez-vous à vous développer? Et dans quel type d'activité?

Principalement en Asie. J'interviens dans des "deals" qui sont réalisés entre des partenaires installés dans différents pays, notamment la Chine et la Corée du Sud. Je sers d'intermédiaire. J'investis également dans des entreprises asiatiques. Récemment, je suis entré dans le capital de casinos, à Macao. C'est très difficile à faire, je suis le seul Japonais à y être parvenu. De façon plus générale, je ne connais pas d'autres chefs yakuzas qui partent ainsi à la conquête de l'étranger. Moi, ça fait longtemps que je regarde au-delà des frontières.

Quel type de réseau activez-vous pour décrocher ces contrats?

J'ai toutes sortes de contacts, dans des sociétés officielles comme dans le "milieu". Ce qui est rassurant, c'est que les yakuzas ont toujours une bonne image à l'étranger. Je reviens de Harbin [dans le nord-est de la Chine]. Là-bas, les gangsters se tatouent et s'habillent comme nous le faisions il y a trente ou quarante ans ! C'est plutôt de bon augure. Les liens que nous tissons avec eux aujourd'hui nous permettront d'investir demain.

Quel est le chiffre d'affaires des clans les plus puissants?

Personne ne le connaît vraiment, même au plus haut niveau des organisations. Chaque "famille" a sa propre activité - prêts usuriers, stupéfiants, salles de jeu, business légal... Et, au sein des familles, chacun des membres fait, en plus, son propre business, qu'il garde secret. Il est trop dangereux de le divulguer. Les ennemis sont partout. En ce qui me concerne, je ne dis pas à mes hommes ce que je fais...

Comment les yakuzas sont-ils perçus dans la société japonaise? Leur image a-t-elle changé?

Les gens n'ont plus peur de nous. Les autorités non plus. Le risque, pour nous, c'est d'être totalement rejetés et de disparaître. Pour éviter une telle issue, nous devons revenir aux valeurs morales qui nous ont forgés, le ninkyodo,(l'entraide). Il nous faut absolument améliorer notre image - ne serait-ce que pour rester attractifs.

Le déclin - relatif - des yakuzas favorise-t-il l'émergence de nouvelles organisations criminelles?

Oui. Dans certains endroits, qui étaient auparavant tenus par les yakuzas, on voit apparaître de nouveaux groupes criminels, notamment étrangers, qui agissent de plus en plus sourdement, et qui échappent à tout contrôle. Si nous n'étions pas aussi surveillés par les autorités, nous pourrions enrayer ce mouvement... (...)"

extraits de et par : Jérôme Chatin, Charles Haquet, Jérôme Pierrat, Bertrand Monnet

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-mafia-japonaise-cherche-un-nouveau-business-model_261536.html

une-bourse-deprime.jpg

Yves Herbo 12/2011 - A suivre

Yves Herbo sur Google+

politique argent économie échange

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau