Economie : memoire d'un piege

La catégorie Politique/Economie va s'enrichir d'une rubrique Economie : mémoires d'un piège. Elle présentera des articles, vidéos et interviews concernant les données historiques accumulées au fil du temps et jusqu'à demain (l'Histoire n'étant pas uniquement tournée vers le passé mais une science liée au Temps dont les implications sont obligatoirement présentes et futures). Il s'agit donc bien d'une accumulation de preuves concernant non seulement la réalité d'un système corrompu à grande échelle, mais aussi de la réalité d'une volonté bien organisée, historiquement et volontairement, pour en arriver là où le monde se retrouve actuellement. Il s'agit aussi de mémoires car le renouvellement des sites et pages internet fait que de nombreux liens, références et sources disparaissent au fil du temps. Des documents gênants ou témoignages contestés peuvent aussi être supprimés (pour des raisons x), ce qui peut être dommageable parfois pour l'Histoire et la réalité des faits, ou son approche globale.

Nouveau site Internet pour Votre organisation MPSA

Nouveau site Internet pour Votre organisation MPSA

poignee-de-main-coeur.jpg

Ce site a pour objectif de vous présenter le Mouvement (en développement pour devenir un Parti Politique) MPSA. Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de notre mouvement. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter. Le mouvement MPSA est basé en France (métropolitaine) mais pourrait développer des contacts internationaux, d'autres personnes ayant déjà une approche similaire (en Grande-Bretagne entre autres).

Voilà le premier site du Mouvement Pour une Société sans Argent, basée sur un système communautaire égalitaire ayant une économie non individualisée et réellement démocratique, le pouvoir réellement au peuple (et non pas, comme de nos jours sous une dénomination néo-démocratique, nommée ainsi par une caste politico-financière trompeuse, qui est en réalité un régime oligarchique anti-peuple), sur un principe amélioré des systèmes Incas-Mayas ayant fonctionné des millénaires sans aucune monnaie d'échange.

Vous pouvez parcourir le site MPSA à l'aide des liens de navigations dans le menu.

Nous vous souhaitons une bonne visite sur MPSA et nous espérons que vous trouverez les informations que vous cherchiez et comptons sur votre soutien. Une association sera créée dès qu'il y aura suffisamment de personnes motivées et actives.

Attention, ce site est tout neuf et encore en construction, patience donc. Il va inclure également dès que possible des sujets plus ciblés comme la défense des citoyens contre des mauvaises lois civiles inégalitaires et imposées par les mafias immobilières et bancaires notamment via des juges et avocats corrompus, accompagnés par des politiciens verreux...

Yves Herbo - Fondateur, Théoricien

Escroqueries dans la Gestion immobilière

Escroqueries dans la Gestion immobilière - MAJ 6

dsc-0004.jpgLe 1 allée des marronniers au premier plan, le 2 derrière. Il y avait des marronniers sur tous les espaces verts derrière les petites barrières.

Cet article est un appel à l'aide et à la justice. Tous ces faits sont réels et il y a de nombreuses preuves l'attestant. Nous avons eu confiance envers le système judiciaire civil français pour réaliser et contrer ces utilisations frauduleuses de lois douteuses passées à l'aide de jurisprudences ou décrets (hors Parlement) par des détenteurs douteux de pouvoirs anormaux. Nous avons eu tord. Il est évident qu'il est impossible d'avoir confiance en une justice gangrénée par la mafia et les politiques, les intérêts individuels et les fausses valeurs (l'argent et la notion de profit). 

Il faut bien préciser ici que moi et ma famille ne sommes pas les seuls concernés par cette même escroquerie plus ou moins accompagnée (en fermant les yeux ?) par les administrations de deux communes parisiennes, et par la "justice". Il s'agit d'une résidence de trois tours de 10 et 11 étages (le dernier étage était à l'origine réservé à des séchoirs individuels) et ce grave problème que je dénonce aujourd'hui concerne donc plusieurs centaines de personnes (4 appartements de 3 ou 4 pièces par étage).

C'est une assez longue histoire, et complexe. Il est probable qu'une majorité d'intervenants dans ses différents volets n'ait pas fait l'effort de vraiment la comprendre et de réaliser les origines et manipulations orchestrées dans cette affaire. Je vous demande donc de la patience devant cette longue suite de faits, même devant parfois des détails à priori sans intérêt : c'est un tout et l'ensemble de ce qu'il se passe dans cette petite résidence est, j'en ai bien peur, le reflet de ce qu'il se passe très souvent au niveau de la gestion de ces parcs immobiliers gérés par des entreprises (subventionnées par l'Etat et donc aussi par les mêmes locataires, en plus !) bien souvent liées à des pratiques anti-sociales, voir mafieuses... et qui utilisent de "bonnes" lois et jurisprudences pour faire monter artificiellement (et sans arrêt) le prix du mètre carré...

Voilà donc les faits dans leur intégralité, ils sont le reflet de l'entière vérité, et je ne suis pas le seul à pouvoir en témoigner. Nous avons pu également obtenir un bon nombre de preuves et de documents évidents, qui ont été ignorés par la "justice". Tous ces preuves (avec les noms ou données identitaires cachés pour respecter les droits) sont disponibles et j'en afficherai en cours ou à la fin de cet article (qui n'a pas encore de fin d'ailleurs étant donné que le problème n'est absolument pas résolu), mais le temps pour y enlever les noms propres de gens que je ne peux citer publiquement est long. Ces documents sont en tout cas consultables chez moi (plusieurs quittances de loyers et copies de jugements prouvant mes dires sur la manipulation des juges par l'OGIF et ses défenseurs, preuve de la tentative de corruption par proposition de paiement d'équipement au noir, témoin de manœuvres douteuses et de non augmentations de certains loyers au même endroit, preuves de non mises au normes électriques et au gaz et des dégâts occasionnés par les travaux et sa vétusté dans l'appartement, preuves des accusés de réception de l'OGIF de mes recommandés auxquels ils n'ont jamais répondu... témoin direct aussi de plusieurs évènements : Mr Godron n'était pas de ma famille avant cette année 2013 (mariage cet été avec ma fille) et a été témoin dès 2002 des troubles occasionnés...). Je n'ai personnellement rien à cacher à part une protection minimum de ma vie privée.

Pour retracer l'ensemble de cette affaire, je suis obligé de partir du tout début : mon arrivée au Plessis-Robinson, avec ma femme (à l'époque) et ma fille Delphine (8 ans à l'époque) en août 1992. Contexte : je travaillais depuis 1982, comme employé puis cadre-maison, pour le compte de Thomson-CSF et différentes filiales (Airsys Bagneux, SODETEG), devenue de nos jours Thales, et comme plusieurs dizaines d'employés par an dans ce groupe, j'ai fait appel aux 1% social logements de l'entreprise Sodeteg où je m'étais fait muté en 1990, pour obtenir ce logement. Je précise tout de suite que la tâche de gestion du 1% logement était dévolue à l'époque à la secrétaire principale de notre PDG, Mme L. Le parc immobilier de Thomson-CSF était très important évidemment (énorme entreprise internationale, leader sur plusieurs marchés (armement entre autres)) et j'ai vu des petits pavillons avec jardin partir pour des ingénieurs/cadres avec plus de moyens que ma famille, bien entendu. Mon choix se portait donc sur un assez bel appartement bien clair, situé au 9ème étage d'une de ces trois tours. L'école pour Delphine n'était pas très loin et c'était un plus, ainsi que la meilleure proximité du centre Thomson/Sodeteg où je travaillais à l'époque (Clamart, La Boursidière, et Meudon la Forêt) mais c'est en fait la vue très belle en hauteur sur toute la banlieue sud-est qui a emporté le choix final, l'appartement en question étant tout de même vieux et refait qu'à moitié...

demandeloge1-modif.jpgdemandeloge2-modif.jpgattestationloge92.jpg

Notez qu'à l'époque (1992), ce sont des francs et non des euros...

Autre particularité importante et non sans conséquences : la résidence est coupée en deux entre deux communes, Chatenay-Malabry avec une tour et Le Plessis-Robinson avec 2 tours. Une voie privée nommée allée des marronniers, à cause à l'évidence des nombreux arbres de ce type qui en font en grande partie le tour (barrée et accessible uniquement pour aménager/déménager et pour les pompiers) fait le tour de la résidence et ne délivre que ces trois tours et cette résidence, les box. Il n'y a donc que 3 adresses possibles pour l'allée des marronniers, le 1, le 2 et le 4 (à Chatenay-Malabry la dernière).

- Lors de notre première visite, l'appartement n'était pas fini d'être rénové. Trois ou quatre ouvriers s'évertuaient alors à reboucher avec du plâtre une grosse fissure transversale dans le mur de soutien (pourtant en béton armé) de la cuisine/salon. Je m'en inquiétais auprès de Mr R., gardien de l'OGIF à l'époque, et celui-ci me rassurait en affirmant que cela ne se verrait plus et que n'importe comment, il n'y avait pas de séismes à Paris en plaisantant. Plus tard, lors de l'état des lieux, le représentant de l'Immobilière Familiale (pas d'OGIF à l'époque) mentionne bien que plusieurs pièces, tapisseries et peintures sont jugées en bon état malgré les 20 ans passés et non refaites, alors que les refaites sont mentionnées en très bon état. Une fenêtre de la chambre principale ne ferme pas mais Mr R. refuse de la mentionner en affirmant qu'elle devrait fermer en insistant (mais un collant d'emballage empêche son ouverture), que des travaux pour les fenêtres et d'autres sont prévus pour 1998 et qu'il y a une garantie décennale à respecter, etc... il mentionne juste des volets cassés à remplacer (qui ne le seront pas avant longtemps !) et un meuble-sous-évier de cuisine vieux de 20 ans mais en bon état (hum !), bien qu'il y manque des planches et un système de fermeture (qui n'a jamais été fourni)...

Pris par le réaménagement qui dure assez longtemps (assez pris aussi par mon travail à Sodeteg en pleine réorganisation), et dans la mesure où les double-rideaux que nous avions posés devant la fenêtre mal fermée me l'ont faite oublier, nous sommes encore dans quelques cartons en décembre quand il commence à faire un peu frais dans notre chambre et que je tente de fermer cette fenêtre pour de bon. J'enlève donc cette bande de scotch d'emballage endurcie et enroulée sur elle-même pour coincer le supérieur gauche de la fenêtre un peu entrouvert. Et je remarque immédiatement que c'est plutôt le bois de la fenêtre qui s'est tordu sur son pourtour supérieur gauche (infiltration d'eau ?)... et que j'ai beau essayer, il n'y a rien à faire pour refermer la fenêtre correctement... Prévenu, le gardien, Mr R., viendra innocemment vérifier la chose (mais je ne peux que supposer qu'il était au courant, d'où sa manœuvre pour que cela ne soit pas marqué dans l'état des lieux) mais se contentera de me prévenir qu'il faudrait sûrement que je patiente pour les changements de fenêtres car il a déjà prévenu son siège de plusieurs problèmes de fermetures de fenêtres et de volets, que c'était prévu (?) mais sans date précise...

Je ne me souviens plus à quelle date au juste, mais je sais avoir mentionné des choses concernant ces problèmes anormaux dans le livre des réclamations disponible alors à la loge du gardien... sans aucune réponse d'ailleurs avant le changement des fenêtres... en 2003 !... 11 ans donc avec une fenêtre de chambre principale qui ferme mal... que j'ai pu recolmater comme j'ai pu bien sûr, mais je ne peux vraiment pas dire que Mr R. ait été le gardien préféré que j'ai connu dans ma vie...

J'écris et mentionne de nombreuses anomalies dans le livre de réclamations du gardien, dont la loge est située à l'époque au 4 allée des marronniers à Chatenay, dont la grosse fissure vite réapparue et les problèmes aux volets et fenêtre... jamais eu de réponses malgré plusieurs visites au gardien représentant de l'Immobilière Familiale à l'époque... sourd et muet... J'ai téléphoné plusieurs fois à l'époque mais j'ai eu à chaque fois une interlocutrice différente qui affirmait s'en occuper... mais non. Je précise ici tout de suite que j'ai commencé à avoir des problèmes de santé peu après la coupe du monde de football et que des soucis supplémentaires personnels se sont ajoutés.

- Années 1996-1998 : la commune de Chatenay-Malabry est en faillite et les impôts locaux des habitants du 4 allée des marronniers sont augmentés à l'extrême (rediminueront par la suite, MAIS PAS LES LOYERS, pourtant obligatoirement impactés par ces hausses anormales de taxes locales...). L'immobilier enchaine puisque c'est lié et les propriétaires de logements, ainsi que tous bailleurs font monter les prix pour payer leurs propres impôts et taxes qui ont augmenté (au détriment bien sûr de ceux qui n'ont rien à faire monter pour eux à part des dettes...)

http://www.liberation.fr/libe-3-metro/1996/10/07/-_184747

- Année 1999, je suis en procédure de divorce à l'amiable d'avec ma femme et le jugement accorde la séparation : dès 1999 mon ex-femme part donc à son nouveau domicile à B et donne un avis de départ (jugement de domiciliation) au gardien représentant l'Immobilière Familiale (Mr DS à priori) comme nous l'avons toujours fait (loyer, correspondances pour le bailleur), et je reste avec ma fille à garde dans le 4 pièces. Séparation confirmée légalement en 2000.

- Pas très sûr de la date (voir avec facture retrouvée récemment) mais en 1999, nous avons été obligés de changer par nous-mêmes le système complet de fermeture d'une fenêtre d'une chambre : le système, trop vétuste, s'était brisé, et c'était en plus la fenêtre où le système de blocage des volets n'existait plus (ces derniers étaient liés par des ficelles)...

- Divorce définitif en 2001 et là j'avoue n'avoir pas fait attention si un changement de bail avait été fait entre temps ou pas : L'Immobilière Familiale a subitement disparue entre temps et aucun travaux n'a été fait contrairement aux promesses et elle n'a pas changé le bail, le prolongeant tacitement bien que mon ex-épouse ne soit plus là.

- vers 2000-2001, c'est donc l'OGIF qui reprend le relais de l'Immobilière Familiale, alors que l'état de ces immeubles et l'environnement (les grosses résidences en face avec des tours identiques sont devenues HLM...) auraient dû inciter à une destruction ou une réhabilitation vers des logements sociaux du type HLM. Surtout que la population est essentiellement composée d'employés et petits cadres d'entreprises et qu'il n'y a pas de professions libérales ou de "docteurs" implantés dans la résidence... et que le Plessis-Robinson est censé être un modèle en matière de logements sociaux puisque c'est une ville-test !... mais l'OGIF est plutôt incitée par ses intérêts situés à Chatenay-Malabry à priori car elle gère aussi l'ensemble de l'immeuble situé juste à côté, Ave de Robinson et d'autres logements dans cette ville...

A la même période, mes problèmes de santé s'accentuent et, à l'indication d'un ami assez proche (à l'époque), je vois discrètement un professeur en Belgique. Discrètement car je suis en plein divorce, que le travail a une grosse pointe (rachat/fusion d'une grosse société et déménagement !) et que ma fille est dans ses années de bac. Mais c'est une autre histoire personnelle, qui a bien sûr détourné également mon attention, temps et réactions pendant longtemps, mais qui ne concerne pas notre sujet principal.

- 2001 : La ville de Chatenay-Malabry est l'une des plus endettées de France et les choses ne peuvent qu'empirer : elle prend au fil du temps des emprunts très toxiques des banques américaines JP MORGAN, GOLDMAN SACHS et BANK OF AMERICA (entre autres) pour un montant total de 16 864 000 €, avec un surcoût de 15.67% en moyenne, remboursables avant 2026, 2029, etc... ! (2 642 000 € qui augmentent sans arrêt, les taux varient de 8.56% à 23,23% suivant les crédits !)... au même moment, les augmentations d'impôts locaux (rabaissés légèrement suite à ces emprunts) ont entraîné et entraînent toujours des augmentations de loyers par ricochet car les bailleurs et propriétaires répercutent toujours les augmentations de taxes sur les mêmes locataires (augmentations de loyers qui, je le rappelle ici, font par retour réaugmenter les impôts locaux (au bénéfice de la mairie donc et surtout de ses banquiers) puisque la valeur du mètre carré augmente automatiquement avec les loyers... regardez vos quittances d'impôts locaux, le détail indique la valeur de votre logement en mètres carrés, servant comme une base de calcul (qui augmente donc chaque année avec les augmentations automatiques de loyers au 1er janvier...). Et oui, voilà une réalité dont on ne parle surtout pas quand on parle de liberté, d'égalité, de fraternité : quand les pouvoirs affirment décréter une taxe pour tous, les propriétaires de biens et les actionnaires les font en réalité payer à leurs moutons, quand les pouvoirs autorisent les propriétaires et bailleurs à augmenter chaque année les loyers et charges automatiquement d'un côté, non seulement elle ne s'assure pas du tout que les citoyens puissent obtenir cette même augmentation (négociables éventuellement chaque année et par corporations bien séparées), mais en plus elle accorde aux plus pauvres et démunies des aides moindres que ces-mêmes augmentations aux propriétaires et bailleurs... et en plus, ces augmentations de salaires, de loyers et de taxes reviennent de toute façon en grande partie (y compris les "aides" diverses et subventions) dans les caisses de l'Etat via les TVA et taxes diversifiées de plus en plus...

Le Plessis-Robinson, curieusement et alors qu'il ne me semble pas qu'il y ait eut mention d'un besoin urgent d'argent, tombe dans les bras de la peu scrupuleuse banque de GOLDMAN SACHS en... 2001 pour un emprunt de 1 364 000 € remboursable en 2016 avec un surcoût estimé de 83 000 € à l'époque...

Preuves, regardez les emprunts toxiques (encore récemment 2010) de la commune de Chatenay-Malabry, et ceux du Plessis-Robinson en zoomant sur la carte sur la banlieue sud : http://labs.liberation.fr/maps/carte-emprunts-toxiques/#Communes-0071962

http://h16free.com/2012/12/19/19604-prets-toxique-et-incompetence-crasse-des-politiciens

http://sylviedelaune.wordpress.com/2013/02/14/une-explosion-de-la-dette-chtenaisienne-sous-lre-siffredi/

Juste pour info et affirmation : ce genre de bidouilles potico-financières sur le dos du peuple sans distinction est criminel en soit et mène inévitablement à ce qui se multiplie dans une société menée par l'argent : http://www.leparisien.fr/reactions/informations/chatenay-malabry-menace-d-expulsion-il-se-retranche-chez-lui-11-07-2013-0.php

- Fin 2001 : Ma fille Delphine rencontre Mathieu Godron, jeune technicien vivant à l'époque dans les Yvelines et leur affinité fera qu'il finira par passer plus de temps chez moi, pour venir s'y installer définitivement en 2003 suite à des différents avec sa famille à l'époque.

- Mi 2002 : je quitte définitivement le groupe Thalès, en licenciement économique pour refus de mutation en province officiellement, pour tenter de me soigner d'après les indications du spécialiste (qui décède lui-même plus tard dans un accident). Très peu d'IRM et de techniques de haute pointe disponible à mon niveau en Europe, ce qu'on m'indique à Houston au Texas semble adapté à ce que je veux dans tous les cas : détection éventuelle et destruction immédiate si nécessaire, sans soins destructeurs chimiques ou radiatifs. Je ne pourrai aller aux USA et à Houston que plus tard (le 1er février 2003, une date tragique d'ailleurs !), à cause de la logistique financière et du temps d'absence qui ne peut être trop long (ma fille ne peut pas payer de loyer ou signer en mon absence...).

- 2003 : deux ouvriers d'entretien sonnent à la porte, envoyés par l'OGIF et son gardien (pas de nom à l'époque, nous avons juste un "chef des gardiens", Mr L. au niveau OGIF, mais localement, il s'agit déjà de Mr P. et de sa femme). Ils sont venus faire l'entretien courant des joints et robinets (contrairement d'ailleurs à ce qui est marqué dans mon bail) et j'en profite pour signaler une petite fuite provenant du joint du robinet d'eau chaude de la cuisine. Il s'agit d'un jeune apprenti et d'un ouvrier vétéran. Je les laisse quelques minutes car j'ai la visite d'un ami (T. H.) mais quand je reviens les voir, je surprend l'apprenti, à quatre pattes sous l'évier avec une pince monseigneur, en train de resserrer violemment la bague au-dessus du siphon de l'évier. On entend un gros crac mais rien ne se passe et les deux ouvriers s'en vont assez précipitamment... j'essaie aussitôt le robinet en principe réparé mais dès que j'ouvre l'eau au grand, une grosse fuite se déclare juste au-dessus du siphon dont le tuyau vient d'être brisé... et je n'arrive pas à rattraper les ouvriers évidemment... Je me souviens maintenant avoir eu au téléphone Mme P. immédiatement pour qu'elle intervienne. Le plombier remontera me voir, un homme du type maghrebin, qui niera que quiconque ait touché en-dessous du lavabo (me disant même qu'il n'a pas le droit - alors que c'est le contraire légalement !)... ce crime (car il en s'agit bien d'un) a entraîné des conséquences encore existantes en 2013 ! et nous sommes restés de mars à juin 2003 sans évier de cuisine du tout à cause de la mauvaise foi de la part de l'OGIF (aucune réponse à mon recommandé !) et de ses représentants gardiens... ce sera le chef des gardiens, Mr L. à l'époque, qui prendra l'initiative de faire réparer et changer (avec du plastique) une partie de la vieille plomberie en ruine... à cause de mes appels répétés et après une intervention du Maire du Plessis-Robinson auquel j'avais dû écrire pour avoir un petit appui... a ce jour en avril 2013, le meuble en bois qui date de 40 ans n'a pas supporté cette fuite de 2003 et ses pieds s'évasent, vermoulus et le meuble s'écroule (plus de joint possible entre lui et le mur) mais l'OGIF contacté il y a 3 ans refuse de répondre par écrit (toujours) : les gardiens m'ont proposé un partage du coût au noir de leur propre meuble (qui fait parti du bail !) (600€ par moitié) sur un post-it manuscrit avec un autre courrier de l'OGIF, réponse a une demande d'info pour le gaz (preuve donnée aux avocats et aux débats (en principe mais nous n'avons jamais pu voir un écrit de ces débats !) mais ignorée).

- Fin 2003 : les fenêtres sont enfin changées après 11 ans de promesses... mais les fissures s'élargissent un peu partout dans tous les appartements... surtout en hauteur. Ma voisine d'en face à l'époque (le mari travaille chez Bouygues) devient folle à cause des multiples fissures qui émaillent son appartement... ils partiront d'ailleurs avant même les travaux. Important : les volets déroulants sont enfermés dans un gros coffre en plastique (moche) qui fait la largeur des double-fenêtres et 20 cm de largeur : ils ont tous été montés A L'INTERIEUR des logements, enlevant autant de M2 utilisables (mais toujours payés en loyer et impôts locaux depuis !) à chaque logement (7 fenêtres avec ces coffres pour le mien)...

- Autrement dit, la valeur de cet ensemble et de ces logements aurait dû diminuer avec évidence en l'absence de tout travaux et en application de la vétusté et leurs loyers avec... ce qui n'a jamais été le cas bien évidemment... il semble bien que les juges sont toujours prêts à accorder une augmentation des valeurs (même fausse) dans l'immobilier plutôt que l'inverse, sans aucune réalité et en contradiction totale avec les lois de la nature et de la physique... les choses sont laissées à l'abandon et en ruine mais ne diminuent pas de valeur mais par contre, il suffit de mettre une "rustine" à l'immobilier pour qu'il augmente de 50 %... : c'est de l'abus et de l'escroquerie de base, tout simplement, et il y a trop de décisionnaires qui sont à la fois juges et parties... combien de juges et politiques sont locataires ????

- En 2003, le Maire du Plessis-Robinson, Mr Pemezec a adressé un courrier à l’Ogif l’intimant d’effectuer les travaux en retard (en précisant qu’il l’avait déjà réclamé à l’Immobilière Familiale) - j’en ai une copie.

Les travaux principaux n’ont commencé qu’en 2005, avec comme premier objectif pour l’OGIF d’éliminer certains services inclus dans les baux de l’époque : disparition des vides-ordures, non remplacement puis finalement disparition des jeux et jardins pour enfants (le 1er au niveau du « bac à sable » (avec sable non prévu et inchangé) actuel a vu ses jeux disparaître par non remplacement bien avant que l’OGIF ne supprime officiellement les jardins d’enfants. La plupart des marronniers de la cité (qui ont donné son nom à l’allée) ont été enlevés par l’OGIF et non remplacés…j’ai un courrier de l’OGIF, signé du chef des gardiens de l’époque, qui affirme que les disparitions de ces services (inclus dans les loyers et charges), vont engendrer une diminution de charges… personnellement, je n’ai vu qu’une augmentation régulière des charges au niveau de la quittance de loyer et une diminution des ajustements annuels de charges, toujours en ma défaveur…

Octobre 2003 : L’OGIF prévient enfin qu’elle va entamer une partie des travaux (une partie seulement sur tout ce qu’il y a de retard d’après la loi), dans les 6 prochains mois (2004 donc). (pièce 10). Dans ce courrier, il est aussi fait mention de la disparition des vides-ordures, afin de réduire les charges. Ce qui est faux car les charges n’ont pas cessé d’augmenter considérablement (voir les pièces sur les ajustements annuels de charges).

2004 : ravalement, changement (enfin !) des fenêtres et volets. Malgré le ravalement, on constatera après un affaiblissement au niveau du balcon, ainsi que la détérioration de la pierre au-dessus du balcon. (pièce 11).

2005 : travaux de peintures des halls et cages d’escaliers (parties communes - hors appartements).

L’OGIF a enfin procédé (ou fait semblant ?) en 2005-2006 à des travaux d’étanchéité du toit du parking souterrain, derrière le 2 marronniers, qui présentait de larges fuites d’infiltration d’eau et de calcaire sur les voitures y stationnant (y compris la mienne)… Travaux non finis en 2013 ! : il y a encore à l’heure actuelle des fuites d’eau et de calcaire sur les toits de certaines voitures (l’OGIF, suite à plainte à mon assureur a fait poser en 2006, comme à d’autres, des plaques de tôles (en principe provisoires) sur les plafonds au-dessus des voitures, sans procéder à de réelles réparations définitives de ce parking… d’ailleurs l’eau et le calcaire commencent à s’écouler des tôles (j’ai à nouveau quelques tâches blanches sur la peinture arrière de ma voiture) et je pense qu’avec les intempéries qui ne vont pas manquer de venir, ça ne va pas arranger les choses…

- 2005 : je repréviens moi-même (écrit et signé sur une quittance de loyer si ma mémoire est bonne) du fait que je suis divorcé depuis 2001 et que le fiancé de ma fille, Mathieu Godron, vit chez moi à titre gratuit question logement. En 2006, le nom de mon ex-femme est enfin enlevé des quittances de loyers (preuve apportée lors des débats) mais l'OGIF ne propose pas de nouveau bail et feint d'ignorer les choses à ce sujet, et n'a jamais voulu répondre à mon courrier de 2003... (copie apportée lors des débats)...

Pour finir, l’OGIF a accéléré son programme d’augmentation générale des loyers de la résidence sans aucune justification réelle, à part le contexte que voici : La commune de Chatenay-Malabry a été mise en redressement suite à sa faillite il y a quelques années (les habitants de Chatenay pourront me confirmer l’année, que je pense être 1997-1998 - au moment des décisions d'attributions de plans de logements sociaux). Les conséquences ont été rapides pour les habitants de Chatenay-Malabry : augmentations énormes des taxes locales, des loyers et charges… L’OGIF en a donc profité dès 2008 je pense (ou 2005-2006 et les lois Sarkozy citées par l'OGIF qui ont, en quelque sorte, invalidé les protections sociales liées aux 1% patronaux et à mon appartement et des autres ?) pour tenter et réussir par tricheries à aligner les loyers de toute sa résidence (qu’ils appellent « Chatenay », alors qu’il n’y a qu’une tour (celle du gardien et des transmetteurs Bouygues sur son toit) à Chatenay, les deux autres étant au Plessis-Robinson, sur les loyers pratiqués à Chatenay-Malabry.

Contre toute logique (mais il y a des doutes parfaitement exprimés, y compris dans la presse et sur internet, sur l’intégrité de certains juges du Tribunal d’Antony…), l’OGIF a présenté des références de loyers pratiqués essentiellement à Chatenay-Malabry, alors que dans la résidence même, se trouvaient obligatoirement un nombre conséquent de loyers aux même prix que ceux contestés par l’OGIF, et les tribunaux ont tous été en faveur de ce dernier, essentiellement à cause de ces fausses informations, ces tricheries mafieuses, voir des complicités politiques ou d'entreprises liées au bâtiment…

2008 : mise aux normes électriques (très en retard). Un encadrement en carreaux de la baignoire dans la Salle de bains empêche la mise à la terre de la baignoire. Cet encadrement ne m’appartient pas, je ne suis pas demandeur des travaux, ni propriétaire : je dis au travailleur de voir avec l’OGIF (seul maître d’œuvre), mais il déclare avoir des délais et ne pas avoir le temps. Je refuse de signer la fiche qu'il me tend. C'est un très grand personnage et très puissant et il se met presqu'en colère mais part devant ma détermination. Il reviendra plus tard (je n'arrive plus à me souvenir si c'était le même jour ou un autre), accompagné de tous les ouvriers, d'un contrôleur de Véritas et d'un représentant de l'OGIF (le responsable des travaux ?). Grosse pression donc de la part de 7 personnes (de mémoire) qui me demandent de signer et de laisser faire les travaux. Je demande juste à l'assemblée que quelqu'un m'amène un papier signé par l'OGIF autorisant cette destruction pour l'autoriser, mais on me répond que non. Point. Je déclare donc que je ne peux signer ou accepter quoique ce soit au niveau de la baignoire et de son coffrage qui ne m'appartiennent pas puisque en même temps, j'en prendrais la responsabilité, et moi seul... Devant mon refus réitéré, le grand technicien (qui fait le plombier et tous les métiers du bâtiment puisqu'il est d'ailleurs toujours présent dans les divers travaux de la résidence) se met en colère et me met sa fiche dans les mains, un stylo et me crie dessus de signer sa fiche, que la baignoire soit faite ou pas. Devant la menace et l'immobilité du groupe, je prends sa fiche et gribouille une signature sur le mur vertical, et j'ajoute en-dessous le texte  "NON MIS AUX NORMES". Il se met encore plus en colère et froisse le papier que je lui ai tendu. Quelqu'un le calmera je pense et je ne me souviens plus trop de la fin de cette entrevue qui m'a fortement surpris à l'époque. Ils partiront et, malgré mes remarques aux mêmes représentants ou fournisseurs de l'OGIF et aux gardiens, je n'en entendrais plus parler avant que je le fasse (en vain et dans l'indifférence) auprès de mes avocats et de la court civile... Les normes électriques ne sont toujours pas appliquées à ce jour (09-2013) dans la Salle de Bain... je précise qu'on m'a toujours déconseiller de faire mention de cette scène dans la mesure où j'étais absolument seul contre sept "ennemis", mais dans la mesure où les détails ont fini par ce préciser à force de faire appel à ma mémoire et où je suis certain de la vérité, et que j'ose espérer qu'au moins un employé travaillant pour Véritas ne soit pas un "ennemi" avec intérêt (quoique Véritas a intérêt a donner éventuellement de bons contrôles pour être rémunéré...), je ne vois pas de raison de ne pas en parler ici.

- en 2008 et 2009, quelques voisins (dont le mien à gauche, Mr Rt) viennent me voir pour tenter de comparer leurs loyers au mien devant leur réception de nouveaux baux avec augmentations très conséquentes (peu sont augmentés de 50 € par mois question salaire alors que la loi autorise de le faire aux bailleurs (alors qu’ils bénéficient déjà d’augmentations annuelles automatiques sans rien faire - scandaleux) ! C'est d'ailleurs criminel en soi d'autoriser des augmentations supérieures à l'inflation et aux augmentations des minimas sociaux, surtout en période de crises incessantes... point...). Mais il s'agit d'un trois pièces et il ne peut le comparer trop avec notre quatre pièces (bien qu'il soit évident qu'il n'y ait pas plus de 30 à 50 € de plus en loyer pour cette pièces en plus, et que tous les loyers des trois pièces sont identiques, comme tous ceux des quatre pièces, à l'époque...). D'ailleurs, curieusement, nous ne recevons rien du tout de notre côté (ni les 4 pièces apparemment) car d'autres personnes ayant un trois pièces (au 6ième étage *) nous demande également le service de comparer leurs loyers au notre (ce que nous faisons en vain puisqu'ils ont un trois pièces - du même prix que celui de Mr. R.* d'ailleurs, notre voisin, mais il s'est apparemment enfui vers la même époque, laissant ses meubles, devant les augmentations de loyers excessives pour un retraité seul... Nous n'avons plus aucune nouvelle de notre côté de cette histoire, un peu isolés peut-être en haut de la tour... et par les plans machiavéliques de l'OGIF qui "dispatche" discrètement les augmentations de loyers entre les trois tours et les 3 pièces/4 pièces...

* = Nous avons récupéré comme preuve formelle les montants exacts des loyers de ces deux familles habitant dans notre tour des logements identiques (avec d'autres), via les pièces apportées aux débats lors des jugements civils

Début 2009, je préviens les gardiens que le meuble sous-évier, ainsi que l’évier de cuisine et la plomberie liée, sont vétustes et que le meuble s’affaisse  de plus en plus, menaçant d’entraîner le lourd double-évier dans sa chute. J’ai même la représentante de l’OGIF sur la résidence au téléphone à ce sujet, et je lui parle des dégâts occasionnés par l’apprenti, non réparés pour ma part. Elle me dit qu’elle ne connaît pas le chef des gardiens de l’époque qui a réparé (donc reconnu les tords de l'OGIF), qu’il n’y a pas eu plainte à l’époque et que donc pour elle, ça n’a pas existé (Mr le Maire du Plessis-Robinson qui était intervenu, appréciera…). Pour finir, l’OGIF, consciente de sa responsabilité mais ne voulant pas payer le remplacement d'un objet inclus pourtant dans le bail (et restant dans l'appartement) et vétuste de 40 ans, propose un arrangement discret et sans factures par l’entremise des gardiens. (pièce 12).

Autres travaux en 2009 :  suppression du bac à sable et des jeux pour enfants (pour économiser des charges ! pour qui ?). Subite maladie des marronniers (hum) et abattage de la majorité des marronniers et arbres de la résidence (sans remplacement) en face des deux tours situées au Plessis-Robinson (un hasard ?) et le parking du 2. Installation de portes d’entrées d’immeuble avec interphone et clé magnétique (non demandée par les résidents). été 2009 : Installation de barrières aux 2 entrées principales de la résidence : ce matériel a dû coûter très cher… et n’a jamais été mit en fonction jusqu’à présent (+ d'un an : septembre 2010 !). Pour info, je n'arrive plus, ou avec beaucoup de difficultés, à ouvrir cette barrière avec la clé magnétique en juillet. Je ne suis pas le seul car un ouvrier tente de régler l'ouverture de la barrière et c'est lui qui me l'ouvre d'ailleurs : j'en profite donc pour faire changer la pile à une mercerie de Chatenay proche et elle ouvre au quart de tour quand je reviens... mais, la semaine d'avant le 15 août 2013, je suis bloqué un moment devant la barrière par le même ouvrier, en train de creuser au marteau-piqueur devant, Mr P. le gardien à ses côtés... je pense que la barrière est à nouveau en panne, bien qu'avec mon changement de pile, celle-ci s'ouvrait même de loin encore récemment... on m'ouvre... mais à mon retour, ma clé magnétique avec sa pile neuve ne fonctionne plus... ou presque plus : il faut que j’insiste 10 minutes et que je place ma voiture à un seul endroit 'lisible" maintenant pour ouvrir la barrière... je me suis absenté seulement deux jours cet été pour aller voir mon père en province : je pars la semaine d'après le mercredi matin, en mettant encore 10 minutes pour réussir à ouvrir la barrière "automatique" (impossible a manœuvrer à la main), avec de la chance apparemment (pour une fois !)... quand je reviens jeudi soir, plus de barrière du tout ! Celle-ci a été apparemment arrachée ou découpée à raz par des gens voulant rentrer chez eux, mais le gardien a choisi de faire ses travaux de barrière juste avant de s'absenter lui-même...

Du 31/08/2009 au 06/01/2010 : remplacement des 3 ascenseurs des tours : notre tour au 1 marronniers (9 étages) est totalement privée d’ascenseur pendant près de 3 mois ! Aucune déduction des charges n’a été effectuée pour cette période, en infraction avec l’article 1724 du code civil. (que j’ai mentionné en vain lors du 1er jugement).

L’OGIF a enfin commencé à remplacer les vieux gros radiateurs (mais qui fonctionnaient très bien chez moi : il fait + froid maintenant !), après avoir remplacé les chaudières au fuel par des chaudières au gaz de ville. Mais ces remplacements ont curieusement été très étalés dans le temps : la majorité sont fait seulement à l’occasion d’un changement de locataire. Commencés dès 2005 en nombre calculé (11 par an de provisionné seulement - j’ai les chiffres transmis par l’OGIF lors des procès) ces changements de radiateurs duraient encore en 2011 ! L’OGIF m’a envoyé une assignation en mai 2010 car il trouvait mon loyer sous-évalué (c’est un comble quand on pense qu’ils osent comparer ces vieux logements a des logements neufs ou refaits à neuf, alors que le mien, en 1992 quand j’y suis entré, n’a vu que deux de ses pièces repeintes et retapissées (les + petites) et la peinture de la cuisine refaite pour masquer principalement une grande fissure qui traverse un mur porteur (fissure qui est réapparue seulement deux ans après mon entrée !). La plupart de mes voisins à l’époque se sont plaints également de ces fissures récurrentes dans les étages supérieurs des tours, ainsi qu’en extérieur sur le balcon… personnellement, je les ai toujours, y compris sur le balcon (une fissure est réapparue récemment sur un morceau du balcon, réparé lors des derniers travaux, mais l’immeuble n’est pas très récent…). J’ai le mur mitoyen du salon et de la cuisine qui présente une fissure (non pas de la peinture, mais bien du mur), un mur qui se déforme (il gonfle) entre deux chambres et des fissures aux plafonds des chambres.

- en mai 2010 donc, l'OGIF m'envoie un courrier avec un nouveau bail (comportant le nom de mon ex-femme !) et surtout une proposition d'augmentation de loyer assez énorme pour mes pauvres moyens : aucune réelle augmentation du pouvoir d'achat depuis 10 ans mais plutôt une diminution constante, alors qu'à l'inverse, tout doit augmenter selon le cercle destructeur de cette société décadente...

attak1.jpgattak2.jpg

- En août 2010, les gardiens affolés et "gênés" appellent pour m'informer que mes radiateurs doivent être changés. Estimant ne pouvoir interdire des travaux du bailleur, plusieurs ouvriers sont donc attachés à changer en catastrophe et en une journée l'ensemble de mes radiateurs. Sur ce fait, ils sont d'ailleurs assez brutaux et des trous assez importants sont agrandis entre certaines cloisons (photos) mais les radiateurs sont changés. Je signe donc une réception des radiateurs à l'un des ouvriers, daté d'août 2010 et je remarque que le nom de l'entreprise de la fiche sur laquelle je signe comporte l'adresse du 4 allée des marronniers : l'adresse de l'immeuble de l'appartement du gardien (la loge a elle été déménagée entre-temps dans une résidence attenante à la notre et aussi gérée par l'OGIF (50 Avenue de Robinson) !!

Début septembre 2010, je reçois une convocation officielle à une Commission de Conciliation qui se tient dans une semaine et à l'autre bout du département (Nanterre) ! Je ne suis pas en très bonne forme physique à l'époque (j'ai eu le pied droit en partie écrasé par un accident domestique stupide (comme toujours) et j'ai du mal parfois à rester debout ou marcher) mais je pars donc (un peu juste en temps et après une nuit blanche à ressasser le sujet), et tente, devant la forte circulation de l'A86, de rejoindre Nanterre directement par le sud et l'A14 je pense, qui passe par un tunnel où il y a personne car il est payant... mais c'est complètement immobilisé bien avant et je suis coincé un moment... plus tard, je me retrouve sans trop le savoir sur la route menant au tunnel payant, que je paye donc (comme si j'étais riche : encore des "aides" récupérées automatiquement par l'Etat...) et j'arrive en vue du plateau de Nanterre lorsque je me faits prendre en léger excès de vitesse (- de 10) aux jumelles par un gendarme (et re-pas de chance ou hasard douteux !), alors que je sortais de l'autoroute à 110 km/heure et que j'ai bien freiné en voyant un subit panneau à 90 et 70 plus loin... il a dû me prendre pile sur le panneau ou était mal positionné par rapport à moi (je rappelle que Thomson où j'ai travaillé (Bagneux) fabrique et à fabriqué beaucoup de radars de toutes sortes, y compris pour la police, et que je pourrai en redire sur la fiabilité des radars...dont je n'ai reçu aucune preuve d'ailleurs). Je recevrai donc une petite amende (allez-y, je suis riche...) en plus de cette visite à la Préfecture, un voyage de 1h30... je trouvais difficilement dans ce dédale le parking et, en plus de mon déjà retard, les contrôles intensifs et la queue à l'entrée de la préfecture n'arrangeaient pas les choses : quand je trouvais enfin la bonne salle dans le dédale de la préfecture, la secrétaire de la Commission m'empêchait d'entrer (pourtant il s'agissait bien d'une affaire de l'OGIF qui était aussi conciliée là, je l'ai entendu (d'ailleurs, ce 9 septembre 2010, il y avait plusieurs personnes attaquées par l'OGIF aux commissions) car mon tour était dépassé et que les représentants de l'OGIF pour mon cas étaient déjà repartis... malgré mes protestations et mon dossier avec photos, le fait que mon ex-femme divorcée soit encore sur ce nouveau bail, rien n'y fait et la secrétaire accepte de noter ma présence (donc mon excuse) et me dit que la commission n'a pu dire que l'augmentation de 40% de loyer indiquée au minimum était trop élevée à leur avis... point final.

Vers novembre 2010, de mémoire, quelqu'un sonne à la sonnette de l'appartement, le temps que j'aille ouvrir, personne, l'ascenseur se referme déjà... plus tard, je découvre un pli dans ma boîte aux lettres mentionnant qu'un huissier est venu et a déposé en mon absence (!!) une assignation à aller retirer à l'office des huissiers, à Montrouge ! Avec un coût assorti de 80 € de mémoire (voir sur le document)... la suite est au niveau des "jugements"...

Nous irons tous les trois, ma fille, Mathieu Godron et moi-même dans l'agence de la Matmut à Antony pour convenir d'une assistance juridique, dans la mesure où je cotise à cette aide avec l'assurance de l'appartement et voiture fin 2010 pour obtenir un avocat nommé par la Matmut. Le jugement sera repoussé à la demande de la défense de l'OGIF jusqu'au 15-12-2011.

L’adversaire a été (le 13 octobre 2011) obligé de donner certaines pièces intéressantes pour appuyer sa plaidoirie pour le (1er) jugement du 15 décembre 2011. Ces pièces supplémentaires (des jugements précédents de personnes ayant comme moi refusé cette escroquerie déguisée et qui n’auraient pas dû perdre !) m’ont apporté confirmation de ce que je soupçonnais et avait déjà trouvé : La grande majorité des logements de la résidence (beaucoup de 1% logement d’entreprises) étaient exactement dans les mêmes prix question loyers et charges (qui sont en principe réparties) jusqu’en 2008… jusqu’à ce que l’OGIF, ne respectant pas l’esprit de la loi de 1989 mais son seul intérêt, profite des augmentations de loyers à Chatenay-Malabry (dûes essentiellement à la hausse des taxes locales envers les propriétaires et bailleurs (sic)) pour faire augmenter individuellement les loyers (et en en proposant des plus chers aux nouveaux entrants, que les travaux extérieurs soient finis ou non). L’OGIF a notamment triché en ne proposant comme références comparatives aucun ou peu de loyers comparables de la résidence ou même au Plessis (alors majoritaires !), mais essentiellement des loyers de Chatenay-Malabry (plus chers, on sait pourquoi), dans des logements d’immeubles de 4 étages refaits à neufs ou d'entrées récentes… Il y avait effectivement, dans la résidence de trois tours et pendant ces assignations, des logements parfaitement comparables, y compris en loyers ! - je ne dirai bien sûr pas les noms des personnes concernées, mais j’ai bien trouvé dans les jugements de quelques personnes ayant perdu (injustement) face à l’OGIF et à un tribunal abusé par de fausses informations, des loyers de : 551,23 € aux 1 et 4 allée des marronniers, des loyers de 558,98 € au 1 allée des marronniers et 1 loyer à 550,85 € au 4 allée des marronniers… et grâce au dossier d'un autre voisin, nous en avons encore d' autres... il s'agit bien de plus de 100 appartements (donc familles) qui ont vu leur valeur augmenter complètement artificiellement et sans aucune justification réelle à l'aide de logements cités systématiquement depuis 2008 - et encore en 2013 dans mon jugement avec les mêmes lieux !) comme étant comparables alors que la preuve a été faite qu'ils ne l'étaient pas : moins de 4 étages pour 100% dès logements "comparatifs", tous dans le secteur huppé et classé de la Vallée aux Loups et à + d'un km, refaits à neufs ou ne correspondant pas sur l'ancienneté d'occupation... les textes ne sont pas respectés par les juges dans leur intégralité, bien volontairement...

- Nous avons perdu le premier jugement (alors qu'il a été fait mention d'une erreur de date et donc d'une erreur de procédure flagrante, qui a entraîné à notre connaissance, et exactement pour le même motif, des annulations pures et simples des procédures identiques lors de précédents jugements ou lors de conciliations). Nous avons également apporté les preuves (avec photos datées) et expertises, que les travaux attestés par l'OGIF n'avaient pas été faits dans les temps, ni même finalisés (toujours pas aux normes électriques et de gaz en avril 2013 !), et avaient occasionné des dégâts. Et également que les soi-disant loyers apportés par l'OGIF via l'OLAP (des références mentionnant des logements tous en Bon Etat - il y a plusieurs références suivant les états proposés par l'OLAP et elles ne sont pas toujours comparables légalement, mais les tribunaux n'en tiennent même pas compte !) sont pour la plupart distants de plus d'1,5 km et sans comparaisons visibles et constatées (photos datées, témoins) par rapports aux textes de loi (il n'y a pas que le prix du m² qui compte, surtout quand ce prix a été monté par tricheries ou erreurs/complicités !). Et ce n'est pas parce que un bailleur ou un propriétaire rattrape enfin son retard en travaux OBLIGATOIRES que la valeur d'une habitation doit automatiquement augmenter (alors qu'elle n'a pas diminué avant !)... une défense jeune et complètement laxiste de la part de mon assureur qui n'a même pas défendu les photos et preuves d'une manipulation sur plusieurs logements voisins par rapport à des logements lointains.

Lire la suite

Prolongation possible de l'activité

Prolongation possible de l'activité

poignee-de-main-coeur.jpg

Suite et quelques bonnes nouvelles, de nouvelles aides possibles pour que ce site (et celui sur blooger) soit alimenté à nouveau :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/arret-prochain-de-toute-activite.html

- Assurances appartement et voiture (vieille voiture de 2001 plus côté à l'argus) réduite de 15% (étant au maximum de réduction comme très bon conducteur (50%), mais la voiture restant à 95% au garage faute de moyens, j'ai une réduction de 15% pour -moins de 5000 km/an et travail à domicile (j'aurai pu le faire depuis un moment)... c'est peu (80€ / an en moins, mais c'est déjà ça !)

- Un sponsor m'a proposé un partenartiat sur Sciences, Fictions, Histoires : Cliquez sur les banières Webself que j'ai mises sur la page d'accueil et les billets du blog pour créer votre propre site professionnel, et je touche une commission assez intéressante à chaque commande de création de site effectuée via mon site... Lancez-vous !

- Une idée que l'on m'a proposée : location d'un article /an pour 20€ / l'article / an : garantie sans réclamations de droits d'auteur, possibilité de récupération de la location en mettant l'article et de la publicité sur votre propre site (le nom de l'auteur doit tout de même être mentionné, mais sans lien vers mon site d'origine (obligatoire légalement), puisque loué), pas de sous-location autorisée. La commande se fait sur paypal ou par chèque à l'adresse ci-dessous et doit être accompagnée d'un email ou courrier à l'auteur précisant le titre du ou des articles loués, la date de début de location, prolongation possible à demi-tarif. Une facture simplifiée sera envoyée comme confirmation et preuve de la location, avec droit d'annulation de 7 jours après commande. Les grandes pages (autre que les billets du blog) ne sont pas louées sauf demande écrite et proposition chiffrée. Ceci est valable sur les deux sites, http://www.sciences-fictions-histoires.com/ et http://herboyves.blogspot.fr/

- Adsense vient de débloquer 5 mois de pubs sur mes sites (et YouTube inclus, bof !) : 91,76 € reçus de Google Irlande... qui ont permis la prolongation d'un an du nom de domaine et de la place nécessaire pour les photos, une boutique (non utilisée car pas de produits à part des articles écrits) : 80€...  Bonne nouvelle donc pour tous : le site ne va pas disparaître...

Et sinon, pas d'autres aides réelles et concrètes à ce jour, une assistante sociale revêche et plutôt complice des criminels de l'OGIF escroquant les citoyens m'a juste indiqué que j'avais éventuellement droit à un ou deux colis alimentaires via le secours catholique !! Un grand bravo à la solidarité de la ville du Plessis-Robinson - c'est bien la peine de payer des impôts locaux depuis 1992 et de la solidarité (et encore en ce moment !) qui ne m'ont jamais servis à rien puisque je ne peux en profiter, faute d'argent (on ne sort pas dépenser de l'argent quand on n'en a pas !)... et merci à la non-aide du maire (complice de l'OGIF mafieuse ?) a qui j'ai donné un courrier en main propre il y a un an, et qui n'a jamais répondu réellement...

Question embauches, aucune réponse du tout...(mais ça dure depuis 10 ans !)  voilà mon CV au cas où : Cvauteur2cvauteur2.docx (18.72 Ko) 

Une dame s'est proposée (d'Asie !) pour une union libre et de me rejoindre :)... je veux bien examiner toutes les propositions féminines... dans la limite du raisonnable ! :)...

Mr Herbo Yves

1 allée des marronniers T2

92350 Le Plessis-Robinson

06-62-61-10-53

Arrêt prochain de toute activité

Arrêt prochain de toute activité

poignee-de-main-coeur.jpg

Arrêt prochain de toute activité : l'Etat français via une justice corrompue et à la solde de la mafia immobilière (OGIF entre autres) a tout fait pour m'empêcher de travailler et de vivre depuis 2011. Ils ont fini par réussir en donnant toutes mes ressources et aides à un riche bailleur de logement qui n'a rien fait dans mon logement depuis 20 ans et a menti ouvertement devant les juges complices qui ont repoussé toutes les preuves flagrantes volontairement... je ne suis pas le seul, mon voisin retraité a abandonné même ses meubles et 3 ou 4 familles se sont faites aussi déposséder de leurs salaires à hauteur de 20 % alors qu'ils ne sont pas augmentés du tout depuis des années, eux... il est temps que les français se révoltent et pendent tous ces traîtres qui font semblant de travailler de surcroît... la mairie détenue depuis 20 ans par un autre corrompu qui a déjà perdu son mandat de député pour corruption immobilière refuse toute aide ou même de m'entendre...

C'est bien la peine de travailler depuis l'âge de 17 ans sans arrêt quasiment et de devoir continuer bénévolement pour continuer à être actif... et de continuer à payer des impôts locaux a une mairie qui bidouille avec la mafia immobilière et n'aide personne...

Yves Herbo, dégoûté de la fRANCE qui sent très très mauvais...

FRANCAIS, mais qu'attendez-vous pour vous révolter tous ces hommes politiques et hauts fonctionnaires corrompus et mafieux, de "droite" comme de "gauche" qui sont identiques en réalité... j'ai tenté d'inciter à un nouveau mouvement politique anti-argent mais c'est un peu trop en avance pour les attardés de ce siècle... ça viendra obligatoirement plus tard, c'est obligatoire dans le futur...

Je suis transparent et ne cache rien : puisque malgré des centaines de recherches d'emploi et d'envois de cv pendant des années n'ont rien donné du tout (à part me faire entourer mon âge dès 45 ans par les "recruteurs"), j'ai tenté de créer ma propre activité avec mes compétences et dons (reconnus par des milliers de personnes visiteurs de mes sites), pas d'autres choix... mais l'escroquerie manifeste de logeurs anti-sociaux qui augmentent des vieilles choses qui devraient baisser, et malgré le fait que j'étais père isolé et donc cas social (avec aide au logement pourtant bien visible sur le loyer et perçu par les mêmes !), ils ont jugé bon de récupérer absolument toutes mes ressources et aides sociales (ASS)...et même beaucoup plus !

N'ayant absolument aucun patrimoine ni rente, une famille quasi inexistante et "pauvre" depuis le 17eme siècle mini en France, je me retrouve seul avec comme seules "aides" pour mon travail (une notion faussée par l'économie et l'argent) 480 € en moyenne par mois sur mon compte bancaire (qui en récupère tous les mois 11 € pour une fausse "gestion")... et ces ASS NE SONT QUASIMENT PAS AUGMENTES depuis 2008 !! et comme charges quasi fixes :

- loyer + charges logement actuel : 1020,86 € - 269,61 € d'allocation logement = 751,25 (qui vont passer à + de 800 € au 1er janvier 2015, merci les juges complices) - pour mémoire : loyer en août 1992 pour un appartement de 1970 refait qu'à 50% (escroquerie !) : 2637 Francs (402 €)... loyer prévu par les juges au 1er janvier 2015 : 797 €... sans qu'aucun travaux réel dans l'appartement n'ait été fait par le bailleur (qui a même repoussé tout travaux extérieur jusqu'en 2004 ^^... ON EST LOIN DU TAUX D'INFLATION SUR 20 ans !!!
- impôts locaux Le Plessis-Robinson (merci pour eux ^^) = 119 € par mois actuellement (en grosse augmentation aussi, merci les juges complices !) car je suis le seul locataire officiel et les revenus de ma fille et de son mari sont comptés... et le tout est prélevé sur mon compte en banque... (malgré leur déménagement en août)... ça devrait se régulariser mais en attendant...
- EDF : 80€ en moyenne tous les 2 mois... GDF est plus compliqué car c'est tous les 6 mois maintenant...
- assurances logement + voiture (qui reste au garage à 90 % faute de moyens) : 47 €/mois - je vais tenter de faire baisser un petit peu niveau kilométrage, mais ça ne va pas chercher bien loin : Bonne nouvelle de la part d'une gentille dame de la Matmut qui va m'accorder demain 15% de réduction vu le peu de kilométrage annuel de mes déplacements (la voiture reste à 95% au garage).
- internet et téléphone fixe+TNT (obligé pour travailler) : 41€ / mois - je vais voir pour éliminer complètement la télévision que je ne regarde jamais depuis + de 10 ans... en cours...
- nourriture, frais divers : 200 € en étant optimiste et très variable...

Voilà, vous savez pratiquement tout question argent maudit...

Comment m'aider ? 

- je suis maintenant seul dans un 4 pièces un peu vieillot mais très très bien situé aux portes de Paris et du RER... et avec une vue superbe, idéale pour un amateur d'étoiles comme moi... c'est bien pour ça que je refuse de le quitter ! Mais l'OGIF (qui ne veut vraiment jamais arranger les gens par pur égoïsme) interdit toute sous-location ou co-location. La solution serait éventuellement de me trouver une gentille dame un peu aisée financièrement qui veut être proche de Paris, et qui accepterait donc une forme de concubinage officiellement (sans que ça soit obligatoirement la réalité dans les faits !). J'ai eu 55 ans en août, plutôt bien conservé et encore fonctionnel, intelligent et ancien père célibataire (donc un peu mère aussi!). Femmes célibataires et isolées désirant habiter près de paris en charmante compagnie (c'est moi !), présentez-vous ! - Ce serait l'une des meilleures solutions légales à mon sens...

- il y a peut-être une possibilité du côté des étudiants, je pourrai peut-être accueillir un couple d'étudiants officiellement (il y a un système) car il y a une belle chambre de libre et même un salon et une chambre "ordinateurs"-travail à partager (ou deuxième chambre en bougeant l'ordinateur)...

- me proposer un emploi rédactionnel quelque part ou à domicile de 2000 € brut mini/mois - et là je pourrai même accueillir pratiquement gratuitement un étudiant ou une personne en difficulté pour ne pas rester isolé (nourriture à assumer tout de même à prévoir !) - NOTEZ : je peux faire bénéficier à un employeur des avantages d'un CAE ou contrat sénior...

- acheter mon livre par milliers sur Amazon (mais je m'appelle pas ex Miss Hollande qui a fait écrire un auteur pour son bouquin à mon avis) et me permettre de publier les autres finis (pas d'argent pour publier ou même envoyer à des éditeurs !) je ne rêve pas...
- trouver un mécène ou un sponsor qui veut bien accompagner mes recherches et mon vœu de créer un mouvement politique pour un monde réellement démocratique (et non oligarchique comme en ce moment !) et sans argent (je ne suis pas le seul sur cette idée venant en partie des Incas/mayas utilisant les ressources comme argent pendant des millénaires, avec succès et sans troc - une organisation production-consommation sans intermédiaires)... mais je ne rêve pas non plus !

- achats ou publications de certains de mes articles ou même écrits de SF (j'en ai plusieurs non visibles sur le blog) par un magazine/journal. - Dans l'immédiat j'aurai besoin de ce type d'achat/location d'articles publiables à volonté pour payer la partie manquante du loyer, pour payer mes impôts locaux (119 € par mois alors que je ne gagne que 490 €/mois en moyenne !) qui continuent à tomber alors que ma fille et son mari sont partis et un peu de nourriture (je ne mange en moyenne qu'un bon repas par jour depuis 10 ans mais là en ce moment, ce n'est même plus un bon repas...) - un avantage, j'ai toujours une taille 38 en pantalon ^^... 

- les dons financiers autres que ceux familiaux SONT TAXABLES à 60 % !!! et comme je suis quelqu'un de très droit, je considère que ce n'est pas une façon honnête de fonctionner (je vais enlever paypal de mon blog donc !) : je préfère nettement être aidé et rémunéré pour mon travail : j'accepterai donc des chèques mentionnant un objet de paiement, un échange d'argent contre l'utilisation d'un article ou d'un écrit librement pendant un an par exemple ou acheté définitivement suivant le montant de la rémunération (négociable)...

Ref : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/gestion-immobiliere-et-escroqueries-approuvees-par-la-loi.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/dolines-et-systemes-karstiques-en-ile-de-france.html

Yves Herbo 1 allée des marronniers T2

92350 Le Plessis-Robinson

06-62-61-10-53 (mobile basique gratuit Numéricable)

Email envoyé à l'Institut de la Justice :

Bonjour, j’ai signé et approuvé votre référendum, mais ne peux participer financièrement car je suis victime actuellement d’une énorme injustice de la part des tribunaux civils d’Antony et de Versailles…  comme plusieurs autres personnes de ma résidence.

Je sais que votre principal soucis est la justice pénale, mais j’insiste aussi sur le fait que la justice civile est toute aussi corrompue et injuste envers les honnêtes citoyens à l’avantage d’organisme bailleurs de logement comme l’OGIF par exemple…

Père isolé ayant eu la garde complète de la fille suite à mon divorce, tombé au chômage pour soigner une maladie mal identifiée par la médecine, je me suis retrouvé assez vite aux minimas sociaux (ASS)… Cas social donc du Plessis-Robinson (qui a totalement oublié mon existence car je ne suis pas un profiteur et me suis fait aidé par mes proches), l’OGIF a commencé à faire monter de 20 % tous les loyers de ma résidence (3 tours de 10 étages situées à cheval sur les communes du Plessis-Robinson et Chatenay-Malabry…

Plusieurs de mes voisins, comme moi, ont refusé cette escroquerie manifeste qui a consisté à comparer des immeubles de 4 étages situés à distance (et même dans la vallée aux loups classée et riche) alors que tous les loyers des 3 tours (vieilles et non entretenues pendant plusieurs dizaines d’années grâce à un changement du nom du bailleur – immobilière familiale devenue OGIF) étaient comparables… j’ai les preuves formelles que les avocats de l’OGIF ont menti incroyablement devant les tribunaux, qui ont même refusé de reconnaître l’existence des 3 tours (Antony) : l’OGIF en a profité pour changer les adresses de la résidences en enlevant la mention tour, y compris sur les immeubles !

Mon appel à Versailles n’a servi à rien malgré mes preuves et avoir payé une page de l’OLAP 100 € pour prouver deux loyers identiques au mien (8 identiques au mien de prouvés, dont 3 jugés par Antony en plus du mien (un autre jugement est en cours)… les pages de l’OLAP fournies par l’OGIF (qu’ils ont eux gratuitement apparemment) sont à l’évidence des montages d’anciens documents de l’OLAP, comportant systématiquement une fausse adresse, reprise et approuvée systématiquement dans tous les jugements ! Mon appartement n’a pas été remis aux normes électriques et gaz, l’avocat a menti en affirmant le contraire (ainsi que d’autres travaux non effectués)…

Résultat : une augmentation énorme du maximum possible pour l’OGIF (20% + l’inflation chaque année au 1er janvier)… qui m’a enlevé toutes mes ressources et aides pour les donner à l’OGIF… Ma fille avait l’intention de rester dans cet appartement avec son mari après mon départ… mais c’est elle et son mari qui ont dû se résoudre à partir car le loyer est devenu trop cher, même avec le travail du mari (ma fille, 2 maîtrises en droit, n’a jamais trouvé de travail après 7 ans d’études !! – elle n’a droit à rien à 30 ans…)… je me retrouve donc seul dans un logement dont je ne peux payer l’énorme loyer (100 % d’augmentation du loyer en 20 ans, le double pour un vieil immeuble de fin 1960, on est bien loin de l’inflation !)… et personne ne veut m’aider car je proteste et crie à l’escroquerie… je ne mange qu’un repas par jour depuis un bon moment et  la mairie ne veut pas trop m’aider car elle a des accords avec l’OGIF apparemment… et le maire a déjà perdu son mandat de député pour corruption dans le bâtiment…

Je voulais faire un recours après l’appel de Versailles perdu (on ne sait comment avec plusieurs preuves flagrantes !) mais beaucoup m’ont conseillé de laisser tomber… et que surtout je n’avais même plus d’argent pour envoyer un recommandé pour me défendre : ils m’avaient absolument tout prit et même au-delà…

Je ne sais pas si vous pouvez m’aider (et toute la résidence malheureusement désunie et augmentés au compte-goutte chaque année, quelques victimes chaque année depuis 2010 !) contre cette escroquerie manifeste et accompagnée par des juges aveugles ou complices… qui ont plein de preuves dans leurs tribunaux mais font semblant de ne pas les voir…

Je suis écrivain publié mais pauvre, assez connu sur les réseaux sociaux mais peu ailleurs et je travaille gratuitement en permanence, bénévole car je préfère être actif que de ne rien faire…  voici un lien d’un article sur mon blog qui résume l’histoire en grande partie (voir surtout  le lien en bas de l’article)… j’ai été défendu par Maître Raoult de Versailles, engagé par mon assurance Matmut… qui semble n’avoir pas compris non plus la réelle situation ni les enjeux, et qui s’est laissé aussi abusé par des mensonges (avoués depuis par l’avocat adverse… mais ne changeant rien aux jugements ! – pourtant moi, quand je faits une erreur, je tente de la réparer… mais pas la justice civile apparemment…) :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/arret-prochain-de-toute-activite.html

Mes excuses pour ce long texte, mais sachez que je suis de plus en plus désespéré, que je n’ai aucun patrimoine ni endroit où aller… et que mon sens de la justice me pousse à me sacrifier s’il le faut et devenir martyr : je n’ai plus rien à perdre, ils ont déjà brisé ma petite famille à mon sens, et aussi la vie d’un retraité qui a dû partir en laissant ses meubles… au gardien (peu honnête !) de l’OGIF…

En fait, je pense que les tribunaux civils sont encore pire que les tribunaux pénaux car la mafia peut y faire passer des jurisprudences à volonté sans que personne ne dit rien… les spécialistes du grand banditisme affirment pourtant bien que l’immobilier est l’une des principales ressources de cette mafia, mais tout le monde semble approuver…

Cordialement, Yves HERBO

1 allée des marronniers T2

92350 Le Plessis-Robinson

01-46-83-10-53

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens