Economie : memoire d'un piege

La catégorie Politique/Economie va s'enrichir d'une rubrique Economie : mémoires d'un piège. Elle présentera des articles, vidéos et interviews concernant les données historiques accumulées au fil du temps et jusqu'à demain (l'Histoire n'étant pas uniquement tournée vers le passé mais une science liée au Temps dont les implications sont obligatoirement présentes et futures). Il s'agit donc bien d'une accumulation de preuves concernant non seulement la réalité d'un système corrompu à grande échelle, mais aussi de la réalité d'une volonté bien organisée, historiquement et volontairement, pour en arriver là où le monde se retrouve actuellement. Il s'agit aussi de mémoires car le renouvellement des sites et pages internet fait que de nombreux liens, références et sources disparaissent au fil du temps. Des documents gênants ou témoignages contestés peuvent aussi être supprimés (pour des raisons x), ce qui peut être dommageable parfois pour l'Histoire et la réalité des faits, ou son approche globale.

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 2)

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 2)

Jacque fresco quotes 293x300

Le projet de l'américain Jacque Fresco sis dans la commune de Venus en Floride : The Venus Project. Ce projet offre non seulement de nombreux points de vue, constatations des réalités passées et présentes sur notre économie semblables aux miens, ainsi que des propositions très intéressantes (et toujours discutables) pour y remédier, pour trouver une solution, pour l'Humanité. Cette page présente plus le projet Venus en lui-même par rapport à  la première page.

II)

The Venus Project prône une vision dont le but est d’établir une nouvelle civilisation mondiale, durable et différente de tous les systèmes sociaux existants. Bien que cette description soit grandement condensée, elle repose sur des années d’études et de recherches réalisées par de très nombreuses personnes dans plusieurs disciplines scientifiques.

Il y est proposé une nouvelle approche holistique et dédiée aux préoccupations humaines et environnementales. C’est une vision réalisable d’un meilleur futur, adapté à l’époque dans laquelle nous vivons tout en étant pratique et accessible, permettant ainsi d’assurer un avenir positif pour tous les peuples du monde.

The Venus Project en appelle à l’adoption d’une approche simple pour la refonte d’une culture dans laquelle les anciens maux que sont la guerre, la pauvreté, la faim, la dette, les dégradations environnementales et les souffrances humaines inutiles sont considérés non seulement comme évitables, mais aussi totalement inacceptables.

L’un des principes du « Projet Venus » est d’œuvrer à déclarer toutes les ressources de la Terre comme étant l’héritage commun de tous les peuples du monde. Les demi-mesures n’entraîneraient qu’une perpétuation du même ensemble de problèmes inhérents au système actuel.

Historiquement, le changement se produit à un rythme lent. Des groupes successifs de dirigeants incompétents ont remplacé ceux qui les avaient précédés, mais les problèmes sociaux et économiques sous-jacents persistent, car les systèmes de valeurs essentiels demeurent inaltérés. Les problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui ne peuvent pas être résolus politiquement ou financièrement parce qu’ils sont hautement techniques par nature. Il n’y a d’ailleurs sûrement pas assez d’argent disponible pour financer les changements nécessaires, mais il y a plus de ressources que nécessaire. C’est pourquoi The Venus Project préconise la transition d’une société monétaire vers la réalisation, à terme, d’une Économie mondiale Basée sur les Ressources.

Elle est consciente que la transition depuis notre culture actuelle, politiquement incompétente et obsolète, vers cette société nouvelle et bien plus humaine, nécessitera un véritable bond en avant, tant en matière d’idées que dans l’action.

Ce qu'il pense de l'argent et du système monétaire

Des objectifs dynamiques
Il est courant de lire et d’entendre les commentateurs dans nos médias de masse parler du nombre de problèmes sociaux auxquels nous faisons face, comme le réchauffement de la planète, la destruction de l’environnement, le chômage, la criminalité, la violence, la pauvreté, la faim et l’explosion démographique. Pourtant, est-il fréquent d’entendre parler de plans réalisables pour atténuer bon nombre de ces difficultés ? Tandis que la critique de la société est facile, l’identification et la résolution de ses problèmes le sont beaucoup moins.

The Venus Project est un véritable plan destiné à la création d’une nouvelle civilisation qui se reposerait sur les préoccupations humaines et la préservation environnementale.

Les plans de The Venus Project offrent à la société un plus large éventail de choix s’appuyant sur le potentiel de la science orienté vers une nouvelle ère de paix et de développement durable pour tous. Grâce à la mise en œuvre d’une économie basée sur les ressources et l’application au système social d’une multitude de technologies innovantes et respectueuses de l’environnement, les propositions de The Venus Project réduiront considérablement la criminalité, la pauvreté, la faim, le nombre de sans-abris et de nombreux autres problèmes à la fois urgents et communs à l’ensemble de la planète.

L’un des éléments essentiels des découvertes de The Venus Project provient du fait qu’une grande partie des comportements dysfonctionnels de notre société découlent directement de l’environnement déshumanisant que constitue le système monétaire. À cela s’ajoute l’automatisation qui remplace le travail humain par les machines. Il s’en suit, finalement, que la plupart des gens n’ont plus les moyens d’acheter les biens et services qui sont produits.

The Venus Project propose un système dans lequel l’automatisation et la technologie seraient intelligemment intégrées au sein d’une conception socio-économique holistique dont les principales fonctions seraient de maximiser la qualité de vie plutôt que les profits. Ce projet introduit également un ensemble de valeurs pratiques et réalisables.

C’est aussi en parfait accord avec les aspects spirituels et les idéaux trouvés dans la plupart des religions à travers le monde. Ce qui distingue le Projet Venus à part, cependant, est qu’il propose de traduire ces idéaux dans une réalité de travail.

The term and meaning of a Resource-Based Economy was originated by Jacque Fresco. (vostfr)

Première étape
La première phase des plans à long terme du Projet Venus est déjà en cours. Jacque Fresco, futuriste, inventeur, designer industriel et fondateur du Projet Venus et sa associés Roxanne Meadows ont achevé la construction d’un centre de recherche de 21 acres à Vénus, en Floride, pour aider à présenter les propositions de The Venus Project. Vidéos, CD, affiches, brochures, des modèles, des rendus et des livres, comme « Le meilleur que l’argent ne peut pas acheter: Au-delà de la politique, de la pauvreté, et la guerre », ont été créés pour aider à sensibiliser sur ce projet et ses nombreuses propositions.

Seconde étape
La deuxième étape consiste en la création d’un film de grande longueur, qui mettra en vedette le travail des innovations du projet proposé, en réunissant le monde entier. Le film va apporter à ses téléspectateurs une vision positive d’une société pacifique dans laquelle tous les êtres humains forment une famille unie sur la planète Terreune civilisation où tous les peuples sont engagés dans la poursuite d’une meilleure compréhension du monde qu’ils partagent. Ce film est conçu pour être une expérience divertissante et informative pour les adultes comme pour les enfants.

Troisième étape
Afin de tester ses concepts et ses propositions, The Venus Project travaille à la construction d’une ville/centre de recherche expérimentale. Les objectifs pour la plupart des technologies initiales et des constructions ont déjà commencé à voir le jour. Des efforts de collecte de fonds sont en cours pour contribuer à la construction d’une ville expérimentale qui serait consacrée à accomplir les objectifs de The Venus Project, qui sont :

Réaliser la déclaration des ressources de la Terre comme étant l’héritage commun de tous les peuples ;
Transcender les frontières artificielles qui séparent arbitrairement les peuples.
Remplacer les économies monétaires nationalistes par une Économie mondiale Basée sur les Ressources ;
Contribuer à la stabilisation de la population mondiale grâce à l’éducation et à un choix libre en matière de régulation des naissances ;
Préserver et restaurer l’environnement naturel dans la mesure de nos capacités ;
Repenser nos villes, nos systèmes de transports, nos industries agricoles et nos installations industrielles afin qu’ils soient énergétiquement efficaces, propres, et capables de répondre convenablement aux besoins de toute la population ;
Dépasser progressivement les entités corporatives et les gouvernements (locaux, nationaux ou supranationaux) en tant que moyens de gestion sociale ;
Partager et appliquer l’ensemble des nouvelles technologies au service de toutes les nations ;
Développer et utiliser des sources d’énergie renouvelables et propres ;
Fabriquer des produits de la plus haute qualité possible au bénéfice de tous les peuples du monde ;
Effectuer des études d’impact environnemental avant la construction d’un grand projet, quel qu’il soit ;
Encourager toutes formes de créativité et de motivation dans la mesure où elles sont employées dans un projet constructif ;
Dépasser le nationalisme, la bigoterie et les préjugés par le biais de l’éducation ;
Éliminer tout type d’élitisme, technique ou autre ;
Arriver à des méthodologies par des recherches minutieuses plutôt que des opinions aléatoires ;
Améliorer la communication dans les écoles afin que notre langage soit pertinent vis-à-vis des éléments physiques du monde ;
Fournir non seulement les nécessités de la vie, mais aussi des défis qui stimulent l’esprit et valorisent l’initiative individuelle plutôt que l’uniformité ;
Enfin, préparer les gens intellectuellement et émotionnellement aux changements et aux défis qui nous attendent.
Adjacent à la ville expérimentale, un parc à thème est également prévu afin que les visiteurs puissent se divertir et s’informer au sujet des possibilités de modes de vie écologiquement durables prévus par The Venus Project. Il mettra en exergue les maisons intelligentes, la promotion d’un degré d’efficacité énergétique élevé, des systèmes de transports non polluants, une technologie informatique de pointe et un certain nombre d’autres innovations qui constituent autant de valeur ajoutée à la vie de toute la population, et ce, dans un laps de temps très court.

Une ville circulaire serait en elle-même une phase transitoire et pourrait évoluer d’une société semi-coopérative financière vers une économie basée sur les ressources. Cela pourrait être le prototype d’une série de villes qui seraient construites dans divers endroits à travers le monde. Le rythme des avancées dépendra de la disponibilité des fonds levés durant les premiers stades et des personnes qui s’identifient avec, participent aux et soutiennent les objectifs et les orientations de The Venus Project.

Au fur et à mesure que ces nouvelles communautés se développent et deviennent plus largement acceptées, elles peuvent très bien constituer le terreau d’une nouvelle civilisation, suivant de préférence un processus d’évolution plutôt que de révolution.

Personne ne peut prédire le futur. Nous ne pouvons qu’extrapoler les informations et les tendances actuelles. La croissance de la population, l’évolution technologique, les conditions environnementales planétaires et les ressources disponibles sont les principaux critères pour l’établissement de projections.

Il n’existe aucune philosophie ou aucun point de vue, soient-ils religieux, politiques, scientifiques ou idéologiques qui ne suscitent pas de débats. Nous sommes certains, cependant, que les seuls aspects de The Venus Project qui peuvent sembler menaçants sont purement issus de projections.

The Venus Project n’est ni utopique, ni orwellien, et ne reflète pas non plus les rêves impraticables d’idéalistes. Il présente des objectifs qui sont à la fois à notre portée et qui ne nécessitent que l’application intelligente de ce que nous connaissons déjà. Les seules limites sont celles que nous nous imposons.

Conférence complète Jacque Fresco à Paris 12/09/2010

Organisation supportrice en France :

Association Civilisation 2.0 - http://www.civilisation2.com

Sources : https://www.thevenusproject.com/en/store/official#!/~/product/category=1360103&id=5501756

https://www.thevenusproject.com/fr/about/resource-based-economy

6 c8c5cc3220

MPSA n'est pas adhérent au projet Venus mais examine et parle de toutes les possibilités et systèmes sans monnaie d'échange existants ou potentiels...

Yves Herbo-MPSA, 05-02-2015

Et la poussière intelligente se répandra sur Terre...

Et la poussière intelligente se répandra sur Terre...

Smartdust

" La " Poussière intelligente " vise à surveiller tout "

Palo Alto, en Californie (CNN) - Dans les années 1990, un chercheur du nom de Kris Pister a imaginé un avenir tumultueux dans lequel les gens auraient saupoudré la Terre avec d'innombrables capteurs minuscules, pas plus gros que des grains de riz.

Ces particules de poussière "intelligente", comme il les appelait, pourraient tout surveiller, agissant comme les terminaisons nerveuses électroniques de la planète. Dotées de la puissance de calcul, de l'équipement de détection, des communications sans fil et d'une batterie longue durée, la poussière intelligente pourrait faire des observations et relayer des montagnes de données en temps réel sur les gens, les villes et l'environnement naturel.

Maintenant, une version de la fantastique poussière intelligente de Pister commence à devenir réalité. (Yves Herbo : via des épandages aériens ?)

" C'est excitant. Cela a mis longtemps à venir ", a déclaré Pister, un professeur d'informatique à l'Université de Californie, Berkeley. "J'ai inventé l'expression il y a 14 ans. Donc, la poussière intelligente a pris un certain temps, mais elle est enfin là. "

Peut-être pas exactement comment il l'envisageait. Mais il y a eu des progrès.
Les dernières nouvelles vient de la société d'informatique et d'impression Hewlett-Packard, qui a récemment annoncé qu'elle travaille sur un projet qu'elle appelle le "système nerveux central pour la Terre." Dans les prochaines années, la société prévoit de déployer un billion de capteurs sur toute la planète.

Les appareils sans fil pourraient vérifier pour voir si les écosystèmes sont en bonne santé, détecter les tremblements de terre plus rapidement, prédire les tendances du trafic et surveiller la consommation d'énergie. L'idée est que les accidents pourraient être évités et que l'énergie pourraient être sauvés si les gens en savaient plus sur le monde en temps réel, au lieu de vérifier qu'occasionnellement via les spécialistes de ces questions.

" HP atteindra sa première étape vers cet objectif dans deux ans environ ", a déclaré Pete Hartwell, chercheur principal à HP Labs à Palo Alto. " La société a fait des plans avec Royal Dutch Shell pour installer 1.000.000 de moniteurs de la taille de boîte d'allumettes pour aider à l'exploration pétrolière, en mesurant les vibrations et mouvements du roc ", a-t-il dit. Ces capteurs, qui ont déjà été développés, couvriront une zone de 6-square-mile (env 15.5 km²).

" Ce sera le plus grand déploiement de poussière intelligente à ce jour ", a-t-il dit.
" Nous pensons que maintenant, la technologie a atteint un point où elle est la logique de base pour nous ... pour obtenir ceci hors du laboratoire et dans la réalité ", a déclaré Hartwell.

La Poussière intelligente (moins la «poussière»)

Malgré l'excitation récente, il y a encore beaucoup de confusion dans l'industrie informatique sur ce qu'est exactement la poussière intelligente.
Pour commencer, les capteurs qui ont été déployés et développés à ce jour sont beaucoup plus grands et visibles que des taches de poussière. Les capteurs de HP - comme les accéléromètres des iPhone et du téléphone Droid, mais environ 1000 fois plus puissants - sont de la taille de boîtes d'allumettes. Quand ils sont enfermés dans une boîte métallique de protection, ils sont de la taille d'une cassette VHS.

Donc, qu'est-ce qui rend un capteur de poussière intelligente différent d'une station météo ou d'un moniteur de trafic ?

La taille est un facteur. Les capteurs de poussières intelligentes doivent être relativement petits et portables. Mais la technologie n'est pas suffisamment avancée pour fabriquer les capteurs à l'échelle de millimètres pour un usage commercial (bien que les chercheurs de Berkeley essaient d'en faire une qui est d'un millimètre cube).
Les connexions sans fil sont une grande distinction, aussi. Le thermostat d'un bâtiment est probablement câblé. Un capteur de poussière intelligente peut mesurer la température, mais il serait alimenté par une batterie et communiquerait sans fil avec Internet et avec d'autres capteurs.
" Le nombre de capteurs dans le réseau est ce qui fait vraiment que le projet de poussière intelligente est différent des autres initiatives pour enregistrer des données sur le monde ", a déclaré Deborah Estrin, un professeur des sciences informatiques à l'Université de Californie, Los Angeles, qui travaille dans ce domaine. Les chercheurs sur les poussières intelligentes ont tendance à parler de millions, de milliards de milliards.

Certains disent que la réalité a divergé si loin de la notion de poussière intelligente qu'il est temps de rejeter ce terme, en faveur de quelque chose de moins excitant (et effrayant, de cacher un peu les choses, autrement dit (YH)). " Les Réseaux de capteurs sans fil" ou des "mailles" sont des termes trouvant une " plus grande acceptation" chez certains chercheurs. (YH : on veut changer le langage et les appellations pour que les gens comprennent moins, aussi...)
Estrin dit qu'il est important d'abandonner l'idée que les capteurs de poussières intelligentes seraient jetables (YH : livrés à eux-mêmes ?). " Les capteurs doivent être conçus à des fins spécifiques et étalés sur la terre intentionnellement - ils ne sont pas dispersés dans le vent, comme la poussière intelligente était initialement supposée l'être ", dit-elle.

" un monde réel en web "

Malgré ces différences, les chercheurs disent que la théorie smart-poussière (poussière intelligente) qui vient va profiter à l'humanité et reste essentiellement inchangée. Et il y a un certain nombre de projets du monde réel qui, d'une manière ou d'une autre, cherchent à utiliser des capteurs sans fil pour prendre les signes vitaux de la Terre. Les capteurs sans fil surveillent actuellement des fermes, des usines, des centres de données et des ponts pour favoriser l'efficacité et la compréhension du fonctionnement de ces systèmes, ont dit les chercheurs dans des interviews.

Dans tous ces cas, les réseaux de capteurs sont déployés dans un but précis.
Par exemple, une société appelée Streetline a installé 12 000 capteurs sur des places de stationnement et des routes à San Francisco. Les capteurs ne savent pas tout ce qui se passe à ces places de stationnement. Ils sont équipés de magnétomètres pour détecter si oui ou non un énorme objet en métal - nous l'espérons, une voiture - est stationné sur place.
Ces données seront bientôt disponibles pour les personnes qui pourront l'utiliser pour savoir où se garer, a déclaré Tod Dykstra, le PDG de Streetline. Il pourra prévenir aussi les autorités si les compteurs (payant) ont expiré.

D'autres capteurs sont équipés pour mesurer les vibrations dans les usines et les raffineries de pétrole pour détecter des problèmes et des inefficacités de la machinerie en place avant qu'elle ne cause des ennuis. D'autres encore pourraient chercher des données sur la température, la chimie ou le son. Ou de minuscules caméras-radars peuvent également être clouées sur le réseau de collecte de données pour détecter la présence de personnes ou de véhicules.

La puissance de ces réseaux, c'est qu'ils peuvent être éventuellement connectés, a déclaré David Culler, un professeur de sciences informatiques à l'Université de Berkeley.
Culler dit que le développement de ces réseaux de capteurs sans fil est analogue à la création du World Wide Web. Ce qui est créé avec l'idée de la poussière intelligente est un "Real World Web," a-t-il dit. Mais il a dit que nous ne sommes encore qu'au début de cette progression. " Le Netscape [pour le réseau de capteurs sans fil] n'est pas tout à fait arrivé " a-t-il dit.

Effet Big Brother

Même lorsqu'il est déployé pour la science ou le public, certaines personnes ont encore un sentiment de " Big Brother " - le sens d'être mal à l'aise en étant sous une surveillance constante et secrète - à l'idée de mettre des milliards de moniteurs partout dans le monde.

" C'est une très, très, très grande invasion de la vie privée potentielle, parce que nous parlons de très, très petits capteurs qui peuvent être indétectables, efficaces ", a déclaré Lee Tien, un avocat à l'Electronic Frontier Foundation, un défenseur de la vie privée. " Ils sont là en si grand nombre que vous ne pouvez vraiment rien faire contre eux en termes de contre-mesures faciles."

" Cela ne signifie pas que les chercheurs devraient arrêter de travailler sur la poussière intelligente. Mais ils doivent être conscients de la vie privée pendant que leur travail progresse ", a-t-il dit.

Pister dit que " les fréquences sans fil que les capteurs de poussières intelligentes utilisent pour communiquer - qui fonctionnent un peu comme le Wi-Fi - ont une sécurité intégrée en eux. Ainsi, les données ne sont publiques que si la personne ou l'entreprise qui a installé le capteur veut que ce le soit ", dit-il.
" De toute évidence, il y a des problèmes de sécurité et de confidentialité " a-t-il dit, " et les bonnes nouvelles, c'est que lorsque la technologie de la radio a été mise au point pour ce genre de choses, c'était peu de temps après toutes les grands préoccupations concernant la sécurité du Wi-Fi. .. . Nous avons tous les outils de sécurité dont nous avons besoin en-dessous pour rendre cette information privée ". (YH : on a vu ça avec les aveux de la NSA, hum...)

D'autres problèmes de confidentialité peuvent survenir si une autre vision de la poussière intelligente devient réalité. Certains chercheurs se penchent sur la fabrication de téléphones mobiles dans des capteurs (microscopiques). Dans ce scénario, les milliards de personnes voyageant sur la Terre avec des téléphones cellulaires deviennent eux-mêmes la "poussière intelligente." (leur propre téléphone capte tout et espionne tout ce qu'ils font, mais aussi tout leur environnement...)

Un brillant avenir

Les chercheurs sur la poussière intelligente disent que leur théorie de la surveillance du monde - mais ça sera réalisé - bénéficieront aux personnes et à l'environnement.

" Plus d'informations est une meilleure information ", dit Pister. « Avoir plusieurs capteurs améliore l'efficacité d'un système, réduit la demande et réduit les déchets," a-t-il dit. "Donc, tout cela est une très bonne chose."

Hartwell, le chercheur de HP, dit que la seule façon pour que les gens puissent lutter contre d'énormes problèmes comme le changement climatique et la perte de la biodiversité est d'avoir plus d'informations sur ce qui se passe. " Franchement, je pense que nous devons le faire, d'un point de vue environnemental et de durabilité, " dit-il. (YH : surtout financièrement pour HP !)
Même si la première application du "système nerveux central de la Terre" du projet HP sera commerciale, Hartwell explique que " les motivations de la poussière intelligente sont altruistes. Les gens me demandent ce qu'est mon travail, et je leur dis, eh bien, je vais sauver le monde," a-t-il dit. (YH : hum, mais le commerce d'abord...)

Reddiscoball

Yves Herbo : L'origine de cet article date de 2010 mais CNN vient de faire une mise à jour en janvier 2015 car la réalité est bien là et les choses ont avancé... il semble que certains chercheurs commencent à parler en fait d'épandages de technologies miniatures - de la nanotechnologies dans la nature et l'atmosphère - sans réelles études sur les effets physiques sur les animaux et plantes, et êtres humains... et ne parlons pas de vie privée et d'intimité... Cherchez un peu sur internet et vous verrez que... plusieurs compagnies en robotique sont déjà bien alignées et en concurrence sur ce sujet bien avancé par rapport à cet article ! (voir ci-dessous quelques exemples...).

Source : http://edition.cnn.com/2010/TECH/05/03/smart.dust.sensors/index.html?hpt=C1

https://medium.com/war-is-boring/smart-dust-is-getting-smarter-4b062abd7769

http://www.extremetech.com/extreme/155771-smart-dust-a-complete-computer-thats-smaller-than-a-grain-of-sand

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/les-nanotechnologies.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/robotique-cybernetique-ia/premiere-symbiose-entre-le-vivant-et-la-nanotechnologie-reussie-le-cyber-robot-en-marche.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/giec-aggravation-de-la-situation-et-mention-des-chemtrails-la-geoingenierie.html

http://www.weirdworldfacts.com/smart-dust/

Smartdust

http://uatrobotics.blogspot.fr/2010/03/towards-smart-dust.html

Minisensor

http://www.synthstrat.com/graphics/the-future-of/4791398

Smart dust

N'oublions pas que certaines personnes, assez lentes du cerveau, ont affirmé que les chaimtrails n'existaient pas, que les épandages aériens n'existaient pas... alors que ces techniques sont très connues et existent au minimum depuis la fin de la seconde guerre mondiale, puisque autorisées avec dérogations (jusque très récemment) pour l'épandage de pesticides (qui sont des chaimtrails) pour les cultures agricoles... on n'oublie pas non plus les techniques utilisées dès le 19ème siècle (tirs de poudre à canon) dans les nuage pour faire pleuvoir... certains affirment que l'homme est trop intelligent pour se faire ça à lui-même et à la nature... moi je dis que l'homme est trop stupide (et cupide) pour ne pas le faire, justement... et pourtant je ne crois pas du tout en certaines théories de conspirations ou autres, mais il suffit d'ouvrir un livre d'Histoire scolaire pour constater... qu'il n'y a que ça à l'intérieur... croire que notre époque dérogerait à ce genre de réalité est très utopique... et dangereux, les gens de notre époque, dans le futur, seront qualifiés de moutons bisounours confiants et naïfs responsables de beaucoup de malheurs... mais c'est très probablement dans l'intérêt de quelqu'un, humain ou non d'ailleurs...

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/19/publication-d-un-arrete-contre-l-epandage-aerien-de-pesticides_4490942_3244.html

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, H, 28-01-2015

Climat : un tsunami géant provenant de l'Antarctique ?

Climat : un tsunami géant provenant de l'Antarctique ?

Seychelles 3 university of florida

Les scientifiques qui viennent de rendre leur rapport sur l'étude des coraux fossiles des îles Seychelles ne veulent pas affoler le monde, mais l'image qu'ils semblent décrire à travers ce rapport le devrait pourtant...

Ce sont les géologues de l'université de Floride qui viennent de publier les résultats de leur étude dans Quaternary Science Reviews (QSR), et il est assez explicite. Comme on le sait maintenant car le manque de réaction et de volonté politico-financière pour entraver par des moyens drastiques les pollutions et rejets atmosphériques des industriels est maintenant révélé au monde entier depuis des années, et l'année 2014 en a été le summum question échec et attentisme, les températures moyennes globales vont augmenter d'ici les trente prochaines années au point de rejoindre celles connues il y a 128000 ans, lors de la période de l'avant dernier interglaciaire. 

Cette période assez connue maintenant, et appelée l'Eémien, une subdivision du Pléistocène et qui a durée de - 129.000 ans à - 125.000 ans environ, a connu une montée de température très similaire à celle que nous connaissons, et les mêmes températures moyenne globales vont donc être atteintes sous peu. Ce que l'on sait, c'est que cette période chaude a provoqué, au niveau de tous les océans du monde, un phénomène appelé eustatisme, qui est une dilatation de l'eau provoquée par cette chaleur et donc la fonte des glaces présentes sur les terres, comme le Groenland et l’Antarctique. Ce que l'on ne connaissait pas, c'était la rapidité de cette forte montée des eaux. Car, entre -128.000 ans et -125.000 ans, les eaux de tous les océans se sont retrouvées à environ 7 mètres plus haut... elles sont redescendues ensuite pendant la période glaciaire de Worm qui a suivi après 4000 ans de températures moyennes chaudes (on ignore pourquoi exactement, mais un volcanisme important provoqué par la remontée des terres dégelées est envisageable, et aurait pu provoquer un long hiver global) pour remonter à nouveau ensuite lors de l'interglaciaire qui a précédé le nôtre, qui a commencé il y a environ 10.000 ans, pour redescendre fortement à nouveau lors de la dernière période glaciaire qui a commencé il y a 110.000 ans pour se terminer donc il y a 10.000 ans (volcanisme également et astéroïde ?)... 

Seychelles 1 university of florida

© Université de Floride

Notons tout de suite que, malgré nos 10.000 ans d'interglaciaire actuel, et une remontée constante de tous les océans, nous n'avons toujours pas rejoint le même niveau, la même hauteur des océans d'il y a 125.000 ans, car il manque encore une bonne dizaine de mètre question hauteur des océans... 

Mais c'est peut-être pour bientôt si l'on en croit ce nouveau rapport. Car nous sommes exactement dans la même configuration qu'il y a 128.000 ans environ : après une lente remontée des eaux, il y a eu cette période assez courte de "bouffée de chaleur" faisant encore monter les températures de quelques degrés et faisant monter rapidement les eaux de 7 mètres environs, sur une courte période. C'est cette rapidité que les scientifiques ont tenté de connaître, et leurs conclusions ne sont pas optimistes.

La question est donc bien de connaître l'amplitude et la rapidité de ce phénomène qui nous attend durant (pas dans) les quelques décennies à venir, et de savoir quelle part tel inlandsis du Groenland, du Pôle Nord ou de l'Antarctique était prépondérante pour cette montée des eaux prévisible. Et les meilleures archives sur la planète pour comprendre ce qu'il s'est passé il y a 128.000 ans, ce sont les coraux fossiles de cette périodes. Et en particulier ceux des îles Seychelles, qui sont bien placés géographiquement pour représenter une moyenne mondiale.

Leur conclusion sont nettes : L'élévation du niveau des océans à cette époque s'est bien produite sous l'influence des mêmes facteurs que de nos jours, les raisons sont bien les mêmes. La dilatation thermique de l'eau marine, sous l'effet de l'augmentation des températures, ainsi que les fontes des glaciers des montagnes et surtout des inlandsis dont la part la plus importante revient à l'Antarctique en sont les responsables.

Seychelles 2 university of florida

Une toise de 7 mètres montrant à quel niveau étaient les océans il y a environ 128.000 ans, et à quel niveau ils pourraient revenir... plus ou moins rapidement... © Université de Floride

L'étude a permis de prouver que le niveau global des océans du monde s'est graduellement élevé de 7 mètres 60, avec plus ou moins 1,7 mètres de marges, pendant une période de 4.000 ans s'étendant d'environ -129.000 à -125.000 ans avant nos jours, ce qui a nécessité une fonte des inlandsis d'une épaisseur d'au moins 5 à 8 mètres. Mais les données disponibles à ce jour font apparaître que celui du Groenland n'a perdu que 2 mètres d'épaisseur à peu près à cette période. C'est donc bien l'Antarctique qui apparaît comme la région du monde ayant la plus contribué au phénomène d'eustatisme durant l'Eemien (et ce sera probablement la même chose cette fois-ci). 

Mais il y a plus précis question rapidité d'événement dans leur rapport, car il conclue également que, sur une courte période se situant vers -128.600 ans (plus ou moins 800 ans), les océans se sont élevés rapidement d'environ 5 mètres 90 (plus ou moins 1,7 mètres) à cause probablement d'un brutal effondrement partiel de l'inlandsis de l'Antarctique à ce moment. Cet effondrement a dû provoquer un énorme tsunami, une vague de plus de 6 mètres qui a fait le tour du globe sans vraiment redescendre et en engloutissant de nombreux rivages pour plusieurs millénaires...

Pour finir, la géochimiste Andrea Dutton de l’université de Floride, co-auteure de l’article paru dans QSR annonce : " la température de l’Antarctique à cette époque était plus élevée de seulement quelques degrés par rapport à la température actuelle. On ne peut donc par écarter la possibilité d’une déstabilisation importante et imminente de la couverture glaciaire du sixième continent ". En effet, une suite d'analyses récentes suggèrent que ce processus pourrait avoir déjà commencé (Favier et al., 2014, Joughin et al., 2014 and Mouginot et al., 2014).

Seychelles-étude

Conclusions

Vertical successions of in situ fossil corals from the Seychelles record a gradual sea-level rise between ∼129 and 125 ka at an average eustatic sea-level rise rate of about 0.22 ± 0.4 m/ky (mm/yr). An intervening layer of coral rubble just before 125 ka in two outcrops indicates that this gradual rise may have been briefly interrupted, but the meaning of this rubble layer is still open to interpretation. Significantly, RSL reached at least +6.8 ± 0.2 m (corresponding ESL: +5.9 ± 1.7 m) by 128.6 ± 0.8 ka, at the beginning of the sea level highstand. This implies mass loss from polar ice-sheets early in the interglacial, coincident with the timing of rapid changes in several climate parameters in the EPICA Dome C ice core ( Masson-Delmotte et al., 2010). Given the propensity of coupled climate-ice sheet models of the GrIS to predict progressive melting until ∼121–122 ka at rates consistent with the gradual sea-level rise observed in the Seychelles, we suggest that loss of a marine-based sector of the AIS may have been triggered near the onset of the highstand to explain the elevation of sea levels observed.

Current ice sheet models do not predict loss of the WAIS during MIS 5e, though one is predicted during MIS 5c and MIS 7 owing to strong austral summer insolation in these intervals that warms Southern Ocean surface waters and eventually leads to WAIS retreat (Pollard and DeConto, 2009). There is a clear need to better understand the past history of the WAIS as well as vulnerable sectors of the EAIS during previous interglacial periods that draws upon observational data as well as modeling (Bentley, 2010 and Joughin and Alley, 2011). In the context of present warming in the upper kilometer of the circumpolar Southern Ocean (Mayewski et al., 2009) and rising sea levels, are we poised for another partial collapse of the AIS ? A suite of recent analyses suggests that this process may have already begun (Favier et al., 2014, Joughin et al., 2014 and Mouginot et al., 2014). Our observations in the Seychelles imply that this event was triggered early in the LIG period, though decisive field evidence from the Antarctic region is still lacking.

Acknowledgments

We thank citizens and authorities in the Seychelles who facilitated our fieldwork, including P. Samson at PetroSeychelles, the Seychelles National Parks Authority, the Ministry of Environment and Energy, and the Seychelles Bureau of Standards. We also thank G. Mortimer, K. Holland, and M. Pfahl for assisting in sample preparation and analysis, and P. Woodworth, P. Caldwell, and S. Woodroffe for discussions on tidal data. This work was supported by the Australian Research Council (ARC DP0773019 to K.L.) and the National Science Foundation (Award #1155495 to A.D.) and the Fondazione Internazionale Balzan. "

Sources : Quaternary Science Reviews, Volume 107, 1 January 2015, Pages 182-196 
Andrea Dutton, Jody M. Webster, Dan Zwartz, Kurt Lambeck, Barbara Wohlfarth   View Abstract

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 17-01-2015