Economie : memoire d'un piege

La catégorie Politique/Economie va s'enrichir d'une rubrique Economie : mémoires d'un piège. Elle présentera des articles, vidéos et interviews concernant les données historiques accumulées au fil du temps et jusqu'à demain (l'Histoire n'étant pas uniquement tournée vers le passé mais une science liée au Temps dont les implications sont obligatoirement présentes et futures). Il s'agit donc bien d'une accumulation de preuves concernant non seulement la réalité d'un système corrompu à grande échelle, mais aussi de la réalité d'une volonté bien organisée, historiquement et volontairement, pour en arriver là où le monde se retrouve actuellement. Il s'agit aussi de mémoires car le renouvellement des sites et pages internet fait que de nombreux liens, références et sources disparaissent au fil du temps. Des documents gênants ou témoignages contestés peuvent aussi être supprimés (pour des raisons x), ce qui peut être dommageable parfois pour l'Histoire et la réalité des faits, ou son approche globale.

Transitions vers un Monde Sans Argent - Partie 1

Transitions vers un Monde Sans Argent - Partie 1

dollar.jpg

Symbole sur billet de 1 dollar américain

Après un long moment de réflexion et étude de la dégénérescence du système économique mondial actuel, voilà la reprise du développement du Manifeste pour une Société Humaine. Le Manifeste pour une Société Humaine est une proposition de base pouvant servir de Manifeste à un nouveau parti politique ou une organisation d'un nouveau système de vie en société, non plus basé sur une quelconque valeur monétaire attribuée à l'Homme ou à son activité. Il conclut notamment de par l'étude du passé que donner une valeur artificielle et quantifiable, par l'intermédiaire d'un outil nommé argent à l'activité humaine, donc sur son existence physique même, amène inéluctablement et sans arrêt aux notions d'exploitation à sens unique de la plus grande partie de l'humanité par une petite partie de la population se réservant tous les leviers de la société. 

Ce Manifeste s'appuie sur les données, faits et réflexions visibles dans les articles précédents :

Un Monde sans ArgentPage-1.html , Page-2.html , Page-3.html,   Page-4, Page 5

et Incursion dans un domaine trop réservé : la monnaiePart 1Part 2Part 3, Part 4Part 5Part 6Part 7Part 8, Part 9

Complément historique : 

Nous y avions entre autres prouvé que, il y a moins de 5 vies d'homme (1570 pour l'introduction et battage de la monnaie dans l'Amérique post-Colombienne), des civilisations très évoluées et ne connaissant ni la famine ni la guerre à grande échelle pendant des milliers d'années, ont bien évolué et grandi sans outil monétaire. Même si plusieurs scientifiques pensent que la monnaie échangeable était éventuellement la nourriture elle-même, qui servait donc de monnaie, le fait de trouver des terrasses de cultures partout sur les plateaux, y compris pour des petits villages, semble démontrer le contraire. Tout semble bien démontrer que, lorsque ces civilisations étaient à leurs apogées ou au mieux de leurs fonctionnements (perturbés essentiellement par les changements climatiques et le volcanisme), les systèmes de productions, de stockages et de distributions étaient entièrement utilisés de façon communautaires sans notion de propriété privée. Nous savons, mais sans vraiment pouvoir  comprendre le fonctionnement précis des plus vieilles communautés, que celles-ci étaient à l'origine à 100% communautaire sans dirigeant établi. On suppose qu'un "collège" dirigeant était nommé/élu par le peuple dans les premiers temps (qui ont pu durer des millénaires suivant l'apparition de l'être humain sur la planète), probablement en grande partie des "sorciers" ou "chamans" possédant des connaissances supérieures et des "hommes forts", guerriers pas obligatoirement "sanguinaires" mais se faisant respecter même dans la paix. Par la suite, certains de ces chamans et guerriers (suite à des guerres ou invasions) ont constitué une élite dirigeante qui s'est octroyé des droits supérieurs aux autres et ont dirigé la communauté comme nos propres rois l'ont faits, mais avec plus de modération dans tous les cas (y compris en considérant les quelques sacrifices humains occasionnels et rares commis par certains rois locaux) que le moindre de nos propres souverains occidentaux. Et surtout, absolument tout le monde était nourri à satiété et pouvait s'occuper de sa famille librement, créer individuellement pour le compte de la communauté et lui-même.

Nous l'avons vu également, notre société moderne héritière dans un premier temps des dynasties royales puis des dynasties bancaires, s'appuie sur des valeurs assez néfastes et contradictoires dans leurs applications, telles que la valorisation de l'être humain à travers son activité ("travail") individuel, y compris lorsque cette activité n'est pas destinée dans sa finalité à la communauté mais dans un intérêt individuel. Ce système permettant éternellement le détournement d'une valorisation à intérêt communautaire par et pour celle d'intérêts individuels, familiaux et limités, empêchant toute évolution réelle vers une société égalitaire et réellement communautaire.

Les propositions d'orientations de société nouvelles suivantes constituent à la fois une base de réflexion évolutive et adaptable et des alternatives, chemins différents, par rapport aux possibilités déjà largement débattues depuis des millénaires sur les différents types d'organisations humaines (de l'anarchie à la tyrannie) et/ou idéaux (utopiques ou non) modernes ("marxisme, communisme", "démocraties/oligarchies modernes") qui n'ont pu prouver leur efficacité au niveau communautaire et surtout pour le peuple dans son ensemble. Nous pourrions même dire que la situation des peuples modernes, des citoyens du monde actuel, est encore pire que lors de certaines périodes passées. En effet, grâce au système bancaire (conséquence inéluctable de la création de la monnaie de remplacement quelques millénaires auparavant) mis en place au milieu du 18ème siècle par une dynastie financière (qui a remplacé la plupart des dynasties royales "officiellement") et qui l'a consolidé fortement jusqu'à nos jours, on peut dire que tous les peuples actuels vivant sur la planète sont féaux de cette dynastie mondiale contrôlant le plus haut pouvoir : le système de fonctionnement de l'ensemble de la civilisation via son économie. Et pire, dans la majorité à son insu et pour les autres, dans l'impossibilité réelle de pouvoir changer ou faire évoluer la société dans un sens ou l'autre. Autant les révoltes permettaient parfois de réellement changer de dirigeants ou de ligne de conduite dans le passé, autant, de nos jours modernes, on s'aperçoit que quand un dirigeant mafieux ou n'agissant pas pour les intérêts de la communauté mais le sien est mis à la porte ou "écarté" un moment de la vie publique, autant il revient par la fenêtre et recommence... nous sommes dans un système où toutes les règles de base communautaires peuvent être bafouées sans aucun problème, du moment qu'il est facile de cacher par les mêmes lois ces injustices par d'autres lois trompeuses que même les députés ne comprennent pas... quand ils ne sont pas complices bien sûr. Rien que la très longue liste des personnalités impliquées politiquement ou financièrement dans le fonctionnement de la société ayant été condamnés pour ce type de corruption le prouve largement.

Ces oligarchies qui dirigent les citoyens sont elles-mêmes contrôlées par la dynastie bancaire sans laquelle elles n'ont aucun pouvoir réel. Autrement dit, le monde n'a pas qu'un mauvais tyran a se débarrasser, mais bien d'un monstre tentaculaire et sans "couronne" bien définie... et c'est là sa plus grande force.

Nous l'avons également vu et nous le revoyons encore et toujours, ce système économique visant à une croissance indéfinie (au détriment des ressources de l'Humanité, de la vie de ses citoyens) pour le portefeuille de ses dirigeants et héritiers n'a jamais été fiable ni stabilisé, car il a besoin de main d'oeuvre de faible coût (esclaves, chômeurs, travailleurs de production/distribution, petits fonctionnaires, etc) pour fonctionner. Le système s'écroulant naturellement (quelles que soient ses "orientations" "libérales" ou "autres") et régulièrement par "crises" (provoquables ou imprévues), provoquant elles-mêmes bien souvent des licenciements de masse et drames familiaux parfois mortels, des guerres civiles, des guerres tout court...

Il est temps de mettre fin à ce système corrompu depuis des lustres et de mettre en place un système entièrement différent de part même sa conception et philosophie.

Ce nouveau système doit également être prêt et aménageable en cas de crash brutal et complet des bourses et de l'économie mondiale (comme en 1929) ou pouvoir être préparé et mis en place en douceur avant que le crash mentionné (inéluctable selon une majorité d'économistes sérieux) ne détruise complètement et pour longtemps l'organisation sociale des nations.

Nous avons vu plus haut que les modèles incas et mayas (système très centralisé ou au contraire décentralisé mais dirigé par une seule entité), fonctionnant pendant des millénaires sans monnaie de substitution étaient parfaitement adaptables en modèles démocratiques, tout comme les dynasties royales européennes ont pu laisser la place à des tentatives de démocraties ou de républiques populaires (malheureusement très vite détournées et faussées par une autre dynastie qui a récupéré très vite le pouvoir : la dynastie financière de quelques familles).

Les buts de ce nouveau parti dans le nom reste à déterminer sont sans équivoques et censés : devant la faillite complète (et crises répétitives) du système libéral-capitaliste qui a ruiné l'ensemble du monde hormis quelques familles multi-milliardaires qui se partages 80% de la fortune mondiale et entend bien continuer indéfiniment, il faut balayer toute cette boue immonde qui recouvre les peuples depuis trop longtemps. 

La première mesure est déjà envisagée par plusieurs partis politiques, mais sans jamais aller jusqu'au bout et réellement remettre en cause le réel pouvoir mafieux financier. Il s'agit bien sûr de la nationalisation (ou renationalisation) de l'ensemble des structures permettant à un peuple souverain d'évoluer et progresser dans son propre pays, sous sa direction. Dans un premier temps, il s'agira de tous les organismes financiers (c'est à l'Etat-peuple de gérer et faire fonctionner son économie, ce n'est pas à quelques individus souvent peu scrupuleux de le faire), mais aussi des structures permettant tous les services au peuple (transports collectifs, tous systèmes éducatifs, énergies, communications  (poste, téléphonie, informatique, etc).

C'est une première étape utilisant toujours un système monétaire classique qui devra être accompagné de mesures strictes : instauration d'un plancher et d'un plafond de rémunérations permettant à chaque individu de vivre dignement dans un pays où il est né par hasard (et à la seule initiative des parents très souvent incités par les primes à la naissance !) et désirant y rester : le pays doit en être reconnaissant sous peine de voir des millions de natifs quitter le pays (comme on voit ailleurs) pour d'autres possibilités d'existence (meilleure ou non, peu importe) ailleurs.

Le plus grand effort devra être fait sur l'Education Nationale, et non pas l'une des fausses réformes proposées sans arrêt par un ministre de l'Education quelconque, mais bel et bien la refonte totale du système, avec de nouveaux programmes, des distinctions d'âges différents et surtout une philosophie de société moins "propagandiste" que l'actuelle, principalement sur la notion du travail, qui est une notion faussée et mensongère dans le système actuel. En effet, l'intermédiaire nommé argent de nos jours, sert principalement de motivation de chaque individu pour tenter de "prospérer" et "collaborer" dans la société actuelle. Cette notion très néfaste on le voit tous les jours dans les réalités criminelles et inégalités engendrées est essentielle à éliminer pour un futur sain de la collectivité. L'un des principaux objectifs de la nouvelle éducation sera donc bien de désapprendre cette mauvaise notion en éclairant les esprits sur la notion du travail pour la collectivité avant tout, et non pas une notion de travail pour le seul individu ou sa famille. Le pire des mensonges est bien celui qu'affirme le capitalisme en privilégiant "la liberté individuelle d'entreprendre et de créer son "capital" : cela mène inévitablement, on le voit depuis des lustres, à privilégier quelques individus ayant le sens de l'escroquerie plus élevé que les autres... à privilégier les mafias (bancaires et autres) en réalité.

Le peuple doit avoir le vrai pouvoir, c'est ça qu'on appelle une démocratie, et non pas un pouvoir détourné par quelques élites professionnelles de partis politiques et hauts fonctionnaires avec des postes-clés comme à l'heure actuelle. L'Education Nationale doit donc intégrer dès l'enfance toutes les notions, devoirs et faisabilités concernant la gestion d'une nation : chaque adulte sortant de l'Education Nationale doit (et devra) être capable de protéger les intérêts de son pays et devenir lui-même un "fonctionnaire" de l'Etat par périodes. Il est anormal qu'une nation doive faire appel à une élite ayant ses propres règles non démocratiques, comme c'est le cas actuellement dans la majorité des fausses démocraties actuelles. De plus, un système anti-corruption très strict doit être élaboré pour empêcher toute possibilité de détournement et de privilèges des individus.

Dans un deuxième temps (à définir), ce seront tous les système de fabrication et de distribution qui devront être "nationalisés" : l'Etat et ses citoyens doivent avoir la pleine main-mise sur toutes les activités commerciales, de toutes les transactions existant dans le pays. La notion de propriété d'une entreprise par un individu sera donc remise en cause pour le bien de la collectivité - sans remettre en cause la créativité de l'individu mais au contraire en la développant grâce au temps libéré - nous verrons comment par la suite.

Schématiquement et pour simplifier ici dans un premier temps - le sujet sera développé plus largement plus loin - on peut dire que la société actuelle peut continuer à fonctionner "socialement" comme elle le fait actuellement, mais sans notion de facturations et d'argent : les producteurs continuent de produire, les fournisseurs de fournir et les commerçants de distribuer (mais plus de "vendre"). Comme chez les Incas, il ne s'agit plus de donner des valeurs fictives aux denrées et objets fabriqués mais bien de leur donner une notion de biens communs ayant une valeur commune. La notion de "pas d'argent pour payer le fournisseur" par exemple est supprimée d'office : le fournisseur obtient ses denrées de la même manière et il suffit en fait après d'avoir une très bonne gestion des stocks et des prévisions réalistes des consommations d'après les demandes établies par chaque corporation - ce que savaient très bien faire les Incas par exemple avec leur système de listes de fournitures compacté dans un système de cordages très élaboré. Comme vous le savez déjà certainement, 90% de l'argent utilisé de nos jours est virtuel et n'existe pas dans la réalité : ce n'est pas de l'argent palpable et fabriqué mais juste des lignes comptables sans réalité physique. Supprimer cet argent virtuel n'est donc pas du domaine de l'utopie ou "irréaliste", c'est le conserver qui est bel et bien surréaliste quand on voit les dettes impensables de chaque état - qui en ont pour des milliers d'années à rembourser cet argent virtuel détourné par des individus au détriment des collectivités.

La notion d'argent devra toutefois être conservée tant que le monde entier n'aura pas basculé dans le même système, principalement pour se procurer les denrées absolument nécessaires (et pas si nombreuses que ça !) et n'existant pas dans le pays. La nation pourra aussi apprendre à se passer de certains luxes provenant d'autres pays et non nécessaires collectivement provisoirement.

La partie 2 se concentrera sur tous les aspects de fonctionnement d'un tel système, y compris les activités de services, permettant obligatoirement un emploi à chacun (qui devra être amélioré par la suite grâce à l'Education Nationale réformée en profondeur - un système sera étudié) mais également permettant et augmentant les possibilités individuelle au niveau création, innovation, évolution personnelle, toujours avec comme objectif le bien de la communauté et donc de ses individus, et dans ce sens. On vérifiera aussi combien la notion de "croissance" indéfinie du capitalisme est non seulement erronée mais de plus en plus dangereuse pour l'avenir de l'Humanité...

Données : les propositions et manifestes des partis politiques européens en 2009 : http://www.notre-europe.eu/media/pe_programmes_partis_europ_ens_01.pdf?pdf=ok

A suivre Partie 2

Yves Herbo, S, F, H, 08-07-2014

L'Atlas national US sera retiré des services le 30 Septembre 2014

L'Atlas national US sera retiré des services le 30 Septembre 2014

Us relief usgs

Annonce - L'Atlas national US sera retiré de services 30 Septembre, 2014 - via USGS

" Cette année, nous combinons l'Atlas national des États-Unis avec Le Plan National pour fournir une source unique pour l'information géospatiale et cartographique des USA. Cette transformation se déroule à simplifier l'accès à l'information sur le Programme National Geospatial de l'US Geological Survey (USGS). Le Budget d'austérité de l'USGS a contraint notre organisation à privilégier son rôle civil de la cartographie et consolider ses investissements de base.

Notre organisation continuera sa longue histoire de fournisseur de cartes topographiques et autres informations géographiques en offrant une gamme d'échelles et de niveaux d'information géospatiale sur sa Map Viewer nationale et par le produit des États-Unis Topo. À la suite de cette conversion dans une source unique et intégrée pour l'information géospatiale et cartographiques, nationalatlas.gov sera retiré du service le 30 Septembre 2014.

Nous reconnaissons que ne pas avoir le même accès à l'information sur la population, l'économie, les infrastructures, les ressources naturelles, l'environnement, le gouvernement, et l'histoire de la Nation, organisés pour l'affichage sur les cartes nationales et régionales, peuvent constituer un fardeau pour les clients de l'USGS. S'il vous plaît, profitez des mois restants pour parcourir et télécharger tout ce que vous avez besoin de l'Atlas National...

Nous apprécions les lecteurs de l'Atlas National et voulons rendre cette transition aussi facile que possible. Nous avons affiché plus d'informations sur la disponibilité future des produits et des services de l'Atlas National.

Une autre page fournit des questions et réponses sur l'avenir de l'Atlas national ". http://www.nationalatlas.gov/

il me semble que n'importe quelle démocratie digne de ce nom désignerait une commission indépendante pour établir qu'il n'y ait pas de disparitions (ou modifications) de données historiques volontaires ou non de la part d'un pouvoir temporel à l'occasion de ces transferts de données importantes, ce qui n'est pas le cas du tout...

Ceci n'est qu'un exemple des multiples réaménagements historiques organisés par des pouvoirs historiquement provisoires, mais qui ont le pouvoir de le faire...

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 01-07-2014

Climat : la courbe des températures américaines truquée ?

Climat : la courbe des températures américaines truquée ?

Tempete de neige mini

" Une découverte absolument hallucinante vient d’être faite aux États-Unis par les sceptiques des théories du réchauffement. Les données météo américaines du XXe siècle qui ont été utilisées pour « prouver » le réchauffement ont été… fabriquées de toutes pièces !!!

En effet, en affirmant que « les données mesurées ne sont pas fiables et qu’il faut les corriger par un modèle informatique », les « scientifiques » du GISS ont un beau jour (trop ensoleillé ?) décidé de directement EFFACER les données capturées sur des THERMOMÈTRES pendant un siècle, pour les remplacer par des « données » issues d’un algorithme sorti de leurs mains ! Ça vous paraît énorme ? C’est pourtant exactement ce qui s’est passé ! "

Voici une courbe représentant les changements de température aux USA au XXe siècle tels qu’ils étaient indiqués avant 1999 sur le site du GISS :

Courbe températures USA publiée en 1999

Et voici maintenant la « même » courbe des « mêmes » changements de température, telle qu’elle est présentée aujourd’hui :

courbe températures USA avant 1999-actuelle

Extrait de l'article : http://www.bvoltaire.fr/robindelaroche/rechauffement-climatique-lenorme-mensonge-revele,90752

Le plus amusant est que cela est vérifiable dans divers rapports... mais il semble que la majorité des scientifiques ne veulent pas admettre que leurs positions ne sont que des théories mais sont des vérités... jusqu'à ce que la nature ou un autre cerveau prouve le contraire... quoi qu'il en soit, des graphes et données ont été intentionnellement effacées... données sauvegardées :

Il est vrai que les citoyens américains commencent vraiment à avoir des doutes quand on voit la réalité de leur climat récent, avec une tempéte de neige, un record en cette période, dans le Colorado et états proches en plein printemps, du 11 au 13 mai 2014 :

CHEYENNE - 11 mai 2014 - Une tempête de neige a déposé dimanche jusqu'à 30 cm de neige dans les Etats du Colorado et du Wyoming, alors que c'est déjà le milieu du printemps. Les intempéries, qui se sont accompagnées de vents très forts dans l'ouest, ont provoqué des dégâts dans le sud du Nebraska.

Tempête de neige et record de froid historique en Amérique du nord - 13/05/2014

L'hiver/printemps affecte les régions centrales des Etats-Unis et du Canada avec un froid record et de chutes de flocons historiques. Plusieurs centimètres de neige sont tombés sur le continent. Il faut au moins remonter à mai 1967 pour retrouver des chutes de neige aussi tardives en Amérique du nord. De fortes pluies qui pourraient se transformer en grêle sont attendues dans les prochains jours.

http://www.rtbf.be/video/detail_etats-unis-tempete-de-neige-au-colorado?id=1925878

Tempete de neige 1

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 25-06-2014

Antarctique : la fonte des glaciers s'accélère et serait irréversible

Antarctique : la fonte des glaciers s'accélère et serait irréversible

Thwaitestongue mini

Deux nouvelles études publiées lundi 12 mai 2014 assurent que la fonte des grands glaciers de l'Ouest de l'Antartique est devenue irréversible. Les deux affirment en outre que la fonte de ces glaciers s'accélère sous l'effet des changements climatiques actuels. 

La première étude, qui s'est appuyée sur une compilation de 40 années d'observations et analyses, a conclu que " Le recul des plus grands glaciers de l'Antarctique de l'ouest a atteint un point de non-retour ". Eric Rignot, l'un des auteurs de la publication, estime que l'actuelle fonte des six plus grands glaciers de cette région, Haynes, Kohler, Pine Island, Pope, Smith, Thwaites accompagne déjà de façon importante la montée des océans. Chaque année, cette région relâche pratiquement autant de glace dans l'océan antarctique que toute la banquise du Groenland. Ces glaciers sont en train de reculer plus vite que ne le prévoyaient la plupart des scientifiques et il n'est pas impossible qu'ils déstabilisent l'environnement de plaques de glace de cette partie de l'Antarctique. Les conséquences seraient potentiellement une montée de trois mètres et plus sur le total des océans au cours de la fonte des décennies à venir.

Le spécialiste pense qu'il est nécessaire de mettre à jour, et à la hausse, les diverses projections du Groupe des Experts sur l'Evolution du Climat (le GIEC). D'après ces projections actuelles, les océans devraient s'élever de 90 centimètres d'ici la fin de ce siècle sans mesures supplémentaires pour réduire les émissions de gaz à effets de serre. Rien que ces projections révèlent que des dizaines de millions de personnes vivant dans des régions côtières vont être affectés. Il faut bien dire que les données qui s'ajoutent au fur et à mesure des analyses ne sont guère optimistes non plus. "Ces glaciers seront un contributeur majeur à la montée des océans au cours des décennies et des siècles à venir, a insisté le scientifique. En fondant, les glaciers s'allongent et leur épaisseur diminue, ce qui réduit leur masse et les séparent de plus en plus du socle rocheux, les faisant ainsi glisser plus vite. L'effondrement des masses de glace de cette partie de l'Antarctique paraît ainsi être irréversible", conclut Eric Rignot. "Le fait que ce recul des glaciers se produit simultanément sur une vaste zone laisse penser que ce phénomène a résulté d'une seule cause : un réchauffement de l'eau de l'océan dans laquelle flotte une partie de ces masses de glace", souligne-t-il.

Le plus grand glacier pourrait disparaître

Thwaitesglacier antarctique

Thwaites Glacier from the air. Thwaites Glacier is so low and wide it is hard to get a good picture, but here you can see the fractured area on still-grounded ice where the fast flow is focused. You can also see the tracks from this region being carried out across the floating tongue. The grounding line is marked by the change to brighter white (more broken) ice just below the words “Fastest flow”. The eastern ice shelf is hidden by the wing of the plane, but the broken front of the floating tongue is in approximately the position of the submarine ridge of Tinto & Bell, 2011.

La deuxième étude, parue dans la revue Science, s'est focalisée sur le glacier Thwaites, le plus massif de l'Antarctique occidental, large de 120 kilomètres. Les chercheurs ont montré que la désintégration de ce glacier avait déjà commencé, et qu'il risquait de disparaître d'ici quelques siècles, le scénario le plus probable se situant entre 200 et 500 ans. D'après les chercheurs, cette disparition ferait monter le niveau des océans de près de 60 centimètres.

"Les simulations dans notre modèle informatique semblent indiquer une accélération dans le futur, sans aucun mécanisme de stabilisation en vue", explique Ian Joughin, un glaciologue de l'université de Washington, l'un des auteurs de cette publication. "Toutes nos simulations montrent que la fonte du glacier fera monter le niveau de l'océan de moins d'un millimètre par an pendant 200 ans, avant de commencer à se désintégrer et à disparaître", ajoute-t-il. A certains endroits, le glacier de Thwaites perd déjà plusieurs mètres d'altitude par an.

Thwaitestongue

Image of the tongue of Thwiates Glacier prior to the most recent ice ice section break off. Image from New Hampshire University MODIS Data Viewer tool.

http://news.sciencemag.org/climate/2014/05/west-antarctic-ice-sheet-collapsing

Yves Herbo, Sciences, F, Histoire, 13-05-2014

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens