reincarnation

Des scientifiques prouvent la réincarnation humaine ?

Des scientifiques prouvent la réincarnation humaine ?

Tubesquantiquescervicaux

On revient dans la rubrique l'Homme Spirituel avec cet article, inutile d'expliquer pourquoi, cela coule de source.

Suite de ces articles et vidéos : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/deux-scientifiques-disent-prouver-l-existence-de-l-ame-humaine-quantique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/recherches-sur-le-karma-et-la-reincarnation.html et les nombreux autres trouvables dans ce lien...

Depuis que le monde est monde, nous discutons et essayons de découvrir ce qu'il y a au-delà la mort. Ces derniers temps, une science quantique explique et prouve qu'il y a une vie (non physique) après la mort de tout être humain.

Un livre intitulé "Biocentrisme : Comment la vie et la conscience sont les clés pour comprendre la nature de l'Univers" "est discuté" sur l'Internet, car il contenait une notion que la vie ne s'arrête pas quand le corps meurt mais qu'elle peut durer éternellement. L'auteur de cette publication, le Dr Robert Lanza, qui a été élu le troisième scientifique le plus important du monde, en direct par le New York Times, n'a aucun doute que c'est possible.

Au-delà du temps et de l'espace

Lanza est un expert en médecine régénérative et directeur scientifique de la Advanced Cell Technology Company. Dans le passé, il était connu pour ses recherches approfondies sur les cellules souches et aussi pour plusieurs expériences réussies de clonage sur les espèces animales en voie de disparition.
Mais il n'y a pas longtemps, le scientifique s'est impliqué dans la physique, la mécanique quantique et l'astrophysique. Ce mélange explosif a donné naissance à la nouvelle théorie du biocentrisme qui a été prêchée depuis. Le Biocentrisme enseigne que la vie et la conscience sont la clé de l'univers.

C'est la conscience qui crée l'univers matériel et non l'inverse.

Lanza pointe sur la structure même de l'univers et dit que les lois, les forces et les variations constantes de l'univers semblent être affinées pour la vie, ce qu'elle est, c'est l'intelligence qui existait avant qui importe beaucoup. Il dit aussi que l'espace et le temps ne sont pas des objets ou des choses, mais les outils de notre compréhension animale. Lanza dit que nous portons le temps et l'espace autour de nous "comme des tortues", ce qui signifie que lorsque la carapace part, l'espace et le temps existent encore.

La théorie suggère que la mort de la conscience n'existe pas. Elle n'existe que comme une pensée parce que les gens s'identifient à leur corps. Ils croient que le corps va mourir tôt ou tard, en pensant que leur conscience disparaîtra aussi. Si le corps génère la conscience alors la conscience meurt quand le corps meurt. Mais si le corps devient conscient comme une boîte de télévision par câble reçoit des signaux satellites, alors il est évident que la conscience ne se termine pas avec la mort du corps. En fait la conscience existe en dehors des restrictions du temps et de l'espace. Elle peut être n'importe où : dans le corps humain et à l'extérieur d'elle-même. En d'autres termes, elle est non locale dans le même sens que les objets quantiques sont non locaux.

Lanza estime également que plusieurs univers peuvent exister simultanément. Dans un univers le corps peut-être mort et dans un autre il existe toujours (ou va exister), en absorbant la conscience qui a migré d'univers. Cela signifie qu'une personne morte voyage à travers le même tunnel tout simplement, pas en enfer ou dans le ciel, mais dans un monde semblable à celui qu'il a autrefois habité, mais cette fois en vie. Et ainsi de suite, à l'infini, presque comme un effet cosmique de la vie au-delà de la mort.

Plusieurs mondes

Non seulement il y a de simples mortels qui veulent vivre éternellement, mais aussi quelques grands scientifiques qui ont la même opinion que Lanza. Ils sont des physiciens et des astrophysiciens qui ont tendance à être d'accord avec l'existence de mondes parallèles et qui suggèrent la possibilité d'univers multiples. Le Multivers (multi-univers) est le concept scientifique de la théorie qu'ils défendent. Ils croient qu'il y a des lois physiques qui prouvent l'existence de mondes parallèles.

Le premier à en parler était l'auteur de science fiction HG Wells en 1895 avec le livre "La porte dans le mur". 62 ans plus tard, cette idée a été développée par le Dr Hugh Everett dans sa thèse de troisième cycle à l'Université de Princeton. Cela postule essentiellement que, à un moment donné, l'univers se divise en de nombreux cas semblables et l'instant d'après, ces univers "nouveaux-nés" divisés sont similaires. Donc, dans certains de ces mondes, qui peuvent être présents, on lit cet article dans un univers et on regarde la télévision dans un autre.

Dans les années 1980, Andrei Linde, scientifique de l'Institut de Physique de Lebedev, a développé la théorie des univers multiples. Maintenant professeur à l'Université de Stanford, Linde a expliqué que l'espace se compose de nombreuses sphères imbriquées qui donnent lieu à des niveaux similaires, et ceux-ci, à leur tour, produisent des sphères en plus grand nombre et ainsi de suite à l'infini. Dans le monde, elles sont séparées. Elles ne sont pas conscientes de l'existence de l'autre, mais elles représentent des parties du même univers physique.

Laura Mersini Houghton, physicienne à l'Université de Caroline du Nord avec ses collègues affirme : des anomalies du fond du Cosmos existent en raison du fait que notre univers est influencé par d'autres univers existants à proximité et que des trous et des failles sont un résultat direct d'attaques contre nous par univers voisins.

Ame

Ainsi, il y a beaucoup d'endroits, ou d'autres univers, où notre âme pourrait migrer après la mort, selon la théorie du néo biocentrisme.
Mais l'âme existe-t-elle ? Y a-t-il une théorie scientifique de la conscience qui pourrait accueillir une telle demande ? Selon le Dr Stuart Hameroff, une expérience proche de la mort se passe quand l'information quantique qui habite le système nerveux quitte le corps et se dissipe dans l'univers. A côté du Dr Hameroff, un matérialiste offre une autre explication de la conscience qui peut peut-être faire appel à l'esprit scientifique rationnel et aux intuitions personnelles.

La conscience réside, selon Stuart et le physicien britannique Sir Roger Penrose, dans des microtubules des cellules du cerveau qui sont les principaux sites du traitement quantique. Après la mort, ces informations sont libérés du corps, ce qui signifie que votre conscience part avec. Ils ont fait valoir que notre expérience de la conscience est le résultat des effets de la gravité quantique dans ces microtubules, une théorie qu'ils ont dénommé Réduction Objective Orchestrée.

La conscience ou au moins la proto-conscience est théorisée par eux comme une propriété fondamentale de l'univers, présente même dans le premier moment de l'univers lors du Big Bang. " Dans une de ces expériences conscientes, il a été prouvé que le régime de proto conscience est une propriété fondamentale de la réalité physique accessible à un processus quantique associé à l'activité du cerveau."

Nos âmes sont en fait construites à partir de la structure même de l'univers et ont peut-être existé depuis le début des temps. Nos cerveaux ne sont que des récepteurs et des amplificateurs pour la proto-conscience qui est intrinsèque à la structure de l'espace-temps. Donc, il y a vraiment une partie de votre conscience qui n'est pas matérielle et vivra après la mort de son corps physique ?.

Le Dr Hameroff dit à Science Channel dans le documentaire Through the Wormhole : " Disons que le cœur cesse de battre, le sang s'arrête de couler, les microtubules perdent leur état quantique. L'information quantique dans les microtubules n'est pas détruite, elle ne peut être détruite, elle se  dissipe juste et se distribue à l'univers dans son ensemble ". Robert Lanza ajouterai ici qu'elle n'existe pas que dans cet univers, elle existe peut-être dans un autre univers.

Si le patient est réanimé, relancé, cette information quantique peut revenir dans les microtubules et le patient dit "J'ai eu une expérience de mort imminente".
Il ajoute: "Si il ne reprend pas, et que le patient meurt, il est possible que cette information quantique puisse exister en dehors du corps, peut-être indéfiniment, comme une âme."

Cet enregistrement de conscience quantique explique les choses comme les expériences de mort imminente, la projection astrale, l'expériences hors du corps, et même la réincarnation, sans avoir besoin de faire appel à l'idéologie religieuse. L'énergie de votre conscience, se recyclera potentiellement dans un corps différent à un certain moment, et dans le même temps, elle existe en dehors du corps physique sur un autre niveau de réalité, et peut-être dans un autre univers.

Robert Lanza sur le Biocentrisme (VO)

Ref. :
http://www.learning-mind.com/quantum-theory-proves-that-consciousness-moves-to-another-universe-after-death/
http://en.wikipedia.org/wiki/Biocentric_universe
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2225190/Can-quantum-physics-explain-bizarre-experiences-patients-brought-brink-death.html#axzz2JyudSqhB
http://www.news.com.au/news/quantum-scientists-offer-proof-soul-exists/story-fnenjnc3-1226507686757
http://www.psychologytoday.com/blog/biocentrism/201112/does-the-soul-exist-evidence-says-yes
http://www.hameroff.com/penrose-hameroff/fundamentality.html
http://www.spiritscienceandmetaphysics.com/scientists-claim-that-quantum-theory-proves-consciousness-moves-to-another-universe-at-death/#sthash.INC2QKj1.dpuf, en portugais (envoyé par un contact brésilien) : http://www.duniverso.com.br/cientistas-comprovam-reencarnacao-humana/

PS : cet article m'a été envoyé sur Facebook (et enregistré) par Mr Antonio Sergio Tortoni le 11 janvier 2015 à 21:46, que je remercie ici, avec ce lien original en portugais que j'ai donc traduit avec l'aide de Google trad. et de la version anglaise aussi, citée dans cet article publié au Brésil (avec la vidéo citée aussi)... : 

Cientistas comprovam a reencarnação humana
www.duniverso.com.br

obrigado, eu vou ver de traduzir

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 12-01-2015

Histoire d’une réincarnation

Histoire d’une réincarnation

stevenson-book.jpg

Résumé :   Comment le phénomène de réincarnation peut-il être envisagé par un esprit rationnel ? A quoi attribuer les souvenirs que des milliers de gens rapportent et qui semblent appartenir à des vies antérieures ? La réincarnation a captivé Ian Stevenson, un éminent professeur de l'université de Virginie. Sur les milliers de témoignages recueillis en Inde, au Brésil, au Liban ou en Alaska, le chercheur a retenu les plus crédibles et les plus saisissants. 20 cas suggérant le phénomène de réincarnation rassemble ainsi les récits de vingt enfants dont les éléments ont pu être vérifiés et validés par des recherches scrupuleuses. Marques de naissance, habitudes et phobies des enfants trouvent alors un éclairage surprenant. Un livre qui ébranle notre conception de la conscience et du cerveau humain. (Yves Herbo : ce texte vient de me rappeler que j'ai moi-même une grosse tâche de naissance au niveau des reins, que j'oublie car ne vois pas !)


L’Inde est l’un des pays où l’idée de réincarnation est la plus acceptée, raison peut-être pour laquelle la population semble ouverte à la possibilité que leurs enfants puissent être des incarnations d’autres personnalités. Voici l’histoire de Jasbir, relatée par Ian Stevenson dans son livre enquête « 20 cas suggérant le phénomène de réincarnation ».


L’idée de réincarnation constitue un principe important de la religion hindouiste, pratiquée par la grande majorité des habitants de l’Inde. L’hindouisme est la plus vieille religion du monde toujours vivante, et l’on peut faire remonter ses origines jusqu’au IVe millénaire avant J-C. Ses doctrines et ses pratiques ne sont pas très différentes aujourd’hui de ce qu’elles étaient il y a des milliers d’années. Les efforts de persuasion des conquérants et des missionnaires musulmans et chrétiens ont eu peu d’impact, pour ce qui est des idées fondamentales de l’hindouisme, sur la foi de la plupart des Indiens. J’ai évoqué, dans l’introduction de cette monographie, les rapports complexes qui unissent la croyance en la réincarnation dans certaines cultures à l’apparition de cas qui semblent prouver et justifier celle-ci. (...)

Le cas de Jasbir

Dans la plupart des cas dits de réincarnation, la personnalité antérieure meurt plusieurs années avant la naissance de la personnalité actuelle. L’écart de temps varie mais, dans les cas survenus en Inde, il est en moyenne d’environ cinq ans. Le cas qui nous occupe présente une caractéristique inhabituelle : la personnalité antérieure à laquelle le sujet s’identifia ne mourut qu’environ trois ans et demi après la naissance du « corps physique de la personnalité actuelle ». (...)

enfant-inde.jpg

Au printemps de 1954, Jasbir, le fils de Sri Girdhari Lal Jat, vivant à Rasulpur dans le district de Muzaffarnagar (U. P.), était considéré comme mort de la variole ; il avait trois ans et demi. Le père de Jasbir alla voir son frère ainsi que les autres habitants du village afin qu’ils l’aident à enterrer son fils « mort ». Comme la nuit était assez avancée, ils lui conseillèrent de reporter l’enterrement au matin. Quelques heures après, Sri Girdhari Lal Jat remarqua par hasard des soubresauts dans le corps de son fils qui, progressivement, revint complètement à la vie. Il fallut plusieurs jours avant que l’enfant prononçât quelques mots et plusieurs semaines avant qu’il pût s’exprimer clairement. Quand il retrouva l’usage de la parole, son comportement changea de manière frappante. Il affirma alors qu’il était le fils de Shankar, du village de Vehedi, et qu’il désirait s’y rendre. Il ne voulait pas manger dans la maison des Jat puisque, étant brahmane, il appartenait à une caste supérieure. Ce refus catégorique de manger aurait certainement provoqué à nouveau sa mort si une brahmane, voisine de Sri Girdhari Lal Jat, ne s’était très gentiment chargée de préparer sa nourriture, selon la tradition brahmane. (...)

Jasbir se mit à donner de plus amples détails sur « sa » vie et sur « sa » mort dans le village de Vehedi. Il décrivit notamment comment, lors d’une procession de mariage qui allait d’un village à un autre, il avait mangé des bonbons empoisonnés. Il prétendait qu’un homme à qui il avait prêté de l’argent lui avait donné ces bonbons. Il avait alors été pris de vertiges, était tombé de la carriole qu’il conduisait, s’était blessé grièvement à la tête et en était mort. (...)

Trois ans plus tard environ, cela attira l’attention de Srimati Shyamo, une brahmane originaire de Rasulpur qui s’était mariée avec un homme de Vehedi, Sri Ravi Dutt Sukla. Cet homme ne retournait que très rarement à Rasulpur (à peu près tous les sept ans). Au cours d’un de ces voyages, en 1957, Jasbir la reconnut comme étant sa « tante » ; Elle rapporta cet incident à la famille de son mari et aux Tyagi à Vehedi. Or, les circonstances de « sa » mort et d’autres faits racontés par Jasbir correspondaient exactement aux évènements de la vie et de la mort d’un jeune homme de vingt-deux ans, Sobha Ram, fils de Sri Shankar Lal Tyagi qui habitait Vehedi. Sobha Ram était mort au mois de mai 1954, dans un accident de carriole, conformément au dire de Jasbir. La famille Tyagi ignorait cependant tout d’un prétendu empoisonnement ou d’une quelconque créance de Sobha Ram avant d’avoir entendu les déclarations de Jasbir. Ce n’est que par la suite qu’ils en vinrent à soupçonner l’empoisonnement.

Quelque temps après, le mari de Srimati Shyamo, Sri Ravi Dutt Sukla, en visite à Rasulpur, entendit parler des propos de Jasbir et il le rencontra. Le père de Sobha Ram ainsi que d’autres membres de sa famille vinrent ensuite voir Jasbir ; celui-ci les reconnut et établit parfaitement leurs liens de parenté avec Sobha Ram. Quelques semaines plus tard, un habitant de Vehedi nommé Sri Jaganath Prasad Sukla fit venir Jasbir dans son village, sur les conseils du directeur d’une sucrerie près de Vehedi. Il le déposa près de la gare de chemin de fer et lui demanda de lui montrer le chemin jusqu’au quadrilatère des Tyagi. Ce que fit Jasbir, sans difficulté aucune. Puis on emmena Jasbir chez Sri Ravi Dutt Sukla et, de là, il montra le chemin (différent du premier) jusque chez les Tyagi. Il resta quelques jours dans le village et, en présence des Tyagi et d’autres villageois, il fit preuve de connaissances précises sur la famille Tyagi et sur ses affaires. Il passa un très bon moment à Vehedi et rentra à contrecœur à Rasulpur...

Sources : http://www.inrees.com/ + http://savoirperdu.over-blog.net/article-histoire-d-une-reincarnation-114866093.html

SFH 01-2013