Nouvelle

Anomalies dans la Baltique: les news printemps 2016

Anomalies dans la Baltique: les news du printemps 2016

 

Baltic ano capture

La page originale est longue à charger, et pour cause... beaucoup d'images et de vidéos !... je publierai donc maintenant les news sous formes de billets moins gros en taille et si vous voulez revoir l'intégralité de cette passionnante aventure, patientez pour le chargement de cette page ! : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

MAJ du 08-05-2016 : Une très longue pause donc depuis les dernières nouvelles hivernales de février 2015, celles du printemps de mai 2015 et la dernière de l'été 2015. Tout simplement parce que, malgré le succès de la série télévisée incluant un reportage sur l'anomalie de la Baltique et les interviews filmées des protagonistes (documentaire dans "The Unexplained Files Saison 2​02" que vous avez pu voir dans un autre article (en vf) avant qu'il soit enlevé par Dailymotion à la demande de la chaîne l'ayant diffusé (mais pas assez rediffusé !))... bien que ces documentaires sont en train de faire le tour du monde et des diverses chaînes de beaucoup de pays, les choses se sont vite tassées et il n'y a pas vraiment eu de suite positive à tout ceci, omit une possibilité ouverte avec... la Russie. Je vais en parler tout de suite, car cela provient d'une intervention de Denis Asberg sur Facebook. Vous vous souvenez de la possible découverte de l'épave d'un ancien sous-marin russe en 2015 ? Et bien les choses semblent se concrétiser car le 19 avril 2016 s'est tenue une première réunion d'expertise au Ministère des Affaires Etrangères de Suède, avec l'équipe Océan X et les Russes, au sujet de l'enquête sur le sous-marin russe.

 

Scan baltique a40miles nautiques de anomalie

 

 

Dennis Asberg: https://www.facebook.com/dennisaasberg
Peter Lindberg: https://www.facebook.com/Peter_Lindberg
Facebook: https://www.facebook.com/groups/Oceanx

The first dive, with Ocean X team & Ixplorer on the newly found WW1 Russian submarine "the SOM (catfish)", which sank in 1916 in the Baltic Sea, after a collision with a Swedish vessel. - La première plongée de l'équipe Océan X sur le sous-marin russe de la 1ère guerre mondiale "The SOM (Poisson-chat)", qui a sombré dans la Mer Baltique après une collision avec un navire suédois...
Photo: Stefan Hogeborn, Ocean X Team.
© Copyright 2015 Ocean X team.
http://www.oceanxteam.com

 

Baltique sous marinrusse1

Le 19 Avril 2016 a eu lieu au département des Affaires étrangères de la Suède une première série de consultations d'experts sur l'étude du sous-marin russe "Som" ( "Poisson-Chat") qui a coulé dans les eaux territoriales suédoises au cours de la Première Guerre mondiale.

Le côté russe était représenté lors des négociations par une délégation de la Société géographique russe avec le directeur du Centre Sergey Fokin pour les recherches sous-marines de pointe. Le côté suédois était représenté par le ministère des Affaires étrangères, le Ministère de la Justice, la Garde côtière et l'entreprise de plongée sous-marine "Ocean X Team".

Au cours de la discussion, ils ont confirmé l'intérêt d'une enquête d'une nature intergouvernementale des deux parties au sujet du sous-marin "Som" en raison de sa grande importance humanitaire et pour la mémoire de l'Etat russe et de l'Histoire russo-suédoise.

En attendant une décision du conseil d'administration du comté de Stockholm, qui est habilité à accorder des droits exclusifs pour récupérer les objets sous-marins abandonnés, il a été discuté lors de ces préliminaires des questions de niveau concernant l'enquête sur l'objet. Entre autres choses, c'était à propos de l'identification finale du sous-marin et l'évaluation de sa condition physique actuelle pour toute récupération et d'autres mesures.

À la suite de ces discussions, les parties ont convenu d'un échange tripartite entre la Société géographique russe, la Garde côtière et la société "Ocean X Team" des informations techniques sur les résultats de l'enquête sous-marine de l'été 2015.

Les parties ont convenu qu'ils devraient préparer des propositions pour un plan de travail conjoint pour la prochaine réunion de consultation, qui est prévue pour la seconde moitié du mois de mai 2016.

https://www.facebook.com/RusEmbassySweden/ 20-04-2016

" Nous avons déjà identifié le sous-marin, mais la partie russe veut faire sa propre détermination pour veiller à ce que ce soit vraiment le sous-marin "Som" ", a déclaré Dennis Åsberg. Selon lui, l'expédition est susceptible d'avoir lieu en mai. Ensuite , il sera décidé quand et comment la mise en œuvre effective de l'opération de sauvetage devrait être menée. Un processus qui a fait ses preuves pour être long. " Notre objectif commun est de sauver le sous-marin, mais quand cela se produira, il est actuellement incapable de répondre. De nombreuses parties sont impliquées dans le processus, ce qui est la raison pour laquelle il a fallu attendre si longtemps ", a déclaré Dennis Åsberg. " Comme il a été précédemment dit au public, l'équipe Ocean X va faire partie de la récupération du sous-marin. Avant d'être transporté vers la Russie, l'idée est que l'épave sera transportée sur une barge au port de Norrtälje. On ne sait pas quand et si cela se produira. Il y a un grand intérêt pour ce trésor historique. Notre objectif est qu'il peut être récupéré cet été " dit -il.

 

Sous marin oceanx

autre sourcehttp://norrteljetidning.se/nyheter/nyheter/1.3784379-nytt-steg-infor-bargning-av-ubat-malet-ar-nu-i-sommar-?fb_action_ids=10154131162019932&fb_action_types=og.recommends

 

 

Toujours un certain manque de chance, il semble que les négociations tournent mal pour l'équipe Océan X d'après le dernier message de l'équipe sur son site en date du 05-05-2016

" 05/05/2016 - Au sujet de la décision du bureau administratif du comté de ne pas notifier sa décision à Ocean X Équipe AB de "droits exclusifs pour sauver" le sous-marin existant "Som".

La raison de la décision pour l'Équipe Ocean X appliquée pour les droits exclusifs de récupération est de protéger les intérêts de la société dans sa trouvaille (car selon la loi suédoise, le découvreur d'un objet marin abandonné en devient le propriétaire...). L'objectif a toujours été que le sous-marin et son équipage soit récupéré puis remis aux autorités russes. Ocean X Team n'a en aucune manière l'intention de demander de l'argent au gouvernement russe. Le financement de la reprise se fera avec l'aide des intérêts privés russes et devrait déjà être fixé avant de commencer toute récupération.

Ocean X Équipe AB a engagé la société américaine de sauvetage "Resolve Marine" et "Nicholas Sloane" (chef de sauvetage de la Costa Concordia) en tant que leaders du sauvetage. Ils produiront les plans de récupération définitifs et répondront au soulèvement du sous-marin au plus haut niveau professionnel.

Ocean X Équipe AB avec son partenaire Ixplorer a recherché le contact avec les autorités russes quelques jours après la découverte du sous-marin, et l'a fait à plusieurs reprises par la suite, sans recevoir de réponse. Ocean X Team a également signalé la découverte aux autorités suédoises et sérieusement exécuté les mesures requises en vertu de la pratique actuelle (des découvertes marines).

À l'heure actuelle, étant donné les déclarations de la partie russe que le sous-marin sera récupéré afin d'être mis en place dans un musée en Russie (sur lequel toutes les parties sont d'accord), mais que cela doit être sous les auspices russes. Au lieu d'accueillir un partenariat avec Ocean X équipe et Ixplorer, ce que nous avons constamment cherché avec les autorités russes, apparait maintenant du côté russe plutôt une intention de se battre pour le droit de récupérer le sous-marin. Un contrat avec le gouvernement russe vaut plus d'argent pour la personne qui reçoit la mission que si l'opération de sauvetage était financée par des intérêts privés. Nous supposons également que le purement politique vaut beaucoup plus pour obtenir de mener à bien le sauvetage d'un tel élément historiquement intéressant que le sous-marin "Som".

Les arguments d'Ocean X Team se référant à assurer sa position de trouveurs et «propriétaire» du sous-marin est dans les documents comme suit :

La découverte a été Immédiatement annoncée au ministère russe de la Défense et à l'ambassade à Stockholm à ce sujet. En vertu du droit suédois, le futur propriétaire d'un objet ou des biens perdus, doit le communiquer directement, et il n'a pas affirmé sa participation dans les trois mois à se prononcer découvreur.

La loi sur les objets (sjöfynd) et les biens perdus parle des biens abandonnés et qu'un volontaire pour ces produits peut faire valoir ses droits de propriété sur eux. Dans ce cas, le sous-marin "Som" git intacte au même endroit depuis 100 ans. Ni l'ancien Empire russe, ni l'Union soviétique ou la Fédération de Russie au cours de ces 100 ans ont affirmé "leur" droit au sous-marin de quelque façon que ce soit. Sa position (200 mètres) a été connue dans les archives russes depuis 1916, mais il n'y a pas eu de tentatives précédentes pour localiser et sauver le sous-marin de faites. Si 100 ans ne peuvent être considérées comme un abandon, comment cela se traduit lorsque la définition est «abandonné» ?

La Fédération de Russie est responsable de l'ancien État soviétique, mais pas de l'Empire russe. C'est une question très complexe, mais qui a été décidée dans la Douma (24 Décembre 2004 № 5871p-P12).

Plusieurs arguments ont été mentionnés dans l'avis du conseil d'administration concernant la demande de l'Equipe Ocean X pour "les droits exclusifs pour le sauvetage."

Le propos de Ocean X Team n'est en aucun cas d'être reconnu pour avoir des droits ou la propriété du sous-marin, qui sera remis aux autorités russes lorsque la récupération sera terminée.

Nous souhaitons toujours que les autorités russes reconnaissent l'équipe Ocean X et Ixplorer en tant que leaders du processus de récupération, et de collaborer à travers les frontières au lieu de, actuellement, saper et verrouiller.

La Documentation sur le sujet peut être obtenue sur demande par courriel. "


 

On continue les news avec un rappel sur une petite vidéo tournée par l'équipe en novembre 2015 pour dire que... l'aventure continuait pour Océan X et qu'ils ne baissaient pas les bras, malgré le manque de subventions et de vraies découvertes récentes... l'équipe est équipée maintenant d'un rover sous-marin de haute performance :

 


 

Un article est paru sur le site internet anglais de The Mirror le 26-04-2016, affirmant que l'anomalie de la Baltique désoriante toujours les experts 5 ans après : http://www.mirror.co.uk/news/world-news/alien-spacecraft-91m-under-baltic-7836362

Baltic sea1sonofmabarker

 

On y voit une vidéo et des illustrations tirées des sonars et scans de l'époque et on peut y lire que pour : " Kyle Kingman (géologue de la mer) c'est très certainement un paléosol, que Tom Flodén (géologue de la mer) pense que ce pourrait être un nodule de Manganèse d'une taille énorme, que pour Andreas Olsson (archéologue de la mer) c'était tout à fait certainement une chose faite par l'homme vu ce qu'il a vu des films du sonar "blueview" et des vidéos et que tous les autres scientifiques ont des différentes théories... "

Baltic sea2

sonofmabarker


 

En 2014, il avait été dit que le disque dur d'un ordinateur portable, contenant la mosaïque complète de scans "blueview" de l'anomalie et plusieurs photos et films inédits, avait été malheureusement abîmé... ce disque dur est actuellement en mode restauration par des professionnels et quelques images ont déjà pu être récupérées. Elles sont de mauvaises qualités mais des connaisseurs les améliorent comme ils peuvent, en voici quelques-unes, avec l'originale en premier et la version améliorée (par notre ami Christophe Guégan de la page francophone) en-dessous :

Anomalie1

Anomalie1 net

ici un endroit où la structure de l'anomalie ressemble à une coulée de magma fondu... mais on rappelle qu'il n'y a pas de volcan (à priori) dans la Baltique ou le Golfe de Botnie...

 

Anomalie2

Anomalie2 net

Il s'agit ici de l'endroit visible où l'anomalie se sépare nettement de son "socle" sur laquelle elle repose...

Anomalie3Anomalie3 net

Un endroit de l'anomalie comportant une structure physique différente du reste...

A1 black molten stuff nyA1 black molten stuff ny 2

On note tout de même que, physiquement, certaines structures de l'anomalie ne semblent pas inhabituelles dans cette région soumise à la pression de la glace durant des millénaires (ce qui est indéniable mais n'enlève pas obligatoirement le caractère unique ou intéressant de l'anomalie : comment se présenterait par exemple un objet naturel (pierre, argile, quartz ou même ambre), amélioré ou sculpté, récolté ou "miné" par l'homme préhistorique, après le passage de la glace dessus ?...) :

Ferromanganese oxihydrateCeci est un exemple de ce qui est trouvable dans le Golfe de Botnie, il s'agit ici d'un petit dépôt d'oxihydrate de ferromanganèse ayant subit la pression de l'érosion glaciaire est étant altéré physiquement. C'est pour cela que certains scientifiques pensent que l'anomalie pourrait être le plus grand de cette sorte de dépôt de matière altérée et relativement rare de part le monde.

 

A suivre...

http://www.oceanxteam.com/ MAJ au 08-05-2016

http://thebalticanomaly.se/timeline/

Visitez la page du groupe de l'équipe francophone sur Facebook

Ce qui a été trouvé et dévoilé officiellement : http://thebalticanomaly.se/disclosed-material/

Les faits mis à jour par le site officiel de Océan X au 22-08-2014http://thebalticanomaly.se/current-facts/

Nouvelle page officielle Ocean X = https://www.facebook.com/OceanXteam

A suivre, Yves Herbo traductions, commentaires S,F,H, - 2011-  MAJ 08-05-2016

FAIR USE NOTICE: These pages/video may contain copyrighted (© ) material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. Such material is made available to advance understanding of ecological, POLITICAL, HUMAN RIGHTS, economic, DEMOCRACY, scientific, MORAL, ETHICAL, and SOCIAL JUSTICE ISSUES, etc. It is believed that this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior general interest in receiving similar information for research and educational.

Sur cette page à part, lien ci-dessous, vous trouverez toutes les photos originales des scanners et sonars fournies par l'équipe, ainsi que plusieurs travaux et analyses photos de fans ou de spécialistes essayant d'aider à la compréhension des anomalies. Vous y trouverez aussi les travaux de MaxitsMax qui s'est manifesté ici pour montrer son travail, ainsi que les miens et beaucoup d'autres. J'y ajouterai des données sur d'autres théories (constructions anciennes, Atlantide, etc...) par la suite.

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/recherches-et-theories-sfh-sur-les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Cet article fait référence à la découverte récente du SS Astrid par l'équipe Océan X :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-epave-du-s-s-astrid-a-ete-retrouvee-dans-les-eaux-internationales.html

Autres liens (plus ou moins) en rapport : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-chef-des-plongeurs-d-ocean-x.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-importante-dans-la-baltique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-projet-suedois-sur-les-ghost-rockets.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/special-baltique.html

 

Yves Herbo et traductions - Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/ -  MAJ 08-05-2016

Légendes Celtiques et Romaines 3

Légendes Celtiques et Romaines 3

Eglise de chatelneuvre

Eglise St Laurent de Chatel-de-Neuvre, perchée en haut d'une colline

 

Poursuite de cette série d'articles commencée avec celui-cihttp://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-de-la-cite-disparue-de-taricum.html

et celui-cihttp://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/legendes-celtiques-et-romaines-2.html​

Au cours des jours et des semaines à venir, vous lirez beaucoup d'articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines celtiques de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes les régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour aujourd'hui)...

Ces histoires et références sont issues des archives du Château de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC.

Voici maintenant une légende dont l'origine remonterait à l'époque de Jules César et de Cléopâtre. Une très belle légende qui conte l'amour impossible d'un officier Romain envers une belle prêtresse gauloise, et qui, d'après l'oeuvre de J. J. Moret, le curé-doyen de Saint-Menoux (Allier) "Notes pour servir à l'Histoire des Paroisses Bourbonnaises" paru en 1902, (ouvrage que j'ai récupéré sur ordinateur), pourrait posséder une certaine vérité historique...

En effet, l'histoire se passe en grande partie à Donobrium, également nommée Castrum Donobrense, une antique citée Gallo-Romaine dont les ruines seraient sous les fondations de la petite ville de Chatel-de-Neuvre. J. J. Moret cite ainsi :

« Il me souvient, écrit Férault d'Ainay, géopraphe du XVIe au XVIIe siècle, d'avoir, veu dans de vieux terriers qu'il y avait au commencement une ville à Châtel De-neuve dont il ne paroist à présent aucune marque, si non un vieil temple. » Des fouilles autour de l'église ont donné de nouveaux débris de l'époque gauloise et gallo-romaine : vases en verre et en terre rouge, tuiles à rebord intactes. Une sépulture avec bracelet de bronze et vase en terre noire caractérisant la période gauloise, a été trouvée non loin de Chàtel-de-Neuvre.

On note aussi ceci dans "Gallia Préhistoire - vol. 11, N°2, pages 421 à 454" article de Henri Delporte (1968) : 

Chatel-de-Neuvre : Au lieu-dit "La Pelle", un gisement complexe a livré à MM Abauzit et Genty, outre de nombreux tessons gallo-romains, quelques silex dont un poignard en silex rubané, et plusieurs tessons d'aspect néolithique (téton perforé incomplet) et proto-historique (avec dessin joint) ; la céramique proto-historique doit être en liaison avec le matériel des Champs d'Urnes récolté sur le site voisin de la Jolivette, commune de Chemilly. Voir aussi les découvertes à Chemilly sur la civilisation des Champs d'Urnes et de celle du Chasséen...

Amphore rouge eros

Amphore rouge avec Eros peint

 

Le coeur d'Hedda


Malgré le surnombre de ses hommes, après un siège et une bataille, Vercingétorix, trahi par le peuple éduen ayant à sa tête deux jeunes ambitieux, Véridomar et Eporidorix, dépose ses armes aux pieds de César. Ce dernier nomma aussitôt gouverneur général de la région Lyonnaise Première, dans laquelle étaient inclus les territoires qui deviendront bourbonnais, l'un de ses lieutenants, Julius Cassius. Ce dernier fit alors édifier une grande et somptueuse villa à Donobrium (Chatel de Neuvre) qui, placée sur la voie romaine de Lugdunum (Lyon) à Lutèce (Paris), devint une importante cité, possédant des temples, des théâtres et des villas nombreuses.

Mais, subissant les mauvaises influences de la civilisation romaine amenées par les troupes victorieuses, Donobrium devint rapidement un lieu où s'instaurèrent en souveraines toutes les débauches et les plaisirs malsains. Mais si le plus grand nombre des habitants céda aux tentations du vice et participait ainsi aux célèbres orgies romaines, beaucoup conservaient en leur cœur un fond de haine à l'égard de ceux qui étaient venus les réduire à l'esclavage, disperser leurs familles, abattre les autels de leurs dieux, couper les forêts sacrées et opposer à la l'ancestrale religion panthéiste des druides, le culte polythéiste des divinités inconnues, romaines, grecques et même égyptiennes...

Julius Cassius sentit rapidement grandir contre lui une sourde hostilité. Il se rendait compte qu'on le détestait, qu'il était pour la population mise sous sa juridiction un despote et que, lorsque celle-ci s'écartait sur son passage, c'était bien plus par crainte et mépris que par respect.

Au milieu de la cour nombreuse d'officiers, nobles et commerçants qui l'environnait, il se trouvait seul dans la vie. Il souffrait et son existence même, en dehors des jours de bataille qu'il avait connus et de plus en plus lointains, lui paraissait s'être déroulée jusqu'alors sans but réel. D'ailleurs, son cœur était vide. Sans famille, il n'avait jamais connu l'affection d'un autre cœur ou sa complicité, il ignorait les joies pures et sereines, ne savait rien de la douceur d'aimer. Aussi quand, errant le soir dans les campagnes, il rencontrait des couples d'amants, il était prêt à tout abandonner : gloire, puissance, richesses, pour pouvoir goûter aussi à ce bonheur, ce simple bonheur qu'il voyait chez les autres. Malgré tout, quand il évoquait les grands moments de son passé, il reconnaissait que la vie l'avait jusqu'à présent plutôt favorisé. Il se revoyait enfant, imaginant déjà dans sa tête des projets ambitieux, puis, dans la campagne abandonnée par les Etrusques, à la tête d'une horde, exigeant des passants qu'il arrêtait la rançon de leur vie. Par la manipulation, le pillage, le meurtre, il réussi à atteindre les plus hauts postes de l'Empire. Fait général par César, s'il eut été sûr de la complicité d'un nombre suffisant de partisans, il aurait tué l'Empereur pour usurper sa place. Il avait sacrifié tout autre sentiment à son ambition. Elle seule avait dicté ses actes, tout comme ceux qui avaient trahi Vercingétorix. Maintenant que la fortune et ses actes l'avaient portés au sommet, il constatait le néant de sa réalité, et voyait son châtiment dans l'abandon moral, l'isolement où il se trouvait.

Un soir de printemps, il suivait tout pensif la voie dallée conduisant au temple octogonal de Vénus. Tout était calme autour de lui. Une légère brise flottait, apportant des jardins voisins de subtiles et enivrantes senteurs. Dans le ciel, le frêle croissant de la lune semblait, parmi les myriades d'étoiles, une serpe d'or égarée au milieu des épis. Soudain, dans le silence de la nuit, un chant de femme s'éleva, soutenu par les accords vibrants des harpes frémissantes. Julius Cassius tendit l'oreille, transporté. La voix était tour à tour chaude et captivante, douce et veloutée, pour devenir ensuite éclatante, terrible même, quand la chanteuse, après avoir rappelé dans son ode les jours heureux où les siens étaient libres et en harmonie avec la nature, laissait échapper des cris de haine et suppliait Bélem, son dieu, de donner à ses enfants la force nécessaire pour venger la patrie, pour repousser l'oppresseur.

La voix se tut, Julius Cassius demeura silencieux et songeur, subissant le charme étrange et la puissante beauté de cet appel à la divinité vengeresse.

Dès qu'il put se ressaisir, une question se posa aussitôt devant sa conscience : devait-il laisser cette femme et les siens braver, insulter publiquement et impunément l'Empire ? Son devoir n'était-il pas de faire cerner par ses soldats la maison où se réunissaient ces révoltés, de les faire amener devant lui et, sans autre jugement que le sien ; de donner l'ordre de les supplicier ?

A l'évidence, son devoir était là, mais il n'osait se décider à l'accomplir. Une puissance irrésistible et inconnue l'empêchait d'agir et il se sentait sans volonté aucune. Pour la première fois de sa vie, lui qui n'hésitait jamais, il était en proie à l'indécision. Il regagna sa villa et, le lendemain, poussé par un besoin aussi impérieux qu'inexplicable, il revint, aux mêmes heures, roder aux alentours du temple de Vénus. Il ne pouvait se le cacher, l'espoir d'entendre encore cette voix qui le troublait si étrangement avait guidé ses pas. Son attente ne fut pas vaine. Bientôt, fasciné, il perçut avec les mêmes délices, le chant désespéré où la malheureuse exaltait sa souffrance parmi d'ardentes prières adressées à son dieu. Trois soirs de suite, guidé par sa voix, il chercha à rejoindre la chanteuse, à la voir. Il ne parvint qu'à découvrir l'entrée, à peine dissimulée, d'un assez vaste édifice, que ses centurions lui affirmèrent être le lieu de réunion des adorateurs de Bélem.

Le jour suivant, il fit poster des gardes dans les environs, après leur avoir fait donner l'ordre d'amener, de gré ou de force, la chanteuse inconnue devant lui.

La clepsydre marquait la sixième heure du jour. Un bruit de pas et de cris, venu de l'atrium, la pièce centrale de sa villa, éveilla Julius Cassius qui reposait. Il se rendit dans l'exédre, immense salle habituelle de ses audiences. Au moment où il y accédait, des soldats y pénétraient, poussant une femme devant eux. Celle-ci avait dû tenter d'échapper à leur étreinte, car ses vêtements étaient déchirés, ses cheveux épars et ses yeux encore noyés par les larmes ; ses bras et ses poignets portaient des traces de meurtrissures. Les soldats se retirèrent au geste de Julius Cassius.

Demeurée seule en présence du Gouverneur, le premier mouvement de la femme fut de se jeter à ses  genoux et de demander grâce.  Il s'avança   vers   elle,   la   releva   et   la   regarda. C'était une prêtresse de Tad, une vierge gauloise à la beauté sauvage, au corps superbe et éblouissant de jeunesse. L'ovale de son visage était d'une régularité parfaite ; ses yeux, profonds et bleus comme l'infini du ciel, s'éclairaient de reflets éclatants, sa longue chevelure couvrait de ses fils d'or la blancheur marmoréenne (1) de ses épaules émergeant par les déchirures de sa tunique liliale. Pâle et tremblante, elle se tenait maintenant debout devant Julius Cassius, ses bras le long du corps.

— Femme, tu m'as outragé par tes chants, lui dit-il. Tu t'es révoltée contre l'Empire et César. L'outrage et la révolte sont, par nos lois, punis de mort. Tu sais qui je suis. Nul ne me résiste. Ma puissance n'est pas discutée car sans limites... et je t'offre de partager cette puissance...

La jeune fille demeura surprise de ces paroles, dont elle ne saisit pas tout d'abord le sens. Elle regarda avec un grand étonnement son interlocuteur, qui reprit :

—  En t'écoutant ces derniers soirs, et tout à l'heure en te voyant, j'ai senti naître en moi des sentiments que j'ignorais jusqu'alors. J'ai compris qu'il y avait place en mon cœur pour l'amour et que, sans lui, ma vie serait encore plus vide et plus inutile qu'elle ne l'a jamais été.

—  Je me nomme Hedda,  répondit la prêtresse. Je suis fille d'Arverne et servante de mon dieu. Vous êtes l'oppresseur de mon peuple. A ce titre, je vous hais. Vous-même me mépriseriez si je répondais à votre amour. Je ne puis être à celui qui a tué, martyrisé les miens. Me donner à vous serait les trahir. Je préfère mille fois la mort.

—  Peux-tu songer à la mort alors que tu es au printemps de la vie, alors que ton cœur, semblable au calice des fleurs, s'ouvre à peine au sourire des aurores ? Tu me méprises, tu me hais, parce que tu ne me connais pas. Apprends à me connaître et tu m'aimeras. Alors, par moi, tu seras heureuse.  Ce palais sera le tien. Tu seras la souveraine du pays des Arvernes. Mes gardes, mes esclaves t'obéiront comme à moi-même.

—  Je refuse vos richesses qui ne sauraient me tenter. Mon âme est pure comme l'eau des claires fontaines qui sortent du rocher. Vous ne la troublerez jamais.

—  Et si je te disais que le chagrin me tuera, si tu ne veux pas être mienne ?

—  Je ne vous croirais pas. Le chêne peut s'abattre sous le coup de la foudre, la barque peut sombrer, broyée par la tempête ; mais, devant la douleur, l'homme courbe la tête et, semblable à la fougère des chemins, laisse passer l'orage et se redresse.

Julius Cassius tenta une dernière fois de vaincre l'opiniâtreté d'Hedda. Il sut trouver les accents les plus tendres et les plus convaincants pour lui faire entrevoir le riant avenir qui s'offrait à elle. Il lui montra que son sacrifice ne serait pas vain ; puisqu'elle aimait les siens, sa douce influence sur lui-même leur ferait accorder plus de liberté, plus de bonheur.

Mais elle, digne et tenace, fidèle à sa religion, à son passé, ne répondait à toutes ses protestations d'amour que par le refus et le serment de le haïr toujours, non pas en tant qu'homme, mais en tant que Romain.

Furieux de cette résistance méprisante, Julius Cassius se montra sous son vrai jour. Oubliant vite ses premières déclarations, de tendre et pressant qu'il avait pu être, il devint menaçant et brutal. Sa patience avait atteint ses limites. Il perdit toute mesure, argua de sa volonté, de sa force, de sa puissance et hurla.

—  Tu m'appartiendras dès l'instant que je le veux, dit-il. Je serai ton maître, même si je dois employer la violence !

—  Essayez donc !, s'écria Hedda.

Mis au défi, Julius Cassius, après un dernier mouvement d'hésitation, s'élança vers la prêtresse et la saisit dans ses bras.

Elle jeta un grand cri et, mourante, s'affaisa pendant qu'une tache de sang rougissait la blancheur jusqu'alors immaculée de ses vêtements.

Hedda, sans qu'il s'en fût aperçu, s'était emparée d'un stylet et venait de se percer le cœur. La spontanéité de ce drame affola le gouverneur. Il resta debout, vaincu, devant le cadavre de la jeune fille.

Subitement, il s'agenouilla aux côtés de la morte, lui saisit la tête entre ses mains, l'appuya contre sa poitrine et murmura :

— Pardon, pardon, Hedda pardon ! pourquoi n'as-tu pas compris que mon cœur est vierge comme le tien et que je t'aimerais ?

Et, sur le front de la prêtresse, il déposa un long et douloureux baiser, tandis que des larmes sincères tombaient de ses yeux.

Il pleura longtemps, pris d'un abattement profond et se demanda si cette fin tragique n'était pas un ultime avertissement des dieux, pour lui montrer qu'il ne pourrait jamais y avoir ici-bas de bonheur pour lui, après tous les forfaits et les crimes qu'ils étaient en droit de lui reprocher.

Il prit peur, se sentit maudit et craignit, on les tenant dans ses mains, de souiller cette tête si belle, ce front si pur, qu'il reposa doucement sur les dalles de l'exèdre, où les mosaïques formaient comme une couronne merveilleuse. Ne voulant plus remettre les pieds dans sa villa endeuillée, Julius Cassin s'enfuit à travers la campagne, dans la forêt voisine. Ses centurions demeurèrent de longs jours sans savoir ce qu'il était devenu.

Lorsqu'il reparut, il semblait un vieillard.

Le cadavre de Hedda fut mystérieusement porté dans la demeure des siens, la nuit suivante. On embauma son cœur et on le déposa sur un lit de roses, dans une urne cinéraire, qu'en grande pompe on plaça sous le tumulus voisin des cairns où reposaient les chefs gaulois après leur mort.

Selon la coutume romaine, Julius Cassius vint souvent répandre en secret de l'huile, du miel et des parfums sur la tombe de la vierge. Ce fut là qu'un matin on le trouva, ne donnant plus signe de vie.

Le temps a suivi son cours, détruisant les empires, enfouissant les villes et les palais sous la poussière de l'oubli. Donobrium a disparu complètement. Aucun vestige (certains encore visibles au 16e siècle selon Férault d'Ainay) ne demeure de l'opulente cité dans le village de Chatel de Neuvre.

Il y a un siècle environ, un archéologue, qui recherchait en ces lieux des poteries gallo-romaines, trouva à quelques pieds sous terre un vase d'une réelle élégance. Des peintures primitives (Etrusques, Grecques ?) représentaient sur les parois extérieures le dieu Eros. Ces peintures avaient conservé une exquise fraîcheur et semblaient, mystérieux symbole, prouver une fois de plus que si le monde vieillit et se transforme, l'amour demeure immuable dans sa jeunesse et son charme.

Le vase fut ouvert. Il contenait des touffes de roses, fanées il est vrai, mais ayant gardé leur parfum subtil et délicieux. Parmi elles, dur comme une pierre, un cœur, en dépit des siècles écoulés, semblait encore prêt à palpiter, à s'animer d'un souffle vivifiant.

C'était le cœur de Hedda, vierge gauloise et prêtresse de Tad...

Vase eros ivre endormi sur une amphore

Un petit vase représentant le dieu Eros ailé endormi sur une amphore...

BIBLIOGRAPHIE :

- Docteur  PICQVAND   :  Légendes  du Bourbonnais.

- Achille AIlier  : Esquisses bourbonnaises.

- J.-J. MORET : Notes pour servir à l'histoire des Paroisses du Bourbonnais.

- Octave Louis-Aubert : Légendes Traditionnelles du Bourbonnais.

- "Gallia Préhistoire - vol. 11, N°2, pages 421 à 454" de Henri Delporte : http://www.persee.fr/doc/galip_0016-4127_1968_num_11_2_1329

- Eglise romane de Chatel-de-Neuvre : http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/chatel_de_neuvre__03_allier_/index.html

(1) se réfère à la blancheur du marbre.

(2) se réfère à la blancheur ou pureté du lis.

Steles gallo romaines eglise de chatelneuvre

Eglise de Chatel-de-Neuvre : A mi-hauteur de la façade ouest, de chaque côté, on remarque deux stèles funéraires gallo-romaines très usées, qui confirment, comme certains éléments sculptés remployés dans le parement du côté sud-ouest du transept, la présence d'un ancien établissement antique sur ce site, dont l'emplacement exact n'a jamais été découvert.

 


Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.fr/, 05-03-2016

Légendes Celtiques et Romaines 2

Légendes Celtiques et Romaines 2

Menir de givarlais allier miniMenhir christianisé de Givarlais, Allier

 

Poursuite de cette série d'articles commencée avec celui-cihttp://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-de-la-cite-disparue-de-taricum.html

Au cours des jours et des semaines à venir, vous lirez beaucoup d'articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines celtiques de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes les régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour aujourd'hui)...

Ces histoires et références sont issues des archives du Château de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC.

J'en ai déjà parlé dans le premier article cité en référence plus haut : une légende celte nous parle de deux cités très proches l'une de l'autre, datant d'une période déjà ancienne pour les gaulois du premier siècle après JC, et qui auraient toutes deux disparues pour des raisons assez mystérieuses... l'une était assez importante et renommée pour que son nom parvienne jusqu'à nos jours, ainsi qu'une partie de son histoire (Taricum), alors que l'autre n'a laissé  d'autre souvenir que sa possible existence vers un lieu chargé de légendes... c'est sur ce lieu que repose l'histoire que je vais vous raconter maintenant en premier.

C'est donc sur ce fameux plateau de Fontanat qu'aurait existé cette mystérieuse cité disparue subitement, avant même l'arrivée des romains. Mais il y existe encore de nos jours un amas de Pierres enrobées de légendes : les Pierres Giraud, ou Girods, ou encore connues sous l'appellation de Pierres des Jarges, qui se trouve donc du côté du Hameau de Fontanat (ou Fontana). Et c'est très proche de ces Pierres, dans un caveau antique, qu'il a été trouvé des objets façonnés appartennant à un art primitif, accompagnés de pièces de monnaie datant probablement de l'époque romaine. D'où est venue la légende ? Nul ne le sait, mais la rumeur s'est alors répandue que ces pièces de monnaie antiques seraient tombées du trésor que Satan emportait avec lui quand il s'évertua à le cacher en ces lieux...

FontanatUne vieille carte postale trouvable sur le site mentionné ci-dessus

 

Et ce lieu, vous vous en doutez, ce sont les Pierres de Jarges... et principalement la plus grosse, qui pivoterait sur elle-même pour découvrir des barriques d'or, le dimanche des Rameaux, entre l'instant où le prêtre frappe du pied de la croix à la porte de l'église et celui où s'ouvrent les lourdes portes. C'est donc l'affaire de quelques secondes. Celles-ci doivent suffire à l'audacieux qui se tiendra prêt à se saisir de ces richesses maudites... mais il lui faudra faire très vite s'il ne veut pas tout perdre, et la vie et son âme, car la lourde pierre l'écrasera en reprenant sa place...

Personne n'a jamais osé braver cette tentation diabolique, jusqu'à ce qu'une femme du pays, une malheureuse demeurée veuve récemment avec un tout jeune enfant, cède à la tentation et au hasard trop synchronique. Les soins qu'elle prodigait à son petit l'avaient mis en retard pour la messe, ce jour-là, et elle prit un raccourci la faisant passer près des Pierres, avec son enfant dans les bras. Comme elle arrivait auprès de la grosse pierre des Jarges, elle vit celle-ci tourner sur elle-même, se soulever, laissant à découvert des monceaux d'or... Elle ne réflechit pas, posa son enfant à ses côtés, enfouit ses mains dans un tas d'écus, comme elle l'aurait fait dans un sac de blé, et les retira pleines de bonnes espèces sonnantes et trébuchantes qu'elle engouffra prestement dans les poches de son tablier. Mais, malgré sa rapidité, le temps lui manqua pour soulever son enfant avant que la pierre ne reprit sa place et son petit disparu, enseveli sous le roc...

La pauvre mère fut évidemment la proie d'un profond désespoir. Bien sûr, elle était riche maintenant, mais à quoi cette richesse allait-elle lui servir, maintenant qu'elle était, à priori, séparée définitivement du petit être qui, depuis la mort de son mari, était toute sa vie ? En larmes, elle se traîna sur ses genoux et supplia la Pierre de se soulever à nouveau, juste le temps nécessaire pour remettre en place l'argent qu'elle avait pris et pour délivrer son enfant. Mais ses prières et ses pleurs demeurèrent vaines. alors, folle de douleur, elle regagna sa maison et s'y enferma comme une bête sauvage et malfaisante au fond de sa tanière. Et elle passa son temps à se maudire et à se reprocher amèrement de n'être pas restée pauvre et d'avoir cédé à la tentation.

Son voisinage s'étonna dans un premier temps de ne plus la voir sur le seuil de sa porte, tenant son enfant dans les bras. Puis une rumeur - d'où pouvait-elle bien venir ? - apparue, disant qu'elle avait en sa possession de belles bourses d'or... jusqu'à ce que la vindicte des gens vienne à l'accuser d'avoir vendu son enfant contre une belle somme d'argent... 

Elle devint moralement de plus en plus malheureuse et se rendit chaque matin à la chapelle de Fontanat pour y dire sa prière, demander pitié à Dieu et réclamer le pardon et le retour de son enfant. La légende dit qu'elle fut entendue et que le Ciel ne voulut point qu'elle paya toute sa vie son erreur...

Alors qu'elle était agenouillée devant la statue de Saint Pierre, celle-ci s'anima subitement et lui parla en ces termes ! :

" Tu as commis une grosse faute en te laissant tenter par ce trésor qui s'offrait à ta vue, mais tu étais pauvre et tu pensais pouvoir élever mieux ton enfant avec cet argent. Dieu est prêt à te pardonner, car tu as toujours, depuis, battu ta coulpe avec confiance. Tout l'or qui est en ta possession ne t'est pas nécessaire. Prélèves-en la plus large partie et fais l'aumône autour de toi, répands-le entre ceux de tes semblables qui le méritent, pour qu'ils connaissent tout à la fois un peu d'aisance et de bonheur. Reviens ensuite au prochain jour des Rameaux devant la Pierre de Jarges : attends et espère. "

Pleine de confiance et de respect en la parole de Saint Pierre, elle accomplit à la lettre tout ce que celui-ci lui avait recommandé. Elle distribua son or à bon escient, fit tout le bien qu'elle pouvait et vint tous les matins prier avec dévotion l'apôtre, pour qu'il intercède en sa faveur auprès de Dieu.

La fête des rameaux arriva et elle alla se placer à la base de la pierre tournante. Elle entendit la cloche de l'église sonner le commencement de la messe. Son coeur s'arrêta de battre, ses yeux se figèrent sur l'énorme monolithe et elle attendit et espéra.

Tout à coup, la lourde masse pivota et la pauvre mère devint la plus heureuse des femmes en apercevant, au fond de l'excavation que ses mains avaient creusée dans le tas d'or l'année précédente, son enfant, bien vivant, qui souriait en lui tendant ses petits bras. Elle le saisit, le pressa de toutes ses forces contre son sein pendant que la Pierre de Jarges reprenait son immuable immobilité...

Comme beaucoup de légendes et contes, celui-ci a une conclusion morale dont vous avez certainement déduit la teneur, à savoir que la fortune ne saurait assurer le bonheur, que celui-ci se trouve plutôt dans l'accomplissement du bien...

L'un des auteurs de ces carnets trouvés dans les archives du Château de la Garde, mentionne que sur la route menant d'Hérisson à Châtel-Montagne (Allier), un amoncellement de gros blocs de granit est appelé le Rocher du Rocmié. Une légende à peu près semblable à celle des Pierres de Jarges, se raconte dans le pays à son sujet...

 

La Légende de la Pierre Malentrée

Neris basiliqueNéris, vestige de la Basilique romaine


Pareillement que pour les Pierres Jaumâtres et les Pierres de Jarges, un sanctuaire druidique a probablement également existé aux abords de Néris, au sein des profondes forêts qui couvraient autrefois le pays. Les pierres de cette enceinte sacrée ont disparu depuis longtemps déjà. Peut-être servirent-elles aux Romains pour la construction des premières villas qu'ils édifièrent à Néris quand, après avoir reconnu la vertu bienfaisante des sources présentes, ils y établirent des thermes. Des thermes et piscines que l'ont retrouva et déterra au début du 19e siècle, et qui ont même été remis en fonction par la suite ! L'une de ces antiques Pierres est cependant demeurée debout et sa présence au village de Durdat-Larequille, dans l'Allier, suffit pour attester — car c'est une pierre à sacrifices — que des cérémonies en l'honneur de Tentâtes et de Bélem se tenaient jadis en ce lieu.

Neris piscinesromaines1vieille photo du 19e siècle, découverte des piscines romaines de Néris

La forme d'un corps est parfaitement dessinée sur cette pierre appelée dans le pays, non sans raisons, la Malentrée. On y voit distinctement les emplacements d'une tête, des épaules, des reins, et, en pendant, celui des jambes. La légende oublia les Druides et attribua cette Pierre au Diable en personne...

C'était en des temps très anciens, presque à la naissance du monde. Satan régnait alors en maître sur l'ensemble du territoire bourbonnais. De tous côtés, il y avait des collines au sommet desquelles il aimait s'asseoir pour contempler son royaume. Ses fidèles démons se prosternaient devant lui, le vénéraient comme leur maître, leur dieu. Personne ne mettait son autorité en doute. Ses incubes et ses succubes (des démons qui hantaient les nuits romaines) se livraient, sous ses ordres, aux travaux les plus divers ; mais l'essentiel de leur besogne était de lui amener le plus grand nombre possible d'âmes en état de péché, qu'avec satisfaction il livrait aux flammes de son Enfer. Celui-ci avait même une entrée toute proche de l'ancienne pierre à sacrifices : "la mauvaise ou la mal entrée".

La tranquillité de Satan fut entière pendant de nombreux siècles, son emprise sur les humains et les démons était sans bornes et rien ne semblait pouvoir la troubler. Il la croyait même devoir être éternelle quand, un jour, l'un de ses démons le prévint qu'un ermite, nouvellement arrivé dans la région, battait sa puissance en brèche et se donnait pour mission d'arracher les habitants du lieu à son pouvoir.

Assez inquiet de cette révélation, il procéda lui-même à une vérification et constata avec consternation que s'était dressé devant lui un adversaire redoutable, avec lequel il devrait désormais compter. Il s'appelait Marien (autre nom de Martial). C'était un très pieux personnage qui vivait dans une hutte de terre et de branchages, jeûnait et priait à longueur de journée, à moins qu'il ne sortît de chez lui afin d'évangéliser les hommes et les femmes qu'il rencontrait et qui consentaient à l'écouter. Ce qu'ils étaient de plus en plus nombreux à faire...

— Basta, se dit Satan, j'arriverai bien à me défaire de lui et à en débarrasser mon domaine.
Il alla trouver Marien, lui offrit de vivre en bon voisinage et l'invita, en bon voisin, à lui rendre visite rapidement. Le saint se rendit donc à cette invitation courtoise. Satan le reçut avec mille condescendances, le fit monter sur la plus haute colline de son royaume, voulut qu'il admirât les beautés naturelles du paysage, puis, insidieusement, comme il l'avait fait autrefois à Jésus, essaya de le tenter en lui disant :
—  Si tu le veux, tout le pays que voient tes yeux sera tien.
—  A quelles conditions ? demanda le pieux évangéliste.
—  C'est simple : tu me regarderas comme ton suzerain.
—  Tu veux rire ! s'exclama Marien. Je ne suis pas venu ici pour me prosterner devant toi, mais pour te chasser du pays, pour arracher de tes griffes sournoises des populations qui sont foncièrement bonnes et que tu tentes de rendre mauvaises en les incitant à commettre des fautes, des crimes, afin que leurs âmes soient bien à toi...

Marien attrapa le diable par sa longue queue, avec cette invincible force que donne la foi, capable, dit l'Ecriture, de soulever des montagnes. Il le fit tournoyer plusieurs fois au-dessus de sa tête et le lança dans l'espace. Satan franchit le vallon voisin pour aller tomber sur la pierre de la Malentrée, où il arriva meurtri et en poussant des cris déchirants. La hauteur de sa chute, de par les lois de la pesanteur, avait augmenté le poids de son corps. Celui-ci s'enfonça dans le rocher et le marqua à tout jamais d'une empreinte impossible à faire disparaître...

Les faits historiques les plus précis sont souvent interprétés différemment. Il n'en est pas autrement pour les légendes. Voici donc une autre version, que l'on rapporte un peu partout, aux environs de Néris.
Marien et Satan avaient longuement discuté : L'ermite entendait obliger le démon à s'en aller du pays et à n'y plus reparaître.

Les deux antagonistes n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur les conditions du marché. A bout d'arguments, Satan eut l'idée d'une proposition intermédiaire :
—  Tu voudrais, dit-il au saint, que je m'en aille d'ici, que j'abandonne purement et simplement mes droits acquis. Cela m'est impossible et tu ne saurais m'y contraindre. Voici ce que je te propose  : celui de nous deux qui sautera le moins loin, laissera la place à l'autre, s'en ira et ne reviendra plus.
—  C'est entendu !, répondit Marien. Relevant sa robe de moine, et en en fixant le bas à la hauteur de sa taille dans sa cordelière, le saint prit son élan et, d'un bond prodigieux, alla atterrir à plus de cent mètres, au delà du rocher de la Malentrée.

Satan applaudit mais rit intérieurement, certain qu'il était, soutenu par ses grandes ailes palmées, de dépasser largement la longueur du saut de son partenaire. Sans donner l'impression d'un gros effort, il s'élança à son tour, d'un coup de jarret vigoureux. En le voyant partir, Marien ne fut pas sans crainte d'être vaincu. Il en appela donc à Dieu et traça dans l'espace le signe de la croix. Aussitôt, Satan perdit de sa vitesse, les membranes de ses ailes se déchirèrent comme il arrivait au-dessus de la Malentrée. Il tomba lourdement sur la pierre, y laissant l'empreinte de son corps, et ce fut au tour de Marien de rire, pendant que, plein de confusion et en se frottant les côtes, le diable vaincu s'engouffrait dans le souterrain tout proche et regagnait son infernal séjour pour y soigner ses courbatures...

Eglise stmartial de larquilleEglise Saint-Martial de Larequille (Photos : Cécile Champagnat)

Notons qu'une autre légende se rapporte au Rocher du Diable : Un berger faisait paître ses moutons le jour de Pâques au lieu d'assister à l'office. Un mendiant qui passait par là, près de la Malentrée, le lui en fit le reproche... le berger le menaça alors de son bâton et lui jeta une pierre ramassée à terre. Immédiatement, la pierre revint sur lui et il fut changé, ainsi que son troupeau et son chien, en un amas de rochers, situé près de la Malentrée...

Fontainestmartial

Le lieu-dit de Durdat Vieux Bourg possède sa fontaine miraculeuse également... les pèlerins et habitants de la région attribuaient à la fontaine Saint Martial des valeurs curatives contre diverses affections de la peau. On trouve cette fontaine, sous la forme d'un vieux puits, sur un chemin de randonnée qui ,sur la droite est seulement à quelques mètres de la sortie principale de l'église du bourg. On peut admirer la photo de la statue de Saint Martial derrière la grille de protection de la niche.

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.fr/, 27-02-2016

Légendes de la cité disparue de Taricum

Légendes de la cité disparue de Taricum, ou de la Fille du Roi Arthur...

Toulxstecroix3Sarcophage d'un premier chrétien, Toulx Sainte Croix (wikipedia)

Au cours des jours et des semaines à venir, vous lirez beaucoup d'articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines celtiques de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes des régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour aujourd'hui)...

Ces histoires et références sont issues des archives du Chateau de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC.

D'après cet ouvrage, trois centres mégalithiques existaient encore dans le Bourbonnais à l'époque de sa rédaction. Le premier se situe au sud-est, dans le canton de Mayet-de-Montagne, aux abords du village de la Chabanne. Il s'agit des Pierres-Courtines, mais en fait tout l'environnement et ses appellations font appel aux souvenirs des cultes druidiques, que l'on parle du Bois-Noir ou des Monts de la Madeleine, où l'on trouve encore les pierres à bassins et des dolmens. Sur Saint-Nicolas-des-Biefs, le Ré-des-Dieux et le Ré-de-Mussi ont pour voisin le menhir de la Pierre du Charbonnier. Situé sur le hameau de Gaulourdier, cette Pierre Levée se nomme ainsi à cause de ses sombres reflets. Sur la commune de Lavoine, au village de Malichard, existe le Champ-des-Rocs, qui se nomme ainsi car rien n'y pousse : il est couvert de petits menhirs et de grosses pierres, que la légende affirme avoir été jetées ici par le dieu romain géant Tanaris Lithobole (lithos : pierre, bolos : lancer), à moins que ce ne soit par le géant Gargantua. Il y a plusieurs Pierres sur Saint-Clément, avec la Pierre du Barde, la Pierre Maligne, les Pierres Folles, la Palle ou Pallus. Des alignements (un peu comme à Carnac en Bretagne, sans être aussi importants, ont longtemps été visibles à côté du village de Cressanges, mais ont totalement disparu vers la moitié du 19ème siècle, malheureusement. Une légende tenace est reliée à la Pierre qui Danse, à Saint-Léon : elle serait une fée transformée en menhir, et des histoires racontent qu'elle tourne et danse à minuit, les soirs de pleine Lune...Seulement, même si de nombreux jeunes garçons et filles se sont cachés pour la surprendre, comme elle est toujours fée, elle sait qu'on la regarde et ne bouge pas tant que c'est le cas...

Sans que l'on en sache vraiment la raison, un gros dolmen est surnommé le Dolmen de la Femme, près d'Arfeuilles. Il y a aussi les monolithes de Hyds, sur la route de Saint-Pourçain-sur-Sioule, qui ne sont plus que des vestiges usés... la légende dit que le plus gros ne serait en fait qu'un caillou que Gargantua aurait retiré de son soulier, quand il traversait le pays à grandes enjambées pour se rendre au village cité. Pour finir avec ce premier groupe, nous trouvons encore les menhirs d'Estivareilles, qui ont été christianisés, et qui se nomment maintenant la Croix Brousseau et la Croix de la Grenouillère...

 

03 venas la croix de pierre menhir christianiseUn exemple de menhir christianisé à Venas

Les autres noms des lieux où se situent le deuxième groupe de monolithes ont incontestablement une étymologie celtique également : ils se trouvent tous deux en Combraille (Combe, vallée étroite et profonde). Avec l'un qui se dresse sur les flancs de la colline de Toul-Sainte-Croix (Creuse) ou plutôt Toulx (Vallon  dans sa racine celtique) et l'autre sur le sommet du Mont Burlot, avec les Pierres Jaumâtres qui regroupent la Pierre du Jugement, ou des Oracles, dénommée encore Teutatès, ou encore les Pierres Dep-Nell, ou "sans chef". Notons que la Pierre des Oracles ne tient sur son bloc de base que par miracle d'équilibre et que l'on assure qu'elle oscille et vibre lorsque le vent d'ouest (provenant de la Bretagne Armoricaine) souffle dans les forêts voisines...

Dep nell2Les Pierres Dep-Nell, George Sand s'est inspirée de ce lieu pour l'une de ses nouvelles trouvable dans "Légendes Rustiques"...

Le troisième groupe, qui n'est pas très très loin du second, se trouve sur les landes de la Tanière, entre le village de Fontanat et le hameau des Jarges, plus précisément à l'endroit où la route de Saint-Martinien à Treignat croise celle d'Archigniat : ce sont les Pierres-Giraud ou Girods. Et ces deux groupes proches l'un de l'autre font d'ailleurs l'objet d'une très ancienne légende liée à l'existence de deux très anciennes villes, qui y auraient existé il y a plus de vingt siècles. Ces monolithes sont dispercés sur de vastes étendues incultes et d'ailleurs incultivables tant il sont encombrés de cailloux et de pierres qui percent de partout les genêts, bruyères et herbes folles, et qui donnent l'impression d'une multitudes de pierres résultant d'une formidable explosion ayant disloqué les murailles d'anciennes et importantes cités. La première, dont les Romains s'emparèrent lors de la conquête des Gaules, reçut de ses envahisseurs le nom de Taricum, disent les uns, de Tullum, disent les autres. Ce qui est certain, c'est qu'on a retrouvé à cet endroit les substructions de camps établis par les occupants. De la seconde cité on ignore l'ancien nom.

Des légendes celtiques (ou en ayant l'âme) s'attachent à la disparition de ces deux villes. Un peu comme le furent Is ou Occismor chez les Armoricains, ces deux villes auraient été anéanties en punition de leur débauche, voire des crimes de leurs habitants. Mais au lieu d'être englouties par les flots de la mer, elles furent, comme Sodome et Gomorrhe, dévorées par le feu et englouties par la terre. D'ailleurs, tout comme Is et les autres "Atlantides" bretonnes, ces villes ne sont pas réellement mortes : elles continuent de subsister dans les profondeurs, avec leurs maisons, leurs temples ou leurs églises, leurs marchands et leurs habitants, en attendant le jour où elles reviendront à la lumière et reprendront le cours interrompu de leur existence...

D'autres récits font état de la possibilité que ces villes antiques aient en fait succombées sous les coups de barbares venus de l'est, bien avant l'ère chrétienne, lors des invasions, aux premiers siècle de l'Histoire. Une seule chose de certaine pour les spécialistes : les mégalithes de Toulx-Saintes-Croix et de Fontanat sont bien les vestiges d'anciens temples druidiques. Leur disposition évoque celle des cromlechs. Au milieu se voit la pierre des sacrifices, creusée de cavités à la forme du corps humain, de rigoles par lesquelles s'écoulait le sang et de bassins où les sacrificateurs déposaient les entrailles de la victime pour en tirer des oracles. L'enceinte de ces sanctuaires est délimitée par des Pierres Levées ou menhirs de hauteurs différentes, placés de distance en distance. Les pierres sur lesquelles s'accomplissaient les sacrifices sont plus élevées que les autres et dominent une grande étendue du pays. 

Sur place, on s'imagine sans peine une foule se pressant debout, tout autour, sur le flanc des collines, assistant aux assemblées culturelles des solstices et des équinoxes, à l'égorgement de l'homme, de la femme, ou de l'animal offert en holocauste aux manes de Teutatès, Père du monde ou encore de Belem, dieu du Soleil, et lançant vers le ciel des " évohés " d'acclamations triomphales... Les branches des chênes très nombreux à l'époque étendaient leurs rameaux verts et dentelés sur l'autel ou dolmen, d'où s'élevait la voix des duidesses, virginales sujettes de Tad, pour invoquer les dieux, avant de procéder avec leurs faucilles d'or à la coupe du gui...

Les noms des Pierres sont assez parlants en eux-mêmes, et sont parvenus jusqu'à nous : la Pierre du Plaid paraît indiquer que les druides rendaient devant elle leurs sentences de justice ; l'autre se nomme la Pierre de l'Oracle et ses oscillations, comme celles des rolers de Grande et de Petite Bretagne, fixaient les destinées humaines de l'époque. Même la vallée où coule un ruisseau qui descend de Fontanat vers la Majeure, est appelée le "vallon des tombeaux" : l'emplacement probable d'une ancienne nécropole celtique...

Mais revenons à cette mystérieuse cité disparue, nommée Taricum ou Tullum par les Romains de Jules César. Avant de vous conter la légende de cette ville, étroitement liée à celle de la fille du Roi Arthur (et oui !), je vais parler des vraies recherches archéologiques, étymologiques et géographiques qui ont été faites par J. F. Baraillon, ancien député de la Creuse, membre du Corp législatif, correspondant de l'Institut de France, de la Société galvanique de Paris, associé regnicole de la Société de médecine de la même ville, associé de celle de Bordeaux, membre non résident de l Académie celtique, etc, etc... dans son ouvrage paru en 1806 "Recherches sur plusieurs monuments céltiques et romains" (éditions Dentu à Paris).

Ainsi, pour Mr. Baraillon, la ville antique de Taricum est assimilable aux ruines de la ville de Toull (Toulx Sainte-Croix dans la Creuse)... qu'il étudie dans son ouvrage, dont voici un large extrait (mais rappelons que ce qui était encore visible en 1806 ne l'est plus probablement de nos jours, malheureusement... et aussi que le texte est en vieux français : il ne s'agit pas de fautes d'orthographe donc, mais d'une autre époque...) :

" Il existe dans le second arrondissement de la Creuse, une montagne appelée "de Toull" : elle domine sur une grande étendue de plaines et de coteaux du département , et même des départements environans, tels que le Puy-de-Dôme, l'Allier, le Cher : son élévation au-dessus du niveau de la mer est d'environ 670 mètres, d'après M. Delambré. C'est sur le sommet de cette montagne, qu'une immense quantité de pierres, les unes amoncelées, les autres éparses, fixent l'oeil du voyageur et provoquent nécessairement son attention, en excitant son étonnement.
Si on parcourt l'espace qu'elles couvrent, on s'aperçoit bientôt qu'elles suivent le contour de la montagne, qu'elles forment plusieurs enceintes circulaires, et que toutes ont été lancées du dedans au dehors.
Pour peu que l'on s'y connaisse, on demeure également convaincu qu'elles ont servi à des murailles, à des bâtimens. Toutes présentent un parement très uni : la plupart sont cependant d'une telle grosseur, que nos ouvriers refuseraient de les employer. Avec du travail et de la patience, on trouve, sous ces amas, les restes des murs dont ils ont fait partie. Ils excèdent souvent d'un quart de mètre la superficie du sol, et on peut aisément voir la forme, l'étendue, la structure des édifices. Ces murs ont, en général, un mètre et jusqu'à un mètre et quart d'épaisseur. Plusieurs, pour parler avec les ouvriers, sont tirés à la sible : c'est-à-dire que les pierres de chaque rang sont échantillonnées, d'égale hauteur et bien ajustées. Il en est qui forment les deux paremens, et rendent de la sorte l'ouvrage très-solide. Il est aussi des murailles à.pierres mêlées, où l'on ne distingue point les assises, ni l'existence d'aucun mortier. Il est constant que les interstices et les vides des pierres ne sont remplis, en certains bâtimens, que de terre végétale, en quelques autres de tuf, et en beaucoup d'argile non gâchée. Les constructeurs ne s'occupaient qu'à bien asseoir, à bien engraîner les moellons, si l'on peut parler ainsi, sans soupçonner combien le mortier, surtout d'une terre glaise très graveleuse, ajoute à la solidité...
Ce fait, je l'avoue, m'a paru d'autant plus extraordinaire, qu'ils connaissaient et savaient employer le mortier de chaux ; j'ai donc dû m'en assurer ; mais toutes mes recherches n'ont servi qu'à me convaincre qu'ils ne gâchaient pas la terre à maçonnerie. Peut-être pourrait-on penser, en considérant la haute antiquité des murs, que le tems a dénaturé le mortier, a détruit le liant, le gluten qui en unissait et soutenait toutes les parties.
Les édifices varient peu entre eux : les uns sont ronds, ainsi que l'énonce Strabon (1), en parlant de ceux des Gaulois ; les autres sont carrés. Il en existe aussi d'oblongs, même d'ovales à une extrémité, tandis qu'ils sont étroits et angulaires à l'autre. Quant aux matériaux de construction, il ne faut pas s'étonner si, dans une ville et un pays où les pierres abondent, on n'a pas bâti en bois, ainsi que l'assurent Vitruve et l'auteur ci-dessus cité (2). II faut nécessairement rapporter, ce qu'ils avancent à ce sujet, aux campagnes et aux parties de la Celtique moins bien favorisées. D'ailleurs Toull avoisine la Marche, et je ne doute pas que cette partie des Gaules ne fût autrefois, comme aujourd'hui, le pays des maçons. Il en existait bien évidemment, puisque César rencontrait chez chaque peuple, des villes populeuses, et bien fortifiées : Plutarque en fixe le nombre à 800. Le plus grand nombre des maisons n'allait pas au-delà de trois ou quatre mètres en oeuvre ; quelques-unes cependant en offrent jusqu'à six. C'était un grand luxe, sans doute, que de pareils abris, si on les compare aux cachettes souterraines dont on parlera dans la suite.

Nous avons découvert l'entrée de quelques-unes de ces maisons. De grosses et longues pierres debout, sans feuillures, sans traces de gonds, ni de crapaudines, formaient les montans des portes; d'autres, que l'on voit à côté, servaient sans doute de linteaux. L'impôt des fenêtres eût été très mal assis sur une pareille ville ; car on peut raisonnablement douter s'il en existait. Nos fouilles ne nous ont procuré que deux seuls assemblages qui formaient une sorte d’œil de bœuf d'un double décimètre, dans sa plus grande ouverture. Le marteau ne parait y avoir concouru que pour très peu : un bloc ayant une échancrure naturelle dans son milieu, fendu, ajusté par ses extrémités, semble en avoir fourni l'idée et fait tous les frais. Nous n'avons aperçu aucune trace de cheminée ; là, comme en certaines chaumières de la Suisse, de la Souabe, le feu se faisait au milieu de l'habitation, et la fumée s'échappait par le toit.
Mais, en parlant de toit, nous nous sommes assurés que les bâtimens n'étaient point couverts de tuiles. On n'en a jamais trouvé, et nous n'en avons nous-mêmes découvert quelques vestiges, à la suite de recherches très minutieuses et très suivies, que dans deux endroits que nous indiquerons : tandis que dans la ville romaine de Néris, également ruinée, et qui fait partie de ces recherches, on marche de toutes parts sur des débris de cette espèce. On peut donc assurer que les édifices étaient couverts de chaume, ainsi que le prononce César à l'égard des Gaulois, et Diodore de Sicile à l'égard des Bretons. Alors, cette toiture pouvait être très élevée, comme le dit Strabon (3), respectivement à celles des Romains qui étaient presque plates, ainsi que l'atteste l'espèce de tuiles dont ils se servaient. Tout porte à croire que les cases, car c'est le nom que méritent ces tristes demeures, étaient très basses, attendu leur construction, la fréquence des orages et l'impétuosité du vent qui désolent cette montagne. Elles étaient d'ailleurs contiguës, entassées sans ordre et très serrées. Les rues, dont on peut apercevoir quelques marques, avaient au plus trois ou quatre mètres de large. Un puits carré, presque comblé, qui se voit au midi, porte avec lui l'empreinte d'une très grande ancienneté. Son contour de granit est usé : il serait difficile d'en indiquer la profondeur.

On rencontre, au centre et au nord de la ville, deux bâtimens aussi remarquables par leurs formes que par leur construction. Celui du nord présente un carré au milieu d'un autre. L'enceinte extérieure du premier est de soixante-neuf mètres et demi, l'intérieur de dix-huit trois quarts. L'interstice vide entre les
deux carrés est d'environ sept mètres. Ici on a employé le mortier de chaux, et, à défaut de sable, de la pierre grossièrement écrasée. Cette pierre tendre est commune dans les environs, et très différente de celle qui a servi aux murailles. On ne trouve dans les décombres aucun reste de tuiles, de briques ou de carreaux : tout porte à croire qu'il n'a jamais été couvert. Celui du centre en comprenait plusieurs autres, dont le plus marquant était une tour ronde. Ce bâtiment, éloigné de 16o mètres du précédent, avait des murs de deux mètres d'épaisseur, construits avec des mortiers de différentes espèces. On y a trouvé d'anciennes armes, mais détruites par la rouille ; et une longue barre de fer, terminée en gond par l'un de ses bouts, du poids d'environ deux myriagrammes et demi. Le premier de ces édifices me rappelle le vestibule ou Porche de l'Autel, près de Pontrieux (Bretagne), dont parle Caylus (4). Il n'en diffère que par sa forme carrée, tandis que le porche de l'Autel est rond. Notre tour ayant été rasée près de terre, ne laisse apercevoir aucune de ses entrées ; nous ne pouvons donc prononcer ni sur le nombre de ses portes, ni sur sa hauteur. Cependant, si l'on en juge par l'étonnante quantité de ses débris, on pourra assurer qu'elle était très élevée et construite des plus grosses pierres. Ses murailles avaient deux mètres d'épaisseur. Elle était située sur le sommet de la montagne, et paraissait correspondre avec les Pierres Jomâtres et Dep-Nell. Je ne doute pas qu'elle ne servît tout à la fois de forteresse et de temple. Les temples des Celtes étaient tous très étroits, ceux qui sont parvenus jusqu'à nous le confirment. Diodore de Sicile en distingue évidemment de deux sortes : d'où il faut conclure qu'il existait chez les Gaulois des petits temples ouverts par le haut sacella, comme ceux de Lanleff (Bretagne) et de Toull, et d'autres plus considérables, delabra, où il existait un simulacre quelconque de la divinité.
Au surplus les temples des Celtes étaient assez fréquemment de forme carrée, et placés entre le midi et le nord. Tel est celui de Chambon.

Si l'on me demandait à quelle divinité le temple de Toull était consacré, je répondrais d'abord avec César (5) , « que la nation entière des Gaulois était très religieuse. » J'oserais même ajouter qu'une pareille ville, si elle existait sous les Romains, devait avoir sa divinité tutélaire, son dieu principal, pour parler avec Minutius Félix, sa dea Tulla ou tarica ; et je citerais en témoignage tant de divinités de cette espèce, dea Bibracte, dea Segusiadea Vocontiorum, dea Onvanha, Borvo et Mona, Andarte, Arduina, dea Segestadea Berecinthia, etc , etc. J'irais même jusqu'à dire, avec l'abbé Mongault (6) qu'elle a pu, ainsi que plusieurs autres, diviniser quelques-uns de ses chefs, de ses magistrats, de ses bienfaiteurs, et j'appuierais cette assertion sur des ruines, des monumens qui se voient dans un village très voisin, et sur le nom celtique de ce même village. En effet le mot bed-ïoun, bed-jun, annonce la présence de tombeaux, sans doute consacrés aux grands hommes de cette peuplade : mais comment les distinguer aujourd'hui entre plusieurs autres ? à moins de considérer comme tels les plus élevés, les plus marquans, ceux qui sont accompagnés d'un plus grand nombre d'inférieurs ; ceux surtout auxquels adhéraient les petits édifices dont on voit encore les ruines et les fondemens ; bedd, sépulcre, ïoun oujoun, du Dieu, du Seigneur. Le second bâtiment occupait le centre de la ville ; ville qui se trouve réduite aujourd'hui, à la suite de plusieurs accidens, à douze ou quinze chaumières. C'était là l'emplacement du château dont quelques bulles et d'anciens titres font mention. C'était sans doute aussi le séjour du prince dont il sera parlé.

Toull avait trois enceintes en amphithéâtre. Le rempart, qui circonscrivait la ville, avait douze cents mètres de circonférence ; il était éloigné de quarante du second, le second de quarante du troisième ; c'est-à-dire, eu égard à l'escarpement du terrain, qu'ils étaient respectivement à la portée du trait et de la fronde. On ne trouve aucune marque de bâtiment dans les interstices, si l'on en excepte celui dont il sera question plus bas. Le premier rempart, le plus interne, avait jusqu'à cinq mètres et demi d'épaisseur ; le second, que l'on peut appeler l'intermédiaire, n'en avait que trois. L'un et l'autre répondaient, par leurs constructions, aux habitations des citadins, qui étaient évidemment de deux sortes ; les unes avec mortier, et les autres sans mortier mais les pierres en étaient infiniment plus considérables. La troisième muraille, la plus extérieure, avait deux mètres de large ; elle différait peu de l'intermédiaire, et devait être peu élevée, si l'on en juge par la petite quantité de ses débris. Le tems a complètement comblé le fossé, si jamais il en a existé un aux pieds de ce dernier. C'est ici le lieu de se rappeler, en considérant ce rempart isolément, que telle était, selon César, la manière de se fortifier des Gaulois. C'est ainsi qu'ils se retranchèrent sous les murs d'Alise (Alesia). On aperçoit encore à Gergoie des murs construits en grosses pierres sèches, hauts de deux mètres, pour se couvrir et arrêter l'ennemi, au rapport de Pasumot (7).
On peut assurer que les derniers rangs de maçonnerie de chaque mur de circonférence étaient terminés par des pierres énormes par leur épaisseur, leur longueur et leur largeur : elles sont encore sur place, et paraissent y devoir rester long-tems. Nous devons ajouter que la montagne elle-même est minée et percée en plusieurs endroits. Je connais un de ses souterrains au nord, entre la seconde et la troisième enceinte, à quatre-vingt mètres environ du temple dont on a parlé, et qui paraît communiquer avec celui-ci. Des coups de masse de fer fortement appliqués sur des corps durs placés sur le sol, en font soupçonner beaucoup d'autres par le bruit et le frémissement qui en résultent (8). On a coutume de lui rapporter tous ceux que le hasard fait assez fréquemment découvrir dans les environs. L'on croit, en conséquence, que ceux de la Chom, de la Clusière, et même de la Garde y vont aboutir (9). Ces mines, ces souterrains confirment encore ce qu'a dit César du savoir des Gaulois en cette partie. Personne ne pouvait mieux en juger que ce vainqueur, auquel ils en avaient donné des preuves en différents siéges, notamment à celui de Bourges. Ces faits, une fois constatés, la tradition orale se trouve parfaitement d'accord avec eux, et le nom celtique de Toull devient très expressif. Ce mot, comme substantif, exprime un trou, un creux, une ouverture étroite, une profondeur ; comme adjectif, il signifie tout ce qui est percé.

Si l'on considère l'immense quantité de pierres que l'on a enlevées, peut-être depuis quatorze siècles, et que l'on enlève journellement pour bâtir ailleurs ; si l'on se représente la multitude incroyable de celles qui ont été successivement enfouies et que l'on enfouit chaque jour ; si l'on examine enfin ce nombre prodigieux de cases qui se pressent pour ainsi dire les unes sur les autres, partout où le cultivateur n'a pu surmonter la masse des décombres, on sera forcé de convenir de l'existence d'une ville infiniment populeuse, relativement à son étendue. Remarquez que celles de Gergoie, Gergovia, et d'Alise, aujourd'hui Bourg-Sainte-Reine, occupaient encore moins de terrain, si l'on s'en rapporte aux meilleures descriptions. Mais cette population ne se bornait pas à une si étroite enceinte. Tout le contour de la montagne de Toull, les vallons, les coteaux, les bois, les champs environnans ont été couverts de maisons. Elles sont absolument les mêmes que celles de l'intérieur, c'est-à-dire très étroites et affectant de préférence la forme ronde ou carrée. Nous ne hasarderons rien en assurant que le nombre des habitans hors la ville, égalait au moins, s'il ne surpassait pas, celui des citadins.
Les villages voisins, parmi lesquels plusieurs portent des noms celtiques, montrent des ruines et annoncent une nombreuse et ancienne population; on doit de préférence citer ici celui de la Mazère. Il existe sur le mont Chabrut ou Puy-Chabrut, à l'ouest de Toull, des traces de bâtimens, même un puits carré qui a dû être très profond. On voit sur le territoire de la Ronzire, au milieu de plusieurs mazures, une petite voûte, en forme de calotte, dont l'intérieur mériterait d'être fouillé ; ce pourrait être un antre de Mythras. De toutes parts, en un mot, dans un rayon assez étendu, dont Toull est le centre, ce sont des ruines et des ruines très anciennes.

(...) D'après cet exposé, je regrette de n'avoir point pénétré dans les souterrains, dans les antres les plus cachés de Toull; mais je n'y renonce pas. C'est là seulement où l'on pourra trouver des armures, des simulacres, des instrumens propres aux sacrifices et autres objets utiles à connaître, qui auront été soustraits à l'avidité du vainqueur, ainsi que cela se pratiquait partout dans l'extrême danger. La tradition orale encouragerait, à ces recherches si elle méritait quelque confiance. Quoiqu'il en soit, on peut augurer, en voyant de telles ruines, qu'aucun être animé n'a survécu au sac de cette ville : motif de plus pour croire à la possibilité de découvertes vraiment intéressantes.
L'épaisseur de la couche de terre végétale qui se remarque sur le plateau de Toull, et qui est souvent d'un demi-mètre, est encore une forte preuve d'une ancienne et nombreuse population. Il est en effet extraordinaire de trouver au sommet d'une montagne, surtout dans la Creuze, une telle couche et un sol aussi fertile, tandis que les vallons, qui cependant reçoivent toute la substance, tout l'engrais des terrains supérieurs, ne présentent rien de semblable. Il est , d'après cela, facile de concevoir les fatigues du cultivateur pour déblayer son champ, et d'où proviennent ces tas énormes de pierres que l'on rencontre à chaque pas, ou, pour mieux dire, qui se prolongent sans interruption et qui couvrent une si vaste étendue. 
Le lieu consacré aux inhumations, et qui est toujours le même, complète encore mieux cette preuve. Son principal aspect est au midi, son entrée au nord. Il est situé entre le second et le troisième rempart. Malgré une diminution de près de moitié, il est encore très étendu, et infiniment trop pour une commune qui ne compte qu'environ onze cents habitans (YH : en 1806, ce village est en train de mourir de nos jours, avec 280 habitants...).

Les fouilles y font découvrir quatre couches successives de tombeaux : parmi les deux premières, les plus profondes, on trouve quelques pierres du pays creusées en auge ; il s'est rencontré dans la suivante une pierre blanche, très étrangère au département, également creusée, mais dont la partie inférieure était beaucoup plus étroite que la supérieure ; dans cette troisième couche on lit sur quelques tombeaux les lettres initiales de dis superis, sur d'autres celles de diis manibus. On voit sur un très grand nombre une croix entre deux ascia. L'une de celles qui soutenait l'arbre de la liberté, présentait ces emblêmes. Ces derniers sont sûrement du 3e ou du 4e siècles; ils prouvent tout à la fois le passage du paganisme au christianisme, ainsi que la fusion des deux religions.
Il est bon de remarquer que les tombeaux les plus profonds en terre, ceux qui sont évidemment les plus anciens, répondent tous aux solstices ou au midi ; que l'ascia, sur lequel on a tant  disputé, est ici très reconnaissable : c'est la petite hache du charpentier, à manche court ; et enfin que les tombeaux de pierre blanche sont en général communs dans les plus anciennes églises et paraissent appartenir aux premiers Chrétiens. Au surplus, ce lieu bien suivi, bien examiné, pourrait fournir des découvertes et matière à beaucoup d'observations.
On rencontre dans le même enclos, ce que je n'ai encore vu nulle part, un amula romain à côté de plusieurs tombeaux. Les uns sont ronds, les autres légèrement aplatis sur deux faces. Tous sont plus ou moins avant dans la terre, ressortent d'un mètre ou environ, et présentent à leur extrémité supérieure une cavité oblongue, pour contenir l'eau lustrale ou préservative.
Il existait au milieu de cette enceinte un bâtiment qui, comme tous les temples gaulois, regardait le midi. L'entrée en était également au nord. Il paraît qu'une fontaine jaillissait à son extrémité opposée. Si les Celtes l'ont élevé, ce qui est fort douteux, il a pu sous les Romains être consacré aux dieux Mânes : quoi qu'il en soit, il a fini par être sous le vocable de St.-Martial. Il est de forme ovale ; ses murs épais d'environ quatre-vingt centimètres, ont été construits avec du mortier de terre, ce qui prouve qu'ils sont moins anciens que ceux de plusieurs des cases dont on a fait mention. Il est donc bien constaté que la population de Toull était considérable. Mais qu'elle pouvait être la cause d'une pareille réunion d'hommes ? dans un lieu naturellement ingrat et aride avant cette réunion, sous un ciel brumeux, froid, sujet à toutes les intempéries, où l'on devait nécessairement éprouver toutes sortes de privations ! je ne vois que deux intérêts capables de surmonter tant d'obstacles, de contrebalancer tant de sacrifices : la religion, la sûreté individuelle. La religion, ses monumens la proclament. La sûreté individuelle se manifeste dans le nombre des citoyens, dans la triple enceinte, dans les souterrains, dans les forteresses , et enfin dans l'élévation et l'escarpement de la montagne. Toull, ainsi qu'Alise et Gergovia, pouvait passer pour une des plus fortes villes des Gaules.
On avait multiplié les portes de ville pour faciliter la circulation des habitans. On en comptait six : savoir une au nord, de trois mètres de large, dont on voit encore les premières assises ; elle répondait à un certain nombre de marches dans l'intérieur, dont six subsistent encore. Une seconde regardait le sud-est et répondait à la croix que l'on nomme Jacques. Une troisième était placée entre celle-ci et celle du midi. Celle du midi et celle du sud-ouest se succédaient ensuite. Enfin celle de l'ouest étoit remarquable par la tour qui la défendait. Non loin de cette tour se voit encore une levée qui aboutissait à une autre qui paraissait régner tout autour de l'enceinte la plus interne. Ces levées ne s'aperçoivent qu'en ce seul endroit. Il partait de quatre de ces portes de ville, autant de chemins bien pavés d'environ trois mètres de large, qui se pratiquent encore dans toute l'étendue de la commune de Toull, c'est-à-dire, à plus d'une lieue de distance. Tous tendent évidemment à des villes très anciennes, dont les noms latins ont varié dans le cours des siècles ; savoir, à Ahun, Agedunum,  Acitodimum, Acedunum, Adedunum, Agidunum ; à Argenton, Argantomagus, Argentonium ; à Château-Meillant, Mediolanum, Castrum-Melanum ; à Chambon, Cambiovicus, Cambo, Cambonium, Campus Bonus.
Le chemin d'Ahun conduisait à Limoges, celui d'Argenton à Poitiers, celui de Château-Meillant à Bourges, celui de Chambon à Néris;et de là en se bifurquant à Autun et à Gergoie, Gergovia Arvernorum.
Maintenant à quelle époque rapporter le renversement de Toull ; à qui l'attribuer ? il a eu lieu, ce renversement, avant l'usage commun des verres à vitres : on sait qu'ils ne furent connus à Rome que dans le cours du premier siècle de l'ère vulgaire, ainsi qu'il résulte de deux passages, l'un de Pline le jeune, l'autre de Pline l'ancien (10), si on en excepte un seul endroit du château, il n'a encore été découvert nulle part des débris de cette espèce. Il a eu lieu ce renversement, lorsque les tuileries, les briqueteries étaient encore très rares, l'art du tuilier étant a peine connu ; car on ne rencontre des fragmens de tuiles et des carreaux entiers que sur deux emplacemens qui offrent des bâtimens ou le mortier a été employé, conséquemment beaucoup moins anciens que ceux dont les murs sont en pierres sèches. D'ailleurs les restes des édifices, des remparts, les ruines elles-mêmes, méritent un examen plus scrupuleux pour prononcer si les Romains se sont établis dans cette ville. On y trouve plusieurs objets qui appartiennent exclusivement au culte de cette nation, et ce culte fut long-tems le dominant dans les Gaules. D'autre part Toull n'a pu être compris dans la proscription de Vercingetorix, il réunissait tout pour une longue défense : on ne brûloit que les lieux qui n'en étaient pas susceptibles, et on ne trouve ici aucune marque d'incendie, on sait qu'elles sont ineffaçables. On ne peut donc en accuser les Romains qui furent souvent généreux envers les vaincus et qui embellissaient souvent au lieu de détruire. Quoi qu'il en soit, jamais saccagement ne fut plus complet : il faut croire que la fureur des assaillans égala la résistance des assiégés. On ne peut donc l'imputer qu'à la barbarie d'une horde sauvage. Je m'aperçois qu'avant de s'occuper de sa destruction, il aurait fallu parler de son existence ; mais rien ne l'atteste, elle est absolument ignorée, absolument inconnue. On ne la trouve que dans ses ruines, on ne la découvre que sous ses propres décombres.

S'il était cependant permis de tirer quelqu'avantage de ce qui n'est peut-être qu'une erreur typographique, ou la faute d'un copiste ; je citerais Ptolomée. Dans une édition de sa Géographie, à Cologne, en 1507, copiée sur celle de Venise, on lit : " Hi omnes ab ortu solis habitant, Participant et post ligirim flu. Bituriges culi Et civitas taricum ".
En supposant que taricum se lise dans le manuscrit original, il faudra convenir que Toull existait encore du tems de ce géographe, c'est-à-dire, environ l'an 14 de l'ère vulgaire. Il est à observer, sans toutefois prononcer sur ce taricum, que la conjonction et, qui le précède, au lieu d'indiquer la capitale des Bituriges cubi, annonce précisément une ville qui en est très distincte, et civitas taricum. Si Ptolomée l'avait donné comme capitale de ce peuple, il aurait dit, comme partout ailleurs, quorum civitas taricum. On ne manquera pas de m'objecter que taricum ne répond pas au mot Toull ; je répondrai qu'il en est ainsi de tous les noms latins comparés aux celtiques. J'ajouterai que cette nomenclature, fatal présent des Romains, a tout obscurci, tout dénaturé, tout anéanti. Elle n'a pas moins nui à la géographie qu'à l'histoire. C'est à elle que nous devons ces erreurs sans nombre, cette confusion, ce cahos qui régnent dans tant d'écrits, cet oubli de tant de cités, cette ignorance de tant de pays et de tant de peuples que l'on cherche encore inutilement. Heureux ceux qui ont recouvert ou conservé leurs anciens noms !

Au reste, si taricum ne répond pas au celtique Toull, il convient mieux du moins au mot tour, dont le vulgaire se sert pour désigner le même endroit ; et si taricum n'est pas une faute, je ne douterais pas que le nom de tour en dérivât. Il est à observer que ce dernier est très expressif dans l'idiome populaire, puisque dans le fait les citadins habitaient dans des tours, tout ainsi que les Thyréniens dont parle Pelloutier...

(...) De son côté, Toull, ce qui est très-digne de remarque, trace lui-même sa ligne de démarcation du côté des Cambiovicenses (un peuple Gaulois), par les villages des Bordes, de Bordesoul, etc. etc. qui n'ont également aucun besoin d'interprétation. Tous ces noms sont celtiques, ou dérivent bien évidemment de cet idiome. Ainsi, tout m'autorise à croire que c'était ici un chef-lieu de cité: peut-être qu'en y réfléchissant bien, on y trouverait un de ces peuples noyés dans l'ancienne géographie, et que nous avons perdus dans la moderne. Je citerais les Insubres, les Ambivarïti, les Aulerci, les Branovices, les Datii, et tant d'autres qui nous sont inconnus, grace à la nomenclature romaine. Les Insubres gaulois, par exemple, pourraient y reconnaître leur Medialanum : car je ne doute aucunement que Château-Meillant qui, dans la carte de Peutinger est sur la route d'Argenton à Néris, ne fît partie et ne fût situé au centre de la cité toulloise. Autrement il serait impossible de concevoir l'origine de son nom ; or, il est bien certain qu'aucun nom propre n'est le produit du hasard.
Je conviens qu'il est difficile d'établir que Toull ait été une capitale, un chef-lieu de cité ; mais je suis loin de penser que les preuves en soient impossibles. J'en distingue de trois sortes : les apparentes, les conjecturales, celles qui résultent des faits ; je passerai rapidement sur chacune.
Parmi les apparentes, je compte celles qui proviennent du fait des auteurs ou des manuscrits : elles seraient très nombreuses si l'on pouvait s'y arrêter. Si l'on s'en rapportait, par exemple, à la carte que Samuel Clarke a mis en tête de ses Commentaires de César, qu'il a intitulés : Gallia uetus, et qui n'est autre que celle de Jean Jansson, on pourrait avancer, avec quelque vraisemblance, que Toull était ce gergovia boïorum, ce gergobina que l'on cherche si inutilement depuis tant de siècles. En effet, il se trouve sur cette carte, à l'extrême frontière des Leinovices, des Bituriges, et en deçà de l'Allier. Mais ce placement fronde ouvertement l'opinion de d'Anville et des hommes les plus instruits. Tous se réunissent pour fixer les Boïens entre l'Allier et la Loire. L'on attaque en outre l'exactitude des manuscrits et celle de César lui-même sur la géographie. Je pourrais multiplier ces exemples, mais ce serait sans utilité ; il est facile de concevoir le peu d'importance que j'y attache. L'impuissance où l'on est d'étendre le territoire des peuples Lemovices jusqu'à Toull, me fait déjà naître l'idée que Toull pourrait bien avoir été le chef-lieu d'une cité particulière. L'existence d'un prince dans cette ville, ajoute ensuite infiniment à mes conjectures et les rend probables. Il est vrai que cette existence n'est d'abord constatée que par la légende ; mais cette légende est elle-même fort ancienne. C'est elle d'ailleurs qui, la première, fait entendre le mot de Tullum. « Martialis igitur Lemovicum fines ingressus, Tullum venit, ubi hospitis Jilia à daemone liberata et loci principe vitae restituto, multos adjidem convertit, inde Agedununt se contulit. »
Ainsi , lorsque Martial apostolisait, c'est-à-dire vers le milieu du troisième siècle, sous l'empire de Dece et de Gratien, au rapport de Grégoire de Tours, il y avait un prince à Toull. On sait que chaque peuple des Gaules avait le sien ; César en cite plusieurs par leurs noms, et l'on voit Vercingetorix les réunir chaque matin en un conseil de guerre, principes earum civitatum, pour la défense d'Alise. La présence d'un prince prouve nécessairement celle d'un peuple ; car on ne peut supposer un chef sans commandement, et un commandement sans un certain nombre d'individus qui doivent obéir. Au surplus, d'après Diodore de Sicile, livre 5, traduction de l'abbé Terrasson, les Gaules étaient habitées de son tems, c'est-à-dire sous Auguste, par une infinité de nations plus ou moins populeuses, dont les plus fortes étaient de deux cent mille hommes, et les plus faibles d'environ cinquante mille.

Ce titre de prince, si cher et si familier aux Gaulois, devint très commun sous les derniers rois de France de la première et seconde race ; alors les ducs et les comtes des provinces s'emparèrent de la souveraineté, et se qualifièrent de princes, selon Loyseau. Les titres et documens des 10e et 11e siècles, prouvent encore la présence d'un prince à Toull : on en voit même quelques traces dans le 12e. Un sceau, que nous avons trouvé sous les ruines de l'ancien château, porte une fleur de lys sur l'écusson. On lit, tout autour, S : P : LOTET ; succèdent deux étoiles et une croix. Il pouvait appartenir au dernier prince,ou être celui du gouverneur du fort, lorsqu'il fut pris par les Anglais, sous Charles VI.
Enfin, le troisième genre de preuves, le plus incontestable, est celui qui résulte des faits : or, il est bien constant qu'il a existé une population nombreuse à Toull, qu'il fallait de très puissans motifs pour l'attirer et la fixer, que la forme d'un grand nombre d'habitations, la nature et la construction des murs de la seconde et de la troisième enceinte, l'assiette de la ville, ses souterrains, ses chemins ; que tout, en un mot, jusqu'à son nom propre, annonce une ville celtique de la plus haute antiquité.

Lire la suite

OVNI et Science-Fiction

OVNI et Science-Fiction

4eternites1 mini

Pour les familiers du genre littéraire, il est évident que le thème des OVNIs, et principalement celui des "soucoupes volantes", a fait partie très tôt des scénari composant des films tant à succès ("Les Soucoupes Volantes Attaquent" (1956) par exemple) que de films de seconde zone ou peu connu ("The Thing from Another World" (1951) par exemple), et ceci dès les années 1950-1960... les soucoupes volantes étant dans la majorité des cas des vaisseaux extra-terrestres menant des aliens béliqueux sur la Terre. Un film remarquable faisant très tôt le contre-poids de ces films étant par exemple "Le Jour où la Terre s'arrêta" (1951), où ce sont plutôt les humains guerriers et peu compréhensifs qui s'en prennent à une soucoupe pacifique... 

On peut noter que certains auteurs affirment que c'est en fait les premiers écrivains de science-fiction (H.G.Wells avec "La guerre des Mondes" en 1898, Jules Verne avec "De la Terre à la Lune" en 1865, ou encore par exemple "la Sphère d'or" (Out of the Silence) de Erle Cox en 1925, qui auraient "influencé" et en fait "inventés" les soucoupes volantes dans l'imaginaire des êtres humains... même s'ils admettent que le genre littéraire a été reconnu (et encore ! l'est-il vraiment ?) très tardivement par les spécialistes et "décideurs-afficheurs" du métier... il est en effet difficile d'admettre qu'un genre assez ignoré (voir méprisé) par une grande majorité de potentiels lecteurs (alors que c'est pourtant bien le seul genre littéraire à avoir prouvé indéniablement la réalité future de ses "prévisions" - voir Jules Verne par exemple, ou Asimov pour la robotique - et donc son importance pour le genre humain !), ait pu d'une quelconque façon "influencer" ainsi un peuple peu lecteur du genre, au point d'y trouver des dizaines de milliers de témoignages du phénomène... y compris en plus des scientifiques, des militaires, policiers, pilotes, assez peu enclins en principe pour céder facilement à la fiction... même si elle peut parfois entrevoir l'avenir de l'humanité. Mais on peut aussi noter que l'Ufologie, en tant que spécialité liée à l'étude du phénomène OVNI, n'a aucun réel lien avec la science-fiction en tant que telle, bien que quelques auteurs (comme Jimmy Guieu par exemple) a réussi avec succès l'intégration "d'affaires ovni" étudiées par des ufologues (dont lui), dans des romans de science-fiction... Le thème "OVNI" a bien sûr été "récupéré" par les auteurs de science-fiction (principalement sous forme de vaisseau alien), mais pas l'ufologie en tant que telle (car je ne considère pas un film comme "Rencontre du 3eme type" comme de la science-fiction, mais bien plutôt un documentaire scénarisé sur les ovnis et un ufologue célèbre (Allen Hynek)...). Le phénomène OVNI est une réalité scientifique pour moi, et est donc a éloigner de l'imaginaire et de la science-fiction pure et dure... même s'il s'avère que, parfois, la science-fiction débouche sur une réalité à venir...

Ces sujets sont débattus dans les vidéos suivantes d'ODHTV, présentées par Gilles Thomas :

 

Ovni et Science-fiction avec Alix Leproust et David Hauguel

Est-ce que la science-fiction a influencé les témoins ou l'inverse ? Le phénomène s'est-il adapté à notre culture de l'imaginaire ?
Alix et David ont présenté les Ovnis dans la science-fiction au cinéma, dans les livres et les magazines. 
Site d'Ufologie dynamique:
http://anomalia-informations.blogspot.fr/

 

La soirée Ufologie et science-fiction vous est présentée par Gilles.T.
Les invités sont Yves Herbo du site Sciences et Fictions et Histoires, Thierry Gaulin, président de l'association Ovni-Languedoc et Franck Maurin, auteur du livre "Mystères du phénomène ovni" et conférencier.

Un petit interview audio dans laquelle je donne mon avis sur les liens (ténus pour moi, je dis pourquoi plus haut) entre l'Ufologie et la science-fiction. Il faut dire tout d'abord que le titre de mon site porte à confusion (un peu involontairement mais à peine, car je n'aime pas les lecteurs qui s'arrêtent aux titres et ne cherchent pas à aller plus loin !), car on y traite très peu du genre littéraire "science-fiction" : il s'agit en fait de l'addition de trois choses qui me passionnent : les Sciences, les Fictions (l'imagination) et l'Histoire (dont les légendes et mythes)... Ma vie passée et le hasard ont fait que, enfant (10 ans), j'ai été le témoin direct d'un phénomène OVNI, dont mes parents ont à l'époque admis la réalité, puis que je me suis mis à écrire très peu de temps après, alors que je ne lisais que quelques BD pour mon âge ("Rahan" ou "Pif" par exemple) et n'écrivais pas du tout auparavant. Et surtout, alors que je n'étais pas adepte du genre, ni des "soucoupes volantes" d'ailleurs, je me suis mis à écrire assez rapidement deux romans d'anticipation (ou science-fiction plus largement)... ces deux livres, mais surtout mes subites rédactions et histoires racontées à l'intérieur, ont ensuite poussé ma professeur de français et mon père à me faire passer un test de QI, qui s'est avéré suffisament concluant pour que l'on me propose un "sautage" de classe... ces deux romans d'anticipation (le premier (Quatre éternités pour une Rose immortelle, paru en 2015 aux éditions Edilivre de Paris) parlant d'un enlèvement de deux ado par un ovni et de toute une histoire "spatiale" s'ensuivant, avec la rencontre d'une entité universelle, le second (Je n'étais qu'un Androïde, paru en 2011) parlant de robots à apparence humaine qui ignorent qu'ils sont des androïdes et qui découvrent leur surprenante origine... ce livre du début des années 1970 affirme  par exemple que l'humanité provient d'une autre planète en fait !) ont finalement "dormi" dans un tiroir pendant des décennies, avant qu'un autre hasard fasse que je les redécouvre et qu'ils soient publiés (sans réelle volonté de ma part d'en tirer de l'argent, ce qui est évident d'ailleurs pour le premier éditeur qui romp le contrat), mais c'est surtout parce que j'ai la nette impression qu'ils doivent être lus par certaines personnes précises, pas obligatoirement en nombre... En fait, ma question serait plutôt : pourquoi un OVNI (ou une entité X représentée par cette sphère dans le ciel) influencerait-il un petit enfant pour qu'il écrive quelques semaines plus tard des histoires "futuristes" et à priori totalement imaginaires ? Y a-t-il un message ou un "thème", une certaine approche, qui y serait significative pour quelques lecteurs, pour la science ? C'est une possibilité et la principale raison de ces publications.

 

 

Ovni et science-fiction 2: 
ovnis et extraterrestres dans la littérature et le cinéma.
Invité:
Franck Maurin

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.fr/, 18-02-2016

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

+ Le Stonehenge Tropical au Brésil

 

Marcahuasi01 02

 

Ce n'est pas la première fois que des chercheurs, réels scientifiques ou simples amateurs, soupçonnent les Anciens d'avoir eu les capacités et connaissances nécessaires pour graver, tailler et façonner la pierre, non seulement sur quelques mètres, mais bien aussi sur des dizaines de mètres. Et en vérité, même si la science officielle préfère parler de "mimétisme de la nature et de coïncidences de formes", il se trouve de plus en plus d'endroits et de découvertes, surtout dans des lieux isolés et peu vus jusqu'à présent - comme la jungle amazonienne ou les falaises des iles orcades par exemple, ou encore récemment au Canada ou en Roumanie - où il assez probable que des peuples préhistoriques, partageant un même savoir, ont laissé sur des falaises de pierre leur empreinte ou leurs dieux... il ne peut plus s'agir de coïncidences tant le nombre a augmenté ces dernières années, voir les liens en bas... Voici encore un autre endroit sacré qui semble regorger d'une ou plusieurs étranges énergies magnétiques et spirituelles :

" Nos découvertes ont été faites comme ceci : En observant les rochers de près là où des milliers de personnes ont vécu, mais qui ne les voyaient pas telles qu'elles étaient réellement parce qu'ils manquaient de foi dans le monde magique et dans les œuvres d'art laissées par un ancêtre qui a créé l'humanité actuelle et en respectant ce monde qui a produit ces œuvres d'art incomparables, mais n'a laissé aucune signature.
 
Le travail artistique était lié au rythme de la vie, comme les battements du coeur, ou la respiration, ou de marcher sur cette terre. Ce fut un travail de magie.

L'humanité a oublié tout cela et envisage de se rendre sur la lune comme étant beaucoup plus important. Il ne peut pas expliquer l'apparition de ces hommes de génie qui brisent toutes les barrières pour arriver à des résultats surprenants sans les chercher pour eux-mêmes, et sans écouter les voix dogmatiques - qui tentent de réduire à des mots ce qui n'a pas de nom.

Nous démontrons dans ce livre que les gravures et les sculptures dans la roche naturelle, pouvant être vues à partir d'un point de vue ou une certaine direction, et dans des conditions d'éclairage spécial, donnent du crédit à un style qui ne peut être exprimé que par des hommes de foi profonde panthéiste. La technique de ces sculpteurs n'a pas été répétée dans l'histoire ultérieure.

Ces œuvres se trouvent dans différents endroits sur terre, très espacées les unes des autres, répétant les mêmes symboles, et avec une chose en commun : ils se retrouvent autour des montagnes sacrées, des temples de l'humanité perdue, de sorte qu'ils ne seront pas oubliés et qu'ils peut servir une fois de plus pour purifier et sauver l'humanité ".

 

Marcahuasi01 01Monument of Humanity


 
Ce sont les mots de Daniel Ruzo, trouvés dans l'introduction de son livre, "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique", d'abord publié en langue espagnole en 1974. Ruzo (1900 - 1993) était certainement l'un des pères du New-Âge.

Marcahuasi est un sommet de montagne unique, qui, géologiquement, ne ressemble à aucune des Andes voisines, situées à 80KM au nord-est de Lima, au Pérou. Daniel Ruzo, un génie par sa propre définition, a consacré sa vie à l'étude des sites sacrés à travers le monde. il a continué ensuite l'œuvre de sa vie à son domicile de Cuernavaca, au Mexique; près de Tepotzlan, un autre site d'une montagne sacrée.

Les œuvres d'art visées à l'introduction de son livre sont des monuments, des sculptures monolithiques, des mégalithes, qui se trouvent sur le sommet de Marcahuasi. Il y a des centaines de ces monuments sur le plateau de 41 / 2km x 1 km. Ils sont si grands, si clairs que seul quelqu'un qui n'est pas un chercheur ne peut défendre leur existence.

 

Marcahuasi01 03

Les "monuments répétant les mêmes symboles" se trouvent sur Tepotzlan et Guanajuato, au Mexique; à Rio de Janeiro et Vila Velha au Brésil; au Lac Titicaca, à San Cristobal et à Los Angeles au Pérou; à Stonehenge et Avebury en Angleterre; dans La Vallée Sacrée des Rois en Egypte; dans les montagnes des Carpates en Roumanie; et au parc national de Kakadu en Australie pour en nommer quelques uns.
 
Bien que Daniel Ruzo a également étudié les monuments de l'île de Pâques, il n'a fait aucune conclusion quant à leur origine. Tous les monuments de tous ces endroits, selon Ruzo, ont été créés par une humanité qui a vécu avant l'époque de la crue (ou "déluge") pour laquelle Noé a construit son arche.

Les monuments marquent le domaine général des grottes et cavernes qui ont rendu possible le salut de notre humanité, et ceux de la précédente, pendant le temps des grandes catastrophes. La dernière catastrophe était une inondation et l'arche de Noé est simplement une métaphore pour les grottes et cavernes, marquées par les monuments, partout dans le monde.
 
Selon Ruzo, la catastrophe (un incendie, précédant l'inondation) a été survécue par "Adam et Eve" (la précédente humanité) en vivant profondément à l'intérieur des cavernes.

Daniel Ruzo a formé sa théorie sur l'humanité dans les années 1920. C'était l'œuvre de sa vie de soutenir sa théorie. Avec l'utilisation de la Bible, des mythes et légendes du monde entier, les œuvres de Nostradamus, l'astrologie, et d'autres sources, il perçoit des preuves qui éclairent sa croyance.

 

Marcahuasi01 04

Sa théorie est :

- La vie humaine sur la terre a été composée de cinq humanités, chaque humanité a duré 8,608 ans et est composée de quatre cycles de soleil de 2.125 ans chacun.
- Nous sommes dans la cinquième humanité.
- Toutes les 8,608 années, la terre souffre d'une catastrophe.
- En suivant le zodiaque, les sciences humaines ont survécu aux catastrophes de la terre, du feu et de l'eau.
- Selon Ruzo la prochaine catastrophe sera par l'air et aura lieu entre les années 2127 et 2137.

Les monuments du monde entier marquent l'entrée des grottes et cavernes qui rendront possible le salut des graines de l'humanité.
 
Comme les monuments ne sont que des indicateurs que ces entrées très importantes sont dans la zone environnante, nous, les fidèles, devons faire notre mission de localiser les entrées, à temps pour préparer les grottes et cavernes, avant la prochaine catastrophe et sauver les graines de l'humanité telles qu'elles ont été sauvées par les humanités précédentes.
 
Les symboles universels référencés dans l'introduction de "Marcahuasi" sont la clé pour comprendre comment localiser les entrées sur les montagnes sacrées. Comme les entrées doivent encore être trouvées, nous devons travailler à "briser le code" de ces symboles pour les trouver.

Daniel Ruzo a vécu sur Marcahuasi pendant une période de neuf années à partir de 1952. Il a pris des milliers de photographies des monuments pendant ce temps. Il a constaté que, selon le moment de la journée et le temps de l'année, à la lumière du soleil, de la lune et des étoiles, même dans l'ombre, que différentes images sculptées peuvent être vues, même dans un même monument.
 
Le monument principal, le Monument de l'Humanité, a quatorze faces visibles sous la lumière du soleil et deux visibles seulement sous la lumière de la lune. Les photos de RUZO démontrent très clairement les différents visages de Marcahuasi. Il affirme que, même si son travail a continué pendant neuf longues années, ce qu'il a étudié n'est juste que dix pour cent de ces personnages...
 
D'autres monuments importants sont le Condor, dont la forme change tous les soixante degrés, et le Félin qui ne peut être vu que pendant la semaine du solstice d'hiver.

 

Marcahuasi01 01a

Il y a beaucoup d'autres aspects importants à Marcahuasi, tous des morceaux d'un puzzle complexe incroyable. Il y a vingt-deux vortex d'énergie appelés "Cruzes" ou des croix, constitués de trois types distincts d'énergie.
- Il y en a trois du premier type que l'on trouve dans des zones d'accès limitées sur le plateau, limitées à ceux qui sont préparés pour être près à cette puissante énergie.
- Le deuxième type de croix, qui sont au nombre de sept, des croix reconnues pour représenter les jours de la semaine.
- Il y a douze croix du troisième type et qui ont un lien avec les phases de la lune.

Chaque croix a un pouvoir de guérison spécifique. Les croix qui sont facilement visibles sur le plateau ont une énergie indéniable qui peut être ressentie sans aucune préparation spéciale ou de sensibilité.

Carlos Seclan, un disciple péruvien de Daniel Ruzo, a eu une expérience extraordinaire avec l'un des vortex de Marcahuasi.
 
Il avait étudié Marcahuasi pendant quinze ans lorsqu'il a eu un accident de voiture qui l'a laissé paralysé, dans son lit, pendant onze mois. Malgré les meilleurs médecins au Pérou disponibles pour le soigner, on lui a dit qu'il ne pouvait pas être guéri et ne pourrait jamais remarcher ou même s'asseoir à nouveau.

Après avoir étudié les énergies des pierres et des vortex de Marcahuasi, il savait qu'il devait y avoir un moyen de guérir son dos cassé avec les forces profondes de la montagne. Il savait qu'un certain jour, à une certaine heure, à un certain vortex, qu'il y aurait de l'énergie appropriée pour le soigner. Il a convaincu ses amis de le transporter jusqu'à la montagne, au vortex désigné, où ils l'ont laissé, seul, pendant sept jours, avec suffisemment de nourriture et d'eau.

Le septième jour, un homme d'apparence péruvienne normale, étranger à Carlos, est apparu et ils ont parlé du problème de Carlos. L'homme a alors commencé à lui montrer certains exercices physiques, que Carlos réussi à suivre.
 
Alors qu'il bougeait, il a resenti une chaleur qui est montée à travers son corps à partir de ses orteils. Il entendit un bruit de bourdonnement distinct et senti un picotement en même temps. Lorsque les sensations de chaleur et de bourdonnement ont atteint le sommet de sa tête, une vingtaine de minutes plus tard, il sentait comme si une lumière chaude était entrée dans le haut de sa tête.

La lumière le faisait s'endormir et il est tombé endormi. Quand il se réveilla, plusieurs heures plus tard, il fut surpris de se rendre compte que non seulement il pourrait s'asseoir, mais aussi se lever.
 
L'homme avait disparu, et Carlos descendit la montagne seul pour rejoindre ses amis qui l'attendaient à la cabane, la maison que Daniel Ruzo avait construit derrière le Monument de l'Humanité.

 

Marcahuasi01 07a

Carlos est le connaisseur le plus important des vortex de Marcahuasi.
 
Il montre seulement cinq des vortex aux autres. Deux des vortex sont faciles à trouver sur le plateau: l'un est situé en dessous du Félin, et l'autre, marqué d'un X blanc, est au centre du plateau, au bord d'un précipice. Carlos alla d'abord à Marcahuasi en 1973, lors d'un voyage de chasse. Il dit que, avant qu'il y soit allé, il avait vu Marcahuasi dans ses rêves, et quand il y est arrivé, il savait exactement où aller pour l'eau.

Marcahuasi est également un endroit célèbre pour les observations d'OVNI. Les villageois dans la ville en-dessous de Marcahuasi, San Pedro de Casta, acceptent les observations d'OVNI comme un phénomène naturel. Lorsqu'on leur a demandé si ils croient aux OVNI, ils ont réagi comme si c'était une question étrange - comme si il leur avait été demandé si ils croyaient en les vaches...

Moises Bautista, ancien président de la communauté, raconte l'histoire d'une rencontre qu'il a eu en Août 1963. La nuit était claire avec une pleine lune. A environ 02h00, il marchait près des ruines sur son chemin pour vérifier ses vaches sur le plateau. Il a vu un véhicule de la taille d'une voiture sortir du ciel ou de la terre à environ 20m en face de lui. Il se cacha sous une ancienne tombe pendant que se déroulait la rencontre.

Le véhicule était d'environ 3M de diamètre avec six lumières rondes "fluorescentes". Du véhicule est sorti cinq êtres, chacun d'environ 20cm de hauteur. Ils portaient des combinaisons de corps orange / brunes et des bottes.
 
Ils ont émergé du véhicule à partir d'un portail en matériau clair. Ils marchaient autour et ont touché des pierres sur le terrain comme si ils étaient en train de les inspecter. Ils sont ensuite retournés au véhicule et sont partis, volant vers le nord, la même direction à partir de laquelle ils sont venus. L'ensemble de la rencontre a duré trois minutes.
 
Moises parle librement de sa rencontre, comme si elle n'était pas considérée comme un sujet fou dans la ville de San Pedro.

Parmi d'autres à San Pedro qui ont eu aussi des observations, il y a le boulanger du village. Il dit qu'il voit régulièrement un disque en métal argenté avec des lumières multicolores survolant Marcahuasi. Il croit que les OVNIS ont une raison régulière, apparaissant à la fin du mois.
 
Le boulanger, Moises Bautista, et beaucoup d'autres à San Pedro, y compris les plus jeunes enfants de la ville ont fait une observation, une nuit, d'un disque qui a survolé la ville. Les enfants parlent de la "soucoupe volante" ou "planète" avec animation, racontant les lumières colorées qui ont survolées leurs têtes en 1988.

San Pedro de Casta est le village andin folklorique à travers lequel on doit passer avant d'arriver à Marcahuasi. Ici, on peut louer des ânes pour transporter des fournitures et de l'équipement sur le plateau, trois heures et demie à pied de la montagne. Les habitants de San Pedro sont les gardiens spirituels de la «Meseta» de Marcahuasi. Il est de leur responsabilité de voir que ceux qui sont accueillis à la Meseta se sentent en sécurité et soignés pendant leur séjour.

Les habitants de San Pedro sont des «campesinos» ou paysans. Ils font leur vie en commun (pour le revenu) en cultivant la terre en terrasses sur les montagnes environnantes, comme le faisaient leurs ancêtres depuis des milliers d'années avant eux. Un total de vingt tonnes de maïs, de luzerne, des pommes de terre et d'autres cultures sont exportés chaque année.
 
Le plus intéressant, cependant, est qu'ils exportent quarante tonnes de plantes médicinales sauvages qui poussent sur les montagnes environnantes, ainsi que sur Marcahuasi lui-même. Les quelques plantes disponibles trouvées dans la région semblent couvrir tous leurs besoins. Les habitants de San Pedro prétendent que les plantes sont anciennes.

Certaines des plantes médicinales trouvés dans la région de San Pedro de Casta et leurs utilisations sont: la Valériane, la source naturelle de notre Valium synthétique, est comme une couverture du sol avec de petites fleurs jaunes. Un thé fait à partir des fleurs de Valeriana est un relaxant. Les fleurs brunes ou jaunes de Margerita Silvestre faites dans un thé, aide à réduire l'hypertension artérielle.
 
Les fleurs bleues et les feuilles de tarwi, mais pas la graine, faites dans un thé, sont utiles pour combattre les frissons et la fièvre. Une combinaison des feuilles de la plante Chunchu et celles de la Gasengasa bouillies dans du lait, et bues, est bonne pour les désagréments de la puberté. Le thé Tipta, fait à partir des petites feuilles et fleurs jaunes de la plante, est presque un remède miracle pour les maux de tête. Les maux de tête sont un symptôme fréquent de la maladie d'altitude, facilement contractée à l'altitude de 4000 mètres de Marcahuasi.
 
Une combinaison de Taiya et de Chinchilcoma laissée macérée avec de l'alcool et appliquée comme un cataplasme sur une partie gonflée du corps est un remède rapide contre l'enflure.

Marcahuasi a aussi ses mythes et légendes. L'endroit sur la Meseta avec les histoires les plus intéressantes est le "Infernillo", ou le lieu infernal. Il y a une grande crevasse dans la roche d'environ vingt pieds de profondeur (6 mètres). Il est dit que quiconque ose sauter par-dessus le "Infernillo" sera "englouti" et pris à l'intérieur de la terre, pour ne jamais revenir.
 
Un autre mythe entourant le " Infernillo " est que si une personne entre dans la base de la crevasse, il sera pris à l'intérieur de la terre, passera par la montagne, et resortira loin à l'embouchure d'une rivière. La personne ne sera jamais plus la même et incapable de réintégrer la société. Elle se détournera des humains comme les animaux sauvages le font. Mais les gens du pays considèrent ceux-ci comme des mythes et sautent en fait facilement par-dessus le fossé de l'Infiernillo...

Voici quelques autres photos de rochers sculptés en formes d'animaux, comme la grenouille ou la tortue. Notez que l'on retrouve des sculptures de ces animaux-symboles un peu partout dans le monde, en liaison avec la préhistoire et aussi les "crânes allongés", (artificiellement ou non), une race naturelle ou artificielle possédant des pouvoirs psychiques ou des "dirigeants" du monde antique... :

Marcahuasigrenouille

la grenouille

MarcahuasitortueLa Tortue

Marcahuasiface

 

Soxtacuri était le Dieu Vivant, qui a régné sur l'ensemble du plateau de Marcahuasi.
 
Chaque mois de Janvier, il rencontrait tous les chefs des vallées environnantes pour échanger des idées. Ces rencontres légendaires sont commémorées aujourd'hui dans un rituel effectué chaque 5 Janvier par le «guérisseur» ou chaman de San Pedro de Casta, Paolino Gonzales, en face du monument de la Bruja.

Chaque année, les gens qui vivaient dans Marcahuasi devaient offrir le sacrifice d'une femme à leur bien-aimé Soxtacuri (un possible ancien empereur revendiquant être un dieu ?). Une année, les gens ont échoué à faire leur offrande, et dans sa colère, il a quitté l'endroit et a déménagé en Bolivie. Il est dit que lorsque Soxtacuri est parti, son peuple Divin s'est également déplacé du plateau. Au moment où les conquistadors sont arrivés, de nouveaux peuples habitaient la Meseta Marcahuasi. La maison et le trône de Soxtacuri restèrent sur le plateau.

Les conquistadores ont déplacé à nouveau les gens de Marcahuasi. Certains de leurs descendants vivent à San Pedro de Casta. Les personnes ont été déplacées par l'Espagnol dans tout le Pérou en les mettant dans de nouveaux villages afin qu'ils puissent respecter l'ordre et la force du catholicisme sur elles. Ils ont appris l'espagnol et le catéchisme aux indigènes péruviens. Les peuples conquis vivant au plus proche de Lima ont perdu leur langue maternelle: le Quechua. La plupart des noms de rivières, les montagnes et les dieux sont en quechua, car, malgré les efforts des conquistadores brutaux, il y a encore deux langues au Pérou...
 
Marcahuasi, en quechua, signifie simplement la maison / la ville.

Il existe cinq villes en ruines sur le plateau de Marcahuasi. On pense qu'à un moment donné, probablement vers le XIVe siècle, trente mille personnes peuplaient les villes de Marcahuasi.

 

Marcahuasi01 05


 
A en juger une ruine de premier plan, la «Fortaleza» ou forteresse (image ci-dessus), qui occupe la deuxième plus haute colline du plateau, les gens étaient des guerriers, soucieux de la surveillance et de la protection de leur territoire.
 
Les Incas ne sont pas arrivés avant que la majorité des villes n'aient été abandonnées et les ruines converties en "pacarinas", dédié aux ancêtres du peuple parti. Ce que les Incas trouvèrent étaient des constructions de pierres angulaires mises ensembles avec de la boue, formant des patios, des chambres, des couloirs et des tombes. Les tombes ou "chulpas" (l'image ci-dessous) sont encore éparpillées sur tout le plateau, et marquent l'endroit le plus sacré dans chaque ville.

 

Marcahuasi01 08

Malheureusement, la plupart des chulpas ont été dépouillés de leurs momies et des offrandes qu'ils comprenaient: des bijoux, de la poterie et des textiles.

Cependant, une impressionnante collection de momies peut être observée, avec autorisation, dans l'école secondaire à San Pedro de Casta.
 
Aucune excavation organisée d'aucune sorte n'a jamais été fait dans les villes de Marcahuasi. Le gouvernement péruvien n'a pas de fonds et toutes les fouilles en cours à cette époque au Pérou étaient financées par des fondations étrangères.

Le terrain de Marcahuasi n'est nullement accueillant, il est aride et rocailleux. La météo dans la saison sèche est chaude et ensoleillée dans la journée et très froide la nuit. Il y a peu d'ombre du soleil. Dans la saison des pluies, il est pratiquement impossible de marcher autour du plateau, comme il se transforme en une flaque de boue géante. Néanmoins, Marcahuasi a un magnétisme indescriptible qui amène les gens à revenir encore et encore.

Il y a quelques caractéristiques très attractives sur cette montagne de 4000 mètres. Le silence fait se déplacer l'âme. La nuit, avec les étoiles au-dessus, à la fois comme un plafond et des murs du plateau, on a la sensation d'être dans une grande salle. Les panoramas, de la mer de nuages ​​en-dessous de la montagne aux îles des sommets des montagnes furtives, sont à couper le souffle. La vision pas si occasionnelle d'un, ou deux ou trois condors survolant le plateau est unique.

Il y a quelques formes de vie animale sur le plateau. Le renard gris vit dans une caverne rocheuse et est rarement vu. Le "viscache", un croisement étrange entre un lapin et un écureuil est l'animal le plus nombreux du Marcahuasi.
 
Les lions "Puma" sur la montagne, vivent aux altitudes supérieures du Marcahuasi, mais descendent sur le plateau pendant la saison des pluies. Tous ces animaux sont chassés car leur viande est appréciée comme une délicatesse par les habitants.

Au cours des dernières années, les monuments et les tombes ont été fortement perturbés par les 3.000 à 4.000 touristes chaque année qui font des voyages le week-end à la montagne.
 
Les gardiens de San Pedro de Casta ne peuvent pas contrôler la destruction des monuments qui ont été là depuis des milliers d'années. Malheureusement, les gardiens sont tributaires du revenu apporté à la ville par les destructeurs de la Meseta, qui louent leurs ânes et achètent quelques fournitures, tels que l'eau, pour se rendre jusqu'à Marcahuasi.

Le voyage de Lima à San Pedro de Casta, en voiture, prend environ cinq heures. Il y a plusieurs hôtels andins à San Pedro, si l'on souhaite passer la nuit. Il est conseillé d'apporter un sac de couchage et un approvisionnement alimentaire personnel sur place.
 
La promenade jusqu'à la Meseta de Marcahuasi prend environ trois et demi-heures. Il y a quelques chevaux disponibles à la location qui peuvent remplacer vos propres pieds pour remonter la colline. Mais les Burros ou anes de location sont trop petits pour porter une personne moyenne.
 
Le moment idéal pour aller à Marcahuasi est d'Avril à Octobre. Le festival le plus important, la «Fiesta del Agua", a lieu chaque année au début d'Octobre et dure huit jours.
 
Il y a également des cérémonies sur le plateau pour le solstice d'hiver...

 

Traduction de Yves Herbo d'un texte de Lisa Rome d'après le livre de Daniel Ruzo "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique" (1974)

Autre exemple récent :

SAO PAULO, Brésil - Un regroupement de blocs de granit le long d'une colline herbeuse de l'Amazone pourrait être les vestiges d'un vieil observatoire astronomique vieux de plusieurs siècles - une trouvaille que les archéologues disent que cela indique que les anciens habitants de la forêt tropicale étaient plus sophistiqués qu'on ne le croyait.

 

Tropicalstonehenge helico01

Les 127 blocs, certains allant jusqu'à 9 pieds (2 m 74) de hauteur, sont espacés à intervalles réguliers autour de la colline, comme une couronne de 100 pieds de diamètre.

Le jour le plus court de l'année - le 21 décembre - l'ombre de l'un des blocs, qui est fixé à un angle, disparaît.

" C'est l'alignement de ce bloc avec le solstice d'hiver qui nous porte à croire que le site était autrefois un observatoire astronomique ", a déclaré Mariana Petry Cabral, un archéologue de l'Amapa State Scientific and Technical Research Institute. " Nous pouvons être en train d'examiner également les vestiges d'une culture sophistiquée. "

 

Tropicalstonehenge03

Les anthropologues ont depuis longtemps compris que les populations indigènes locales étaient des observateurs aigus des étoiles et du soleil. Mais la découverte d'une structure physique qui semble intégrer ces connaissances, suggère sue les Indiens précolombiens de la forêt amazonienne ont pu avoir plus de connaissances qu'on ne le pensait.

«Transformer ce genre de connaissances en un monument; la transformation de quelque chose d'éphémère en quelque chose de concret, pourrait indiquer l'existence d'une population plus importante et une organisation sociale plus complexe ", a déclaré Cabral.

Cabral a étudié le site, près du village de Calcoene, juste au nord de l'équateur dans l'état d'Amapá, dans l'extrême nord du Brésil, depuis l'année dernière. Elle estime qu'il était autrefois habité par les ancêtres des Indiens Palikur, et tandis que les blocs ne sont pas encore soumis à la datation au carbone 14, elle dit que des tessons de poterie à proximité du site indiquent qu'ils sont pré-colombiens et peut-être plus ancien qu'autant que 2000 années.

Le mois dernier, les archéologues travaillant sur une colline au nord de Lima, au Pérou, ont annoncé la découverte du plus ancien observatoire astronomique dans l'hémisphère occidental - et des sculptures géantes en pierre, vielles apparemment de 4.200 années, qui s'alignent avec le lever et le coucher du soleil le 21 décembre.

 

Tropicalstonehenge02

" Alors que les Incas, Mayas et les Aztèques ont construit des grandes villes et d'énormes structures rocheuses, les sociétés précolombiennes de l'Amazone ont construit des petites colonies de bois et d'argile qui se sont détériorées rapidement dans le climat chaud et humide amazonien, disparaissant il y a des siècles ", disent les archéologues.

Les agriculteurs et les pêcheurs de la région autour du site Amazonien les connaissent depuis longtemps, et la presse locale l'a surnommé le " Stonehenge tropical ". Les archéologues se sont impliqués l'an dernier après que les géographes et les géologues aient fait une enquête socio-économique de la région, à pied et en hélicoptère, et ont remarqué " la structure circulaire unique sur le dessus de la colline ", a déclaré Cabral.

Les scientifiques qui ne sont pas impliqués dans la découverte ont déclaré qu'elle pourrait se révéler précieuse pour la compréhension des sociétés précolombiennes de l'Amazonie.
Personne n'a jamais décrit quelque chose comme ça avant. Ceci est une trouvaille extrêmement nouvelle - une partie d'une chose d'un autre genre ", a déclaré Michael Heckenberger de l'Université de Département d'anthropologie de la Floride.

Il a dit que, bien que la datation au carbone 14 et que d'autres fouilles doivent être effectuées, la trouvaille s'ajoute à une masse croissante qui fait penser parmi les archéologues que la préhistoire dans la région amazonienne était plus variée qu'on l'avait cru.

« Étant donné que les objets astronomiques, les étoiles, les constellations, etc., ont une importance majeure dans une grande partie de la mythologie et de la cosmologie amazonienne, cela ne me surprend pas qu'un tel observatoire existe ", a déclaré Richard Callaghan, professeur de géographie, d'anthropologie et d'archéologie à l'Université de Calgary.

 

Tropicalstonehenge04

Les archéologues brésiliens seront de retour en Août, lorsque la saison des pluies se terminera, pour mener à bien la datation au carbone 14 et faire de nouvelles fouilles.

" L'image traditionnelle était qu'il y a des milliers d'années, il y a de petits groupes d'horticulteurs des forêts tropicales qui sont arrivés dans la région et qu'ils ne l'ont jamais changé - (que) ce que nous voyons aujourd'hui est juste comme c'était il y a 3000 ans ", a déclaré Heckenberger. " Ceci est une chose de plus qui suggère qu'à travers le passé de milliers d'années, les sociétés ont beaucoup changé en fait."

Sources : Stan Lehman - Associated Press Writer - from ABCNews Website / from CBSNews Website - photos : (AP Photo/GOVERNO DE AMAPA, Gilmar Nascimento)

Autres liens vers des articles traitant du même sujet ou proche : 

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/uritorco-la-montagne-mystique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-mont-sainte-odile-en-alsace.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/roumanie-les-mysteres-des-montagnes-bucegi.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-terre-des-incas-et-ses-montagnes-sculptees.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-les-preuves-d-une-migration-plus-ancienne.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-chasseurs-cueilleurs-il-y-a-30-000-ans-en-amerique-du-sud.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-le-stonehenge-des-orcades.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-excavations-sur-les-iles-orkney-revelent-un-temple-de-5000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/afrique-du-sud-des-outils-de-700000-ans-des-cites-de-200000-a-75000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-4.html (voir les 4 parties)

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-11-2015

Anomalies dans la Baltique: les news estivales 2015

Anomalies dans la Baltique: les news estivales 2015​

Baltic ano capture

La page originale est longue à charger, et pour cause... beaucoup d'images et de vidéos !... je publierai donc maintenant les news sous formes de billets moins gros en taille et si vous voulez revoir l'intégralité de cette passionnante aventure, patientez pour le chargement de cette page ! : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

MAJ du 23-07-2015 : Une pause de deux mois donc depuis les dernières nouvelles hivernales de février 2015 et celles du printemps de mai 2015. Après avoir révélé l'emplacement exact des anomalies en mai, l'équipe, avec son nouveau bateau et son nouvel équipement, se lance à la recherche de son premier rêve : le trésor du tsar de Russie (dont des fameux œufs de Fabergé) qui aurait été évacué en catastrophe devant la menace bolchevik du début du 20ème siècle sur un navire qui aurait coulé dans la Mer Baltique... mais aussi un trésor fait de très vieilles bouteilles de cognac et de liqueur qui vieillissent très bien et valent maintenant une véritable fortune... ce genre de découvertes leur permettrait de faire d'autres recherches "à pertes" sur les anomalies de la Baltique et d'éclaircir une bonne fois pour toute leur mystère...

Pour cela, l'équipe a décidé de se lancer un défi et de réaliser (avec un sponsor) une sorte de télé-réalité en 6 épisodes dans laquelle leur propre vie serait en jeu... " New international reality TV series. The Ocean X team are a group of treasure hunters and in this 6 part series we see how a discovery of valuable liquor from a WW1 shipwreck could make the crew millionaires...as well as lose their lives. ". " Nouvelle série internationale de télé-réalité. L'équipe de océanX est un groupe de chasseurs de trésors et dans cette série en 6 parties, nous voyons comment une découverte de liqueur précieuse repêchée d'un naufrage de la première guerre mondiale pourrait faire de l'équipage des millionnaires... ou bien leur faire perdre leur vie " .Voici pour lancer cette nouvelle campagne trois vidéos promotionnelles, des trailers en quelque sorte, qui viennent de sortir, en juillet 2015, et dont la presse internet s'est fait le relais. J'en avais déjà parlé en mai 2015 lors de la dernière mise à jour, mais il semble bien que cela se concrétise bien. " 3 Videos was leaked today, all 3 are trailers from an upcoming documentary about the Ocean X Team, Their Daily durings treasure hunting and their search for the Baltic Sea Anomaly " - " 3 vidéos ont été divulguées aujourd'hui, toutes les 3 sont des trailers d'un prochain documentaire sur l'équipe océanX, sur leur quotidien de chasse au trésor et durant leurs recherches sur l'Anomalie de la mer Baltique ". Vous pouvez mettre des sous-titres et les traduire automatiquement dans votre langue :

Tout d'abord, quelques nouvelles de l'équipe dans une petite vidéo mise en ligne le 07 juin 2015 :

1er trailer " The Trailer about the new documentary about Ocean x team " :

2ème trailer :

3ème trailer :

Source : http://beforeitsnews.com/beyond-science/2015/07/3-secret-trailers-leaked-about-ocean-x-team-the-team-that-found-the-baltic-sea-anomaly-2449516.html

Ocean X Team returns to the Baltic Anomaly during 2015 ? A TV series that is produced about the Ocean X Team has opened for a possibility to return to the Anomaly. The team hopes they can gather better side scan images of both anomalies. The goal is also to shoot more video films and to get close up sonar Mosaics. " -  " L'équipe espère qu'ils peuvent obtenir de meilleures images de scan de toutes les anomalies. Le but serait aussi de filmer plus de vidéos et de créer une mosaïque de scans plus rapprochés. " source : http://www.oceanxteam.com/

Pour mémoire, de nouvelles photos inédites tirées de celles de 2012 n'ont été diffusées qu'en février 2015 et ont été regroupées dans cette vidéo :

The Masterdiver and underwater photographer Stefan Hogeborn Member of Ocean X Team that discovered the Baltic sea anomaly, Released some new pictures not seen before. Note all pictures are from 2012, some of them have been shared on facebook but not all of them.

Ocean X facebookgroup

PS (30/07/2015) : aux toutes dernières nouvelles, l'équipe Océan X viendrait tout juste de découvrir l'épave d'un mini sous-marin russe (20 mètres) qui aurait coulé vers 1916 près de la côte suédoise... J'en reparlerai donc lors d'un prochain article quand nous en saurons plus...


 

A suivre...

http://www.oceanxteam.com/ MAJ au 26-06-2015

http://thebalticanomaly.se/timeline/

Visitez la page du groupe de l'équipe francophone sur Facebook

Ce qui a été trouvé et dévoilé officiellement : http://thebalticanomaly.se/disclosed-material/

Les faits mis à jour par le site officiel de Océan X au 22-08-2014http://thebalticanomaly.se/current-facts/

Nouvelle page officielle Ocean X = https://www.facebook.com/OceanXteam

A suivre, Yves Herbo traductions, commentaires S,F,H, - 2011-  MAJ 23-07-2015

FAIR USE NOTICE: These pages/video may contain copyrighted (© ) material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. Such material is made available to advance understanding of ecological, POLITICAL, HUMAN RIGHTS, economic, DEMOCRACY, scientific, MORAL, ETHICAL, and SOCIAL JUSTICE ISSUES, etc. It is believed that this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior general interest in receiving similar information for research and educational.

Sur cette page à part, lien ci-dessous, vous trouverez toutes les photos originales des scanners et sonars fournies par l'équipe, ainsi que plusieurs travaux et analyses photos de fans ou de spécialistes essayant d'aider à la compréhension des anomalies. Vous y trouverez aussi les travaux de MaxitsMax qui s'est manifesté ici pour montrer son travail, ainsi que les miens et beaucoup d'autres. J'y ajouterai des données sur d'autres théories (constructions anciennes, Atlantide, etc...) par la suite.

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/recherches-et-theories-sfh-sur-les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Cet article fait référence à la découverte récente du SS Astrid par l'équipe Océan X :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-epave-du-s-s-astrid-a-ete-retrouvee-dans-les-eaux-internationales.html

Autres liens (plus ou moins) en rapport : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-chef-des-plongeurs-d-ocean-x.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-importante-dans-la-baltique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-projet-suedois-sur-les-ghost-rockets.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/special-baltique.html

 

Yves Herbo - S,F,H -  MAJ 23, 30-07-2015

Anomalies dans la Baltique: les news printanières 2015

Anomalies dans la Baltique: les news printanières 2015

Baltic robot image 2012

Cette image prise par le ROV de l'intérieur d'une des failles ou couloirs de l'Anomalie 1 montre-t-elle une gravure préhistorique ?

La page originale est longue à charger, et pour cause... beaucoup d'images et de vidéos !... je publierai donc maintenant les news sous formes de billets moins gros en taille et si vous voulez revoir l'intégralité de cette passionnante aventure, patientez pour le chargement de cette page ! : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

MAJ du 08-05-2015 : Une plus courte pause donc depuis les dernières nouvelles hivernales de février et le passage au-dessus des deux anomalies en été, mi-août 2014. Il semble bien que les coordonnées exactes des anomalies aient été dévoilées il y a quelques jours, ce qui fait donc l'objet de cette mise à jour ! :

Baltineanomaliea1

Autre bonne nouvelle apparemment : une série télévisée pourrait permettre (financièrement) une nouvelle expédition sur les anomalies cette année 2015 : " Ocean X Team returns to the Baltic Anomaly during 2015 ? A TV series that is produced about the Ocean X Team has opened for a possibility to return to the Anomaly. The team hopes they can gather better side scan images of both anomalies. The goal is also to shoot more video films and to get close up sonar Mosaics. " -  " L'équipe espère qu'ils peuvent obtenir de meilleures images de scan de toutes les anomalies. Le but serait aussi de filmer plus de vidéos et de créer une mosaïque de scans plus rapprochés. " source : http://www.oceanxteam.com/

Je suppose que la diffusion et la vente du documentaire sur Océan X Team à la série The Unexplained Files n'y sont pas étrangers... tant mieux ! Voir ce documentaire qui est en train de faire le tour du monde ci-dessous en deuxième partie (en VO sur Youtube - la VF ayant été censurée par Discovery Channel sur Dailymotion !) :

The Unexplained Files - S02E05 - Le squelette alien péruvien et l'OVNI de la Mer Baltique

 

S02E05 - Titre original : « Peruvian Alien Skull and Baltic Sea Ufo » Au Pérou, les médecins sont perplexes devant un petit squelette ; est-ce un chaînon manquant dans l'évolution humaine ou la preuve d'un contact extra-terrestre ? - Anomalie de la Mer Baltique : Des chercheurs d'épaves trouvent un disque énorme de deux fois la taille d'un terrain de football sur le fond marin... enquête au fond de l'eau et aussi sur les ovnis suédois...

ici aussi, en VO : http://www.mojvideo.com/video-the-unexplained-files-peruvian-alien-skull-and-baltic-sea-ufo/943914cfff734b0b53df


 

En mars 2015, l'équipe est tout de même partie plonger quelque part dans la Baltique et voici une petite vidéo postée le 12-03 sur youtube. Cela ressemble à l'anomalie1, des mesures sont faites apparemment et il y a l'apparence d'une sorte de poignée ou de petit cercle qui se brise quand l'un des plongeurs tente de tirer dessus. Des échantillons sont aussi prélevés et un message est laissé sur le sable recouvrant la roche... :


 

Le 21 avril 2015, l'équipe nous informe que le robot (un ROV V8 Sii) acheté est prêt et nous le montre : " ROV ready for duty - Ocean X Team AB has acquired a V8 Sii ROV (manufactured by Ocean Modules AB) to be used at Ocean X Team’s expeditions.  http://www.subx.se

En fait, on apprend le même jour que l'équipe a fait une nouvelle découverte lors de cette plongée du 16 avril 2015 :

" News ! An interesting finding in an old mine.
A film from our findings in a mine in Dalarna – Sweden 2015-04-16.
The mine is 240 deep, And we found 16 cars, motorcycles, boats and barrels. and there is much more to find. We are now waiting for the authorities to give us the green light for salvage. "
News channels
TV4: https://www.tv4.se/nyheterna/klipp/dumpade-bilar-hittade-i-gruva-i-dalarna-3172312
Expressen: http://www.expressen.se/nyheter/16-bilar-gomde-sig-pa-gruvhalets-botten/
Aftonbladet: http://www.aftonbladet.se/nyheter/article20661976.ab
DN-DAGENS NYHETER : http://www.dn.se/nyheter/sverige/16-bilvrak-hittade-i-medeltida-gruva/?fb_ref=Default

DT: http://www.dt.se/dalarna/sater/stor-fara-for-miljon-i-silvberg

Vous avez bien lu : une ancienne mine profonde de 240 mètres (en fait, d'après la vidéo, entre 48 et 200 mètres) de profondeur, un vieux trou de mine (cette mine date de 1400 après JC à peu près) donc situé vers la ville de Silvberg Säter à Dalarna en Suède et qui a été depuis longtemps inondé par les eaux, dans lequel 16 voitures et beaucoup d'autres choses se sont cachés au fond du trou. ils y ont trouvé 16 voitures, des motos, des bateaux et des containers et il y a encore plus à découvrir.

" - Il y a eu des rumeurs selon lesquelles des hommes ont jeté des cadavres et tout ce qu'il y a là. Nous avons pensé que ce pourrait être passionnant ! " dit Dennis Åsberg.
Il fait partie maintenant d'Ocean Explorer et a accès à un robot sous-marin qui peut descendre et aller à des profondeurs que les plongeurs humains ne peuvent pas atteindre.
Leurs travaux sur une émission de télé-réalité a décidé Dennis et ses collègues à explorer le trou de l'exploitation minière en Dalécarlie.
- Cela a commencé comme une chose amusante. Il y avait tellement de légendes à ce sujet, donc nous avons voulu vérifier. Nous sommes dans la chasse aux trésors, fondamentalement, explique Dennis Åsberg.
Et l'équipe a trouvé plus qu'elle ne pouvait imaginer. " On était sur un retour sur 50 années ".
En fait, 16 voitures, un bateau avec remorque et une moto étaient entre 55 et 200 mètres de profondeur.
- L'une des voitures était un modèle de 50 ans. Ceux qui les ont cachés, pensaient qu'il y avait suffisamment de chances pour qu'elles ne soient jamais retrouvées. Désolé messieurs ! dit Dennis Åsberg.
Maintenant, ils négocient avec la municipalité et la police au sujet de l'opération de sauvetage. Dès que tous sont d'accord, ils proposeront une collaboration avec la société de sauvetage pour ramasser toutes les vieilleries.
- La police sera impliquée dedans, car il peut y avoir des gens là-bas. C'est très dangereux, explique Dennis Åsberg.
Lorsque des épaves de voitures sont occupées, cela provoque plus d'histoires à venir à la surface avec...
Certaines des conclusions peuvent avoir des conséquences vraiment graves, dit Dennis Åberg.
- Nous avons trouvé des barils, là-bas. Des barils. Nous ne savons pas ce que c'est, alors nous devons donc être prudents, dit Dennis Åsberg. " (traduit par Yves Herbo de l'expressen - lien au-dessus)

Ils attendent maintenant un feu vert de la part des autorités suédoises pour sauvegarder ce qui peut l'être. Ils supposent que ceux qui s'en sont débarassés ici devaient probablement être confiants sur le fait qu'ils n'y seraient jamais trouvés... voleurs de véhicules, criminels ou escroqueries à l'assurance : seule une longue enquête pourra peut-être un jour le découvrir... 

Quoiqu'il en soit, leur submersible robotisé est prêt pour les missions, ils peuvent rapidement se mobiliser pour des missions de façon indépendante de la plate-forme ou d'un emplacement dans le Nord...

 


 

Peterlof anomaly2Peter Löf a encore travaillé sur l'anomalie 2 d'après les données fournies par les échos de scans et a déterminé les profondeurs entre les couches visibles. Tous ses travaux sont maintenant visibles sur la page Facebook de l'entreprise B.I.R.D., merci à lui :

https://www.facebook.com/groups/BirdOfficial/

 


 

Il faut patienter un peu pour que l'image (énorme) apparaisse, mais après vous pouvez vous y déplacer, zoomer, etc... du bon travail sur cette ligne de scans des fonds marins du golf de Bothnie... les anomalies se trouvent à peu près dans le tiers de la ligne vers le bas (ligne entière qui fait plusieurs kilomètres - image de 1920x 80.000 pixels) :

http://www.gigapan.com/gigapans/225f6954d50885478c9ce73ee10373b1

 


 

A suivre...

http://www.oceanxteam.com/ MAJ au 05-05-2015

http://thebalticanomaly.se/timeline/

Visitez la page du groupe de l'équipe francophone sur Facebook

Ce qui a été trouvé et dévoilé officiellement : http://thebalticanomaly.se/disclosed-material/

Les faits mis à jour par le site officiel de Océan X au 22-08-2014http://thebalticanomaly.se/current-facts/

Nouvelle page officielle Ocean X = https://www.facebook.com/OceanXteam

A suivre, Yves Herbo traductions, commentaires S,F,H, - 2011-  MAJ 08-05-2015

FAIR USE NOTICE: These pages/video may contain copyrighted (© ) material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. Such material is made available to advance understanding of ecological, POLITICAL, HUMAN RIGHTS, economic, DEMOCRACY, scientific, MORAL, ETHICAL, and SOCIAL JUSTICE ISSUES, etc. It is believed that this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior general interest in receiving similar information for research and educational.

Sur cette page à part, lien ci-dessous, vous trouverez toutes les photos originales des scanners et sonars fournies par l'équipe, ainsi que plusieurs travaux et analyses photos de fans ou de spécialistes essayant d'aider à la compréhension des anomalies. Vous y trouverez aussi les travaux de MaxitsMax qui s'est manifesté ici pour montrer son travail, ainsi que les miens et beaucoup d'autres. J'y ajouterai des données sur d'autres théories (constructions anciennes, Atlantide, etc...) par la suite.

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/recherches-et-theories-sfh-sur-les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Cet article fait référence à la découverte récente du SS Astrid par l'équipe Océan X :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-epave-du-s-s-astrid-a-ete-retrouvee-dans-les-eaux-internationales.html

Autres liens (plus ou moins) en rapport : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-chef-des-plongeurs-d-ocean-x.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-importante-dans-la-baltique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-projet-suedois-sur-les-ghost-rockets.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/special-baltique.html

 

Yves Herbo - S,F,H -  MAJ 08-05-2015

Quatre éternités pour une Rose Immortelle

Quatre éternités pour une Rose Immortelle - MAJ au 23-04-2015

4eternites1 mini

Cet article est pour vous annoncer la prochaine publication de mon roman " Quatre éternités pour une Rose immortelle " par l'éditeur Edilivre de Paris car, après ma lutte (réussie) pour avoir une belle image de couverture malgré mes faibles moyens financiers, les choses ont avancé, l'image de couverture, un don du dessinateur-acteur (et oui, il fait aussi du théâtre !) Cyril Cheminade, a été bien adaptée par l'éditeur et je viens de renvoyer le fichier pdf des plus de 350 pages de ce roman pour une deuxième correction (sur trois) du texte. La dernière correction avant le BAT et la publication ne devraient être qu'une formalité à priori. 

Je sais que plusieurs personnes (dont certaines qui ont participé aux dons pour cette couverture) m'ont demandé de voir cette couverture et de suivre l'avancement de ce projet, je vais donc répondre à leur demande dès maintenant car j'ai reçu le projet de couverture de la part de l'éditeur et je peux déjà montrer l'image de couverture telle qu'elle devrait apparaître. Le texte de dos de couverture doit être légèrement remanié, donc je le publierai dans un deuxième temps...

Je pense aussi ouvrir une page spéciale sur Facebook pour accompagner la sortie du livre. Je devrai aussi tôt ou tard répondre à une interview organisée en principe par l'éditeur... mais je pourrai aussi répondre en direct à vos question ici ou sur Facebook si vous en avez ! Cet ouvrage est important pour moi car il a été écrit lors de mon enfance (mais remanié et modernisé en partie ces derniers mois pour cette publication) et surtout, à la suite d'événements étranges survenus dans ma tendre enfance, allant jusqu'à l'observation très nette et très proche d'une grande sphère lumineuse venant presque à ma verticale. Cet ouvrage parle donc de "soucoupes volantes" mais attention, il s'agit à 100% de science-fiction ou d'anticipation, comme l'autre roman écrit à cette période (Je n'étais qu'un Androïde), même si plusieurs passages, termes et idées paraissent "visionnaires" ou "très en avance" pour l'époque (et l'âge de l'auteur), un peu comme s'ils m'avaient été "transmis" mystérieusement... Le fait est bien que je me suis mis à écrire beaucoup d'un seul coup et sans y être spécialement préparé ou attiré précédemment. A tel point que ma prof de français et mon père m'ont fait passer un test de QI dès le début du collège ! Je ne demande à personne de me croire sur parole, peu importe d'ailleurs, mais les manuscrits d'époque sont encore là, ainsi que mon père, qui peut témoigner de certaines choses  - et il doit y avoir un dossier quelque part à l'Education Nationale !

On me pose aussi de temps en temps des questions sur mon autobiographie (qui avance peu il est vrai avec tout ça !) et tout ce que je peux dire, c'est que tout est absolument vrai, ceux qui me connaissent vraiment savent d'ailleurs que je déteste tellement le mensonge que je préférerai encore mourir plutôt que de céder aux mensonges de mon bailleur de logement de location (et de cette fausse justice française qui l'aide en permanence, car je ne suis pas le seul !). Je remercie au passage les seuls (la Mairie du Plessis-Robinson n'a jamais répondu au courrier donné ni aidéqui m'ont permis de résister à ces escrocs depuis 2010 grâce à leur aide financière : mon père, ma fille et son mari maintenant... Quand on a connu un destin comme le mien, avec en plus une suite d'enchaînements et de circonstances faisant perdre un travail de 20 ans dans lequel on est très reconnu et apprécié, pour ne plus rien retrouver du tout, on est amené à réaliser que, de toute façon, ce n'est pas en faisant n'importe quoi, n'importe quel travail (mal et dangereusement souvent pour les autres) que l'on rend service à la société ou à soi-même, mais en utilisant ses vrais dons ou qualités, talents et acquis... Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, il ne faut pas généraliser et faire un "package" de l'être humain : non, tout le monde ne peut pas "être comme la majorité ou la moyenne" : les maladroits, les professeurs Tournesol qui sont souvent "à l'ouest", ceux qui ne tiennent rien dans leur main, ça existe... et arrêtez avec cette fausse phrase : "si certains y arrivent et le font, tout le monde peut le faire... " : rien n'est plus faux et tout prouve le contraire, en fait... Dans ce monde déformé par l'argent et donc des conditions d'existence différentes, il n'y a aucune égalité de l'esprit, ni du corps, ni de l'éducation, ni de la façon de l'acquérir... c'est la seule réalité de notre société bourrée de préjugés et de fausses valeurs hérités et édictées par une classe (oui, une classe liée à un faux métier) politicienne qui ne voit que sa propre réalité et mauvais concepts, fausses valeurs destructrices des ressources et du climat...

J'aurai encore l'occasion de philosopher ou de délivrer mes messages et ce que je perçois de notre "réalité" ailleurs... voici donc la première de couverture en question en attendant la couverture en totalité, si vous avez des réflexions, n'hésitez pas :

4eternites1

MAJ du 23-04-2015 : l'éditeur vient de me renvoyer pour la deuxième fois les corrections du texte mais j'ai tout de suite remarqué qu'il n'a pas compris qu'en ajoutant deux notes explicatives en plus en fin d'ouvrage, il se produirait obligatoirement un décalage au niveau des numéros des notes : je me retrouve donc avec deux notes 2 et deux notes 3... nous sommes donc reparti déjà pour une troisième correction et un mois de plus... mais c'est la dernière fois contractuellement. Rien à redire par contre du côté de la couverture et du texte de dos, je vous la présente donc comme promis dans son intégralité. Vous avez également le prix exigé par l'éditeur (je n'ai pas mon mot à dire dessus même si je le trouve un peu trop élevé), mais il sera aussi vendu en ebook (voir sur la boutique en ligne d'Edilivre pour vous faire une idée du prix de ce dernier). D'après ce que j'ai vu, Edilivre propose aussi souvent gratuitement le ebook quand vous achetez le livre papier, c'est bon à savoir pour pouvoir le lire sur plusieurs formats. Je vais voir aussi si je peux mettre en place un système de commandes et d'achats via la boutique de ce site car j'ai bien le droit de vendre mon propre livre à priori, puisque je l'achèterai moi-même (avec TVA) à l'éditeur, comme les libraires le font d'ailleurs. D'autant plus qu'il semble qu'e_monsite, l'hébergeur du site, vient d'annoncer un accord intéressant avec plusieurs transporteurs pour les livraisons... Bon, cela avance lentement, mais cela avance : le livre devrait sortir avant l'été comme prévu tout de même :

633994 lcl c14 2 sans codebarre

Notez que j'ai effacé le code-barre qui sera visible au dos, sous le prix. Merci de me dire ce que vous pensez du texte de couverture car je peux encore le modifier pour la dernière fois...

A suivre jusqu'à la publication...

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 15-03-2015, 23-04-2015

Les Rapports de Naar-Loor, l'Observateur-5652

Les Rapports de Naar-Loor, l'Observateur-5652

Astreapproche

 Début du 21ème siècle de Sol : retour des Yakhova (images NASA)

Naar-Loor, rapport 5652, Secteur Sol

 

- Année terrestre  1763 après JC

Rappel de la fin du précédent rapport... (...)... " Entre-temps, l’énorme vaisseau et sa propre influence gravifique avait provoqué volontairement une certaine déstabilisation climatique et, surtout, tectonique… l’explosion subite d’un volcan islandais avait recouvert beaucoup de contrées de cendres, fait se refroidir le climat pour quelques années, entraînant à l’époque famine et épidémies, qui allaient accentuer les sentiments de révoltes des peuples européens déjà exacerbés par des problèmes économiques difficiles… en plus de l’émission d’influences sonores non détectables à l’ouïe humaine mais accentuant la colère d’un côté, la manipulation de masse de l’autre… techniques d’ailleurs maintenant connues de certains services secrets (et organismes terroristes ) des terriens…

Attention, à ce passage, je dois prévenir les Terriens que les Yakhova ont bel et bien non seulement envisagé toutes les possibilités sur l’avenir de la Terre mais sont allés y voir, ont ramené des preuves « filmées » selon vos normes de ces différentes probabilités de futurs suivant les événements qui se sont déjà produits : leurs actions sont certes contraignantes et mortelles pour certains humains et animaux, végétaux et roches-vives, mais ce sont les actions les moins coûteuses en vies locales et provisoires qui ont été choisies, avec un objectif atteint avec sécurité dans les siècles suivants… n’oubliez pas que la situation économique mise en place par les Dimonons sur la Terre mène inéluctablement à une domination totale de leur race sur la vôtre, rendue inconsciemment en esclavage total et éternel dans vos multiples plans d’existences locales… et de vous libérer de leur influence en vous laissant la seule direction des choses ne mène qu’à votre propre auto-destruction, ainsi que celle de la planète, ce que nous ne pouvons permettre de toute façon "… Fin rapport 5651.

1763. La très jeune Félicité du Crest, 17 ans, se promène seule en ce beau soir de mai 1763. Elle est dans les jardins du château familial, le château de Champcery, près d'Issy-l'Évêque en Bourgogne. Il est déjà tard et la nuit tombe mais la journée a été tellement chaude, presque orageuse et lourde qu'elle se sent bien dans cette agréable fraîcheur nocturne et n'a pas envie de rentrer dans la demeure familiale déjà assoupie. De naissance anoblie, elle était fille d'un capitaine qui portait le titre de marquis de Saint-Aubin. Elle-même, de par sa naissance, avait été placée chanoinesse et avait étudié les encyclopédies et la harpe. Très douée pour cet instrument de musique délaissé depuis la Renaissance, elle donnait assez souvent des concerts publics et était invitée à des dîners bourgeois, avec sa mère, la veuve Marquise de Saint-Aubin... une vie provinciale calme et heureuse, jusqu'à ce soir de mai 1763...

madame de genlis par lemoine

Soudain, alors qu'elle s'était immobilisée pour admirer le reflet des étoiles déjà apparues dans les eaux du petit étang que bordaient ses magnifiques hortensias, elle fut surprise par l'apparition d'une lumière de couleur orangée à la surface. Elle leva la tête, étonnée car il n'y avait pas de Lune cette semaine d'après les éphémérides et ses amies astrologues et ouvrit grand la bouche en voyant ce qu'elle prit d'abord pour une montgolfière, là, à moins de cinquante mètres d'elle, à sa verticale pratiquement. 

Ovni sphere orange

(cette photo est un exemple réel : Ovni en forme de sphère rouge au-dessus de la Belgique à Chapelle Lez Herlaimont, 02/11/2013)

Non, décidément, ce n'était pas une montgolfière car il n'y avait pas de nacelle... et le ballon était comme une boule de cristal contenant une bougie à l'intérieur. Mais une bougie sans flammes ou mouvements, étrangement fixe et surnaturelle... et qui descendait vers elle. Comme hypnotisée, la bouche ouverte, elle ne se rendit même pas compte que c'était elle qui s'élevait vers la sphère...

Quand elle pénétra silencieusement dans sa chambre, tard cette nuit-là, ce n'était plus vraiment la jeune chanoinesse de Bourgogne qu'elle était quelques heures plus tôt. C'était maintenant une jeune femme très ambitieuse, qui avait une mission...

A peine quelques jours plus tard, elle parvient à convaincre sa tante, la Marquise de Montesson, à lui présenter un homme très précis qui pourra lui ouvrir, avec son nom, les relations nécessaires à l'accomplissement de la mission dont elle ignore encore elle-même d'ailleurs l'exacte teneur... elle se marie l'année même avec Charles-Alexis Brûlart, comte de Genlis, l'héritier d’un ancien ministre d’État, Louis Philogène Brûlart de Sillery, marquis de Puisieulx, qui ne va pas tarder à devenir le marquis de Sillery...

Dès 1765, à 19 ans, Stéphanie Félicité du Crest de Saint-Aubin, par son mariage Comtesse de Genlis, Marquise de Sillery, est présentée à la Cour du Roi... Son érudition et son talent de harpiste la fait grandement apprécier...

1770. Elle est près du Grand Trianon, à Versailles, quand un hasard calculé la fait rencontrer pour la première fois un homme que son influence discrète va changer le destin : le Duc de Chartres... ce dernier tombe mystérieusement sous son charme dès cette première rencontre... il est aussi marié, avec la jeune Marie-Adélaïde, mais il ne peut s'empêcher de revoir Félicité discrètement, dès que possible.

Mais le duc de Chartes n'était pas n'importe qui... c'est Louis-Philippe-Joseph d’Orléans, descendant en ligne masculine du régent Philippe d’Orléans et du roi Louis XIII, et qui vient de se marier, l'année précédente, avec Marie-Adélaïde de Bourbon dite « Mlle de Penthièvre », très riche petite-fille du comte de Toulouse, bâtard légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan... et futur père du dernier roi des français, au 19ème siècle, Louis-Philippe...

C'est sous l'influence de Félicité que le duc de Chartres décide en 1771 de se lancer en politique. En tant que Bourbon, il a ses préférences logiques pour les Parlements royaux issus du Moyen-âge et contre le nouveau « parlement Maupeou », mais surtout, et c'est là une partie de la mission de Félicité, il se fait élire Grand Maître de la franc-maçonnerie, qu'il réorganisera en Grand Orient de France deux ans plus tard...

En 1772, les relations du mariage arrangé du duc de Chartres d'avec sa femme ne sont pas au beau fixe : le couple a perdu leur premier enfant mystérieusement, mort-né, et ils restent ensembles pour les convenances et affaires. Ce qui ne les empêchera pas d'avoir tout de même 5 enfants dans les sept années suivantes... Le duc cède tout de même aux désirs de sa maîtresse, Félicité : elle est engagée comme « dame pour accompagner » sa femme, la duchesse de Chartres, belle-fille du duc d’Orléans, tandis que le comte de Genlis, le mari de Félicité, est nommé capitaine des gardes du duc de Chartres, futur Duc d'Orléans et futur "Philippe l'Egalité"... les relations du duc de Chartres et de Félicité se font moins discrètes et deviennent encore plus passionnels...

Elle devient très littéraire assez soudainement et développe des idées très modernes sur l'éducation, qu'elle appliquera sur les enfants de son amant d'ailleurs, dont le futur roi, qu'elle a plus tard l'ambition de transformer en une sorte de Saint-Louis... Dès la naissance de Louis-Philippe en 1773, elle proposa au duc de Chartres divers gouverneurs possibles, mais, celui-ci les ayant tous rejetés, elle proposa d'éduquer les enfants elle-même. Cette proposition fut acceptée, évidemment, alors que c'était vraiment très inhabituel dans la noblesse d'alors : l’usage était que les princes « passent aux hommes » pour être confiés aux soins d’un gouverneur assisté d’un sous-gouverneur dès l'âge de sept ans. Il n'eut jamais de gouverneur masculin et ce fut elle qui se chargea non seulement de sa totale éducation, mais aussi de celles de tous les enfants suivants, avec un autre garçon, Louis-Antoine-Philippe d'Orléans né en 1775, deux jumelles nées en 1777 et le dernier, Louis-Charles d'Orléans né en 1779... mais elle a aussi une fille illégitime avec le duc de Chartres, Pamela Brûlart de Sillery, dont elle accouche en 1777, presque simultanément que les jumelles du duc de Chartres d'avec Marie-Adélaïde !

Mais la mission de Félicité n'est pas finie, loin de là. Elle saisie l'occasion d'une grosse déception du Duc de Chartres concernant sa carrière militaire, pour en faire un opposant acharné du Roi Louis le seizième... En effet, le père de sa femme était le Grand Amiral de la Flotte française, et il avait reçu l'assurance à son mariage, que cette charge lui incomberait le moment venu... chose à laquelle il dû renoncer en 1778, à cause d'une étrange manœuvre du Capitaine de son navire, alors que les britanniques ennemis étaient vaincus et à portée lors d'une bataille près de Ouessant... des circonstances amenées grâce à l'influence d'un implant bien placé... 

Non seulement Louis XVI, son cousin donc, accepta son renoncement à la Marine, mais il refusa aussi sa demande de faire partie du corps expéditionnaire de Rochambeau qui partait pour l’Amérique en 1780...

... Ce soir-là, Félicité attendait avec impatience son cher Duc dans sa chambre douillette du Faubourg St Honoré. Comme d'habitude en cette période froide, elle avait demandé au majordome d'allumer la cheminée et s'était fait servir son vin préféré de sa belle région. Et elle l'attendait, nue et languissante, allongée à moitié sur le grand lit à baldaquin que lui avait offert son riche amant, son verre de vin à la main droite et le livre de Jean-Jacques Rousseau qui ne la quitte plus et qui l'inspire : "Emile, ou De l'éducation", l'un des livres interdits du grand philosophe qui vient de mourir subitement. Lui-même, sans le savoir, a fortement contribué aux événements qui vont se dérouler 10 ans après son décès...

Mais Louis-Philippe est de mauvaise humeur : il vient de recevoir la réponse négative du roi sur sa demande de participer à l'expédition Rochambeau en Amérique du Nord : sa seule possibilité pour lui de faire acte de bravoure militaire. Il prend ça pour un affront et jure devant sa maîtresse, qui encourage ses velléités de hochements vigoureux de la tête, de se venger dès qu'il le pourrait. Tout en tentant de lui défaire son ceinturon, elle lui murmure à l'oreille que sa forte position comme Grand Maître de la franc-maçonnerie française, devrait lui en donner l'occasion un jour ou l'autre, qu'il lui fallait être patient mais vigilant...

Philippe d orleans en grand maitre du gof

Philippe d’Orléans en grand maître du Grand Orient de France, la seule franc-maçonnerie française de l'époque.

Elle ne le sait pas non plus elle-même, mais sa mission est loin d'être finie. Elle ne fait même que commencer...

© Yves Herbo, 04-2015

Regroupement des rapports de Naar-Loor également ici :  http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-rapports-de-naar-loor-l-observateur.html

 Ou ici : http://herboyves.blogspot.fr/p/les-rapports-de-naar-loor-lobservateur.html

Les photos ou illustrations sont protégées par les lois sur les droits d'auteurs. L'exploitation commerciale de cette oeuvre est prohibée, aussi bien pour le texte que les illustrations. (Les illustrations ou photos, vidéos sont sous copyright et leurs auteurs doivent également être contactés). L'auteur se réserve bien sûr le droit de publier ses textes sans illustrations ou avec des illustrations libres de droits.

OVNIs : Des traces physiques sur des témoins - Partie 1

OVNIs : Des traces physiques sur des témoins - Partie 1

2006-ovni-ufo-amarantina-brazil.jpg

Amarantina-Bresil-2006

Nous regrouperons sous cette sous-rubrique les témoignages et études assez nombreux faisant état de traces physiques, parfois de cas psychosomatiques, constatés scientifiquement et les reliant aux phénomènes OVNI. Preuves supplémentaires et études qui montrent que certaines approches scientifiques, y compris la médecine, sont possibles et fonctionnent avec le phénomène OVNI. Yves Herbo

"Très souvent, écrit en substance James M. McCampbell dans son ouvrage "Ufology" (http://www.nicap.org/ufology/ufology.htm), ceux qui ont rencontré des humanoïdes ou ceux qui se sont approchés des soucoupes volantes ont souffert, après leur aventure, de troubles physiologiques ou psychosomatiques dûment constatés par les enquêteurs et les médecins."

Ingénieur, physicien spécialisé dans la technologie nucléaire, telle que la mise au point de réacteurs pour sous-marins et pour centrales électriques, McCampbell s'est acquis une réputation de premier plan parmi ses pairs : il figure en effet en bonne place dans le who's who in Atoms, le gotha des personnalités dans le domaine atomique. (YH : de l'époque bien sûr (1973)). Sa méthode d'approche ne manque pas d'originalité. Alors que la plupart des chercheurs essaient, face aux témoignages relatifs aux OVNI, de faire la part du vrai et du faux, l'ingénieur américain part du principe que les témoins ne mentent pas. "Un zèle excessif dans le passage au crible des témoignages, explique-t-il, a probablement privé les chercheurs et le public de quelques informations de valeur. Une approche différente a été prise ici. La confiance est accordée, non pas tellement aux détails d'un rapport individuel, mais aux corrélations entre de nombreux rapports indépendants."

Aux yeux de McCampbell, les affabulations ou les erreurs de certains témoins ne doivent pas décourager l'homme de science dans sa recherche de la vérité. Il justifie sa méthode en ces termes : " Il est tout à fait approprié pour un chercheur de recourir à toute hypothèse qui lui semble pouvoir aider à clarifier un problème complexe (...) Si la recherche sombre dans la confusion, alors l'hypothèse est jugée inutile et une autre doit être adoptée. En revanche, si l'hypothèse apporte un certain ordre là où régnait le chaos, elle est estimée méritoire. En écartant la confusion et en éclairant un sujet complexe, une hypothèse gagne le droit à la crédibilité jusqu'à ce qu'une autre se révèle accomplir un meilleur travail. Il a été prit comme un fait que l'un ou l'autre phénomène inexpliqué était responsable de la production des rapports d'OVNI (...) Tout rapport individuel est nécessairement fragmentaire, mais les points omis ne seront pas les mêmes dans tous les récits. On peut s'attendre à ce qu'une description complète émerge si on assemble les données de nombreuses observations. A cause du nombre énorme de rapports et de leurs provenances de diverses cultures de par le monde, l'inclusion accidentelle de quelques supercheries et erreurs d'interprétation ne distordrait pas fortement les résultats finaux."

Un point retient particulièrement l'attention du physicien : beaucoup de témoins semblent avoir été "figés", "immobilisés", incapables de faire un mouvement. L'auteur explique ce phénomène de paralysie en faisant appel aux "micro-ondes électromagnétiques".

OVNI : preuves physiques sur des témoins :

Mais la paralysie n'est pas, loin de là, l'unique symptôme observé chez plusieurs témoins d'OVNI. Nous allons ci-dessous découvrir plusieurs récits de rencontres étranges ayant des conséquences inattendues :

Le premier témoin - que nous appellerons JM - est de garde, le 10 août 1959, dans le service des ambulanciers de l’hôpital de Perpignan, France. Peu avant la fin de son tour de garde, un appel d'urgence l'oblige à se rendre auprès d'une victime d'accident de la route. L'épouse du blessé, accourue sur les lieux, manifeste le désir de voir celui-ci ramené chez lui à Rouen, avant que ne survienne l'issue fatale qui lui a été annoncée.

JM quitte donc Perpignan en ambulance Citroën DS pour Rouen, à 18h15, en compagnie de son jeune frère, du mourant et de son épouse. En cours de route, il s'arrête à plusieurs reprises pour régler le débit de sérum et d'oxygène. Hélas ! Tous ces soins se révèlent inutiles. A deux heures du matin, l'ambulancier ne peut que constater le décès du blessé. Grâce à une tolérance particulière dans de tels cas, JM poursuit sa route. Après un arrêt d'environ une heure à Paris, il emprunte la RN13 bis en direction de Rouen. Mais laissons à JM le soin de raconter son aventure :

" Une ligne droite à trois voies matérialisées s'ouvrit devant moi, raconte JM. Je roulais à 145 km/h environ, dans le couloir de droite. Près de moi, mon jeune frère sommeillait sur son siège, étendu en couchette. Ma passagère, le regard vide, contemplait la dépouille de son mari. 

" Je fixait attentivement la route lorsque mon attention fut attirée par un sifflement strident. C'est alors que mon regard se porta vers une sorte de sphère incandescente, brillant comme du mercure, qui se déplaçait à l'horizon, perpendiculairement à mon véhicule. L'objet décrivit un cercle et vint face à moi, survolant la route à une altitude d'environ 400 mètres. Avec curiosité, je regardais cette chose inconnue en essayant de définir à quel arsenal elle pouvait appartenir. Soudain, une autre Citroën DS se présenta face à moi à environ  1800 mètres. Le mystérieux objet céleste parut ralentir sa vitesse et s'immobilisa en point fixe, entre les deux véhicules. Pendant de courtes secondes, je pus me rendre compte qu'il s'agissait d'un engin sphérique surmonté d'un dôme autour duquel un anneau tournait à grande vitesse, dégageant une intense lumière blanche. Le tout ressemblait à la planète Saturne en miniature.

"Quittant l'engin des yeux, je constatai que la voiture qui arrivait en face de moi s'était engagée sur la voie centrale, alors que la portion de route située à sa droite était totalement vide. Elle me fonçait dessus en zigzaguant." JM actionne alors le klaxon de son ambulance tout en faisant des appels de phares. Ses manoeuvres dangereuses continuèrent, poursuit-il, en parlant du conducteur de l'autre voiture. Sa DS zigzaguait de plus belle. Tout me laissait supposer qu'il n'était plus maître de son véhicule. Avec stupeur, je vis que chacune de mes tentatives d'échapper à la collision était contrée par un acte réflexe du conducteur de la voiture folle. En une fraction de seconde, je compris que la voiture qui m'arrivait dessus était télécommandée. Je rétrogradait pour ralentir tout en donnant un violent coup de volant qui amena l'ambulance dans le couloir central. L'autre voiture s'engagea instantanément sur la même voie. Je repris de la vitesse tout en me déportant totalement à droite. Mon adversaire une fois encore apparut devant mon capot !

"Enfin, dans un réflexe désespéré, je lançais la voiture dans le couloir central, espérant qu'à la dernière seconde le "chauffeur fou" parviendrait à me croiser à droite. Ce que je vis me glaça d'effroi. Le véhicule qui arrivait à quelques mètres de moi n'avait pas de conducteur ! Le choc fut terrible car la collision eut lieu de plein fouet. Je roulais à 140 km/h et l'enquête de gendarmerie établit que mon adversaire atteignait, lui, les 160 km/h.

" Avec le recul du temps, je comprends maintenant, explique JM, que le chauffeur de l'autre DS, qui fut décapité dans l'accident, était déjà mort et couché sur son siège, lorsque nos voitures se télescopèrent. Dès que je repris connaissance, plusieurs jours après ce drame, j'eus la certitude que l'engin spatial inconnu qui nous avait survolés quelques minutes avant le télescopage n'était pas étranger à cette catastrophe. Malgré mes tentatives désespérées et la très grande maîtrise dont je fis preuve, j'ai la conviction d'avoir été irrésistiblement attiré vers le véhicule qui me faisait face, comme mon adversaire avait dû l'être par l'ambulance. Incontestablement, nous avons tous deux été pris dans des faisceaux magnétiques dirigés par des pilotes de l'espace. "

JM formule donc un commencement d'explication au jeu diabolique dont lui-même et le malheureux conducteur de l'autre DS ont été à la fois les victimes et les instruments : les deux véhicules auraient été téléguidés. Cependant, aucune des personnes à qui le témoin raconte son aventure ne semble prendre au sérieux l'hypothèse d'une intervention de forces extra-terrestres et, à sa sortie de l'hopital, JM décide de mener une enquête personnelle. Il apprend que le chauffeur de l'autre DS ne se servait de son véhicule que pour se rendre à son travail. Il ne s'agit donc pas d'un spécialiste de la conduite automobile et, en conséquence, rien ne peut expliquer ses réflexes extraordinaires. Par ailleurs, cet homme était un homme corpulent de un mètre quatre-vingts, ancien boxeur, et sa présence au volant ne pouvait passer inaperçue

Contrairement aux gendarmes de Louviers qui concluent hâtivement à un suicide, la famille de la victime écarte énergiquement cette thèse. Cet ensemble de données ne fait que renforcer la conviction de JM : c'est bien une voiture folle qui l'a heurté le 11 août, à 5h25 du matin, sur la route de Paris à Rouen. En outre, un fait demeure rationnellement inexplicable et peut confirmer l'hypothèse du témoin : 5 bouteilles d'oxygène qui étaient à l'intérieur de l'ambulance et qui contenaient chacune 700 litres de gaz se sont entrechoquées, certaines ayant même été éjectées sous la violence du choc, sans qu'aucune n'ait éclaté. De même, un manomètre a laissé échapper, sans causer de dommage, un énorme volume de gaz.

Que faut-il penser de l'accident dont JM a été victime ? Son caractère peu banal suffit-il à justifier la possibilité d'une intervention extra-terrestre ? Nous ne bénéficions, ne l'oublions pas, pour appuyer cette thèse, que d'un certain nombre de faits troublants et de la seule conviction du témoin lui-même...

Par la suite, il devint évident que JM voulut tirer parti de sa nouvelle notoriété dans le milieu ufologique, car il ajouta avoir été contacté plus tard par ces êtres, qui l'avaient évidemment choisi, lui, pour préparer leur arrivée vers la fin des années 90 sur Terre pour sauver la population d'une prochaine destruction de la planète... il affirma que 2 millions de Terriens étaient déjà programmés sans qu'ils le sachent toujours, en préparation des événements à venir...

Fort heureusement, tous les témoins n'ont pas eu à subir les conséquences dramatiques de l'accident survenu à JM : fractures des deux fémurs et du bassin, éclatement de la vésicule biliaire, du foie et de la rate. Cependant, les troubles observés sur Luce Fontaine sont tout de même inquiétants. Cultivateur dans la plaine des Cafres, près de Saint-Denis de la Réunion, marié à une institutrice et père de quatre enfants, Luce Fontaine est, de l'avis de son entourage, un homme modeste, pondéré et digne de foi.

reunion-plainedescafres1968.jpg

Dessin d'après description de Luce Fontaine

" Le 31 juillet 1968, à 9 heures du matin, raconte-t-il, je me trouvais au kilomètre 21 dans une petite clairière au centre d'un bois d'acacias. Courbé vers le sol, je ramassais ce matin-là de l'herbe pour mes lapins, quand j'ai brusquement aperçu dans la clairière une sorte de cabine ovale à 25 mètres de moi, comme suspendue à 4 ou 5 mètres du sol. Ses extrémités étaient bleu foncé, le centre était plus clair, plus transparent, un peu comme le pare-brise d'une 404. Au-dessus et au-dessous, il y avait comme "deux pieds de verre en métal brillant".

" Au centre de la cabine se tenaient "deux individus", le dos tourné vers moi. Celui de gauche a tourné la tête sur lui-même et m'a donc fait face. Il était debout, petit, 90 cm environ, enveloppé des pieds à la tête dans une sorte de combinaison comme les bonshommes Michelin. Celui de droite a simplement tourné la tête vers moi, mais j'ai quand même eu le temps d'entrevoir son visage, en partie masqué par une sorte de casque. Tous les deux m'ont ensuite tourné le dos et il y a eu un éclair aussi violent que celui de l'arc électrique d'un appareil de soudure. Tout est devenu blanc autour de moi, une forte chaleur s'est dégagée, puis comme un souffle et quelques secondes plus tard il n'y avait plus rien.

" Je me suis alors approché de l'endroit où se tenait l'engin ; il n'y avait aucune trace. Cet objet mesurait 4 ou 5 mètres de diamètre et 2.50 mètres de haut environ. Il était de couleur bleutée, blanc sur les parties supérieures et inférieures. J'ai raconté tout cela à ma femme et aux gendarmes, tous m'ont cru tout de suite."

Effectivement, tant la gendarmerie que le Service de la Protection Civile ont pris cette aventure au sérieux. Des enquêteurs se sont rendus sur les lieux de l'apparition de l'engin, munis d'instruments de détection de radioactivité. Les recherches ne sont pas demeurées vaines. En effet, les enquêtes officielles ont relevé une radioactivité anormale dans un rayon de 5 à 6 mètres autour du lieu présumé de l'atterrissage. Bien plus, les vêtements du témoin, examinés eux aussi, ont révélé la présence de traces similaires, du moins sur les côtés se trouvant du côté de l'appareil. " Huit points de radioactivité ont retenu notre attention, a déclaré le capitaine Legros, chef du Service de la protection civile. Sur des touffes d'herbe, sur des galets, nous avons détecté jusqu'à 60 millièmes de Röntgen." (Aujourd’hui encore, aucune explication n’a été fournie publiquement.)

De tels taux sont certes faibles, mais aucune explication rationnelle ne peut justifier leur existence dans l'endroit où ils ont été relevés. Par ailleurs, il faut préciser que les opérations de détection ont été menées plus de dix jours après les événements et pendant la période des pluies tropicales qui n'ont pas manqué de laver abondamment le terrain, contribuant, sans aucun doute, à diminuer très sensiblement le taux de radioactivité.

La conclusion des enquêteurs apparaît d'elle-même : Luce Fontaine a assisté à un phénomène totalement anormal. Cependant, le point qui nous concerne plus précisément est celui de l'effet physiologique provoqué par la mystérieuse apparition. Le témoin a en effet, durant les huit jours qui ont suivi l'observation, été pris d'abondants saignements de nez qui n'ont pas manqué d'inquiéter le praticien consulté à cette occasion. Des analyses de sang n'ont pas révélé de troubles graves.

La Réunion est d'ailleurs un endroit assez privilégié en ce qui concerne les OVNI liés à l'Océan. On peut aussi mentionner une célèbre affaire survenue en 1975, trop proche de celle de Luce Fontaine pour être retenue pour certains, celle de Antoine Séverin :

Voici le procès-verbal de synthèse rédigé par brigade de la Gendarmerie Nationale de Petite-Ile, compagnie de Saint-Pierre, le 3 mars 1975. Ce document est apparu dans la littérature ufologique il y a longtemps.

Le 15 février 1975 à 10 heures, au bureau de notre brigade, se présente Mme S[-] Marie, sans profession, domiciliée à Petite-Ile dans la Réunion. Cette personne porte à notre connaissance que le 14 février 1975, vers 13 heures, son fils Antoine âgé de vingt et un ans a été fortement commotionné par un rayon lumineux provenant d'une boule brillante aperçue sur le piton du Calvaire à Petite-Île. L'intéressé a regagné sa demeure à pied en empruntant le chemin du cratère qui passe près du cimetière. Notre informatrice précise que son fils lui a déclaré avoir vu trois petits bonshommes descendre de l'engin bizarre qui ne touchait pas le sol, les avoir observés puis avoir été projeté à terre par un puissant éclair parti de la partie supérieure de la soucoupe laquelle s'est ensuite élevée en sifflant très fort. Mme S[-] ajoute qu'après lui avoir fait le récit dont il a été témoin, son garçon, très bouleversé et choqué, a perdu l'usage de la parole et que de ce fait le docteur en médecine T[-] de Petite-Île a été appelé au chevet du patient vers 19 heures.

Sur notre demande, Mme S[-] affirme que son fils Antoine, parfaitement équilibré, n'a jamais été soigné pour maladie mentale. Elle ne croit pas à une hallucination. Nous prenons alors contact avec le docteur T[-] Ce praticien nous déclare verbalement que S[-] Antoine victime d'un choc émotionnel important est sous l'effet d'une crise pithiatique. Qu'il jouit de toutes ses facultés mentales, qu'il n'est pas atteint de blessures et ne porte pas de brûlures. L'intéressé est placé sous contrôle médical et un repos de quarante-huit heures lui est imposé. Sous la direction du maréchal des logis P[-], chef de poste, tout le personnel de la brigade participe à l'enquête administrative.

Mesures prises
Au reçu de ces informations, à 10 h 15 le 15 février 1975, nous rendons compte des faits au commandant de la compagnie de gendarmerie à Saint-Pierre. Suivant les instructions de cet officier, nous procédons au recueil de renseignements complémentaires permettant de concrétiser l'affaire et de localiser si possible le lieu de l'apparition de l'objet volant non identifié. Un message établi à 14 heures le 15 février 1975, est adressé à notre commandant de compagnie et ce message fait état de nos premières investigations et constatations.

Etat des lieux et constatations
Selon les dires de Mme S[-] Marie, l'endroit où l'objet a été observé se situe sur le piton Calvaire, territoire de la commune de Petite-Île à la Réunion, à 300 mètres à l'ouest de l'agglomération. Ce piton, couvert sur ses versants de bois de filaos, comporte un plateau cultivé, traversé nord-sud par le chemin du cratère qui dessert quelques cases dissimulées dans la verdure. Compte tenu de l'imprécision du lieu et en raison du relief parfois rocailleux et broussailleux au sol, l'exploration du piton s'avère difficile. Nous ne découvrons aucune trace ou indice laissés éventuellement par le passage d'un objet volant non identifié.

reunion-antoine-severin.jpg

Antoine Severin à l'endroit de l'apparition-Reunion-1975


Enquête
Le 15 février 1975 à 10 h 30, les gendarmes C[-] et C[-] se transportent au domicile de M. S[-] Maximin où se trouve son fils Antoine. Ils s'entretiennent quelques minutes avec l'observateur, celui-ci est alité. Ils constatent que l'intéressé est dans un état de prostration incontestable, ses yeux grands ouverts fixent l'inconnu. Sa mère présente, lui annonce la visite des enquêteurs, il tressaille. Aux questions qui lui sont posées, S[-] ne peut répondre de vive voix. Avec beaucoup d'acharnement par gestes, il décrit avec ses mains une forme ronde et allongée qui brille. Pour expliquer ce fait, il porte plusieurs fois ses mains horizontalement vers ses yeux.

Il montre ensuite quatre doigts de sa main indiquant ainsi qu'il y avait quatre passagers vêtus de blanc et désigne pour cela le drap de son lit. Sa main se maintient à environ un mètre du plancher indiquant la taille des sujets. Des explications muettes, il apparaît que trois personnages équipés d'antennes étaient au sol groupés près d'une échelle à trois marches, le quatrième se trouvait dans la sphère ou coupole. De sa position allongée, S[-] Antoine fait une esquisse de l'engin qu'il a aperçu. Il termine sa démonstration en portant d'abord ses mains aux oreilles, puis au front et ensuite aux yeux. Sa face est grimaçante, il peut alors émettre un sifflement aigu, de très bas en crescendo tout en faisant tourbillonner l'index de sa main droite pointée vers le plafond, expliquant alors que l'engin s'élevait et disparaissait.

Au préalable en décrivant les trois sujets, S[-] Antoine a élevé verticalement les deux index à 20 centimètres au-dessus de sa tête précisant qu'ils étaient équipés de courtes antennes et que celles du troisième ont bougé. A l'issue de l'entretien, S[-] Antoine, très agité, ne s'aperçoit plus de la présence des deux militaires dans la pièce.

Le 16 février 1975 à 9 heures, le lieutenant-colonel, commandant le groupement de gendarmerie de la Réunion, informé la veille des faits par notre commandant de compagnie nous ordonne d'effectuer une enquête, de rédiger un questionnaire OVNI et de procéder à diverses vérifications, notamment auprès des services de la tour de contrôle de l'aéroport de Gillot Saint-Denis, afin de connaître si des avions ou hélicoptères étaient en vol
le 14 février 1975 entre 12 heures et 14 heures. Les instructions émanant de cette haute autorité sont exécutées dans le courant de la matinée du 16 février 1975. Aucun aéronef n'a survolé le département de la Réunion aux dates et heures indiquées. A noter que le 14 février 1975, à 13 heures, heure de l'apparition de l'OVNI, le temps était clair, le ciel dégagé, le soleil non voilé se trouvait pratiquement au zénith, il n'y avait pas de vent, aucune précipitation de pluie n'a eu lieu depuis le 10 février 1975. Le 16 février 1975 à 15 heures, S[-] Antoine est toujours dans un état second, il n'a pas retrouvé l'usage de la parole et de plus sa vue s'est considérablement affaiblie. Il peut faire quelques pas et toujours par gestes tente quelques explications concernant l'OVNI. Nous comprenons alors que cet engin ne touche pas le sol au moment de l'observation et s'est stabilisé à environ 1,50 mètre de la surface.

S[-] Antoine explique que s'approchant du lieu de l'apparition, il a été attiré par des sons "bip-bip" qu'il peut prononcer une douzaine de fois. Il a cherché à savoir d'où venaient ces bruits et a ainsi découvert la soucoupe au fond d'un champ, sur sa droite à une distance de 15 à 20 mètres. S[-] saute à pieds joints pour nous faire comprendre la démarche de trois petits bonshommes se déplaçant sur la terre. Ceux-ci ont rejoint la passerelle qui s'est escamotée sous l'engin. Il explique avoir été renversé par une décharge lumineuse au moment où le troisième sujet qui lui a fait face a actionné ses antennes, les deux autres étant de profil.

st-denis-reunion-1977.jpg

En 1976, un gendarme se retrouve stoppé à St Denis par un nuage étrange. Photo de l'endroit-Réunion

S[-] s'est alors enfui en retroussant son pantalon. Le dialogue avec l'observateur s'avère fastidieux, notamment lorsque nous lui demandons de situer l'endroit de l'apparition. Nous remarquons alors qu'il ouvre plusieurs fois ses mains, sans en comprendre la signification. Un membre de sa famille nous apporte alors un dictionnaire franco-anglais, sur la page de garde vierge, S[-] a tracé au crayon l'objet qu'il a observé mais aussi une sorte de plan des lieux, lequel trop imprécis s'avère inexploitable par nos soins. Le dessin esquissé sur le Larousse, le 14 février 1975, peu après l'observation, est semblable à celui exécuté le 16 février 1975. L'objet volant non identifié a la forme d'un chapeau, type coiffure de la police montée canadienne. Deux hublots rectangulaires apparaissent à la partie supérieure; sous la soucoupe se trouve inclinée une courte échelle comportant trois marches.

Le 17 février 1975 à 8 heures, toujours très agité, encore dépourvu de la parole et de la vue, S[-] Antoine voudrait nous amener sur les lieux de l'observation mais, accompagné d'hommes armés. L'intéressé veut prouver sa bonne foi, mais ce transport est différé en raison du handicap physique du témoin. Avant tout, ce jeune homme doit être remis en confiance. Au début, son histoire a provoqué une certaine hilarité dans son village, puis il a fallu se rendre à l'évidence que les dires de S[-] Antoine pouvaient être pris au sérieux. Les renseignements complémentaires recueillis à son sujet indiquent qu'il est parfaitement équilibré. Plusieurs personnes entendues verbalement, semblent être convaincues de l'existence des soucoupes volantes, ou ne rejettent pas catégoriquement la possibilité de telles apparitions. Le même jour à 9 heures, nous contactons le responsable de la station météorologique de Gillot. il est porté à notre connaissance que dans le département de la Réunion, il n'est pas procédé au lâcher de ballons sondes. En outre, le président de l'aéro-club du Sud nous indique qu'aucun avion n'a décollé de la piste de Pierrefond Saint-Pierre le 14 février 1975 durant la journée.

A 11 h 45, nous rendons compte de la progression de l'enquête à notre chef de corps à Saint-Denis et l'informons de ce que le commandant L[-], directeur de la protection civile, doit se déplacer à Petite-Île. L'officier supérieur de la gendarmerie nous signale qu'il se rendra à Petite-Île le 18 février 1975, à 9 h 30.

A 18 heures, le 17 février 1975, téléphoniquement, le docteur H[-], remplaçant de son confrère T[-] nous dit avoir examiné S[-] Antoine dans la journée et que son diagnostic n'est pas alarmant. Le patient est difficile à questionner et peut rester dans l'état d'anxiété actuel, dû à un fort choc émotionnel, de trois jours à trois mois. L'état général est bon, le plus grand repos lui est conseillé sinon l'intéressé devra être confié à un psychiatre. Les autorités annoncées arrivent à Petite-Île le 18 février 1975 à 9 h 30 et sont conduites auprès de S[-] Antoine. L'intéressé alité, a la tête enfouie dans des coussins et serviettes de toilette. Au bout de quelques minutes et malgré une mise en condition précaire, S[-] Antoine se soumet sans difficulté à l'interrogatoire du lieutenant-colonel commandant le groupement de la gendarmerie.

Les gestes précisant l'OVNI et ceux de l'équipage sont les mêmes que ceux enregistrés les jours précédents. Parallèlement le commandant L[-], muni d'un appareil Geiger procède à une détection de radioactivité sur la personne et les vêtements de l'observateur. Le résultat est négatif. S[-] Antoine, plein de bonne volonté, veut conduire les personnes intéressées sur le plateau du Piton-Calvaire, mais doit y renoncer en raison de sa cécité. C'est alors qu'il nous fait comprendre qu'une voisine, Mme F[-] Albert, présente lors du récit initial, serait en mesure de nous emmener dans le champ de maïs où il a aperçu l'OVNI. Cette personne nous rejoint rapidement et nous dit avoir remarqué trois trous dans le sol. Elle nous guide à l'endroit indiqué, qui se situe non loin de son domicile près du chemin cratère, soit dans le périmètre englobant le plan dressé par le témoin quelques heures après l'observation.

En l'absence du témoin principal, nous nous fions aux dires de Mme F[-]. Cette personne se dirige dans un champ d'une superficie de 13 ares environ, propriété de Mme O[-]. Le sol est dénudé, mais quelques souches de maïs subsistent. Dans l'angle nord-ouest, Mme F[-], accompagnée de ses deux filles retrouve finalement l'emplacement des trois trous qu'elle dit avoir remarqués au début de la matinée du 15 février 1975. Ils sont espacés d'un mètre et disposés en triangle isocèle.

Ils n'ont pas de forme bien précise en raison de la friabilité de la terre et se confondent avec d'autres cavités ayant la même grosseur semblables à de petits bols profonds de 2 à 3 centimètres, très évasés. Ces creux répartis sur une grande surface du terrain semblent avoir été occasionnés par des oiseaux cherchant de la nourriture. La recherche d'autres indices s'avère d'autant plus compliquée que le sol a été largement foulé par des pas humains, plus particulièrement durant les journées des 15 et 16 février 1975. Le contrôle de la radioactivité effectué à cet endroit par le commandant L[-] est négatif.

Le 19 février 1975 à 22 h 45, au bureau de notre brigade, sommes avisés par M. S[-] Maximin que son fils Antoine a retrouvé, dans la soirée, l'usage de la parole et a retrouvé la vue. L'observateur désire que sa déposition soit rapidement enregistrée car il craint de ne pouvoir rester lucide très longtemps. A cet effet, l'audition de l'intéressé est recueillie à 23 h 50. Pendant près d'une heure, le gendarme enquêteur doit écouter le déroulement des faits vécus par S[-] Antoine le 14 février 1975 vers 13 heures. Il ne se souvient pas être resté six jours dans un état comateux et réalise péniblement cette vérité apportée par les siens. Au cours du récit qui reflète parfaitement les explications fournies par gestes, S[-] Antoine a des coupures. C'est-à-dire que pendant quelques secondes il retombe dans un état second. Lorsqu'il reprend ses esprits son corps tressaille. Il dit alors avoir été en communication avec l'objet, il veut nous conduire sur les lieux de l'observation. En raison de la nuit complète et de l'état de fatigue de l'intéressé, ce transport est reporté au début de la matinée du 20 février 1975.

Nous mentionnons qu'au début de notre entretien, S[-] Antoine porte à notre connaissance que deux jours avant l'apparition, il avait déjà entendu, dans un rêve, les sons "bip-bip" et que cela l'avait intrigué et énervé. Cet élément précurseur des faits est vraisemblable car un habitant de la commune de Petite-Île avait remarqué les 12 et 13 février 1975, l'attitude peu communicative de l'intéressé qui travaillait dans le magasin de son employeur, M. Gabriel A[-] L'observateur précise que l'échelle à trois marches en forme de porte ne touchait pas complètement le sol, que le premier personnage, genre nain Michelin, portait un instrument brillant et le second une sorte de sachet ou cornet également étincelant. Il ne les a pas vus en action de prélèvement d'échantillons de terre. Il a remarqué qu'ils se déplaçaient plus facilement sur l'échelle au contact du métal que sur le sol où leur démarche était gauche.

A 8 h 30, le 20 février 1975, S[-] Antoine, fermement décidé à nous montrer le lieu de l'apparition de l'OVNI, prend place dans la jeep de la brigade de Petite-Île conduite par le gendarme C[-] M. S[-] Maximin est présent, il accompagne son fils sur le chemin de terre aboutissant au sentier qui conduit aux habitations des S[-] et tape sur l'épaule du chauffeur, lui indiquant ainsi le champ de maïs déjà prospecté par les enquêteurs le 18 février 1975. S[-] Antoine fait quelques pas dans le champ, son regard dirigé vers le fond de la parcelle près du bois de filaos, il s'arrête subitement, porte les mains à ses oreilles en appuyant très fort, puis il vacille s'écroulant sur le sol.

huma7a.jpg

Dessin d'après Luce fontaine-Reunion

Son pouls retentit faiblement, ses mains sont froides, ses yeux se révulsent. il est immédiatement ramené chez lui et ne reprend partiellement ses esprits que trente minutes plus tard. Il explique alors qu'une force inexplicable l'empêche d'avancer en direction du lieu précis où il a observé l'objet volant non identifié. Sur prescription du docteur L[-], S[-] Antoine doit être examiné par un psychiatre à l'hôpital Saint-Paul. L'intéressé accepte ce contrôle mais veut être accompagné par sa mère. A 8 h 55, le lieutenant-colonel commandant le groupement de gendarmerie de la Réunion est mis au courant des évolutions de l'enquête et plus particulièrement du comportement physiologique de l'observateur. Le même jour nous apprenons que S[-] Antoine, examiné à l'hôpital psychiatrique de Saint-Paul, a regagné son domicile dans le courant de la matinée.

Un deuxième contrôle de la radioactivité est effectué le 20 février 1975 sur la personne de S[-] Antoine, soit six jours après l'apparition supposée de l'engin non identifié. Le commandant L[-] n'a pas décelé de présence de radioactivité.

Au cours de l'enquête, plusieurs personnes ont été entendues notamment l'employeur, la fiancée, les compagnons de l'observateur ainsi que le maire de la commune de Petite-Île. Unanimement, elles dépeignent S[-] Antoine comme un garçon sérieux, honnête, sobre et jouissant de l'estime générale. L'audition de Mme S[-] Marie confirme sa déposition verbale du 15 février 1975 ayant motivé l'ouverture d'une enquête. Celle de Mme F[-] Marie précise que l'intéressée a été témoin d'un deuxième malaise survenu à S[-] Antoine le 22 février 1975 alors qu'il s'approchait du lieu où il avait observé la soucoupe volante. Malaise analogue à celui du 20 février mais d'une durée de deux heures. Dans divers témoignages, tant verbaux qu'écrits, il est précisé que S[-] Antoine n'est pas passionné de télévision (il n'en possède pas), ni de lectures à caractère scientifique ou humoristique traitant des soucoupes volantes ou autres phénomènes extra-terrestres.
 
Enfin le 24 février 1975 à 16 h 30, au cours d'une interview officielle accordée à un journaliste de Saint-Denis de la Réunion, S[-] Antoine accepte de se rendre sur le terrain du Piton-Calvaire. Aucune objection n'est formulée par les membres de sa famille. Arrivés à destination, c'est-à-dire dans le champ décrit plus haut, l'observateur, dès qu'il foule le sol, est victime d'une syncope inexplicable. Comme les deux fois précédentes il est possédé, semble-t-il, par la vision initiale, qui l'a profondément choqué. L'observateur agite ses mains parallèlement au sol, ses yeux se révulsent, son pouls ralentit et les extrémités des membres refroidissent. Ramené à sa demeure, il reprend ses esprits trente minutes plus tard.

Entendu à nouveau le 25 février 1975, S[-] Antoine ne peut expliquer ses pertes de connaissance chaque fois qu'il se rend sur place. Il entend encore les sons "bip bip", l'obligeant à se boucher les oreilles. Il affirme n'avoir jamais entendu parler d'une soucoupe volante aperçue en 1968 dans la plaine des Cafres (île de la Réunion) et déclare ne pas lire ou feuilleter des revues de science fiction.

De l'enquête effectuée, il ressort que S[-] Antoine, de bonne conduite et moralité, normalement équilibré, n'est pas un simulateur. Les personnes entendues ne croient pas à une hallucination de l'observateur et ses dires sont pris au sérieux. D'ailleurs deux personnes dignes de foi ont été témoins de l'observation d'un objet volant non identifié dans le ciel réunionnais. Il s'agit de M. P[-] Guy, déjà entendu, qui a aperçu un objet lumineux le 10 février 1975 vers 22 heures, se déplaçant à vive allure, et de Mu. V[-] Jocelyne, seize ans, domiciliée à Saint-Benoît (Réunion) qui a vu, le 16 février 1975 à 20 heures, une boule lumineuse avançant lentement.

1959-waikiki-hawaii-june-18-ovni-ufo.jpg

Hawaii-1959

Lire la suite

Anomalies dans la Baltique: les news hivernales

Anomalies dans la Baltique: les news hivernales

Baltic robot image 2012

Cette image prise par le ROV de l'intérieur d'une des failles ou couloirs de l'Anomalie 1 montre-t-elle une gravure préhistorique ?

La page originale est longue à charger, et pour cause... beaucoup d'images et de vidéos !... je publierai donc maintenant les news sous formes de billets moins gros en taille et si vous voulez revoir l'intégralité de cette passionnante aventure, patientez pour le chargement de cette page ! : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

MAJ du 16-02-2015 : Une longue pause donc depuis les dernières nouvelles d'automne et le passage au-dessus des deux anomalies en été, mi-août 2014. Il y a quelques nouvelles informations puisque l'équipe Océan X a pu se procurer du matériel plus récent et plus en conformité avec les techniques d'aujourd'hui. Peter Lindberg a donné quelques nouvelles en janvier, dont vous trouverez le texte traduit ci-dessous. Il y a eu aussi un avis plus détaillé d'un scientifique, un paléontologue qui a confirmé certaines choses du passé sur la mer Baltique et la présence de beaucoup de paléosols engloutis (des terres sédimentales préhistoriques vieilles de plusieurs milliers ou millions d'années qui se sont durcies avec le temps et ont été englouties par la montée des eaux), dont certaines portent encore les traces d'activités animales, mais aussi humaines, car l'homme préhistorique a habité ces régions avant, pendant et après la dernière glaciation (tant néandertal que l'homme moderne à priori). Il pense pour sa part que les anomalies pourraient bien être des exemples très bien conservés de ces sols préhistoriques engloutis, d'où leur intérêt exceptionnels pour la science s'ils sont vraiment bien conservés (et on a vu que la Baltique, y compris le Golfe de Bothnie, est un domaine et des eaux qui conserve fort bien ce qui y a été englouti). A ce sujet, nous relevons qu'il avait été trouvé, au sommet de l'anomalie 1, un cercle de pierre, qui avait été soupçonné être les traces d'un antique foyer... ce pourrait donc bien être le cas... Ce scientifique a d'ailleurs fourni une carte du relief connu de la Baltique en ce qui concerne ces paléoterres, et j'avais déjà fait mention dans d'autres articles de ces recherches toujours en cours. Les anomalies du Golf de Botnie pourraient donc bien rejoindre la liste de ces terres préhistoriques conservées sous les eaux qui font l'objet de fouilles archéologiques...

Peter Lindberg donne des nouvelles en janvier 2015 : " Une brève mise à jour concernant l'anomalie ; 2014 ne nous a permis aucune visite réelle sur les anomalies. Nous sommes passés une fois sur la zone et on avait le sonar à balayage latéral Klein 3900 dans l'eau à ce moment. Le temps était généralement loin d'être optimal pour la numérisation, la mer démontée donc après le passage sur l'A2, où nous avons obtenu une bonne image, nous sommes passés à droite de l'A1, ce qui a entraîné une mauvaise image. Cela pourrait être difficile de comprendre, si vous n'êtes pas là quand c'est une mer rugueuse, que vous ne pouvez pas simplement tourner le bateau pour un nouveau passage au-dessus d'un objet intéressant. Même si nous ne coulerions probablement pas le bateau, cela ressemblerait à un champ de bataille à l'intérieur par la suite et les gens se seraient réfugiés sur leurs couchettes, si on essayait de se retourner contre la mer. C'est pourquoi nous venons plusieurs fois pour obtenir une chance lors d'un passage sur un objet intéressant, des anomalies ou des épaves. De toute façon, nous visons à être capables de faire une visite (sur les anomalies) cette année. Ce ne pourra toutefois pas être une expédition scientifique, ce que je suppose que chacun d'entre nous espérait. Pour être plus précis, nous serons en mesure de faire les mêmes choses que nous avons faites en 2012. Ce n'est pas à coup sûr encore, mais puisque nous sommes impliqués dans un nouveau projet de TV, cela pourrait nous en donner l'occasion. "

Question matériel, l'équipe a officiellement fait cette annonce sur son site " OXT a maintenant acheté le meilleur système de robot sous-marin ROV du monde. Et nous sommes l'un des rares qui a le câble de fibre optique de 2952 feet (900 mètres) pour le ROV. C'est un gros investissement pour nous, mais cela augmente désormais les occasions pour nous de parvenir à trouver des épaves nouvelles intéressantes et d'autres choses. Mais également d'être en mesure d'offrir nos services aux autres, qui en ont besoin, pour un meilleur équipement et nos connaissances. "

D'ailleurs, en ce qui concerne les documentaires télévisés, je vous signale que des images du documentaire d'Océan X ont été vendues puisqu'elles apparaissent dans ce très récent documentaire, faisant partie d'une série actuellement diffusée dans plusieurs pays du monde (et qui va l'être pendant quelques années un peu partout), voici la version originale en attendant une version française... j'ai commencé à diffuser la saison 1... et les débuts de la saison 2  en français :

The Unexplained Files - S02E02 - Peruvian Alien Skull - Baltic Sea UFO en VO

"Au Pérou, un tout petit squelette continue de défier toutes les explications médicales et analyses de l'ADN. Est-ce un chaînon manquant de l'évolution humaine ? Ou est-ce la preuve d'une présence extra-terrestre sur la Terre dans les temps anciens ?  Des chercheurs d'épaves trouvent un étrange disque de la taille d'un terrain de football sur le fond de la Mer Baltique..."

« Pour avoir une chance de comprendre l'anomalie de la mer Baltique, vous devez d'abord comprendre son contexte sur place et dans le temps. »

Kingman est un géologue marin professionnel et géophysicien et possède une maîtrise en océanographie et en génie géophysique. Il a beaucoup travaillé tout au long de la mer du Nord et a travaillé également un peu dans la mer Baltique. Il a également travaillé avec les groupes qui étudient les différentes parties de la mer Baltique, y compris dans le domaine qui met l'accent sur les paléoenvironnements et la paléoarchéologie. Il est aussi fortement impliqué dans le domaine de l'archéologie marine, mais ne possède pas les documents d'identification d'un archéologue marin (diplômes). (par Laura Funke pour l'anglais de l'allemand)

Kingman : " Voici une brève description de l'anomalie de la mer Baltique pour aller avec mon précédent post sur le sujet : pour avoir une chance de comprendre l'anomalie de la mer Baltique, vous devez d'abord comprendre son contexte sur place et dans le temps. Nous allons reconstruire l'histoire géologique « récente » de l'emplacement de l'anomalie. Durant le début du Pléistocène moyen, le site était bien au-dessus du niveau de la mer d'environ 20 à 40 mètres. N'oubliez pas que le niveau de la mer a chuté à environ 120 m. sous le niveau actuel durant le dernier maximum glaciaire. A cette époque, le site était couvert par l'inlandsis scandinave, qui a atteint aussi loin au sud que Varsovie et a presque atteint Hambourg. Le Danemark était entièrement recouvert de glace. Vers - 15,000 ans, il y a la nappe glaciaire qui était en situation de pleine retraite et vous êtes maintenant dans un environnement côtier peri-glaciaire. C'était un endroit vraiment intéressant et le temps devait être et était certainement un instant privilégié pour les humains et les hominidés. La plupart du bassin de la mer Baltique est devenu un grand lac d'eau douce, appelé Ancylus. L'inlandsis étant en retrait, les terres environnantes auraient changé entièrement en raison de la hausse globale du niveau de la mer mais aussi localement en raison de la glacio-isostasie (les terres s'élèvent aussi à cause de la disparition du poids des glaces - élévation entre 9 mm/an à 1 mm/an ; Ekman, 1996). La terre a été littéralement en élévation et en chute en raison de la modification des forces de pression de la glace et du relâchement sur la croûte. Cette déformation laisse sa marque sous forme de failles de courtes longueurs relativement peu profondes et des fractures dans la roche, ainsi qu'un changement des taux de sédimentation et des surfaces partout dans le bassin Baltique, qui va bientôt être complété. La complexité du secteur, combiné avec les seuils dynamiques entre la mer du Nord et les bassins de la Baltique ouverte auraient causé des variations dramatiques dans la salinité et le volume des échanges d'eau entre la mer et le bassin (d'eau douce) sur le site de l'anomalie. Pour mettre cela en perspective, la zone située au nord de la Finlande méridionale-Stockholm n'a jamais été sous l'eau, alors que juste au sud, il y a eu de très complexes fluctuantes histoires glaciaire/interglaciaires, avec beaucoup de variations dans les taux et sortes de sédimentation (Björck, 1995).

La clé de l'anomalie de la mer Baltique est maintenant au-devant de la scène. Elle a été prise dans une lutte de survie entre le Lac Ancylus d'eau douce et saumâtre et la mer marine qui montait rapidement en raison de la transgression marine globale (les nappes de glace fondant à l'échelle mondiale sur des terres = élévation du niveau de la mer). Entre - 8000 à -10, 000 ans avant le présent, la zone a été complètement inondée par l'eau de mer et le niveau de la mer était encore à un autre 70-80m, ou alors elle est montée avant d'arriver à son niveau actuel (YH : c'est peu clair mais les niveaux de la mer et aussi du sol n'étant pas stables, le tout bougeant sur des siècles, il est difficile de mettre des distances et altitudes précises !)

Donc ce que nous avons finalement comme Anomalie est une fonctionnalité sédimentaire qui a vécu plusieurs batailles difficiles et a gagné. Elle fut probablement déposée dans un milieu lacustre (Lac) d'énergie basse ou moyenne, qui est devenu le bord du lac lorsque le soulèvement s'est produit. L'anomalie a été maintenant exposée puis chimiquement modifiée et cuite pour devenir un rock dur. Ce faisant, elle s'est aussi déformée et craquelée, donnant la caractéristique des fractures et des angles droits. Et une fois de plus, elle est devenue immergée, cette fois par une solution saumâtre qui a ajouté à l'altération chimique, tout en éliminant les sédiments mous et meubles l'entourant. Des blocs de glace (icebergs) ont été répandus partout dans la mer Baltique, ainsi que dans toute la mer du Nord et l'Atlantique Nord, en raison de l'éclatement du massif inlandsis d'antan. Ceci explique les belles rives de rivières accompagnées de rochers arrondis que vous trouverez autour du site de l'anomalie et ailleurs. La plupart seront soit du basalte ou du granit de toute sorte.

En conclusion, je maintiens que l'anomalie est un paléosol submergé. Elle n'est pas terriblement rare puisque d'autres sites baltes connus existent et sont actuellement à l'étude. Cependant, elle est certainement un site intéressant et devrait être étudiée davantage, tant pour son histoire géologique, mais aussi pour sa contribution à l'anthropologie puisque que l'anomalie a été brièvement exposée à l'air libre. C'était un endroit incroyablement intéressant et important, et de l'époque de l'homme préhistorique et devrait être étudié dans ce sens, avec l'anomalie maintenue dans son contexte, sans parti pris. Une fois de plus, veuillez vous reporter à mon avis antérieur et les commentaires sur le sujet. En outre, il y a ici un papier décent pour en savoir plus sur le sujet du contexte glaciaire et interglaciaire de la zone " : 

par Svante BjörckThe late quaternary development of the baltic seakompendiumthe-late-quaternary-development-of-the-baltic-seakompendium.pdf (1.37 Mo) - un document très important et illustré de cartes explicatives sur la préhistoire de la région et donc des anomalies...

Baltique reliefs

Voici une carte des reliefs de la Mer Baltique et du Golf de Bothnie en haut. On constate au niveau du Golf qu'il y a bien, en son centre et suivant la ligne de frontière internationale comme indiquée par l'équipe, des profondeurs de 80 mètres et plus (endroits en bleu sombre) qui suivent cette ligne. Les anomalies doivent donc se trouver quelque part sur cette ligne bleu sombre.

GolfbotniereliefLe Golfe de Bothnie agrandi par mes soins, on distingue bien cette ligne sombre, peut-être le lit d'une ancienne rivière, qui va du sud vers le nord géographique, mais qui fait partie en tout cas des endroits les plus profonds du Golfe...

D'autre part, Peter Löf a sorti une grande carte réunissant tous les scans du sonar de 2011 en replaçant bien les anomalies dans leur contexte.

Maps2011sonarscansNous avons ici un mix entre la ligne de scan du sonar de 2011 et l'écho de la région au multibeam (multidirectionnel 3D GPS)

Il faut patienter un peu pour que l'image (énorme) apparaisse, mais après vous pouvez vous y déplacer, zoomer, etc... du bon travail sur cette ligne de scans des fonds marins du golf de Bothnie... les anomalies se trouvent à peu près dans le tiers de la ligne vers le bas (ligne entière qui fait plusieurs kilomètres - image de 1920x 80.000 pixels) :

http://www.gigapan.com/gigapans/225f6954d50885478c9ce73ee10373b1

A suivre...

http://www.oceanxteam.com/ MAJ au 09-02-2015

http://thebalticanomaly.se/timeline/

Les faits mis à jour par l'équipe francophone sur Facebook au 07-03-2013maj-7-3-13.txtmaj-7-3-13.txt

Ce qui a été trouvé et dévoilé officiellement : http://thebalticanomaly.se/disclosed-material/

Les faits mis à jour par le site officiel de Océan X au 22-08-2014http://thebalticanomaly.se/current-facts/

Nouvelle page officielle Ocean X = https://www.facebook.com/OceanXteam

A suivre, Yves Herbo traductions, commentaires SFH - 2011-  MAJ 16-02-2015

FAIR USE NOTICE: These pages/video may contain copyrighted (© ) material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. Such material is made available to advance understanding of ecological, POLITICAL, HUMAN RIGHTS, economic, DEMOCRACY, scientific, MORAL, ETHICAL, and SOCIAL JUSTICE ISSUES, etc. It is believed that this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior general interest in receiving similar information for research and educational.

Sur cette page à part, lien ci-dessous, vous trouverez toutes les photos originales des scanners et sonars fournies par l'équipe, ainsi que plusieurs travaux et analyses photos de fans ou de spécialistes essayant d'aider à la compréhension des anomalies. Vous y trouverez aussi les travaux de MaxitsMax qui s'est manifesté ici pour montrer son travail, ainsi que les miens et beaucoup d'autres. J'y ajouterai des données sur d'autres théories (constructions anciennes, Atlantide, etc...) par la suite.

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/recherches-et-theories-sfh-sur-les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Cet article fait référence à la découverte récente du SS Astrid par l'équipe Océan X :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-epave-du-s-s-astrid-a-ete-retrouvee-dans-les-eaux-internationales.html

Autres liens (plus ou moins) en rapport : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-chef-des-plongeurs-d-ocean-x.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-importante-dans-la-baltique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-le-projet-suedois-sur-les-ghost-rockets.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/special-baltique.html

Yves Herbo - S,F,H -  MAJ 16-02-2015

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 2)

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 2)

Jacque fresco quotes 293x300

Le projet de l'américain Jacque Fresco sis dans la commune de Venus en Floride : The Venus Project. Ce projet offre non seulement de nombreux points de vue, constatations des réalités passées et présentes sur notre économie semblables aux miens, ainsi que des propositions très intéressantes (et toujours discutables) pour y remédier, pour trouver une solution, pour l'Humanité. Cette page présente plus le projet Venus en lui-même par rapport à  la première page.

II)

The Venus Project prône une vision dont le but est d’établir une nouvelle civilisation mondiale, durable et différente de tous les systèmes sociaux existants. Bien que cette description soit grandement condensée, elle repose sur des années d’études et de recherches réalisées par de très nombreuses personnes dans plusieurs disciplines scientifiques.

Il y est proposé une nouvelle approche holistique et dédiée aux préoccupations humaines et environnementales. C’est une vision réalisable d’un meilleur futur, adapté à l’époque dans laquelle nous vivons tout en étant pratique et accessible, permettant ainsi d’assurer un avenir positif pour tous les peuples du monde.

The Venus Project en appelle à l’adoption d’une approche simple pour la refonte d’une culture dans laquelle les anciens maux que sont la guerre, la pauvreté, la faim, la dette, les dégradations environnementales et les souffrances humaines inutiles sont considérés non seulement comme évitables, mais aussi totalement inacceptables.

L’un des principes du « Projet Venus » est d’œuvrer à déclarer toutes les ressources de la Terre comme étant l’héritage commun de tous les peuples du monde. Les demi-mesures n’entraîneraient qu’une perpétuation du même ensemble de problèmes inhérents au système actuel.

Historiquement, le changement se produit à un rythme lent. Des groupes successifs de dirigeants incompétents ont remplacé ceux qui les avaient précédés, mais les problèmes sociaux et économiques sous-jacents persistent, car les systèmes de valeurs essentiels demeurent inaltérés. Les problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui ne peuvent pas être résolus politiquement ou financièrement parce qu’ils sont hautement techniques par nature. Il n’y a d’ailleurs sûrement pas assez d’argent disponible pour financer les changements nécessaires, mais il y a plus de ressources que nécessaire. C’est pourquoi The Venus Project préconise la transition d’une société monétaire vers la réalisation, à terme, d’une Économie mondiale Basée sur les Ressources.

Elle est consciente que la transition depuis notre culture actuelle, politiquement incompétente et obsolète, vers cette société nouvelle et bien plus humaine, nécessitera un véritable bond en avant, tant en matière d’idées que dans l’action.

Ce qu'il pense de l'argent et du système monétaire

Des objectifs dynamiques
Il est courant de lire et d’entendre les commentateurs dans nos médias de masse parler du nombre de problèmes sociaux auxquels nous faisons face, comme le réchauffement de la planète, la destruction de l’environnement, le chômage, la criminalité, la violence, la pauvreté, la faim et l’explosion démographique. Pourtant, est-il fréquent d’entendre parler de plans réalisables pour atténuer bon nombre de ces difficultés ? Tandis que la critique de la société est facile, l’identification et la résolution de ses problèmes le sont beaucoup moins.

The Venus Project est un véritable plan destiné à la création d’une nouvelle civilisation qui se reposerait sur les préoccupations humaines et la préservation environnementale.

Les plans de The Venus Project offrent à la société un plus large éventail de choix s’appuyant sur le potentiel de la science orienté vers une nouvelle ère de paix et de développement durable pour tous. Grâce à la mise en œuvre d’une économie basée sur les ressources et l’application au système social d’une multitude de technologies innovantes et respectueuses de l’environnement, les propositions de The Venus Project réduiront considérablement la criminalité, la pauvreté, la faim, le nombre de sans-abris et de nombreux autres problèmes à la fois urgents et communs à l’ensemble de la planète.

L’un des éléments essentiels des découvertes de The Venus Project provient du fait qu’une grande partie des comportements dysfonctionnels de notre société découlent directement de l’environnement déshumanisant que constitue le système monétaire. À cela s’ajoute l’automatisation qui remplace le travail humain par les machines. Il s’en suit, finalement, que la plupart des gens n’ont plus les moyens d’acheter les biens et services qui sont produits.

The Venus Project propose un système dans lequel l’automatisation et la technologie seraient intelligemment intégrées au sein d’une conception socio-économique holistique dont les principales fonctions seraient de maximiser la qualité de vie plutôt que les profits. Ce projet introduit également un ensemble de valeurs pratiques et réalisables.

C’est aussi en parfait accord avec les aspects spirituels et les idéaux trouvés dans la plupart des religions à travers le monde. Ce qui distingue le Projet Venus à part, cependant, est qu’il propose de traduire ces idéaux dans une réalité de travail.

The term and meaning of a Resource-Based Economy was originated by Jacque Fresco. (vostfr)

Première étape
La première phase des plans à long terme du Projet Venus est déjà en cours. Jacque Fresco, futuriste, inventeur, designer industriel et fondateur du Projet Venus et sa associés Roxanne Meadows ont achevé la construction d’un centre de recherche de 21 acres à Vénus, en Floride, pour aider à présenter les propositions de The Venus Project. Vidéos, CD, affiches, brochures, des modèles, des rendus et des livres, comme « Le meilleur que l’argent ne peut pas acheter: Au-delà de la politique, de la pauvreté, et la guerre », ont été créés pour aider à sensibiliser sur ce projet et ses nombreuses propositions.

Seconde étape
La deuxième étape consiste en la création d’un film de grande longueur, qui mettra en vedette le travail des innovations du projet proposé, en réunissant le monde entier. Le film va apporter à ses téléspectateurs une vision positive d’une société pacifique dans laquelle tous les êtres humains forment une famille unie sur la planète Terreune civilisation où tous les peuples sont engagés dans la poursuite d’une meilleure compréhension du monde qu’ils partagent. Ce film est conçu pour être une expérience divertissante et informative pour les adultes comme pour les enfants.

Troisième étape
Afin de tester ses concepts et ses propositions, The Venus Project travaille à la construction d’une ville/centre de recherche expérimentale. Les objectifs pour la plupart des technologies initiales et des constructions ont déjà commencé à voir le jour. Des efforts de collecte de fonds sont en cours pour contribuer à la construction d’une ville expérimentale qui serait consacrée à accomplir les objectifs de The Venus Project, qui sont :

Réaliser la déclaration des ressources de la Terre comme étant l’héritage commun de tous les peuples ;
Transcender les frontières artificielles qui séparent arbitrairement les peuples.
Remplacer les économies monétaires nationalistes par une Économie mondiale Basée sur les Ressources ;
Contribuer à la stabilisation de la population mondiale grâce à l’éducation et à un choix libre en matière de régulation des naissances ;
Préserver et restaurer l’environnement naturel dans la mesure de nos capacités ;
Repenser nos villes, nos systèmes de transports, nos industries agricoles et nos installations industrielles afin qu’ils soient énergétiquement efficaces, propres, et capables de répondre convenablement aux besoins de toute la population ;
Dépasser progressivement les entités corporatives et les gouvernements (locaux, nationaux ou supranationaux) en tant que moyens de gestion sociale ;
Partager et appliquer l’ensemble des nouvelles technologies au service de toutes les nations ;
Développer et utiliser des sources d’énergie renouvelables et propres ;
Fabriquer des produits de la plus haute qualité possible au bénéfice de tous les peuples du monde ;
Effectuer des études d’impact environnemental avant la construction d’un grand projet, quel qu’il soit ;
Encourager toutes formes de créativité et de motivation dans la mesure où elles sont employées dans un projet constructif ;
Dépasser le nationalisme, la bigoterie et les préjugés par le biais de l’éducation ;
Éliminer tout type d’élitisme, technique ou autre ;
Arriver à des méthodologies par des recherches minutieuses plutôt que des opinions aléatoires ;
Améliorer la communication dans les écoles afin que notre langage soit pertinent vis-à-vis des éléments physiques du monde ;
Fournir non seulement les nécessités de la vie, mais aussi des défis qui stimulent l’esprit et valorisent l’initiative individuelle plutôt que l’uniformité ;
Enfin, préparer les gens intellectuellement et émotionnellement aux changements et aux défis qui nous attendent.
Adjacent à la ville expérimentale, un parc à thème est également prévu afin que les visiteurs puissent se divertir et s’informer au sujet des possibilités de modes de vie écologiquement durables prévus par The Venus Project. Il mettra en exergue les maisons intelligentes, la promotion d’un degré d’efficacité énergétique élevé, des systèmes de transports non polluants, une technologie informatique de pointe et un certain nombre d’autres innovations qui constituent autant de valeur ajoutée à la vie de toute la population, et ce, dans un laps de temps très court.

Une ville circulaire serait en elle-même une phase transitoire et pourrait évoluer d’une société semi-coopérative financière vers une économie basée sur les ressources. Cela pourrait être le prototype d’une série de villes qui seraient construites dans divers endroits à travers le monde. Le rythme des avancées dépendra de la disponibilité des fonds levés durant les premiers stades et des personnes qui s’identifient avec, participent aux et soutiennent les objectifs et les orientations de The Venus Project.

Au fur et à mesure que ces nouvelles communautés se développent et deviennent plus largement acceptées, elles peuvent très bien constituer le terreau d’une nouvelle civilisation, suivant de préférence un processus d’évolution plutôt que de révolution.

Personne ne peut prédire le futur. Nous ne pouvons qu’extrapoler les informations et les tendances actuelles. La croissance de la population, l’évolution technologique, les conditions environnementales planétaires et les ressources disponibles sont les principaux critères pour l’établissement de projections.

Il n’existe aucune philosophie ou aucun point de vue, soient-ils religieux, politiques, scientifiques ou idéologiques qui ne suscitent pas de débats. Nous sommes certains, cependant, que les seuls aspects de The Venus Project qui peuvent sembler menaçants sont purement issus de projections.

The Venus Project n’est ni utopique, ni orwellien, et ne reflète pas non plus les rêves impraticables d’idéalistes. Il présente des objectifs qui sont à la fois à notre portée et qui ne nécessitent que l’application intelligente de ce que nous connaissons déjà. Les seules limites sont celles que nous nous imposons.

Conférence complète Jacque Fresco à Paris 12/09/2010

Organisation supportrice en France :

Association Civilisation 2.0 - http://www.civilisation2.com

Sources : https://www.thevenusproject.com/en/store/official#!/~/product/category=1360103&id=5501756

https://www.thevenusproject.com/fr/about/resource-based-economy

6 c8c5cc3220

MPSA n'est pas adhérent au projet Venus mais examine et parle de toutes les possibilités et systèmes sans monnaie d'échange existants ou potentiels...

Yves Herbo-MPSA, 05-02-2015

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 1)

Jacque Fresco : un système monétaire obsolète - 1)

Jacque fresco quotes 293x300

Ceci est un extrait de la présentation du projet de l'américain Jacque Fresco sis dans la commune de Venus en Floride : The Venus Project. Ce projet offre non seulement de nombreux points de vue, constatations des réalités passées et présentes sur notre économie semblables aux miens, ainsi que des propositions très intéressantes (et toujours discutables) pour y remédier, pour trouver une solution, pour l'Humanité. Une autre page présentera plus le projet Venus en lui-même.

I)

Un système monétaire obsolète

Le système monétaire s'est développé il y a des siècles. Tous les systèmes économiques du monde : le socialisme, le communisme, le fascisme et même le système tant vanté de libre entreprise perpétuent la stratification sociale. L'élitisme, le nationalisme et le racisme s'appuient essentiellement sur la disparité économique. Tant qu'un système social utilise l'argent ou le troc, les peuples et les nations chercheront à maintenir l'avantage concurrentiel économique qui, s’il ne peut être accompli par des moyens commerciaux, le sera par le biais d'interventions militaires. Nous utilisons encore ces mêmes méthodes arriérées.

Notre système monétaire actuel n'est pas apte à fournir un niveau de vie élevé pour tous, pas plus que d'assurer la protection de l'environnement, parce que la motivation principale est le profit. Des stratégies telles que la réduction des effectifs et les rejets de déchets toxiques augmentent les marges bénéficiaires. Avec les avancées en matière d'automatisation, de cybernétique, d'intelligence artificielle et de sous-traitance, les personnes seront toujours davantage remplacées par des machines. Par conséquent, de moins en moins de personnes seront capables d'acquérir des biens et des services alors que notre capacité à produire une abondance continuera d'exister.

Nos systèmes politiques et économiques actuels sont dépassés et incapables d'exploiter les véritables avantages des nouvelles technologies pour le bien commun, et d'aller outre les injustices qui nous sont imposées. Bien que notre technologie soit en plein essor, nos modèles sociaux sont restés relativement statiques. En d'autres termes, le changement culturel n'a pas suivi le rythme du changement technologique. Nous avons désormais les moyens de produire des biens et services en abondance pour tous.

Malheureusement, de nos jours, la science et la technologie ont dévié de l'objectif du bien commun au profit d'intérêts personnels et du gain monétaire par le biais de l'obsolescence planifiée parfois qualifiée de « retrait conscient d'efficacité ». Par exemple, le département de l’Agriculture des États-Unis, dont la fonction présumée est de mener des recherches sur les moyens d'obtenir le meilleur rendement par hectare, reverse en fait de l'argent aux fermiers pour qu'ils ne produisent pas à plein rendement. Le système monétaire tend à freiner l'application de ces méthodes dont nous savons qu'elles serviraient au mieux les intérêts de la population et de l'environnement.

Dans un système monétaire, le pouvoir d'achat n'est pas lié à notre capacité de produire des biens et services. Par exemple, pendant une dépression économique, il y a des ordinateurs et des DVDs dans les rayons des magasins et les parcs automobiles sont pleins, mais la plupart des personnes n'ont plus le pouvoir d'achat pour les acquérir. La Terre reste la même ; c'est simplement les règles du jeu qui sont obsolètes et qui créent conflits, privations et autres souffrances humaines inutiles.

Un système monétaire est en fait un dispositif destiné à contrôler le comportement humain dans un environnement aux ressources limitées. Aujourd'hui, l'argent est utilisé pour réguler l'économie ; non pas en faveur de la population dans son ensemble, mais pour ceux qui contrôlent la richesse financière des nations.

Une Économie Basée sur les Ressources

Tous les systèmes socio-économiques, indépendamment de la philosophie politique, des croyances religieuses ou des coutumes sociales, dépendent en définitive des ressources naturelles, à savoir un air et une eau purs, des terres arables, la technologie et le personnel nécessaires pour maintenir un haut niveau de vie.

Plus simplement, une économie basée sur les ressources utilise les ressources existantes plutôt que de l'argent, elle fournit une méthode équitable pour répartir ces ressources de la manière la plus efficace pour toute la population. C'est un système dans lequel tous biens et services sont disponibles sans utilisation d'argent, de crédits, de troc ou toute autre forme de dette ou de servitude.

Les ressources terrestres sont abondantes. Aujourd'hui, nos pratiques de rationnement des ressources par le biais de méthodes monétaires sont à la fois non appropriées et contre-productives à notre survie. La société moderne a accès à des technologies avancées et peut produire de la nourriture, des vêtements, des habitations, des soins médicaux ainsi qu'un système d'éducation efficace. Elle est également en mesure de développer un approvisionnement illimité d'énergies renouvelables et non polluantes, telles que la géothermie, le solaire, l'éolien, l'énergie marémotrice, etc. Tout le monde peut profiter dès aujourd'hui d'un haut niveau de vie, disposant de toutes les infrastructures qu'une civilisation prospère peut offrir. Ceci peut être accompli grâce à l’application intelligente et humaine de la science et de la technologie.

Afin de mieux comprendre ce qu'est une économie basée sur les ressources, considérez le fait que la disparition totale de l'argent dans le monde ne nous empêcherait pas de construire tout ce dont nous avons besoin pour satisfaire la plupart des besoins humains, dans la mesure où les terres arables, les usines, le personnel et les autres ressources étaient laissés intacts. Les gens n'ont pas besoin d'argent. Ils ont en revanche besoin de satisfaire la plupart de leurs besoins. Dans une économie d'abondance basée sur les ressources, l'utilisation de l'argent perdrait de sa pertinence. Les ressources, la fabrication et la distribution des produits seraient les seuls prérequis.

Si tout le monde avait accès à l'éducation et aux ressources sans étiquette de prix, le potentiel humain ne connaîtrait pas de limites. Bien que cela soit difficile à imaginer, même les personnes les plus riches d'aujourd'hui vivraient beaucoup mieux dans une société basée sur les ressources, comme celle que The Venus Project propose. Aujourd'hui, les classes moyennes vivent mieux que les rois d'antan. Dans une économie basée sur les ressources, tout le monde vivrait mieux que les milliardaires d'aujourd'hui.

Dans une société basée sur les ressources, la mesure du succès reposerait sur l'accomplissement de ses quêtes personnelles plutôt que sur l'acquisition de richesses, de propriété et de pouvoir.

C'est à nous de choisir

Le comportement humain est sujet aux mêmes lois que tout autre phénomène naturel. Nos coutumes, nos comportements et nos valeurs ne sont que des sous-produits de notre culture. Personne n'est né dans l'avidité, les préjugés, le sectarisme, le patriotisme et la haine ; ce sont des modèles de comportement acquis. Si l'environnement n'est pas modifié, les mêmes comportements se reproduiront indéfiniment.

Aujourd'hui, la plupart des technologies nécessaires à l'aboutissement d'une économie globale basée sur les ressources existent. Si nous choisissons de nous conformer aux limites de notre système économique basé sur l'argent, il est très probable que nous continuerons à vivre avec ses conséquences inévitables : guerres, pauvreté, faim, carences, crimes, ignorance, stress, peur et inégalités. D'autre part, si nous adoptons le concept d'une économie basée sur les ressources à l'échelle mondiale, que nous en apprenons davantage à ce sujet et que nous partageons nos connaissances avec nos proches et notre entourage, nous aiderons l'humanité à évoluer et à s'extraire de l'état dans lequel elle se trouve actuellement.

Jacque Fresco - 1999, les prévisions : Ce que le nouveau millénaire nous réserve [VOstFR]

Organisation supportrice en France :
Association Civilisation 2.0 - http://www.civilisation2.com

Sources : https://www.thevenusproject.com/en/store/official#!/~/product/category=1360103&id=5501756

http://mpsa.e-monsite.com/

Yves Herbo-MPSA, 14-01-2015

Couverture d'un nouveau livre : Challenge réussi !

Couverture d'un nouveau livre : Challenge réussi !

4eternitescouverturefinalecyril

Challenge réussi au 04-01-2014 !

Et bien, j'avoue ne pas en revenir ! Je n'y croyais pas trop et j'avais d'ailleurs dit à Cyril, le dessinateur qui a fait cette belle image ci-dessus : je tente juste le coup car je n'ai rien à perdre de toute façon... Même quand j'ai relancé le sujet avant-hier samedi (il n'y avait que 20€ en dons depuis mi-décembre), je l'ai fait sans grande conviction, tout en comprenant d'ailleurs très bien que la période est plutôt mal choisi pour demander aux gens de replonger dans leur porte-monnaie qui a déjà bien souffert grâce aux fêtes commerciales... Mais les choses se sont totalement inversées samedi et dimanche à la suite de trois dons qui ont complètement recouvert la demande initiale ! Je suis émerveillé par cette solidarité simple et sans attente de la part de ces 5 donateurs que je n'ai jamais rencontré mais qui, je le suppose, apprécient mes écrits. Bon, j'ai discuté plusieurs fois avec l'un d'entre eux et on s'est même téléphoné sur le sujet assez pointu des souterrains de Gizeh, j'ai faits quelques articles sur ses propres découvertes et j'en ai d'ailleurs déjà d'autres à prévoir... et c'est aussi le plus "gros" donateur, qui recevra donc à sa sortie mon nouveau roman d'anticipation "Quatre Eternités pour une Rose immortelle" avec cette belle couverture, dédicacé de ma part, ainsi qu'une surprise de la part de Cyril qu'il est en train de préparer, heureux qu'il est de la bonne nouvelle. Comme promis, les deux autres plus gros donateurs auront droit également à une surprise (mais mes moyens sont limités comme ils le savent déjà !) :  la version ebook de ce même roman via la librairie en ligne d'Edilivre, à sa sortie (je verrai avec eux comment faire). Et je pense pouvoir convaincre Cyril de préparer son petit cadeau personnel : une compilation de ses meilleures œuvres dans un fichier pdf pour l'ensemble des 5 donateurs, comme ça tout le monde aura quelque chose.

Je tiens donc à remercier fortement et à souligner leur désintéressement rare en cette époque trouble, dans l'ordre d'importance des dons (la somme de 120€ espérée a bien été atteinte), Messieurs :

- Albert Fagioli - auteur d'un livre sur le trésor du duc d'Enghien et d'articles sur ses découvertes de radiesthésiste (http://albert-fagioli.blogg.org/)

- Jelrik Masson

- André Berthet

- Laurent Peltier

- Christian Mourgues

Merci donc à vous cinq - j'ai relevé vos adresses email fournies avec la transaction (et pour les envois de Cyril) et vous contacterai le moment venu. Peut-être aurons-nous un jour l'occasion de nous rencontrer pour que je puisse vous remercier de vive voix, il paraît que le monde est petit... je pourrai peut-être faire quelques dédicaces de livres dans vos régions ou à l'occasion d'autres projets que j'aimerai aussi voir aboutir un jour !

Bon, je laisse la suite de l'article original pour mémoire (inutile de le relire pour ceux qui l'ont déjà fait !) et je vous rappelle que, de toute façon, les dons sont toujours acceptés (dans les limites fiscales qui sont tellement élevées que jamais atteintes par un seul particulier à priori !), avec un point Paypal sur la page d'accueil et le menu vertical de gauche, car je n'ai aucun revenu fixe, je suis très loin d'être à la retraite bien que j'ai commencé très tôt (on note toute de même au passage l'escroquerie des gouvernements successifs sur les promesses absolues sur la retraite à 60 ans, voir moins, seule possibilité d'ailleurs permettant de diminuer le chômage et la misère !)...

Comme vous ne le savez certainement pas, les Editions Edilivre et leur comité de lecture ont donné leur feu vert pour la publication papier de mon manuscrit "Quatre éternités pour une Rose immortelle", roman d'anticipation écrit quelques temps après mon observation d'un phénomène aérien proche non identifié (ce roman en contient d'ailleurs un certain nombre !) que j'ai d'ailleurs décrit dans les débuts de mon autobiographie, lisible sur ce site. Le livre est en phase de mise en page et je suis en train de corriger page par page les quelques fautes et erreurs qui se glissent toujours dans les textes, malgré les déjà multiples corrections. Le contrat Edilivre n'est certes pas un contrat de publication d'auteur puisqu'il ne comporte aucun frais pour ce dernier, mais les tirages sont basés sur une collection simple et peu onéreuse pour l'éditeur, ce qui est compréhensible, l'impression se faisant de plus, à la demande, économisant les frais de stockage. Une édition ebook est aussi automatiquement prévue dans la librairie en ligne de l'éditeur, ce qui est un plus. J'informe tout de même les lecteurs qu'un livre ne rapporte quelque chose à l'auteur que s'il est vendu par le circuit classique normal : les libraires et l'auteur achètent le livre à prix réduit (le pourcentage vari selon les éditeurs et/ou imprimeurs !) et le revendent au prix indiqué...  Et en ce qui concerne l'auto-édition, l'auteur/éditeur a donc a sa charge la totalité des frais d'impression, de transports-distributions et de publicité-affichages... et en dehors du circuit classique donc car les libraires et distributeurs liés (ceux qui vous permettent de commander un livre) refusent bien logiquement les oeuvres auto-éditées...

Bon, il se fait qu'un ami graphiste a effectué un petit travail sur mon bouquin et m'a proposé un dessin pour l'illustrer, qui m'a emballé pour la couverture. Et, comme vous le savez par contre car j'ai déjà décrit ma situation précaire et l'absence de ressources fixes en tant qu'artisan dans l'écriture (plutôt que de ne rien faire comme tant d'autres et en attente d'une reconnaissance médicale), je ne peux payer la mise en page et adaptation de ce dessin en couverture. Même si la couverture proposée est bien sûr correcte et correspond à la collection de base de l'Editeur, j'aimerai tenter, avec vous et grâce à vos dons, l'option d'y mettre ce dessin. L'Editeur demande 119 € pour une Couverture personnalisée, à partir d'une seule image ou photo de mon choix et fournie par mes soins, 248 € pour une Couverture graphique, à partir de plusieurs images ou photos, fournies par mes soins ou que nous achetons sur des banques d'images, avec montages, retouches et effets ou encore 345 € pour une Couverture illustrée, bénéficiant des services de leurs illustrateurs professionnels pour créer la couverture. C'est bien sûr la première option que je vise, dans la mesure où le dessin est bon et suffit largement (et on m'accorde aussi la possibilité de mettre une photo de l'auteur en dos de couverture d'ailleurs).

Voilà en avant-première la couverture, telle qu'elle est et comme elle sortira, sauf si nous atteignons donc cette somme de 119 € avant le 15 janvier 2015, date à laquelle j'ai de toute façon prévu de renvoyer le dernier premier BAT (Bon A Tirer) à l'Editeur (sur 3 possibles), pour une publication en janvier ou février 2015 (mais le plus tôt, pour la mise en page, sera bien sûr le mieux !).

4eternites couverture1Toute simple, bien sûr, comme tant d'autres œuvres, et je n'en serai pas moins fier bien sûr. Mais voilà l'image que je propose d'y ajouter :

4eternitescouverturefinalecyril

Qu'en pensez-vous ? On tente le coup ? Notez bien que les 3 plus gros dons auront droit à une surprise, de la part de l'auteur et peut-être aussi de la part du dessinateur, car il aime dessiner, et ça lui ferait tellement plaisir de voir l'une de ses œuvres publiées en livre... Le petit challenge (120 € en quelques jours) va être publié ici et sur les quelques réseaux sociaux où je suis représenté, et remonté régulièrement pour bien apparaître, un point sera fait en fin de mois. Une seule possibilité et la plus simple, la plus sécurisé connue : Paypal

   Pour la couverture illustré du livre "Quatre éternités pour une Rose Immortelle" de Yves Herbo

Quel que soit le résultat de cet essai, réussi ou non, de demande de dons pour une couverture d'un livre, je vous remercie de votre attention et soutien, je remercie aussi les fidèles lecteurs qui se sont déjà manifestés et cela fait plaisir de savoir qu'ils... existent ! Notez bien vos noms chez Paypal, les donneurs, car si le challenge n'est pas atteint, je vous renverrai bien sûr l'argent ou vous proposerai l'achat du livre de toute façon avec... et aussi pour la surprise au cas où le challenge serait atteint !

Tous mes remerciements et amitiés, Yves Herbo, 15-12-2014, point au 01-01-2015, challenge réussi le 04-01-2014 !