mystère

Des mystérieux courants inverses dans les océans

Des mystérieux courants inverses dans les océans

Courantsrapidites mini

Une autre façon de voir les océans. " Mon Dieu, nous n'avons jamais vu ça avant " ont dit les scientifiques. SAN DIEGO, Californie - Il est étonnant que personne ne l'ait repéré avant. Superposé sur tous les océans de la planète, il existe un motif en grille des courants. Pourtant, ce qui les provoque est un mystère.

Ocean velocity mapGlobal east-west ocean velocities (cm/s) Image: Maximenko et. al

Entre 1992 et 2003, Peter Niiler de la Scripps Institution of Oceanography à San Diego, en Californie, et ses collègues ont recueilli des données provenant de plus de 10 000 bouées dérivantes dans l'océan, où elles ont été suivies par satellites. Comme prévu, les mouvements des bouées ont été influencés par les courants mondiaux connus, qui sont entraînés par le vent et par les différences de température et de salinité de l'eau de mer.

Mais quand l'équipe a analysé les données, il est apparu que quelque chose avait influencé subtilement les chemins des bouées. Il s'est avéré qu'il y avait des bandes alternées d'eaux courantes vers l'Est ou l'Ouest, un peu comme des tapis roulants parallèles. Niiler rappelle sa réaction: " Mon Dieu, nous n'avons jamais vu ceci avant."

Les mesures par satellite ont montré que les interfaces entre les courants adjacents ont tour à tour entraîné de faibles pics et des creux du niveau de la mer. Lorsque l'équipe s'est penchée sur cette variation à l'échelle mondiale, ils ont constaté que des bandes de 150 kilomètres de large couvraient à peu près tous les océans.

Pour confirmer que ces courants étaient réels, l'équipe a entrepris de les mesurer directement dans deux régions de l'est du Pacifique. « Leur existence est si surprenante que nous avons dû prouver d'abord qu'ils ne sont pas un artefact de données satellitaires », explique Nikolai Maximenko de l'Université de Hawaii. Effectivement, ils ont enregistré les courants circulant dans des directions opposées à environ 40 mètres par heure (Geophysical Research Letters, DOI: 10.1029 / 2008GL033267). C'est plus lent que les courants océaniques les plus connus auparavant, ce qui peut expliquer pourquoi les flux en rayures sont restés inconnus jusqu'à présent. " Seul un canoéiste très paresseux remarquerait l'effet », dit Maximenko.

Les flux s'étendent jusque dans le fond de l'océan, et les frontières entre les courants sont alternativement associés avec des pics et des creux de température ainsi qu'au niveau de la mer. Cela donne à penser que leur influence se situe sur des processus tels que le flux des nutriments et de l'énergie autour des océans, mais cela n'a pas encore été prouvé, dit Niiler.

Quelles sont les causes des flux rayés (striped flows) restent une énigme. « Ils sont un nouvel aspect fascinant de la circulation de l'océan, mais la recherche est encore sur les mécanismes conduisant à leur formation», explique Geoff Vallis du Geophysical Fluid Dynamics Laboratory à l'Université de Princeton.

Il souligne que des tendances analogues existent dans les flux atmosphériques sur d'autres planètes, par exemple, Jupiter. Savoir si des effets similaires sont en jeu ici n'est pas clair, dit-il.

http://www.underwatertimes.com/news.php?article_id=76803951104

Courantsrapidites

" Chaque bande est d'environ 200 km de large et elles sont orientées à peu près est-ouest (en moyenne). Dans l'hémisphère nord, elles semblent être orientées plus du sud-ouest-nord-est à un angle de 13 degrés, tandis que dans l'hémisphère sud, elles sont plus proches du nord-ouest-sud-est à un angle de 9 degrés.

La découverte de ces bandes était difficile parce qu'elles ont des caractéristiques très subtiles qui se superposent sur ​​beaucoup de courants océaniques, la topographie et les champs de température. Les bandes ont des vitesses d'autour de 1-1.5 cm / seconde, tandis que les principaux courants océaniques se déplacent souvent à 40-50 cm / seconde. Le changement de hauteur de la surface de la mer d'une bande à l'autre est d'environ quatre centimètres-monde, la hauteur moyenne de la surface de la mer varie de un à deux mètres. De même, la température à une profondeur de 100 mètres variaient de 12 degrés Celsius dans un domaine d'étude, tandis que les écarts entre les bandes sont d'environ un degré celcius.

Alors, comment ont-ils trouvé ces bandes ? Essentiellement, ils ont juste filtré des caractéristiques plus importantes à l'échelle du territoire. La plupart des changements de hauteur de mer, de la vitesse et de a température se produisent sur ​​des milliers de kilomètres. En utilisant deux passes de puissants filtres consécutivement, l'équipe a été en mesure d'éliminer les grandes caractéristiques de l'échelle.

Ces bandes sont intéressantes pour un certain nombre d'autres raisons. Pour une part, elles persistent sur au moins 700 mètres de profondeur sur la base des données de profil de température. Dans une autre tournure intéressante, la vitesse dans les bandes ne suit pas toujours l'orientation des rayures.

Enfin, alors que la cause exacte de ces caractéristiques est inconnue à l'heure actuelle, elles sont présentes dans le modèle de circulation générale de l'océan fonctionnant sur le supercalculateur Earth Simulator au Japon. En exécutant le même passage de puissant filtre sur ​​la sortie du modèle, ils ont réussi à isoler les mêmes caractéristiques qu'ils ont vu dans les données sur l'océan.

Uvg maximenko psud

Il y avait quelques différences avec les observations, comme les données du modèle dans l'hémisphère nord, qui ont un espacement plus large (450 km de largeur vs 400 km), et les bandes du modèle ont été seulement inclinées de cinq degrés. Dans l'hémisphère sud, le modèle a montré une meilleure adéquation aux données avec une largeur de 375 km modélisée et une inclinaison de sept degrés (par rapport à 400 kilomètres et neuf degrés dans les données). Enfin, alors que nous n'avons pas mesuré suffisamment profondément pour vérifier ces données, le modèle suggère que ces caractéristiques sont cohérentes à tous les niveaux des océans.

La cause précise de ces bandes reste un mystère, bien que les auteurs ont quelques idées sur la question. Ils suggèrent que les bandes peuvent être causées par une forme d'ondes d'inertie connues comme les ondes de Rossby qui sont entraînées par la force de Coriolis. Elles peuvent être un phénomène plus général, aussi, comme d'autres ont comparé ces bandes aux bandes de nuages ​​qui sont observées dans l'atmosphère de Jupiter.

Géophysiques Research Letters, 2008 DOI: 10.1029 / 2008GL033267

http://arstechnica.com/science/2008/04/a-striped-ocean-hiding-in-plain-sight/

Notons que cette équipe est aussi l'une des premières à signaler des îlots et des "continents" de débris de plastiques et autres dans les océans, en liaison avec les courants :

http://www.underwatertimes.com/news.php?article_id=17956102803

http://www.nature.com/nature/journal/v473/n7348/full/nature10013.html

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 17-08-2014

Mystérieux sursauts radios intergalactiques observés à Parkes

Mystérieux sursauts radios intergalactiques observés à Parkes - MAJ 07-05, 17-08-2014

observatoire-de-parkes.jpg

Des astronomes ont fait une étrange découverte dans les archives du radiotélescope de l’Observatoire de Parkes, en Australie. Comme l’explique Discovery News, ils ont d’abord repéré un signal radio très puissant de quelques millisecondes, puis trois autres signaux d’une puissance similaires. Contrairement à la plupart des signaux radio cosmiques provenant de la Voie lactée observés jusqu’à présent, ces quatre-là semblent venir de l’extérieur de notre galaxie, à plusieurs millions d’années-lumières de distance.

En une poignée de millisecondes à peine, chacun de ces signaux libère l’équivalent de l’énergie émise par le Soleil en 300.000 ans. Les explications avancées sont nombreuses, incluant notamment la collision d’étoiles à neutrons dotées de champs magnétiques super puissants; l’évaporation de trous noirs; des sursauts de rayons gammas associés à des supernovas.

Néanmoins, aucun rayon gamma lié à ces signaux n’ayant été détecté, les astronomes ont exclu ces explications les unes après les autres. Il s’agirait donc, comme le suggère l’astronome James Cordes dans son article publié dans le magazine Science, d’un phénomène astrophysique à haute énergie totalement inédit.

Pourtant, un signal comparable avait déjà été observé en 2007 par l’équipe de Duncan Lorimer. A l’époque, il avait semblé tellement puissant que le logiciel avait exclu qu’il puisse être d’origine astrophysique et l’avait partiellement supprimé de la base de données. Certains sursauts radios de 1989 ont également été évoqués comme potentiellement similaires. On n’avait alors pas été capable d’identifier ces phénomènes. Aujourd’hui, on les observe de nouveau, mais ils restent tout aussi mystérieux.

Fastradioburstlocation 2007

En consultant des données collectées dans les longueurs d'onde radio du Petit Nuage de Magellan (galaxie naine dans le voisinage de la Voie lactée), l'astrophysicien Duncan Lorimer a identifié pour la première fois en 2007 un sursaut radio de moins de cinq millisecondes. Leur galaxie hôte et leur origine demeurent inconnus. © Duncan Lorimer, NRAO, AUI, NSF

The Register associe cet événement à l’annonce de l’université de Nouvelle-Galles du Sud selon laquelle un récent travail sur une naine blanche pourrait permettre de démontrer que les différentes régions de l’univers présentent des lois physiques différentes. Une grosse semaine pour l’astronomie donc, selon le site britannique.

Par Margaux Leridon http://www.slate.fr/life/74949/mysterieux-sursauts-radios-intergalactiques-observes-parkes

MAJ du 07-05-2014 : Cette fois-ci, c'est du sérieux et les sceptiques sont muets : un autre signal a été reçu le 02 novembre 2012 et cette fois-ci par la très officielle antenne d’Arecibo à Porto Rico et les analyses viennent seulement d'être révélées :

Arecibo durham university

Après l’Australie, c’est au tour de Porto Rico de repérer un sursaut Lorimer, ou fast radio burst en anglais, grâce à l’antenne d’Arecibo, à l’image. © Université de Durham

Comme vu ci-dessus, des sursauts radio ultrarapides ont été détectés depuis 2007 par l’Observatoire de Parkes en Australie. Un événement identique s'est produit le 02 novembre 2012, mais a cette fois-ci été detecté par l’antenne d’Arecibo à Porto Rico. Alors qu'il est encore pour l'instant compliqué de déterminer la nature exacte et la distance de leur source, ces multiples confirmations pourraient indiquer une découverte majeure dans le domaine de l'astrophysique, de même nature que les sursaut gammas ou les pulsars. C'est en tout cas ce qu'affirme Shrinivas Kulkarni, chercheur à Caltech« si la découverte de sursauts radio rapides […] est confirmée par d’autres observatoires, elle serait monumentale, comparable à celle des sursauts gamma, voire des pulsars ».

Le plus récent de ces sursauts radio de 2012 a été nommé FRB 121102 et est parfaitement comparable aux 6 précédents, tous repérés sur des relevés astronomiques avec le radiotélescope de 64 mètres de diamètre de Parkes, c'est-à dire très rapide, très puissant et unique, sans écho ou répétition.

" Pour tenter de déterminer la distance du phénomène, les astrophysiciens ont cherché à mesurer sa dispersion, c’est-à-dire le délai d’arrivée des émissions radio, lesquelles sont ralenties par des interférences dans le milieu interstellaire comme les vastes nuages de gaz ionisés. Le plus souvent retardées, les plus grandes longueurs d’onde suivent ainsi les autres plus courtes d’une infime fraction de seconde… Aussi, si les interprétations sont justes, il apparaît que l’événement est extérieur à notre Galaxie et distant de plusieurs milliards d’années-lumière. « Mon intuition a toujours été qu’ils sont extragalactiques, témoigne l’auteur de leur découverte. Mais à ce stade, ce n’est rien de plus qu’une hypothèse. » En effet, les chercheurs ne peuvent pas exclure que les nébuleuses de la Voie lactée, dont les électrons font obstacle, soient sous-estimées et que des cas particuliers d’étoiles à neutrons — par exemple les radio rotating transients ou RRT découverts en 2006 — en soient à l’origine.

Plus de théories que de sursauts observés !

Pour l’instant, faute de données, le mystère reste entier. Pour l’éclaircir, les astronomes attendent de surprendre l’un de ces rayonnements fulgurants en direct. Dans l’espoir, entre autres, d’identifier une éventuelle galaxie hôte et pourquoi pas sa source. En attendant, les propositions fusent. « Il y a plus de théories que de sursauts », s’amuse le professeur Lorimer dans son article publié le 10 avril 2014 dernier sur arxiv. Les scientifiques ont donc le choix entre les magnétars, les collisions entre étoiles à neutrons, l’évaporation de trous noirs primordiaux ou encore les blitzars. Ce dernier cas encore jamais observé signerait la formation d’un trou noir par effondrement d’une étoile à neutrons suffisamment massive dont la rotation est relativement lente… Un très bon candidat pour expliquer ces méconnus sursauts radio ultrarapides. "

Extraits de http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/univers-arecibo-detecte-mysterieux-sursaut-radio-rapide-venu-espace-53599/#xtor=RSS-8

Yves Herbo : il y a aussi une possibilité que ces signaux, ou des similaires, aient déjà été repérés dans les années 1970 et en 2003... :

" Un signal radio extraterrestre a-t-il été capté en 1977 ?

Wow signalLes données du signal «Wow» Wikimedia Commons


Depuis des décennies, la recherche d'une intelligence extraterrestre via l'interception d'ondes électromagnétiques non naturelles, le fameux programme américain SETI, a donné lieu à de nombreuses fausses alertes. Mais certains astrophysiciens sont aujourd'hui convaincus que nous avons déjà trouvés ce que nous cherchons sous la forme du fameux signal «Wow!» capté le 15 août 1977 par le grand radio télescope de l'Université de l'Ohio. Il était trente fois plus fort que le bruit électromagnétique environnant, a duré 72 secondes, et n'a jamais été à nouveau entendu en dépit de tentatives répétées.

Quand le signal a été vu pour la première fois sous la forme de données imprimées, il était si fort que le scientifique Jerry Ehman l'a entouré sur la feuille imprimée et a écrit à l'encre rouge «Wow!» juste à côté. Cette onde semble remplir tous les critères d'une émission radio d'origine extraterrestre, mais comme elle n'a pas pu être entendu à nouveau, les études menées n'ont pas pu confirmer ou infirmer son caractère non naturel.

Comme aucune identification n'a pu être trouvée à cette onde radio, la seule conclusion scientifique solide est que si ce signal provient bien de l'espace profond, ce qui semble être le cas, alors soit il s'agit d'un phénomène astrophysique inconnu, soit d'une émission extraterrestre.

Mais pourquoi ce signal est-il si unique?

D'abord parce qu'il semble artificiel plutôt qu'une émission radio naturelle dans l'espace émise par un pulsar ou un quasar. Le télescope baptisé Grandes Oreilles (Big Ear) de l'Université de l'Ohio travaille simultanément sur 50 gammes d'ondes et le signal n'était que sur une seule fréquence précise avec aucun bruit sur aucune autre gamme d'ondes. Une émission naturelle fait du «bruit» sur plusieurs fréquences.

Le signal «Wow!» était aussi modulé, augmentant et diminuant en intensité pendant les 72 secondes où il a été capté comme on peut l'attendre d'une onde venant de l'espace. Quand le radio télescope est pointé vers le ciel, un tel signal doit gagner en intensité quand il touche plus précisément les paraboles et ensuite baisser quand il s'éloigne. Cela rend l'explication d'un bug informatique moins vraisemblable même si cela ne l'élimine pas totalement.

Et pourquoi pas un satellite? C'est une explication possible, mais elle aurait du se répéter. En outre, l'onde «Wow!» a une fréquence proche de 1420 MHz qui est interdite à toutes les émissions terrestres et réservée aux observations radio astronomiques, c'est d'ailleurs la raison sans doute pour laquelle l'émission a été entendue aussi clairement. Car la bande 1420 MHz a ceci de particulier qu'elle est la fréquence émise par les atomes d'hydrogène dans l'espace. Elle est utilisée par exemple pour faire une carte des galaxies. L'hydrogène étant l'élément le plus simple et le plus abondant dans l'univers, toute civilisation intelligente doit logiquement connaître sa fréquence radio.

Maintenant, le signal «Wow!» pose plus de questions qu'il apporte de réponses. A commencer par savoir d'où il vient. Le radio télescope de l'Université de l'Ohio a déterminé qu'il venait d'une région de l'espace dans la constellation du Sagittaire. Il y a une poignée d'étoiles dans cette région de l'espace mais le radio télescope ne permet pas d'être plus précis. Et cela tant que nous n'entendrons pas une autre émission provenant de cette région de l'espace.

Il n'y aucun moyen aujourd'hui de connaître l'origine du signal «Wow!». Comme l'explique l'astronome Robert Gray : «il s'agit d'un tiraillement sur notre ligne de pêche cosmique. Cela ne prouve pas que vous avez un poisson au bout de la ligne, mais cela suggère que vous laissiez votre ligne dans l'eau et à cet endroit».

Source : http://www.slate.fr/lien/73001/extraterrestre-signal-radio-capte-1977

" Le premier signal radio provenant des extraterrestres ?

En février 2003, les astronomes du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) ont pointé le radio télescope d'Arecibo situé sur l'île de Puerto Rico vers 200 régions du ciel où ils avaient précédemment détecté des signaux radio inexpliqués. Après analyse des résultats de la nouvelle étude, tous les signaux anormaux ont disparu sauf un, qui est devenu encore plus puissant.

Le 17/09/2004 à 15:34 - Par le bureau du CNES de l'Ambassade de France aux Etats-Unis

Ce signal radio qui a désormais été observé à trois reprises est une énigme. Il pourrait avoir été généré par un phénomène astronomique inconnu ou par un artefact du télescope lui-même. Mais c'est aussi le meilleur candidat pour un premier contact avec des extraterrestres, 6 ans après le début du projet SETI@home qui utilise la puissance de calcul d'ordinateurs situés dans le monde entier pour analyser les signaux reçus de l'espace.

Nommé SHGb02+14a, le signal a une fréquence de 1420 MHz, soit l'une des fréquences où l'hydrogène, l'élément le plus répandu dans l'univers, absorbe et émet de l'énergie. Certains astronomes avaient affirmé que ce serait la fréquence que des extraterrestres utiliseraient s'ils voulaient nous contacter. Le signal très faible provient d'un point situé entre les constellations du Poisson et du Bélier où il n'existe aucune étoile à moins de 1000 années lumières.

Wow signal location

Le signal Wow se situe dans la constellation du Sagittaire, près du Groupe de Chi Sagittarii. En raison de la conception de l'expérience, l'emplacement du signal peut se trouver dans l'une des deux bandes rouges, et il y a aussi une grande incertitude dans la déclinaison (axe vertical). Pour plus de clarté, les largeurs des bandes rouges ne sont pas tracées à l'échelle. Elles devraient en fait être plus étroites.

" Nous recherchons un signal qui ressemble à un signal artificiel, et celui là pourrait en être un " a déclaré Eric Korpela, un chercheur de l'université de Berkeley. En 1967, Bell Burnell avait découvert un signal radio pulsé qui laissait penser à une émission extraterrestre. Ce fut en fait la découverte du premier pulsar. David Anderson, directeur de SETI@home pense que le signal ne provient probablement pas d'extraterrestres mais que ca valait le coup d'essayer de le réécouter. "

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/univers-premier-signal-radio-provenant-extraterrestres-4349/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Signal_Wow!

MAJ 17-08-2014 : Nouvelle MAJ de la publication d'avril 2014 de l'équipe d'Arecibo en juillet 2014 (mais peu de nouveau depuis 2012 !) : " Des travaux récents ont exploité les données issues de la recherche sur les pulsars pour identifier les sursauts radio d'une durée de milliseconde temporellement isolés, avec de grandes mesures de dispersion (DMS). Ces sursauts ont été interprétés comme résultant d'une population de sources extragalactiques, dans ce cas, ils offriraient des possibilités sans précédent pour sonder le milieu intergalactique; ils peuvent également être liés à de nouvelles classes de base. Jusqu'à présent, cependant, tous les sursauts radio dits rapides (FRB) ont été détectés avec le radiotélescope de Parkes et son récepteur à 13-faisceaux, jetant une certaine inquiétude quant à la nature astrophysique de ces signaux. Nous présentons ici FRB 121102, la première découverte FRB à partir d'un autre emplacement géographique que Parkes. FRB 121102 a été trouvé dans la régionde l'anti-centre galactique dans la recherche à 1.4 GHz Pulsar Arecibo L-band RSS Array (ALFA) avec l'Observatoire Arecibo avec un DM = 557,4 ± 2,0 pc cm-3, une largeur d'impulsion de 3,0 ± 0,5 ms, et aucune preuve de diffusion interstellaire. Le délai observé de l'instant d'arrivée du signal de fréquence s'accorde précisément avec l'attente de la dispersion à travers un milieu ionisé. Malgré sa faible latitude galactique (b = -0fdg2), la rafale fait trois fois la DM Galactique maximale prévue le long de cette ligne particulière de signaux, ce qui suggère une origine extragalactique. Un aspect particulier du signal est un spectre inversé; nous interprétons cela comme une conséquence d'avoir été détecté dans un lobe latéral du récepteur ALFA. La luminosité de FRB 121102, la durée et le taux d'événements inférés sont tous compatibles avec les propriétés des sursauts de Parkes précédemment détectés. "

" Bien que les sursauts radio rapides durent seulement quelques millièmes de seconde et ont rarement été détectés, le nouveau résultat confirme des estimations précédentes disant que ces rafales cosmiques étranges se produisent environ 10 000 fois par jour sur l'ensemble du ciel. Cette étonnamment grand nombre est déduit en calculant combien de portions du ciel ont été observées, et pendant combien de temps, afin d'obtenir les détections qui ont jusqu'à présent été signalées. (assez aléatoire donc comme déduction, qui demande a être affinée).

Les rafales semblent provenir d'au-delà de la Voie Lactée en se basant sur des mesures d'un effet connu sous le nom "dispersion du plasma". Les impulsions qui voyagent à travers le cosmos sont distinguées des interférences par l'homme par l'effet des électrons interstellaires, qui provoquent que des ondes radio voyagent plus lentement à des fréquences radio inférieures. Les sursauts détectés par le télescope d'Arecibo ont trois fois la mesure de la dispersion maximale que l'on attendrait d'une source au sein de la galaxie, rapportent les scientifiques.

http://iopscience.iop.org/0004-637X/790/2/101/article

Les astronomes ont bien un mystère de plus entre leurs mains. Deux grands radiotélescopes, sur des côtés opposés de la planète (Australie et Porte Rico), ont détecté de très brefs sursauts de très puissantes ondes radio. À l'heure actuelle, les astronomes n'ont aucune idée de ce qui cause ces sursauts ou d'où ils viennent. Et rien n'a été écarté pour le moment - pas même le genre de déclarations scandaleuses que vous vous attendez à voir dans les titres à sensation.

A Porto Rico, des rapports récents renouvèlent les spéculations

Il y a un rapport d'une salve de sursauts détectée au radiotélescope d'Arecibo à Porto Rico. Lorimer dit que plusieurs autres rapports de détections feront bientôt leur apparition dans la littérature scientifique.

Comme vous pouvez l'imaginer, il y a eu beaucoup de spéculations sur ce qui se cache derrière ces mystérieux sursauts. Certains astronomes pensent qu'ils sont causés par des blitzars, des impulsions d'énergie d'une étoile supermassive qui tombe dans un trou noir. D'autres pensent qu'ils peuvent être provoqués par des éruptions solaires provenant d'étoiles plus proches.

Et Lorimer dit qu'il doit mentionner qu': "Il y a même eu des discussions dans la littérature sur des signaux de civilisations extraterrestres."

C'est juste un article théorique suggérant que les sursauts pourraient être générés par des êtres intelligents transmettant intentionnellement un signal radio directement vers la Terre.

James Cordes, un astronome de l'Université Cornell, qui est également à la recherche d'une explication de ces sursauts radio, dit-il qu'il aurait parié contre la possibilité d'une implication extraterrestre.

Cordes dit que les astronomes devront trouver d'autres exemples de ces salves avant qu'ils soient en mesure de dire avec certitude ce qui les provoque.

Mais les exemples à trouver prendra du temps. Les types de radiotélescopes capables de détecter ces rafales possèdent ce que Cordes appelle une vision de tunnel : « Nous ne voyons pas l'ensemble du ciel - nous venons de voir un extrait très étroit de celui-ci."

Alors attraper un sursaut dans un enregistrement nécessite un peu de chance. C'est frustrant pour les astronomes, mais ayant seulement un tout petit peu de données concrètes a leur tête : les théoriciens peuvent se lancer sur toutes sortes d'idées intéressantes.

" Les bonnes choses à ce sujet dans l'état actuel, c'est que nous ne savons pas vraiment par quoi  ces sursauts sont causés," dit Cordes. " Et aussi le ciel a une limite à certains égards."

http://www.npr.org/2014/07/26/335335653/close-encounters-of-the-radio-kind-mystery-bursts-baffle-astronomers

Notez que ces sursauts se produisent par salves rapides (4 ici) et sont rares de part le manque de détections malgré un calibrage amélioré des appareils grâce au nombre qui s'accroît tout de même. On nous parle de 10.000 salves par jour sur l'ensemble du ciel observable... Combien de millions d'émission d'ondes radios sont émises par l'humanité depuis l'invention du système ? Sous quelle forme des aliens recevraient notre "bulle" d'ondes-radios émise par la Terre en permanence depuis des dizaines d'années, et qui va donc en s'élargissant au fur et à mesure du temps et du déplacement du système solaire dans l'espace ? Question : nous connaissons des fréquences liées aux ondes cérébrales... ne serait-il pas logique que des extra-terrestres évolués les utilisent pour communiquer, même à distance, plutôt que d'antiques ondes radios ? Existe-t-il de tels systèmes de détection d'ondes (le spectre des ondes est tellement grand...) ?

Rappel d'une publication de février 2014 updatée cet été sur d'autres détections de signaux à Parkes : http://iopscience.iop.org/0004-637X/792/1/19?rel=ref&relno=1

Yves Herbo-SFH-07-2013,07-05-2014, 17-08-2014

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 4

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire Part 4

Sumerian king list 2

Partie 1 ici

Partie 2 ici

Partie 3 ici

Reconstruire les civilisations lointaines et rencontrer des cultures étrangères extra-terrestres par Douglas A. Vakoch - NASA - (Extraits choisis traduits) : Partie 4

Inférencement de l'Intelligence
Préhistorique et extraterrestre
par Paul K. Wason

(YH : L'inférence est une opération logique de déduction qui consiste, à partir d'indices présents dans le texte, à rendre explicite une information qui n'est qu'évoquée)

introduction

Si différents qu'ils peuvent l'être dans d'autres aspects - sources de données, outils de recherche, formation universitaire - ce que les domaines de l'archéologie et de la Recherche d'une intelligence extraterrestre (SETI) ont en commun est au cœur de leurs entreprises respectives : l'étude de l'intelligence des êtres sans avoir l'avantage d'une observation de première main (YH : en temps réel). L'analyse archéologique est réalisée sans contact direct avec les êtres vivants, avec peu ou pas de communications écrites pour faciliter l'étude; et elle est accomplie en construisant des arguments de transition qui couvrent de grandes distances de temps, d'espace, de cultures, et, dans le cas de nos ancêtres hominidés, de biologie. Alors que nous pouvons imaginer d'autres types de contact avec une intelligence extraterrestre, ces fonctions de base mais importantes de l'archéologie s'appliquent probablement à SETI, trop, du moins pour le moment. Je ne peux pas deviner si l'une des idées acquises grâce à l'étude et pratique de l'archéologie peut s'avérer utile pour les chercheurs qui cherchent une évidence de l'intelligence extraterrestre. Les différences entre les deux entreprises peuvent tout simplement submerger ce qu'elles ont en commun. Mais je crois qu'il y a des connexions au moins analogiques. En particulier, dans la mesure où certaines approches en archéologie découvrent des preuves de l'intelligence comme un phénomène en soi, et non réservé à l'humanité en particulier, une partie de cette discipline pourrait être transférable au SETI. Découvrir des traces d'activité humaine dans le passé est bien sûr le principal objectif de base de l'archéologie, mais cela signifie souvent de déduire une intelligence ou certains aspects de celle-ci, comme l'organisation, le but, la conception, le choix, l'expression du sens, ou la capacité de communiquer. Les travaux archéologiques peuvent aider à révéler l'un ou l'autre de ces aspects de l'intelligence et, peut-être, pas seulement de l'organisation humaine, mais sur l'agencement lui-même. Il peut donc y avoir l'espoir d'une généralisation, et ces approches peuvent fournir une base pour l'élaboration d'approches analogiques au SETI.

Dans les sections suivantes, j'offre une série d'aperçus archéologiques qui illustrent quelques-unes des avenues les plus prometteuses à explorer et un peu des problèmes auxquels ils peuvent être confrontés. On pourrait penser qu'il serait plus utile si je devais proposer à la place une sorte de clé d'identification de l'intelligence, peut-être un ensemble de 10 signes infaillibles de l'activité humaine. Si oui ou non cela est encore possible, la création d'une telle clé ou ensemble serait certainement plus difficile qu'il n'y paraît au premier abord. Les archéologues, en fait, n'identifient pas souvent les critères qu'ils utilisent pour démontrer l'intelligence ou ce qui les a mené à une autre conclusion sur l'activité humaine, sauf dans des discussions très précises sur les matériaux à portée de main. Quand on observe de vastes domaines comme les sites archéologiques, nos yeux sont naturellement attirés par des cercles et des lignes droites, des formations (ou du moins celles de forme différente du terrain de base) de forme régulière. En regardant les rochers, les os, ou d'autres matériaux qui sont potentiellement des artefacts, nous cherchons des symétries, régularités, la preuve de l'utilisation d'outils plutôt que de dents, et ainsi de suite. Mais nous ne pouvons pas utiliser la présence de ces caractéristiques comme une clé généralisée pour déduire l'activité humaine. On ne peut pas, par exemple, dire quelque chose d'aussi simple comme quoi des structures circulaires doivent être d'origine humaine (ou faite par un agent intelligent). Et même si les généralisations de ce genre sont possibles, il n'est pas clair qu'elles pourraient être transférées pour une utilisation dans le monde de l'astronomie, où des cercles, des symétries, et des régularités abondent. Pour ce chapitre, mes exemples sont à un niveau plus large et plus dans la manière de «leçons apprises» que de conseils normatifs. Tout d'abord, je considère brièvement un exemple dans lequel l'archéologie peut sembler avoir échoué dans ses propres termes. Ce n'est pas très réconfortant pour ceux d'entre nous qui veulent utiliser l'archéologie au service du SETI. Mais je suggère aussi un moyen d'en sortir. Ma deuxième vignette considère la question tout aussi troublante de l'analogie ethnographique. Les preuves du contraire, nonobstant, je crois que l'archéologie ne peut pas se faire du tout sans analogies à des groupes humains vivants connus. Cette notion, aussi, semble rendre la pertinence des approches archéologiques au SETI d'une très grande étendue en effet, mais, encore une fois, je ne pense pas que cela soit impossible. Les aperçus suivants, qui explorent l'importance des contextes intellectuels et physiques, les attentes d'un argument scientifique solide, et les implications du symbolisme pour comprendre la communication, pourront peut-être aider à terminer sur une note plus optimiste.

Lorsque les méthodes archéologiques ne semblent pas fonctionner, même lorsque l'on étudie des êtres humains

L'Archéologie commence avec certains avantages par rapport à la recherche d'une intelligence extraterrestre. Ses praticiens ont maintenant un siècle et demi d'expérience à déduire l'activité passée, les pensées et les intentions d'influences intelligentes. Bien que les archéologues ne peuvent pas observer ces êtres intelligents "dans l'action», ils ont une abondance de vestiges matériels et les contextes de leur ancienne utilisation. Et de toute évidence, ils savent déjà beaucoup de choses sur ces êtres tout à fait indépendamment des travaux archéologiques eux-mêmes.  Mais même ainsi, l'archéologie n'a pas toujours réussi dans ses efforts. Pire encore, il n'est pas toujours possible de savoir si les chercheurs sont encore sur la bonne voie. Pensez à l'art de la grotte paléolithique de l'Europe du Sud que les chercheurs étudient depuis plus d'un siècle. Beaucoup de théories ont été proposées concernant tout ce que ces peintures sont (ce qu'elles veulent dire, pourquoi elles ont été peintes, et ainsi de suite), mais il n'y a pas d'accords à ce stade, ce qui soulève la question suivante : Quel espoir avons-nous de communiquer avec des extraterrestres si nous avons tant de mal à comprendre l'imagerie symbolique produite en Europe, il y a 12.000 ans par les membres de notre propre espèce ? C'est une question valable, certainement. Mais pour plusieurs raisons, la situation est loin d'être aussi sombre que ça. Tout d'abord, si nous n'avons pas pu résoudre toutes les énigmes, nous avons fait des progrès; il n'y a guère eu qu'un siècle d'efforts sans comprendre. Certes, il y a certaines choses sur lesquelles nous ne pourrons jamais en apprendre davantage sur l'art rupestre du paléolithique. Je suis entièrement d'accord avec Clifford Geertz, qui caractérise l'art comme une " affaire locale". On n'a qu'à penser à La Cène de Léonard de Vinci. Comme le fait remarquer David Lewis-Williams, cette peinture a assez peu à voir avec un groupe d'hommes qui souffrent de la faim, alors quelle chance quelqu'un de peu familier avec le christianisme aurait de savoir ce que c'est vraiment ? Alors que Geertz tient un point important, peut-être qu'il ne le fait pas s'appliquer à tout ce que nous pouvons souhaiter savoir. Pourquoi s'arrêter au «local», après tout ? Pourquoi ne pas prétendre, comme on le fait parfois, également avec raison, que l'art est «personnel» et qu'on ne peut jamais comprendre l'art de quelqu'un d'autre ou la réponse de quelqu'un d'autre sur l'art ? Pourquoi ne pas admettre, d'ailleurs, que l'artiste lui-même ne peut pas vraiment "comprendre" ce qu'il a créé, l'art étant une affaire quelque peu intuitive ? Sûrement, il y a une certaine vérité dans chacun de ces points de vue. Mais alors il y a certaines choses que, en tant qu'individu, je ne reconnaîtrai jamais comme une œuvre d'art, cette limitation ne signifie pas que je ne peux rien savoir au sujet de ça, ou que ce que je sais à ce sujet est en quelque sorte moins vrai (que ce que je pensais) pour devenir incomplet.

La même chose peut être dite pour des initiés aux connaissances culturelles au niveau local : il y a certaines choses extérieures qu'ils ne connaîtront jamais, mais ce fait ne signifie pas qu'on ne peut jamais rien apprendre d'une autre culture. Certes, l'espèce de tout ou rien que je formulerai sur la Dernière Cène par exemple est un peu trompeur. Un spectateur, oui, manquerait beaucoup si il ou elle ne savait rien à propos de la théologie chrétienne, mais on n'a pas besoin de cette connaissance «locale» pour réaliser qu'il y a beaucoup plus de choses dans cette scène peinte que la satisfaction de la faim. Donc, ma deuxième et peut-être plus importante raison d'être optimiste quant à la capacité de l'homme à comprendre les communications interculturelles cosmiques, c'est que nos frustrations avec l'art paléolithique ont pour la plupart été concernées par la difficulté de comprendre le contenu du message, ce qui est communiqué. Personne ne nie que ces peintures sont l'œuvre d'agissements humains, produites par une activité utile et portant un sens. Nous pouvons en déduire l'existence d'intelligences, et nous pouvons apprendre beaucoup sur elles simplement en regardant ces œuvres d'art, même sans savoir ce que les images "signifient" dans le sens de ce que leurs créateurs ont essayé d'exprimer en elles, ou la compréhension de la cosmologie derrière cette activité symbolique sophistiquée, cette dernière étant peut-être vraiment les "connaissances locales."

L'analogie ethnographique : Connaissance des Chemins des Créatures Intelligentes.

L'Analogie ethnographique utilise ce que nous savons déjà sur la culture matérielle humaine pour interpréter ce que nous découvrons dans des contextes archéologiques. Le plus précieux pour les préhistoriens ont été les analogies avec les moyens des peuples traditionnels à travers le monde, que nous connaissons à travers le champ de l'ethnographie (d'où le nom), mais bien sûr, les archéologues appliquent les analogies au moins autant sur ce qu'ils se pensent et font, même si ils ne savent pas toujours qu'ils le font. L'Analogie ethnographique était en fait une clé pour les débuts du champ d'études, en premier lieu, et la reconnaissance de l'antiquité de l'Homme par les Européens. Pendant des centaines d'années, les Européens semblent avoir été inconscients de l'existence d'outils de pierre. On peut supposer que beaucoup de gens les ont vus. Au moins, il est difficile pour moi de croire qu'aucune des haches de pierre, des pointes de lances ou de flèches n'aient été déterrées dans les champs labourés, des cours d'eau à sec, ou des versants érodés. Mais, comme William Stiebing l'observe, il n'est pas fait mention d'entre eux avant le 16ème siècle. Les gens apparemment "ne les remarquent pas. Pour eux, de telles choses étaient tellement beaucoup plus proches de rochers. "

Des écrits du 16ème siècle indiquent que les gens ont remarqué des anomalies, par exemple, que les roches qui nous reconnaissons maintenant comme des outils de pierre, étaient sensiblement différentes des autres dans le paysage. Ces objets ont été largement appelés flèches de fée ou elfe-shot ou, par ceux qui sont moins doués pour préciser une cause en termes d'organisation mentale, de la foudre. Dans son ouvrage classique L'idée sur la Préhistoire (The Idea of Prehistory), Glyn Daniel cite une explication offerte par Ulisse Aldrovandi au milieu du 16ème siècle. Aldrovandi décrit les objets que nous aimerions maintenant étiqueter comme des outils de pierre par " en raison d'un mélange d'un certain expiration du tonnerre et de la foudre avec la matière métallique, principalement dans les nuages ​​sombres, qui est coagulé par l'humidité circulaire fusionnante et conglutinée en une masse (comme la farine avec de l'eau) puis durcie par la chaleur, comme une brique ". (“due to an admixture of a certain exhalation of thunder and lightning with metallic matter, chiefly in dark clouds, which is coagulated by the circumfused moisture and conglutinated into a mass (like flour with water) and subsequently indurated by heat, like a brick.”) Et " ces paroles assez surprenantes », comme Daniel le dit," ont été écrites par un homme qui a été décrit comme le plus grand zoologiste de la Renaissance. " Je ne peux pas m'empêcher de citer un exemple de plus dans lequel l'utilisation d'un tel jargon semble inversement proportionné à l'information utile transmise; un homme nommé Tollius, environ dans la même période de temps a clamé que : " les haches de silex ont été « générées dans le ciel par une expiration fulgurante conglomérée dans un nuage par l'humeur l'enveloppant. " (“claimed chopped flints to be ‘generated in the sky by a fulgurous exhalation conglobed in a cloud by the circumposed humour.’”)

Même si ces choses étaient réfléchies, d'autres chercheurs proposaient que ces objets étaient des outils anciens. Le raisonnement que ces proto-archéologues ont offerts à l'appui de ce point de vue se révèle être très important - une analogie avec des outils semblables utilisés par les Amérindiens. Une fois que la connexion a été établie, il n'est pas surprenant que ce point de vue soit rapidement devenu le standard. L'analogie ethnographique a sauvé la mise dans ce cas, comme elle le fait souvent, et dans le processus, a représenté une étape importante vers ce qui allait devenir le domaine universitaire de la préhistoire.

En un sens, ce n'est pas de bonnes nouvelles pour SETI qu'il faudrait absolument des analogies avec des activités connues de cultures spécifiques pour interpréter correctement ces roches comme étant des produits d'une activité intelligente humaine. Mais je suggère que ce n'est que la moitié de l'histoire. Si l'on creuse un peu plus, nous voyons que même ceux qui ne les reconnaissent pas comme des outils ont fait comprendre que quelque chose sur les roches était nécessaire à expliquer. Rétrospectivement, les gens ordinaires superstitieux qui les nommaient des elfe-shots ou des flèches de fées étaient, dans une drôle de façon, plus perspicaces et plus proches de la vérité de base que ceux qui concoctaient des explications naturalistes ou mécanistes. Car ils ont reconnu le point le plus important, à savoir que ces éléments sont en effet les produits intentionnels d'êtres, des activités motivées.

Comment les gens reconnaissent l'intentionnalité et l'activité délibérée ?. Comme indiqué précédemment, la littérature archéologique semble avoir largement négligé cette question. Une part de cette négligence peut être due au fait que l'archéologie a souvent essayé de suivre le modèle de la science sociale sur la recherche, dont les visées dépassent le cadre des tendances et de la causalité externe. Jusqu'à ces dernières années, l'archéologie a sous-évalué sérieusement l'intention (agency), pour accorder plus d'attention aux grandes forces culturelles et écologiques que sur l'initiative individuelle. Une autre raison pour laquelle les archéologues peuvent travailler si dur, souvent avec succès, pour reconnaître une action intelligente et un comportement téléologique tout en portant si peu d'attention au «comment» nous faisons effectivement des inférences sur les activités intelligentes, est peut-être que c'est en fait assez difficile. Au fond, ce n'est pas vraiment un problème archéologique mais une question de réflexion. Dans la dernière section, je vous propose quelques réflexions dans ce sens, ainsi que des suggestions pour la recherche future, fondée sur la science cognitive récente. Mais il semble clair, à la fois pour ceux qui ont parlé de elf-shots et ceux de l'archéologie contemporaine, que nous sommes souvent tout à fait capables de reconnaître les produits de l'intelligence, même si nous ne pouvons pas exprimer clairement ce que nous utilisons comme preuves. Quant aux sceptiques, ils étaient sur ​​la mauvaise voie entièrement, même si leur motivation était assez raisonnable puisque c'était sur les fées qu'ils étaient sceptiques. Même ainsi, leur réponse est utile. Ceux qui ont tenté d'expliquer que les outils de pierre étaient les choses formées dans les nuages ​​par divers processus aux noms intimidant ont clairement compris qu'il y avait quelque chose de spécial à leur sujet dans leur besoin d'explications. Ils n'ont tout simplement pas pu se permettre de l'attribuer à une intelligence. Si j'avais vécu à cette époque, j'aurais peut-être été dans ce groupe, mais seulement parce que le problème a été formulé de manière à limiter les options à une action mécanique sans vie ou des fées. Cela n'est pas facile de voir ce que vous ne cherchez pas, ou de savoir ce que vous ne savez pas, et les forces et les faiblesses de l'analogie ethnographique passent sur cette énigme. L'Ethnographie élargit notre vision de ce qui est humainement possible, ou du moins ce qui a été tenté par d'autres humains, mais ne peut pas élargir notre vision beaucoup plus loin que cela. Il est assez probable que, même au paléolithique, il y avait des formes sociales qui ne sont pas représentées parmi les peuples ethnographiquement connus aujourd'hui, alors quid d'une planète lointaine ? Comme on l'a souvent dit, si nous dépendons trop lourdement de ​​l'analogie ethnographique, nous réduisons nos chances de découvrir la vraie gamme de formes que la société humaine a choisie.

Contexte intellectuel

Comme la plupart des aspects de la culture, notre culture intellectuelle - le contexte intellectuel dans lequel notre vision du monde est formée - nous libère pour explorer de nouvelles idées de manière disciplinée et créative. Dans le même temps, elle limite notre recherche en limitant ce que nous sommes prédisposés à croire qu'il est possible d'exister. Un exemple de la façon dont le contexte intellectuel peut affecter notre approche et le succès avec l'interprétation archéologique se trouve dans le prochain épisode de cette brève histoire de la supposition des outils de pierre. Bien que l'idée qu'ils étaient des outils - par analogie avec ceux des Amérindiens - est devenu acceptée, les chercheurs tout d'abord n'ont pas apprécié leur grand âge. Leur vraie nature, pour ainsi dire, ne pouvait pas être reconnue, puisque l'existence d'une origine paléolithique, tout simplement ne correspondait pas à ce que tout le monde "savait" être vrai. Comment ce point pourrait être pertinent pour SETI ?

Tout d'abord, et plutôt générique, ce contexte intellectuel a la même pertinence pour SETI que comme pour toute autre science : il peut être libérateur ou limiteur, mais des percées majeures dans les problèmes difficiles viennent souvent quand ce contexte est transcendé, quand quelqu'un pense à l'impensable auparavant. Ce lien reconnaît le principe souvent répété de Thomas Kuhn, que les données à l'appui des théories scientifiques sont des «charges à théories», décrites et interprétées à la lumière des attentes théoriques. Même notre choix de ce qui compte comme données - en fait, même ce que nous sommes en mesure de «voir» sur les myriades de bits d'informations qui viennent à notre rencontre dans toute expérience - est interprété en fonction de nos hypothèses sur ce que nous nous attendons à voir. Mais ce biais inévitable ne garantit pas la vision décourageante de constater que même les conclusions scientifiques sont toutes relatives, comme Imre Lakatos l'affirmait. Nous ne sommes pas coincés sans espoir dans notre web des hypothèses, et le moyen d'en sortir est d'être poussé par des données inexplicables pour repenser les hypothèses théoriques. Ce «penser l'impensable» est sans aucun doute difficile, mais il est possible.

Second, et un peu plus précisément, l'importance du contexte intellectuel de notre capacité à voir ce que nous ne cherchons pas devrait proposer une solution possible pour le paradoxe de Fermi. Peut-être que comme ces beaux savants du 18ème siècle qui avaient des preuves innombrables de l'activité humaine préhistorique mais ne pouvaient pas l'imaginer, nous aussi, nous avons des preuves de l'intelligence extraterrestre, mais que personne ne peut les reconnaître. Maintenant, je me rends compte que ce sont des mots dangereux. " Est-ce que ce gars ne savait pas que Men in Black est une fiction ? " Vous pouvez vous demander, ou « Veut-il que nous prenions des histoires d'enlèvements et d'anciens astronautes au sérieux ? " Toutes les demandes pour savoir si je suis au courant concernant la preuve de "aliens" - y compris les sortes de choses que les gens aiment parler une fois qu'ils apprennent que je suis un archéologue - assez pour faire différentes affirmations selon laquelle les aliens sont parmi nous, ou y ont été dans le passé. Ils ne proposent pas de sources inexploitées de l'information. Et ils me semblent être de parfaits exemples d'avoir été pris dans un courant intellectuel actuel, un contexte actuel d'une certaine sorte de toute façon.

L'attribution des lignes de Nazca au Pérou aux aliens a autant à voir avec les préjugés culturels que l'attribution des objets anciens à des elfes ou des fées, parce que cela était quelque chose de plus facile que d'imaginer des hommes préhistoriques vivant ici avant nous. Mais que pourrait-on découvrir si nous pouvions sortir de notre contexte intellectuel ? C'est une question que les chercheurs du SETI doivent se demander en permanence, se demandant, par exemple, si même quelque chose d'aussi simple que le réglage sur une fréquence radio différente pourrait être la clé pour découvrir des données sur les ETI qui nous ont tous entouré depuis longtemps. Peut-être que ce n'est pas la technologie qui définit toutes nos limites.

Contexte Physique

Ce qui est devenue une marée dans l'appréciation scientifique européenne d'une humanité préhistorique a été le contexte physique : en particulier, les outils trouvés dans des sédiments non perturbés et en association claire avec des restes de mammifères éteints. Cette découverte, avec une prise de conscience croissante de l'âge de la Terre, a donné un large renfort et le déplacement du contexte, peut-être même quelque chose comme une révolution intellectuelle dans le contexte intellectuel de l'Europe. Pierre Teilhard de Chardin, l'un des découvreurs de l'Homme de Pékin, a exprimé magnifiquement la capacité de concevoir l'ancienneté de l'humanité comme « une conquête étonnamment récente de l'esprit moderne » :
" Aujourd'hui, nous sourions quand nous pensons aux sensations fortes et aux triomphes expérimentés par nos grands prédécesseurs quand, en 1864, ils ont d'abord observé, sur un fragment de défense de mammouth, le témoignage d'un contour sculpté d'un mammouth lui-même défini, la plus propre signature de l'homme, que l'homme ... avait connu et chassé les fabuleux et (pour le scientifique de la période) fabuleusement antiques animaux. "

Le Contexte Physique demeure central dans toute recherche archéologique à plusieurs niveaux. Tout travail au jour le jour dépend aussi du contexte créé par les connaissances actuelles. Les contextes dans ce sens inondent nos maigres données de toutes sortes d'associations et d'autres conclusions qui jaillissent d'eux-mêmes de l'intérieur d'une image de l'activité humaine. Les archéologues ne lisent pas les données «brutes» - presque tout ce que nous pourrions vouloir dire sur une découverte est une conclusion interprétative. Quand je tombe sur une autre pierre cassée dans mon jardin en Pennsylvanie et détermine qu'il s'agit d'une pointe de projectile, je reçois un message du passé qui est riche et profond et facile à lire. Mon esprit est rempli avec des images de maisons longues dans des bois, des villages avec de la fumée de cuisson qui s'élève paresseusement dans le ciel bleu, par des petits groupes de personnes travaillant sur différentes tâches, un groupe d'hommes qui reviennent de chasse avec deux cerfs, les enfants et les chiens jouant tout autour. L'outil ne me dit pas tout cela par lui-même, mais parce qu'il est dans un contexte. Si j'avais trouvé un outil, peut-être vaguement similaire en apparence, dans un jardin en Inde, le contexte des associations serait assez différent. De même, dans l'étude de l'évolution humaine, beaucoup peut être dit à propos d'un primate et sur son mode de vie à partir de quelque chose d'aussi petit qu'une dent, puisque les «parties» d'un organisme sont bien plus cernées avec certitude que les «parties» d'une culture.

Pour prendre un autre exemple, ce que nous acceptons comme des conclusions peuvent dépendre du contexte plus large de ce qui est déjà connu. Les débats se poursuivent sur ​​la nature anthropique de découvertes. Par exemple, le site Calico Hills en Californie est donné par Ruth Simpson comme étant vieux de quelque 250 000 ans ou plus. Cette estimation est loin de la ligne de tout ce que nous savons sur le peuplement de l'Amérique du Nord ou du Sud. Aucune datation entreprise remontant à il y a 12000 années plus tôt n'avait été acceptée jusqu'en 2000, quand Thomas Dillehay a démontré de façon concluante que le site de Monte Verde au sud du Chili est d'au moins 15.000 ans (et peut-être beaucoup plus vieux). Cette date, aussi, pourrait bien changer - après tout, un archéologue ne peut presque jamais dire: " C'est le plus ancien," mais seulement " C'est la preuve la plus ancienne découverte pour l'instant " Il est, cependant, très peu probable (pour une foule de raisons non reliées au site Calico Hills en lui-même), que des humains aient vécu dans le Nouveau Monde un quart de million d'années plus tôt. Un raisonnement similaire apparaît pour le Meadowcroft Rockshelter dans le sud-ouest de la Pennsylvanie. Certaines des datations au radiocarbone sont revenues avec environ 19.000 ans d'âge. Cette datation est également hors de la ligne avec les estimations précédentes, mais pas de façon aussi spectaculaire, surtout maintenant que la longue barrière de l'année 12000 a diminué. Dans le cas de Calico Hills, la datation de Simpson est solide, mais cela pourrait ne pas être un site du tout, puisque des outils de pierre ont été retrouvés, mais qu'il n'est pas tout à fait clair que ce soient des outils. Ils sont plutôt susceptibles d'être des "geofacts," des roches naturellement brisées qui imitent l'apparence des objets. Comme pour Meadowcroft, il s'agit d'un site archéologique paléoindien complexe, mais il est toujours difficile d'accepter une date d'il y a 18 000 années. À l'heure actuelle, l'explication la plus probable est que l'échantillon de carbone ait été contaminé par le charbon naturel, donnant aux matériaux une apparence d'un plus grand âge. Parce que la couche stratigraphique de la datatation ne semble pas contrairement être beaucoup plus âgée que les autres couches, cette théorie est tout à fait plausible. D'autre part, l'excavation a été réalisée avec un soin exceptionnel par un archéologue (James Adovasio) qui a bien compris ce qui était en jeu. Pour le dire autrement, ce site pourrait être tout aussi vieux qu'il y paraît, et le problème se situe plutôt avec notre context intellectuel.

SETI est également mené par un web de connaissances empiriques liées entre elles et en vertu d'un ensemble d'attentes intellectuelles, un contexte qui rend quelques idées plus ou moins plausibles. Aussi évidente que cette circonstance puisse paraître, la date indiquée, de cette façon, a eu un effet significatif sur la recherche. Nous avons vu ce phénomène en exobiologie, une ligne d'étude qui a été rendue plus intéressante par les découvertes récentes des extrêmophiles sur Terre. Je dirais alors que, contrairement à l'opinion de ceux qui considèrent SETI avec intérêt de l'extérieur, le «succès» de l'entreprise SETI n'est pas vraiment une question de "tout ou rien". Même la preuve solide d'une vie simple au-delà de la Terre rendra l'existence de la vie intelligente un peu plus plausible, tout comme une grande partie de la manière dont la connaissance existante du peuplement du Nouveau Monde progresse rend les dates proposées sur certains sites plus ou moins plausibles.

(...) Certaines spéculations qui peuvent sembler plausibles étant donné un type de preuve ne vont pas fonctionner lorsque l'ensemble du paquet est réuni. Pour prendre un exemple parlant, les archéologues comptent souvent très largement sur ​​des études de la céramique. Marion H. (Harry) Tschopik a tracé la continuité de la céramique andine aymara de la région de Puno sur plus de cinq siècles, et ce qu'il a découvert était tout à fait surprenant :

" Si les données fournies par la tradition céramique aymara étaient prises isolément et par cela même seraient notre seule preuve d'un changement (ce qui bien sûr n'est pas le cas), l'ère Inca dans la région de Puno serait passée pratiquement non enregistrée, et le contact espagnol serait apparu avoir été léger ou fugace. En gros, les céramiques Aymara ont été modifiées dans une bien moindre mesure que les autres, et ont plus des aspects de base de la culture aymara ".

Cette compréhension du processus de raisonnement est, à certains égards précieuse pour tout domaine d'études avec de grandes lacunes dans les données, et elle est donc très pertinente pour une éventuelle détection du signal SETI. Pour prévenir toute confusion inextricable quand nous recevrons un message d'au-delà de la Terre - en effet, même pour nous aider à avoir l'espoir de reconnaître une communication lorsque nous en voyons une - nous avons besoin de consulter chaque brin de preuve et utiliser n'importe quel type de raisonnements disponibles pour le comprendre. (...)

L'importance du symbolisme

Bien que je n'ai, sans hésitation apparente, seulement fait que de longues pages d'incursions dans l'histoire intellectuelle et la philosophie des sciences, deux régions à l'extérieur de mon expertise, je dois préfacer cette section en disant que l'étude de la représentation symbolique, les habiletés cognitives concernées, et les approches de la compréhension sont des zones dont la contribution potentielle à la conclusion de l'intelligence n'a d'égal que l'immensité et la complexité de la littérature sur ces sujets. Pourtant, ils ne peuvent être évités si l'on considère cette étude de topic. Le symbolisme est important dans l'inférence archéologique de l'intelligence - si ce n'est que pour la raison évidente que la production de symboles exige de l'intelligence. Un problème - et c'est peut-être à l'origine des inquiétudes au sujet de la compréhension de toute communication - est que les symboles peuvent, et le font souvent, avoir une relation arbitraire (ou au moins une convention plutôt qu'un concept) avec ce qu'ils symbolisent. Bien que cette relation est arbitraire, elle n'est pas nécessairement aléatoire. En effet, quand il s'agit de la forme de la langue, le symbolisme est extraordinairement systématique. Donc, l'arbitraire ou la nature conventionnelle de la connexion ne signifie pas que nous ne pourrons jamais comprendre ce qui est dit à travers des symboles. Comme l'a suggéré l'étude de l'art rupestre, si nous pouvons reconnaître quelque chose comme le produit d'un comportement symbolique, nous avons appris beaucoup de choses déjà sans avoir la moindre idée de ce que signifient les symboles : nous savons qu'il y a une mesure de haut niveau d'une activité individuelle intelligente, que cette personne essayait de communiquer, et que cet individu est donc un être social.

Considérons le déchiffrement des langues anciennes écrites dans les scripts comme les hiéroglyphes égyptiens (ou plus récemment, mayas). Il pourrait sembler que le symbolisme et la communication des idées couramment exprimées en symboles complexes serait la pire façon possible d'aller sur la construction de messages pour des intelligences non nées sur Terre. Mais ce piège n'est pas facile d'éviter. Nous pouvons envoyer des messages exprimant des mathématiques pures, ou peut-être la connaissance scientifique, mais ces concepts doivent être communiqués dans un milieu qui, par nécessité, doit être symbolique. (L'envoi de photos est une autre façon de faire, mais cela n'assume que certains points communs sensoriels.) Mais cela pourrait faire une différence si les symboles sont d'une forme systématique (comme un langage), car autrement les problèmes résultant de leur relation arbitraire à leur référents seront multipliés. Alors que les mathématiques ne sont pas une grammaire en tant que telles, les concepts et leurs représentations symboliques sont assurément systématiquement liés, même s'ils ne le sont pas de la même manière que les langages «naturels». D'autre part, c'est peu probablement facile, en tout cas. L'écrit, par exemple, a l'avantage de représenter un ensemble très systématique de symboles. Pourtant, il est en effet un système de symboles représentant un autre système de symboles (la langue elle-même), qui représente les idées. Kathryn Denning souligne ailleurs dans ce livre qu'une forme ancienne de l'écriture n'a jamais été déchiffrée sans une certaine connaissance de la langue dans laquelle elle a été écrite. Ce fait est important, et un peu décourageant, à la lumière de la probabilité que des messages interstellaires seront également composés d'au moins deux couches de symbolisme. Encore une fois, pour reconnaître quelque chose comme une communication symbolique, nous n'avons pas besoin de comprendre réellement le contenu, et on peut donc ne pas avoir besoin de passer à travers ces deux couches. Mais du point de vue de ceux qui construisent les messages, ce problème peut être plus important, en supposant que nous voulons être compris, si possible, et non pas seulement reconnus comme intelligents. Compte tenu de cette difficulté inhérente aux messages communiqués par écrit ou d'autres systèmes de symboles, il se peut que des messages avec une seule couche de symbolisme pourrait être plus faciles à comprendre. Les humains utilisent souvent des symboles pour exprimer des idées qui ne peuvent être articulées verbalement ou mathématiquement. En archéologie, la preuve de l'activité symbolique, le travail artistique en particulier, sont généralement plus liés à des activités religieuses ou spirituelles qu'à des questions générales à propos de la pensée du passé et les intelligences.

Nous pouvons apprendre beaucoup du fait du comportement du symbolisme, comme on l'a déjà fait, et aussi de sa nature et ses caractéristiques, même sans être en mesure de déchiffrer ce qui est exprimé. Et tandis que des idées concernant des questions esthétiques, morales, religieuses, et poétiques semblent être celles où les cultures humaines varient le plus, en fait, il y a souvent une communauté importante (d'idées). Je sais que cela semble contre-intuitif pour la plupart d'entre nous, surtout pour des gens comme moi, qui ne semblent pouvoir jamais atteindre le niveau de la poésie, ou aux personnes qui pensent à la religion en termes de querelles sur les doctrines plutôt qu'en termes de sa connexion à l'humain au sens spirituel. Mais le point est facile à illustrer : nous ne savons pas ce que les artistes de Lascaux ou d'Altamira disaient spécifiquement, mais quand on voit leur travail, nous «sentons» quelque chose, souvent décrit comme l'esprit humain universel partagé tout au long des millénaires. Mais il est tout aussi concevable que ce soit l'esprit d'êtres intelligents raisonnés, un esprit, peut-être, partageable sur encore plus de périodes de temps et d'espace. Je m'empresse d'ajouter que je ne suis pas troublé sentimentalement par la connaissance, comme c'est commun dans le discours populaire. Je veux dire quelque chose de plus, comme les suivantes : la création de messages tels que des ETI pourraient les reconnaître par notre utilisation de symboles et donc notre intelligence, devrait être possible. La transmission de connaissances avec objectifs spécifiés à travers la langue écrite vaut certainement la peine d'être essayée, mais si notre expérience dans le décryptage de manuscrits antiques est une indication, cela ne sera pas facile d'être un homme intelligent là-bas pour passer à travers les deux couches de symbolisme du contenu du message. Communiquer comme les artistes symbolistes de Lascaux l'ont fait, avec une seule couche de symboles, ne sera pas obtenu à travers un corps concret de données spécifiques, mais cela pourrait transmettre des renseignements utiles à propos de nous, peut-être plus qu'un riche langage fondant un message qui ne peut pas être lu. Les anthropologues et les archéologues sont en grande partie d'accord sur le fait que la religion est un universel humain.

Ainsi, il y a un argument possible pour désigner la religion comme un sujet de communication interstellaire. Sur des parties de la planète où les exposants du monde universitaire contemporain vivent, la religion est considérée comme une aberration rare, ou peut-être comme une étape précoce de l'évolution. Mais sur la Terre dans son ensemble, ce n'est pas vrai; ce serait en effet une erreur de grandes proportions de le penser. Les personnes religieuses ne sont pas rares, même dans les rangs des scientifiques sophistiqués. Comme tous les autres aspects de la culture, la religion vient en plusieurs saveurs; mais cette variété ne signifie pas qu'il n'y a pas de base commune pour les religions ou qu'il n'y a pas de référent extérieur à l'auto-suggestion humaine. Ces conclusions ne suivent pas plus logiquement que ce qui est fait quand la même idée est appliquée à un autre domaine de la culture humaine, comme la nourriture. Le fait que les humains mangent souvent de radicalement différentes choses ne contredit pas le fait que manger est universel, et encore moins l'existence de sources alimentaires en dehors de nos corps.

Dans son introduction divertissante à l'astrobiologie, Partage l'Univers: Perspectives sur la vie extraterrestre, (Sharing the Universe: Perspectives on Extraterrestrial Life,) Seth Shostak soulève le point important de savoir si ou non les aliens ont une religion dépend de ce que la religion est : s'il s'agit d'un outil de survie utile, il aura probablement évolué sur d'autres mondes; mais si, comme la musique, c'est surtout un contingent de sous-produits d'autres capacités évoluées, ça peut être unique à l'homme et non une caractéristique universelle de la vie intelligente. Shostak ajoute alors: " Bien sûr, s'ils le sont (religieux), il y a peu de chances que les spécificités de la foi ET imitent la nôtre, pas plus que son apparence ressemblera à la nôtre." Je suis enclin à penser le contraire (y compris sur la musique). Si la religion est essentiellement un mécanisme de survie pour l'homme, ce serait une fonctionnalité très dépendante de la psychologie humaine, et donc son évolution ailleurs semble peu plausible. La religion est susceptible d'être répandue dans tout l'univers que si elle se réfère à une réalité au-delà des particularités du cerveau d'Homo sapiens. Et si c'est le cas, alors il peut bien y avoir des caractéristiques communes où qu'ils se trouvent. Si la religion et la spiritualité vraiment se réfèrent à quelque chose en dehors de notre cerveau, un Dieu créateur, par exemple, alors il pourrait bien exister le cas qu'un ETI aurait une sorte de spiritualité ou de religion, et qu'elle pourrait même être reconnaissable en tant que telle. J'ai défini la religion par ailleurs comme la réponse culturelle humaine au surnaturel, réel ou perçu.

La mienne n'est qu'une seule des centaines de définitions offertes, mais il est utile de rappeler que la religion est vraiment un phénomène humain - une caractéristique des cultures humaines - et elle varie autant que nos cultures. Mais ma définition ne réduit pas la religion à rien, mais une bonne culture dès le début; elle laisse ouverte la possibilité que la religion se réfère à des aspects importants de la réalité qui ne sont pas aussi facilement reconnus par d'autres formes culturelles de connaissances. Peut-être que ce que nous devrions chercher est un endroit où la nature humaine croise une réalité plus profonde (et donc ne représenterait pas la nature humaine seule). S'il y a un Dieu créateur, alors cet être pourrait constituer un lien entre nous et l'ETI, via nos religions respectives, malgré la probabilité de vastes différences entre nous à bien des égards. De même, si il y a des significations réelles et des objectifs à l'univers - l'amour, la quête, le but, ou quel que soit, voilà, ce sont aussi des connexions possibles. Comme la religion, tous les exemples auxquels je peux penser sont contestés. Je crois que la musique ou les mathématiques pouvaient réussir s'il y a une réalité fondamentale, par exemple, de l'harmonie, comme pourrait l'être les mathématiques si, comme George Ellis et d'autres chercheurs le suggèrent, les maths existent objectivement, pas seulement dans le cerveau humain, et si on le découvre plutôt qu'on l'invente. La nature de ces caractéristiques de la réalité semble contester un point sur l'existence de Dieu; et s'il arrive que la musique ou les mathématiques soient une invention arbitraire de l'esprit humain, alors ça ne peut pas servir de connexion avec des êtres extraterrestres.

Conclusions et prochaines étapes

Pour revenir à une question cruciale, comment, précisément, nous reconnaissons une intention intelligente et un but ? Rappelons que les archéologues trouvent régulièrement des objets avec des fonctions inconnues, mais ces chercheurs n'ont pas de problème en convenant que les articles sont le produit de l'activité humaine. Dans ce cas, la déduction n'est clairement pas de connaître la fonction mais de connaître la démonstration de l'action humaine. Assez souvent, nous nous disputons sans cesse sur les fonctions d'un objet, jamais la question n'a été sur le produit de l'activité humaine. Il doit y avoir une autre caractéristique de ces outils, qui nous dit que ce morceau de pierre est une roche naturellement fracturée et que l'autre est un outil. Avons-nous besoin de l'analogie ethnographique pour prendre cette décision ? Est-ce que notre conclusion repose sur ce que nous savons à propos de l'homme, y compris un aperçu implicite obtenu par le chercheur, étant en fait l'une de ces créatures - ou est-elle basée sur une reconnaissance plus profonde de l'intelligence ou de l'objet ou de l'organisme ? Comme pour la question du elfe-shot, je pense que c'est souvent la dernière probabilité.

Dans son livre fascinant intitulé Pourquoi devrait-on croire en Dieu ? (Why Would Anyone Believe in God?), Justin Barrett passe en revue la littérature sur ce que les psychologues cognitifs aiment à appeler le dispositif de détection de l'organisme humain. Les élèves de la cognition nous donnent des raisons de croire que les humains sont sensibles à des choses qui ont une source personnelle. Être à l'affût de l'indice, pour ainsi dire, est souvent un processus inconscient, ce qui peut expliquer notre difficulté à clarifier exactement pourquoi nous pensons que quelque chose est un indice. Au cours de ma formation en archéologie, on m'a souvent dit, en effet, «juste travailler avec les matériaux et vous finirez par voir." Et même si j'aurais préféré une clé d'identification simple, cela s'est avéré être un bon conseil. Il est tout à fait raisonnable - du point de vue de la sélection naturelle et du bon sens - que nos esprits seraient à même de travailler de cette façon.

Lire la suite

OVNIs : ODH Docs Saison 2 - 2014

OVNIs : ODH Docs Saison 2 - 2014 - MAJ

odhtv.jpg

 

ODH Docs Saison 2 - 2014 vous est présentée et est réalisée par Gilles Thomas.

Il s'agit de reportages courts permettant de revenir sur les observations historiques d'OVNIs dans les régions visitées, avec quelques reconstitutions graphiques et de visiter. en même temps, beaucoup de lieux d'observations et d'admirer souvent le beau paysage français au passage. Beaucoup de cas peu connus du public néophyte actuel bien sûr puisqu'on remonte jusqu'aux années 50 pour certaines observations. Les quelques cas de Rencontres Rapprochées de différents types sont mentionnés. Très bien réalisé et intéressant.

Tour de France des Ovni 2014 :

#01. Ovni dans les Hautes-Pyrénées avec la participation de Jacques Mirtain, ufologue depuis 50 ans qui nous parle de quelques cas locaux très intéressants.


#02. Ovni dans les Hautes-Pyrénées - suite


#03. Ovni dans les Landes


#04. OVNI en Gironde


#05. Ovni en Charente-maritime


#06. Ovni en Charente


Les émissions sont relayées ou en collaboration avec :

http://www.sciences-fictions-histoire...
http://area51blog.wordpress.com/
http://ufoetscience.wordpress.com/
http://investigationsoanisetoceanogra...
http://ovnis-direct.com/

http://odhtv-archives.kazeo.com/

https://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/219484154730894

Les autres saisons

Nous CONTACTER ou pour Témoigner:
equipeodhtv@hotmail.com

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 01, 05, 09-07, 15-08-2014

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens