mystère

Ecritures énigmatiques : Le Disque de Vladikavkaz

Ecritures énigmatiques 2 : Le Disque de Vladikavkaz - MAJ 04-2015

disquevladikavkaz.jpg

Ecritures énigmatiques 1http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques.html

Un habitant de la ville de Vladikavkaz fait une surprenante découverte en 1992, alors qu'il nettoyait sa cave. Au milieu des nombreux décombres qui sont au fond de sa cave se trouve un morceau d'argile marron. Cassé et incomplet, il faisait probablement partie d'un plus gros ensemble en forme de disque. Entier, il aurait mesuré un peu plus de dix centimètres et son épaisseur au centre était d'environ un centimètre pour diminuer et atteindre cinq millimètres au bord.

L'apparence et la patine en font un objet à priori ancien. Fait d'argile pure, de couleur marron claire, la marque d'une planche était encore visible au revers. La forme discoïdale est attestée par la courbe du bord du fragment, ce qui permet de restituer un diamètre de 10cm. L'épaisseur de l'objet est de 1.1cm en son centre, mais se réduit à l'approche du bord où il ne mesure plus que 0.5cm. Le fragment subsistant mesure 5 cm du bord au centre1. Sur une des faces se trouve une série de dessins, formes de hiéroglyphes gravés sur ce qui devait être des cercles concentriques. Sur l'endroit du disque ont été tracés trois cercles concentriques qui divisent la surface du disque en quatre champs. les champs sont recoupés par des lignes verticales et ainsi divisés en secteurs dans lesquels ont été tracés trois à cinq signes. On suppose qu'il s'agit d'une écriture hiéroglyphique et que les secteurs correspondent à des mots.

Après avoir raconté son histoire, la personne qui l'a découverte a préféré rester anonyme et l'a laissé au musée de la ville. Plusieurs personnes se sont assez rapidement intéressées à l'objet pour tenter de comprendre l'origine de l'objet. Tout d'abord, le fait étrange est que l'écriture semble inconnue. Mais certains chercheurs y voient des similitudes avec le célèbre disque de Phaistos (dont je parle ici), découvert en Grèce.

schemvlad.gif
Et même si les deux disques présentent des similitudes, il y a aussi des différences : il est possible que d'autres mots aient été utilisés, les deux textes étant différents... Curieusement, le fragment disparaît mystérieusement du musée de la République d'Ossétie du Nord de Vladikavka en 2001 (comme d'ailleurs beaucoup d'artéfacts uniques de part le monde...), avant d'avoir pu être assez étudié, ce qui conforte évidemment aussitôt les sceptiques sur leurs soupçons éternels de faux.

Contrairement au disque de Phaistos qui fut gravé sur les deux faces et à l'aide de poinçon, le disque de Vladikavkaz a été gravé à la main et sur une seule face. Mais pour la chercheuse Efi Polighianaki il ne fait aucun doute qu'un même système graphique a été utilisé pour les deux disques1.

On sait que la maison où à été trouvé ce fragment de disque est assez ancienne, du 19ème siècle, et qu'il n'est pas impossible qu'un collectionneur d'antiquités y ait habité. Les similitudes entre les caractères gravés dessus et ceux du disque "grec" confirmaient que cet objet était authentique, mais sa disparition et le manque de progrès en ce qui concerne cette langue ancienne ont pour l'instant bloqué les pistes possibles...

Notez au passage que, contrairement à ce qu'affirment certains "détenteurs" de la vérité officielle, il existe bel et bien de part le monde des traces physiques d'une et même de plusieurs civilisations très anciennes, totalement inconnues de nous. Et que, tant que la lumière n'aura pas été faite sur ces artéfacts et objets n'appartenant à aucune culture connue, les théories concernant (peu importe leurs noms en fait) une hypothétique Atlantide, Ile ou continent Mu ou autre Hyperborée restent valables : ces artefacts ou écritures inconnues peuvent leur appartenir...

1 : a et b V.A. Kouznetsov, Une énigme archéologique du Caucase septentrionnale, in L'Archéologue n°52, p.26.

MAJ 04-2015 : Le disque de Phaistos décrypté ?http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques.html

" « On a dérobé à Vladikavkaz un disque semblable au disque de Phaistos »

La Pravda des Komsomols - 22 septembre 2006 http://www.ossetia.ru/events/festsky-disk

À Saint-Pétersbourg continue l’enquête sur une fameuse affaire criminelle : le vol de 221 objets d’art perpétré au musée de l’Ermitage. Dans notre numéro du 10 août 2006, nous évoquions les nombreux cas récents de pillage, par des archéologues « sauvages », de tombeaux anciens sur le territoire de l’Ossétie du Nord. Pour poursuivre ce thème, nous vous parlerons aujourd’hui d’une découverte avortée de dimension internationale, mise à mal par des trafiquants avides d’objets archéologiques ayant établi à Vladikavkaz leur quartier d’affaires.

La trouvaille du siècle venait de la maison Boulgakov

En 1908, l’archéologue anglais Artur Evans travaillait en Crète, raconte Vladimir Kouznetsov, docteur en histoire, professeur, Chevalier des sciences d’Ossétie du Nord et de Russie, collaborateur en chef de l’Institut des recherches humaines et sociales d’Ossétie du Nord (le SOIGSI). Il mettait au jour un grand palais de la civilisation minoenne (fin du IIIe et début du IIe millénaire avant J.-C.) quand, lors des fouilles apparut un disque d’un diamètre de 16 centimètres recouvert sur ses deux faces d’une écriture mystérieuse, de signes cunéiformes incompréhensibles. Le disque de Phaïstos (DP) fit sensation dans le landerneau scientifique ; il était manifeste que personne ne soupçonnait l’existence d’une écriture si ancienne. En Mésopotamie, on connaissait un système de signes encore antérieur, mais que bien plus à l’ouest, au centre de la Méditerranée, apparaisse une civilisation possédant l’écriture, c’était une découverte étonnante. Le DP entra dans tous les manuels d’archéologie et d’histoire, aussitôt connu, et il resta unique jusqu’en 1998. J’arrivais à Vladikavkaz venant de Minéralniyé Vody. Mon maître et collègue Vitaliy Tménov, lui aussi docteur en histoire, me montre ici au SOIGSI un tesson de céramique. En une argile grise étaient gravés certains signes disposés en rond. Je demande : d’où cela vient-il ? Le fragment avait été apporté par un employé du Musée d’histoire, d’architecture et de littérature (le SOGOMIAL), Elbrouz Tcherdjiev. Il avait porté le morceau pour expertise en demandant ce que c’était. Je dis à Tménov : « Le disque ressemble à celui de Phaïstos, il faut s’en occuper. » Vitaliy s’étonne : « Comment donc un tesson a-t-il pu venir de Crète jusqu’à Vladikavkaz ? » Et il me raconta alors l’histoire de l’invention du disque de Vladikavkaz (DV).

Tcherdjiev dit que c’est un garçon qui avait pris le tesson au milieu de détritus, dans la vieille maison de Michel Athanasiévitch Boulgakov, avant de l’apporter au musée. Je commençais à étudier le DV, en le photographiant, en envoyant un courrier en Grèce à mon ami Aris Poulianos (nous avions préparé ensemble notre thèse à Moscou). Au bout de six mois je reçus un paquet consistant. C’était la revue Anthropos (L’Homme), regroupant divers articles scientifiques parmi lesquels se trouvait publiée une contribution d’Efi Polygiannaki, spécialiste des écritures créto-mycéniennes : son titre était « Fragment d’une lettre venue de Mer Noire ». Efi y écrivait : « La découverte faite dans le Caucase est indubitablement authentique. L’inscription, même si elle n’appartient pas à la Crète, se rattache bien au bassin de la mer Égée, où cette “écriture a connu un développement naturel et une large expansion. La datation qu’on peut en faire nous ramène aux XVIIIe ou XVIIe siècles avant J.-C. Le fragment de céramique décrit, trouvé dans le Caucase d’après le témoignage de V. Kouznetsov, est identique de par ses principales caractéristiques au fameux disque d’argile de Phaïstos en Crète. Il importe beaucoup de remarquer que dans les inscriptions des deux disques a été utilisée le même système hiéroglyphique. Les deux lettres ont un contenu différent mais leur langue est indubitablement la même. L’âge du fragment de céramique peut être calculé d’après les méthodes archéométriques. »

La mystérieuse disparition du DV

– J’ai pris sur moi d’envoyer l’article suivant sur le DV à Paris, continue Vladimir Alexandrovitch Kouznetsov, où le publia la revue de la diaspora ossète D’Ossétie et d’alentour. J’ai correspondu avec le chercheur français Philippe Plagnol. Le document relatif au disque semblable au DP a aussi paru dans la revue de Rostov Archéologie du Don. Les coups de fil pleuvaient du Canada, de France, de diverses villes de Russie. Le monde scientifique s’intéressait à notre DV. Il devint manifeste que les archéologues prenaient conscience de l’importance de l’événement : un seul DP était connu jusqu’alors, et l’on venait de trouver un disque semblable ! Mais les chercheurs ne savaient pas encore qu’en 2001 le DV avait disparu sans laisser de traces. Quand j’eus besoin de revoir notre fragment de disque, je revins au Musée. Tménov avait dit à Tcherdjiev que ce morceau d’argile valait plus que de l’or, que c’était l’objet le plus précieux exposé par le SOGOMIAL. Le collaborateur du Musée était introuvable, de même que l’objet lui-même ! Voilà ce que j’écrivis à Plagnol en octobre 2002 : « Je suis resté longtemps sans donner de nouvelles, parce que je tentais de trouver le morceau qui vous intéresse, porteur d’une écriture hiéroglyphique et découvert à Vladikavkaz. À mon grand regret, notre fragment n’est pas entré dans les collections du Musée et a été acquis par des particuliers, après quoi ses traces se perdent. Je me suis adressé à plusieurs reprises au SOGOMIAL mais son directeur Héléna Gaboïéva affirme que le tesson n’a jamais été exposé par le Musée. J’ai même eu de la chance de le tenir dans mes mains, de le décrire et de le photographier. Il aurait autrement disparu pour la science. Le propriétaire du disque ne connaissait pas sa valeur scientifique et maintenant qu’il la connaît, le DV est à coup sûr devenu pour lui un objet de profit, vendu depuis longtemps en quelque vente aux enchères, en Europe ou en Amérique. » J’exigeai que l’on mène une enquête administrative sur la disparition du DV. Le formulaire la motivant resta sur la table du directeur du Musée, Héléna Gaboïéva, qui n’essaya pas même d’y répondre. Auparavant, elle éludait du moins la question : « Le disque n’a pas été inventorié. » Je compris qu’il était inutile d’importuner les employés du Musée. Cette même année 2002, se produisit un rebondissement non sans intérêt. Je marchais dans un couloir du SOIGSI quand je rencontrai un certain Nazim Guidjrati (sous-directeur de l’Institut d’histoire et d’archéologie de l’Université d’État d’Ossétie du Nord) qui me dit : « Vladimir Alexandrovitch, vous faites tout un esclandre au sujet de ce malheureux morceau de disque. Pourquoi tout ce bruit ? Le fait est que c’est moi qui l’ai modelé (Guidjrati vivait alors à Bakou). Je me suis retrouvé face à la mer Caspienne et m’est venue cette idée fantaisiste. » Comment cela ? Guidjrati aurait donc dû connaître l’alphabet créto-mycénien, que personne sur terre ne comprend. Mettons qu’il ait vu le DP et qu’il ait transposé les signes sur son disque, en les copiant. Polygiannaki écrit néanmoins que le DV possède des signes qui n’apparaissent pas sur le DP. J’ai de plus tenu le DV dans les mains, et il m’a donné une impression d’antiquité : les bords patinés ne se rencontrent que dans une céramique qui est longtemps restée enterrée. Pourquoi alors Nazim aurait-il menti ? Peut-être quelqu’un lui a-t-il ordonné : « Va parler à Kouznetsov, qu’il se taise enfin. » Personne n’a recherché le DV après sa disparition. Pourquoi donc ? J’ai compris qu’à Vladikavkaz existe une mafia exerçant dans le domaine archéologique et fournissant un marché international. Notre morceau vendu à Londres dans une vente aux enchères d’objets antiques pouvait tout à fait atteindre un million de dollars ! En Amérique se trouvent aussi de riches musées. Tant d’argent pour un bout d’argile ! Apparemment, il avait servi à construire une villa. Je ne peux pas le prouver, mais mes déductions n’ont-elles pas été confirmées quand Tménov eut peu après un accident de voiture, où mourut le dernier témoin honnête de cette histoire ? Bien que des articles et des photographies du DV aient été publiés en Grèce, en France et en Russie, tout s’arrêta net.

Mystique pas morte

On a depuis longtemps remarqué que les productions humaines les plus précieuses et anciennes ont un attrait mystérieux et n’apportent à leurs propriétaires que des avanies. Le comte Orlov acheta à Amsterdam lors d’un vente un collier de diamants pour 400 000 roubles-or, somme alors fantastique. Le favori offrit la parure hors de prix à l’impératrice Catherine II et tomba aussitôt en disgrâce, étant même expulsé de Saint-Pétersbourg. Tous ceux qui ont eu entre les mains le DV semblable à celui de Phaïstos en ont payé cher le prix. Elbrouz Tcherdjiev, qui avait présenté l’innocent tesson pour expertise, disparut sans laisser de traces. Il est vraisemblable que l’homme-clef de toute cette histoire énigmatique est enterré quelque part depuis longtemps. Vitaliy Tménov, ce chercheur dont le bureau conserva longtemps le fragment unique, est mort incarcéré dans son automobile. Vladimir Kouznetsov enfin, avec qui le correspondant de La Pravda des Komsomols s’était entretenu le 11 septembre 2006, a eu quelques jours après sa consultation une attaque et depuis lors la main droite de l’archéologue pend inerte… Malgré la disparition clairement criminelle du DV et sa perte manifeste pour la science, son histoire me semble fort instructive. Elle illustre en quelque sorte une loi qu’il nous est utile d’observer : il vaut mieux ne pas avoir affaire à un trésor légendaire mais le contempler à travers la vitrine d’un musée – et prière de ne pas toucher ! "...

Authentique ou pas, ce simple fragment disparu semble avoir causé bien des troubles et morts...

Yves Herbo 04-2012, MAJ 04-2015

Ecritures énigmatiques 1-Mycène

Ecritures énigmatiques - 1 Mycène - Minos - MAJ 04-2015

disque-de-phaistos-minoen.jpg

disque de Phaistos

Plusieurs civilisations disparues ont inventé ou utilisé des systèmes d'écritures que nous n'avons pas encore su déchiffrer à ce jour. Les diverses traductions du célèbre disque de Phaistos sont aujourd'hui encore très insatisfaisantes et l'énigme de cette civilisation minoenne pas résolue. Egalement inexplicables encore à ce jour, les 160 signes "Rongorongo" des habitants de l'ïle de Pâques : ils sont pratiquement identiques aux caractères de la civilisation d'Harappa au Pakistan, vieille de plus de 5.000 ans. Des centaines de pierres avec d'étranges gravures ont été trouvées en Amériques, certaines inscriptions seraient des runes vikings. Elles n'ont jamais été traduites. Les tables de pierre d'Oaxaca au Mexique comportent des inscriptions assimilées à du chinois ancien et de l'hébreux. De nombreuses pierres noires en provenance de Colombie - où des artéfacts très étranges ont été trouvés, comportent des signes totalement inconnus. On retrouve les mêmes signes, assimilés aux premiers druides et constructeurs de mégalithes aussi bien en Bretagne, France, que dans toute la méditerranée, qu'à l'autre bout du monde, dans les îles du pacifique et jusqu'aux abords de l'Australie, avec les mêmes types de mégalithes, pierres levées et indications de sources d'eau, de failles telluriques, de sites magnétiques...

Le disque de Phaistos ou disque de Phaestos est un disque d'argile cuite découvert en 1908 par l'archéologue italien Luigi Pernier sur le site archéologique du palais minoen de Phaistos, en Crète. Il pourrait dater du milieu ou de la fin de l'âge du bronze minoen (iie millénaire AV JC). son diamètre est d'environ seize centimètres et il est couvert, sur ses deux faces, de hiéroglyphes imprimés à l'aide de poinçons. En tout, ce sont 241 signes, dont 45 différents qui recouvrent le disque, en formant une spirale partant de l'extérieur vers le centre de l'objet. Son usage, sa signification et même son lieu de fabrication font l'objet d'âpres discussions.

phaistosdisklarge.jpg

De nombreuses théories entourent ce disque, quant à sa provenance, son utilisation ou sa signification. Alors qu'il n'est pas encore certain qu'il s'agisse d'un texte, la plupart des chercheurs penchent pour cette hypothèse, certains d'entre eux ayant proposé des déchiffrements ou des traductions. Mais l'absence d'objet similaires permettant de confronter leurs théories ne permet pas à ce jour de valider ces hypothèses.

Le disque original est exposé au musée archéologique d'Héraklion.

Le disque de Phaistos mesure 16 cm de diamètre et 1,2 cm d'épaisseur. Il a été daté par la connaissance de la date de destruction du site où il a été retrouvé. Ceci est très important car, comme énormément d'artéfacts découverts, c'est l'étude du carbone et des traces laissées lors de la destruction du site (incendie, inondations, volcanisme, etc) qui permet de "dater" un objet. Vous conviendrez qu'un objet peut donc être âgé en réalité de plusieurs milliers d'années avant la destruction de l'endroit où il se trouve (et qu'il ne vient d'ailleurs pas obligatoirement de l'endroit où il a été trouvé en final). Nous savons que même les anciens ont eux-même créé parfois des musées ou des Temples dans lesquels reposaient leurs propres découvertes d'objets anciens pour leur époque... Ces méthodes de datation ont évidemment leurs limites-notamment liées au magnétisme, carbone 14 : si par exemple le musée du Louvres était aujourd'hui ravagé par les flammes (ce qui n'est pas à souhaiter évidemment !), les datations entreprises après prouveraient donc que les artéfacts egyptiens antiques dateraient des années 2000 après JC : le feu élimine toute traces (et démagnétise aussi pour remagnétiser au refroidissement) précédentes... 

Les deux faces du disque portent 241 signes, impressions de 45 signes différents, arrangés en 61 séquences de deux à sept signes. On ne note que deux séquences identiques, probablement le nom d'un personnage, d'un lieu ou d'une titulature.

778px-phaistos-secteur-nord-est-1908.png 800px-phaistos-secteur-nord-est-apres-fouiles-1908.png

Le disque de Phaistos a été trouvé dans la chambre 8  droite, l'endroit précis est représenté par un astérisque.

En 1900-1901Luigi Pernier ouvre le premier des sondages dans cette partie du site, pendant lesquels il découvre des restes hellénistiques. En 1903, il pratique un autre sondage et met au jour des restes plus anciens dont la plupart remontent au minoen moyen. Les constructions situées dans cette zone sont nettement coupées du reste des constructions palatiales et Pernier les relègue au rang de dépendances, c'est pourquoi leur fouille systématique n'intervient pas tant le complexe palatial n'est pas entièrement exploré. Cependant, un beau pavement en stuc, un pilier quadrangulaire et une colonne sont des indices signifiant de manière certaine que ces bâtiments devaient avoir quelconque importance. On note aussi des dalles d'argile, disposées à peu de distance les unes des autres et qui affleurent du sol. C'est là que Pernier fait un nouveau sondage en 1908. Ces dalles d'argile sont en réalité des parois permettant de séparer cinq petits compartiments alignés d'ouest en est et enchâssés au sein d'une double rangée de murs fermées par des blocs de calcaire équarris disposés de manière irrégulière. Ces compartiments pratiquement vides ne permettent pas à Pernier de déterminer leur finalité. Mais à l'est du cinquième compartiment, un autre local, appelé chambre 8 et mesurant 1,15 m sur 3,40 m, mieux conservé doit permettre d'expliquer la finalité de l'ensemble.

diskos-von-phaistos-detail-1-11-aug-2004-asb-pict3372.jpg diskos-von-phaistos-detail-2-11-aug-2004-asb-pict3373.jpg diskos-von-phaistos-detail-3-11-aug-2004-asb-pict3374.jpg 120px-diskos-von-phaistos-detail-4-11-aug-2004-asb-pict3375.jpg

Le 3 août 1908, dans l'angle nord-ouest du petit compartiment, à environ cinquante centimètres au dessus du fond rocheux, parmi des restes de terre noire mêlée à de la cendre, des charbons et des tessons, les archéologues découvrent le disque de Phaistos. Et à quelques centimètres plus au sud-est, pratiquement à la même profondeur on trouve une tablette en linéaire A.

Le disque de Phaistos est retrouvé posé sur le sol, en position oblique, incliné vers le nord, la face supérieure étant celle qui en son centre présente une rosette. La couche de terre dans laquelle repose le disque, remplit trous et aspérités du fond rocheux, mais ne semble pas former un sol car la terre n'est ni battue ni compacte et contient tant au même niveau que le disque que dans les couches inférieures, des tessons appartenant à la même époque.

L'authenticité de cet objet est régulièrement mise en cause. Toutefois la plupart des spécialistes, se fondant sur les rapports de fouilles de Luigi Pernier, considèrent ce document comme authentique. Cette hypothèse a été renforcée par la découverte en 1934, par Spyridon Marinatos de la hache d'Arkalochori, qui comporte des gravures de signes qui ne sont pas identiques à ceux du disque mais très similaires.

La plupart des archéologues qui ne remettent pas en cause l'antiquité du disque estiment qu'il ne s'agit probablement pas d'une œuvre unique. Ils pensent que d'autres réalisations avec ces symboles ont existé ; en effet, les caractères ne sont pas dessinés mais ont été imprimés à l'aide de tampons, ce qui n'est pas un moyen économique de produire un seul disque.

Deux objets ont particulièrement attiré l'attention des chercheurs par leur ressemblance avec le disque :

  • La hache d'Arkalochori est une hache votive sur laquelle quinze symboles ont été gravés qui font penser à ceux que l'on retrouve sur le disque. Le signe qui présente une tête vue de profil (unicode 5.1) a été associé au signe 2 du disque et le signe du tronc avec rameau (unicode 5.1), au signe 22. Il s'avère que les signes qui y sont gravés ne présentent qu'une ressemblance superficielle avec ceux du disque ; de plus, il est aujourd'hui communément admis qu'ils ne s'agit que de symboles décoratifs et non d'une écriture. Godart n'hésite pas à parler d'une œuvre effectuée par un minoen analphabète qui n'aurait fait qu'essayer de copier des caractères en linéaire A sans pouvoir donner une signification réelle à l'ensemble.

stephani-disquephaistos.jpg

Disque de Phaistos par Stefani

La hache d'Arkalochori est une double-hache votive minoenne du IIe millénaire av. J.-C.. Elle fut découverte par Spyridon Marinatos en 1934 dans la grotte d'Arkalochori qui servait de lieu de culte pendant la période minoenne.

Cette hache porte une inscription composée de quinze symboles. Ces symboles que l'on a pensé être du linéaire A ont également souvent été rapprochés du Disque de Phaistos dont la ressemblance des symboles est étonnante. Mais certains chercheurs comme Glanville Price ou Louis Godart estiment désormais que ces symboles ne sont qu'une pseudo-inscription, c'est-à-dire une simple imitation de caractères en linéaire A juxtaposés les uns à côté des autres sans souci de signification particulière.

Cette hache est selon toute vraisemblance un objet minoen, fabriqué en Crète. Des haches similaires sont souvent représentées dans les peintures minoennes et mycéniennes. Par exemple, sur les fresques du sarcophage d'Aghia Triada, des double-haches votives sont enchâssés sur des hastes en bois.

sarcophage-d-hagia-triada-xveme-siecle-av-j-c.gif sarcophage-haghia-triada-gazette-beaux-arts.jpg

L'inscription est composée de quinze signes, dont dix différents disposés sur trois colonnes. L'auteur de l'inscription a manifestement écrit son texte de haut en bas. L'inscription débuterait en haut à gauche pour finir en bas à droite. Trois des signes de la colonne 1 (la tête vue de profil, la tête vue de face et le signe composé de trois points disposés verticalement) se retrouvent dans la colonne 2. Ils sont sensiblement dessinés de manière identique, même si la figure humaine vue de face a la bouche dessinée dans la colonne 2 alors qu'elle ne l'a pas dans la colonne 1 (YH : en ce qui concerne cette toute petite différence, il pourrait s'agir juste d'une accentuation). Quant au signe fait de trois points verticaux, il est surmonté de deux traits horizontaux dans la colonne 2, et d'un seul trait dans la première colonne. Le second signe de la colonne 1 et le dernier signe de la colonne 3 sont également identiques, si ce n'est qu'il ne sont pas orientés dans la même direction.

Certains signes attestés sur la hache se retrouvent dans le linéaire A ou B. Cependant, on ne peut dire que les signes de la hache soient suffisamment significatifs pour les associer définitivement à l'une ou l'autre écriture, car des signes comme le tronc avec rameau, la branche de palmier, l'arbre ou la lance peuvent être attestés dans de nombreuses écritures dans le monde. À l'inverse, les deux figures humaines ne se retrouvent dans aucune écriture minoenne. Louis Godart n'hésite pas à parler d'une œuvre effectuée par un minoen analphabète qui n'aurait fait qu'essayer de copier des caractères en linéaire A sans pouvoir donner une signification réelle à l'ensemble.

  • Le disque de Vladikavkaz est un disque gravé de signes très proches de ceux de Phaistos, mais gravés à la main, aurait été découvert en 2002 en Ossétie et a été décrit dans un article. Fait d'argile pure, de couleur marron claire, la marque d'une planche était encore visible au revers. Sur l'endroit du disque ont été tracés trois cercles concentriques qui divisent la surface du disque en quatre champs. les champs sont recoupés par des lignes verticales et ainsi divisés en secteurs dans lesquels ont été tracés trois à cinq signes. On suppose qu'il s'agit d'une écriture hiéroglyphique et que les secteurs correspondent à des mots. Contrairement au disque de Phaistos qui fut gravé sur les deux faces et à l'aide de poinçon, le disque de Vladikavkaz a été gravé à la main et sur une seule face. Mais pour la chercheuse Efi Polighianaki il ne fait aucun doute qu'un même système graphique a été utilisé pour les deux disques. D'ailleurs on trouve des signes identiques à ceux du disque de Phaistos. Il contient également des symboles différents ce qui pourrait compléter les 45 symboles déjà connus sur le disque de Phaistos. Néanmoins, la disparition de l'objet, qui suivit de peu la publication de l'article, soulève de sérieux doutes sur son authenticité. Il est généralement admis, et ce jusqu'à son éventuelle réapparition, que l'on ne peut le considérer comme une preuve de la non-unicité du disque. 

Le disque de Vladikavkaz est un disque en argile découvert en 1992 dans la ville de Vladikavkaz en Ossétie-du-Nord-Alanie, et sur lequel était gravé des symboles, peut être issus d'une langue ancienne ou inconnue.

Le disque fut découvert en 1992, dans la cave d'une maison de Vladikavkaz. Il s'agit en fait d'un fragment de disque, qui fut porté au musée de la république d'Ossétie du Nord par son découvreur anonyme. Fait d'argile pure, de couleur marron claire, la marque d'une planche était encore visible au revers. La forme discoïdale est attestée par la courbe du bord du fragment, ce qui permet de restituer un diamètre de 10cm. L'épaisseur de l'objet est de 1.1cm en son centre, mais se réduit à l'approche du bord où il ne mesure plus que 0.5cm. Le fragment subsistant mesure 5 cm du bord au centre.

Sur l'endroit du disque ont été tracés trois cercles concentriques qui divisent la surface du disque en quatre champs. les champs sont recoupés par des lignes verticales et ainsi divisés en secteurs dans lesquels ont été tracés trois à cinq signes. On suppose qu'il s'agit d'une écriture hiéroglyphique et que les secteurs correspondent à des mots.

Le disque de Vladikavkaz est souvent comparé au disque de Phaistos, lui même divisé en quatre champs concentriques, recoupés par des traits verticaux, avec des secteurs comportant des signes hiéroglyphiques. Contrairement au disque de Phaistos qui fut gravé sur les deux faces et à l'aide de poinçon, le disque de Vladikavkaz a été gravé à la main et sur une seule face. Mais pour la chercheuse Efi Polighianaki il ne fait aucun doute qu'un même système graphique a été utilisé pour les deux disques.

L'authenticité du disque est souvent remise en cause. D'autant que le disque a disparu en 2001 et que les études du disque ne peuvent se faire qu'à partir de photographies

Sources : 1 : a et b V.A. Kouznetsov, Une énigme archéologique du Caucase septentrionnale, in L'Archéologue n°52, p.26.

2 : https://sites.google.com/site/disquephaistos/contexte-historique/le-disque-de-vladikavkaz

3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

D'autres objets, même s'ils n'ont pas autant de points communs que les deux précédents avec le disque, ont cependant fait l'objet de rapprochements avec le disque de Phaistos :

  • la bague de Mavro spilio. Il s'agit d'un anneau en or trouvé dans une grotte près de Knossos par Arthur Evans. L'anneau porte une inscription en linéaire A de 19 signes. D'un diamètre de seulement 13 mm, la bague n'était surement pas prévue pour être portée. Comme pour le disque de Phaistos, la spirale a été tracée en premier, avant d'y graver les syllabogrammes.

220px-bague-de-mochlos.png

Les Minoens sont les précurseurs de l'écriture dans l'espace géographique de la Mer Égée. Peu avant la fondation des palais crétois vers -2000, on voit apparaitre sur les sceaux crétois des combinaisons de signes qui constituent sûrement une forme d'écriture. Cette écriture est idéographique à l'origine : elle est composée d'idéogrammes, c'est-à-dire des images de d'objets ou de concepts qui étant reconnaissables, étaient dépourvus au début de toute valeur phonétique. Plus tard l'image acquit une signification phonétique et marqua les sons présents dans le mot correspondant. (YH : autrement dit, ce simple petit dessin était très banal et connu de tout un chacun à l'époque avec son concept associé : inutile de l'écrire autrement... on pourrait pratiquement dire que nos logos ou sigles actuels, représentant des marques commerciales ou activités humaines mondiales par exemple, reconnaissables par tous dans le monde (la croix rouge, le Panda, la bouteille de Coca, le sigle des médecins, etc...) sont l'équivalent de ces premiers idéogrammes... ces simples dessins répandus dans le monde entier témoignent logiquement d'une culture mondiale existante à une lointaine période.)

Cette première écriture minoenne est appelée communément hiéroglyphique, terme emprunté aux caractères égyptiens par Evans, qui rapprocha les pictogrammes crétois aux hiéroglyphes des périodes pré-dynastique et proto-dynastique. Bien qu'il existe des similitudes entre les signes égyptiens et crétois.

Des sceaux comportant toujours des inscriptions hiéroglyphiques et datant du minoen moyen ont été retrouvés, et même quelques sceaux ont été découverts dans des bâtiments de Knossos détruits vers -1450. Des versions simplifiées des ces hiéroglyphes, adoptant une écriture linéaire ont aussi été découverts, ainsi que sur des sortes de graffiti sur les murs de Knossos et Aghia Triada, à partir de -1700. Peut-être que, comme en Égypte, une écriture plus simple fut élaborée à l'usage du papyrus et de l'encre; mais les seules inscriptions faites à l'encre connues à ce jour en Crète, on été faites sur des coupes en argile de Knossos (-1600).

Evans catalogua les hiéroglyphes en différentes catégories. Certains sont tirés du royaume animal (chat sauvage, tête de lion, chevreau, bœuf, colombe); d'autres signes représentent des parties du corps humain (yeux, mains, pieds) ou même des silhouette humaines entières. D'autres signes représentent des vases, des outils et autres objets de la vie quotidienne : charrue, lyre, couteau, scie, bateau. On rencontre aussi la double hache, le trône, la flèche et la croix. S'il ne parvient pas à déchiffrer la langue, les hiéroglyphes retrouvés aidèrent cependant Evans à dresser le portrait de la civilisation minoenne. Pour lui, les hiéroglyphes sont des indications sur une communauté mercantile, industrieuse et agricole. Il passe en revue les outils, dont certains sont selon lui d'origine égyptienne et utilisés par les maçons, les charpentiers et les décorateurs des grands palais. Un des symboles permit de découvrir que la lyre à huit cordes était arrivée au même stade de développement qu'on lui connait à la période classique, près de mille ans avant Terpandre. La récurrence du symbole du navire suggère une activité commerciale. Le lingot illustrait selon Evans, un moyen de paiement.

Certaines séries d'hiéroglyphes qui reviennent régulièrement sur les sceaux ont été attribués à des noms de dieux, ou peut-être des titres de prêtres ou de dignitaires.

vase-minoen.jpg

Vase des moissonneurs

Ce signe représente un homme en train de marcher, voire de courir. L'homme porte un pagne qui arrive au dessus du genou, parfois considéré comme attaché à une ceinture. Aartun pense voir en cet habit, le costume traditionnel des Crétois. Evans pense voir une crête sur le sommet du crâne, figurant un casque empanaché. Les représentations de "piétons" sont courantes en linéaire A: ainsi on les retrouve dans des tablettes du premier palais de Phaistos, dans les couches du XVIIIe siècle av. J.-C.. Des inscriptions analogues ont été découvertes à Aghia TriadaLa Canée et Tylissos dans des documents du XVe siècle av. J.-C.. Les individus représentés sont souvent de manière très schématique, et on ne discerne pas le type d'habillement qu'ils portent. Dans les documents où les scribes font un effort de réalisme, les tenues portées ne ressemblent pas à des pagnes mais portent de longues tuniques. Si l'on compare le marcheur du disque avec d'autres oeuvres d'art, comme le vase des moissonneurs d'Aghia Triada, on ne retrouve pas plus le pagne du disque. Sur le vase, les personnages qui suivent le coryphée, lequel est vêtu d'un ample manteau, portent une bande de tissus qui fait le tour de la taille et passe à travers les jambes. ce vêtement ressemble davantage à un slip qu'au pagne du disque. Les autres représentations connues d'hommes dans l'art minoen portent soit un slip du genre du vase des moissonneurs, soit une longue tunique comme on peut le voir sur le Sarcophage d'Aghia Triada.

La religion minoenne est une religion tournée vers la nature et le culte de la végétation. Cela se remarque particulièrement au travers de dieux et de déesses qui meurent et renaissent chaque année, et par l'utilisation de symboles tels que le taureau (ou les cornes de taureau), le serpent, les colombes.

  • le Plomb de Magliano, un disque en argile étrusque, plus tardif que le disque de Phaistos mais dont la disposition n'est pas sans rappeler le disque.

Cette pièce archéologique a été découverte en 1883, à Magliano en Toscane, dans une tombe de la seule nécropole du site de Santa Maria en Borraccia, en province de Grosseto. Il est actuellement conservé au Musée archéologique national de Florence.

800px-piombo-di-magliano.jpg

Disque de Magliano

Le Disque de Magliano a la forme circulaire irrégulière d'environ 8 cm de diamètre. Il comporte sur les deux faces une inscription d'environ 70 mots en langue étrusque en spirale de l'extérieur vers le centre (lisible, comme dans les textes étrusques de cette période, dans le sens direct). Son texte est parmi les plus longs en langue étrusque. L'interprétation du texte semble indiquer qu'il s'agit de normes et procédés rituels pour les sacrifices aux divinités TinaMarisCalu et Canthas, avec leurs dates, durées et lieux.

L'objet rappelle par sa forme celui du Disque de Phaistos. Ainsi, à ce jour, le disque de Phaistos reste un hapax (ou unicum).

Établir la datation d'un tel objet n'est pas simple. L'absence de matière organique ne permet pas la datation au carbone 14. Le disque ne contient pas en lui-même d'élément ou d'indices caractéristiques permettant sa datation par la mention d'une année, de noms ou de description d'un souverain. Deux techniques sont principalement utilisées. La première consiste à le mettre en relation avec des objets similaires datés de manière sûre ; c'est impossible, puisque cet objet est unique. La seconde se fonde sur l'âge de la strate où a été découvert l'objet. Cela est difficile, car celle-ci a été partiellement bouleversée au cours des ans. Le soir de la découverte du disque, le contremaitre du chantier présenta à Pernier un panier plein de débris de céramiques retrouvés près du disque, y compris la tablette en linéaire A. C'est à partir de ces objets, que Pernier, qui n'avait pu assister à la découverte en personne, data le disque du minoen moyen III (-1700 à -1620). Evans fait la comparaison avec ses découvertes de Phaistos. Pour lui, les débris de céramique sont semblables à celle de Knossos de la fin de la période protopalatiale, et appartiennent à la même strate que l'alabastre sur lequel est mentionné le roi Khyan des Hyksôs. Evans date alors l'objet de -1600. Parmi les études plus récentes, Yves Duhoux, en 1977, conforte la vision d'Evans ou Pernier et date le disque de -1850 à -1600 Av JC. à partir des rapports de fouilles de Pernier.

Selon les dires de Pernier, les restes de céramiques dataient en grande partie de la fin du minoen moyen, mais on comptait également une vingtaine de fragments de vases de Kamarès protopalatiale, un fragment de tasse conique d'argile rouge très fine, présentant un large bandeau peint autour de la lèvre et des bandes concentriques noires et datant sans doute de la période mycénienne. Enfin la présence de tessons hellénistiques signifie que les couches du petit compartiment ont probablement été bouleversées au cours des âges rendant difficile la datation exacte de l'objet.

Certaines méthodes comme la thermoluminescence permettraient peut être de dater avec certitude le disque mais la direction du musée d'Héraklion refuse pour l'instant toute étude à ce sujet, l'objet devant rester sous vide dans sa vitrine à cause de sa fragilité...

MAJ 04-2015 : " Les inscriptions sur le disque crétois, qui résistent à tout décryptage depuis un siècle, reproduiraient une prière destinée à la divinité principale de la civilisation minoenne."

Les inscriptions du mystérieux disque de Phaistos ont peut-être été en partie décryptées, à en croire deux linguistes grec et britannique. Cet étrange disque en argile de 16,5 cm de diamètre et de 1 cm d’épaisseur, conservé au musée d’Héraklion, en Crète, résiste en effet à tout décryptage depuis sa découverte en 1908 sous le plancher d’un palais minoen (1700 avant J.-C.), à Phaistos, dans le sud de l’île.

Lors d’une conférence donnée fin octobre 2014, Gareth Owens, chercheur en linguistique à l’Institut d’enseignement technologique (TEI) de Crète, et John Coleman, professeur de phonétique à Oxford (Royaume-Uni), ont annoncé que le disque reproduisait une prière destinée à la déesse mère, divinité principale du panthéon de la civilisation minoenne, la plus importante de l’âge du bronze du monde grec (2700-1200 avant J.-C.). Ils auraient ainsi identifié à plusieurs reprises le substantif "mère" sur les deux côtés.

Pour parvenir à ces résultats, les deux chercheurs auraient procédé par analogies en s’appuyant sur des études épigraphiques consacrées aux écritures crétoises anciennes, le linéaire A des Minoens (apparu vers 1800 avant J.-C.) et le linéaire B des Mycéniens (1375 avant J.-C.), déchiffré en 1952 par le Britannique Michael Ventris.

" En comparant des signes hiéroglyphiques crétois découverts sur des sceaux ou sur les doubles haches d’Arkalochori (IIe millénaire avant J.-C.), mis au jour en 1934, avec ceux du linéaire A, puis du linéaire B, nous sommes parvenus à “lire” I-QE-KU-RJA à trois reprises", affirme Gareth Owens. Ce qui se traduirait par "femme, ou déesse, enceinte", I-QE, pouvant selon eux signifier "mère" ou "déesse". " Nous savons que la religion minoenne comportait un culte de la déesse-mère, mais encore fallait-il le retrouver dans les textes ", ajoute-t-il.

HYPOTHÈSES. Selon Gareth Owens — qui dit avoir beaucoup étudié Jean-François Champollion (1790-1832) et Thomas Young (1773-1829) pour leur analyse des hiéroglyphes —, cette découverte permettrait de décoder 90 % du texte. Mais ce n’est pas la première fois que des interprétations sont ainsi avancées, et des voix dissonantes se sont élevées, faisant remarquer que ces propositions restaient des "probabilités". " Similitude de forme ne signifie pas automatiquement similitude de prononciation ", a par exemple rappelé Brent Davis, archéologue et linguiste spécialisé dans les langues de l’âge du bronze méditerranéen à l’université de Melbourne (Australie).

Source (extrait) : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20141128.OBS6462/le-mysterieux-disque-de-phaistos-enfin-dechiffre.html

Suite : Ecritures énigmatiques 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 17-02-2012-MAJ 04-2015

The Unexplained Files VF Saison 2

The Unexplained Files VF Saison 2 - MAJ

Theunexplainedfiles1

Discovery Science s’intéresse à l’inexplicable… De la disparition de navires aux histoires d’auto-combustion soudaine, « The Unexplained Files » aborde des mystères inexpliqués venant des quatre coins du globe. Avec l’expertise d’universitaires, l’expérience de témoins oculaires et la découverte de nouvelles preuves à conviction, ces affaires vont enfin être résolues !

Le pilote Fred Valentich a-t-il vraiment croisé un OVNI avant de disparaître ? Quelle est la cause de la mort de bovins retrouvés vidés de leur sang ? Pourquoi un homme bien portant a-t-il soudainement été atteint d’auto-combustion ? Quel phénomène scientifique se cache derrière les pluies écarlates du Sri Lanka ? Quels secrets renferment le manuscrit Voynich pour avoir été écrit dans une langue incompréhensible ?... Bizarre, vous avez dit bizarre !

Des observations étranges dans le ciel, des disparitions mystérieuses, des créatures et des rapports de vraies rencontres OVNI étrangement terrifiantes.

Les fichiers inexpliqués sont un révélateur de certaines des meilleures et des plus déroutantes histoires vraies du monde. Découvrez quelques-uns des mystères les plus profonds et inquiétants du monde avec un journalisme d'investigation intelligent et un style créatif qui vous lanceront dans une exploration de l'inconnu.

Tous ces phénomènes mystérieux proviennent de sources crédibles et sont accompagnés, soit d'une certaine forme de preuve primaire ou de plusieurs témoins, dont les souvenirs nous font trembler lors d'un voyage mystérieux qui se termine vraiment dans l'inexpliqué. Dans ce monde bizarre, mais de faits, nous découvrons que la recherche des explications conduit souvent à des questions encore plus embarrassantes ou convaincantes...

Theunexplainedfiles

La Saison 1 de 7 épisodes est icihttp://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/the-unexplained-files-vf-saison-1.html ou ici : 

http://herboyves.blogspot.fr/2014/08/the-unexplained-files-vf-saison-1.html

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Unexplained_Files

Saison 2 de 12 épisodes, remis dans le bon ordre officiel.

http://www.sciencechannel.com/tv-shows/the-unexplained-files

http://www.imdb.com/title/tt3141172/episodes?season=1&ref_=tt_eps_sn_1


The Unexplained Files - S02E01 -  Paranormal Highway of America - Le 37e parallèle 

S02E01 - Titre original : « Paranormal Highway of America » Le 37e parallèle - Depuis 25 ans, Chuck Zukowski étudie les OVNI signalés aux Etats-Unis ; plusieurs d'entre eux ont été aperçus le long du 37e parallèle. De ses recherches approfondies, il a tiré une tendance alarmante, une liste croissante de témoins oculaires avec des rapports d'OVNI sur un tronçon de 3.000 mile à travers le cœur de l'Amérique. Ce tronçon d'observations d'OVNI correspond au degré parallèle 37e, et Chuck a remarqué qu'un certain nombre de bases militaires, y compris la célèbre Zone 51, existent sur le même parallèle.


The Unexplained Files - S02E02 - Le Mort venu du ciel et le Chupacabra Mexicain

A venir

S02E02 - Titre original : « Death from the Sky and Mexican Chupacabra » Un cadavre apparaît mystérieusement comme s'il était tombé du ciel. Serait-ce le premier cas de Grande-Bretagne d'un enlèvement extraterrestre ? - Le Chupacabras mexicain - au Mexique, des centaines d'attaques de vampires laissent le bétail drainé de son sang.


The Unexplained Files - S02E03 - Le vrai exorciste et le Mystère des wapitis morts

A venir

S02E03 - Titre original : « The Real Exorcist and Mystery of the Dying Elk » Pour la première fois, un participant dans un réel exorcisme qui inspire le film "L'Exorciste" révèle son expérience. - Plus de 100 wapitis sont retrouvés morts. Tous sont morts dans les dernières 24 heures, mais la cause de la mort est un mystère.


The Unexplained Files - S02E04 - Le Mystère du Phare des Îles Flannan et Aleshenka, la Mommie Russe

S02E04 - Titre original : « Curse of Flannan Lighthouse and Aleshenka: Russian Mummy » Le Mystère du Phare des Îles Flannan - trois gardiens de phare disparaissent tous. Comment trois personnes peuvent disparaître d'une petite île sans laisser de trace ? Aleshenka - Un capitaine de police russe est choqué lorsqu'on lui remet ce qui ressemble à un bébé alien momifié...


The Unexplained Files - S02E05 - Le squelette alien péruvien et l'OVNI de la Mer Baltique

S02E05 - Titre original : « Peruvian Alien Skull and Baltic Sea Ufo » Au Pérou, les médecins sont perplexes devant un petit squelette ; est-ce un chaînon manquant dans l'évolution humaine ou la preuve d'un contact extra-terrestre ? - Anomalie de la Mer Baltique : Des chercheurs d'épaves trouvent un disque énorme de deux fois la taille d'un terrain de football sur le fond marin... enquête au fond de l'eau et aussi sur les ovnis suédois...


The Unexplained Files - S02E06 - Le Serpent géant du Lac sibérien et le Mystère de la Pyramide de Bosnie

A venir

S02E06 - Titre original : « Siberian Lake Serpent and Mystery of the Bosnian Pyramid » Pyramides de Bosnie - Un archéologue amateur prétend qu'il a découvert cinq pyramides construites en Bosnie. - Serpent de Russie - Pendant des siècles, des rapports étranges d'une grande créature, proviennent de personnes vivant à proximité du lac Labynkyr en Sibérie.


The Unexplained Files - S02E07 - Est-ce que des Aliens ont attaqué notre arsenal nucléaire ?

A venir

S02E07 - Titre original : « Are Aliens Attacking our Nuclear Arsenal ? » - Des OVNIS ont-ils ciblé des sites d'armes nucléaires sensibles ? Si oui, pourquoi ? Partout dans le monde, du personnel militaire est témoin d'ovnis au-dessus des bases sensibles d'armes nucléaires, et dans certains cas, les ovnis sont signalés avoir désactivés les missiles nucléaires...


The Unexplained Files - S02E08 - Les Géants Perdus de Georgie et le Pont de la Mort

A venir

S02E08 - Titre original : « Lost Giants of Georgia and Bridge of Death » 


 

The Unexplained Files - S02E09 - Mystères à 9.000 mètres

A venir

S02E09 - Titre original : « Mysteries at 30,000 Feet » 


The Unexplained Files - S02E10 - Les Zombies du Vaudou et La Vie Après la Mort

A venir

S02E10 - Titre original : « Voodoo Zombies & Life After Death » 


The Unexplained Files - S02E11 - Le Peuple fantôme et Le Miracle du Soleil

A venir

S02E11 - Titre original : « Shadow People - The Sun Miracle » 


The Unexplained Files - S02E12 - Les Monstres Aliens et les Démons, la Nouvelle Evidence

A venir

S02E12 - Titre original : « Aliens Monsters and Demons The New Evidence » 


 

Sources : Dailymotion Publisher - Ces fichiers sont officiels et légaux et permettent une rétribution des producteurs et propriétaires, loueurs, via la syndication Dailymotion... 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 06-02-2015, 07-04-2015