moyen-orient

Arabie Saoudite : un étonnant site de 10000 ans étudié

Arabie Saoudite : un étonnant site de 10000 ans étudié

Arabiesaoudite tabuk 10000ans mini

 

Des chercheurs du département d'archéologie de l'Université de York, en Grande-Bretagne, étudient actuellement un site archéologique en Arabie Saoudite, dans la région de Tabouk près de la Mer Rouge, datant de l'âge de pierre, il y a environ dix mille années.

Tabuk saudi arabia locator map

Selon le professeur Geoff Bailey, un expert en archéologie arabe, " l'installation est considérée comme l'un des sites archéologiques parmi les plus rares dans le monde, et qui soulève de nombreuses questions scientifiques autour de lui ", tel que rapporté par l'Agence de presse saoudienne, SPA.

Lire la suite

Révélation de 25 nouveaux parchemins de la Mer Morte

Révélation de 25 nouveaux parchemins de la Mer Morte

Dead sea scrolls mini

 

Plus de 25 nouveaux fragments "Dead Sea Scroll" inédits (Parchemins de la Mer Morte), datant de 2000 ans et contenant du texte de la Bible hébraïque, ont été révélés et traduits, leur contenu étant détaillé dans deux nouveaux livres.

Les différents fragments des rouleaux de parchemins contiennent des parties des livres de la Genèse, de l'Exode, Lévitique, Deutéronome, Samuel, Ruth, Kings, Micah, Néhémie, Jérémie, Joel, Josué, Juges, Proverbes, Nombres, Psaumes, Ezéchiel et Jonas. Les grottes de Qumran - où les parchemins de la Mer Morte ont été découverts - n'avaient encore donné aucun fragments du Livre de Néhémie; si ce fragment nouvellement révélé est authentifié, il serait le premier.

Lire la suite

Gizeh : cavités et couloirs cachés dans la Grande Pyramide

Gizeh : cavités et couloirs cachés dans la Grande Pyramide

Scanpyramids1

L'équipe de ScanPyramids au travail (HIP)

J'en ai déjà parlé à l'occasion des articles consacrés aux recherches dans le tombeau de Toutankhamon et sur d'autres pyramides (Dhachour), mais un nouveau rapport de l'organisme et projet "ScanPyramids" vient d'être publié, avec des premiers résultats surprenants. La nouvelle a été officiellement relayée par les autorités égyptiennes, qui, prudemment, attendent d'autres résultats affinés.

Ce nouveau rapport pourrait peut-être, d'une certaine façon, confirmer les hypothèses de l'architecte français Jean-Pierre Houdin sur la présence (d'après une campagne de microgravimétrie faite en 1986 et 1987 (une méthode qui permet de mesurer la densité des matériaux à l’intérieur d’une structure) d'une anomalie en sous-densité en forme de spirale sur toute la hauteur de l’édifice. Les mesures de l'époque avaient aussi montré de façon certaine que les 50 mètres supérieurs de la pyramide étaient peu denses, de même que certaines arêtes, à intervalles réguliers.

Lire la suite

Le grand secret des pyramides de Guizeh

Le grand secret des pyramides de Guizeh

2ème Hommage à Guy-Claude Mouny

 

Mounyguy

Un premier hommage a fait l'objet d'un article ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-et-personnalites-guy-mouny.htmlGuy-Claude Mouny était un écrivain français qui s'est mit à l'écriture assez tardivement, vers ses 59 ans. Membre de l'ORSEM en tant que Colonel, il a affirmé lui-même avoir eu des rapports très suivis avec les services secrets lors de sa carrière professionnelle, et que c'est certains papiers et rapports, ainsi que son goût des mystères non élucidés (il a été aussi en rapport avec l'Ufologie), qui l'avaient incité à devenir écrivain. Dans la préface du livre « Le Secret de François 1er » de son ami Didier Coilhac, il avouait avoir eu pour ami le Comte de Marenches,  ancien Directeur Général du SDEC, (le Service de Documentation Espionnage et  Contre Espionnage). Il déclara laconiquement à la radio « Ici et Maintenant » : « J'ai roulé avec le SDEC… ». Egalement auditeur de l'IHEDN, l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale : il en avait fondé la section marnaise. On retrouve des membres de l'IHEDN comme auteurs du fameux rapport Cometa qui statuait sur les Ovnis. De hautes personnalités bien informées concluaient que les ovnis étaient des engins volants à la provenance inconnue. L'hypothèse extraterrestre était discrètement présentée comme la plus plausible. Comme on pouvait s'y attendre, ce texte fut sévèrement jugé par certains officiels qui n'y participaient pas.Ses enquêtes l'ont finalement convaincues qu'il touchait du doigt une certaine vérité, ce qui l'a poussé à écrire sans relâche et chaque année sur des sujets très proches. Né à Reims en 1930, il est mort dans la nuit du 14 juillet 2007. Il était également Commandeur de l'Ordre National du Mérite.

Lire la suite

L'étrange statue égyptienne The Starving of Saqqarah

L'étrange statue égyptienne The Starving of Saqqarah

 

Starvingsaqqara mini

Au centre de l'immense nécropole de Memphis, qui s'étend sur 20 kilomètres, se trouve le plateau de Saqqarah, où l'on retrouve et recherche encore de nos jours les tombes des rois et nobles des toutes premières dynasties de l'Egypte antique... C'est depuis 1999 en fait qu'une mystérieuse sculpture a été récupérée. Mystérieuse car les archéologues et les historiens de l'art égyptien de l'université de Concordia à Montréal, Canada, qui l'a récupéré, s'interrogent toujours sur son origine. Car comme il est impossible de dater le calcaire dont est fait la statuette, que les restes de peintures présents n'ont pas été analysés par manque de budget débloqué à cause de ces inconnues, les chercheurs n'ont pas encore pu déterminer s'il s'agit bien d'un artefact datant de plusieurs milliers d'années ou d'un faux sans aucune valeur historique...Un autre problème vient encore compliquer les choses : la statuette comporte des inscriptions apparemment très anciennes... mais tellement anciennes qu'elles ne ressemblent à aucune écriture connue...

Lire la suite

Cranes allongés et Paracas : de nouvelles analyses ADN

Cranes allongés et Paracas : de nouvelles analyses ADN

 

Paracas skull with its red hair mini

A Paracas skull with its red hair. Credit: Brien Foerster

En 2014, des premières analyses ADN de plusieurs cranes de la tribu des Paracas, une tribu antique ayant précédé les Nasca dans la même région du Pérou, il y a plus de 2800 ans, avaient déclanché une forte controverse. Ces premières analyses avaient pourtant bien été faites et annoncées par un généticien, mais comme on l'a constaté à de nombreuses reprises, les scientifiques n'ont aucun problème quand ils annoncent des découvertes conformes aux dogmes (voir dictats !) établis dont il ne faut guère s'éloigner sous peine de... chasse aux sorcières digne du moyen-âge...

Mais quand le doute est semé et que l'Histoire prouve qu'aucune science ne peut être figée ni définitive, le Temps se charge souvent de remettre "une couche" et de répéter, amplifier les doutes et éléments de preuves (bien qu'une preuve scientifique ne soit pas non plus, on l'a vu plusieurs fois, une donnée définitive, mais bien souvent une preuve provisoire et locale !). 

J'ai écris ou traduit déjà plusieurs articles sur le sujet de ces cranes allongés (artificiellement ou non), et même sur des analyses du génome humain disant des choses très surprenantes, et ce nouvel article est en droite ligne des précédents, complétant un peu plus donc cette compilation de données apparues dans nos temps modernes, surtout celui-ci en ce qui concerne les premières analyses ADN de cranes allongés de Paracas :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/une-race-humaine-au-crane-allonge-une-autre-preuve.html

Vous trouverez tout en bas de cet articles des liens vers les autres données, qu'il est important de connaître pour ceux qui s'intéressent à ce sujet bien sûr très controversé (mais ce sont les sujets les plus intéressants aussi souvent !).

Lire la suite

​Ecritures énigmatiques 4 : la tablette Dispilio

Écritures énigmatiques 4 : la tablette Dispilio

 

Distilio tablet mini 1

Un article récent au sujet d'une tablette très ancienne inscrite de symboles jusqu'à présent indéchiffrés a attiré mon attention au détour d'une recherche qui n'avait aucun rapport, comme souvent... Cet article est donc, comme toujours, un ajout de données à une compilation axée sur les écritures ou messages énigmatiques laissés par nos lointains ancêtres, et dont voilà les premières données sous forme de liens :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/glozel-authentifie-cela-change-tout-1.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-plus-anciennes-ecritures-ne-sont-pas-de-sumer.html

 

La tablette Dispilio déchiffrée - une preuve de la plus ancienne écriture du monde ?

Dispilio tablet

La tablette Dispilio est une tablette de bois portant des gravures inscrites, datée de 5260 ± 40 avant JC. Elle a été découverte en 1993 sur un site lacustre du Néolithique, près du village moderne de Dispilio, à Kastoria, en Grèce. À ce jour, ces marques n'ont pas été déchiffrées.

L'INTERPRÉTATION DE L'AUTEUR :

Distilio tablet 1

 

Il y a quatre colonnes au total, et les 2e et 4e colonnes sont presque identiques. (Certains signes sont retournés, et quelques-uns sont légèrement différents). Si nous divisons la tablette en deux, on obtient deux colonnes de 23 signes et deux colonnes de 22 signes. Ces chiffres sont assez proches du nombre de lettres de certains alphabets anciens.

Dispilio tablet text

Les symboles de la tablette Dispilio divisés en deux parties

PREMIÈRE MOITIÉ :

Nous allons comparer les signes des deux premières colonnes avec le plus ancien alphabet connu du monde - l'alphabet phénicien, (appelé l'alphabet Proto-cananéen, pour des inscriptions datées d'avant 1050 avant JC) L'alphabet phénicien contient 22 lettres, qui sont toutes des consonnes.

 

Dispilio tablet text1Phoenician

 

Première moitié de la tablette Dispilio à côté de l'alphabet phénicien

C'est évident : sur les 22 signes, 8 signes ont une correspondance parfaite (cerclé) et 3 sont un peu douteux (souligné).

De plus, nous voyons un schéma clair B-G-D, et puis de nouveau L-M- (N?) dans la première colonne. Le reste des lettres sont un peu dispersées, mais la lettre HE peut être vue dans la troisième position de la deuxième colonne, tandis que HETH est la dernière. Samekh est sur le côté droit de la lettre L, yodh pourrait être la dernière dans la première colonne, et tsadi la première dans la seconde, tandis que WAW ou même zayin pourrait être représenté par une flèche.

DEUXIÈME PARTIE:

Comparons maintenant la seconde moitié avec le plus ancien alphabet slave - l'alphabet glagolitique.

 

Dispilio tablet text2Glagolitic alphabet

Deuxième moitié de la tablette Dispilio à côté de l'alphabet glagolitique

Regardez la première colonne à nouveau, nous avons des lettres A-B-V-D et éventuellement E et Z ! La deuxième colonne, (qui est presque identique à la première moitié), ressemble plus au script phénicien.

Mais comment est-ce possible ? l'alphabet glagolitique a été inventé seulement au 9ème siècle, non ? Eh bien, oui, officiellement, mais la vérité est que personne ne sait sur la base de quel alphabet... Une théorie affirme que Cyril et Méthodius avaient seulement adapté et organisé des lettres que les slaves utilisaient déjà.

CONCLUSION :

Il semble que ce que nous avons dans le cas de la tablette Dispilio ne soit pas un, mais deux alphabets (similaires) dont quelqu'un a fait la comparaison. Cela pourrait être appelé le Proto-phénicien et l'autre (partiellement) le Proto-glagolitique. MAIS ici est le problème - ils apparaissent 4000 ans avant qu'il devrait y avoir un alphabet !!!

Cependant, il y a une ancienne écriture qui relie tous les signes, mais elle est encore méconnue en tant qu'écriture par la science officielle - l'écriture Vinca ! La culture de Vinca a duré de 5700 à 4200 Avant JC, de sorte que le calendrier est correspondant, ainsi que la zone géographique où a été trouvée la tablette Dispilio !

 

Vinca symbols

script de Vinca - symbols seulement sélectionnés

Alors est-ce la preuve ultime que Vinca est une écriture, et pas seulement un script, mais la plus ancienne écriture du monde ? Pour moi, elle l'est. Vous pouvez regarder les signes ci-dessus et juger par vous-même.

Vincha 066

Etrange figurine de la culture Vinca

La vraie question est : Est-il possible que personne d'autre n'ait remarqué cela ? Ou changer tous les livres d'histoire est bien ... trop de tracas ... ?

Yves Herbo : très bonne question... J'en profite pour ajouter que la culture de Vinca nous ramène évidemment aux tous premiers européens (je parle des premiers Homo Sapiens, des premiers Hommes Modernes ayant mit le pied en Europe), puisque les plus anciens fossiles d'Homo Sapiens ont justement été trouvés là, dans cette région entre l'Asie et l'Europe : Roumanie, Serbie, Hongrie, Bulgarie, Nord de la Grèce, Moldavie et Sud de l'Ukraine, et sont datés d'environ -45.000 ans à - 35.000 ans (j'en parle dans l'un des articles ci-dessous)... et que c'est exactement les lieux de la Culture de Vinca ! 

 

Lady of vinca

Etrange figurine de la culture Vinca

 

Sources : https://cogniarchae.wordpress.com/2015/11/18/dispilio-tablet-deciphered-a-proof-of-the-oldest-script-in-the-world/

https://en.wikipedia.org/wiki/Dispilio_Tablet

Autres articles liés : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/roumanie-entre-archeologie-et-legendes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/roumanie-les-mysteres-des-montagnes-bucegi.html

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 06-07-2016

Babylone : une carte du monde du 6éme siècle avant JC

Babylone : une carte du monde du 6éme ou 9ème siècle avant JC

 

Cuneiform sippar map tablet mini

Les tablettes cunéiformes ont longtemps été utilisées pour la fabrication de cartes et de plans de villes, des zones rurales et des maisons, mais rarement pour quelque chose de plus grand ou sans intérêt commercial.

Mais il a été découvert entre 1878 et 1882 ( par Hormuzd Rassam), une tablette unique, supposée provenir de Sippar ou de Borsippa, dans l'Irak actuel et datant environ du VIe siècle av. J.-C. (sans datations formelles car certains textes peuvent remonter au 9ème siècle avant JC), et celle-ci montre beaucoup plus et reflète en quelque sorte la façon dont les Babyloniens anciens se voyaient dans le monde. Cette "mappa mundi" mésopotamienne se compose d'une carte circulaire entourée par des triangles, avec un texte explicatif au-dessus et sur la face opposée. La tablette est malheureusement très abîmée.

Cuneiform sippar map tablet2

(© The Trustees of the British Museum)

Sippar, Iraq. Late Babylonian. ca. sixth century B.C. Akkadian.

Le cercle central montre le royaume babylonien, traversée par l'Euphrate, qui est chevauché par la cité de Babylone elle-même. Plusieurs autres zones géographiques sont marquées par leur nom, et le continent est entouré par un anneau appelé l'«océan» ou «Rivière Amère». Très probablement la description des eaux salées océaniques donc...

Au-delà des eaux limitrophes se trouvent sept ou huit régions périphériques ou des îles représentées par des triangles, dont quelques parties de quatre d'entre elles nous sont parvenues. Le texte est largement consacré à ces endroits éloignés, peut-être mythologiques ou mal connus à cette époque.

Il y en a un qui est décrit comme un "endroit où le soleil ne se voit pas, « un autre comme un lieu où «un oiseau ailé ne peut pas sans risque accomplir son voyage." D'autres descriptions parlent de villes "en ruines" et de dieux, et d'animaux à la fois fantastiques (grand serpent de mer, homme-scorpion) et exotiques (lion, singe, caméléon)...

Babylonianworldmap2

1. "Montagne" (akkadien : šá-du-ú)

2. "Cité" (akkadien : uru)
3. Urartu (akkadien : ú-ra-áš-tu)
4. Assyrie (akkadien : kuraš+šurki)
5. Der (akkadien : dēr)
6. ?
7. Marécage (akkadien : ap-pa-ru)
8. Elam (akkadien : šuša)
9. Canal (akkadien : bit-qu)
10. Bit Yakin (akkadien : bῑt-ia-᾿-ki-nu)11. "Cité" (akkadien : uru)
12. Habban (akkadien : ha-ab-ban)
13. Babylone (akkadien : tin.tirki), coupée par l'Euphrate

14 à 17. Océan (eau salée, akkadien : idmar-ra-tum)

18 à 22. Objets mythologiques

En ce qui concerne l'orientation, elle est orientée vers le Nord-Est et est centrée approximativement sur la ville de Babylone. Cependant, il est possible que le vrai centre soit la ville de Nippur mais elle n'est pas indiquée. En effet, il s'agit d'une ville sacrée, lieu saint du dieu Enlil. Ce dernier, outre être le dieu du vent, est aussi le dieu du Cosmos, et c'est peut-être le cosmos qui est représenté sur cette carte. Enfin, traditionnellement, qui contrôlait Nippur, régnait sur la Babylonie...

Certaines analogies peuvent être faites pour le premier cité avec des lieux comme le Pole Nord ou le Pôle Sud (ou encore d'un lieu souterrain où effectivement, le soleil ne se voit pas !), l'autre, dangereux pour les oiseaux, pourrait être un endroit où règne souvent de forts vents : un tel endroit n'était pas très très éloigné de la Mésopotamie : Le Tibet avec son toit du monde, l'Everest, qui est à la hauteur des jet streams, les vents les plus puissants au monde.

Objet pierre jiroft

objet en pierre trouvé dans les tombes de Jiroft - homme-scorpions et utilisation inconnue de l'objet...

Des cités inconnues des babyloniens et déjà en ruines : on a découvert des civilisations et des villes plus anciennes effectivement que celles des sumériens (la civilisation de l'Indus en est le dernier exemple, car plus ancienne que Sumer, mais Sumer parlait aussi de Aratta, qui était déjà une cité ou région légendaire de son temps !). Quant au serpent de mer, je rappelle ici qu'il a été découvert un grand animal aquatique s'apparentant à un serpent de mer, aussi bien dans certaines rivières du Laos et de l'Asie du sud-est que proche de ses côtes... reste l'homme-scorpion... qui fait largement partie des mythes babyloniens et même d'avant Sumer, puisqu'on les retrouvent actuellement dans les fouilles de l'antique civilisation de Jiroft (la légendaire Aratta probablement, donc l'écriture mystérieuse aurait précédé celle de Sumer)... 

Vase jiroft chlorite homme scorpion

Vase en chlorite de l'antique Jiroft, avec un homme-scorpion

On les retrouve dans l'Epopée de Gilgamesh : ils gardent l'entrée des monts Jumeaux (entre lesquels le soleil se lève) et sont décrits si terrifiants et redoutables que leur vision provoque la mort... Les sentinelles le reconnaissent comme un des leurs et dirent, "celui qui est venu à nous, son corps est la chair des dieux." Ils remarquent qu’il est en partie divin, qu’il a des vestiges de peau du Serpent ! Un autre lien avec les textes des hébreux (qui ont dû entendre ces histoires lors de leur captivité en Assyrie !) : Les hommes-scorpions qui gardaient le Paradis Sumérien correspondent aux "Chérubins aux épées tournantes ardentes" qui furent placés à l’entrée Est du Jardin d’Éden pour protéger l’Arbre de l’Immortalité et pour prévenir Adam et Ève d’y accéder à nouveau. Mais dans l'épopée, l'un d'entre eux à une femme humaine avec laquelle il s'entretien avant de recevoir amicalement le héros. Ensuite Gilgamesh part à la recherche de la plante d'immortalité. Il pénètre dans un monde mystérieux où il a affaire à des hommes-scorpions, traverse le "bosquet des dieux" (devenu l'Eden biblique) et, parvenu au bout du monde, rencontre la divine Siduri... 

Des textes anciens évoquent l'accouplement des scorpions dans un rituel d'exorcisme lié aux formules magiques sumériennes. Gardiens des Enfers à Ishtar, il y a aussi des démons-scorpions et des satyres-scorpions dans les mythologies.

Quant aux animaux exotiques cités, nulle doute que les babyloniens connaissaient les régions où résidaient des lions, singes et caméléons d'Afrique, du Proche Orient et d'Asie...

Selon Wayne Horowitz, de l'Université hébraïque de Jérusalem, qui a analysé la tablette en 1988, cette tablette-carte "reflète un intérêt général pour des régions éloignées au cours de la première moitié du premier millénaire avant JC, lorsque les Empires assyriens et babyloniens ont atteint leurs plus grandes étendues". Une chose importante est à noter: d'après une inscription présente sur la tablette, le schéma présent serait une copie d'une autre tablette datant du ixe siècle avant JC. Qui plus est, le texte présent au recto est sans doute contemporain du schéma, ce qui n'est pas le cas du texte au verso. En effet, il n'y est fait aucune mention des lieux représentés sur la carte... Irving Finkel découvrit en 1995 un morceau manquant de la tablette. Bien que de taille réduite, ce dernier allait permettre de peaufiner l'analyse de la tablette...

Sources : http://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?objectId=362000&partId=1&searchText=babylon+clay+tablet+map+of+the+world&page=1, Wikipedia

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 07-06-2016

Babylone : un savoir en astronomie encore plus avancé que prévu

Babylone : un savoir en astronomie encore plus avancé que prévu

Babylon tablette mini

Une récente comparaison entre plusieurs tablettes datées de -350 à - 50 avant JC révèle un savoir très étonnant en calculs astronomiques de la part des héritiers de la civilisation de Sumer... En fait, c'est tout simplement une invention que l'on croyait datée du 14ème siècle de notre ère que les babyloniens viennent de récupérer !

Tout commence lorsque Hermann Hunger, un chercheur retraité de l'université de Vienne, spécialiste reconnu de l'Assyrie, cette ancienne région et civilisation du nord de la Mésopotamie dont la Bible, le Coran et la Torah parlent tant, prend à la fin de l'année 2014 des photographies d'une tablette babylonnienne comportant des gravures intéressantes. Ces photographies sont alors données à Mathieu Ossendrijver, archéologue de l'université Humboldt, à Berlin, qui date la tablette vers une période comprise entre -350 et -50 avant J.-C., et constate que cette pierre gravée comporte en écriture cunéiforme des calculs sur les mouvements de Jupiter. Il faut se rappeler que dans la mythologie babylonienne, Jupiter était associée à la principale divinité de la cité, Marduk.

 

Babylon tablette

tablette (Mathieu Ossendrijver)

Enfin, quelques mois plus tard en 2015, Mathieu Ossendrijver compare ces photos avec quatre autres tablettes babyloniennes datées de la même période. C'est ici que les choses apparaissent et deviennent évidentes, annulant d'un coup certaines déductions sur les capacités logiques limitées des Babyloniens, mais aussi l'Histoire des inventions, donc l'Histoire tout court... Car sur les tablettes figurent des instructions chiffrées pour construire des trapèzes ; deux d'entre elles contiennent aussi une référence à Jupiter. Et, surprise : les chiffres sont similaires à ceux de la première tablette. Cela ne peut signifier que deux choses. D'abord, ces tablettes décrivent à l'évidence le déplacement de Jupiter. Ensuite, et c'est la découverte la plus étonnante, elles démontrent que les astronomes babyloniens utilisaient déjà la géométrie pour calculer la progression des planètes. Un choc, car l'on pensait que cette méthode avait été mise au point au 14e siècle, par un groupe de penseurs d'Oxford nommé les « calculateurs ». Il s'agissait donc (encore une fois) d'une réinvention d'un procédé déjà connu dans l'antiquité (voir hérité d'un savoir encore plus ancien car cette découverte ne date pas l'invention en elle-même !)...

On savait déjà que les astronomes de Babylone, ville antique de Mésopotamie, située dans ce qui est aujourd'hui l'Irak, calculaient le déplacement des planètes grâce à des méthodes arithmétiques bien élaborées, mais on était presque certain que leurs connaissances s'arrêtaient là, en absence d'autres données. Mais cette découverte en dit beaucoup plus long sur les capacités de réflexion abstraites réelles des scientifiques babyloniens puisque ces tablettes décrivent la vitesse quotidienne apparente de Jupiter, observée à différents moments pendant soixante jours à partir de son lever héliaque - le moment où la planète devient pour la première fois visible à l'est, au-dessus de l'horizon, à l'aube. À partir de ces indications, les scientifiques babyloniens pouvaient dessiner un trapèze, dont l'aire correspondait à la distance totale parcourue par la planète sur la période considérée. Ils pouvaient aussi estimer dans quelle mesure la vitesse de déplacement de Jupiter diminuait au fil du temps.

On savait déjà que les Babyloniens utilisaient la géométrie pour mesurer des surfaces physiques, comme celle d'un champ ", explique Christine Proust, spécialiste des mathématiques cunéiformes à l'université Paris-Diderot, Directrice de recherche, Laboratoire SPHERE (UMR 7219, CNRS & Université Paris Diderot), Equipe REHSEIS, affectée au Projet SAW. " Cette découverte, si elle est confirmée (YH : par des pairs scientifiques et une autre étude), montre qu'ils étaient capables d'une réflexion plus abstraite que ce que l'on imaginait. "

sources : http://amor.cms.hu-berlin.de/~ossendrm/cuneiform.htmlhttp://www.larecherche.fr/actualite/astronomie/

 

Yves Herbo : inutile de dire, pour les spécialistes, que cette nouvelle découverte renforce la possibilité que les habitants de la Mésopotamie (Sumériens-Babyloniens) aient bien observé et calculé dans le passé la trajectoire (destructrice selon certaines traductions ?) de la fameuse planète X (la neuvième planète que les scientifiques cherchent en ce moment) nommée donc Nibiru selon les mêmes traducteurs contestés...

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoires, 15-04-2016

Le Pharaon égyptien Senebkay a été tué lors d'une bataille

Le Pharaon égyptien Senebkay a été tué lors d'une bataille

 

Egypte newpharao mini

La tombe découverte en 2014.

 

Des Égyptologues américains prouvent que le Pharaon a été brutalement tué lors d'une bataille, loin de chez lui. 

Des études élémentaires sur le squelette de Senebkay qui a été découvert à Abydos l'an dernier par la Mission de l'Université de Pennsylvanie dirigée par le Dr Josef Wegner ont montré 18 blessures sur les os du roi, ainsi que des coupes verticales aux pieds, chevilles et au bas du dos, ainsi que de nombreuses blessures sur le crâne qui indiquaient que le roi est mort dans une bataille à un âge entre 35 à 49 ans.

Abydos 6

© © Ministère égyptien des Antiquités

Le roi "Senebkay" a été mentionné sur la liste des Rois du papyrus de Turin en tant que dirigeant de la famille régnante locale d'Abydos pendant 4 ans et demi. Une partie de la famille dynastique qui n'a pas régné longtemps (1.650 à 1.600 avant JC) et contemporaine à la période des Hyksos au Delta.

Abydos 3Le cartouche du nom du pharaon à droite © © Ministère égyptien des Antiquités

Le Dr. Josef Wegner, directeur de la mission de l'Université de Pennsylvanie, a déclaré que les blessures visibles désignent que la mort du Roi a été brutale. Egalement, les tailles des blessures du crâne montrent les dimensions des haches qui ont été utilisées dans cette bataille de la deuxième période intermédiaire.

L'angle et la direction des blessures du roi suggèrent qu'il était à un endroit élevé quand il a subi les blessures et qu'il était proche de ses attaquants. Les blessures et les coupures sur les chevilles, les pieds et le postérieur du roi expliquent en retour comment ses agresseurs ont réussi à le faire tomber sur le sol et aussi qu'il a été tué loin de sa résidence, car il semble qu'il ait été momifié une longue période après sa mort.

Senebkay

Le roi était probablement sur son cheval quand il a été attaqué et frappé sur ses chevilles et au bas du dos, jusqu'à ce qu'il tombe sur le sol lorsque les assaillants l'ont brutalement tués avec leurs haches sur son crâne.

Alors que l'utilisation des chevaux dans les batailles n'était pas courante à l'époque, les anciens Egyptiens ont montré de bonnes aptitudes à cheval au cours de la deuxième période intermédiaire qui est une indication du rôle des grands chevaux dans les actions militaires durant cette période, avant même que la technologie des chars se développe dans Égypte ancienne.

Senebkay2

Le Dr. Youssef Khalifa, chef du département Egypte ancienne dans la MSA, a déclaré: « Les études montrent que le roi "Senebkay" mesurait entre 172cm à 182cm de hauteur (YH : ce qui est grand pour l'époque). Les os pelviens et des jambes suggèrent que le roi les a utilisé beaucoup pour monter des chevaux ».

Il ajoute également " On ne sait pas encore si Senebkay est mort dans une bataille contre les Hyksos, qui occupaient la Basse-Egypte à ce moment, ou non. Si des études ultérieures le prouvaient, cela ferait de lui le premier roi guerrier qui a combattu pour la libération (de l'égypte) avant même "Senakhtenre", le fondateur de la 17ème dynastie et le grand-père de "Ahmos", qui a vaincu les Hyksos ".

Source : http://luxortimesmagazine.blogspot.fr/2015/02/american-egyptologists-prove-pharaoh.html

En ce qui concerne les Hyksos, même si une grande part de mystère demeure encore sur leurs origines et Histoire, un certain consensus s'est établi dans la communauté des archéologues pour affirmer que, contrairement à certains textes antiques, ils n'étaient pas de nature sémitique (en tout cas pas leur langue) mais plutôt probablement asiatiques. De nos jours, les scientifiques pensent que seuls six des pharaons de la XVe dynastie égyptienne étaient réellement des Hyksôs, non seulement parce qu'ils portaient la couronne égyptienne, mais également parce que Manéthon, le célèbre historien antique égyptien les appelait lui-même « Hyksôs ». Au total, les Hyksôs auraient régné 108 ans sur le Royaume d'Égypte.

Hans Wolfgang Helck proposa l'hypothèse selon laquelle les Hyksôs étaient une partie des Hourrites et Indo-Aryens, venant de l'Est. Toujours d'après Helck, les Hyksôs venaient de l'empire Hatti s'étendant sur la plupart de l'Asie Orientale. Les données les plus récentes montreraient, selon Dominique Valbelle, que la langue des Hyksôs n'appartenait pas à la famille des langues sémitiques, ce qui renforcerait l'origine asiatique des Hyksôs. Mais il faut aussi savoir que les noms, l'ordre et le nombre total des pharaons de la XVe dynastie égyptienne ne sont pas connus avec certitude... Cette période de l'Histoire égyptienne est encore méconnue, les pharaons qui ont succédé à la période intermédiaire ont fait raser la présence Hyksôs jusqu'aux fondations...

On sait en tout cas que les Hyksôs ont apporté l'arc composite, le char, des nouvelles flèches, de nouveaux boucliers, sabres, dagues, casques et cottes de mailles, on est en droit de croire qu'ils étaient une force militaire incontestable. Cependant, jusqu'ici et la découverte du pharaon Senebkay ci-dessusrien ne prouvait qu'ils en aient fait usage : on sait juste qu'ils avaient de leur côté un potentiel militaire impressionnant, et des années d'avance sur l'armement des autres pays — de quoi faire fléchir plus d'un roi rien que par la menace... mais ces armes se retournèrent contre eux par la suite car l'armée égyptienne s'est équipée de chars et les Princes de Tèbes réussirent à chasser les Hiksos un siècle plus tard...

Les Hyksôs de la XVe dynastie établirent leur capitale à Memphis, leur résidence secondaire à Avaris. Ils vivaient dans une paix relative, préservant un certain statu quo, jusqu'à la reconquête par le sud des princes de Thèbes. Quand ils furent finalement chassés d'Égypte, toutes les traces de l'occupation Hyksôs furent détruites. Les dirigeants de la nouvelle XVIIIe dynastie réécrivirent une partie de l'histoire à leur avantage. Il s'ensuivit une guerre raciale contre les Hyksôs.

Dans son livre Contre Apion, l'historien Flavius Josèphe identifie de façon étonnante (et surtout sans preuve) l'Exode d'Israël avec le premier exode mentionné par Manéthon dans lequel 480 000 Hyksos furent expulsés d'Avaris vers la Palestine. Manéthon les appelle « rois-pasteurs » selon une traduction impropre et Josèphe assimile ces « rois-pasteurs » aux Hébreux. Après leur expulsion, les Hyksos fondèrent Jérusalem. Ensuite, ils se lièrent à des « lépreux » en Égypte sous la conduite d'un prêtre d'Héliopolis, Osarseph surnommé Moïse. Il n'est pas sûr que cette identification de Moïse provienne de Manéthon. D'après Manéthon, les Hébreux seraient les descendants de ces lépreux et auraient demandé l'aide des Hyksôs précédemment chassés d'Égypte puis auraient été expulsés avec eux (ce qui ferait d'ailleurs du roi Ahmôsis Ier celui qui a chassé les Hébreux d'Egypte (avec les Hyksos) et les a poursuivi jusqu'en Palestine !)...

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences et Fictions et Histoires.com, http://herboyves.blogspot.fr/, 18-03-2016

D'autres chambres existeraient à l'intérieur de la tombe de Toutankhamon

D'autres chambres existeraient à l'intérieur de la tombe de Toutankhamon.

 

Nefertiti drawingBuste de Nefertiti (Musée Berlin)

Suite de ces articles : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/pyramides-d-egypte-de-la-hitech-utilisee-des-novembre.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-momie-de-nefertiti-toujours-cachee-a-louxor.html

Egypte, Louxor, 07-11-2015 : Les premières analyses de thermographie infrarouge suggèrent que d'autres chambres existent à l'intérieur de la tombe de Toutankhamon. La thermographie infrarouge pourrait soutenir la théorie de Nicholas Reeves suggérant l'existence d'au moins une autre chambre funéraire à l'intérieur de la tombe de Toutankhamon, qui pourrait appartenir à la reine Néfertiti...

 

Imagerie hip

Le même système qui est prévu pour être utilisé sur 3 pyramides égyptiennes est aussi utilisé sur les parois de la tombe de Toutankhamon

 

Vingt-quatre heures après le début de la première expérience consistant à utiliser la thermographie infrarouge pour balayer les murs de la tombe de Toutankhamon, le résultat préliminaire de la paroi nord de la chambre montre la présence de différences de températures qui pourraient indiquer l'existence de chambres cachées supplémentaires, dit le ministre des Antiquités Mamdouh Mohamed Eldamaty à Ahram Online.

Afin de certifier les résultats, Eldamaty dit qu'un certain nombre d'expériences doivent être menées pour déterminer avec plus de précision la zone concernée. " Une étude des résultats acquis sera ensuite analysée au mieux ", a-t-il souligné.

Eldamaty poursuit en disant qu'un balayage plus long, de pas moins d'une semaine, est nécessaire afin de confirmer les résultats.

" L'utilisation d'autres méthodes est possible, pour aider à identifier la zone différente en température par rapport aux autres parties du mur nord ", a souligné Eldamaty.

Le processus de numérisation a été effectué par une mission scientifique conjointe du ministère des Antiquités en collaboration avec la Faculté de génie de l'Université du Caire et du patrimoine, de l'Institut de l'Héritage, de l'Innovation et de la Préservation (HIP), Paris.

Source : http://english.ahram.org.eg/NewsContent/9/40/162906/Heritage/Ancient-Egypt/Infrared-thermography-study-suggests-other-chamber.aspx

 

Autres liens sur l'Egypte : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/l-egypte-et-ses-mysteres.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 08-11-2015

Les pages des anomalies scientifiques - 4

Les pages des anomalies scientifiques - 4

 

280px kensington runestone flom 1910La pierre runique de Kensington

 

Cette nouvelle rubrique qui devrait comporter plusieurs pages (qui seront regroupées par la suite et après leur publication) va recenser certaines petites publications ou nouvelles brèves du passé sur des découvertes annoncées discrètement par certains professionnels ou scientifiques. Cela vient évidemment en complément du déjà large travail de compilation de données lisibles sur ce site. Ces annonces sont en principes toutes référencées et réelles et elles concernent toutes des "anomalies" par rapport aux normes, dogmes ou "establishment" scientifiques ou historiques. Il y a rarement des illustrations ou photos et l'annonce est parfois très brève. On se rapproche en quelque sorte un peu du "Livre des Damnés" de Charles Fort, mais plus récent et c'est voulu car ces données existent, même si elles ne sont pas très connues et explorées elles-mêmes... Je n'ai pas trouvé d'ordre préférentiel pour l'instant, un classement par continent ou par genre (archéologie, ovni, astronomie, etc...) par exemple pourrait être fait par la suite. Vous allez comprendre très vite de quoi il s'agit, je met le texte original quand dispo et la traduction française en-dessous :

Voici la page 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-1.html

Voici la page 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-2.html

Voici la page 3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-3.html​


 

A Stone Face From Ungava

September 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. A stone face was found on the lake shore by caribou hunters. The back of the sculpture was covered with moss and stained underneath with age; the front was well-weathered. It was a crude sandstone carving -- almost a doodle in stone -- but the facial features were unmistakably Norse. Stylistically, the face resembled nothing carved by Eskimos or the local Indians. The apparent antiquity of the stone and the strongly Nordic features suggest past Norse exploration of this desolate tundra near Hudson Bay.

(Lee, Thomas E.; "Who Is This Man?" Archaeological Journal of Canada, 17: 45, 1979.)

Comment. Once into Hudson Bay, why not on to Minnesota (and the Kensington Stone), then down the Mississippi to Oklahoma where Viking signs are claimed?

 

Un visage de pierre à Ungava

Septembre 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. Un visage de pierre a été trouvé sur la rive du lac par des chasseurs de caribous. Le dos de la sculpture s'est couvert de mousse et coloré par dessous avec le temps; l'avant a pu bien résister. C'était une sculpture en grès brut - presque un gribouillage dans la pierre - mais les traits du visage étaient indéniablement nordiques. Stylistiquement, le visage ne ressemblait à rien de sculpté par des Esquimaux ou des Indiens locaux. L'ancienneté apparente de la pierre et les traits fortement nordiques suggèrent que dans le passé, une exploration nordique (Vikings) de cette toundra désolée près de la baie d'Hudson a eu lieu.

(Lee, Thomas E .; "Qui est cet homme ?" Journal archéologique du Canada, 17, 45, 1979.)

Commentaire: Une fois dans la baie d'Hudson, puis pourquoi pas dans le Minnesota (et la pierre de Kensington), puis vers le bas du Mississippi en Oklahoma, où des traces des Viking sont réclamés ?

 


 

La pierre runique de Kensington

En 1898, un immigrant suédois a trouvé une pierre sur sa ferme près du petit village de Kensington, au Minnesota. La pierre, un petit bloc de grès, de la grauwacke, était enserrée dans les racines d’un jeune tremble. Sur deux de ses côtés se trouvait une inscription runique en suédois racontant comment 8 Suédois [Goths] et 22 Norvégiens avaient été victimes d’une catastrophe lors d’un voyage d’exploration à 14 jours à l’ouest du Vinland. Alors que des hommes étaient partis à la pêche, 10 autres avaient été tués. Cette tragédie date de 1362.

Pierredekensington

Olof Öhman, un fermier d'origine américano-suédoise, déclare en 1898 avoir trouvé la pierre alors qu'il débarrassait sa terre d'arbres et de troncs afin de pouvoir la labourer. Elle a été trouvée sur un monticule ou un côté de colline, couchée face contre terre et enchevêtrée dans les racines d'un arbre supposé être âgé d'au moins une dizaine d'années. Aux dires de plusieurs témoins, quelques-unes de ces racines étaient aplaties et épousaient la forme de la pierre. Le fils d'Öhman, âgé d'une dizaine d'années, a alors remarqué des inscriptions et le fermier déclara qu'ils pensaient avoir trouvé un almanach indien. L'artefact a des dimensions de 76 × 41 × 15 cm et pèse environ 90 kg.

Les preuves archéologiques d'établissements vikings au Canada ne devant apparaître que 50 ans plus tard, l'idée de vikings errant à travers le Minnesota à cette époque semble alors impossible aux yeux de la plupart des universitaires du 19ème siècle.

En 1907, la pierre est achetée, apparemment pour 10 dollars par Hjalmar Holand, un étudiant diplômé de l'université du Wisconsin. Holand ravive alors l'intérêt du public et d'autres études sont menées par le géologue Newton Horace Winchell (Minnesota Historical Society) et le linguiste George Flom (Philological Society de l'université de l'Illinois), qui publient tous deux leurs conclusions en 1910.

Si on se réfère à Winchell, le peuplier sous lequel la pierre fut trouvée avait été détruit mais plusieurs peupliers proches et de même taille ont été coupés et, en comptant leurs anneaux, il a été déterminé qu'ils étaient âgés de 40 ans. Comme la région en question n'a été colonisée qu'après 1858, il est apparu que la pierre ne pouvait être une contrefaçon. Winchell conclut aussi que l'aspect désagrégé de la pierre indiquait que l'inscription avait bien 500 ans.

280px kensington runestone flom 1910

La plupart des controverses sur l'authenticité de la pierre de Kensington sont fondées sur un conflit entre les évidences linguistiques et physiques. Le fait que la pierre runique ait été découverte par un fermier suédois dans le Minnesota à une période où l'histoire viking et la culture scandinave étaient très populaires et la publication de plusieurs articles sujets à caution, font qu'un voile tenace de scepticisme en résultera pendant plus de 100 ans.

En 1354, le roi Magnus IV de Suède accorda une lettre de protection à Paul Knutson pour un voyage au Groenland. Les établissements à l'ouest du Groenland avaient été retrouvés abandonnés — seul du bétail y subsistait — quelques années plus tôt et il était supposé que la population avait rejeté l'Église (et sa mainmise sur les fermes locales, acquises progressivement comme paiements de taxes diverses), était retournée au paganisme et partie vers ce qui sera connu plus tard comme l'Amérique du Nord.

En 1887, l'historien Gustav Storm mentionne ce voyage, suggérant son retour vers 1363 ou 1364. Il semble qu'il s'agisse des premiers travaux publiés qui se réfèrent à un voyage vers l'Amérique du Nord, concordant avec la date inscrite sur la pierre. Cela a depuis été confirmé par une lettre écrite en 1577 par Gérard Mercator à John Dee. Cette lettre donne un extrait des travaux plus anciens de Jacobus Cnoyen (maintenant perdus) décrivant un voyage au delà du Groenland dont le retour avec 8 hommes à bord date de 1364. Cnoyen mentionne également qu'un prêtre était du voyage et que celui-ci le décrivit dans un livre appelé Inventio Fortunate, livre qui est d'ailleurs cité dans nombre de documents du Moyen Âge ainsi que de la Renaissance, mais dont aucune copie ne subsiste.

L'Inventio est cité sur certaines cartes datant du xvie siècle comme étant leur source à propos de la description de l'Arctique. On ne sait pas si le voyage alla jusqu'à la baie d'Hudson mais quelques cartes montrent cette baie au moins 100 ans avant sa première exploration connue. Cela influence apparemment Christophe Colomb pour la planification de son voyage à travers l'Atlantique. Donc, même si un faussaire talentueux avait pu déduire la date à mettre sur la pierre en fonction des informations disponibles à cette époque, il semble qu'une expédition ait bien eu lieu à l'époque mentionnée sur la pierre.

Hacheviking usa3

La voie navigable peut également contenir des signes de la présence viking. Au lac Cormorant, dans le comté de Becker au Minnesota, il y a trois rochers avec des trous triangulaires similaires à ceux utilisés pour amarrer les bateaux le long de la côte norvégienne au xive siècle. Holand a trouvé d'autres trous triangulaires dans des roches près du lieu où la pierre fut trouvée. Un morceau d'acier scandinave du xive siècle servant à allumer des feux est également trouvé entre le lac Cormorant et Kensington, lieu où la pierre runique a été découverte.

Hacheviking usa

D'autres artefacts vikings datés du xive siècle ont été trouvés au Minnesota mais apparemment aucun d'entre eux n'a été découvert sous contrôle archéologique...

Hacheviking usa2Hacheviking usa4

En décembre 1998, exactement un siècle après la découverte de la pierre de Kensington et pour la première fois depuis le rapport de Winchell de 1910, une analyse physique détaillée est menée ; elle inclut une photographie par un microscope à lumière réfractable, un prélèvement de roche et un examen au microscope électronique à balayage. En novembre 2000, le géologue Scott F. Wolter présente les résultats préliminaires suggérant que la pierre avait suivi un processus de changement relatif à un séjour dans le sol d'un minimum de 50 à 200 ans.

Par exemple, Wolter note la perte totale de mica sur la surface inscrite de la pierre. Des échantillons de pierres tombales dans le Maine âgés de 200 ans montrent une très grande dégradation en pyrite mais pas sa disparition complète comme cela a pu être remarqué sur la pierre. Étant donné que les échantillons de pierre tombale n'ont pas été sujets aux mêmes contraintes que la pierre, la comparaison suggère cependant que la pierre runique ait été enterrée bien avant le premier établissement européen moderne dans cette zone en 1858.

 

L'inscription sur la face (où plusieurs mots peuvent manquer à cause de la dégradation et à la calcification d'une partie de la pierre) dit:

« 8 göter ok 22 norrmen paa opthagelse farth fro winlanth of west Wi hathe läger weth 2 skylar en thags norder fro theno sten wi war ok fiske en thag äptir wi kom hem fan X man rothe af bloth og ded AVM frälse af illum. »

Traduction:

« 8 Goths de Scandinavie et 22 Norvégiens dans un voyage d'exploration venant du Vinland allant vers l'ouest. Nous avons établi des abris sur 2 îles rocheuses à un jour au nord de cette pierre. Nous avons pêché une journée. Quand nous sommes rentrés nous avons trouvé 10 de nos hommes en sang et morts AVM (Ave Maria) délivre-nous des démons ! »

Le texte sur le côté dit :

« har X mans we hawet at se äptir wore skip 14 thag rise from theno odh Ar wars Herra 1362. »

Traduction:

« Envoyé 10 hommes vers la mer pour aller chercher notre bateau 14 jours de trajet depuis ici An 1362 de notre Seigneur. »

En 2002, une autre analyse de Nielsen suggère que les formes linguistiques présentes sur la pierre étaient plausibles au xive siècle. De plus, les preuves d'existence pour tous les mots et runes inhabituels ont été trouvées dans d'autres sources médiévales...

 

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_runique_de_Kensington  + http://www.canadianmysteries.ca/sites/vinland/othermysteries/kensingtonrunestone/indexfr.html


 

Cartwheels In Space

An intriguing and totally unexpected wheel-shaped structure has been discovered by K. Taylor (Royal Greenwich Observatory) and D. Axon (Sussex University). Plates made with a 1-meter telescope show this curious dark pattern silhouetted against the Great Nebula in Orion. The circularity and neat set of six spokes make it seem a stellar UFO! No one knows its distance, age, or constitution. Speculation is that some interstellar winds may have created this artificial-looking object.

(Anonymous; "Cartwheels in the Sky," New Scientist, 83:804, 1979.)

Un panier à roues dans l'espace

Une structure en forme de roue intrigante et totalement inattendue a été découvert par les astronomes K. Taylor (Observatoire royal de Greenwich) et D. Axon (Université du Sussex). Les photos avec un télescope de 1 mètre montrent cette curieuse silhouette sombre contre la Grande Nébuleuse d'Orion. Sa circularité et l'ensemble précis de six rayons la font paraître comme un OVNI stellaire ! Personne ne connaît sa distance, son âge, ou sa constitution. La spéculation est que certains vents interstellaires peuvent avoir créé cet objet d'apparence artificielle...

(Anonyme, "Un Pannier à roues dans le ciel," New Scientist, 83: 804, 1979.)

Cartwheels space 1979YH : cet objet spatial très lointain et gigantesque, d'apparence artificiel et extra-terrestre, n'a plus été signalé par la suite par les professionnels de l'espace...

 


 

The nuclear threat: bad dates

Woodmorappe has assembled an impressive and disconcerting collection of anomalous radiometric dates. Over 300 serious discrepancies are tabulated and backed by some 445 references from the scientific literature. To remove triviali-ties, only dates that were "wrong" by 20% or more were included. This criterion insured that the anomalous dates were off by one or more geological periods. To enhance his case, Woodmorappe excluded data for such troublesome minerals as K-feldspar, which have unreliable records. The surviving discordances will certainly disturb anyone who has long accepted radioactive dating as the near-final word in geochronology.

The lengthy text accompanying the table delves into the geological problems posed by the tabulated anomalies, primarily the severe distortions implied in the supposedly well-established geological time scale. Many attempts have been made to explain away these discrepancies, usually by asserting that the system must have been "open"; that is, contamination and/or removal of materials occurred. But a far more serious situation exists: the reluctance of researchers to publish radiometric dates that fly in the face of expectations. Data selection and rejection are epidemic. Some authors admit tossing out wild points; others say nothing.

(Woodmorappe, John; "Radiometric Geochronology Reappraised," Creation Research Society Quarterly, 16:102, 1979.)

L'analyse nucléaire: mauvaises dates

John Woodmorappe a assemblé une collection impressionnante et déconcertante de dates radiométriques anormales. Plus de 300 sérieuses divergences sont totalisées et soutenues par quelques 445 références de la littérature scientifique. Pour supprimer les liens de triviali, seules les dates qui étaient «mauvaises» de 20% ou plus ont été inclues. Ce critère assurait que les dates anormales étaient supprimées par une ou plusieurs périodes géologiques. Pour améliorer sa recherche, Woodmorappe a exclu les données relatives à ces minéraux gênants comme le feldspath potassique, qui ont des résultats non fiables. Les discordances survivantes vont certainement déranger les personnes qui ont depuis longtemps accepté la datation radioactive (carbone 14) comme le mot quasi-final dans la géochronologie.

Le long texte accompagnant la table plonge dans les problèmes géologiques posés par les anomalies sous forme de tableaux, principalement les graves distorsions implicites dans l'échelle des temps géologiques supposément pourtant bien établie. De nombreuses tentatives ont été faites pour expliquer ces écarts, généralement en affirmant que le système devait avoir été "ouvert"; autrement dit, une contamination et / ou l'enlèvement de matériaux se sont produits. Mais une situation beaucoup plus grave existe: la réticence des chercheurs à publier des dates radiométriques qui volent dans le visage des attentes (qui ne correspondent pas aux résultats attendus et conformes à la science officielles). La sélection des données et le rejet sont épidémies. Certains auteurs admettent publier des points faux; d'autres ne disent rien...

(Woodmorappe, John; "géochronologie radiométrique réévaluée," Création recherche de la Société Quarterly, 16: 102, 1979.)

YH : on voit ici que déjà dans les années 1970, le système de datation le plus utilisé et reconnu par la science officielle était mis à mal par certains scientifiques... ces divers travaux aboutiront à un recalibrage de certaines fourchettes établies auparavant par les données au carbone 14 (au début du 21eme siècle) mais aussi à l'obligation de ne plus s'en tenir qu'aux datations au carbone 14, d'autres méthodes devant être pratiquées conjointement. Un gros problème demeure néanmoins : de nombreuses datations établies avant ces modifications importantes (plusieurs millénaires selon les fourchettes de temps) n'ont jamais été mises à jour et modifiées dans les livres, musées, etc... Un gros travail de redatations d'artefacts de toutes natures reste à faire, mais la remise en question d'un pan de l'Histoire de l'Humanité semble beaucoup freiner les choses... ainsi que l'argent et le temps...


 

Bering Strait Theory Again In Trouble

If humans first populated North America via the Bering land bridge 10-20,000 years ago, how did human bones and artifacts get buried under a 50,000-year-old alluvial fan in California? Dogma demands that such finds be discredited. Thus, "Pleistocene Man at San Diego," the Calaveras Skull, and dozens of other archeological anomalies have been dismissed as the hoaxes and misidentifications of nonprofessionals. The latest hint of truly ancient man in America came after heavy rains in 1976 cut through 21 meters of deposits at Yuha Pinto Wash, just north of the Mexican border in California. The artifacts, still firmly in place, and associated bones are undeniably human. The overlying sediments are dated at more than 50,000 years old.

(Childers, W. Morlin, and Minshall, Herbert L.; "Evidence of Early Man Exposed at Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45:297, 1980.)

American antiquity

La théorie du détroit de Béring à nouveau en difficulté


Si les humains ont d'abord peuplé l'Amérique du Nord via le détroit de Béring il y a 10-20,000 ans, comment des os et des artefacts humains ont pu se faire enterrer sous un cône alluvial vieux de 50,000 ans en Californie ? Le Dogme exige que de telles trouvailles doivent être discréditées. Ainsi, le "Pléistocène Man de San Diego", le crâne de Calaveras, et des dizaines d'autres anomalies archéologiques ont été rejetées comme des canulars et des méprises de non-professionnels. Le dernier indice de l'ancienneté de l'homme dans l'Amérique est venu après de fortes pluies en 1976 et une crevasse à travers 21 mètres de dépôts à Yuha Pinto Wash, juste au nord de la frontière mexicaine en Californie. Les artefacts, toujours fermement en place, et les os associés sont indéniablement humains. Les sédiments sus-jacents sont datés vieux de plus de 50.000 ans.

(Childers, W. Morlin, et Minshall, Herbert L .; "Preuve de Early Man Exposed au Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45: 297, 1980.)

YH : Notez qu'à cet endroit même, à Yuha Pinto Wash en Californie, existe encore de très grands géoglyphes dessinés dans le désert par les indiens, pour se souvenir que ce désert a été il y a très longtemps habité par l'être humain... malheureusement, une grande partie de ces géoglyphes géants visibles du ciel (un peu comme à Nasca ou ailleurs en amérique latine) a été détruite par une bande de motards attardés (tous ne le sont pas heureusement !), dans les années 1970... Et notez aussi qu'il existe plusieurs endroits aux USA où des géoglyphes géants ont été découverts :

Img 0256

Img 0257Img 0258Intaglio 1Intaglio 3


 

Anomalous Sounds From An Australian Fireball

On April 7, 1978, a very large fireball passed through the atmosphere above the east coast of New South Wales. Seen by hundreds, it generated many high quality reports. Fifteen of the written reports mentioned anomalous sounds -- hisses, hums, swishes, and crackling sounds heard simultaneously with the visual sighting. Such sounds are anomalous because the meteor is tens of kilometers high and real sound would take a minute or more to reach the ground. (The sound from a detonating meteor is often heard several minutes later.)

Keay is convinced of the reality of the anomalous sounds and suggests that the highly turbulent plasma in the meteor wake generates powerful electromagnetic radiation at audio frequencies. This intense radio energy reaches the earth at the same time the visible light does. It may be converted into sound as it interacts with the surface and the observer.

(Keay, Colin S.L.; "The 1978 New South Wales Fireball," Nature, 285:464, 1980.)

Des sons anormaux d'une boule de feu australienne

Le 7 Avril 1978, une très grosse boule de feu a traversé l'atmosphère au-dessus de la côte est de la Nouvelle-Galles du Sud. Vue par des centaines de personnes, il a généré beaucoup de rapports de haute qualité. Quinze des rapports écrits font mention de sons anormaux - des sifflements, bourdonnements, bruissements, et craquements entendus simultanément avec l'observation visuelle. Ces sons sont anormaux parce que le météore était à des dizaines de kilomètres de hauteur et un son réel prendraient une minute ou plus pour atteindre le sol. (Le son d'un météore détonant est souvent entendu plusieurs minutes plus tard.)

Keay est convaincu de la réalité des sons anormaux et suggère que le plasma très turbulent dans le sillage des météorites génère un rayonnement électromagnétique puissant ayant des fréquences audio. Cette énergie de radio intense atteint la terre en même temps que la lumière visible le fait. Elle peut être convertie en son, tel qu'il interagit avec la surface et l'observateur.

(Keay, Colin SL; "1978 Boule de feu de Nouvelle-Galles du Sud ," Nature, 285: 464, 1980.)


 

A suivre pour d'autres pages...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 04-11-2015

Pyramides d'Egypte : de la HiTech utilisée dès novembre

Pyramides d'Egypte : de la HiTech utilisée dès novembre

 

Pyramidedahrchourromb

Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh Al-Damati a annoncé dimanche 25 octobre le lancement de Scan Pyramids, une nouvelle mission scientifique internationale pour en savoir plus sur quatre des nombreuses pyramides égyptiennes, qui utilisera des procédés de Hautes Technologies qui ne laisseront aucune trace sur ces monuments archéologiques qui conservent encore une partie de leur mystère.

Acceskheops

Le couloir d'accès actuel de la Grande Pyramide de Kheops n'est pas d'origine car on sait qu'il a été créé en 820 après JC par le Calife Al-Mamoun pour visiter la pyramide... (crédit Guminda)

 

Concrètement, le ministère égyptien a chargé un institut français et une association française à but non lucratif, l’Héritage, Innovation, Préservation Institut (HIP) de coordonner avec la Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire cette mission d’un an, qui concerne deux pyramides du site de Dahchour (la rhomboïdale et la pyramide rouge), et deux autres du site de Gizeh (Khéops et Képhren).

L'HIP et la mission Scan Pyramids dispose donc de presque un million d'euros pour tenter de percer certains mystères liés à la construction de ces pyramides, qui ont fait et font toujours l'objet de diverses hypothèses. Par exemple, on sait qu'en 1986 et 1987, une campagne de microgravimétrie (une méthode qui permet de mesurer la densité des matériaux à l’intérieur d’une structure) a fait ressortir dans la Grande Pyramide de Gizeh une anomalie en sous-densité en forme de spirale sur toute la hauteur de l’édifice. Les mesures ont aussi montré de façon certaine que les 50 mètres supérieurs de la pyramide étaient peu denses, de même que certaines arêtes, à intervalles réguliers. Pour l’architecte Jean-Pierre Houdin, toutes ces anomalies s’expliquent probablement par la présence d’une rampe intérieure en spirale sous la "peau" du monument ayant facilité sa construction. Pour d’autres spécialistes, elles prouvent plutôt une construction par degrés, ensuite maçonnée en rampe inclinée, les creux étant remplis de façon plus tendre. D'autres théories font intervenir également des pierres non-naturelles, mais plutôt en une sorte de béton peu dense et peu lourd inventé et utilisé précocement par les créateurs de certains monuments antiques...

 

Pyramidedahrchourromb

site de Dahchour la pyramide rhomboïdale

La mission va commencer dès début novembre par le passage minutieux de caméras à infrarouge sur les parois des pyramides. Elles permettront de relever l'empreinte thermique qui émane en permanence des parois. Cette opération pourrait permettre de constater d’éventuelles différences de densité d'un endroit à l'autre de chaque monument, en fonction de la chaleur qui s'en dégage. Une manière de chercher, notamment, des zones vides - moins denses - proches de la surface, qui pourraient indiquer la présence de pièces ou cavités inconnues jusqu’à présent.

 

Imagerie hip

Imagerie à la caméra infrarouge qui détecte les vides à l'intérieur d'une structure et la présence éventuelle de galerie, de chambres funéraires, etc. HIP INSTITUT
 

Ensuite, les scientifiques et techniciens vont rechercher des muons, c'est-à-dire des particules cosmiques présentes naturellement dans l’atmosphère et qui traversent la matière. Plus cette dernière est dense, moins elle laisse passer de muons.

 

Pyramide rouge1site de Dahchour la pyramide rouge

Il s'agit ici d'une nouvelle technologie, qui a été développée au Japon pour, entre autres, observer les volcans. Lorsqu’il y a des changements sur les relevés étudiant les volcans en permanence, cela indique qu’il y a un regain d’activité. De même, s’il y a des variations du nombre de muons captés à l’intérieur de Khéops ou dans la pyramide rouge, par exemple, il y a des chances que derrière les murs ou les parois se trouve une anomalie, comme une salle cachée ou une structure solide jusqu’alors inconnue. (on revient ici sur la recherche de la tombe de Nefertiti dont on a beaucoup parlé récemment car ces mêmes techniques vont aussi être utilisées à Louxor dans la tombe du jeune pharaon Toutânkhamon).

Toutes ces données seront ensuite intégrées dans des représentations en 3D les plus fidèles possibles de ces quatre pyramides, réalisées pour l’occasion par des drones armés de capteurs photographiques, qui vont survoler et parcourir les couloirs et pièces de toutes ces pyramides. Et le tout sera mis à la disposition des archéologues, architectes et historiens qui sont les seuls à priori habilités pour pouvoir tirer des conclusions si c'est dans le domaine du possible avec ces nouvelles données bien sûr...

 

Davidroberts 1838 cheops chepren sphinxDavid Roberts peinture 1838

 

Sources : http://www.scanpyramids.org

http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/10/25/des-drones-pour-percer-les-secrets-des-pyramides-d-egypte_4796640_3246.html

Yves Herbo: on peut regretter (ou se poser la question ?) le fait que ces Hautes et Nouvelles Technologies ne semblent concerner que les pyramides elles-mêmes, et non pas également leurs sous-sols et fondations qui semblent également receler de nombreux mystères...

 

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 27-10-2015

La momie de Nefertiti toujours cachée à Louxor ?

La momie de Nefertiti toujours cachée à Louxor ?

 

Nefertiti drawingNefertiti (Musée de Berlin)

 

La Reine à la beauté légendaire, Nefertiti, épouse du pharaon "hérétique" Akhenaton (également nommé Amenhotep IV (Aménophis IV en grec)), qui réussit l'exploit de convertir provisoirement l'Egypte antique au monothéisme en imposant un culte unique à Aton, Dieu du Soleil, exerça avec son mari un important rôle politique et religieux pendant plus de vingt ans (estimés) entre -1355 et -1337 avant Jésus-Christ. Autant il semble bien que la dépouille du roi Akhenaton ait bien été découverte (avec une identification génétique probable récemment, en 2010), autant la momie de la reine Nefertiti n'a jamais été trouvée et clairement identifiée (certains chercheurs pensent qu'il s'agit de la momie identifiée comme étant la " Younger Lady")...

C'est un archéologue britannique, Nicholas Reeves, qui a reçu en septembre l'autorisation officielle de la part des autorités égyptiennes de procéder à des fouilles à Louxor, dans la Vallée des Rois, pour vérifier sa théorie. Cette dernière repose sur certaines réalités historiques, même si la fin du règne du pharaon Akhenaton est très sombre et peu documentée. Car le décès d'Akhenaton est entouré de mystère. On ne sait ni quand ni les raisons de son décès, ses successeurs ayant tout fait pour effacer les traces du roi hérétique (avec martelage de son nom, destruction et mutilation de son sarcophage). Tout au plus peut-on dater de l’an XVII ou XVIII de son règne la dernière inscription qui le mentionne clairement. Certains chercheurs suggèrent également que l'éclipse totale de soleil du 14 mai 1337 av. J.-C. pourrait être concomitante avec sa mort. Des études récentes de son squelette (ou de celui qui lui est attribué) avancent l'hypothèse qu'il était atteint d'un trouble métabolique portant le nom de homocystinurie, les conséquences de cette maladie pouvant expliquer sa mort (assez jeune car il était monté sur le trône vers ses 16 ans).

Smenkhkarê, gendre et successeur d’Akhenaton après une probable corégence, meurt aussi mystérieusement à la fin d'un règne éphémère. Le pouvoir revient alors au fils cadet d'Akhenaton, alors âgé de 9 ans : Toutânkhaton, qui a épousé Ankhésenpaaton, la troisième fille d’Akhenaton. Avec la disparition d'Akhenaton s'éteint immédiatement le culte exclusif d'Aton. Au bout de trois ans, Toutânkhaton quitte Amarna, capitale de son père ; il adopte le nom de Toutânkhamon, restaure le culte des dieux traditionnels et rétablit le clergé dans les biens dont l’avait dépouillé le " l'hérétique Akhétaton ".

La tombe officielle d'Akhenaton a été aménagée dans la nécropole royale d'Amarna, sa nouvelle capitale. Découverte par des fellah à la fin du 18ème siècle, puis redécouverte en 1891, la tombe fut fouillée par Howard Carter en 1892, qui en releva les décors des parois accessibles pour le compte de l'Egyptian Exploration Fund. De 1893 à 1894, le tombeau a été fouillé par Alexandre Barsanti pour le compte du Service des antiquités égyptiennes, et dégagé des gravats qui l'encombraient, révélant son plan et découvrant les restes du sarcophage externe du roi ainsi que de son coffre à canopes et de nombreux fragments d'oushebtis au nom du roi, brisés en petits morceaux... L'ensemble de ces indices démontre que dans un premier temps, le roi a bien été inhumé dans la tombe qu'il s'était fait aménager dans sa nouvelle capitale. Après le retour à l'orthodoxie religieuse et (probablement) d'un premier pillage de la nécropole royale, le corps du roi a été déplacé et inhumé dans la tombe de sa mère dans la vallée des rois.

 

Pharaoh akhenatenBuste d'Akhenaton, musée égyptien du Caire.

En 1907, Davis et Ayrton fouillant dans la vallée des rois, mettent au jour la tombe KV55 qui contenait plusieurs restes de viatiques funéraires royaux de la fin de la XVIIIe dynastie, dont un grand sarcophage en bois doré dont les cartouches royaux ont été martelés, effaçant à jamais le nom de son propriétaire, et dont le visage en or a été arraché, défigurant la tête du sarcophage. Plusieurs autres objets portaient également des cartouches qui avaient été systématiquement effacés, signe caractéristique de la damnatio memoriae subie par les souverains amarniens au cours de la XIXe dynastie.

Le sarcophage contenait encore une momie réduite à l'état de squelette qui n'a pas été immédiatement identifiée. Des examens récents de ce squelette ont été menés de 2005 à 2009 par une équipe égyptienne dirigée par Zahi Hawass, permettant finalement par des analyses ADN de démontrer que ce corps était bien celui d'un fils d'Amenhotep III et de la reine Tiyi. Ces résultats révélés le 17 février 2010 à la presse et associés aux objets déjà découverts dans la tombe au nom d'Akhenaton, permettent de confirmer l'hypothèse qu'il s'agit bien des restes du roi.

Akhenaton a bien été momifié et a reçu une sépulture officielle dans la nécropole royale de sa capitale. Après avoir reposé une brève période dans son tombeau royal en Amarna, il a été déplacé avec les restes de son équipement funéraire dans la vallée des rois dans la KV55, probablement sous le règne de son fils Toutânkhamon.

Après le règne de ce dernier, la tombe a été ouverte et les objets aux noms du roi ont été délibérément saccagés. C'est à ce moment-là que le sarcophage royal a été abîmé et probablement ouvert afin de dépouiller la momie du roi des ultimes reliques permettant d'identifier son propriétaire, condamnation posthume à l'oubli et surtout interdiction de tout espoir de renaissance dans l'au-delà, ce qui représentait pour les Égyptiens la pire des punitions. Puis la tombe a été refermée et scellée à nouveau. La présence de ces sceaux sur le mur bloquant l'accès à la tombe indique que cet acte de désécration a donc été réalisé par ordre officiel et non par des pillards. Cet acte vient clore la campagne de damnatio memoriae qui a débuté sous le règne d'Horemheb et s'est achevée sous les premiers pharaons de la XIXe dynastie. Yves Herbo : notons tout de même qu'il y a une certaine contradiction ici avec le rapport officiel sur l'attribution du squelette à Akhenaton, qui mentionnerait et associerait donc des objets au nom du roi, découverts dans la tombe : pourquoi aurait-on martelé et effacé le nom du pharaon, ouvert et saccagé son sarcophage... si c'est pour y laisser des objets portant le nom qui a été effacé ? !... 

 

220px statueheadofnefertiti01Nefertiti (Musée de Berlin)

Mais tout ceci nous ramène à la Reine Nefertiti, qui n'était finalement pas la mère de Toutânkhamon, contrairement à ce que l'on a longtemps cru, de récente études de l'ADN de ce dernier prouvant qu'il était bien le fils d'Akhenaton, mais aussi celui d'une des sœurs de son père, dont l'identité n'est pas clairement établie (surnommée Younger Lady actuellement). L'épouse royale est finalement encore plus mystérieuse que son célèbre mari hérétique. En effet, L'origine de Néfertiti est incertaine. Même la date de son mariage et de sa montée sur le trône ne sont pas connues avec certitude, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres données de cette époque. 

En l’an treize (ou quatorze ?) du règne d’Akhenaton (vers -1336 ?), Mérytaton remplaça sa mère comme grande épouse royale dans les cérémonies officielles, et, à partir de l’an quatorze, Néfertiti disparut de l’iconographie amarnienne. Sur quelques reliefs, son nom et son visage furent même martelés et remplacés par ceux de Mérytaton. Il n’est pas impossible qu’elle soit déjà décédée à cette date, d’après une hypothèse, de mort violente. Les raisons véritables de cette disparition subite nous échappent encore. Pour compliquer cette énigme, des sceaux de jarre à vin avec son nom qui porteraient comme indication : « l'an I de Néfertiti » ont été retrouvés dans le palais nord d'Akhetaton (l'actuelle Tell el-Amarna), ce qui signifie peut-être qu'elle y vécut à la fin du règne de son époux voire qu'elle régna après lui.

La disparition de Néfertiti coïncide avec l'apparition d'un nouveau personnage nommé au titre de corégent au nom de Ânkh-Khéperourê Néfernéférouaton. Plusieurs chatons de bague inscrits, trouvés par Sir William Matthew Flinders Petrie à Amarna, montrent que ce nouveau personnage est une femme puisque la forme attestée est Ânkh(t)Khéperourê. Manéthon, dans sa liste royale, évoque une « femme roi » à la fin de la XVIIIe dynastie qu'il nomme Acenchêrês (ou Akenkheres ou Achencherês) qui serait une mauvaise transcription d'Ânkh-Khéperourê. Ici encore, nous en sommes réduits à des conjectures. C'est sur ce postulat que des spécialistes y ont vu la certitude qu'il s'agissait de Néfertiti. Cependant l'identité de cette Ânkh(t)Khéperourê a été très discutée.

Après le court règne du successeur d'Akhenaton, c'est un jeune garçon d’une dizaine d'années qui monte sur le trône, Toutânkhaton, époux de la princesse royale Ânkhésenpaaton. Une nouvelle hypothèse, qui est toutefois du domaine de l'histoire-fiction, car aucun document ne l'étaye : Néfertiti, encore en vie, mais officiellement retirée des affaires publiques, aurait gouverné dans l'ombre, étant donné le jeune âge du nouveau roi. Cette influence — et probablement sa propre vie — se seraient alors achevées pendant la troisième année de règne de Toutânkhamon, en -1331. C'est en cette année en effet que Toutânkhaton adopte le nom de Toutânkhamon, reniant le culte monothéiste d’Akhenaton et marquant officiellement son soutien au dieu thébain Amon. En même temps, la famille royale abandonne Akhetaton, la ville d’Aton, et revient à Thèbes...

Autre étrangeté concernant la famille Akhenaton : D'après l'étude de Zahi Hawass et ses collègues publiée en 2010, Akhénaton et sa lignée patrilinéaire appartiendraient à l'haplogroupe du chromosome YR1b1a2, qui est surtout présent en Europe de l'Ouest et rare en Égypte (moins de 1 % des Égyptiens modernes appartiennent à ce clade). Il semblerait donc, que les Européens de l'Ouest aient les mêmes ancêtres, en ligne paternelle directe, que la famille royale de la XVIIIe dynastie égyptienne. Toutefois les résultats concernant le chromosome Y n'ont pas été révélés par l'étude de Zahi Hawass et ses collègues et, selon Carsten Pusch, un des généticiens ayant participé à l'étude, ce qu'affirme la société iGENEA est « simplement impossible »...  le débat a toujours lieu et d'autres tests génétiques sont à prévoir !

 

220px tuthankhamun egyptian museumLe célèbre masque funéraire en or de Toutankhamon - (musée égyptien du Caire).​

Suite à toutes ces conjectures et hypothèses, Nicholas Reeves propose que la momie de la Reine, possible régnante officielle pendant un an après le décès d'Akhenaton ou même officieuse pendant trois ans, ait pu d'abord reposer dans une chambre funéraire disposée au même endroit que celle de son successeur Toutankhamon, et que le décès de celui-ci (qui est mort jeune également) l'ait déplacée dans une chambre cachée au-delà de la chambre funéraire officielle du pharaon. En effet, début octobre 2015, de retour de trois jours d'exploration dans la Vallée des Rois, Nicholas Reeves a exposé au Caire son audacieuse théorie : des lignes sur les murs de la chambre funéraire de Toutankhamon, visibles seulement grâce à des scanners, démontrent qu'il existe deux portes dissimulées. Il y aurait donc deux chambres dissimulées d'après la conférence du 1er octobre 2015 à laquelle participait également le Ministre égyptien des Antiquités.

" Le tombeau de Toutankhamon au siècle dernier fut la plus grande découverte culturelle en Egypte dans l'histoire de l'Humanité. Si l'on y trouve aujourd'hui autre chose, ce sera la plus importante découverte du XXIe siècle", s'est enthousiasmé le nouveau ministre égyptien des Antiquités, Mr Mamdouh al Damati, lors de la conférence. Mais le ministre penche plutôt pour la découverte de la momie de Kiya, une épouse secondaire du pharaon Akhenaton, ou celle de sa fille, Mérytaton.

Les deux hommes s'accordent néanmoins sur un point : dans un mois, espèrent-ils, des radars sophistiqués vont sans doute révéler l'existence d'une autre chambre funéraire, au cœur du tombeau de Toutankhamon, dont la mise au jour, le 4 novembre 1922, avait été la "découverte du XXe siècle". Les spécialistes pensent donc que ces deux portes donneraient sur une vaste chambre funéraire, parallèle à celle du jeune roi Toutankhamon... mais qu'en pense notre ami Albert Fagioli qui, suite à la demande de ses lecteurs, a procédé à son habituelle recherche de radiesthésiste à distance, ne pouvant se rendre de par lui-même sur les lieux ?

 

Tombeautoutankhamon nefertiti

C'est donc à l'aide d'un plan de ce fameux tombeau de Toutankhamon qu'il fit ses recherches sur d'éventuelles salles inédites... Et d'après son impression générale et les indications de ses instruments, il y aurait bien deux salles inédites sur le côté droit de la salle du tombeau de Toutankhamon. (Symétrie par rapport à l'une des salles aux trésors).

Mais selon Mr Fagioli, il n’y aurait pas de tombeau dans ces deux chambres. Seulement un trésor, probablement archéologique.

On attend avec impatience de voir les résultats du radar de sol que le professeur Nicholas Reeves devrait pouvoir passer début novembre dans les directions indiquées par les premiers scanners. Et voir si cela correspond aux travaux à distance de Mr Fagioli.

Pour rappel, on espère toujours également une invitation que Mr Fagioli avait demandé auprès du Ministre des Antiquités Égyptiennes depuis presque 2 ans (mais celui-ci a changé depuis)... Pour confirmer des salles souterraines sous le Sphinx, des salles souterraines sous le Temple de Karnak et surtout la présence de 4 nouveaux tombeaux dans la Vallée des Rois, dont l'un aurait un long corridor de plus de 100 mètres

Dans l'un de ces quatre tombeaux, il pourrait bien y avoir celui de Néfertiti et d'un autre célèbre pharaon. 

Yves Herbo : quoiqu'il en soit, nous devrions en savoir plus courant novembre 2015, il y aura donc éventuellement une Mise à Jour de cet article...

Les pyramides d'Egypte et le Sphinx : 
http://albert-fagioli.blogg.org/les-pyramides-d-egypte-et-le-sphinx-c26554382  

La Vallée des Rois :
http://albert-fagioli.blogg.org/la-vallee-des-rois-c26554398 

Le Temple de Karnak :
http://albert-fagioli.blogg.org/le-temple-de-karnak-c26554400 

 


Egypte : la momie de Néfertiti bientôt découverte ?

 

Sources : http://www.francetvinfo.fr/sciences/archeologie/video-tombeau-de-nefertiti-l-egypte-reve-de-la-plus-importante-decouverte-du-xxie-siecle_1111101.html

http://albert-fagioli.blogg.org/les-deux-chambres-secretes-du-tombeau-de-toutankhamon-albert-fagioli-a118979386

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tout%C3%A2nkhamon

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 15-10-2015

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

 

Lezard oiseau obeid1

Tell al`Ubaid from 4500 B.C.E, ( BEFORE COMMON ERA )
NFOSource

 

Pour simplifier les choses, l'archéologie moderne énonce que la première civilisation humaine a commencé en Irak, dans l'ancienne Mésopotamie, avec la grande civilisation de Sumer. Mais les découvertes récentes ont largement remis en question ce concept simplifié de l'Histoire Humaine, avec les découvertes de la civilisation de l'Indus et de celle d'Aratta, qui prouvent que Sumer n'était pas l'unique civilisation aux mêmes périodes, voir que certaines pourraient bien l'avoir précédé. Mieux encore, on a aussi découvert que les sumériens, quand ils sont arrivés en Mésopotamie, ont en fait envahi et soumis des populations qui étaient déjà sur place. Des peuples qui possédaient déjà bien sûr leur propre langue et même... leurs propres constructions et architectures ! Les preuves sont maintenant multiples, que l'on parle de la découverte du premier temple d'Uruk, qui date de plus de 5000 ans avant JC (avant l'arrivée des sumériens donc) mais aussi des différences de noms et d'appellations dans la propre langue et écriture des sumériens : la preuve qu'ils ont adopté eux-mêmes des termes et mots des langues des populations locales soumises...

 

Mesopotamie sumer

 

C'est sur le site archéologique de Al Obeid, que de nombreuses preuves et artefacts ont été trouvés. Des artefacts pré-sumériens de 7.000 ans, représentant notamment des personnages humanoïdes avec des caractéristiques de lézard...

 

Lizardmen

La culture Ubaidienne est une culture préhistorique, en Mésopotamie, qui remonte à entre 4.000 et 5.500 ans avant JC. Comme pour les Sumériens, les origines du peuple Ubaidien sont inconnues. Ils vivaient dans de grandes colonies de villages, dans des maisons rectangulaires en briques de boue et ils avaient développé l'architecture, l'agriculture et l'ensemencement de la terre en utilisant l'irrigation. L'architecture domestique incluait de grandes maisons en forme de T, des cours ouvertes, des rues pavées, ainsi que des équipements de transformation des aliments. Certains de ces villages avaient commencé à se développer en villes, des temples avaient commencé à apparaître, ainsi que des bâtiments monumentaux tels que dans Eridu, Ur et Uruk, des sites devenus majeurs dans la civilisation sumérienne. Selon les textes sumériens, Ur était considérée comme la première ville.

 

Carte summer akkad

Le site principal où les objets insolites ont été découverts est appelé Tell Al'Ubaid - bien que des figurines ont également été trouvées à Ur et Eridu. Le site d'Al'Ubaid est un petit monticule d'environ un demi-kilomètre de diamètre et deux mètres au dessus du sol. Le site a été fouillé par Harry Reginald Hal en 1919. Des figurines d'hommes et des figurines féminines ont été trouvées dans différentes postures, et la plupart des figurines semblent porter un casque et avoir une sorte de rembourrage sur les épaules. D'autres figurines ont été trouvées, tenant un bâton ou un sceptre, peut-être comme un symbole de justice et de jugement. Chaque figurine a une pose différente mais le plus étrange de tout est que certaines figurines féminines tiennent des bébés qui tètent du lait à leur poitrine, mais que l'enfant est aussi représenté comme une créature de type lézard...

 

Lizardmen2


Les figurines sont représentées avec de longues têtes, des yeux en amande, de longs visages effilés et un nez du type lézard. Ce qu'ils représentent exactement  est totalement inconnu. Selon les archéologues, leurs postures, comme celles représentant des statuettes féminines allaitant, ne suggèrent pas qu'elles étaient des objets rituels. Alors pourquoi ces personnages représentent des lézards ?

 

Ubaid figurines

Cet artefact de figurine d'Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid, datant de 4000 à 5900 avant notre ère, qui est antérieure à la culture sumérienne. La figurine détient un phallus personnel représentant la justice, ME ou MES, (Règles) un mot similaire à MESS, signifiant un état de désordre ou la confusion. La tête à gauche a une authenticité inconnue, mais il n'y a aucune explication pour la figurine et sa forme intrigante (comme un masque), la statuette est étiquetée "un objet rituel", comme c'est commun dans les cercles archéologiques en cas d'incertitude, ce qui représente un objet particulier. L'objet semble exprimer une tête humanoïde enfermée dans ce qui peut être mieux caractérisé comme un casque. NFOSource

Peu importe ce qu'ils étaient, ils semblent avoir été important pour l'ancien peuple Ubaidien. Nous savons que le serpent était un symbole majeur utilisé dans de nombreuses sociétés pour représenter un certain nombre de dieux, par exemple, le dieu sumérien Enki, et le serpent a été utilisé plus tard comme le symbole de la Confrérie du Serpent, dont William Bramley discute (voir la traduction de son interview ci-dessous). Y a-t-il un lien entre le symbole du serpent et les représentations des lézards ? Pour l'instant, ces questions restent sans réponse...

 

EridudeityIrak Musée de Bagdad.
Figurine Homme période Ubaid Éridou découverte à sept miles du sud ouest de UR, daté à environ 5000 avant JC

 

Reptilian figurines twoFemale Lizard Figurines terracotta, Ur, Ubaid culture, first half of the fourth millenium BCE, h: 14cm From the Ubaid - Southern Mesopotamian Period, 4000 BCE - 5000 BCE Found in Ur 
NFOSource

Mothchildstatueurub2 amiet
Ur, Sud Irak, 4000 BCE - 5000 BCE

MesolizardheadedUbaid period UR
about 4000 BCE- 5500 BCE. 
British Museum. NFOSource

Des comparaisons avec des artefacts assez similaires trouvés ailleurs :

Europe seskloOld Europe
Mother feeding a long headed child Ukraine, Moldavia, Serbia around 4000 BCE - 4500 BCE 
figurine also represented, the upper and lower waters, which she controlled, 
represented by under ground labyrinthine, reflected in the markings on her body.

Text from The |Gods and Goddesses Of Old Europe 3500 BCE - 7000 BCE
Marija Gimbutas. Image reference Christan zervos, 
'Naissance de la Civilisation en Grece I & II 
Editons, cahiers D'Art.14, Rue Du Dragon, Paris - VI

Eygtianwomanfeeding bm1650 1550bc copyEgypte - Egytian clay figurine woman feeding a long headed child
Intermediate period 1550 BC - 1650 BCE British Museum

Mexico2 copyMexique de l'Ouest - West Mexican, Nayarit, 300 AD - 300 BCE 
Female feeding a long headed child, 
British Museum.

South american worrier figure 300bcSouth american worrier figure 300bc nfo

 

L'autre lien, qui paraît évident pour beaucoup de chercheurs et spécialistes, est celui entre ces "dieux lézards ou dieux serpents" et les Anunakis, d'anciens dieux décrits dans certaines traductions du sumérien, mais aussi pour d'autres les "petits gris" et "grand gris", ces êtres liés aux OVNIs et souvent décrits par des témoins depuis plusieurs générations maintenant, et ayant également une apparence proche ou semblable aux divinités ou êtres représentés ci-dessus... mais aussi trouvables dans des représentations découvertes en Amérique latine par exemple... sans oublier toutefois la théorie d'un scientifique sur un dinosaurien tardif intelligent !

 

Une interview très intéressante de William Bramley, traduite par Yves Herbo en français

Godsofeden bramleyw


William Bramley, auteur de l'un des livres les plus populaires sur la théorie des anciens astronautes, Gods of Eden, a donné une interview exclusive pour les lecteurs de Ancient-Origins.net. Dans cette interview, il donne un aperçu des raisons pour lesquelles les extra-terrestres souhaiteraient être impliqués avec les humains et quels sont leurs plans. Il présente également une nouvelle théorie surprenante appelée l' "Hypothèse Remplacement de l'Espèce", sur laquelle, comme vous le verrez, il espère avoir tort...
 

Q: Votre livre, Les Dieux de l'Eden, est l'une des œuvres les plus populaires dont on parle sur le sujet de l'influence extra-terrestre sur l'Histoire humaine, et pourtant vous avez dit que vous pensiez que peu de gens l'auraient lu. Pensez-vous que sa popularité est un signe que de plus en plus de gens en viennent à accepter l'idée que des êtres extra-terrestres ont eu, ou continuent d'avoir, une influence sur notre histoire ?
 

R: Je pense que le livre puise dans une croyance qui a été autour de nous depuis aussi longtemps que les êtres humains ont été ici. C'est l'idée que des entités non-humaines intelligentes influencent les affaires humaines. Nous appelions ces entités "dieux", "anges", "démons", et des noms similaires. Mais quand on regarde certains d'entre eux à travers les yeux modernes - à travers l'Hypothèse Anciens astronautes - ils viennent dans notre foyer d'une façon nouvelle et surprenante. Donc dans un sens, mon livre n'est vraiment rien de nouveau. Il dit, "Oui, il y a peut-être une certaine vérité à la croyance en l'intervention non-humaine, mais c'est seulement aujourd'hui que nous pouvons vraiment commencer à comprendre ceci, grâce à nos propres progrès sur les connaissances."
 

Q: Le point de vue que vous mettez en avant dans votre livre est que des extra-terrestres ont toujours joué un rôle très sinistre et de contrôle dans l'histoire humaine, par exemple, à travers leur participation à la peste noire en Europe et par les guerres d'influence et d'autres événements politiques majeurs. Pourriez-vous expliquer plus sur ce «côté sinistre» et si vous pensez que les extra-terrestres n'auraient fourni aucune influence positive pour l'humanité ?
 

R: Je pense que la meilleure analogie a été exprimée par Charles Fort il y a un siècle: " Je pense que nous sommes la propriété... d'autres mondes qui ont exploré et colonisé ici... quelque chose a maintenant un droit légal sur nous.... Pour les propriétaires de la Terre, les humains sont comme des cochons, des oies, et du bétail. "


Regardez comment nous, les humains, manipulons notre bétail. Dans de nombreux cas, les agriculteurs essaient de bien traiter leurs animaux. Quand un animal tombe malade, l'agriculteur peut faire appel à un vétérinaire. Beaucoup de travailleurs agricoles développent même des liens affectifs avec certaines de leurs créatures favorites. Mais quand vient le temps d'envoyer leur bétail à l'abattoir, les agriculteurs vont le faire. Dans l'intervalle, les travailleurs agricoles feront toujours tout pour garder leurs bêtes en enclos et sous contrôle, peu importe la façon dont ils pourraient traiter autrement leurs animaux.


Quand vous regardez les rapports d'abduction par des OVNI, vous voyez que les humains sont traités un peu comme du bétail. Les êtres humains sont enlevées contre leur volonté, ils sont immobilisés, et ils ont des procédures physiques exercées sur eux qui sont souvent liées à la reproduction de part leur nature. Les humains ne sont pas nécessairement traités avec cruauté, mais ils ne sont pas traités avec la dignité d'égal à égal.


Pour contrôler une grande population, vous ne pouvez pas construire un grand enclos autour d'elle, comme vous le pouvez autour d'un troupeau de bovins. Au moins deux penseurs célèbres - Machiavel et Sun Tzu - ont énoncé ce que vous faites à la place. Vous obtenez que la population sans cesse se querelle et se battre entre elle. La théorie de mon livre est tout simplement que cette technique peut avoir été appliquée à la race humaine dans son ensemble. Si la théorie est vraie, je ne pense pas que les extraterrestres considèrent nécessairement cela comme sinistre. Une telle méthode de contrôle de la population humaine serait tout simplement une technique de gestion nécessaire dans leurs esprits.
 

Q: Un des thèmes que vous avez soulevé, liés au titre de votre livre, est que, dans l'histoire de l'Eden, «Dieu» a dit que c'était un péché de manger du fruit de l'arbre de la connaissance, et que vous avez émis l'hypothèse que "Dieu" désigne en fait une race d'extra-terrestres qui ont créé les humains pour les servir, mais qui voulaient nous garder ignorants. Quels types de connaissances pensez-vous que cette race extra-terrestres essayait de cacher aux êtres humains ?
 

R: Ma théorie est que la connaissance est une véritable compréhension de la nature de la conscience, comment elle se rapporte aux principes fondamentaux de la réalité physique, et les connaissances techniques qui rendraient les humains capables d'une véritable compréhensions des activités spatiales. Ces catégories de connaissances, si elles étaient développées à un haut niveau, feraient des êtres humains des rivaux des Extra-Terrestres. L'histoire d'Adam et Eve, l'histoire de la Tour de Babel, avec leurs prédécesseurs dans les légendes mésopotamiennes antérieures, suggèrent que cette connaissance est quelque chose que les humains ne seront jamais autorisés à réaliser pleinement.
 

Q: Vous vous référez à des extra-terrestres comme de «gardiens», qui considèrent les êtres humains comme des possessions et ont cherché à nous contrôler pendant des milliers d'années. Pensez-vous que les extra-terrestres ont le même niveau d'influence aujourd'hui que comme ils le faisaient dans les temps anciens où le rôle de l'humanité devant «servir les dieux» semblait être plus évident et direct ?
 

R: Je pense que le contrôle direct et évident est toujours plus efficace et influent que la manipulation cachée. La faiblesse de l'aide de méthodes indirectes est que vous devez généralement faire appel au meilleur chez les personnes pour les amener à faire les choses stupides et destructrices que vous voulez qu'ils fassent. Ce n'est pas tout le monde qui va de pair avec ça.


Mais si vous voulez maîtriser une grande population sans avoir à vous battre constamment contre des soulèvements, alors vous devez utiliser le type de méthodes cachées décrites par Machiavel et Sun Tzu. Ainsi, l'influence Extra-Terrestre aurait été plus forte quand ils auraient été dans le commandement à découvert (YH : sous Obaid et Sumer par exemple), mais les méthodes cachées, qu'ils semblent avoir adoptées plus tard, semble avoir été efficaces dans l'accomplissement de leurs objectifs de gouvernance en cours, actuels.
 

Q: Gods of Eden a présenté ces extra-terrestres comme des êtres qui restent très bien en arrière-plan dans le contexte des événements sur la Terre. Pensez-vous que le jour viendra où ils vont se révéler à l'homme, et pourquoi pensez-vous qu'ils ne l'ont pas encore fait, à ce jour ?
 

R: Cette question nécessitera une longue réponse. Elle impliquera également d'entrer dans la frange paranoïaque de grande façon.
Ma théorie est que ces extraterrestres ne se sont pas révélés plus ouvertement, parce qu'ils sont toujours engagés dans les mêmes techniques de gestion qu'ils ont commencé il y a longtemps. La Terre est un beau morceau d'immobilier, et ils veulent le conserver dans leur portefeuille sans difficultés de la part des habitants. Le secret continu peut aussi servir leurs plans futurs.... plans qui ont peut-être été sur les planches pendant une longue période et qui doivent encore être consommés.


Il peut sembler irréaliste que cette activité pourrait se poursuivre sans interruption pendant des milliers d'années. Ma meilleure réponse est que les extraterrestres vivent probablement le Temps différemment que nous. Une bonne analogie serait de comparer l'homme à des fourmis ouvrières. Les fourmis ouvrières vivent environ 90 jours. Si nous maintenons une fourmilière pendant cinq ans, ce sera vingt générations de fourmis ouvrières. Pour les fourmis, vingt générations est un temps très long, mais pour nous, les humains, nous ne les vivont que comme les cinq ans de la vie humaine. Je soupçonne que quelque chose de semblable peut être vrai en ce qui concerne notre relation avec les extraterrestres.


Ma deuxième théorie est basée sur les enlèvements de la littérature ufologique de ces derniers temps. Beaucoup de personnes enlevées ont rapporté que les extraterrestres sont des hybrides de reproductions entre humains et ET. Dix ans après que Les Dieux de l'Eden ait d'abord été publié, un livre intitulé La menace est sorti, par le Dr David Jacobs, qui suggère que cet effort de reproduction peut être un programme à grande échelle. Quand je lis cela, je pensais que, uh-oh, cela pourrait être un signe que ce que je craignais pourrait arriver.


J'avais toujours pensé que si ma théorie était vraie, les extraterrestres auraient probablement ressenti le besoin de prendre des mesures lorsque la race humaine aurait commencé à développer trop de connaissances et de technologies. Sur la base de certains éléments de preuves sur les Anciens Astronautes, la légende du Déluge, et la preuve d'UFO reliés à la peste noire, ma conjecture est que la solution des extraterrestres serait une autre anéantissement de l'homme, peut-être la prochaine fois complètement. Cette annihilation pourrait être en relation avec leur création d'une nouvelle version de l'Homo sapiens qui est plus compatible avec les extraterrestres, pour nous remplacer, tout comme les extraterrestres gardiens l'auraient fait dans la préhistoire, pour créer la version actuelle de l'Homo Sapiens et un retour dans le temps où ils avaient besoin d'esclaves. Ce serait une répétition du scénario de "dehors l'ancien, et dedans la nouvelle" pour répondre à leurs besoins en constante évolution au fil du temps.


Maintenant, ceci est dit quand nous allons vraiment vers la conspiration des trucs paranoïaques. Parallèlement à ce programme hybride ET, nous voyons des tendances suggérant que les conditions sont mises en place sur la Terre pour répéter le scénario de la peste noire. La peste noire était en fait un événement en quatre parties. D'abord il y avait la famine, puis il y a eu la maladie, et alors il y avait des massacres humains sur des humains, basés sur le fanatisme religieux, et à un certain point dans tout cela, il y avait une manifestation beaucoup plus visible des ovnis et de mystérieux "hommes en noir" propageant des aérosols que des personnes ont affirmé qu'ils causaient la peste.


Dans la société d'aujourd'hui, nous assistons à une concentration progressive de l'alimentation humaine dans de moins en moins de mains avec comme résultat l'agriculture industrielle, des brevets sur les semences, et la disparition des abeilles et d'autres pollinisateurs, ce qui va nous amener à devenir plus dépendants des graines qui deviennent de plus en plus monopolisées par des brevets de semences. Si ces tendances se poursuivent, un temps sera atteint où il sera possible de tirer brusquement le bouchon sur une très grande partie de l'approvisionnement alimentaire mondial et provoquer une famine implacable dans le monde. Dans le même temps, certains gouvernements continuent de stocker des armes biologiques que les gouvernements peuvent probablement être incités à libérer au cours d'une période de stress extrême. Le radicalisme religieux est maintenu en vie, et dans le cas où l'approvisionnement alimentaire est massivement coupé et avec un début de la pandémie, nous pouvons nous attendre à voir les radicaux religieux de toutes obédiences inciter les gens à commettre des massacres de non-croyants qui seront blâmés pour la catastrophe, tout comme ce que les chrétiens ont fait aux Juifs pendant la Peste Noire. Si la tendance se maintient, alors quelque part dans tout ce processus, nous pouvons nous attendre à voir une manifestation beaucoup plus visible des ovnis pendant qu'ils éradiquent les humains survivants.


Le scénario hypothétique que je viens de décrire est également basé, en partie, sur les rapports que de nombreux enlevés par des OVNIS ont fait et sont racontés par leurs ravisseurs ET disant qu'une grande catastrophe est à venir, et même que quelques enlevés par des OVNIS sont formés, curieusement, pour le contrôle des foules. Cela ne présage rien de bon.


Quoi qu'il en soit, j'espère que cette "Hypothèse Remplacement de l'Espèce" est erronée. Si elle ne l'est pas, alors oui, il y aura probablement une manifestation beaucoup plus visible des ovnis dans le futur, mais ce ne serait pas un événement heureux. Voilà pourquoi, à certains moments, je souhaite que les debunkers d'OVNIS aient raison et qu'il n'y a pas d'extraterrestres ici. Cette pensée est en réalité beaucoup plus réconfortante pour moi qu'en regardant les preuves sur les OVNI...

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-10-2015