monnaie

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

 

Lezard oiseau obeid1

Tell al`Ubaid from 4500 B.C.E, ( BEFORE COMMON ERA )
NFOSource

 

Pour simplifier les choses, l'archéologie moderne énonce que la première civilisation humaine a commencé en Irak, dans l'ancienne Mésopotamie, avec la grande civilisation de Sumer. Mais les découvertes récentes ont largement remis en question ce concept simplifié de l'Histoire Humaine, avec les découvertes de la civilisation de l'Indus et de celle d'Aratta, qui prouvent que Sumer n'était pas l'unique civilisation aux mêmes périodes, voir que certaines pourraient bien l'avoir précédé. Mieux encore, on a aussi découvert que les sumériens, quand ils sont arrivés en Mésopotamie, ont en fait envahi et soumis des populations qui étaient déjà sur place. Des peuples qui possédaient déjà bien sûr leur propre langue et même... leurs propres constructions et architectures ! Les preuves sont maintenant multiples, que l'on parle de la découverte du premier temple d'Uruk, qui date de plus de 5000 ans avant JC (avant l'arrivée des sumériens donc) mais aussi des différences de noms et d'appellations dans la propre langue et écriture des sumériens : la preuve qu'ils ont adopté eux-mêmes des termes et mots des langues des populations locales soumises...

 

Mesopotamie sumer

 

C'est sur le site archéologique de Al Obeid, que de nombreuses preuves et artefacts ont été trouvés. Des artefacts pré-sumériens de 7.000 ans, représentant notamment des personnages humanoïdes avec des caractéristiques de lézard...

 

Lizardmen

La culture Ubaidienne est une culture préhistorique, en Mésopotamie, qui remonte à entre 4.000 et 5.500 ans avant JC. Comme pour les Sumériens, les origines du peuple Ubaidien sont inconnues. Ils vivaient dans de grandes colonies de villages, dans des maisons rectangulaires en briques de boue et ils avaient développé l'architecture, l'agriculture et l'ensemencement de la terre en utilisant l'irrigation. L'architecture domestique incluait de grandes maisons en forme de T, des cours ouvertes, des rues pavées, ainsi que des équipements de transformation des aliments. Certains de ces villages avaient commencé à se développer en villes, des temples avaient commencé à apparaître, ainsi que des bâtiments monumentaux tels que dans Eridu, Ur et Uruk, des sites devenus majeurs dans la civilisation sumérienne. Selon les textes sumériens, Ur était considérée comme la première ville.

 

Carte summer akkad

Le site principal où les objets insolites ont été découverts est appelé Tell Al'Ubaid - bien que des figurines ont également été trouvées à Ur et Eridu. Le site d'Al'Ubaid est un petit monticule d'environ un demi-kilomètre de diamètre et deux mètres au dessus du sol. Le site a été fouillé par Harry Reginald Hal en 1919. Des figurines d'hommes et des figurines féminines ont été trouvées dans différentes postures, et la plupart des figurines semblent porter un casque et avoir une sorte de rembourrage sur les épaules. D'autres figurines ont été trouvées, tenant un bâton ou un sceptre, peut-être comme un symbole de justice et de jugement. Chaque figurine a une pose différente mais le plus étrange de tout est que certaines figurines féminines tiennent des bébés qui tètent du lait à leur poitrine, mais que l'enfant est aussi représenté comme une créature de type lézard...

 

Lizardmen2


Les figurines sont représentées avec de longues têtes, des yeux en amande, de longs visages effilés et un nez du type lézard. Ce qu'ils représentent exactement  est totalement inconnu. Selon les archéologues, leurs postures, comme celles représentant des statuettes féminines allaitant, ne suggèrent pas qu'elles étaient des objets rituels. Alors pourquoi ces personnages représentent des lézards ?

 

Ubaid figurines

Cet artefact de figurine d'Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid, datant de 4000 à 5900 avant notre ère, qui est antérieure à la culture sumérienne. La figurine détient un phallus personnel représentant la justice, ME ou MES, (Règles) un mot similaire à MESS, signifiant un état de désordre ou la confusion. La tête à gauche a une authenticité inconnue, mais il n'y a aucune explication pour la figurine et sa forme intrigante (comme un masque), la statuette est étiquetée "un objet rituel", comme c'est commun dans les cercles archéologiques en cas d'incertitude, ce qui représente un objet particulier. L'objet semble exprimer une tête humanoïde enfermée dans ce qui peut être mieux caractérisé comme un casque. NFOSource

Peu importe ce qu'ils étaient, ils semblent avoir été important pour l'ancien peuple Ubaidien. Nous savons que le serpent était un symbole majeur utilisé dans de nombreuses sociétés pour représenter un certain nombre de dieux, par exemple, le dieu sumérien Enki, et le serpent a été utilisé plus tard comme le symbole de la Confrérie du Serpent, dont William Bramley discute (voir la traduction de son interview ci-dessous). Y a-t-il un lien entre le symbole du serpent et les représentations des lézards ? Pour l'instant, ces questions restent sans réponse...

 

EridudeityIrak Musée de Bagdad.
Figurine Homme période Ubaid Éridou découverte à sept miles du sud ouest de UR, daté à environ 5000 avant JC

 

Reptilian figurines twoFemale Lizard Figurines terracotta, Ur, Ubaid culture, first half of the fourth millenium BCE, h: 14cm From the Ubaid - Southern Mesopotamian Period, 4000 BCE - 5000 BCE Found in Ur 
NFOSource

Mothchildstatueurub2 amiet
Ur, Sud Irak, 4000 BCE - 5000 BCE

MesolizardheadedUbaid period UR
about 4000 BCE- 5500 BCE. 
British Museum. NFOSource

Des comparaisons avec des artefacts assez similaires trouvés ailleurs :

Europe seskloOld Europe
Mother feeding a long headed child Ukraine, Moldavia, Serbia around 4000 BCE - 4500 BCE 
figurine also represented, the upper and lower waters, which she controlled, 
represented by under ground labyrinthine, reflected in the markings on her body.

Text from The |Gods and Goddesses Of Old Europe 3500 BCE - 7000 BCE
Marija Gimbutas. Image reference Christan zervos, 
'Naissance de la Civilisation en Grece I & II 
Editons, cahiers D'Art.14, Rue Du Dragon, Paris - VI

Eygtianwomanfeeding bm1650 1550bc copyEgypte - Egytian clay figurine woman feeding a long headed child
Intermediate period 1550 BC - 1650 BCE British Museum

Mexico2 copyMexique de l'Ouest - West Mexican, Nayarit, 300 AD - 300 BCE 
Female feeding a long headed child, 
British Museum.

South american worrier figure 300bcSouth american worrier figure 300bc nfo

 

L'autre lien, qui paraît évident pour beaucoup de chercheurs et spécialistes, est celui entre ces "dieux lézards ou dieux serpents" et les Anunakis, d'anciens dieux décrits dans certaines traductions du sumérien, mais aussi pour d'autres les "petits gris" et "grand gris", ces êtres liés aux OVNIs et souvent décrits par des témoins depuis plusieurs générations maintenant, et ayant également une apparence proche ou semblable aux divinités ou êtres représentés ci-dessus... mais aussi trouvables dans des représentations découvertes en Amérique latine par exemple... sans oublier toutefois la théorie d'un scientifique sur un dinosaurien tardif intelligent !

 

Une interview très intéressante de William Bramley, traduite par Yves Herbo en français

Godsofeden bramleyw


William Bramley, auteur de l'un des livres les plus populaires sur la théorie des anciens astronautes, Gods of Eden, a donné une interview exclusive pour les lecteurs de Ancient-Origins.net. Dans cette interview, il donne un aperçu des raisons pour lesquelles les extra-terrestres souhaiteraient être impliqués avec les humains et quels sont leurs plans. Il présente également une nouvelle théorie surprenante appelée l' "Hypothèse Remplacement de l'Espèce", sur laquelle, comme vous le verrez, il espère avoir tort...
 

Q: Votre livre, Les Dieux de l'Eden, est l'une des œuvres les plus populaires dont on parle sur le sujet de l'influence extra-terrestre sur l'Histoire humaine, et pourtant vous avez dit que vous pensiez que peu de gens l'auraient lu. Pensez-vous que sa popularité est un signe que de plus en plus de gens en viennent à accepter l'idée que des êtres extra-terrestres ont eu, ou continuent d'avoir, une influence sur notre histoire ?
 

R: Je pense que le livre puise dans une croyance qui a été autour de nous depuis aussi longtemps que les êtres humains ont été ici. C'est l'idée que des entités non-humaines intelligentes influencent les affaires humaines. Nous appelions ces entités "dieux", "anges", "démons", et des noms similaires. Mais quand on regarde certains d'entre eux à travers les yeux modernes - à travers l'Hypothèse Anciens astronautes - ils viennent dans notre foyer d'une façon nouvelle et surprenante. Donc dans un sens, mon livre n'est vraiment rien de nouveau. Il dit, "Oui, il y a peut-être une certaine vérité à la croyance en l'intervention non-humaine, mais c'est seulement aujourd'hui que nous pouvons vraiment commencer à comprendre ceci, grâce à nos propres progrès sur les connaissances."
 

Q: Le point de vue que vous mettez en avant dans votre livre est que des extra-terrestres ont toujours joué un rôle très sinistre et de contrôle dans l'histoire humaine, par exemple, à travers leur participation à la peste noire en Europe et par les guerres d'influence et d'autres événements politiques majeurs. Pourriez-vous expliquer plus sur ce «côté sinistre» et si vous pensez que les extra-terrestres n'auraient fourni aucune influence positive pour l'humanité ?
 

R: Je pense que la meilleure analogie a été exprimée par Charles Fort il y a un siècle: " Je pense que nous sommes la propriété... d'autres mondes qui ont exploré et colonisé ici... quelque chose a maintenant un droit légal sur nous.... Pour les propriétaires de la Terre, les humains sont comme des cochons, des oies, et du bétail. "


Regardez comment nous, les humains, manipulons notre bétail. Dans de nombreux cas, les agriculteurs essaient de bien traiter leurs animaux. Quand un animal tombe malade, l'agriculteur peut faire appel à un vétérinaire. Beaucoup de travailleurs agricoles développent même des liens affectifs avec certaines de leurs créatures favorites. Mais quand vient le temps d'envoyer leur bétail à l'abattoir, les agriculteurs vont le faire. Dans l'intervalle, les travailleurs agricoles feront toujours tout pour garder leurs bêtes en enclos et sous contrôle, peu importe la façon dont ils pourraient traiter autrement leurs animaux.


Quand vous regardez les rapports d'abduction par des OVNI, vous voyez que les humains sont traités un peu comme du bétail. Les êtres humains sont enlevées contre leur volonté, ils sont immobilisés, et ils ont des procédures physiques exercées sur eux qui sont souvent liées à la reproduction de part leur nature. Les humains ne sont pas nécessairement traités avec cruauté, mais ils ne sont pas traités avec la dignité d'égal à égal.


Pour contrôler une grande population, vous ne pouvez pas construire un grand enclos autour d'elle, comme vous le pouvez autour d'un troupeau de bovins. Au moins deux penseurs célèbres - Machiavel et Sun Tzu - ont énoncé ce que vous faites à la place. Vous obtenez que la population sans cesse se querelle et se battre entre elle. La théorie de mon livre est tout simplement que cette technique peut avoir été appliquée à la race humaine dans son ensemble. Si la théorie est vraie, je ne pense pas que les extraterrestres considèrent nécessairement cela comme sinistre. Une telle méthode de contrôle de la population humaine serait tout simplement une technique de gestion nécessaire dans leurs esprits.
 

Q: Un des thèmes que vous avez soulevé, liés au titre de votre livre, est que, dans l'histoire de l'Eden, «Dieu» a dit que c'était un péché de manger du fruit de l'arbre de la connaissance, et que vous avez émis l'hypothèse que "Dieu" désigne en fait une race d'extra-terrestres qui ont créé les humains pour les servir, mais qui voulaient nous garder ignorants. Quels types de connaissances pensez-vous que cette race extra-terrestres essayait de cacher aux êtres humains ?
 

R: Ma théorie est que la connaissance est une véritable compréhension de la nature de la conscience, comment elle se rapporte aux principes fondamentaux de la réalité physique, et les connaissances techniques qui rendraient les humains capables d'une véritable compréhensions des activités spatiales. Ces catégories de connaissances, si elles étaient développées à un haut niveau, feraient des êtres humains des rivaux des Extra-Terrestres. L'histoire d'Adam et Eve, l'histoire de la Tour de Babel, avec leurs prédécesseurs dans les légendes mésopotamiennes antérieures, suggèrent que cette connaissance est quelque chose que les humains ne seront jamais autorisés à réaliser pleinement.
 

Q: Vous vous référez à des extra-terrestres comme de «gardiens», qui considèrent les êtres humains comme des possessions et ont cherché à nous contrôler pendant des milliers d'années. Pensez-vous que les extra-terrestres ont le même niveau d'influence aujourd'hui que comme ils le faisaient dans les temps anciens où le rôle de l'humanité devant «servir les dieux» semblait être plus évident et direct ?
 

R: Je pense que le contrôle direct et évident est toujours plus efficace et influent que la manipulation cachée. La faiblesse de l'aide de méthodes indirectes est que vous devez généralement faire appel au meilleur chez les personnes pour les amener à faire les choses stupides et destructrices que vous voulez qu'ils fassent. Ce n'est pas tout le monde qui va de pair avec ça.


Mais si vous voulez maîtriser une grande population sans avoir à vous battre constamment contre des soulèvements, alors vous devez utiliser le type de méthodes cachées décrites par Machiavel et Sun Tzu. Ainsi, l'influence Extra-Terrestre aurait été plus forte quand ils auraient été dans le commandement à découvert (YH : sous Obaid et Sumer par exemple), mais les méthodes cachées, qu'ils semblent avoir adoptées plus tard, semble avoir été efficaces dans l'accomplissement de leurs objectifs de gouvernance en cours, actuels.
 

Q: Gods of Eden a présenté ces extra-terrestres comme des êtres qui restent très bien en arrière-plan dans le contexte des événements sur la Terre. Pensez-vous que le jour viendra où ils vont se révéler à l'homme, et pourquoi pensez-vous qu'ils ne l'ont pas encore fait, à ce jour ?
 

R: Cette question nécessitera une longue réponse. Elle impliquera également d'entrer dans la frange paranoïaque de grande façon.
Ma théorie est que ces extraterrestres ne se sont pas révélés plus ouvertement, parce qu'ils sont toujours engagés dans les mêmes techniques de gestion qu'ils ont commencé il y a longtemps. La Terre est un beau morceau d'immobilier, et ils veulent le conserver dans leur portefeuille sans difficultés de la part des habitants. Le secret continu peut aussi servir leurs plans futurs.... plans qui ont peut-être été sur les planches pendant une longue période et qui doivent encore être consommés.


Il peut sembler irréaliste que cette activité pourrait se poursuivre sans interruption pendant des milliers d'années. Ma meilleure réponse est que les extraterrestres vivent probablement le Temps différemment que nous. Une bonne analogie serait de comparer l'homme à des fourmis ouvrières. Les fourmis ouvrières vivent environ 90 jours. Si nous maintenons une fourmilière pendant cinq ans, ce sera vingt générations de fourmis ouvrières. Pour les fourmis, vingt générations est un temps très long, mais pour nous, les humains, nous ne les vivont que comme les cinq ans de la vie humaine. Je soupçonne que quelque chose de semblable peut être vrai en ce qui concerne notre relation avec les extraterrestres.


Ma deuxième théorie est basée sur les enlèvements de la littérature ufologique de ces derniers temps. Beaucoup de personnes enlevées ont rapporté que les extraterrestres sont des hybrides de reproductions entre humains et ET. Dix ans après que Les Dieux de l'Eden ait d'abord été publié, un livre intitulé La menace est sorti, par le Dr David Jacobs, qui suggère que cet effort de reproduction peut être un programme à grande échelle. Quand je lis cela, je pensais que, uh-oh, cela pourrait être un signe que ce que je craignais pourrait arriver.


J'avais toujours pensé que si ma théorie était vraie, les extraterrestres auraient probablement ressenti le besoin de prendre des mesures lorsque la race humaine aurait commencé à développer trop de connaissances et de technologies. Sur la base de certains éléments de preuves sur les Anciens Astronautes, la légende du Déluge, et la preuve d'UFO reliés à la peste noire, ma conjecture est que la solution des extraterrestres serait une autre anéantissement de l'homme, peut-être la prochaine fois complètement. Cette annihilation pourrait être en relation avec leur création d'une nouvelle version de l'Homo sapiens qui est plus compatible avec les extraterrestres, pour nous remplacer, tout comme les extraterrestres gardiens l'auraient fait dans la préhistoire, pour créer la version actuelle de l'Homo Sapiens et un retour dans le temps où ils avaient besoin d'esclaves. Ce serait une répétition du scénario de "dehors l'ancien, et dedans la nouvelle" pour répondre à leurs besoins en constante évolution au fil du temps.


Maintenant, ceci est dit quand nous allons vraiment vers la conspiration des trucs paranoïaques. Parallèlement à ce programme hybride ET, nous voyons des tendances suggérant que les conditions sont mises en place sur la Terre pour répéter le scénario de la peste noire. La peste noire était en fait un événement en quatre parties. D'abord il y avait la famine, puis il y a eu la maladie, et alors il y avait des massacres humains sur des humains, basés sur le fanatisme religieux, et à un certain point dans tout cela, il y avait une manifestation beaucoup plus visible des ovnis et de mystérieux "hommes en noir" propageant des aérosols que des personnes ont affirmé qu'ils causaient la peste.


Dans la société d'aujourd'hui, nous assistons à une concentration progressive de l'alimentation humaine dans de moins en moins de mains avec comme résultat l'agriculture industrielle, des brevets sur les semences, et la disparition des abeilles et d'autres pollinisateurs, ce qui va nous amener à devenir plus dépendants des graines qui deviennent de plus en plus monopolisées par des brevets de semences. Si ces tendances se poursuivent, un temps sera atteint où il sera possible de tirer brusquement le bouchon sur une très grande partie de l'approvisionnement alimentaire mondial et provoquer une famine implacable dans le monde. Dans le même temps, certains gouvernements continuent de stocker des armes biologiques que les gouvernements peuvent probablement être incités à libérer au cours d'une période de stress extrême. Le radicalisme religieux est maintenu en vie, et dans le cas où l'approvisionnement alimentaire est massivement coupé et avec un début de la pandémie, nous pouvons nous attendre à voir les radicaux religieux de toutes obédiences inciter les gens à commettre des massacres de non-croyants qui seront blâmés pour la catastrophe, tout comme ce que les chrétiens ont fait aux Juifs pendant la Peste Noire. Si la tendance se maintient, alors quelque part dans tout ce processus, nous pouvons nous attendre à voir une manifestation beaucoup plus visible des ovnis pendant qu'ils éradiquent les humains survivants.


Le scénario hypothétique que je viens de décrire est également basé, en partie, sur les rapports que de nombreux enlevés par des OVNIS ont fait et sont racontés par leurs ravisseurs ET disant qu'une grande catastrophe est à venir, et même que quelques enlevés par des OVNIS sont formés, curieusement, pour le contrôle des foules. Cela ne présage rien de bon.


Quoi qu'il en soit, j'espère que cette "Hypothèse Remplacement de l'Espèce" est erronée. Si elle ne l'est pas, alors oui, il y aura probablement une manifestation beaucoup plus visible des ovnis dans le futur, mais ce ne serait pas un événement heureux. Voilà pourquoi, à certains moments, je souhaite que les debunkers d'OVNIS aient raison et qu'il n'y a pas d'extraterrestres ici. Cette pensée est en réalité beaucoup plus réconfortante pour moi qu'en regardant les preuves sur les OVNI...

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-10-2015

Augmentation de la menace des séismes et du volcanisme et mini âge glaciaire

Augmentation de la menace des séismes et du volcanisme et mini âge glaciaire ?

Next big one photo mini

De nombreux sites ont relayé une alerte mondiale sur une augmentation de la menace des tremblements de terre et du volcanisme, en particulier aux USA. Plusieurs sources en ont rajouté ou ont mal traduit comme très souvent. Tout d'abord, ce n'est pas une alerte "officielle" et "gouvernementale" comme l'ont affirmé certains, et la NASA, ainsi que le gouvernement fédéral des USA nie toute implication dans ces déclarations et lettres. Tout ceci émane d'un organisme privé et à buts lucratifs, dirigé effectivement par un ancien conseillé scientifique à la Maison Blanche, Monsieur Casey.

Le Space and Science Research Corporation (SSRC) (ne pas confondre avec le SRC, créateur du projet américano-canadien HARP (1967) de Gerald Bull (assassiné par le Mossad à priori dans les années 1990), est le premier organisme de recherche aux États-Unis sur le sujet des changements climatiques liés à une ère de refroidissement global de longue durée (une nouvelle ère glaciaire serait à l'ordre du jour selon ces prévisionnistes). Outre la recherche, son objectif est d’alerter les gouvernements, les médias et les populations sur la nécessité de se préparer à cette nouvelle ère climatique. N'ayant aucun lien avec la NASA, il faut le répéter, le SSRC s'appuie plutôt sur certaines de ces données, dont celles de 2011 pour argumenter sur ses propres résultats, qui viennent de mener à l'envoi d'une lettre officielle d'alerte à la FEMAFederal Emergency Management Agency ).

Le SSRC croit, ainsi que d’autres scientifiques et géologues, qu’il existe une forte probabilité que les éruptions volcaniques et les tremblements de terre seront plus nombreux en fréquence et en intensité au cours de cette prochaine ère. Tous ces événements catastrophiques seraient le résultat d’un cycle « d »hibernation solaire », soit une réduction spectaculaire de la production d’énergie du Soleil.

En date du 8 juin dernier, le SSRC a émis un communiqué de presse sur son site intitulé « La menace de tremblements de terre et de volcans augmente pour les États-Unis« .

Le 5 juin 2015, une lettre a été envoyée à Craig Fugate, administrateur de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), par le PDG du SSRC. Dans cet écrit, on peut lire que:

– la probabilité de séismes et d’éruptions volcaniques dans les régions sismiques et volcaniques a augmenté de manière significative;

– nous croyons que les États-Unis et tous les pays du monde sont maintenant entrés dans la période la plus dangereuse pour des tremblements de terre catastrophiques et des éruptions volcaniques depuis les derniers deux cents ans;

– une nouvelle tendance vers l’augmentation du nombre et de l’intensité des tremblements de terre et des volcans à l’échelle mondiale a déjà commencé et génère de graves préoccupations dans le domaine de la géologie;

– l’élévation du niveau de menace que nous lançons est intimement liée à une réduction dramatique en cours de la production d’énergie du Soleil (hibernation solaire);

– ces périodes sont universellement reconnues au sein de la communauté de la physique solaire. Notre précédente recherche indiquant le début de la prochaine hibernation solaire est maintenant confirmée par la NASA.

NASA Data Confirms Solar Hibernation and Climate Change to Cold Era (2011).

Femanewmadridletterjune52015femanewmadridletterjune52015.pdf (143.43 Ko)

– par conséquent, nous croyons que les zones sismiques et volcaniques à haut risque aux États-Unis, surtout en Californie, en Caroline du Sud et en particulier la zone sismique de New Madrid, peuvent éprouver de grands tremblements de terre ou éruptions volcaniques à tout moment entre maintenant et jusqu’en 2030.

– dans le cas de la faille de New Madrid, nous montrons que dans chacune des quatre dernières périodes d’hibernation solaire, un tremblement de terre catastrophique a frappé la région. Maintenant qu’une nouvelle hibernation solaire a commencé, nous en appelons à prendre des précautions maximales étant donné la forte probabilité que d’autres tremblements de terre dévastateurs frappent à nouveau la zone sismique de New Madrid.

Next big one photo medium

– la fenêtre pour un prochain grand tremblement de terre sur la faille de New Madrid est comprise entre 2017 et 2038.

John L. Casey, PDG du SSRC, termine sa lettre en disant:

" Il est compréhensible que cette lettre puisse être difficile à accepter étant donné l’ampleur du problème et des obstacles que vous rencontrerez d’un point de vue politique et scientifique pour en arriver à prendre une action décisive comme nous vous exhortons à le faire. Toutefois, avant de rejeter ce message, je demande instamment que vous examiniez soigneusement nos recherches, nos conclusions et nos recommandations pour la préparation de ce nous croyons être une période géophysique destructive jamais inégalée. "

La lettre a été signée par le président SSRC, M. John Casey, et livrée au siège de la FEMA à Washington, DC. Dans la lettre, M. Casey explique comment la réduction dramatique en cours de la production d'énergie du Soleil ne va pas seulement plonger le monde dans une période froide pour des décennies (certains parlent de 200 ans), mais en même temps, apporter une série de dévastations géophysiques avec de monstrueux tremblements de terre et des éruptions volcaniques. Ces périodes de climat froid appelées «hibernations solaires» ou «minimums solaires," sont bien connues des spécialistes de la communauté de la physique solaire (elles sont aussi appelées "mini âge glaciaire"). Le SSRC a fait un travail de pionnier dans le domaine de la modélisation du climat conventionnel et solaire et est lui-même établi comme un chef de file dans la prévision du climat et de l'étude de ces hibernations du Soleil.
 
Citant la nouvelle recherche inclue dans le Rapport semi-annuel du climat mondial de la SSRC (GCSR) à paraître le mercredi 10 juin 2015, la lettre à Craig Fugate de la FEMA contenait un avertissement important pour toutes les grandes zones de failles de tremblements de terre et les zones volcaniques actives. La recherche se concentre en particulier sur la menace accrue pour la zone sismique de New Madrid (NMSZ) entre Saint-Louis et Memphis.
 
Cette nouvelle information sur cette menace est contenue dans l'un des plusieurs articles de l'édition de Juin 10 du document GCSR rédigé par M. Casey et le Dr Dong Choi, directeur de la recherche pour le tremblement de terre et le Centre international de Volcan de prévision (IEVPC). Le document montre que le NMSZ est sous la menace d'un autre tremblement de terre catastrophique entre 2017 et 2038. Les Dr Choi et Casey montrent que quatre fois de suite depuis l'année 1450, un séisme majeur a frappé le NMSZ lorsque le Soleil est entré dans une phase d'hibernation. Cette révélation scientifique est ce que Choi et Casey estiment avoir résolu le mystère sur quand le prochain séisme majeur frappera la région. Les géologues ont étudié la NMSZ depuis de nombreuses années en utilisant des approches traditionnelles. Casey et Choi disent que c'est la recherche combinée dans les domaines de la physique solaire et la géologie qui offre la meilleure opportunité à ce jour d'estimer quand le prochain tremblement de terre dévastateur sur NMSZ va frapper. D'autres scientifiques sont d'accord avec leur opinion.

Yellowstone volcano sanandreas

Ici des données sur Yellowstone, qui est aussi dans un certain état d'alerte à cause de remontées magmatiques déformant la région en ce moment.

Une gigantesque poche de magma de 25 kilomètres de hauteur a été découverte.
Lien vers l'article de 20 Minutes:fr/sciences/1594427-20150424-gigantesque-reservoir-magma-decouvert-sous-super-volcan-yellowstone

 
Earthquake map usgsTous les lieux à risques séismiques et volcaniques aux USA...

Pour cette raison singulière, les Dr Choi et M. Casey ont fortement recommandé à l'administrateur de la FEMA, Fugate, que toutes les zones et les zones de faille sismique à haut risque, ayant des antécédents d'éruptions volcaniques dans les États-Unis, prennent des précautions immédiates pour atténuer ce qu'ils décrivent comme une «période inégalée de létalité géophysique et de destruction ".
 
M. Casey ajoute: " La très forte corrélation entre ces minimums solaires et l'incidence des tremblements de terre catastrophiques dans le monde entier est une impressionnante démonstration de la façon dont nous sommes tous interconnectés à notre monde naturel et les cycles du Soleil. Il serait imprudent d'ignorer, en particulier, l'histoire des grands tremblements de terre dans le NMSZ et le fait que, lors de chaque hibernation solaire depuis les 600 dernières années, cette région a connu des tremblements de terre dévastateurs allant de M6.8 à M8.0. "
 
" Alors que nous abordons le risque New Madrid dans ce communiqué de presse et dans le Rapport de situation du Climat Global du 10 Juin 2015, la coïncidence de grands tremblements de terre avec des minimums solaires n'est pas limitée à cette région des États-Unis. Voilà pourquoi notre lettre à l'administrateur Fugate avait une alerte à l'échelle nationale. Le séisme Cascadia d'environ M9.0 et le tsunami de 1700 était au milieu de la plus froide période d'hibernation solaire qui a été appelée le minimum de Maunder. Le Grand Tremblement de terre de San Francisco de 1906 était au milieu d'un autre point bas solaire - le minimum «Centennial» comme on l'appelle à la SSRC. Cette association forte de l'activité solaire et des pires tremblements de terre et éruptions volcaniques pourrait représenter le «chaînon manquant» pour la prévision des catastrophes géophysiques ".
 
Dr Choi (Australie) soutient aussi l'opinion de Casey en disant, " La recherche approfondie effectuée dans ce domaine est claire dans ses implications. Lorsque les minimums solaires arrivent, les pires séismes sont enregistrés et les éruptions volcaniques en hausse. Le dernier minimum solaire par exemple, a donné la plus grande série de tremblements de terre dans l'histoire humaine dans le NMSZ et la plus grande éruption volcanique enregistrée au mont Tambora en Indonésie. Ces événements se sont produits à quelques années l'un de l'autre au cours de la période la plus froide dans la dernière hibernation du Soleil dans le début des années 1800 ".

Sources : voir aussi dans l'article les liens du SSRC et de la FEMA., http://www.tvqc.com/2015/06/ssrc-la-menace-de-tremblements-de-terre-et-de-volcans-augmente-pour-les-etats-unis/​

Pour aller plus loin, vous verrez ci-dessous que Mr Casey dénonce depuis 2007 le retard du GIEC sur la réalité scientifique (mais aussi les politiques et leur volonté de tirer de l'argent grâce à des taxes "écologistes" non justifiées... destinées à protéger les nantis comme ces hommes politiques, des banquiers et des mafieux, et avoir des fonds pour les mettre à l'abri (mais pas la population qui paie les taxes bien sûr !)... Voici une vidéo très récente (novembre 2014), dans laquelle il fait le point et dénonce la réalité (selon ses travaux et ceux de son organisme, selon certaines données choisies et les ordinateurs...). Que peut-on constater objectivement ? Qu'il semble faire tout de même toujours + chaud qu'avant (la neige n'est pas tellement revenue en masse et pour des deux durées de 2-3 mois comme auparavant dans les régions du nord de l'Europe par exemple), qu'il y a effectivement des dérèglements climatiques anormaux (tornades et trombes, orages et tempêtes, moussons supérieurs aux normes et ailleurs que la normale), que le pôle nord semble toujours fondre, alors qu'au contraire, une (mince) couche de banquise glaciaire semble s'étendre au pôle sud. Nous avons aussi la confirmation d'une hausse du nombre des gros séismes, une activité volcanique intense et une activité solaire "décalée" : le cycle de 11 ans du Soleil a eu un décalage, même s'il semble que plusieurs éruptions solaires se sont bien produites et qu'une inversion solaire magnétique ait eu lieu cette année... Autrement dit, c'est très difficile de faire la part des choses question "visuel", car tant un réchauffement qu'un refroidissement mènent de toute façon à des catastrophes en nombre pour l'être humain et son environnement ! Voilà la vidéo en question, en VO malheureusement (les médias français sont dépassés et "aux ordres" de leurs dirigeants milliardaires (et "protégeables" !) sur ce sujet...) :

Mais quand on va et recherche encore plus, on tombe sur un journaliste qui lui, enquête sur Mr Casey depuis des années et... qui n'est pas très entendu ni suivi ! Il affirme en effet avoir des preuves que Mr Casey est surtout... un affabulateur et éventuellement un vendeur de rêve, voir un escroc (mais il n'y a aucune preuve de "détournement de subventions ou de paiement non dû non plus à priori !). En tout cas, d'après lui, ce fameux "Centre de recherches" n'existe pas car l'adresse indiquée et la photo du site ne montre qu'un immeuble qui loue des adresses à des compagnies et des particuliers (pour 49 $ par mois, une "entreprise" y a ses "locaux !") et son enquête sur sa "carrière" à la NASA ou à la Maison Blanche dirait plutôt qu'il n'a jamais été rien de cela du tout ! tout ceci en vidéo... alors, où se situe la vérité  ? Entre un homme qui fait des conférences (filmées) et montre des articles, des traces écrites, et en tire (à priori mais sans preuves) des bénéfices... et un homme qui tente de démontrer que ce que dit le premier est faux... pour en tirer la vérité et dénoncer les mensonges (ou aussi faire des bénéfices ?)... ? Nous sommes apparemment encore entre les deux, dans un monde basé sur "celui qui dira le plus de mensonges gagne ... ! ". Quel monde, c'est presque à souhaiter qu'il disparaisse, finalement... l'argent corrompt trop l'esprit humain et c'est de pire en pire... :

Ci-dessus, à la recherche du "SSRC" à Orlando...

Mais tout ceci fait tout de même les affaires de certains, et les politiques ne sont pas les derniers à en tirer profit, car les bunkers et souterrains existent bien et sont bien créés en attendant ! :

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 20-06-2015

Ecritures énigmatiques 1-Mycène

Ecritures énigmatiques - 1 Mycène - Minos - MAJ 04-2015

disque-de-phaistos-minoen.jpg

disque de Phaistos

Plusieurs civilisations disparues ont inventé ou utilisé des systèmes d'écritures que nous n'avons pas encore su déchiffrer à ce jour. Les diverses traductions du célèbre disque de Phaistos sont aujourd'hui encore très insatisfaisantes et l'énigme de cette civilisation minoenne pas résolue. Egalement inexplicables encore à ce jour, les 160 signes "Rongorongo" des habitants de l'ïle de Pâques : ils sont pratiquement identiques aux caractères de la civilisation d'Harappa au Pakistan, vieille de plus de 5.000 ans. Des centaines de pierres avec d'étranges gravures ont été trouvées en Amériques, certaines inscriptions seraient des runes vikings. Elles n'ont jamais été traduites. Les tables de pierre d'Oaxaca au Mexique comportent des inscriptions assimilées à du chinois ancien et de l'hébreux. De nombreuses pierres noires en provenance de Colombie - où des artéfacts très étranges ont été trouvés, comportent des signes totalement inconnus. On retrouve les mêmes signes, assimilés aux premiers druides et constructeurs de mégalithes aussi bien en Bretagne, France, que dans toute la méditerranée, qu'à l'autre bout du monde, dans les îles du pacifique et jusqu'aux abords de l'Australie, avec les mêmes types de mégalithes, pierres levées et indications de sources d'eau, de failles telluriques, de sites magnétiques...

Le disque de Phaistos ou disque de Phaestos est un disque d'argile cuite découvert en 1908 par l'archéologue italien Luigi Pernier sur le site archéologique du palais minoen de Phaistos, en Crète. Il pourrait dater du milieu ou de la fin de l'âge du bronze minoen (iie millénaire AV JC). son diamètre est d'environ seize centimètres et il est couvert, sur ses deux faces, de hiéroglyphes imprimés à l'aide de poinçons. En tout, ce sont 241 signes, dont 45 différents qui recouvrent le disque, en formant une spirale partant de l'extérieur vers le centre de l'objet. Son usage, sa signification et même son lieu de fabrication font l'objet d'âpres discussions.

phaistosdisklarge.jpg

De nombreuses théories entourent ce disque, quant à sa provenance, son utilisation ou sa signification. Alors qu'il n'est pas encore certain qu'il s'agisse d'un texte, la plupart des chercheurs penchent pour cette hypothèse, certains d'entre eux ayant proposé des déchiffrements ou des traductions. Mais l'absence d'objet similaires permettant de confronter leurs théories ne permet pas à ce jour de valider ces hypothèses.

Le disque original est exposé au musée archéologique d'Héraklion.

Le disque de Phaistos mesure 16 cm de diamètre et 1,2 cm d'épaisseur. Il a été daté par la connaissance de la date de destruction du site où il a été retrouvé. Ceci est très important car, comme énormément d'artéfacts découverts, c'est l'étude du carbone et des traces laissées lors de la destruction du site (incendie, inondations, volcanisme, etc) qui permet de "dater" un objet. Vous conviendrez qu'un objet peut donc être âgé en réalité de plusieurs milliers d'années avant la destruction de l'endroit où il se trouve (et qu'il ne vient d'ailleurs pas obligatoirement de l'endroit où il a été trouvé en final). Nous savons que même les anciens ont eux-même créé parfois des musées ou des Temples dans lesquels reposaient leurs propres découvertes d'objets anciens pour leur époque... Ces méthodes de datation ont évidemment leurs limites-notamment liées au magnétisme, carbone 14 : si par exemple le musée du Louvres était aujourd'hui ravagé par les flammes (ce qui n'est pas à souhaiter évidemment !), les datations entreprises après prouveraient donc que les artéfacts egyptiens antiques dateraient des années 2000 après JC : le feu élimine toute traces (et démagnétise aussi pour remagnétiser au refroidissement) précédentes... 

Les deux faces du disque portent 241 signes, impressions de 45 signes différents, arrangés en 61 séquences de deux à sept signes. On ne note que deux séquences identiques, probablement le nom d'un personnage, d'un lieu ou d'une titulature.

778px-phaistos-secteur-nord-est-1908.png 800px-phaistos-secteur-nord-est-apres-fouiles-1908.png

Le disque de Phaistos a été trouvé dans la chambre 8  droite, l'endroit précis est représenté par un astérisque.

En 1900-1901Luigi Pernier ouvre le premier des sondages dans cette partie du site, pendant lesquels il découvre des restes hellénistiques. En 1903, il pratique un autre sondage et met au jour des restes plus anciens dont la plupart remontent au minoen moyen. Les constructions situées dans cette zone sont nettement coupées du reste des constructions palatiales et Pernier les relègue au rang de dépendances, c'est pourquoi leur fouille systématique n'intervient pas tant le complexe palatial n'est pas entièrement exploré. Cependant, un beau pavement en stuc, un pilier quadrangulaire et une colonne sont des indices signifiant de manière certaine que ces bâtiments devaient avoir quelconque importance. On note aussi des dalles d'argile, disposées à peu de distance les unes des autres et qui affleurent du sol. C'est là que Pernier fait un nouveau sondage en 1908. Ces dalles d'argile sont en réalité des parois permettant de séparer cinq petits compartiments alignés d'ouest en est et enchâssés au sein d'une double rangée de murs fermées par des blocs de calcaire équarris disposés de manière irrégulière. Ces compartiments pratiquement vides ne permettent pas à Pernier de déterminer leur finalité. Mais à l'est du cinquième compartiment, un autre local, appelé chambre 8 et mesurant 1,15 m sur 3,40 m, mieux conservé doit permettre d'expliquer la finalité de l'ensemble.

diskos-von-phaistos-detail-1-11-aug-2004-asb-pict3372.jpg diskos-von-phaistos-detail-2-11-aug-2004-asb-pict3373.jpg diskos-von-phaistos-detail-3-11-aug-2004-asb-pict3374.jpg 120px-diskos-von-phaistos-detail-4-11-aug-2004-asb-pict3375.jpg

Le 3 août 1908, dans l'angle nord-ouest du petit compartiment, à environ cinquante centimètres au dessus du fond rocheux, parmi des restes de terre noire mêlée à de la cendre, des charbons et des tessons, les archéologues découvrent le disque de Phaistos. Et à quelques centimètres plus au sud-est, pratiquement à la même profondeur on trouve une tablette en linéaire A.

Le disque de Phaistos est retrouvé posé sur le sol, en position oblique, incliné vers le nord, la face supérieure étant celle qui en son centre présente une rosette. La couche de terre dans laquelle repose le disque, remplit trous et aspérités du fond rocheux, mais ne semble pas former un sol car la terre n'est ni battue ni compacte et contient tant au même niveau que le disque que dans les couches inférieures, des tessons appartenant à la même époque.

L'authenticité de cet objet est régulièrement mise en cause. Toutefois la plupart des spécialistes, se fondant sur les rapports de fouilles de Luigi Pernier, considèrent ce document comme authentique. Cette hypothèse a été renforcée par la découverte en 1934, par Spyridon Marinatos de la hache d'Arkalochori, qui comporte des gravures de signes qui ne sont pas identiques à ceux du disque mais très similaires.

La plupart des archéologues qui ne remettent pas en cause l'antiquité du disque estiment qu'il ne s'agit probablement pas d'une œuvre unique. Ils pensent que d'autres réalisations avec ces symboles ont existé ; en effet, les caractères ne sont pas dessinés mais ont été imprimés à l'aide de tampons, ce qui n'est pas un moyen économique de produire un seul disque.

Deux objets ont particulièrement attiré l'attention des chercheurs par leur ressemblance avec le disque :

  • La hache d'Arkalochori est une hache votive sur laquelle quinze symboles ont été gravés qui font penser à ceux que l'on retrouve sur le disque. Le signe qui présente une tête vue de profil (unicode 5.1) a été associé au signe 2 du disque et le signe du tronc avec rameau (unicode 5.1), au signe 22. Il s'avère que les signes qui y sont gravés ne présentent qu'une ressemblance superficielle avec ceux du disque ; de plus, il est aujourd'hui communément admis qu'ils ne s'agit que de symboles décoratifs et non d'une écriture. Godart n'hésite pas à parler d'une œuvre effectuée par un minoen analphabète qui n'aurait fait qu'essayer de copier des caractères en linéaire A sans pouvoir donner une signification réelle à l'ensemble.

stephani-disquephaistos.jpg

Disque de Phaistos par Stefani

La hache d'Arkalochori est une double-hache votive minoenne du IIe millénaire av. J.-C.. Elle fut découverte par Spyridon Marinatos en 1934 dans la grotte d'Arkalochori qui servait de lieu de culte pendant la période minoenne.

Cette hache porte une inscription composée de quinze symboles. Ces symboles que l'on a pensé être du linéaire A ont également souvent été rapprochés du Disque de Phaistos dont la ressemblance des symboles est étonnante. Mais certains chercheurs comme Glanville Price ou Louis Godart estiment désormais que ces symboles ne sont qu'une pseudo-inscription, c'est-à-dire une simple imitation de caractères en linéaire A juxtaposés les uns à côté des autres sans souci de signification particulière.

Cette hache est selon toute vraisemblance un objet minoen, fabriqué en Crète. Des haches similaires sont souvent représentées dans les peintures minoennes et mycéniennes. Par exemple, sur les fresques du sarcophage d'Aghia Triada, des double-haches votives sont enchâssés sur des hastes en bois.

sarcophage-d-hagia-triada-xveme-siecle-av-j-c.gif sarcophage-haghia-triada-gazette-beaux-arts.jpg

L'inscription est composée de quinze signes, dont dix différents disposés sur trois colonnes. L'auteur de l'inscription a manifestement écrit son texte de haut en bas. L'inscription débuterait en haut à gauche pour finir en bas à droite. Trois des signes de la colonne 1 (la tête vue de profil, la tête vue de face et le signe composé de trois points disposés verticalement) se retrouvent dans la colonne 2. Ils sont sensiblement dessinés de manière identique, même si la figure humaine vue de face a la bouche dessinée dans la colonne 2 alors qu'elle ne l'a pas dans la colonne 1 (YH : en ce qui concerne cette toute petite différence, il pourrait s'agir juste d'une accentuation). Quant au signe fait de trois points verticaux, il est surmonté de deux traits horizontaux dans la colonne 2, et d'un seul trait dans la première colonne. Le second signe de la colonne 1 et le dernier signe de la colonne 3 sont également identiques, si ce n'est qu'il ne sont pas orientés dans la même direction.

Certains signes attestés sur la hache se retrouvent dans le linéaire A ou B. Cependant, on ne peut dire que les signes de la hache soient suffisamment significatifs pour les associer définitivement à l'une ou l'autre écriture, car des signes comme le tronc avec rameau, la branche de palmier, l'arbre ou la lance peuvent être attestés dans de nombreuses écritures dans le monde. À l'inverse, les deux figures humaines ne se retrouvent dans aucune écriture minoenne. Louis Godart n'hésite pas à parler d'une œuvre effectuée par un minoen analphabète qui n'aurait fait qu'essayer de copier des caractères en linéaire A sans pouvoir donner une signification réelle à l'ensemble.

  • Le disque de Vladikavkaz est un disque gravé de signes très proches de ceux de Phaistos, mais gravés à la main, aurait été découvert en 2002 en Ossétie et a été décrit dans un article. Fait d'argile pure, de couleur marron claire, la marque d'une planche était encore visible au revers. Sur l'endroit du disque ont été tracés trois cercles concentriques qui divisent la surface du disque en quatre champs. les champs sont recoupés par des lignes verticales et ainsi divisés en secteurs dans lesquels ont été tracés trois à cinq signes. On suppose qu'il s'agit d'une écriture hiéroglyphique et que les secteurs correspondent à des mots. Contrairement au disque de Phaistos qui fut gravé sur les deux faces et à l'aide de poinçon, le disque de Vladikavkaz a été gravé à la main et sur une seule face. Mais pour la chercheuse Efi Polighianaki il ne fait aucun doute qu'un même système graphique a été utilisé pour les deux disques. D'ailleurs on trouve des signes identiques à ceux du disque de Phaistos. Il contient également des symboles différents ce qui pourrait compléter les 45 symboles déjà connus sur le disque de Phaistos. Néanmoins, la disparition de l'objet, qui suivit de peu la publication de l'article, soulève de sérieux doutes sur son authenticité. Il est généralement admis, et ce jusqu'à son éventuelle réapparition, que l'on ne peut le considérer comme une preuve de la non-unicité du disque. 

Le disque de Vladikavkaz est un disque en argile découvert en 1992 dans la ville de Vladikavkaz en Ossétie-du-Nord-Alanie, et sur lequel était gravé des symboles, peut être issus d'une langue ancienne ou inconnue.

Le disque fut découvert en 1992, dans la cave d'une maison de Vladikavkaz. Il s'agit en fait d'un fragment de disque, qui fut porté au musée de la république d'Ossétie du Nord par son découvreur anonyme. Fait d'argile pure, de couleur marron claire, la marque d'une planche était encore visible au revers. La forme discoïdale est attestée par la courbe du bord du fragment, ce qui permet de restituer un diamètre de 10cm. L'épaisseur de l'objet est de 1.1cm en son centre, mais se réduit à l'approche du bord où il ne mesure plus que 0.5cm. Le fragment subsistant mesure 5 cm du bord au centre.

Sur l'endroit du disque ont été tracés trois cercles concentriques qui divisent la surface du disque en quatre champs. les champs sont recoupés par des lignes verticales et ainsi divisés en secteurs dans lesquels ont été tracés trois à cinq signes. On suppose qu'il s'agit d'une écriture hiéroglyphique et que les secteurs correspondent à des mots.

Le disque de Vladikavkaz est souvent comparé au disque de Phaistos, lui même divisé en quatre champs concentriques, recoupés par des traits verticaux, avec des secteurs comportant des signes hiéroglyphiques. Contrairement au disque de Phaistos qui fut gravé sur les deux faces et à l'aide de poinçon, le disque de Vladikavkaz a été gravé à la main et sur une seule face. Mais pour la chercheuse Efi Polighianaki il ne fait aucun doute qu'un même système graphique a été utilisé pour les deux disques.

L'authenticité du disque est souvent remise en cause. D'autant que le disque a disparu en 2001 et que les études du disque ne peuvent se faire qu'à partir de photographies

Sources : 1 : a et b V.A. Kouznetsov, Une énigme archéologique du Caucase septentrionnale, in L'Archéologue n°52, p.26.

2 : https://sites.google.com/site/disquephaistos/contexte-historique/le-disque-de-vladikavkaz

3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

D'autres objets, même s'ils n'ont pas autant de points communs que les deux précédents avec le disque, ont cependant fait l'objet de rapprochements avec le disque de Phaistos :

  • la bague de Mavro spilio. Il s'agit d'un anneau en or trouvé dans une grotte près de Knossos par Arthur Evans. L'anneau porte une inscription en linéaire A de 19 signes. D'un diamètre de seulement 13 mm, la bague n'était surement pas prévue pour être portée. Comme pour le disque de Phaistos, la spirale a été tracée en premier, avant d'y graver les syllabogrammes.

220px-bague-de-mochlos.png

Les Minoens sont les précurseurs de l'écriture dans l'espace géographique de la Mer Égée. Peu avant la fondation des palais crétois vers -2000, on voit apparaitre sur les sceaux crétois des combinaisons de signes qui constituent sûrement une forme d'écriture. Cette écriture est idéographique à l'origine : elle est composée d'idéogrammes, c'est-à-dire des images de d'objets ou de concepts qui étant reconnaissables, étaient dépourvus au début de toute valeur phonétique. Plus tard l'image acquit une signification phonétique et marqua les sons présents dans le mot correspondant. (YH : autrement dit, ce simple petit dessin était très banal et connu de tout un chacun à l'époque avec son concept associé : inutile de l'écrire autrement... on pourrait pratiquement dire que nos logos ou sigles actuels, représentant des marques commerciales ou activités humaines mondiales par exemple, reconnaissables par tous dans le monde (la croix rouge, le Panda, la bouteille de Coca, le sigle des médecins, etc...) sont l'équivalent de ces premiers idéogrammes... ces simples dessins répandus dans le monde entier témoignent logiquement d'une culture mondiale existante à une lointaine période.)

Cette première écriture minoenne est appelée communément hiéroglyphique, terme emprunté aux caractères égyptiens par Evans, qui rapprocha les pictogrammes crétois aux hiéroglyphes des périodes pré-dynastique et proto-dynastique. Bien qu'il existe des similitudes entre les signes égyptiens et crétois.

Des sceaux comportant toujours des inscriptions hiéroglyphiques et datant du minoen moyen ont été retrouvés, et même quelques sceaux ont été découverts dans des bâtiments de Knossos détruits vers -1450. Des versions simplifiées des ces hiéroglyphes, adoptant une écriture linéaire ont aussi été découverts, ainsi que sur des sortes de graffiti sur les murs de Knossos et Aghia Triada, à partir de -1700. Peut-être que, comme en Égypte, une écriture plus simple fut élaborée à l'usage du papyrus et de l'encre; mais les seules inscriptions faites à l'encre connues à ce jour en Crète, on été faites sur des coupes en argile de Knossos (-1600).

Evans catalogua les hiéroglyphes en différentes catégories. Certains sont tirés du royaume animal (chat sauvage, tête de lion, chevreau, bœuf, colombe); d'autres signes représentent des parties du corps humain (yeux, mains, pieds) ou même des silhouette humaines entières. D'autres signes représentent des vases, des outils et autres objets de la vie quotidienne : charrue, lyre, couteau, scie, bateau. On rencontre aussi la double hache, le trône, la flèche et la croix. S'il ne parvient pas à déchiffrer la langue, les hiéroglyphes retrouvés aidèrent cependant Evans à dresser le portrait de la civilisation minoenne. Pour lui, les hiéroglyphes sont des indications sur une communauté mercantile, industrieuse et agricole. Il passe en revue les outils, dont certains sont selon lui d'origine égyptienne et utilisés par les maçons, les charpentiers et les décorateurs des grands palais. Un des symboles permit de découvrir que la lyre à huit cordes était arrivée au même stade de développement qu'on lui connait à la période classique, près de mille ans avant Terpandre. La récurrence du symbole du navire suggère une activité commerciale. Le lingot illustrait selon Evans, un moyen de paiement.

Certaines séries d'hiéroglyphes qui reviennent régulièrement sur les sceaux ont été attribués à des noms de dieux, ou peut-être des titres de prêtres ou de dignitaires.

vase-minoen.jpg

Vase des moissonneurs

Ce signe représente un homme en train de marcher, voire de courir. L'homme porte un pagne qui arrive au dessus du genou, parfois considéré comme attaché à une ceinture. Aartun pense voir en cet habit, le costume traditionnel des Crétois. Evans pense voir une crête sur le sommet du crâne, figurant un casque empanaché. Les représentations de "piétons" sont courantes en linéaire A: ainsi on les retrouve dans des tablettes du premier palais de Phaistos, dans les couches du XVIIIe siècle av. J.-C.. Des inscriptions analogues ont été découvertes à Aghia TriadaLa Canée et Tylissos dans des documents du XVe siècle av. J.-C.. Les individus représentés sont souvent de manière très schématique, et on ne discerne pas le type d'habillement qu'ils portent. Dans les documents où les scribes font un effort de réalisme, les tenues portées ne ressemblent pas à des pagnes mais portent de longues tuniques. Si l'on compare le marcheur du disque avec d'autres oeuvres d'art, comme le vase des moissonneurs d'Aghia Triada, on ne retrouve pas plus le pagne du disque. Sur le vase, les personnages qui suivent le coryphée, lequel est vêtu d'un ample manteau, portent une bande de tissus qui fait le tour de la taille et passe à travers les jambes. ce vêtement ressemble davantage à un slip qu'au pagne du disque. Les autres représentations connues d'hommes dans l'art minoen portent soit un slip du genre du vase des moissonneurs, soit une longue tunique comme on peut le voir sur le Sarcophage d'Aghia Triada.

La religion minoenne est une religion tournée vers la nature et le culte de la végétation. Cela se remarque particulièrement au travers de dieux et de déesses qui meurent et renaissent chaque année, et par l'utilisation de symboles tels que le taureau (ou les cornes de taureau), le serpent, les colombes.

  • le Plomb de Magliano, un disque en argile étrusque, plus tardif que le disque de Phaistos mais dont la disposition n'est pas sans rappeler le disque.

Cette pièce archéologique a été découverte en 1883, à Magliano en Toscane, dans une tombe de la seule nécropole du site de Santa Maria en Borraccia, en province de Grosseto. Il est actuellement conservé au Musée archéologique national de Florence.

800px-piombo-di-magliano.jpg

Disque de Magliano

Le Disque de Magliano a la forme circulaire irrégulière d'environ 8 cm de diamètre. Il comporte sur les deux faces une inscription d'environ 70 mots en langue étrusque en spirale de l'extérieur vers le centre (lisible, comme dans les textes étrusques de cette période, dans le sens direct). Son texte est parmi les plus longs en langue étrusque. L'interprétation du texte semble indiquer qu'il s'agit de normes et procédés rituels pour les sacrifices aux divinités TinaMarisCalu et Canthas, avec leurs dates, durées et lieux.

L'objet rappelle par sa forme celui du Disque de Phaistos. Ainsi, à ce jour, le disque de Phaistos reste un hapax (ou unicum).

Établir la datation d'un tel objet n'est pas simple. L'absence de matière organique ne permet pas la datation au carbone 14. Le disque ne contient pas en lui-même d'élément ou d'indices caractéristiques permettant sa datation par la mention d'une année, de noms ou de description d'un souverain. Deux techniques sont principalement utilisées. La première consiste à le mettre en relation avec des objets similaires datés de manière sûre ; c'est impossible, puisque cet objet est unique. La seconde se fonde sur l'âge de la strate où a été découvert l'objet. Cela est difficile, car celle-ci a été partiellement bouleversée au cours des ans. Le soir de la découverte du disque, le contremaitre du chantier présenta à Pernier un panier plein de débris de céramiques retrouvés près du disque, y compris la tablette en linéaire A. C'est à partir de ces objets, que Pernier, qui n'avait pu assister à la découverte en personne, data le disque du minoen moyen III (-1700 à -1620). Evans fait la comparaison avec ses découvertes de Phaistos. Pour lui, les débris de céramique sont semblables à celle de Knossos de la fin de la période protopalatiale, et appartiennent à la même strate que l'alabastre sur lequel est mentionné le roi Khyan des Hyksôs. Evans date alors l'objet de -1600. Parmi les études plus récentes, Yves Duhoux, en 1977, conforte la vision d'Evans ou Pernier et date le disque de -1850 à -1600 Av JC. à partir des rapports de fouilles de Pernier.

Selon les dires de Pernier, les restes de céramiques dataient en grande partie de la fin du minoen moyen, mais on comptait également une vingtaine de fragments de vases de Kamarès protopalatiale, un fragment de tasse conique d'argile rouge très fine, présentant un large bandeau peint autour de la lèvre et des bandes concentriques noires et datant sans doute de la période mycénienne. Enfin la présence de tessons hellénistiques signifie que les couches du petit compartiment ont probablement été bouleversées au cours des âges rendant difficile la datation exacte de l'objet.

Certaines méthodes comme la thermoluminescence permettraient peut être de dater avec certitude le disque mais la direction du musée d'Héraklion refuse pour l'instant toute étude à ce sujet, l'objet devant rester sous vide dans sa vitrine à cause de sa fragilité...

MAJ 04-2015 : " Les inscriptions sur le disque crétois, qui résistent à tout décryptage depuis un siècle, reproduiraient une prière destinée à la divinité principale de la civilisation minoenne."

Les inscriptions du mystérieux disque de Phaistos ont peut-être été en partie décryptées, à en croire deux linguistes grec et britannique. Cet étrange disque en argile de 16,5 cm de diamètre et de 1 cm d’épaisseur, conservé au musée d’Héraklion, en Crète, résiste en effet à tout décryptage depuis sa découverte en 1908 sous le plancher d’un palais minoen (1700 avant J.-C.), à Phaistos, dans le sud de l’île.

Lors d’une conférence donnée fin octobre 2014, Gareth Owens, chercheur en linguistique à l’Institut d’enseignement technologique (TEI) de Crète, et John Coleman, professeur de phonétique à Oxford (Royaume-Uni), ont annoncé que le disque reproduisait une prière destinée à la déesse mère, divinité principale du panthéon de la civilisation minoenne, la plus importante de l’âge du bronze du monde grec (2700-1200 avant J.-C.). Ils auraient ainsi identifié à plusieurs reprises le substantif "mère" sur les deux côtés.

Pour parvenir à ces résultats, les deux chercheurs auraient procédé par analogies en s’appuyant sur des études épigraphiques consacrées aux écritures crétoises anciennes, le linéaire A des Minoens (apparu vers 1800 avant J.-C.) et le linéaire B des Mycéniens (1375 avant J.-C.), déchiffré en 1952 par le Britannique Michael Ventris.

" En comparant des signes hiéroglyphiques crétois découverts sur des sceaux ou sur les doubles haches d’Arkalochori (IIe millénaire avant J.-C.), mis au jour en 1934, avec ceux du linéaire A, puis du linéaire B, nous sommes parvenus à “lire” I-QE-KU-RJA à trois reprises", affirme Gareth Owens. Ce qui se traduirait par "femme, ou déesse, enceinte", I-QE, pouvant selon eux signifier "mère" ou "déesse". " Nous savons que la religion minoenne comportait un culte de la déesse-mère, mais encore fallait-il le retrouver dans les textes ", ajoute-t-il.

HYPOTHÈSES. Selon Gareth Owens — qui dit avoir beaucoup étudié Jean-François Champollion (1790-1832) et Thomas Young (1773-1829) pour leur analyse des hiéroglyphes —, cette découverte permettrait de décoder 90 % du texte. Mais ce n’est pas la première fois que des interprétations sont ainsi avancées, et des voix dissonantes se sont élevées, faisant remarquer que ces propositions restaient des "probabilités". " Similitude de forme ne signifie pas automatiquement similitude de prononciation ", a par exemple rappelé Brent Davis, archéologue et linguiste spécialisé dans les langues de l’âge du bronze méditerranéen à l’université de Melbourne (Australie).

Source (extrait) : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20141128.OBS6462/le-mysterieux-disque-de-phaistos-enfin-dechiffre.html

Suite : Ecritures énigmatiques 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 17-02-2012-MAJ 04-2015