économie

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald, vers la Centrale Nucléaire...

 

worgre-2.jpg

Le 24 août 1990, ca. 8.35-9.03 P.M.

Greifswald en Allemagne,

Juste six semaines avant la réunification de l'Allemagne, des milliers de témoins oculaires ont observé une formation de sept objets lumineux, planant pendant presque 30 minutes au-dessus de la mer baltique près de Peenemünde, à l'ancien chantier de construction de fusée nazi V-2, ces OVNI s'approchent de la centrale nucléaire Greifswald.

Parmi les témoins oculaires se trouvaient des physiciens en nucléaire russe travaillant pour cette installation.

Les chercheurs allemands d'OVNI ont pu rassembler cinq vidéos d'amateur de cet événement, ce qui leur ont permis de reconstruire la position de la formation par triangulation.

Les sceptiques ont rapidement refusé ce cas en disant que pour eux c'étaient de simples fusées de signal mises dans le ciel par la marine russe ou polonaise, mais ils ignorent le fait que la formation, sans aucun doute, planait au-dessus des mers allemandes, à l'ouest de la frontière polonaise.

Et n'importe quelle manoeuvre militaire avant la réunification allemande aurait été considérée comme une agression et aurait causé des protestations diplomatiques importantes.

Mais en fait toutes les deux, la navy russe et polonaise, ont toutes les deux nié cette manoeuvre aérienne alors en question.

Nous présentons ci-dessous deux images tirées des trois meilleurs vidéos, pris par le Dr. en nucléaire russe physicien Ludmilla Ivanova de Greifswald, Bernhard Gröchel d'Ücheritz-Bansin sur Usedom et Jürgen Luchterhand, à l'est de Greifswald.

 

24aout90-a.jpg

24aout90_b.jpg

 

Le 24 Août 1990, à la centrale nucléaire de Greifswald en Allemagne de l'Est. Le personnel Est-Allemand et Russe travaillant à la centrale nucléaire a enregistré ces formations d'ovnis alors qu'ils semblaient se grouper dans le ciel au-dessus de cet endroit très sensible. Les lumières sont restées dans le ciel pendant des heures ou tout au moins quasiment une demi-heure sûre, et ont été filmées depuis différents points par différentes caméras. Parfois, le groupe a été approché par d'autres lumières voyageant à travers le ciel jusqu'à ce qu'elles joignent le groupe plus grand. Ce cas et d'autres cas semblables au-dessus de centrales nucléaires et autres installations atomiques pourrait être lié à des phénomènes encore inconnus du fait de notre connaissance limitée du comportement nucléaire en général.
 

Quatre vidéos amateurs ont été tournées depuis différents points de vue: 1) Greifswald: Jürgen Luchterhand, 2) Greifswald, Mendeleyev-Str. 12: Ludmilla Ivanova M.D., 3) Greifswald, pas loin de l'adresse ci dessus: Valery Vinogradov, vidéo ci-dessous, 4) Harbour of Lauterbach (sur l'île de Ringen): Irmgard et Ingo Kaiser.

 
OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD".

 

worgre-1.jpg

Un autre clip de Greifswald en Allemagne de l'Est en 1990, enregistré par le cameraman Valery Vinagradov. Valery déclare qu'il n'était pas le seul témoin de l'événement et déclame que des "centaines de témoins ont assisté à cet événement anormal et de nombreuses photographies ont été prises." Il a décrit les objets comme étant " des boules rougeoyantes qui étaient suspendues en formation dans le ciel. Les sphères qui ont composaient la formation semblaient tourner et planer, mais d'une façon stable et ordonnée." Il a également déclaré " ils agissaient de concert sans aucun mouvements brusques." Plus tard lors de l'observation, une autre sphère apparue et voyagea vers le groupe juste pour disparaître dès qu'elle l'atteignit. C'est pour ces raisons que Valery ne croit pas que ces choses étaient des fusées ou des engins classiques.


Sept photos des objets ont été prises, parmi lesquelles l'une depuis 20 km de là par Rainer-Michael Ladwig de Berlin. Il n'y a aucun doute sur le fait que les quatre vidéos et les sept photos montrent les mêmes objets, il est donc improbable qu'il s'agisse d'un canular. Une analyse informatique des vidéos et photos ont montré que les objets ont manoeuvré a une altitude de 6000 mètres sous les nuages. Ils ont pu être vus depuis une distance de 125 kilomètres.

Le 10 Octobre 1993 à 20:15 le documentaire "Les OVNIS - pourtant ils existent " ("UFOs - und es gibt sie doch") par Heinz Rohde fut diffusé sur ARD, une chaîne allemande publique, avec commentaire et analyses de ces événements et documents.

OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD" et de la vidéo prise par Valery Vinagradov.

worgre-2.jpg

Voyez encore des photos ci-dessous, et remarquez que la configuration géométrique des points lumineux change, cela explique une chose simple, ces points lumineux ne pouvaient être que plusieurs engins extraterrestres en formation effectuant des figures pour le plus grand spectacle des "Hommes" se trouvant à Greifswald.


Toutes ces photos sont en fait des arrêts sur image provenant de plusieurs films faits par les témoins ce jour-là, pour ceux qui sont des septiques indécrottables, vous êtes au moins obligés de reconnaître que des OVNI existent, et là c'est impossible de répondre autre chose, impossible !

Maintenant libre à vous de croire que ce ne sont que des engins d'origine terrestre genre F-117 en pleine démonstration pour un 14 juillet ou des oies en rut éclairées par des lampions ou des lucioles !...

Au fait voyez à quoi ressemble le F-117 vu de nuit, nous avons justement une photo de lui en bas de page, rien à voir avec ces lumières ! De plus s'il avait volé à la même hauteur qu'elles, cela n'aurait été que juste un point dans le ciel !
Et de plus n'oubliez pas aussi par dessus tout cela qu'aucun bruit ne ressortait de ces lumières !

 

greifswald-1990.jpg

greifswald-1990-b.jpg

greifswald-1990-d.jpg

 

CI-dessous, voici une photo du F-117, l'avion américain furtif vu de nuit. Rien à voir comme comparaison...

 

f-117-bei-nacht.jpg

 

karte.jpg

 

Source : http://ovni007.tripod.com/id94.html - Jérôme Gorriz - Sébastien Tellerain

Vidéo S,F,H, 12-2012

Rappelons également qu'en 1990, les lanternes asiatiques n'étaient pas encore connues ni trouvables en europe, et surtout pas dans cette région de l'Allemagne de l'Est très protégée, et qu'également, les lanternes asiatiques ne peuvent pas dépasser l'altitude de 500 mètres environs alors que là, nous parlons de 6000 mètres...

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 2012-2015

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

Le mystère des figurines lézards des ubaidiens

 

Lezard oiseau obeid1

Tell al`Ubaid from 4500 B.C.E, ( BEFORE COMMON ERA )
NFOSource

 

Pour simplifier les choses, l'archéologie moderne énonce que la première civilisation humaine a commencé en Irak, dans l'ancienne Mésopotamie, avec la grande civilisation de Sumer. Mais les découvertes récentes ont largement remis en question ce concept simplifié de l'Histoire Humaine, avec les découvertes de la civilisation de l'Indus et de celle d'Aratta, qui prouvent que Sumer n'était pas l'unique civilisation aux mêmes périodes, voir que certaines pourraient bien l'avoir précédé. Mieux encore, on a aussi découvert que les sumériens, quand ils sont arrivés en Mésopotamie, ont en fait envahi et soumis des populations qui étaient déjà sur place. Des peuples qui possédaient déjà bien sûr leur propre langue et même... leurs propres constructions et architectures ! Les preuves sont maintenant multiples, que l'on parle de la découverte du premier temple d'Uruk, qui date de plus de 5000 ans avant JC (avant l'arrivée des sumériens donc) mais aussi des différences de noms et d'appellations dans la propre langue et écriture des sumériens : la preuve qu'ils ont adopté eux-mêmes des termes et mots des langues des populations locales soumises...

 

Mesopotamie sumer

 

C'est sur le site archéologique de Al Obeid, que de nombreuses preuves et artefacts ont été trouvés. Des artefacts pré-sumériens de 7.000 ans, représentant notamment des personnages humanoïdes avec des caractéristiques de lézard...

 

Lizardmen

La culture Ubaidienne est une culture préhistorique, en Mésopotamie, qui remonte à entre 4.000 et 5.500 ans avant JC. Comme pour les Sumériens, les origines du peuple Ubaidien sont inconnues. Ils vivaient dans de grandes colonies de villages, dans des maisons rectangulaires en briques de boue et ils avaient développé l'architecture, l'agriculture et l'ensemencement de la terre en utilisant l'irrigation. L'architecture domestique incluait de grandes maisons en forme de T, des cours ouvertes, des rues pavées, ainsi que des équipements de transformation des aliments. Certains de ces villages avaient commencé à se développer en villes, des temples avaient commencé à apparaître, ainsi que des bâtiments monumentaux tels que dans Eridu, Ur et Uruk, des sites devenus majeurs dans la civilisation sumérienne. Selon les textes sumériens, Ur était considérée comme la première ville.

 

Carte summer akkad

Le site principal où les objets insolites ont été découverts est appelé Tell Al'Ubaid - bien que des figurines ont également été trouvées à Ur et Eridu. Le site d'Al'Ubaid est un petit monticule d'environ un demi-kilomètre de diamètre et deux mètres au dessus du sol. Le site a été fouillé par Harry Reginald Hal en 1919. Des figurines d'hommes et des figurines féminines ont été trouvées dans différentes postures, et la plupart des figurines semblent porter un casque et avoir une sorte de rembourrage sur les épaules. D'autres figurines ont été trouvées, tenant un bâton ou un sceptre, peut-être comme un symbole de justice et de jugement. Chaque figurine a une pose différente mais le plus étrange de tout est que certaines figurines féminines tiennent des bébés qui tètent du lait à leur poitrine, mais que l'enfant est aussi représenté comme une créature de type lézard...

 

Lizardmen2


Les figurines sont représentées avec de longues têtes, des yeux en amande, de longs visages effilés et un nez du type lézard. Ce qu'ils représentent exactement  est totalement inconnu. Selon les archéologues, leurs postures, comme celles représentant des statuettes féminines allaitant, ne suggèrent pas qu'elles étaient des objets rituels. Alors pourquoi ces personnages représentent des lézards ?

 

Ubaid figurines

Cet artefact de figurine d'Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid, datant de 4000 à 5900 avant notre ère, qui est antérieure à la culture sumérienne. La figurine détient un phallus personnel représentant la justice, ME ou MES, (Règles) un mot similaire à MESS, signifiant un état de désordre ou la confusion. La tête à gauche a une authenticité inconnue, mais il n'y a aucune explication pour la figurine et sa forme intrigante (comme un masque), la statuette est étiquetée "un objet rituel", comme c'est commun dans les cercles archéologiques en cas d'incertitude, ce qui représente un objet particulier. L'objet semble exprimer une tête humanoïde enfermée dans ce qui peut être mieux caractérisé comme un casque. NFOSource

Peu importe ce qu'ils étaient, ils semblent avoir été important pour l'ancien peuple Ubaidien. Nous savons que le serpent était un symbole majeur utilisé dans de nombreuses sociétés pour représenter un certain nombre de dieux, par exemple, le dieu sumérien Enki, et le serpent a été utilisé plus tard comme le symbole de la Confrérie du Serpent, dont William Bramley discute (voir la traduction de son interview ci-dessous). Y a-t-il un lien entre le symbole du serpent et les représentations des lézards ? Pour l'instant, ces questions restent sans réponse...

 

EridudeityIrak Musée de Bagdad.
Figurine Homme période Ubaid Éridou découverte à sept miles du sud ouest de UR, daté à environ 5000 avant JC

 

Reptilian figurines twoFemale Lizard Figurines terracotta, Ur, Ubaid culture, first half of the fourth millenium BCE, h: 14cm From the Ubaid - Southern Mesopotamian Period, 4000 BCE - 5000 BCE Found in Ur 
NFOSource

Mothchildstatueurub2 amiet
Ur, Sud Irak, 4000 BCE - 5000 BCE

MesolizardheadedUbaid period UR
about 4000 BCE- 5500 BCE. 
British Museum. NFOSource

Des comparaisons avec des artefacts assez similaires trouvés ailleurs :

Europe seskloOld Europe
Mother feeding a long headed child Ukraine, Moldavia, Serbia around 4000 BCE - 4500 BCE 
figurine also represented, the upper and lower waters, which she controlled, 
represented by under ground labyrinthine, reflected in the markings on her body.

Text from The |Gods and Goddesses Of Old Europe 3500 BCE - 7000 BCE
Marija Gimbutas. Image reference Christan zervos, 
'Naissance de la Civilisation en Grece I & II 
Editons, cahiers D'Art.14, Rue Du Dragon, Paris - VI

Eygtianwomanfeeding bm1650 1550bc copyEgypte - Egytian clay figurine woman feeding a long headed child
Intermediate period 1550 BC - 1650 BCE British Museum

Mexico2 copyMexique de l'Ouest - West Mexican, Nayarit, 300 AD - 300 BCE 
Female feeding a long headed child, 
British Museum.

South american worrier figure 300bcSouth american worrier figure 300bc nfo

 

L'autre lien, qui paraît évident pour beaucoup de chercheurs et spécialistes, est celui entre ces "dieux lézards ou dieux serpents" et les Anunakis, d'anciens dieux décrits dans certaines traductions du sumérien, mais aussi pour d'autres les "petits gris" et "grand gris", ces êtres liés aux OVNIs et souvent décrits par des témoins depuis plusieurs générations maintenant, et ayant également une apparence proche ou semblable aux divinités ou êtres représentés ci-dessus... mais aussi trouvables dans des représentations découvertes en Amérique latine par exemple... sans oublier toutefois la théorie d'un scientifique sur un dinosaurien tardif intelligent !

 

Une interview très intéressante de William Bramley, traduite par Yves Herbo en français

Godsofeden bramleyw


William Bramley, auteur de l'un des livres les plus populaires sur la théorie des anciens astronautes, Gods of Eden, a donné une interview exclusive pour les lecteurs de Ancient-Origins.net. Dans cette interview, il donne un aperçu des raisons pour lesquelles les extra-terrestres souhaiteraient être impliqués avec les humains et quels sont leurs plans. Il présente également une nouvelle théorie surprenante appelée l' "Hypothèse Remplacement de l'Espèce", sur laquelle, comme vous le verrez, il espère avoir tort...
 

Q: Votre livre, Les Dieux de l'Eden, est l'une des œuvres les plus populaires dont on parle sur le sujet de l'influence extra-terrestre sur l'Histoire humaine, et pourtant vous avez dit que vous pensiez que peu de gens l'auraient lu. Pensez-vous que sa popularité est un signe que de plus en plus de gens en viennent à accepter l'idée que des êtres extra-terrestres ont eu, ou continuent d'avoir, une influence sur notre histoire ?
 

R: Je pense que le livre puise dans une croyance qui a été autour de nous depuis aussi longtemps que les êtres humains ont été ici. C'est l'idée que des entités non-humaines intelligentes influencent les affaires humaines. Nous appelions ces entités "dieux", "anges", "démons", et des noms similaires. Mais quand on regarde certains d'entre eux à travers les yeux modernes - à travers l'Hypothèse Anciens astronautes - ils viennent dans notre foyer d'une façon nouvelle et surprenante. Donc dans un sens, mon livre n'est vraiment rien de nouveau. Il dit, "Oui, il y a peut-être une certaine vérité à la croyance en l'intervention non-humaine, mais c'est seulement aujourd'hui que nous pouvons vraiment commencer à comprendre ceci, grâce à nos propres progrès sur les connaissances."
 

Q: Le point de vue que vous mettez en avant dans votre livre est que des extra-terrestres ont toujours joué un rôle très sinistre et de contrôle dans l'histoire humaine, par exemple, à travers leur participation à la peste noire en Europe et par les guerres d'influence et d'autres événements politiques majeurs. Pourriez-vous expliquer plus sur ce «côté sinistre» et si vous pensez que les extra-terrestres n'auraient fourni aucune influence positive pour l'humanité ?
 

R: Je pense que la meilleure analogie a été exprimée par Charles Fort il y a un siècle: " Je pense que nous sommes la propriété... d'autres mondes qui ont exploré et colonisé ici... quelque chose a maintenant un droit légal sur nous.... Pour les propriétaires de la Terre, les humains sont comme des cochons, des oies, et du bétail. "


Regardez comment nous, les humains, manipulons notre bétail. Dans de nombreux cas, les agriculteurs essaient de bien traiter leurs animaux. Quand un animal tombe malade, l'agriculteur peut faire appel à un vétérinaire. Beaucoup de travailleurs agricoles développent même des liens affectifs avec certaines de leurs créatures favorites. Mais quand vient le temps d'envoyer leur bétail à l'abattoir, les agriculteurs vont le faire. Dans l'intervalle, les travailleurs agricoles feront toujours tout pour garder leurs bêtes en enclos et sous contrôle, peu importe la façon dont ils pourraient traiter autrement leurs animaux.


Quand vous regardez les rapports d'abduction par des OVNI, vous voyez que les humains sont traités un peu comme du bétail. Les êtres humains sont enlevées contre leur volonté, ils sont immobilisés, et ils ont des procédures physiques exercées sur eux qui sont souvent liées à la reproduction de part leur nature. Les humains ne sont pas nécessairement traités avec cruauté, mais ils ne sont pas traités avec la dignité d'égal à égal.


Pour contrôler une grande population, vous ne pouvez pas construire un grand enclos autour d'elle, comme vous le pouvez autour d'un troupeau de bovins. Au moins deux penseurs célèbres - Machiavel et Sun Tzu - ont énoncé ce que vous faites à la place. Vous obtenez que la population sans cesse se querelle et se battre entre elle. La théorie de mon livre est tout simplement que cette technique peut avoir été appliquée à la race humaine dans son ensemble. Si la théorie est vraie, je ne pense pas que les extraterrestres considèrent nécessairement cela comme sinistre. Une telle méthode de contrôle de la population humaine serait tout simplement une technique de gestion nécessaire dans leurs esprits.
 

Q: Un des thèmes que vous avez soulevé, liés au titre de votre livre, est que, dans l'histoire de l'Eden, «Dieu» a dit que c'était un péché de manger du fruit de l'arbre de la connaissance, et que vous avez émis l'hypothèse que "Dieu" désigne en fait une race d'extra-terrestres qui ont créé les humains pour les servir, mais qui voulaient nous garder ignorants. Quels types de connaissances pensez-vous que cette race extra-terrestres essayait de cacher aux êtres humains ?
 

R: Ma théorie est que la connaissance est une véritable compréhension de la nature de la conscience, comment elle se rapporte aux principes fondamentaux de la réalité physique, et les connaissances techniques qui rendraient les humains capables d'une véritable compréhensions des activités spatiales. Ces catégories de connaissances, si elles étaient développées à un haut niveau, feraient des êtres humains des rivaux des Extra-Terrestres. L'histoire d'Adam et Eve, l'histoire de la Tour de Babel, avec leurs prédécesseurs dans les légendes mésopotamiennes antérieures, suggèrent que cette connaissance est quelque chose que les humains ne seront jamais autorisés à réaliser pleinement.
 

Q: Vous vous référez à des extra-terrestres comme de «gardiens», qui considèrent les êtres humains comme des possessions et ont cherché à nous contrôler pendant des milliers d'années. Pensez-vous que les extra-terrestres ont le même niveau d'influence aujourd'hui que comme ils le faisaient dans les temps anciens où le rôle de l'humanité devant «servir les dieux» semblait être plus évident et direct ?
 

R: Je pense que le contrôle direct et évident est toujours plus efficace et influent que la manipulation cachée. La faiblesse de l'aide de méthodes indirectes est que vous devez généralement faire appel au meilleur chez les personnes pour les amener à faire les choses stupides et destructrices que vous voulez qu'ils fassent. Ce n'est pas tout le monde qui va de pair avec ça.


Mais si vous voulez maîtriser une grande population sans avoir à vous battre constamment contre des soulèvements, alors vous devez utiliser le type de méthodes cachées décrites par Machiavel et Sun Tzu. Ainsi, l'influence Extra-Terrestre aurait été plus forte quand ils auraient été dans le commandement à découvert (YH : sous Obaid et Sumer par exemple), mais les méthodes cachées, qu'ils semblent avoir adoptées plus tard, semble avoir été efficaces dans l'accomplissement de leurs objectifs de gouvernance en cours, actuels.
 

Q: Gods of Eden a présenté ces extra-terrestres comme des êtres qui restent très bien en arrière-plan dans le contexte des événements sur la Terre. Pensez-vous que le jour viendra où ils vont se révéler à l'homme, et pourquoi pensez-vous qu'ils ne l'ont pas encore fait, à ce jour ?
 

R: Cette question nécessitera une longue réponse. Elle impliquera également d'entrer dans la frange paranoïaque de grande façon.
Ma théorie est que ces extraterrestres ne se sont pas révélés plus ouvertement, parce qu'ils sont toujours engagés dans les mêmes techniques de gestion qu'ils ont commencé il y a longtemps. La Terre est un beau morceau d'immobilier, et ils veulent le conserver dans leur portefeuille sans difficultés de la part des habitants. Le secret continu peut aussi servir leurs plans futurs.... plans qui ont peut-être été sur les planches pendant une longue période et qui doivent encore être consommés.


Il peut sembler irréaliste que cette activité pourrait se poursuivre sans interruption pendant des milliers d'années. Ma meilleure réponse est que les extraterrestres vivent probablement le Temps différemment que nous. Une bonne analogie serait de comparer l'homme à des fourmis ouvrières. Les fourmis ouvrières vivent environ 90 jours. Si nous maintenons une fourmilière pendant cinq ans, ce sera vingt générations de fourmis ouvrières. Pour les fourmis, vingt générations est un temps très long, mais pour nous, les humains, nous ne les vivont que comme les cinq ans de la vie humaine. Je soupçonne que quelque chose de semblable peut être vrai en ce qui concerne notre relation avec les extraterrestres.


Ma deuxième théorie est basée sur les enlèvements de la littérature ufologique de ces derniers temps. Beaucoup de personnes enlevées ont rapporté que les extraterrestres sont des hybrides de reproductions entre humains et ET. Dix ans après que Les Dieux de l'Eden ait d'abord été publié, un livre intitulé La menace est sorti, par le Dr David Jacobs, qui suggère que cet effort de reproduction peut être un programme à grande échelle. Quand je lis cela, je pensais que, uh-oh, cela pourrait être un signe que ce que je craignais pourrait arriver.


J'avais toujours pensé que si ma théorie était vraie, les extraterrestres auraient probablement ressenti le besoin de prendre des mesures lorsque la race humaine aurait commencé à développer trop de connaissances et de technologies. Sur la base de certains éléments de preuves sur les Anciens Astronautes, la légende du Déluge, et la preuve d'UFO reliés à la peste noire, ma conjecture est que la solution des extraterrestres serait une autre anéantissement de l'homme, peut-être la prochaine fois complètement. Cette annihilation pourrait être en relation avec leur création d'une nouvelle version de l'Homo sapiens qui est plus compatible avec les extraterrestres, pour nous remplacer, tout comme les extraterrestres gardiens l'auraient fait dans la préhistoire, pour créer la version actuelle de l'Homo Sapiens et un retour dans le temps où ils avaient besoin d'esclaves. Ce serait une répétition du scénario de "dehors l'ancien, et dedans la nouvelle" pour répondre à leurs besoins en constante évolution au fil du temps.


Maintenant, ceci est dit quand nous allons vraiment vers la conspiration des trucs paranoïaques. Parallèlement à ce programme hybride ET, nous voyons des tendances suggérant que les conditions sont mises en place sur la Terre pour répéter le scénario de la peste noire. La peste noire était en fait un événement en quatre parties. D'abord il y avait la famine, puis il y a eu la maladie, et alors il y avait des massacres humains sur des humains, basés sur le fanatisme religieux, et à un certain point dans tout cela, il y avait une manifestation beaucoup plus visible des ovnis et de mystérieux "hommes en noir" propageant des aérosols que des personnes ont affirmé qu'ils causaient la peste.


Dans la société d'aujourd'hui, nous assistons à une concentration progressive de l'alimentation humaine dans de moins en moins de mains avec comme résultat l'agriculture industrielle, des brevets sur les semences, et la disparition des abeilles et d'autres pollinisateurs, ce qui va nous amener à devenir plus dépendants des graines qui deviennent de plus en plus monopolisées par des brevets de semences. Si ces tendances se poursuivent, un temps sera atteint où il sera possible de tirer brusquement le bouchon sur une très grande partie de l'approvisionnement alimentaire mondial et provoquer une famine implacable dans le monde. Dans le même temps, certains gouvernements continuent de stocker des armes biologiques que les gouvernements peuvent probablement être incités à libérer au cours d'une période de stress extrême. Le radicalisme religieux est maintenu en vie, et dans le cas où l'approvisionnement alimentaire est massivement coupé et avec un début de la pandémie, nous pouvons nous attendre à voir les radicaux religieux de toutes obédiences inciter les gens à commettre des massacres de non-croyants qui seront blâmés pour la catastrophe, tout comme ce que les chrétiens ont fait aux Juifs pendant la Peste Noire. Si la tendance se maintient, alors quelque part dans tout ce processus, nous pouvons nous attendre à voir une manifestation beaucoup plus visible des ovnis pendant qu'ils éradiquent les humains survivants.


Le scénario hypothétique que je viens de décrire est également basé, en partie, sur les rapports que de nombreux enlevés par des OVNIS ont fait et sont racontés par leurs ravisseurs ET disant qu'une grande catastrophe est à venir, et même que quelques enlevés par des OVNIS sont formés, curieusement, pour le contrôle des foules. Cela ne présage rien de bon.


Quoi qu'il en soit, j'espère que cette "Hypothèse Remplacement de l'Espèce" est erronée. Si elle ne l'est pas, alors oui, il y aura probablement une manifestation beaucoup plus visible des ovnis dans le futur, mais ce ne serait pas un événement heureux. Voilà pourquoi, à certains moments, je souhaite que les debunkers d'OVNIS aient raison et qu'il n'y a pas d'extraterrestres ici. Cette pensée est en réalité beaucoup plus réconfortante pour moi qu'en regardant les preuves sur les OVNI...

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-10-2015

Les Zones bleues, ces terres bénies par les dieux

Les Zones bleues, ces terres bénies par les dieux

 

okinawa.jpg

Okinawa, Japon

Depuis de nombreuses années maintenant, les scientifiques du monde entier tentent de percer les mystères d'un phénomène rarissime, celui des zones bleues, ces zones géographiques qui semblent conférer à l'homme le pouvoir de vivre plus longtemps que la moyenne et surtout en meilleure santé.

Situé dans l'archipel japonaise d'Okinawa, le lieu que l'on surnomme depuis toujours « la terre des immortels » est très certainement le plus célèbre de ces endroits. On y dénombre une proportion de centenaires environ quatre fois plus élevée que dans le reste du monde. Par comparaison, il faut savoir que lorsque la France compte 25 centenaires pour 100 000 habitants, Okinawa, elle, en recense plus de 60 !

Cet atout n'est d'ailleurs pas le seul des habitants de l'île qui font également preuve d'une santé hors du commun. Trois fois moins de cas de démences, cinq fois moins de cancers et six fois moins de problèmes cardio-vasculaires ! Leur taux de survie face à l'une de ces maladies est également deux fois plus élevés qu'en Europe ! Le temps semble décidément n'avoir aucune emprise sur eux, à tel point que les diverses cannes, lunettes et autres appareils auditifs en deviendraient presque « personæ non gratæ ».

Les motivations des scientifiques sont donc compréhensibles. L'identification des nombreux facteurs communs à ces zones leur permettrait sans aucun doute de découvrir la véritable fontaine de Jouvence et donnerait ainsi vie, aux légendes de nos ancêtres. 

 
 
 
YH 2015 : Notons que, plus proche de nous, la Sardaigne est aussi considérée comme une zone bleue, avec un record de centenaires et une qualité de vie étudiés par le chercheur italien Gianni Pes, l'un des inventeurs du concept de la zone bleue. Voici le site internet de Gianni Pes :
 
http://www.webalice.it/giannipes/links.htm
 
 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 2012, 09-2015

La fonte estivale des glaces de l'Arctique s'accélère...

La fonte estivale des glaces de l'Arctique s'accélère...

08-2012 - MAJ 09-2015

 

extension-moyenne-banquise-arctique.jpg

...et le processus prend de plus en plus d'ampleur d'année en année (même s'il n'est pas pas linéaire).

Cette année 2012, le record de 2007 sera probablement battu d'ici trois semaines. La fonte s'arrête habituellement à la mi-septembre car il y a un temps de retard d'environ deux mois entre la période durant laquelle la température de l'air atteint son maximum dans l'hémisphère Nord (vers la mi-juillet) et la date où la température de la mer est la plus élevée (mi-septembre). Contrairement à ce que beaucoup de médias véhiculent en ce moment, ce temps de retard est tout à fait normal !

comparaison-banquise-arctique-ete-1980-ete2012.jpg

Comparaison de l'extension de la banquise Arctique entre cet été et l'été 1980 à la même époque (20 août)

comparaison-banquise-arctique-ete-2011-ete2012.jpg

Comparaison de l'extension de la banquise Arctique entre cet été et l'été dernier à la même époque (20 août)

En revanche, les cartes et les courbes de comparaisons avec les années précédentes sont éloquentes... Le processus de réchauffement climatique s'accélère.

evolution-superficie-banquise-arctique-depuis-1979.jpg

Evolution de la superficie de la banquise dans l'hémisphère Nord au cours des années, depuis 1979

anomalies-superficie-banquise-arctique-depuis-1979.jpg

Evolution des anomalies de la superficie de la banquise dans l'hémisphère Nord depuis 1979

Sources :

- http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Banquise

meteo-villes.com

Guillaume Séchet - http://www.meteo-chamrousse.com/actualites/fonte-record-des-glaces-de-l-arctique-pole-nord-23-aout-2012.html

MAJ 09-2012

Nouveau record de fonte estivale pour la banquise Arctique

banquisepolenord2012.jpg

Dans son dernier rapport, le Centre national américain de la neige et de la glace - NSIDC (National Snow and Ice Data Centre) - indique que l'étendue de la banquise arctique a été la plus faible jamais mesurée cet été, tombant très au-dessous du précédent record de 2007 alors que la fonte des glaces s'est accélérée sous l'effet du réchauffement.

 

Les images prises par satellite montrent que la banquise s'est réduite jusqu'à 3,4 millions de kilomètres carré au 16 septembre 2012, ce qui paraît être la plus petite superficie de l'année, précise le NSIDC (National Snow and Ice Data Centre) sur son site internet. C'est également la moitié de la surface minimale que les glaces arctiques occupaient normalement durant l'été il y a plus de trois décennies, selon le NSIDC.

 

illustration-banquise.png

 

" Nous sommes désormais en territoire inconnu ", estime le directeur du Centre Mark Serreze. "Alors que nous savons depuis longtemps que la planète se réchauffe et que les changements les plus prononcés sont tout d'abord observés dans l'Arctique, peu parmi nous s'attendaient à ce qu'ils soient aussi rapides", ajoute-t-il dans un communiqué.

Le record de fonte de 2007 avait été franchi le 18 août dernier quand la superficie minimum des glaces arctiques était tombée à 4,10 millions de km2, contre 4,17 millions de km2 en 2007. Le 4 septembre, l'étendue de glace était passée sous les quatre millions de km2, brisant un nouveau record depuis que les mesures par satellites ont commencé il y a 33 ans, précise le NSIDC.

"L'accélération de la fonte à la fin de l'été indique combien la couverture de glace est fine", relève Walt Meier, un scientifique du NSIDC dans le Colorado (ouest). " La glace doit être mince pour continuer à fondre ainsi alors que le soleil descend à l'horizon à l'approche de l'automne ", ajoute-t-il.

Le NSIDC a observé des changements profonds dans la banquise arctique qui dans le passé était formée de multiples couches de glace accumulées au cours des ans, dont une grande partie persistait plusieurs années.Mais dernièrement, la banquise est de plus en plus formée de glace saisonnière, moins épaisse et qui fond rapidement durant l'été.

 

north-pole-nord.gif

Carte géopolitique

L'ampleur de la contraction des glaces surprend car les scientifiques s'attendaient à ce que la fonte dans la mer de Chukchi et à l'est de la Sibérie refroidisse les eaux de surface, qui auraient dû rapidement geler avec la baisse des températures de l'atmosphère. La diminution des glaces et les moindres chutes de neige au début de l'automne accélèrent le réchauffement de l'Arctique.Mais ce phénomène dans l'Arctique pourrait avoir un impact plus étendu sur la planète en accroissant la chaleur et l'humidité dans le système climatique du globe, affectant graduellement le climat dans les zones habitées avec plus de variations et d'extrêmes.

Julienne Stroeve, chercheuse au NSIDC, relève que " les derniers modèles climatiques laissent penser que le pôle nord pourrait être libéré des glaces en été avant 2050 ". Mais " la fonte observée est plus rapide qu'un grand nombre de ces modèles peuvent saisir ", indique-t-elle. Pour Mark Serreze, le patron du NSIDC, à ce rythme " on pourrait bien traverser l'océan Arctique en bateau en août d'ici 20 ans ".

Réagissant à l'annonce du centre américain, un responsable de l'organisation Greenpeace, Kumi Naidoo, a estimé qu'il s'agissait d'un tournant dans l'histoire de l'humanité. " Cette annonce représente un tournant dans l'histoire humaine : en un peu plus de 30 ans nous avons altéré l'aspect de notre planète vue de l'espace et bientôt le Pôle Nord pourrait être complètement libéré des glaces en été ", déclare-t-il dans un communiqué.

Source : NSIDC via http://www.catnat.net/veille-catastrophes/

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

Yves Herbo Relai, S,F,H, 09-2012

Autres liens connexes :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/decouverte-des-traces-d-une-calotte-glaciaire-arctique-prehistorique-a-l-est-de-la-siberie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/fontaines-de-methane-dans-l-ocean-arctique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/trou-d-ozone-au-pole-nord-les-grands-medias-se-reveillent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/un-polluant-interdit-depuis-1987-detruit-toujours-la-couche-d-ozone.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/un-evenement-etrange-a-daivik-dans-l-arctique.html

 

MAJ 09-2015 :

Septembre 2015 : 4ème record de fonte de la banquise de l'Arctique en 11 ans !

C'est le 11 septembre 2015 que le 4ème record de la plus forte fonte des glaces de l'Arctique a été atteint, puisque la surface de mer gelée n’était plus que de 4,41 millions de km². ce qui est inférieur de 1,81 million de km² par rapport à la moyenne de 1981-2010. Pour rappel, le record absolu de 2012 a été établi à seulement 3,41 millions de km².

09 2015 banquise polenord

La banquise arctique le 11 septembre 2015. Le trait jaune représente la surface moyenne de la banquise d’été mesurée entre 1981 et 2010. © Nasa, Jaxa

Le problème étant que les scientifiques ne comprennent pas vraiment les raisons profondes de cette fonte accélérée : « Nous n’avons vu aucun événement météorologique majeur ou de configuration météo persistante dans l’Arctique cet été qui aurait pu contribuer à la diminution de l’étendue comme cela est souvent arrivé, commente Walt Meier, spécialiste de ce sujet au GSFC (Goddard Space Flight Center) de la NasaCertes, il a fait un peu plus chaud dans certains endroits que l’année dernière, mais il a fait aussi un peu plus froid dans d’autres ».

" La couche de glace en Arctique devient de moins en moins résiliente " a déclaré Walt Meier au site EarthObservatory (l'un des nombreux sites de la Nasa) dans une interview, " elle prend moins de temps qu’avant pour fondre, alors qu'auparavant, elle était comme une solide forteresse, plus étendue et robuste ". En fait, d'après une étude publiée dans la revue The Cryosphere, la couche de glace s’est affinée de 85 % entre 1975 et 2012. Fragilisée, elle est fragmentée en plusieurs petites banquises rongées de tous côtés par des eaux plus chaudes. « L’océan ne pouvait l’attaquer que par les côtés. Maintenant, il y a comme des envahisseurs qui creusent des tunnels par en dessous et font fondre ces blocs de glace de l’intérieur », continue Mr Meir.

 

 

Evolution de la banquise arctique entre la fin février et mi-septembre 2015. © Nasa, Goddard's Scientific Visualization Studio.

Source : http://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=86607

YH : Il y a donc confirmation de l'amincissement de la banquise arctique sur ces 11 dernières années et de l'accélération du processus d'une année sur l'autre... cela arrange évidemment les magnats du pétrole/gaz et la recherche des énergies fossiles... mais n'arrange pas les problèmes de pollution de la planète, et encore moins l'augmentation des gaz à effet de serre émis par l'être humain, mais aussi par la nature (méthane libéré des sols gelés) et le réchauffement climatique logiquement augmenté par cet apport de gaz supplémentaire et augmentation de la température des eaux... ni également les antagonismes et probables futurs conflits entre les nations qui bordent l'océan arctique libéré de ses glaces !

 

Yves Herbo, Relayé par S,F,H, 08-2012, 09-2012, MAJ 09-2015

Les tsunamis nord-européens

Les tsunamis nord-européens

tsunami-2.jpg

 

On parle plus souvent des risques d'élévations marines du côté de la Méditerrannée ou de l'Atlantique que du côté de la Mer du Nord ou de la Manche, pourtant, plusieurs traces géologiques et même des témoignages humains nous prouvent que ces régions ne sont pas si épargnées que ça. Il est vrai pas avec la même fréquence et la même échelle d’intensité sismique que les zones à risque classiques comme le Japon, le Chili ou la Californie.

 

La connaissance du passé ne nous vient pas que de sources historiques mais aussi de données géologiques. Ces données indiquent que la configuration de la Mer du Nord que nous connaissons aujourd’hui date d’une époque relativement récente, « seulement » 8.000 ans. Une couche de sable bien précise, certes de quelques cm à dm d’épaisseur seulement, a été trouvée dans les sédiments le long de toute la côte est de l’Ecosse jusqu’au Nord de l’Angleterre. La recherche démontre que cette couche s’est déposée suite à un tsunami causé par un glissement sous-marin. Ce glissement massif est survenu il y a 7900 ans, le long de la pente continentale de la Mer de Norvège, située à mi-chemin de la Norvège, un lieu connu sous le nom de zone de glissement de Storegga. Le niveau de la mer s’est alors élevé de 14 mètres.

 

La vitesse du glissement et le volume de matériel déplacé étaient si grands qu’ils provoquèrent un tsunami géant. Les effets ne se sont pas seulement faits sentir en Ecosse, mais aussi le long des côtes d’Islande, de Norvège, des Iles Féroé et Shetland. On a pu démontrer que le tsunami a atteint les 25 mètres de haut dans les Shetlands. Cette énorme lame de fond est maintenant connue sous le nom du Tsunami Storegga. Ses conséquences sur le littoral belge ne sont pas encore connues. Et la pente continentale de la Mer du Nord n’est pas encore stable...

 

Le Sud de la Mer du Nord et la Manche n’ont pas de pente continentale mais des tremblements de terre y ont quand même lieu. Le 21 mai 1382 un tremblement de terre, dont l’épicentre était situé dans le Sud de la mer du Nord a traversé le Kent et la Flandres. Il n’est pas fait mention d’un éventuel tsunami.

 

Plus proche de nous dans le temps et donc mieux documenté, le tremblement de terre du 6 avril 1580 était d’une intensité de 5,3 à 5,9 sur l’échelle de Richter avec un épicentre situé dans la Manche à une profondeur de 20 à 25 km. Un tsunami submergea alors la ville de Calais et ses environs et causa des inondations jusqu’à Boulogne. Le jour suivant, un deuxième tsunami, qui apparemment atteignit le Mont Saint Michel, ravagea la ville de Douvres. De 20 à 30 bateaux furent alors engloutis par une grosse vague soudaine dans la Manche. Un survivant décrivit une vague d’une hauteur d’au moins 15 mètres.

 

90172523tremblement1580plan-jpg.jpg

séismes de 1580

En 1931, un tremblement de terre d’une puissance de 6,1 sur l’échelle de Richter à la hauteur du Doggerbank dans le Sud de la Mer du Nord, causa un tsunami qui ravagea principalement la Grande-Bretagne. Pendant les travaux de terrassement pour la création d’un chenal (un lieu où la mer peut et doit passer) dans les dunes entre La Panne et la frontière française, un gros amas composé exclusivement de coquillages a été mis à nu. Même si aucune recherche complémentaire n’a encore été menée, il est pratiquement sur que cet amoncellement de coquillages n’est pas du à une tempête mais est plutôt le résultat d’un tsunami.

L’activité sismique dans nos régions est actuellement surveillée de façon très précise. L’influence d’un éventuel tsunami sur les zones côtières très peuplées du Sud de la Mer du Nord reste inconnue. Un petit rappel historique en forme de plaidoyer pour plus de prise de conscience de ce phénomène et du rôle que la géologie a à y jouer.

par Cecile Baeteman

Musson R.M.W. 1994. A catalogue of British Earthquakes. British Geological Survey. 
Smith D.E. 2005. Tsunami: a research perspective. Geology Today.
Smith D.E. et al. 2004. The Holocene Storegga tsunami in the United Kingdom. Quaternary Science Reviews 23.

 

YH : notons que tout ceci n'a pas empêché les gouvernements français et britanniques de construire un "tunnel sous la Manche" justement à proximité du lieu de ce gros séisme de 1580 générateur de tsunami, ni d'installer des centrales nucléaires sur les côtes ayant subi ces mêmes tsunamis... un peu comme les japonais donc !

Liens sur votre site en liaison : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/sur-les-traces-du-tsunami-perdu.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inondations-tsunamis-deluges-les-geologues-gagnent-sur-les-egyptologues.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inondations-tsunamis-deluges-les-geologues-gagnent-sur-les-egyptologues-2.html

 

Yves Herbo relai,S,F,H, 07-2012 up 09-2015

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 3

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 3/5

tunguska-big-1.jpg

Part 1Part 2

Enigme de l'explosion de Tunguska

Les Mystères de la « Vallée de la Mort » en Sibérie.
(3éme partie)

 

Les preuves et témoignages s'accumulent pour indiquer qu'en 1908 au Tunguska, une météorite fut détruite par des sphères de plasma dirigées, dites «exterminatrices», utilisant une technologie capable de compenser sa chute pour en tirer une force explosive, alors que l'humanité ne disposait pas de ce savoir faire.

 

Revenons au 30 juin 1908 et aux événements rapportés par les témoins oculaires. L'ensemble du phénomène se déroula à peu près selon le scénario suivant. Vers 07h15 du matin, la météorite surgit sur une trajectoire sud-est à nord-ouest.

Preobrazhenka, I.M.Volozhin vit «une bande de fumée d'où s'échappaient des langues de feu» se déplacer à travers le ciel. C'était la météorite se précipitant vers la Terre. Les habitants de la région de Kirensk rapportèrent : ...une colonne incandescente d'environ 6 m de diamètre et en forme de lance apparut au nord-ouest. Lorsqu'elle disparut, on entendit cinq détonations brèves et puissantes, comme des coups de canon, se succédant rapidement...

 

 Depuis le comptoir commercial de Teteria, dans la direction du nord et depuis d'autres localités (KezhmaNizhne-IlimskVitim) qui ne se trouvent pas sur une même ligne, on observa ces «piliers de feu»...

 

Une lueur rouge lors de l'apparition des sphères, avant l'explosion.

 

 L'émergence des «exterminatrices» à la surface de la croûte terrestre constitue la phase la plus énergétique de l'évènement, les «piliers d'énergie» et les «exterminatrices» émettant une lumière blanche intense, similaire à celle d'un arc de soudure. L'intensité lumineuse était telle que les témoins eurent l'impression que tout l'environnement avait disparu ou s'était obscurci. Après cette phase, le niveau d'énergie diminuant, les piliers et les «exterminatrices» virèrent au rouge, illuminant la région préalablement à l'explosion. Interviewé à Vanavara, Maxim Kainachenok, un Evenk (peuple de Sibérie) d'une cinquantaine d'années, raconta : ... Mes parents s'étaient arrêtés sur la Segochamba. La terre se mit à trembler et on entendit du tonnerre. Il y eut  d'abord un rougeoiement, puis le tonnerre. La lueur rouge ne venait pas de Vanavara. Au moment de la chute de la météorite, mon oncle Axenov sortit pour s'occuper des rennes et raconta que, pour commencer, au dessus du lieu de l'explosion tout devint noir, puis rouge, et qu'ensuite il entendit le tonnerre... Cela fut confirmé par Anna Yelkina, une Evenk de 75 ans qui habitait Vanavara :


Tôt le matin... un peu plus haut que le Soleil il y eut un coup de foudre. Très haut. Le ciel entier devint rouge, et pas seulement le ciel : tout devint rouge aux alentours, la terre et le ciel. Un grondement puissant se fit entendre. Un bruit de cloche, comme si des gens frappaient sur du fer. Le tonnerre dura environ une demi-heure...

 

Le vol des «exterminatrices».

Immédiatement après l'apparition des colonnes de lumière, les brillantes sphères «exterminatrices» entamèrent leur périple vers le lieu de l'explosion. N. Ponomarev, du village de Nizhne-Ilimsk, fit un témoignage similaire à ceux de milliers d'autres :

A 07h20, on entendit, près de Nizhne-Ilimsk, un grand bruit qui se mua en roulements de tonnerre... Certaines maisons en furent secouées. De nombreux habitants virent qu'avant ces sons «un corps incandescent de la forme d'une bûche» se déplaçait rapidement au-dessus du sol du sud vers le nord-ouest. Immédiatement après, un fracas retentit et, à l'endroit où l'objet incandescent avait disparu, on vit du feu, puis de la fumée...


K.A. Kokorin, un habitant de Kezhma, répondit, en 1930, aux questions de Ye.L. Krinov :
"Trois ou quatre jours avant la fête de St. Pierre, vers huit heures du matin au plus tard, j'entendis ce qui ressemblait à une canonnade. Je me précipitai dans la cour qui est orientée à l'ouest et sud-ouest. Les bruits continuaient et je vis, au sud-ouest, environ à mi-hauteur entre l'horizon et le zénith, une boule rouge qui se déplaçait ; des raies multicolores apparaissaient à ses côtés et derrière."
Au même moment, à Kirensk, des témoins observaient, vers le nord-ouest, une boule incandescente rouge qui, selon certains se déplaçait horizontalement, selon d'autres plongeait vers le sol.
Non loin des chutes de la Mursky (près du village de Boguchany) jaillit un éclat de lumière bleuâtre et un objet incandescent, nettement plus gros que le Soleil, se précipita depuis le sud en laissant une large traînée lumineuse...

 

Interception de la météorite.

La météorite fut interceptée par une «exterminatrice» qui la percuta par le haut, réduisant brutalement sa vitesse et libérant une telle quantité d'énergie, combinée avec celle de l'exterminatrice, que cela fit littéralement fondre la matière de la météorite.

Dans le numéro du 2 juillet [calendrier julien : soit 15 juillet grégorien] 1908 du journal d'Irkutsk, le Sibir, le correspondant S. Kulesh écrit :

[NDT : en 1908, la Russie utilisait encore le calendrier julien, le calendrier grégorien ne fut adopté qu'en 1917, après la révolution. Depuis 1582, le décalage avait atteint 13 jours]

Le matin du 17 juin [30 juin], dans le village de Nizhne-Kerelinskoye (à quelques 215 km au nord de Kirensk), les paysans observèrent, dans le nord-ouest, bien au-dessus de l'horizon, un objet dégageant une lumière bleue-blanche d'exceptionnelle intensité (impossible à regarder) se déplaçant vers le bas pendant dix minutes... En approchant du sol (forestier), l'objet incandescent sembla fondre. Un immense nuage de fumée noire apparut à sa place, accompagné d'un bruit énorme (qui n 'était pas la foudre), comme une chute de pierres ou une canonnade. Tous les bâtiments furent secoués. Au même instant, des flammes de toutes les formes commencèrent à jaillir du nuage...


Voici le récit de S.B. Semionov, qui se trouvait à Vanavara, à 100 km du lieu du désastre :


"...Brusquement, loin au-dessus des arbres, une large langue de feu déchira le ciel vers le nord et l'embrasa. je ressentis une telle chaleur que j'eus l'impression que ma chemise avait pris feu. Je voulus crier, arracher le vêtement, mais à cet instant le ciel se referma brutalement dans un bruit énorme.  Je fus projeté au sol à trois sagens (4,5 m). Au moment où le ciel s'était ouvert, un vent chaud était passé sur les maisons, comme un coup de canon, laissant au sol des traînées et abîmant les gros oignons. On découvrit alors que de nombreuses vitres avaient éclaté et que le moraillon en fer de la porte de la grange était brisé...


P.P. Kosolapov, qui s'était tenu près de Semionov, senti une brûlure aux oreilles mais ne remarqua aucun phénomène lumineux. A cinquante kilomètres de l'explosion, les vêtements des gens se mirent à roussir par la chaleur insupportable qui leur parvint du fond de la taïga. A soixante kilomètres, personne ne pouvait supporter le contact brûlant du sol. A six cents kilomètres, l'éclat obscurcit le Soleil.

 

Des forces explosives compensées.

Questionnés par les scientifiques, les habitants racontèrent qu'en certains lieux, juste avant la terrible explosion, des arbres, des yourtes et des pans de collines furent aspirés vers le ciel, tandis que dans les rivières, des mascarets se propagèrent à contre-courant. Ces observations indiquent sans aucun doute qu'une implosion eut lieu, provoquant une aspiration centripète, tandis que simultanément une composante agissait dans le sens inverse, car les arbres autour de l'épicentre du souffle furent couchés radialement vers l'extérieur. Cette opposition des effets révèle une technologie compensatrice des forces explosives. Les rapports de nombreux témoins permettent d'élaborer le scénario d'une onde de choc dont les pressions furent distribuées de manière bien ordonnée.

 

Les rapports de recherches et les interviews comprennent un nombre important de données qui n'ont pas, à l'époque, retenu l'attention des spécialistes. Par exemple, des indications selon lesquelles les chocs, les bruits et les éclairs qui accompagnaient l'explosion ont été décrits différemment par des témoins qui se trouvaient à peu de distance les uns des autres, certains les ayants qualifiés de terrifiants et d'autres d'insignifiants, voire, imperceptibles.
Certains témoins qui furent assez près du lieu de l'explosion affirmèrent ne pas avoir perçu de souffle, ni de mouvements du sol, alors que dans d'autres communautés, situées à 600 km de l'épicentre, les maisons tremblèrent, les vitres volèrent en éclats et les parois des foyers fermés se fendirent.

 

Autrement dit, l'onde de choc principale de l'explosion semble avoir été compensée de manière à ce que le moins de monde possible en souffrit, bien qu'il s'avéra impossible d'éviter des victimes surtout parmi les animaux (des milliers de rennes et quelques humains, qui n'avaient pas accordé crédit aux avertissements des chamans et étaient resté dans la zone dangereuse, périrent).

Ce n'est pas la première fois que les chercheurs rencontrent un cas de recours à une technologie de compensation de forces explosives. Le processus et les effets de l'explosion du Tunguska ressemblent à ceux de l'événement du 12 avril 1991 à Sasovo, à 500 km au sud de Moscou. Un examen détaillé indique que, dans les deux cas, la force principale de l'onde de choc et les effets d'explosions gigantesques furent, en quelque sorte, évacués vers un espace (une dimension) différent !

 

Un des signes spécifiques révélateur d'une technologie explosive compensatoire est le bruit caractéristique précédent et concluant le souffle principal. Tant à la Tunguska qu'à Sasovo, (où se forma un cratère de 28 m de diamètre sur 3,5 m de profondeur au plein milieu de la ville), le fracas de l'explosion proprement dite fut précédé et puis suivi d'un son que les témoins du Tunguska décrivirent comme «semblable à du vent qui soufflait du nord au sud». D'autres évoquèrent ce bruit comme celui du passage d'un obus de trois pouces. Remarquez que ce bruit précédait l'explosion et se fit aussi entendre après, comme si un objet s'éloignait du lieu du désastre. Dans le cas de Sasovo, les témoins comparèrent le bruit à celui d'un avion à réaction qui tombait ou qui s'éloignait.

 

Voici le témoignage de Nikitina, une femme qui travaillait à la gare de Sasovo :


"Il y eut soudain un vrombissement croissant ; les murs de la tour de contrôle où je me trouvais se mirent à trembler. Vint alors une explosion monstrueuse. Les vitrages s'écrasèrent au sol..."
Ensuite les témoins décrivent un bruit qui semblait s'éloigner.
Globalement, tout cela produit la séquence suivante : 
1. un vrombissement croissant ;
2. une puissante explosion ;
3. un «bang», type supersonique, et un vrombissement décroissant, (comme celui d'un jet qui s'éloigne de l'observateur).
Le recours à une technologie de compensation fait immanquablement penser que des forces intelligentes contrôlaient toute l'opération. Si ce n'avait pas été le cas, les effets des explosions auraient été infiniment plus dévastateurs, coûtant probablement la vie à des centaines de milliers de personnes.


Sur la météorite du Tunguska, le premier impact fut donné par une terminatrice qui frappa de haut en bas et était au rendez-vous à environ 10.000 m d'altitude. L'explosion fut accompagnée d'un éclair aveuglant dont les radiations calcinèrent la végétation et allumèrent des incendies dans un rayon de 25 km.
 

localisation des témoins et trajectoires des objets Diagramme de la revue périodique Tekhnika i Molodezh (n° 1, 1984), montrant la localisation des témoins et les trajectoires des "sphères terminatrices" prises pour la météorite selon ce qui a été rapporté par les chercheurs:
(1) Suslov, 
(2) Astapovich,
(3) Krinov, 
(4) Konenkin
(6) Fast
La flèche 5 indique la trajectoire déterminée par les expéditions qui ont visité le site de l'explosion en se basant sur la direction des arbres couchés.

 

Distorsion espace-temps.

 

La prodigieuse décharge électromagnétique qui se produisit au moment de l'impact de la terminatrice généra une remagnétisation des sols et des effets extrêmement puissants sur l'environnement et sur la structure spatio-temporelle du site de l'explosion. Il en résulta un changement de l'écoulement du temps physique qui fut observé, des décennies plus tard, par des expéditions scientifiques. La distorsion de l'espace-temps suite à une puissante décharge électromagnétique est une composante de la technologie de compensation.

 

Si nous pensons que les OVNI utilisent ce même champ électromagnétique pour passer d'une dimension à l'autre, alors certains traits caractéristiques des récits donnés par les témoins du Tunguska nous permettent de considérer les événements sous un jour nouveau, et de mettre en lumière des détails remarquables qui ont, jusqu'ici, échappé à l'attention des chercheurs.
Voici le récit de Ivan Kurkagyr, le fils d'un témoin du Tunguska. Il contient la curieuse description de la manière dont, au moment de l'explosion - qui est une puissante décharge électromagnétique entraînant une distorsion des formes - des personnes et des animaux furent instantanément déplacés vers d'autres lieux. Autrement dit, ils subirent un transfert spatial.


...Il y avait un grand rassemblement de tentes. Le matin, on entendit du tonnerre. Un orage incroyablement bruyant éclata. Il démolit les tentes, transporta les gens dans l 'air. Des personnes se retrouvèrent loin dans les marécages. Ils ne comprenaient pas... comment ils avaient pu être transportés là-bas. L'orage qui mit le feu à la taïga brûla aussi les rennes. Le feu se propagea. Il y avait là la tente d'un homme. Ce gars voulait rentrer chez lui. Il avait de l'argent dans son tursuk [sac en feutre]. Voyant le feu, il se précipita pour prendre l'argent. Il courut vers la rivière et les tentes. Le feu était en train de consumer les tentes [de ses voisins]. Les gens se jetèrent dans la rivière. Le feu passa sur l'eau. Ceux qui étaient dedans s'enflammèrent. Ils plongèrent, mais le feu alluma ceux-là aussi, brûlant leurs 'têtes. Et ainsi ils périrent tous.

 

Un autre indice révèle l'effet puissant du souffle sur la structure de l'espace-temps. Au moment de l'explosion, le ciel s'ouvrit et les gens purent voir l'espace extérieur, le ciel étoilé, au-delà de l'atmosphère.

Questionnée en 1930 par Krinov, A.S. Kosolapova, fille de S.B. Semionov, déclara :


"J'avais 19 ans et au moment de la chute de la météorite je me trouvais au comptoir commercial de Vanavara. Marfa Briukhanova et moi étions allées chercher de l'eau à la source. Pendant que Marfa puisait l'eau, j'étais debout près d'elle, face au nord. A cet instant, le ciel s'ouvrit devant moi, jusqu'au sol et je vis un jet de feu. Nous eûmes peur et je parvins à dire : «Pourquoi le ciel s'ouvre-t-il en plein jour ?  Je sais que le ciel s'ouvre la nuit, mais jamais en plein jour». Juste après, lorsque le ciel se referma, nous entendîmes des coups, comme le canon..."



Au moment du premier impact, plusieurs sphères «exterminatrices» étaient en attente stationnaire, et leur énergie à haute fréquence grillait les sommets des arbres. Durant les dernières minutes avant l'événement final, plusieurs autres «exterminatrices» se précipitèrent vers la zone (qui reçut plus tard le nom de Kulik).

 

Parmi ceux qui virent les sphères incandescentes traverser le ciel, de nombreux témoins déclarèrent que leurs mouvements s'accompagnaient d'une lumière éblouissante et d'une forte émission de chaleur. Voici comment cet événement apparut au chantre admiratif du poème Olonko :
 

Kiun Erbiie
Insaisissable en vol, sans ombre,
Le rapide héraut - messager du Dyesegei céleste,
A la cotte de maille étincelante,
Plus rapide que l'éclair, Kiun Erbiie, le champion.
Il vola, une étoile en chute, seul sifflait l'air derrière lui...
Il fila comme une flèche audelà des limites du ciel jaune de l'ouest,
Vers la pente abrupte inférieure du ciel au-dessus de l'abîme.
Il vola en hauteur - seul retentit le tonnerre...
Un feu bleu brûlait derrière lui, un feu blanc se déchaînait dans son sillage,
Des étincelles rouges dansaient en essaim,
Une lueur jaillit dans les nuages... 


Ce qui est remarquable, c'est que «les limites du ciel jaune de l'ouest» signifie exactement la région du Tunguska Podkamennaya !

 

Fragments de météorites.

 

Pour comprendre la suite des événements, il faut appréhender de façon précise le rapport entre l'altitude du premier impact (10.000 m), la surface de destruction des arbres (beaucoup plus large que cette hauteur), et la distance de dispersion des fragments de météorite (des centaines de km). L'intervalle entre les explosions correspond au temps de vol des fragments d'un impact à l'autre.

 

Au dessus de la zone d'impact de Shishkov la météorite avait été réduite en plusieurs fragments. Ceux-ci s'éparpillèrent, mais les sphères «exterminatrices» les interceptèrent de plusieurs directions et les détruisirent. C'est pour cela que, d'une part, dans la zone des arbres déracinés les chercheurs trouvèrent plusieurs épicentres marqués par des troncs couchés dans tous les sens, tandis que, d'autre part, les témoins déclarèrent tous avoir entendu d'abord une explosion formidable (la fragmentation) et ensuite, en l'espace de cinq ou six minutes, une série de détonations ressemblant à une canonnade (destruction des fragments).

 

 

Cratère de Voronov                                Retombées de Kulik                                    Retombées de Shishkov

Etapes finales de la destruction de la météorite.



Après la fragmentation au-dessus de Shishkov, de grands morceaux restants continuèrent sur leur lancée en direction de la zone de Kulik. Cependant, ayant perdu une grande partie de leur énergie et de leur vitesse, ces fragments mirent une quinzaine de minutes pour couvrir la distance de 120 à 150 km (la vitesse d'un avion à réaction), après quoi il y eut une autre très forte explosion lorsque les «exterminatrices» les interceptèrent.

 

Dans la région d'Irkutsk, district de Nizhne-Ilimsk, un habitant du village de Berezovo, Yegor Ankudinov était en compagnie de son père et de son oncle en train d'abattre des pins pour construire une maison. Il raconte :
"C'était une belle journée. Nous venions de prendre le petit déjeuner et commencions à couper du bois. Soudain un coup se fit entendre à proximité. Le sol se mit à trembler et des branches mortes tombèrent des arbres. Ensuite un peu plus tard, il y eut un autre coup de tonnerre ; comme le précédent, mais très très loin dans la direction du nord..."

 

Le quotidien Krasnoyarets du 13 juillet [26 juillet grégorien] 1908 publia : Village de Kezhemskoye. Le 17 juin [30 juin] à 07h00, un bruit de vent violent se fit entendre. Immédiatement après il y eut une terrible déflagration, accompagnée d'une vibration du sol qui fit trembler le bâtiment, comme si celui-ci avait été heurté par une énorme grume ou un rocher. La déflagration fut suivie d'une autre, tout aussi puissante, puis d'une troisième. Dans l'intervalle entre la première et la seconde un grondement souterrain se fit entendre, comme si une dizaine de trains passaient ensemble sur la même voie. Ensuite, quelque chose qui ressemblait à un tir d'artillerie résonna pendant 5 à 6 minutes ; 50 à 60 coups se succédant rapidement à cadence pratiquement régulière, les derniers coups faiblissant progressivement. Une minute et demi à deux minutes après la fin du «tir», on entendit six coups successifs, comme des coups de canon, lointains mais clairement audibles et accompagnés de vibrations du sol... 

 

Les gigantesques sphères de plasma s'étaient abattues sur les fragments de météorite, libérant une quantité colossale d'énergie pour détruire toute la matière de l'envahisseur cosmique. Considérant la probabilité que la rupture de la météorite ait dû la fragmenter en de nombreux petits morceaux, nous fûmes amenés à conclure que la charge électromagnétique des «exterminatrices» possédait une propriété particulière. Le vecteur du champ magnétique d'une terminatrice aurait agglutinés par attraction tous les fragments et les aurait ensuite détruits dans l'explosion suivante.

 

Il est possible qu'à hauteur de la zone de Shishkov (1) ou de Kulik (2), deux gros fragments, détachés de la météorite par le premier impact, aient été projetés à 100 km à droite de la trajectoire (4 et 5) [voir graphiques en bas de page] où ils auraient été rattrapés par des «exterminatrices» et littéralement réduits en poussière. L'énergie des «exterminatrices» était telle que, outre les radiations électromagnétiques vers la terre elles émettaient aussi de puissantes décharges électriques (comme la foudre).
 

http://voltair.free.fr/tunguska/tunguska13.jpg Directions des troncs d'arbres couchés à l'épicentre de l'explosion.



Voyons les témoignages. Le matin du 30 juin, les frères Chuchancha et Chekaren, du clan des Shaniagir, dormaient sous leur tente qui avait été plantée au bord de la rivière Avarkitty. Ils furent réveillés par de puissantes secousses et le bruyant sifflement du vent :


"Chekaren et moi sortîmes de nos sacs de couchage et fûmes sur le point de ramper hors de la tente lorsqu'il y eut soudain un violent coup de tonnerre. Ce fut le premier. Le sol commença à sursauter et a trembler et une rafale de vent balaya notre tente... J'assistai alors à un spectacle terrible : les troncs d'arbres tombaient, les aiguilles de pins brûlaient, les broussailles flambaient ainsi que la mousse à renne. Il y avait de la fumée partout, nous avions mal aux yeux. Il faisait terriblement chaud, assez pour en mourir. Soudain, au-dessus de la colline où la forêt était déjà tombée, la lumière devint intense et... comme si un autre Soleil était apparu... cela faisait mal aux yeux, je les fermai. Un énorme coup de tonnerre suivit immédiatement. Ce fut le second. C'était une matinée ensoleillée, sans nuage. Notre Soleil brillait, comme d'habitude, et voici qu'il y en avait un deuxième !  Alors nous vîmes, apparemment en altitude et dans une direction différente, un autre éclair et une forte détonation. Le vent nous saisit, nous jeta au sol et secoua les troncs abattus.
Nous observâmes les arbres qui tombaient, vîmes leurs têtes se briser et prendre feu. Chekaren me cria: «regarde là-haut» et pointa du doigt. Je vis un éclair, il jaillit encore dans un grand coup de tonnerre. Mais ce coup fut un peu moins fort qu'avant. C'était le quatrième, cette fois comme un tonnerre normal...
Il me revient aujourd'hui qu'il y en eut un cinquième, beaucoup plus faible, amorti et lointain."

 

Plus tard, les chercheurs découvrirent un nombre croissant d'arbres foudroyés à mesure qu'ils approchaient de l'épicentre où c'était le cas pour 80% d'entre eux. Ceci se trouve confirmé par les scientifiques de Novosibirsk qui démontrèrent que les arbres avaient été déracinés par un souffle radial (en étoile). Ils conclurent que l'objet qui avait éclaté ne devait avoir que quelques dizaines de mètres de diamètre et que des explosions subséquentes avaient brouillé la trace du souffle radial initial.
Des spécialistes ont affirmé que les décharges électriques avaient déchiré l'air pendant 2 à 15 minutes, donnant l'impression auditive d'un tir d'artillerie, alors que pendant tout ce temps leur source demeurait au-dessus de l'épicentre et ne se déplaçait pas à grande vitesse. En d'autres termes, l'objet arriva, s'arrêta et marqua l'environnement sous-jacent de multiples façons : par des radiations, des distorsion temporelles, des mutations...

 

La plus grosse partie de la météorite du Tunguska fut détruite au-dessus du site de Kulik, mais un morceau échappa et franchit encore 120 km avant d'arriver au sol. La destruction méthodique de tout ce que contenait la météorite laisse à penser qu'elle charriait une sorte de bactérie ou de virus dangereux pour la vie sur Terre. C'est pourquoi une des «exterminatrices» plongea au sol et acheva les restes de la météorite, ce qui provoqua un important séisme. Le résultat fut un cratère de 200 m de diamètre par 20 m de profondeur, que l'on appela plus tard «le cratère de Voronov».

 

Dans une lettre du 28 juillet 1908, Vakulin, le chef du département postal de Nizhne-Ilimsk, rapporta :
"Le mardi 17 juin [30 juin], vers 08h00 (horloges non vérifiées), un nombre important d'habitants locaux disent avoir remarqué, vers le nord-ouest, une boule incandescente descendant d'est en ouest vers l'horizon et qui, en s'approchant du sol, se transforma en une colonne de feu puis disparut. Peu après, un nuage de fumée apparut montant de l'endroit de la chute.
Après quelques minutes, ils entendirent un grand bruit et des échos lointains, comme le tonnerre. Ils furent suivis de huit fortes détonations, comme des coups de canon. Le dernier coup, particulièrement puissant, s'accompagna d'un sifflement et provoqua un tremblement du sol et des bâtiments...

 

Certains témoins affirment que le bruit fit tomber des gens et que plusieurs perdirent connaissance pour ne revenir à eux que plusieurs jours plus tard. Le choc fit tomber des chevaux à genoux, mais ils ne prirent pas la fuite, ce qui indique qu'ils étaient figés de terreur. A certains endroits, le sol se fissura.

L'hypothèse selon laquelle la météorite transportait des micro-organismes dangereux est renforcée par l'observation qu'après sa destruction, l'Installation parcourut la surface de la Terre à la recherche de restants de matière météoritique. Les témoins abasourdis rapportèrent avoir vu des «exterminatrices» survoler la région de l'événement jusqu'au soir du 30 juin ! Ces sphères «exterminatrices», ou «météorites secondaires» ainsi qu'elles furent interprétées par certains chercheurs, furent observées par environ la moitié des témoins.
 

 

Vues satellites actuelles de ces trois zones :
1  site d'explosion dit de Shishkov
 http://maps.google.com/maps?ll=60.545126,103.696518&spn=0.168403,0.424004&t=k&hl=fr
2  site d'explosion dit de Kulik http://maps.google.com/maps?ll=60.959717,102.323890&spn=0.339440,0.824524&t=k&hl=fr
3  cratère Voronov  http://maps.google.com/maps?ll=61.293328,100.728149&spn=0.336510,0.824524&t=k&hl=fr

 
Traduction André Dufour

 

Par Valery Uvarov (copyright 2004)
Département N13 de l'Académie Nationale de Sécurité, St Pétersbourg, Russie.
E-mail : nas@homeuser.ru et departement13@mail.ru
Article paru dans Nexus édition française n°38 mai-juin 2005


Pour vous repérer durant la lecture :
Carte de Sibérie annotée (1Mo) les noms de lieux (en rouge ou gras dans l'article) y sont repérés. Cette carte s'ouvrira dans une fenètre indépendante.

Yves Herbo, S, F, H, - A suivre 04-2012 - up 08-2015

Succès du survol rapproché de Pluton

Succès du survol rapproché de Pluton - MAJ 1

Pluton 14 07 15 miniNASA (AFP)

La NASA a confirmé aujourd'hui le succès du survol rapproché de la mini planète Pluton et de sa collecte de données par sa sonde New Horizons, avant son grand saut vers l'inconnu que constitue la ceinture de Kuiper, un vaste amas de débris et de comètes au-delà de l’orbite de Neptune...

La sonde, qui a croisé à seulement 12 400 km la mystérieuse Pluton, après un voyage de neuf ans et de 5 milliards de kilomètres, a envoyé un message confirmant qu’elle avait réussi à frôler sans encombre la planète naine.

Pluton charon nasa

Pluton et son principal compagnon Charon (NASA, , JHUAPL, SwRI, fausses couleurs, reconstitution) - on distingue plusieurs cratères et failles ou canyons sur les deux astres, plusieurs sortes de minéraux et roches d'après les couleurs.

Il y avait eu une petite panne à l'approche de la mini planète et de ses satellites, et les techniciens de l’Agence spatiale américaine redoutaient un éventuel autre problème lors de ce passage très rapide. Mais, comme on peut le voir sur ces images relayées par AFP, ils ont reçu avec soulagement cette transmission de confirmation hier soir.

Nasa pluton 14 07 15AFP

« Nous avons bien reçu la télémétrie envoyée par la sonde », a déclaré depuis le centre de commandes de Laurel (Maryland) Alice Bowman, la chef du projet, déclenchant une explosion de joie parmi ses collègues.

Il ne faut en effet pas oublier que la sonde New Horizons est l'engin le plus rapide envoyé par l’homme dans l’espace : elle a frôlé Pluton à plus de 49 000 km/h et à cette vitesse, une collision même avec un débris de la taille d’un grain de riz aurait pu s’avérer catastrophique et mettre un terme à la mission, sans même que l'on sache exactement pourquoi... on se rappellera que tant les américains que les russes ont ainsi perdu des sondes vers Mars ou d'autres planètes sans en connaître les réelles raisons.

Durant une fenêtre de survol de quelques heures, New Horizons a emmagasiné un maximum d’images et d’informations sur Pluton, dont on ne sait pour le moment pas grand chose, à part qu'un très grand cœur géologique se dessine sur son hémisphère nord. Un petit clin d'oeil de Dame Nature envers les humains qui le voient pour la première fois...

Pluton couleurs coeur 14 07 15

NASA (AFP) - étonnante géologie de Pluton avec le dessin d'un cœur bien reconnaissable, dont une grande partie de l'intérieur semble très plat et uniforme, alors qu'au sud (qui est l'équateur de la mini-planète car la sonde est passée au-dessus du "pôle nord") il y a des masses très sombres et que la droite du cœur est plus "marbré" et en relief... Plusieurs cratères d'impacts sont reconnaissables mais il y a des possibilités d'ancien volcanisme vers le sud...

Dans son discours explicatif, la NASA rappelle que la sonde était entièrement configurée pour effectuer cette collecte de données ces dernières heures et qu'elle ne pouvait pas communiquer en même temps avec les techniciens sur la Terre. Elle s’est seulement interrompue quelques minutes vers 16H30 (20H30 GMT) pour envoyer juste 15 minutes de données télémétriques pour confirmer la réussite de sa principale mission.

Nasa pluton noir blanc 14 07 15

NASA (Reuters)

Plus de quatre heures ont été nécessaires pour que ces données envoyées par ondes depuis les confins de notre système solaire parviennent aux techniciens de la Nasa. Les premières données reçues ont montré que la sonde est encore en parfait état et qu’elle a donc normalement pu effectuer son abondante collecte de données ensuite.

Il va maintenant falloir à nouveau de la patience aux techniciens car la sonde va commencer à envoyer ces précieuses données qui permettront de répondre à de nombreuses questions sur Pluton à partir de mercredi. Il lui faudra au total 16 mois pour transmettre l’intégralité des données qu’elle a collectées durant son survol historique de la planète naine, en espérant qu'elle n'aura pas de problèmes durant ce temps et son voyages vers un nombre de débris de plus en plus importants, témoins de la création de notre système solaire, et qui orbitent dans les environs, car Pluton est considéré comme orbitant elle-même dans cette ceinture de Kuiper qui commence après l'orbite de la planète Neptune.

Nasa newhorizons voyageNASA

Quelques photos de Charon prises le 08 juillet 2015 lors de l'approche :

Pluton charon nasa 08 07 2015

Charon et Pluton lors de l'approche (08-07-2015-NASA)

Charon nasaCharon (NASA) - le compagnon de Pluton est plus gros que Cérès, l'autre mini-planète de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter et aussi actuellement visitée par une sonde de la NASA... on voit nettement un territoire très sombre, probable cratère ou effondrement de forme assez carrée (voir plus haut en couleurs).

Charon nasa1La NASA nous montre que Charon possède un Pôle nord très sombre et creusé, plusieurs cratères et canyons...

On se rappellera que Pluton est le plus gros astre d'un petit système de 6 astres tournant les uns autour des autres d'une façon compliquée : les deux plus gros (Pluton et Charon) tournent l'un autour de l'autre et autour d'un centre de gravité vide, à l'extérieur de Pluton (alors que la Lune par exemple tourne autour d'un centre de gravité situé à l'intérieur de la Terre) et que les quatre autres petits corps célestes dans les parages se nomment Hydre et Nix, découverts en 2005, Styx et Kerberos, découverts respectivement en 2011 et 2012, tournent de façon compliquée et changeante autour des deux plus gros... ce qui rend impossible de prédire les positions respectives des autres petites lunes. Ainsi la durée des jours et des nuits varie sans cesse sur ces petites planètes. De plus, ces quatre petites lunes ne sont pas des sphères comme les planètes ou mini-planètes, ou grosses lunes : ce sont des mini-ballons de rugby, les forces de cohésion interne de ces petits corps n'étant pas assez fortes pour résister à la déformation due à la rotation. En outre, sur les images transmises par le télescope spatial Hubble, Kerberos est surprenante : cette petite lune de quelques dizaines de kilomètres de diamètre a un "albedo" (pouvoir réfléchissant) très faible, entre 0,04 et 0,35, soit dix fois moins que ses compagnons. Autrement dit, l’astre a une surface très sombre. Kerberos serait donc couleur charbon, sans que les planétologues puissent en déterminer la raison... (possibilité de matière organique (masse de bactéries) ou de métal...)

Nix satplutonL'astre Nix fait parti des 6 astres du système Pluton-Charon (NASA)

Voici une reconstitution des mouvements de Nix (et des trois autres petits corps identiques) en orbite autour du couple Pluton-Charon... (NASA)

Yves Herbo : c'est assez amusant car dans mon roman d'anticipation paru cet été 2015, et écrit entre 1971 et 1974, alors que j'étais très très jeune, "Quatre éternités pour une Rose Immortelle", je parle de Pluton et de ses satellites (quelques aventures y surviennent... et il y a une base extra-terrestre (Du "Conseil Galactique de la Fédération" dont je parle dans mon roman) qui est présente sur la planète... C'est amusant car en 1974, lorsque j'ai terminé ce roman (et je peux le prouver), Pluton était encore considérée comme une petite planète à part entière... et était alors considérée comme trop petite pour posséder des satellites ou des compagnons ! Mais je les avais inventés à l'époque (ou cela m'a été inspiré par une muse, comme à beaucoup d'auteurs !) car ça m'arrangeait pour mon histoire ! Et l'Histoire me donnait raison quelques années plus tard avec la découverte de Charon en premier lieu...

MAJ du 26-07-2015 : Entre ce survol historique et aujourd'hui, le robot-sonde New Horizons a transmis à la Terre plusieurs données et images, tout en s'éloignant vers la mystérieuse ceinture de Kuiper... :

Ce survol simulé des Montagnes Norgay de Pluton et de la Plaine Spoutnik a été créé d'après les images de l'approche de New Horizons. Les images ont été acquises le 14 juillet 2015 par la caméra LORRI (Long Range Reconnaissance Imager) à une distance de 77.000 kilomètres. Les plus petits pixels font 1 kilomètre et on ne peut parler de détails ici... d'ailleurs les images ont dû être largement retouchées car ce film ressemble tout à fait à une animation classique faite pour un jeu en 3D : difficile de faire la part des choses entre le virtuel et la réalité. Et la lumière solaire, la taille du Soleil lui-même, ne doit pas réellement optimiser la luminosité aussi loin : les images sont en effet composées de plusieurs filtres du spectre lumineux et reconstituées au mieux, avec des logiciels... - This simulated flyover of Pluto’s Norgay Montes (Norgay Mountains) and Sputnik Planum (Sputnik Plain) was created from New Horizons closest-approach images. Norgay Montes have been informally named for Tenzing Norgay, one of the first two humans to reach the summit of Mount Everest. Sputnik Planum is informally named for Earth’s first artificial satellite. The images were acquired by the Long Range Reconnaissance Imager (LORRI) on July 14 from a distance of 48,000 miles (77,000 kilometers). Features as small as a half-mile (1 kilometer) across are visible. Credit: NASA/JHUAPL/SWRI

Les nouvelles images reçues le vendredi 24 juillet, montrent des vapeurs dans l’atmosphère de Pluton et des signes de mouvements de glaces d’azote et de méthane à sa surface.

John Grunsfeld, le responsable des missions scientifiques de la NASA, est satisfait lors d’une conférence de presse : « Dix jours après le survol au plus près de Pluton nous pouvons dire que nos attentes ont été plus que surpassées. Avec des glaces mouvantes, une composition chimique originale de sa surface, ses chaînes montagneuses et ses brumes, Pluton révèle une diversité géologique vraiment excitante. »

Tout en s'éloignant, le robot a braqué l'un de ses instruments optiques sur la planète naine, ce qui a permis de saisir les rayons du Soleil passant à travers son atmosphère. Les images montrent des vapeurs atmosphériques s’élevant jusqu’à 130 kilomètres au-dessus de la surface. Une première analyse indique qu'il existe deux couches distinctes, une à environ 80 kilomètres d’altitude et l’autre à quelque 50 kilomètres.

Pluton eloigne 24 07 2015 nasa

HANDOUT / AFP

« Ces vapeurs sont un élément-clé pour créer les composants complexes d’hydrocarbone qui donnent à la surface de Pluton sa couleur rougeâtre », a indiqué Michael Summers, un astronome de la mission.

Les dernières images transmises par New Horizons révèlent aussi des signes de mouvements de glace à la surface de Pluton, qui montrent une activité géologique récente d'à peine quelques dizaines de millions d’années sur la planète, ce qui a étonné ces scientifiques. Pluton est loin d'être l'astre complètement mort encore supposé il y a peu.

Dans le nord de la vaste plaine baptisée « Sputnik Planum », que l'on voit dans le petit film au-dessus, et qui fait environ la taille du Texas d'après le scientifique, ils ont vu des indices très nets de mouvements d’une plaque de glace de méthane, d’azote ou de monoxyde de carbone dont regorge cette zone. Ces mouvements pourraient même se produire actuellement, selon ces chercheurs, la glace est encore fracturée sur des kilomètres...

« De tels phénomènes sont très similaires à ceux observés sur la Terre avec les glaciers », a relevé Bill McKinnon, un autre scientifique de New Horizons :

« Dans la partie la plus au sud de la région en forme de cœur, adjacente à la zone équatoriale qui est sombre et apparemment plus ancienne avec de nombreux cratères, il semblerait que les dépôts de glace soient beaucoup plus récents. Toutes les activités observées sur Pluton tendent à indiquer que cette planète a un noyau dense entouré d’une épaisse couche de glace, ce qui accroît la possibilité de l’existence d’un océan liquide sous cette glace. »

Cette couche de glace plus récente pourrait-elle aussi dénoncer quelques pluies d'hydrocarbures issues de ces vapeurs atmosphériques ? Une météorologie plutonienne est envisageable également, en liaison avec cette atmosphère et cet éventuel océan liquide sous les glaces. On se rappellera que Pluton possède une orbite très excentrique qui la fait se rapprocher régulièrement du Soleil, mais aussi de Neptune parfois. Des fluctuations d'orbites engendrant probablement de l'énergie, donc de la chaleur, des conditions physiques légèrement différentes en tous les cas...

New Horizons doit, sauf mauvaise rencontre, continuer à transmettre ses données collectées jusqu’à la fin de 2016. Elle se trouve actuellement à 12,2 millions de kilomètres au-delà de Pluton et s’enfonce dans la ceinture de Kuiper qui devrait être de plus en plus dense, moins "vide" qu'un espace balayé par l'orbite d'un petit système planétaire comme Pluton-Charon...

Après plus de 9 années de voyage, la sonde spatiale New Horizon a survolé Pluton le 14 juillet 2015. Depuis, elle a envoyé plusieurs clichés de la planète naine et de son satellite Charon. Que nous disent ces images à propos de ce que l'on peut trouver en surface de l'astre ? Réponse avec François Forget, directeur de recherche au CNRS et membre de la mission New Horizons. Images : Olivier Clairouin - Donald Walther / Le Monde.fr - Dailymotion (Sources)

 

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 15-07, 26-07-2015

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement - 2012 - MAJ 07-2015

dp-hunter.jpg

Le DP Hunter au large de Tahiti

Il y a 14 600 ans, le niveau marin a connu une hausse brutale de presque 14 mètres en seulement 350 ans. Cette élévation impressionnante coïncide avec le début de la première période chaude qui marqua la fin de la dernière glaciation. De plus, la contribution de la calotte antarctique à cette élévation a été significative. Tels sont les résultats mis en évidence par une équipe du CEREGE (1) (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France), en collaboration avec des collègues anglais et japonais. Publiés le 29 mars 2012 dans la revue Nature, ces travaux confirment l'existence d'une accélération majeure de la remontée du niveau marin entre -14 650 et -14 300 avant maintenant : il s'agit d'un des événements climatiques les plus marquants des derniers 20 000 ans.

Les coraux édificateurs de récifs sont des organismes qui vivent exclusivement dans les eaux tropicales. Très sensibles à la luminosité et la température, ils croissent à fleur d'eau, dans un intervalle de profondeur très restreint, ce qui en fait de bons marqueurs du niveau de la mer. L'étude de ces coraux fossiles, qui se sont formés au cours des dernières centaines de milliers d'années, permet donc de reconstituer les variations du niveau marin et les changements environnementaux passés. Ces archives fournissent ainsi des informations précieuses sur la dynamique et le comportement des calottes de glace du passé. Mieux appréhender cette dynamique permettra d'améliorer à terme la modélisation et la prévision des variations futures du niveau marin.

Dans le cadre d'une campagne de forages internationale effectuée en 2005(2) sur les pentes des récifs actuels de Tahiti, les chercheurs du Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France) ont carotté trois sites situés dans des récifs coralliens, au large de l'île de Tahiti. En datant ces archives, ils ont pu reconstituer les variations du niveau marin sur les derniers 16 000 ans(3). Ces datations mettent en évidence une remontée extrêmement rapide du niveau de la mer au cours de la dernière déglaciation qui s'est déroulée entre -21 000 et -11 000 environ. Au cours de cette transition entre une dernière période glaciaire et le climat chaud que connaît actuellement la Terre, le niveau marin global est remonté d'environ 120-130 mètres sur presque 15 000 ans. Il était déjà acquis que cette augmentation n'avait pas été constante, mais qu'elle avait été ponctuée par des élévations rapides du niveau marin associées à des débâcles massives des calottes de glace. La plus importante de ces hausses, appelée Melt-Water Pulse 1A (MWP-1A), restait cependant par bien des aspects énigmatique.

Ces nouveaux travaux ont permis de confirmer l'existence de cet événement climatique majeur, tout en révélant pour la première fois son amplitude, sa chronologie et sa durée. Le début du MWP-1A a été daté à -14 650 ans, ce qui fait coïncider cet événement avec le début de la première phase chaude qui marqua la fin de la glaciation dans l'hémisphère Nord. Cette période, appelée Bølling(4), s'est étalée sur un peu moins de deux mille ans et a vu la température de l'hémisphère Nord augmenter de près de 5°C en quelques années. Selon les chercheurs du CEREGE, la remontée du niveau global des océans au cours du MWP-1A aurait été de presque 14 mètres en seulement 350 ans. La vitesse de la remontée du niveau marin aurait été au minimum de 40 mm/an (4cm), vitesse qu'il faut comparer au taux moyen de 10 mm/an estimé pour la dernière déglaciation ou à celui de 3 mm/an observé aujourd'hui par satellite. En s'appuyant sur des simulations de modèles géophysiques, les chercheurs ont aussi établi que la calotte antarctique avait contribué très significativement, probablement pour moitié, au MWP-1A. Ces travaux illustrent l'instabilité des calottes glaciaires, en particulier de la calotte antarctique, à une perturbation climatique majeure et imposent un regard nouveau sur la contribution future de la calotte antarctique à la remontée du niveau des mers dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien de la Fondation Comer (USA), la Fondation européenne de la Science (ESF-EuroMARC), la Communauté européenne (Projet Past4Future), le Collège de France, le CNRS et l'IRD. 

Notes :

(1) Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement
(2) Cette campagne a été mise en œuvre grâce au programme international IODP (Integrated Ocean Drilling Program) au sein duquel la France est fortement impliquée, via le consortium européen ECORD, aux côtés de 17 autres pays. 
(3) La précision des datations obtenues par la méthode U/Th au CEREGE est de l'ordre d'une trentaine d'années pour de tels échantillons.
(4) Au cours de cette première phase de réchauffement des peuples de l'âge de pierre ont pu s'installer en Europe du Nord et jusqu'en Scandinavie avant que les températures ne redeviennent glaciales il y a 12 900 ans.

Références :

Ice sheet collapse and sea-level rise at the Bølling warming 14,600 yr ago. Pierre Deschamps, Nicolas Durand, Edouard Bard, Bruno Hamelin, Gilbert Camoin, Alexander Thomas, Gideon Henderson, Jun'ichi Okuno, Yusuke Yokoyama, Nature, 29 mars 2012. Presse CNRS l Priscilla Dacher 

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2535.htm

niveau-mer-12000ans.jpg

Europe : les terres hors de l'eau 12000 ans av.JC.

MAJ 07-2015 : Cette première étude datait de 2011-2012 mais d'autres publications, écrites par d'autres scientifiques, sont maintenant trouvables sur internet, et confirment toutes les mêmes tendances et probabilités qu'une telle chose pourrait bien se produire dans notre futur proche... un impressionnant défilé d'articles présents sur ce site et regroupés ici, et qui convergent tous, en parlant de géologie, d'études du Groenland ou de l'Antarctique, des fontaines de méthanes Arctiques, d'une même convergence de données sur de profonds bouleversements en cours et en accélération... et beaucoup de scientifiques sont déjà convaincus qu'il est déjà trop tard pour y faire grand chose... :

Augmentation des fontes de glaces sur les terres et montée des fleuves d'eau douce :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/climat-de-nouveaux-rapports.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/climat-le-bilan-2011-de-l-omm.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/la-fonte-estivale-des-glaces-de-l-arctique-s-accelere.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouveau-record-de-fonte-estivale-pour-la-banquise-arctique.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-automne-dernier-le-gulf-stream-a-devie-sa-trajectoire-de-200-km.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/l-est-de-l-antarctique-plus-fragile-que-prevu.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-antarctique-nous-preparerait-il-une-mauvaise-surprise.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/fontes-des-glaciers-et-eboulements.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/antarctique-la-fonte-des-glaciers-s-accelere-et-serait-irreversible.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-un-traceur-de-glace-et-etude-sur-la-fonte-du-groenland.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-un-tsunami-geant-provenant-de-l-antarctique.html​

Réchauffement et montée des océans, canicules et augmentation des cyclones :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/le-changement-climatique-a-deja-provoque-une-acceleration-des-episodes-violents.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/la-terre-pourrait-se-rechauffer-plus-vite-que-prevu-d-ici-2050.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-previsions-pessimistes-ou-realistes.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-reactions-a-l-acceleration-pour-2100-groenland-bientot-vert.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/canicule-2012-de-nouvelles-sueurs-froides-pour-le-nucleaire-francais.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-les-canicules-seront-la-norme-en-ete.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climats-extremes-et-alertes-volcaniques.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/2-a-4-degres-de-plus-sur-la-region-parisienne-d-ici-2100-d-apres-meteo-france.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-ou-pas-les-eaux-montent-plus-vite.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-cyclones-devraient-devenir-de-plus-en-plus-violents.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/montee-des-eaux-un-immense-aquifere-decouvert-au-groenland-bouleverse-tout.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/fontaines-de-methane-dans-l-ocean-arctique.html​

Augmentation des cancers de la peau à cause de la disparition des couches atmosphériques protectrices :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/augmentation-inquietante-des-cancers-de-la-peau-chez-les-trentenaires.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-afrique-australe-se-rechauffe-plus-vite-qu-ailleurs.html​

pollutions sur le toit du monde... :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/des-pics-de-pollution-sur-l-everest-superieurs-a-ceux-de-grenoble.html

Un emballement irrémédiable et un manque total de réaction, de réalisme humain ? :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/une-etude-predit-la-fin-de-notre-planete-avant-l-an-2100.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-le-catastrophisme-monte-pour-quand-la-panique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-des-decouvertes-importantes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/et-du-cote-du-pole-sud-quelles-oscillations.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/giec-aggravation-de-la-situation-et-mention-des-chemtrails-la-geoingenierie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/des-fossiles-prouvent-le-brusque-changement-de-climat-au-dryas-recent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/geologie-et-refroidissement-climatique-limites-du-taux-d-erosion-depassees.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/un-polluant-interdit-depuis-1987-detruit-toujours-la-couche-d-ozone.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/super-tempetes-et-deplacement-des-poles-magnetiques.html

 

Yves Herbo relai, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015

OVNIs : armes secrètes dérivées de technologies extra-terrestres ?

OVNIs : armes secrètes dérivées de technologies extra-terrestres ?

Beaucoup de chercheurs, et même des témoignages, affirment qu'au moins une faction secrète d'un service gouvernemental américain tout aussi secret possèderait et utiliserait des technologies héritées de récupérations ou échanges avec une ou des races extra-terrestres. Les exemples ne manquent pas sur la toile mais voici un petit élément supplémentaire sur cette théorie plausible :

Une  intéressante vidéo (malheureusement uniquement en VO) explique (un peu autoritairement) une bonne partie des observations d'OVNIs mystérieux à travers le monde pour les 60 dernières années et en attribue la plus grande partie aux gouvernements secrets. Mais la porte est largement laissée ouverte a ce que la quantité du phénomène peut encore être attribuée à de la technologie extra-terrestre.

La vidéo produite par l'auteur Brett Kitchens compile en seulement 10 minutes l'historique exhaustif et liste les informations précédemment déclassifiées, et ce que l'auteur constate, c'est l'histoire classée telle qu'elle se déroule aujourd'hui par "ceux d'entre nous qui sont dans la connaissance".

 

En regrettant un peu le manque éducatif, les faits présentés sont clairs et de forme concise. Il s'avère pour l'auteur que les "croyants" et les "non-croyants" ont partiellement raison. Ce qui est un peu déroutant.

Est-ce que les observations d'OVNIs inexpliquées sont le résultat de l'ingénierie humaine et de la science de pointe ? Ou des extra-terrestres ont effectivement visité la Terre et ont révélé leurs secrets, intentionnellement ou non ?

Présenté avec quelques diaporama de photos diverses et un impressionnant jargon technique (la partie sur les cristaux est un peu dense) ne touche pas loin de l'essentiel : le monde ne sait tout simplement pas l'histoire complète. Voilà.

Quel que soit son point de vue sur ce débat n'a pas vraiment d'importance. Cette érudition est l'occasion pour tout le monde d'apprendre et avec beaucoup de nouvelles informations dans le but de promouvoir la discussion. Qu'en pensez-vous ?

Par Tom Rose http://news.gather.com/viewArticle.action?articleId=281474981504149

 

YH : une MAJ de juillet 2015 fait que l'on constate la totale disparition de cette vidéo de la toile internet... pourtant, on trouve encore d'autres vidéos intéressantes du même auteur, Brett Kitchens, comme ici, mais elles datent toutes de 2013-2013... (on note aussi que dans la liste des vidéos encore présentes, certaines concerne l'influence franc-maçonnique américaine sur la politique du pays...) :

 

Traduit par Yves Herbo, S,F,H, 30-7-2012, MAJ 07-2015

Entretien avec Robert Hastings-mars 2012-Les Ovnis et le nucléaire

Entretien avec Robert Hastings (mars 2012 ) Les Ovnis et le nucléaire - MAJ 2015

r-hastings.jpg

Francis C  a obtenu cette fois- ci  un entretien  avec un chercheur ufologue, maitre de conférence, monsieur Robert Hastings.

 Ce spécialiste auteur d’un livre intitulé « Les ovnis et des armes nucléaires ». Au sujet des ovnis, Robert Hastings déclare que plus de 120 cas ont déjà été recensés par l’armée américaine depuis 1948, comme l’attestent des documents secrets récemment divulgués. Ces documents indiquent qu’il est certain que ces ovnis sont plus particulièrement intéressés par les armes nucléaires et leurs sites de stockage.

Selon Robert Hastings, ceci n’est pas uniquement de l’histoire ancienne. Deux évènements récents ont été signalés : l’un à Nellis AFB, Nevada, “Area 2 Weapons Storage Area”, en 2003, et l’autre près d’une base de contrôle de lancement, à proximité de Malmstrom AFB, Montana, en 2007.

VOIR :http://area51blog.wordpress.com/2010/10/17/temoins-militaires-dovni-sur-des-sites-nucleaires-national-press-club-27-09-2010-vostfr/

Témoins militaires d’OVNI sur des sites nucléaires – National Press Club – 27-09-2010 (VOSTFR)

Nous remercions R. Hastings  pour sa collaboration, d’ailleurs JG Greslé, S. Friedman ont été également abordables et disponibles pour Investigations Ufoetscience , grâce à leurs interventions nous pouvons ainsi mesurer l’ampleur du phénomène, qui dira après cela que les OVNIS sont des canulars ou méprises avec des planètes, jouets télécommandés, reflets ou lampes thaï??

L'interview de Robert Hastings de mars 2012 pour le site Investigations Ufoetscience :

interview-r-hastings-version-franc3a7aise.pdf interview-r-hastings-version-francaise.pdf

http://ufoetscience.wordpress.com/2012/03/20/entretien-avec-robert-hastings/

Autres liens très intéressants en liaisons (et voir dans le pdf) : 

http://www.jp-petit.org/OVNIS/temoignages_officiers/temoignages_officiers.htm

 

MAJ 07-2015 : Survol des centrales nucléaires françaises par des OVNIs/Drones (!?) :

2014 : http://www.nexus.fr/actualite/exologie/survols-centrales-ce-netait-pas-drones/

2015 : http://www.france2.fr/emissions/c-est-au-programme/chroniques-par-theme/des-ovnis-au-dessus-de-centrales-nucleaires_309737

http://ovnis-direct.com/hypotheses-sur-les-survols-de-drones-au-dessus-des-centrales-nucleaires-francaises-900148.html

http://www.echo-zen.com/un-journaliste-de-france-2-filme-un-ovni-au-dessus-dune-centrale-nucleaire/

Il semble évident d'après plusieurs témoins, incluant des agents techniques et des cadres travaillant dans des centrales nucléaires, que la majorité des objets ayant survolé certaines centrales nucléaires n'étaient absolument pas des drones "conventionnels" et identifiables comme tels. Il n'est pas impossible en plus que la haute technologie embarqué à leur bord ait pu agir électroniquement (ou via des technologie que nous sommes à peine en train de découvrir, voir par exemple la matière liée aux pantaquarks récemment confirmés... ou autres à venir...) à distance sur certains équipements...

 

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015

Augmentation de la menace des séismes et du volcanisme et mini âge glaciaire

Augmentation de la menace des séismes et du volcanisme et mini âge glaciaire ?

Next big one photo mini

De nombreux sites ont relayé une alerte mondiale sur une augmentation de la menace des tremblements de terre et du volcanisme, en particulier aux USA. Plusieurs sources en ont rajouté ou ont mal traduit comme très souvent. Tout d'abord, ce n'est pas une alerte "officielle" et "gouvernementale" comme l'ont affirmé certains, et la NASA, ainsi que le gouvernement fédéral des USA nie toute implication dans ces déclarations et lettres. Tout ceci émane d'un organisme privé et à buts lucratifs, dirigé effectivement par un ancien conseillé scientifique à la Maison Blanche, Monsieur Casey.

Le Space and Science Research Corporation (SSRC) (ne pas confondre avec le SRC, créateur du projet américano-canadien HARP (1967) de Gerald Bull (assassiné par le Mossad à priori dans les années 1990), est le premier organisme de recherche aux États-Unis sur le sujet des changements climatiques liés à une ère de refroidissement global de longue durée (une nouvelle ère glaciaire serait à l'ordre du jour selon ces prévisionnistes). Outre la recherche, son objectif est d’alerter les gouvernements, les médias et les populations sur la nécessité de se préparer à cette nouvelle ère climatique. N'ayant aucun lien avec la NASA, il faut le répéter, le SSRC s'appuie plutôt sur certaines de ces données, dont celles de 2011 pour argumenter sur ses propres résultats, qui viennent de mener à l'envoi d'une lettre officielle d'alerte à la FEMAFederal Emergency Management Agency ).

Le SSRC croit, ainsi que d’autres scientifiques et géologues, qu’il existe une forte probabilité que les éruptions volcaniques et les tremblements de terre seront plus nombreux en fréquence et en intensité au cours de cette prochaine ère. Tous ces événements catastrophiques seraient le résultat d’un cycle « d »hibernation solaire », soit une réduction spectaculaire de la production d’énergie du Soleil.

En date du 8 juin dernier, le SSRC a émis un communiqué de presse sur son site intitulé « La menace de tremblements de terre et de volcans augmente pour les États-Unis« .

Le 5 juin 2015, une lettre a été envoyée à Craig Fugate, administrateur de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), par le PDG du SSRC. Dans cet écrit, on peut lire que:

– la probabilité de séismes et d’éruptions volcaniques dans les régions sismiques et volcaniques a augmenté de manière significative;

– nous croyons que les États-Unis et tous les pays du monde sont maintenant entrés dans la période la plus dangereuse pour des tremblements de terre catastrophiques et des éruptions volcaniques depuis les derniers deux cents ans;

– une nouvelle tendance vers l’augmentation du nombre et de l’intensité des tremblements de terre et des volcans à l’échelle mondiale a déjà commencé et génère de graves préoccupations dans le domaine de la géologie;

– l’élévation du niveau de menace que nous lançons est intimement liée à une réduction dramatique en cours de la production d’énergie du Soleil (hibernation solaire);

– ces périodes sont universellement reconnues au sein de la communauté de la physique solaire. Notre précédente recherche indiquant le début de la prochaine hibernation solaire est maintenant confirmée par la NASA.

NASA Data Confirms Solar Hibernation and Climate Change to Cold Era (2011).

Femanewmadridletterjune52015femanewmadridletterjune52015.pdf (143.43 Ko)

– par conséquent, nous croyons que les zones sismiques et volcaniques à haut risque aux États-Unis, surtout en Californie, en Caroline du Sud et en particulier la zone sismique de New Madrid, peuvent éprouver de grands tremblements de terre ou éruptions volcaniques à tout moment entre maintenant et jusqu’en 2030.

– dans le cas de la faille de New Madrid, nous montrons que dans chacune des quatre dernières périodes d’hibernation solaire, un tremblement de terre catastrophique a frappé la région. Maintenant qu’une nouvelle hibernation solaire a commencé, nous en appelons à prendre des précautions maximales étant donné la forte probabilité que d’autres tremblements de terre dévastateurs frappent à nouveau la zone sismique de New Madrid.

Next big one photo medium

– la fenêtre pour un prochain grand tremblement de terre sur la faille de New Madrid est comprise entre 2017 et 2038.

John L. Casey, PDG du SSRC, termine sa lettre en disant:

" Il est compréhensible que cette lettre puisse être difficile à accepter étant donné l’ampleur du problème et des obstacles que vous rencontrerez d’un point de vue politique et scientifique pour en arriver à prendre une action décisive comme nous vous exhortons à le faire. Toutefois, avant de rejeter ce message, je demande instamment que vous examiniez soigneusement nos recherches, nos conclusions et nos recommandations pour la préparation de ce nous croyons être une période géophysique destructive jamais inégalée. "

La lettre a été signée par le président SSRC, M. John Casey, et livrée au siège de la FEMA à Washington, DC. Dans la lettre, M. Casey explique comment la réduction dramatique en cours de la production d'énergie du Soleil ne va pas seulement plonger le monde dans une période froide pour des décennies (certains parlent de 200 ans), mais en même temps, apporter une série de dévastations géophysiques avec de monstrueux tremblements de terre et des éruptions volcaniques. Ces périodes de climat froid appelées «hibernations solaires» ou «minimums solaires," sont bien connues des spécialistes de la communauté de la physique solaire (elles sont aussi appelées "mini âge glaciaire"). Le SSRC a fait un travail de pionnier dans le domaine de la modélisation du climat conventionnel et solaire et est lui-même établi comme un chef de file dans la prévision du climat et de l'étude de ces hibernations du Soleil.
 
Citant la nouvelle recherche inclue dans le Rapport semi-annuel du climat mondial de la SSRC (GCSR) à paraître le mercredi 10 juin 2015, la lettre à Craig Fugate de la FEMA contenait un avertissement important pour toutes les grandes zones de failles de tremblements de terre et les zones volcaniques actives. La recherche se concentre en particulier sur la menace accrue pour la zone sismique de New Madrid (NMSZ) entre Saint-Louis et Memphis.
 
Cette nouvelle information sur cette menace est contenue dans l'un des plusieurs articles de l'édition de Juin 10 du document GCSR rédigé par M. Casey et le Dr Dong Choi, directeur de la recherche pour le tremblement de terre et le Centre international de Volcan de prévision (IEVPC). Le document montre que le NMSZ est sous la menace d'un autre tremblement de terre catastrophique entre 2017 et 2038. Les Dr Choi et Casey montrent que quatre fois de suite depuis l'année 1450, un séisme majeur a frappé le NMSZ lorsque le Soleil est entré dans une phase d'hibernation. Cette révélation scientifique est ce que Choi et Casey estiment avoir résolu le mystère sur quand le prochain séisme majeur frappera la région. Les géologues ont étudié la NMSZ depuis de nombreuses années en utilisant des approches traditionnelles. Casey et Choi disent que c'est la recherche combinée dans les domaines de la physique solaire et la géologie qui offre la meilleure opportunité à ce jour d'estimer quand le prochain tremblement de terre dévastateur sur NMSZ va frapper. D'autres scientifiques sont d'accord avec leur opinion.

Yellowstone volcano sanandreas

Ici des données sur Yellowstone, qui est aussi dans un certain état d'alerte à cause de remontées magmatiques déformant la région en ce moment.

Une gigantesque poche de magma de 25 kilomètres de hauteur a été découverte.
Lien vers l'article de 20 Minutes:fr/sciences/1594427-20150424-gigantesque-reservoir-magma-decouvert-sous-super-volcan-yellowstone

 
Earthquake map usgsTous les lieux à risques séismiques et volcaniques aux USA...

Pour cette raison singulière, les Dr Choi et M. Casey ont fortement recommandé à l'administrateur de la FEMA, Fugate, que toutes les zones et les zones de faille sismique à haut risque, ayant des antécédents d'éruptions volcaniques dans les États-Unis, prennent des précautions immédiates pour atténuer ce qu'ils décrivent comme une «période inégalée de létalité géophysique et de destruction ".
 
M. Casey ajoute: " La très forte corrélation entre ces minimums solaires et l'incidence des tremblements de terre catastrophiques dans le monde entier est une impressionnante démonstration de la façon dont nous sommes tous interconnectés à notre monde naturel et les cycles du Soleil. Il serait imprudent d'ignorer, en particulier, l'histoire des grands tremblements de terre dans le NMSZ et le fait que, lors de chaque hibernation solaire depuis les 600 dernières années, cette région a connu des tremblements de terre dévastateurs allant de M6.8 à M8.0. "
 
" Alors que nous abordons le risque New Madrid dans ce communiqué de presse et dans le Rapport de situation du Climat Global du 10 Juin 2015, la coïncidence de grands tremblements de terre avec des minimums solaires n'est pas limitée à cette région des États-Unis. Voilà pourquoi notre lettre à l'administrateur Fugate avait une alerte à l'échelle nationale. Le séisme Cascadia d'environ M9.0 et le tsunami de 1700 était au milieu de la plus froide période d'hibernation solaire qui a été appelée le minimum de Maunder. Le Grand Tremblement de terre de San Francisco de 1906 était au milieu d'un autre point bas solaire - le minimum «Centennial» comme on l'appelle à la SSRC. Cette association forte de l'activité solaire et des pires tremblements de terre et éruptions volcaniques pourrait représenter le «chaînon manquant» pour la prévision des catastrophes géophysiques ".
 
Dr Choi (Australie) soutient aussi l'opinion de Casey en disant, " La recherche approfondie effectuée dans ce domaine est claire dans ses implications. Lorsque les minimums solaires arrivent, les pires séismes sont enregistrés et les éruptions volcaniques en hausse. Le dernier minimum solaire par exemple, a donné la plus grande série de tremblements de terre dans l'histoire humaine dans le NMSZ et la plus grande éruption volcanique enregistrée au mont Tambora en Indonésie. Ces événements se sont produits à quelques années l'un de l'autre au cours de la période la plus froide dans la dernière hibernation du Soleil dans le début des années 1800 ".

Sources : voir aussi dans l'article les liens du SSRC et de la FEMA., http://www.tvqc.com/2015/06/ssrc-la-menace-de-tremblements-de-terre-et-de-volcans-augmente-pour-les-etats-unis/​

Pour aller plus loin, vous verrez ci-dessous que Mr Casey dénonce depuis 2007 le retard du GIEC sur la réalité scientifique (mais aussi les politiques et leur volonté de tirer de l'argent grâce à des taxes "écologistes" non justifiées... destinées à protéger les nantis comme ces hommes politiques, des banquiers et des mafieux, et avoir des fonds pour les mettre à l'abri (mais pas la population qui paie les taxes bien sûr !)... Voici une vidéo très récente (novembre 2014), dans laquelle il fait le point et dénonce la réalité (selon ses travaux et ceux de son organisme, selon certaines données choisies et les ordinateurs...). Que peut-on constater objectivement ? Qu'il semble faire tout de même toujours + chaud qu'avant (la neige n'est pas tellement revenue en masse et pour des deux durées de 2-3 mois comme auparavant dans les régions du nord de l'Europe par exemple), qu'il y a effectivement des dérèglements climatiques anormaux (tornades et trombes, orages et tempêtes, moussons supérieurs aux normes et ailleurs que la normale), que le pôle nord semble toujours fondre, alors qu'au contraire, une (mince) couche de banquise glaciaire semble s'étendre au pôle sud. Nous avons aussi la confirmation d'une hausse du nombre des gros séismes, une activité volcanique intense et une activité solaire "décalée" : le cycle de 11 ans du Soleil a eu un décalage, même s'il semble que plusieurs éruptions solaires se sont bien produites et qu'une inversion solaire magnétique ait eu lieu cette année... Autrement dit, c'est très difficile de faire la part des choses question "visuel", car tant un réchauffement qu'un refroidissement mènent de toute façon à des catastrophes en nombre pour l'être humain et son environnement ! Voilà la vidéo en question, en VO malheureusement (les médias français sont dépassés et "aux ordres" de leurs dirigeants milliardaires (et "protégeables" !) sur ce sujet...) :

Mais quand on va et recherche encore plus, on tombe sur un journaliste qui lui, enquête sur Mr Casey depuis des années et... qui n'est pas très entendu ni suivi ! Il affirme en effet avoir des preuves que Mr Casey est surtout... un affabulateur et éventuellement un vendeur de rêve, voir un escroc (mais il n'y a aucune preuve de "détournement de subventions ou de paiement non dû non plus à priori !). En tout cas, d'après lui, ce fameux "Centre de recherches" n'existe pas car l'adresse indiquée et la photo du site ne montre qu'un immeuble qui loue des adresses à des compagnies et des particuliers (pour 49 $ par mois, une "entreprise" y a ses "locaux !") et son enquête sur sa "carrière" à la NASA ou à la Maison Blanche dirait plutôt qu'il n'a jamais été rien de cela du tout ! tout ceci en vidéo... alors, où se situe la vérité  ? Entre un homme qui fait des conférences (filmées) et montre des articles, des traces écrites, et en tire (à priori mais sans preuves) des bénéfices... et un homme qui tente de démontrer que ce que dit le premier est faux... pour en tirer la vérité et dénoncer les mensonges (ou aussi faire des bénéfices ?)... ? Nous sommes apparemment encore entre les deux, dans un monde basé sur "celui qui dira le plus de mensonges gagne ... ! ". Quel monde, c'est presque à souhaiter qu'il disparaisse, finalement... l'argent corrompt trop l'esprit humain et c'est de pire en pire... :

Ci-dessus, à la recherche du "SSRC" à Orlando...

Mais tout ceci fait tout de même les affaires de certains, et les politiques ne sont pas les derniers à en tirer profit, car les bunkers et souterrains existent bien et sont bien créés en attendant ! :

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 20-06-2015

Aratta : les Sumériens n'ont pas inventé l'écriture

Aratta : les Sumériens n'ont pas inventé l'écriture

aratta-ecriture.jpg

Retour sur les fouilles archéologiques de Jiroft, en Iran, qui ont mis en évidence l’existence d’un royaume inconnu vieux de 5 000 ans, aux vestiges d’une exceptionnelle richesse. Revenons maintenant sur ces découvertes exceptionnelles (dont la divulgation remonte à août 2003) et sur leur importance dans l'Histoire des civilisations.

Sur la place centrale de la ville de Djiroft en 2005 on pouvait lire : tout ce que nous avons, nous le devons à la Révolution ... !

Depuis longtemps, des objets très anciens d'origine mal définie, alimentaient des collections et des galeries aux Etats Unis, en Europe et en Asie. Ces œuvres ont fini petit à petit par attirer l'attention des experts archéologues. Les enquêtes menées par ceux-ci, les ont orientés de fil en aiguille vers les douanes iraniennes.

Pendant l'année 2001, le gouvernement iranien avait été averti à plusieurs reprises.  A la suite de longues investigations, des fonctionnaires des douanes iraniennes ont fini par révéler que des bandes parfaitement organisées, en relation avec les villageois de certaines régions de l'Iran, ont sorti du pays en toute illégalité des milliers d'objets en terre cuite ou céramique. A la suite de ces révélations, les archéologues iraniens réagirent et se mirent à la recherche d'échantillons de ce type d'objets sur les sites de fouilles.  Ces recherches minutieuses eurent comme conséquence de focaliser l'attention des archéologues iraniens sur la région de la rivière Halil (Halil roud), à une vingtaine de kilomètres au sud de la ville de Djiroft, où de pauvres villageois démunis s'étaient partagé une grande superficie en zones bien définies et chacun fouillait et  creusait sa propre zone ; chaque famille s'était approprié une surface d'environ 6 mètres par 6 mètres. Chaque fois que les archéologues s'approchaient de ces zones, ils étaient pourchassés et éloignés par les villageois.

A la poursuite de la filière des contrebandiers, des maisons privées furent perquisitionnées dans les villes de Bardsir, Djiroft, Bandar Abbas et Téhéran, et des milliers d'objets antiques furent retrouvés.

aratta10.jpg

Ce n'est qu'en février 2003 que, finalement, le gouvernement envoie l'armée sur les lieux pour déloger les villageois et mettre fin à leurs excavations. Ensuite, un groupe d'archéologues, sous la direction de Monsieur Youssef Madjidzadeh, est envoyé sous la protection de l'armée.

Malgré les 'labourages' effectués par les villageois pendant deux ans ou plus, Madjidzadeh se rend tout de suite compte de l'importance des découvertes ; il fait immédiatement inviter les plus grands experts mondiaux des civilisations de Sumer et d'Ilam, en particulier : Holly Pittman (université de Pennsylvanie), Jean Perrot (chercheur du CNRS), Carl Lamberg-Karlovsky (professeur à l'université de Harvard).

Ces experts découvrent que les zones 'fouillées' par les villageois correspondent à l'immense cimetière d'une ville ancienne ; en effet les objets pillés correspondent le plus souvent aux offrandes qui étaient placées dans les tombes avec les défunts ; dans chaque tombe, on trouve en moyenne 50 à 60 objets différents. Le malheur c'est que les fouilles maladroites et inconscientes des villageois ont complètement réduit en poudre tous les ossements qui sont pour les experts les meilleurs indicateurs de l'identité et du style de vie des populations anciennes ; il est donc aujourd'hui très difficile de se prononcer dans ce domaine.

Madjidzadeh et son équipe continuent leur recherche plus au sud le long du Halil roud et, avec stupéfaction, rencontrent de plus en plus de vestiges. Au final, le nouveau site découvert s'étend sur une surface de 50 kilomètres de large et 400 kilomètres de long, depuis Djiroft jusqu'aux marais de Djazmourian, avec des villes, des cimetières et une immense ziggurat ; les vestiges étudiés indiquent clairement qu'il s'agit là d'une civilisation remontant à 3000 et 4500 années avant notre ère (donc antérieure aux civilisations de Sumer et d'Ilam) ; on peut donc parler de la découverte d'une autre Mésopotamie.
 

L'importance des vestiges


Les œuvres trouvées, coupes, boîtes, vases, récipients divers, sont en terre cuite ou en pierre (généralement de la chlorite), ornées de motifs géométriques ou de dessins en relief merveilleux représentant des animaux sauvages ou domestiques, des végétaux divers (souvent des palmiers), et décorées de turquoises, lapis lazuli , jade et autres pierres colorées semi-précieuses ; sur beaucoup de récipients (en particulier sur des boîtes cylindriques en chlorite) on distingue nettement l'allure d'édifices à 2 ou 3 étages.

Beaucoup d'autres objets sculptés affichent des représentations d'athlètes ou de héros et d'animaux divers, le plus souvent aigles, bouquetins, scorpions, lions, serpents, chèvres, vaches. Ces représentations de la nature, d'animaux domestiques et d'humains, ajoutées à la découverte d'antiques grains de céréales, incitent les experts à penser que les gens du Halil roud menaient une vie citadine associée à des activités agricoles, pastorales, artisanales et artistiques.

Les scènes de chasse, de guerre ou les objets relatifs à de telles activités, ne sont jamais représentés sur aucun des vestiges retrouvés. 

 

Les sceaux


Holly Pittman est une spécialiste des sceaux de Mésopotamie ; elle pense que la plupart des sceaux découverts appartenaient à des commerçants venus d'autres régions jusqu'à Djiroft pour acheter des marchandises et ceux-ci utilisaient leurs sceaux pour authentifier leurs marchandises. Le grand nombre de sceaux retrouvés et leur extrême diversité montre l'importance commerciale que pouvait avoir l'antique Djiroft sur le continent.

De nombreux poids ont aussi été retrouvés ; petits mais de tailles très diverses, ils servaient à peser précisément les pierres et objets précieux. De part cette accumulation de sceaux et de poids, Holly Pittman est persuadée que "Djiroft" fut une sorte d'«eldorado» pour les commerçants de l'époque.

Depuis de nombreuses années, les archéologues découvraient en Egypte, Afghanistan, Tadjikistan, Turkménistan et Mésopotamie, des objets précieux dont ils ignoraient l'origine ; les découvertes de "Djiroft" ont maintenant mis ces experts sur une piste sérieuse pour résoudre ces énigmes.

aratta12.jpgAratta-reconstitution Ziggourat

Les ziggurats


La plus ancienne ziggurat jusque là découverte date de la fin du troisième millénaire avant notre ère (sans doute vers - 2100) et se trouve en Mésopotamie, à Uruk , sa base est un carré de 120 mètres de côté

La ziggurat découverte en 2003 à Konar Sandal, au bord de la rivière Halil, révèle une base carrée de 400 mètres de côté et date du milieu du quatrième millénaire avant notre ère

Une modélisation géophysique (par mesure de la résistivité du sol) a été entreprise sur le Tépé de Konar Sandal durant l'hiver 2005 ; cette investigation démontre l'existence, au-dessous des vestiges actuellement explorés et sur une profondeur de 12 mètres, d'autres couches archéologiques dont l'ancienneté augmente bien sûr avec leur profondeur.

L'écriture


Des échantillons d'écriture sur des morceaux de brique cuite ont été trouvés sur le site du Tépé de Konar Sandal ; d'après les experts, cette écriture linéaire (non symbolique) - rédigée par assemblage de petits traits - est différente et antérieure aux plus anciennes écritures trouvées en Mésopotamie, qui elles, s'apparentent plutôt au style cunéiforme.

L'ancienne Aratta


Depuis des années déjà, les archéologues avaient rencontré sur les tablettes d'argile de Mésopotamie le nom d'un royaume Aratta, sans ne jamais avoir trouvé aucun indice de cette civilisation.  Ces tablettes racontent l'existence d'un royaume très riche et très convoité par les sumériens, Aratta. Le grand roi d'Uruk (sans doute Ur-Nammu) envoie un messager vers Aratta, au nom de la grande déesse Inanna ; il désire s'octroyer les richesses et le savoir-faire du peuple d'Aratta pour embellir les temples consacrés à la grande déesse.
Même l'itinéraire du messager du roi d'Uruk est scrupuleusement décrit : de Suse vers Anshân, puis vers l'est à travers sept montagnes ...
Madjidzadeh et son équipe ont l'intime conviction que l'itinéraire du messager n'est autre que celui qui part d'Uruk jusqu'aux rivages du Halil roud.

 sumer-parle-d-aratta.jpgSumer parle d'Aratta

Ainsi, les découvertes de "Djiroft" ouvrent un nouvel horizon pour les  civilisations antiques de l'Orient.  Aujourd'hui, archéologues et orientalistes affirment d'une voix  commune que  dans le domaine  de l'Histoire ancienne des peuples, il y a deux époques : celle d'avant et celle d'après les découvertes de "Djiroft" ; l'Histoire des civilisations va devoir être réécrite.

Au sujet de la construction du barrage de Sivand, le régime de la république islamique n'a jamais entendu la moindre protestation, qu'elle vienne d'institutions culturelles internationales ou d'intellectuels et scientifiques iraniens ; aux dernières nouvelles, le remplissage du barrage devait avoir lieu en 2007 et les vestiges historiques de la région devait disparaître... Est-ce-que,  sur les lieux du site archéologique des gorges de Bolaghi, ces messieurs ont quelque chose à cacher sous les eaux ?

Il semble que l'inondation en question a été repoussée au maximum : voici un article mis à jour en mai 2010 de l'Institut Français de Recherche en Iran

L’Iran oriental
 
Les autorités iraniennes souhaitent le développement de coopérations archéologiques internationales, tout en précisant leurs priorités scientifiques et patrimoniales : les régions peu étudiées comme la partie orientale de l’Iran, et également les sites menacés par le développement économique, routes, barrages, urbanisation qui doivent être étudiés par des fouilles de sauvetage.

Jusqu’à une date récente, peu de missions iraniennes et étrangères ont travaillé dans la moitié orientale de l’Iran. Des chercheurs des deux pays collaborent déjà sur des programmes spécifiques à Jiroft, Sialk et Shahr-e Sokhte et, depuis le tremblement de terre de Bam, sur cette ville et sa région, ou encore, au travers de missions conjointes, à Nishapur.
 

1. Fouilles de sauvetage et études d’urgence

La modernisation de l’Iran menace des sites archéologiques, comme dans tous les pays. L’étude en urgence des sites menacés dont la plupart sont amenés à disparaitre, pour faire place aux nouvelles infrastructures, est un processus légitime et parfaitement reconnu par l’UNESCO. Seuls les sites importants ou les vestiges dignes d’être mis en valeur pour le public sont maintenus dans le cadre de ces projets. 

 L’Organisation du Patrimoine culturel et du Tourisme se charge d’envoyer des équipes archéologiques iraniennes pour organiser les fouilles de sauvetage. Lorsque le projet est important, elle fait appel à la coopération internationale. Le projet de barrage de Sivand près de Pasargades en est un exemple récent. Il a entraîné la mise en place par l’ICHTO d’un programme de fouilles de sauvetage auquel participent depuis 2004 des équipes mixtes de l’Iran et de cinq pays : Allemagne, France, Italie, Japon, Pologne. De même, la reconstruction de Bam s’accompagne de recherches archéologiques intensives qui donnent déjà des résultats importants et inattendus ; des spécialistes français participent à cet effort, architectes et restaurateurs (CRATerre) et archéologues.

2. Reconnaissance de surface de Pasargades et de son territoire. (depuis 1999)

-Programme : 

 

 

Le Fars central à l’époque achéménide, occupation de l’espace et circulation au cœur de l’empire achéménide, recherches de surface à Pasargades (voir aussi programme de Marvdasht, autour de Persépolis).

L’objectif est de reconnaître l’organisation de l’espace de la résidence de Cyrus et de l’éventuelle ville associée ; le site de quelque 300 hectares apparaît aujourd’hui comme un espace vide sur lequel sont distribués une demi-douzaine de monuments à 300 ou 800 m de distance les uns des autres. On a souvent défini, à tort selon les hypothèses de la mission, la résidence de Cyrus comme un vaste campement pourvu de quelques monuments de prestige en pierre.

Ce projet à l'origine répondait à la demande iranienne de constituer le dossier d’inscription du site au Patrimoine mondial, ce qui a été fait en 2004
La mission mène des prospections de surface, archéologiques, géophysiques, topographiques et photographiques (par ballon et cerf-volant) sur le site de Pasargades et ses environs. Au delà- du site, l’exploration de la vallée du Tang-i Bulaghi, la voie la plus directe vers Persépolis, a été entreprise en 2001 pour relever les structures visibles, en particulier deux canaux, en partie taillés dans le roc, en partie construits, qui ont été intégralement relevés. Cette opération a été ensuite intégrée au programme des fouilles de sauvetage du barrage de Sivand.

3. Premiers peuplement humains, provinces de Yazd, Téhéran et Mazandéran

 

- (depuis 2002)

-Programme : 

 

Le territoire iranien est une zone charnière pour la compréhension des peuplements humains au cours du Pléistocène ; par exemple, au Pléistocène supérieur, les questions de l’origine des hommes modernes en Eurasie et des cultures du Paléolithique supérieur se posent de façon cruciale. Le Programme Paléoanthropologique Franco-Iranien (FIPP) a été entrepris en 2002 pour apporter de nouveaux éléments de réponse, par des données de terrain de régions peu exploitées.

C’est en Alborz Central que les recherches du FIPP se sont concrétisées par la découverte de localités paléolithiques inconnues jusque-là, aux environs des villes de Amol (Mazandaran) et de Damavand (Téhéran). Parmi les localités découvertes, le FIPP a concentré ses activités sur le site de Garm Roud 2 (Mazandaran) situé à 15km au Sud-Est de la ville de Amol : en effet, il s’agit d’un site en stratigraphie, attribué au Paléolithique supérieur et datant de la fin du OIS-3 ; il est le seul de cette nature connu dans un diamètre de 1000 km. Une fouille programmée sur plusieurs années y a été initiée en 2006.

Les activités de terrain du FIPP sont l’occasion de former de jeunes chercheurs iraniens, formation qui se poursuit par un enseignement à la Faculté des Sciences Sociales de l'Université de Téhéran et qui se déroule, pour certains étudiants, sur la réalisation d'un doctorat en France.

7. Fouilles et études environnementales à Shahr-i Sokhte

-Programme : 

 

Shahr-e Sokhte est une ville importante entre la fin du 4e et la fin du 3e mill. aux confins orientaux de l’Iran, dans une zone aride. Par sa position, elle a joué un rôle majeur dans les échanges à longue distance à l’âge du Bronze entre l’Asie centrale et l’Afghanistan d’une part, la Mésopotamie et l’Egypte d’autre part. Après d'importantes fouilles italiennes (1967-1978), S.M.S. Sajjadi (ICAR) a repris des fouilles et a invité M. Casanova à collaborer avec sa mission.

Les objectifs du programme conjoint sont de réexaminer la stratigraphie et le cadre chronologique du site et d’interpréter les données concernant l’exploitation, la production et la circulation des ressources.
Les efforts se portent actuellement avant tout sur les zones industrielles du site, en particulier le quartier des artisans, où des sondages antérieurs ont mis en évidence des ateliers lapidaires où étaient travaillées les pierres fines (lapis lazuli, turquoise, albâtre).
Par ailleurs, la mission française se propose de renouveler avec le concours de spécialistes les études environnementales.

9. Fouilles de sauvetage

Dans le cadre de sa politique de recherche et de préservation du patrimoine archéologique, l'Organisation du patrimoine culturel, du tourisme et des arts traditionnels de l'Iran a lancé en 2004 un grand programme international de fouilles de sauvetage dans le Tang-i Bulaghi, occasionné par l'achèvement du barrage de Sivand, à 17km au sud de Pasargades. Sur place, ce programme a été fortement appuyé par le Centre de Recherche Persépolis-Pasargades.

Six missions conjointes ont été formées par des équipes iraniennes et des équipes étrangères (deux d'Allemagne, une de quatre autres pays: France, Italie, Japon et Pologne). Chaque équipe a effectué deux à trois saisons de un mois en 2005, 2006 et début 2007. Dans cette vallée, constituée d'une gorge étroite et d'une petite plaine de 9 x 3 km, une douzaine de sites archéologiques ont été largement fouillés, mettant au jour des installations de différentes périodes, mais principalement néolithique, Ve-IVe millénaires (Période Bakun), achéménide, sassanide et islamique.

L'ensemble des travaux a donné des résultats considérables, spectaculaires parfois (nombreux fours  et tombes de la période Bakun, bâtiments achéménides de différentes fonctions, plusieurs installations sassanides de pressage du raisin). L'intensité des recherches menées fera du Tang-i Bulaghi une des régions les mieux étudiées en Iran au plan archéologique.

 

 

 

Apparaissant dans une période de développement en plein milieu d’un axe Mésopotamie-Indus, Jiroft pourrait bien être le lien manquant, surtout quand des objets produit dans une pierre locale se retrouvent éparpillés aux quatre coins du monde. Sans compter des thèmes iconographiques très récurent dans le monde mésopotamien, comme la maîtresse des animaux, les hommes-scorpions ou encore les bouquetins, en passant par une architecture de cité circulaire agrémentée d’une ziggourat.

On trouve quelques bribes d’informations supplémentaires dans la Mésopotamie de Roux sur le fonctionnement d’Aratta tel qu’il est conté dans le cycle d’Enmerkar, le fondateur légendaire d’Uruk à Sumer.

« Ce pays d’Aratta était gouverné par un roi-prêtre entouré de hauts fonctionnaires (auxquels les scribes sumériens donnent, bien entendu, les titres correspondants dans leur propre pays) et adorait une grande déesse (baptisée par eux Inanna) et un dieu-pasteur (baptisé Dumuzi). Il était riche en or, argent et pierre de toute sortes, mais pauvre en grain, et tout tourne autour des difficultés que rencontraient les rois d’Uruk pour obtenir ces richesses et du chantage qu’exerçaient sur eux les souverains d’Aratta. »

Enmerkar et le seigneur d’Aratta est disponible en anglais sur le site de l’ETCSL.

Yves Herbo, S, F, H,  02-2012 - up 06-2015

Le réchauffement climatique va refroidir l'Europe ?

Le réchauffement climatique va refroidir l'Europe ? - MAJ 06-2015

iceberg.jpg

La température du pôle Nord peut varier entre -43 °C et 0 °C, ce qui favorise la permanence de la glace de mer dont l'épaisseur varie entre deux et quatre mètres. La banquise est cependant menacée et l'océan Arctique pourrait être libre de glace dès l'été 2014, en partie du fait du réchauffement climatique et de la diminution de l'effet albédo (réfraction de la lumière sur les surfaces blanches). Cette situation nouvelle rendra plus facile l'accès aux ressources du sous-sol Arctique et une dispute territoriale est enclenchée entre les cinq pays limitrophes de l'Arctique : le Canada, la Russie, la Norvège, le Danemark et les États-Unis. Bien que le pôle Nord soit hors des zones économiques exclusives de ces pays, la découverte récente de la dorsale de Lomonossov relance le débat de la souveraineté territoriale de l'Arctique...

Deux nouveaux articles de scientifiques vont dans le même sens et indiqueraient un accroissement global des températures maximales, aussi bien en positif en été qu'en négatif en hiver : de plus en plus chaud hors hiver, de plus en plus froid en hiver... (un provisoire qui peut durer un bon moment avant une élévation fortes des températures, y compris en hiver).

frontieres-arctique.png

Une masse d'eau Arctique pourrait faire fortement baisser les températures en Europe

Des scientifiques britanniques qui publient une étude dans Nature Geoscience selon laquelle une énorme étendue d'eau froide dans l'océan Arctique est en train de s'élargir et pourrait à terme faire baisser les températures en Europe en ralentissant les effets du courant océanique du Gulf Stream.

Grâce à des satellites qui ont servi à mesurer le niveau de la mer de 1995 à 2010, des scientifiques du University College de Londres et du National Oceanography Center britannique ont découvert que la surface de l'Arctique de l'ouest avait augmenté de 15 centimètres depuis 2002. En tout, le volume d'eau douce a augmenté d'au moins 8000 kilomètres cubes, ce qui représente environ 10 % de toute l'eau douce de l'océan Arctique. Cette eau douce provient de la fonte des glaces et des cours d'eau qui se jettent dans l'océan.

Cette augmentation pourrait être due à des vents arctiques qui alimentent un courant océanique appelé Gyre de Beaufort, ce qui fait monter le niveau de la mer. Certains scientifiques pensent que le rythme naturel du Gyre pourrait être affecté par le réchauffement climatique, ce qui aurait des conséquences fâcheuses sur la circulation océanique et pourrait faire monter le niveau des mers.

Si les vents changent de direction, ce qui est arrivé au milieu des années 1980 et au milieu des années 1990, cette étendue d'eau douce pourrait se répandre dans le reste de l'océan Arctique, voire même au nord de l'océan Atlantique. Ce phénomène pourrait refroidir l'Europe en ralentissant un courant océanique en provenance du Gulf Stream qui permet à l'Europe de conserver un climat relativement doux en comparaison à d'autres pays situés sur les mêmes latitudes. (nord USA, Canada)

Sources : Nature Géoscience, http://www.catnat.net

thermohalinegiec.jpg

Les hivers rigoureux pourraient être dus au réchauffement global

Selon des travaux scientifiques publié dans la revue Environnemental Research Letters, les hivers rigoureux qu’a connu l’hémisphère nord ces dernières années seraient le fait du réchauffement climatique.

Selon de nouveaux travaux coordonnés par Judah L. Cohen, spécialiste en recherche atmosphérique et environnementale, la récurrence d’hivers froids et enneigés comme la France a pu en connaître en 2009 et 2010 ne s’expliquerait pas seulement par des variations aléatoires et locales de températures : elle pourrait aussi – surtout – être le fait du réchauffement climatique. Pour le chercheur, divers éléments attestent que les vagues de chaleur en été et à l’automne coïncident avec l’augmentation de l’humidité dans les hautes latitudes et avec l’accroissement de la couverture neigeuse eurasiatique, induisant un refroidissement dynamique du temps hivernal à grande échelle». Ainsi s’expliqueraient les hivers globalement plus rigoureux que connaît l’hémisphère nord depuis 1988. (YH : hiver 1985/1986 plutôt !)

Les relevés de température montrent un très fort réchauffement en Arctique de juillet à septembre qui perdure durant l'automne. Cet air plus chaud provoque une fonte de la banquise et se traduit par une atmosphère beaucoup plus humide. Cette humidité à son tour entraîne de fortes précipitations plus au sud. Toutefois, dans les régions suffisamment froides ces précipitations prennent la forme de neige. Les chercheurs relèvent ainsi que la couverture neigeuse a augmenté depuis le début des années 1990 sur le continent eurasien mais aussi dans l'est des États-Unis et le sud du Canada.

«Il n'y a aucun doute sur le fait que le Globe se réchauffe et que cela va favoriser des températures plus chaudes partout et en toute saison, explique Judah Cohen, du Centre de recherche sur l'environnement et l'atmosphère de Lexington (États-Unis). Mais je pense que pour le moment l'augmentation de la couverture neigeuse ces dernières années conduit à des refroidissements régionaux.» Cela pourrait par exemple expliquer l'hiver très rigoureux qui s'est abattu l'an dernier en Floride, tout comme le chaos provoqué par la neige en France et en Grande-Bretagne en décembre 2010. Des épisodes rigoureux que, selon les chercheurs, les modèles climatiques n'arrivent pas à prévoir.

L'étude toutefois n'emporte pas l'adhésion de tous les climatologues. «L'hypothèse de travail est intéressante, mais la démonstration n'est pas totalement convaincante», estime Pascal Yiou, chercheur au LSCE (Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, CEA-CNRS et université Versailles-Saint-Quentin). «En climatologie, se baser sur une période de vingt ans est beaucoup trop court. On ne peut pas s'appuyer sur des variations décennales et en tirer des conclusions générales. En outre, l'équipe aurait dû confronter ses résultats à chaque modèle pris isolément et non pas sur une tendance moyenne, car tous les modèles n'aboutissent pas aux mêmes conclusions.»

ours-polaire.jpg

Quoi qu'il en soit, si la hausse globale des températures se poursuit «les chutes de neige se transformeront en chute de pluie», conclut Judah Cohen, éliminant définitivement toute possibilité de refroidissement des périodes hivernales.
L’étude menée par Judah L. Cohen pourrait à terme faciliter les prévisions météorologiques et l’anticipation des phénomènes climatiques. Ce qui n’est pas un luxe au regard du contexte actuel.
 
Sources : Environnemental Research Letters, Zegreenweb, http://www.catnat.net

MAJ 11-06-2015 : Cet article et ces études climatiques datent de début 2012 : où en est-on à mi 2015 et que dit maintenant le scientifique Judah L. Cohen ?

Bon, début 2012, on disait que la banquise du Pole Nord aurait disparu vers l'été 2014... en fait, il y a eu justement un record de fonte en septembre 2012 mais la glace a résisté un peu plus que prévu (mais est de moins en moins épaisse) et la disparition a été repoussée à septembre 2016... :

" La personne heureuse de toute cette neige "

LEXINGTON - " Judah Cohen a positivement le vertige que nous ayons été ainsi frappé cet hiver. Il aimait l'idée d'un record de chutes de neige, mais plus que cela il aime avoir raison.

" Je suis vraiment heureux ", dit-il avec un sourire, assis dans son petit bureau soigné dominé par un écran d'ordinateur énorme qui semble en mouvement constant, lorsqu'il tire cette carte météorologique ou une image satellite. " Je pensais que nous avions fait un très bon travail de prédiction." En fait, ses prévisions se sont avérées meilleures que celle du gouvernement fédéral.


Cohen, 52 ans, qui se décrit comme "la météo saucissonnée" (ou emballée) est le directeur de la prévision saisonnière de l'atmosphère et de la recherche environnementale (ARE), une société de conseil en météo à Lexington qui compte parmi ses clients la NASA. Les amateurs météorologiques locaux peuvent le reconnaître comme le présentateur météo pour les prévisions de longue portée sur WCVB-TV de Harvey Leonard (Channel 5).

Peut-être que le plus grand titre de gloire de Cohen vient du fait que lui et les prévisions saisonnières de son équipe de "Anomalies de températures et de précipitations" ont eu raison sur 75 pour cent du temps, un taux qui surmonte ceux des grands centres météorologiques du gouvernement, y compris la National Oceanic and Atmospheric Administration, principal prévisionniste du gouvernement fédéral. (En fait, Cohen et son équipe, qui ont fait des prédictions pendant 15 ans, ont battu la NOAA cet hiver.)

" Dans la littérature scientifique, notre modèle reste le plus précis à ce jour," dit-il.

La prescience météorologique de Cohen n'est pas la seule chose qui le distingue. Sa relation à l'égard de la couverture de neige en Sibérie pour prédire les résultats hivernaux en Amérique et en Europe est unique.

 

Chaque mois d'Octobre, Cohen se penche sur le niveau et le taux de chute de neige en Sibérie ce mois précis pour déterminer comment sera enneigé l'est des États-Unis et l'Europe pour l'hiver qui vient. " La couverture de neige est le réflecteur le plus efficace de la lumière du soleil dans l'espace, donc plus de couverture de neige crée des masses d'air denses qui restent près du sol," dit-il. Cet air froid et dense se propage sur le pôle Nord vers l'Amérique du Nord et à l'ouest vers l'Europe.

Cohen procède en entrant plus dans les détails que l'humain moyen ne peut le comprendre, avec des termes comme "la dépression des Aléoutiennes" et "la Haute Sibérie". Mais pour lui et nous, la ligne de fond est que ce qui s'est passé en Octobre a été la deuxième chute de neige la plus étendue de la Sibérie dans le dossier connu (un record donc), et Cohen connaissait les implications pour Boston et d'autres villes de la côte Est.

En un mot, telle est la façon dont fonctionne Cohen. Son analyse embrasse une multitude de faits et de chiffres, mais ses prévisions décrivent des grandes tendances. Comme l'Almanach des fermiers, vous pourriez demander. " Pas exactement", rit-il. "Les Almanachs des fermiers ne sont pas scientifiquement crédibles et ne devraient être considérés que comme une valeur de divertissement."

Cohen, en passant, n'a jamais été été en Sibérie. Ses recherches, largement financée par la National Science Foundation, sont basées entièrement sur ordinateur. " Le plus proche où je suis arrivé a été Moscou," dit-il. Il y est allé lorsque le gouvernement russe voulait une prévision de l'hiver pour 2007-2008.

Cohen a grandi à Brooklyn, NY, et a étudié à l'Université de Columbia, où il a obtenu un doctorat en sciences de l'atmosphère. Il a aimé la neige car il peut s'en rappeler, et sa bibliothèque de bureau est bourrée avec des titres tels que "Blizzard! La Grande Tempête de 1988", "Neige et climatiques" et "L'oscillation nord-atlantique".

A 52 ans, père de trois adolescents, il prend toujours un plaisir enfantin dans la substance blanche. "J'ai du mal à dormir pendant les tempêtes de neige," admet-il. "C'est une passion. Les gens disent, "Ouais, j'avais l'habitude d'aimer, et puis j'ai grandi." Je suppose que je ne grandi pas."

Cohen a été à l'ARE depuis 1998, après avoir terminé un stage postdoctoral au MIT, où il conseille les étudiants diplômés dans le département de génie civil et environnemental. Bien qu'il soit très fier de la prédiction de cet hiver, il n'a pas été aussi heureux avec l'an dernier. "Je l'avais prédit qu'il serait doux, mais ce fut un hiver froid et neigeux," dit-il. "C'est le seul moment où j'ai eu un échec."

Lors des quatre dernières années, le Show de Leonard a accueilli Cohen deux fois par an pour ses perspectives à long terme: à l'automne pour la prévision de l'hiver, et au printemps pour la prévision de l'été. Le 25 novembre, alors que Boston n'avait pas de neige, voici ce que dit Cohen au show de Leonard: " Ce sera un hiver actif et intéressant. Nous prédisons des précipitations supérieures à la normale pour la droite (des USA) le long de la côte Est. Ainsi, un hiver humide. Mais je suis particulièrement convaincu de la possibilité d'une chute de neige supérieure à la normale. "

Le reste, comme ils disent, est de l'Histoire.

Les pensées de Cohen de ces derniers jours se tournent vers l'été; spécifiquement, les prévisions qu'il va faire sur WCVB-TV avant le Memorial Day. L'été est toujours plus facile que l'hiver.

" Nous avons toujours eu raison, " dit-il. " Et maintenant, nous prévoyons un été plus chaud que la normale. " Il tire une carte qui est si rouge qu'elle brille pratiquement. " Il y a un signal à la hausse robuste pour Juin, Juillet et Août."

Poussé pour que nous ayons plus de détails, il va seulement dire: " Nous prédisons une température d'un degré plus chaud que la moyenne sur trois mois, mais il est encore tôt."

Juste après le spectacle de Leonard de mai, Cohen se dirigera vers l'Irlande grâce à une bourse Fulbright, où lui et l'Université de Limerick iront fournir des informations météorologiques aux agriculteurs en Europe.

Malgré son record sur la piste stellaire, Cohen sait que les prévisions climatiques à long terme sont des appels difficiles. "Je fais le climat," explique t-il. "Le temps est ce que vous obtenez. Le climat est ce que vous souhaitez. C'est un domaine difficile avec un très faible taux pour le succès ", dit-il.

Pourtant, il rit lorsqu'il décrit comment les amis constamment le relancent pour obtenir des conseils sur la météo - "On me demande tout le temps" - et quand il a tort, "j'en entends parler pour toujours."...

mars 2015 (Bella English pour Bostonglobe, traduction Yves Herbo)

 

https://www.bostonglobe.com/lifestyle/2015/03/17/snowpredictor/zpURnRt5fv7Waxwb04cRzK/story.html

https://www.bostonglobe.com/metro/2015/03/15/historic-winters-have-delighted-frustrated-and-imperiled/TXXRIMmcPbVDyj3JvXP2YI/story.html

YH : On note chez les climatologues que les dernières périodes climatiques les plus chaudes et les plus froides, avec ces épisodes très humides et enneigés en Amérique du Nord et ces périodes sèches (incendies) en été semblent confirmer, sans les accentuer, ces prévisions alarmistes sur un certain refroidissement à cause du réchauffement moyen mondial (qui n'est pas si contradictoire donc que les incultes en la matière le pensent). Pour l'Europe, il y a eu un taux de tempêtes et d'humidité (inondations) assez important sur le nord mais aussi des épisodes orageux ponctuels très violents dans le sud (inondations, tornades), après une longue période de sécheresse (2014) et de baisse des niveaux des eaux phréatiques. On ne peut pas parler néanmoins d'un hiver très remarquable en Europe pour cet hiver 2014-2015, avec une période froide assez courte, encore et toujours depuis plusieurs années... Autrement dit, on n'en sait pas plus, sinon que la banquise rétrécit en épaisseur toujours et que l'annonce de sa disparition prochaine est maintenue. On sait que des études spécifiques sont en cours et que des bateaux équipés, des satellites et des modèles climatiques travaillent continuellement pour tenter de préciser les données. Il est par contre regrettable que les recherches et leurs progrès, évolution, atteignent de moins en moins le public dans les faits (difficile de trouver des images et données pour 2014 alors que nous sommes pourtant à la mi 2015...). Cela pourrait tout aussi bien vouloir dire qu'il n'y a eu aucun progrès dans les faits et données, ou que l'on cache de plus en plus de choses au public, ce qui n'est bon pour personne dans tous les cas...

Autre articles en lien : http://www.20minutes.fr/planete/1040870-20121112-pourquoi-pole-nord-retrecit-pole-sud-agrandit

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

Et notez aussi que si beaucoup soupçonnent cette histoire de réchauffement climatique "à cause de l'Homme" comme étant un mensonge pour lever des faux impôts sur les peuples, il semble aussi que l'on assiste a de fausses publications "scientifiques" concernant une prochaine glaciation (voir à la fin de cet article aussi publié sur ce blog...) : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/augmentation-de-la-menace-des-seismes-et-du-volcanisme-et-mini-age-glaciaire.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 01-2012, Maj 06-2015

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ?

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ? - 2012 - MAJ 05-2015

r-eisenhower-large570.jpg

C'est une histoire qui a circulé dans et hors de la communauté ufologue pendant des années : L'ancien Président des États-Unis Dwight David Eisenhower a-t-il eu trois réunions avec des extraterrestres ? Un ancien consultant du gouvernement dit que l'histoire est vraie, que le trente-quatrième président a causé avec des aliens dans une base aérienne du Nouveau Mexique, selon les rapports.

Aucune preuve définitive n'a jamais été trouvée pour confirmer ce conte du président qui rencontre des aliens. Cependant, selon Timothy Good, Eisenhower et des fonctionnaires du FBI ont arrangé ce sommet caché de notre monde à la base aérienne de Holloman.

timothy-good.jpgTimothy Good

« Les aliens ont effectué des contacts formels et informels avec des milliers de personnes de toutes les conditions sociales dans le monde entier, » dit Good, un auteur, un conférencier et un ancien conseiller au congrès et au Pentagone, sur le programme de BBC2 de Frank Skinner, «pertinant».

Good affirme que les gouvernements du monde ont eu des contacts avec des aliens depuis plusieurs années. L'histoire au sujet de la rencontre personnelle rapprochée d'Eisenhower - où il a, semble-t-il, rencontré des aliens de type Nordique - devait censément être dévoilée pendant le voyage du Président à Palm Springs, Californie, en février 1954.

Que vous croyiez cette histoire ou pas, un côté de l'histoire relativement intéressant est apparu en 2010. Un représentant retraité de l'Etat du New Hampshire, Henry McElroy Jr., a été filmé lors d'une annonce visuelle intrigante dans laquelle il a indiqué avoir vu un document secret sur le sommet prévu pour Eisenhower.

edwards1.jpgDessin du journaliste Frank Edwards, qui citait le cas dans les années 1970

Ce document, selon McElroy, a contenu l'information que les aliens étaient en Amérique et qu'Eisenhower pourrait les rencontrer. « Du mieux que je me souvienne, ce dossier se prévalait avec un sens d'espoir, et il tenait le Président Eisenhower au courant de la présence continue des êtres extraterrestres ici aux Etats-Unis d'Amérique, » dit McElroy sur la vidéo.

« Le ton du rapport m'indiquait qu'il n'y avait aucun besoin d'être inquiet, puisque ces visiteurs ne causaient absolument aucun mal ou n'avaient aucune intention quelconque de causer n'importe quel dégât maintenant ou dans l'avenir, » il a expliqué. McElroy continue à dire que, bien qu'il ne pouvait pas vérifier les périodes ou les endroits où toutes ces réunions pouvaient avoir eu lieu entre Eisenhower et les « astronautes extérieurs au monde, » il pense qu'il y a eu de telles réunions.

 

Henry McElroy Jr. : DECLARATION SOLENNELLE DE L’HONORABLE HENRY W. MC ELROY, ANCIEN DEPUTE DU NEW HAMPSHIRE...


Bonjour, je m'adresse à vous depuis Fort Monroe en Virginie. Nous sommes également connus comme “The Gateway to Freedom”, la Porte vers la Liberté. Nous sommes ici près de la petite ville de Phoebus, en Virginie. Fait intéressant, ses habitants la désignent eux-mêmes comme “The Gateway to the New World”, “La Porte vers le Nouveau Monde”. Phoebus se situe près d'Hampton en Virginie, dont la devise est “First from the Sea, First to the Stars”, “Premiers de la Mer, Premiers vers les Etoiles”. Mon nom est Henry McElroy Jr, retraité, ancien député de l'Etat du New Hampshire. Je vous remercie de votre attention concernant ce bref message portant sur les interactions entre des visiteurs étrangers et des terriens.

 Je fais cette annonce dans l'espoir d'amener tous ceux qui explorent l'univers à une meilleure compréhension. Par conséquent, mon but est d'apporter à l'humanité une précieuse contribution au bénéfice de toutes les religions, de toutes les races et de toutes les nations. Je me présente également aujourd'hui devant vous parce que je crois en la sagesse qui inspira nos pères fondateurs en établissant notre nation et parce que nous possédons des connaissances très avancées ainsi que des informations qui pourront aider les êtres humains à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement et plus tard dans l’avenir

Quand j'étais membre de l'Assemblée Législative de l’État du New Hampshire, j'étais attaché au service fédéral des Relations de l'État et au comité des Anciens Combattants. Il était important, en tant que Représentant du Peuple Souverain qui m'avait élu à ce Poste d'Honneur, que je sois informé d'un grand nombre de sujets relatifs aux affaires de notre Peuple et de notre Nation.

Ainsi que je l'ai compris, certaines des affaires courantes étaient examinées et classifiées en diverses catégories : au niveau Fédéral, de l'État, du Développement Local et des questions de sécurité. Ces documents sont rattachés à des thèmes différents dont certains racontent l'histoire de notre nation sur des décennies. L'un de ces thèmes récurrents est la raison pour laquelle je m'adresse à vous ce soir.

Je tiens à présenter à notre nation mon témoignage personnel concernant un document relatif à l'un de ces sujets que j'ai pu voir au cours de mon mandat, alors que je siégeais au service fédéral des Relations de l’État et du Comité des Anciens Combattants.

Le document que j'ai vu était un mémoire officiel destiné au président Eisenhower. Du tréfonds de mes souvenirs ce mémoire semblait imprégné d'un sentiment d'espoir et il informait le président Eisenhower de la présence permanente d'êtres extraterrestres, ici aux États-Unis d'Amérique.

Le mémoire semblait indiquer qu'une réunion pourrait être organisée le cas échéant entre le président et certains de ces visiteurs s'il le désirait.

Le ton du mémoire m'a montré qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, étant donné que ces visiteurs ne pouvaient, en aucune manière, être néfastes ou qu'ils auraient la moindre intention de causer des troubles, ni actuellement, ni dans l'avenir.

Bien que je ne puisse pas déterminer ni où ni à quelle l’époque cette ou ces rencontres directes ont pu avoir lieu entre Eisenhower et les visiteurs – en raison de l’optimisme de son discours d'adieu en 1961, je crois personnellement, en effet, qu'Eisenhower a rencontré ces extraterrestres, ces astronautes venus d'ailleurs. J'espère que mon témoignage personnel aidera la nation dans sa quête de l'illumination perpétuelle. Je suis honoré de suivre les traces de ceux qui ont offert leurs témoignages personnels - et qui méritent l'admiration du peuple américain pour avoir partagé publiquement leurs réflexions, dans un effort pour élever nos connaissances vers une meilleure compréhension de notre existence.

Je fais allusion à des personnes comme : Les ex-astronautes, John Glenn, Edgar Mitchell, Gordon Cooper et Buzz Aldrin. Les anciens présidents Ronald Reagan et Jimmy Carter. Le capitaine Bill Uhouse, de l'US Marine Corps. Le Lieutenant Colonel John Williams, de l'US Air Force. Le Colonel Phillip Corso Sr., de l'US Army. Le Commandant Graham Bethune, de l'US Navy. Ainsi que : David Hamilton du Ministère de l'Énergie, Donna Hare de la NASA, et James Kopf de la NSA. Je tiens également à remercier les pays comme la France, le Brésil, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Italie, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Uruguay et l'Australie, pour avoir également ouvert leurs dossiers aux citoyens de leur pays et en leur permettant un accès à l'information qui est une chose tellement importante pour l'évolution de l'humanité. Je vous remercie d'apporter également votre contribution, en partageant les informations que je vous transmets aujourd'hui. Je vous remercie beaucoup et je tiens à remercier notre équipe de communication de nous avoir permis d'enregistrer aujourd'hui cette intervention. J'autorise la diffusion de cette vidéo à tous ceux qui veulent l'utiliser à des fins éducatives. Je vous remercie."

Topsecret 1

Alors qu'il est certainement difficile de prouver l'une de ces choses, nous nous retrouvons avec la même question qui suit toujours de telles histoires : Qui croire ?

http://socialleaks.info/eisenhower-met-with-ets-says-ex-government-consultant/#more-1379

http://www.huffingtonpost.co.uk/2012/02/14/eisenhower-and-the-aliens-former-us-president-had-three-secret-meetings-with-extra-terrestrials_n_1275692.html?ref=uk

http://www.para-ovni.com/actualite/eisenhower-et-les-extraterrestres-letau-ce-resserre/

Notons tout de même que Eisenhower fera un discours remarquable le 17 janvier 1961. Dans son célèbre discours de fin de mandat, le président Eisenhower met en garde les États-Unis contre les dangers du « complexe militaro-industriel »

« Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. (...) Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. (...) nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti. Seuls des citoyens alertes et informés peuvent prendre conscience de la toile d’influence tissée par la gigantesque machinerie militaro-industrielle et la confronter avec nos méthodes et objectifs démocratiques et pacifiques, afin que la sécurité et les libertés puissent fleurir côte à côte. ».

 

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t1202-video-eisenhower-avertit-la-planete-17-janvier-1961#ixzz1n1YYJHAz

Holloman afb artist conceptionhttp://www.crashdebug.fr/index.php/diversifion/1149-eisenhower-a-les-ovnis-temoignage-henry-w-mcelroy-jr

Pour aller plus loin :

http://www.forum-ovni-ufologie.com/f17-les-documents-ovni-top-secrets-declassifies

MAJ 05-2015 : Assez récemment également, c'est l'arrière petite fille du Président Eisenhower, Laura Magdalene Eisenhower qui, en février 2010, a révélé certaines choses sur la présence d'entités extérieures à la Terre, sur notre planète.

Elle avait écrit en 2010 : « Mon arrière-grand-père, le Président Eisenhower («Ike»), qui fut aussi le général d'armée qui conduisit à la victoire les Forces Alliées contre Hitler, s'est battu contre la malfaisance des pouvoirs corrompus de la planète en endossant certains des scénarios les plus difficiles de notre histoire. En grandissant, j'ai eu le sentiment qu'il me fallait terminer cette bataille dont les racines sont très anciennes. Hitler est mort et les Nazis ont perdu leur pouvoir, mais pas ces entités - dont certaines sont des ET. Elles ont trouvé de nouveaux asiles et fait alliance avec des gens qui font partie de l'Élite Mondiale... ceux-là mêmes qui veulent gouverner par des tactiques de peur, par le contrôle et la suppression de Sophia [la sagesse], ou l'essence de la féminité divine. ».

En 2014, elle a confirmé encore plus les choses, lire cet article sur ses déclarations :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/21eme-siecle/l-arriere-petite-fille-du-president-eisenhower-revele-sur-les-aliens.html

YH : Bon, notez que toutes ces choses sont quasiment inconnues du public français et même européen : les médias aux mains de quelques milliardaires, qui se comptent sur les doigts de deux mains seulement, n'en parlent pas et préfèrent parler des culottes d'actrices connues par exemple ou du ballon rond... laisser les gens hypnotisés par le petit écran et leur petit téléphone dans leur naïveté face aux fausses affirmations de "journalistes" aux ordres est la meilleure stratégie en Europe pour que rien ne bouge ni ne change... Et seuls quelques médias américains et canadiens se demandent pourquoi des personnalités provenant de la famille Eisenhower, ou des scientifiques comme Mitchell ou autres, des anciens politiques ou militaires à la retraite, prennent le risque de se ridiculiser et de se ruiner complètement en affirmant des choses rejetées par les médias des milliardaires...

Mais aussi : Attention tout de même aux manipulations diverses de certains médias tenus par des sectes religieuses (Rael et autres) qui font les affaires de certains services secrets et de grands médias qui "démontent" facilement certaines affirmations sans preuves ou dénoncent des faux fabriqués parfois par eux-mêmes pour discréditer au passage les recherches sérieuses et honnêtes en "mettant toutes les recherches et chercheurs dans le même bain "...

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 02-2012 MAJ 05-2015

Les Preuves sur une autre Histoire...

 Les Preuves d’une autre Histoire

Gobeklitepe2 mini

Gobleki Tepe

Cette rubrique (cliquer pour trouver beaucoup d'articles) étudie certaines périodes de l’Histoire des Civilisations du monde, en partant (quand des données dont effectivement données transmises, ce qui n’est pas toujours le cas) des manuels scolaires, c’est-à-dire ce qu’on apprend aux enfants et adolescents de notre civilisation actuelle, en passant par les sources historiques et preuves des affirmations transmises, afin de les faire corréler (ou non) avec les récentes découvertes (ou même d’anciennes délaissées à leur époque). Vous découvrirez souvent que les choses apprises il y a déjà plusieurs générations sont toujours répétées actuellement, alors que bien souvent, elles ont été démenties par des preuves irréfutables. Problèmes de mises à jour des manuels d’Histoire (surtout antique il est vrai) ou volonté d’une élite scientifique à ne pas être démentie ? Voir comme certains l’affirment, véritable chape de mensonges pour étouffer le fait que l’Humanité n’a pas eu le départ décrit dans les manuels, mais a en fait déjà subi dans le passé un cataclysme qui l'a contraint à retourner à la préhistoire ?

Les articles de cette rubrique parleront d’abord de certains artefacts (objets artificiels ou naturels mais gravés ou usinés) antiques découverts dans le monde entier et qui ont tout un lien entre eux : leur datation, ce qui est gravé dessus ou la raison avérée de l’objet dans son utilisation ou sa forme.

On peut déjà dire qu’aucun manuel scolaire ne parle ou ne fait de relations avec le fait que c’est absolument partout dans le monde que l’on trouve des pyramides : aussi bien en Afrique, qu’en Europe, Asie, Océanie et Amériques. Même si les datations entre par exemple l’Egypte et le Pérou ne coïncident pas question datations, les constructions de Bolivie (Tiahuanaco) ou de Colombie (Altiplano), Equateur, Brésil coïncident bien avec, en tenant compte aussi du délai de migration ou des voyageurs de l’époque… le fait que depuis les pyramides, aucune autre structure culturelle mondiale n'a été construite dans le monde, la disparité et différences des temples et constructions publiques dans le monde dès le moyen-age, en sont des preuves supplémentaires. Une civilisation mondiale existait, et les preuves s’accumulent sur sa redécouverte : écriture pré-sanskrite découverte sur plusieurs continents, culture commune de l’architecture géante à base de pierre de plusieurs dizaines ou centaines de tonnes (dont pyramides et pierre-levées), religions communes reliées souvent pas la constellation d’Orion et les mêmes symboles (aussi bien en Egypte qu'en Colombie !), utilisation commune de techniques et savoirs disparus (puis redécouverts en partie depuis le 16ème siècle).

Comme vous le savez certainement, les scientifiques reculent de plus en plus à l’heure actuelle la date présumée de l’apparition de l’homme moderne sur cette bonne Terre : alors qu’en 2005, on était à peu près certain que l’homme moderne, l’Homo Sapiens Sapiens, était apparu vers -120.000 ans avant maintenant… les dernières analyses sur les découvertes faites en Ethiopie de deux crânes prouvent qu’il était déjà là, identiques, il y a – 195.000 ans. Certains pensant même que les caractéristiques de l’Homo Sapiens Sapiens ont même dû apparaître chez son ancêtre (Homo Erectus ?) au minimum vers -250 000 ans voir -500 000 ans. Les scientifiques ont longtemps pensé que la méthode de datation au carbone 14 pouvait entraîner une incertitude, faible, de quelques centaines d'années. Mais ils ont aussi toujours craint deux sources d'erreurs importantes : la contamination d'échantillons par du carbone plus récent, et des variations dans les proportions entre 14C et 12C dues aux fluctuations des radiations des rayons cosmiques qui touchent l'atmosphère supérieure. Or des techniques récentes ont permis de réduire la contamination des échantillons. Et des recherches dans les sédiments des eaux profondes au large du Venezuela d'une part, et dans carottages glaciaires au Groenland d'autre part ont mis en évidence des variations dans la teneur en carbone entre -30 000 et -40 000, et du même coup ont mené à recalibrer les modèles de datation. Ainsi, une datation standard au 14C donnant un âge de 40 000 ans ramène à un âge réel de 43 000 ans. Plus significatif encore : 35 000 ans de datés avant 2006 avec la même méthode deviennent en réalité 40 500 ans ! (source : Nature 439, 931-935-2006).

On sait également que la capacité crânienne des premiers Hommes Modernes était supérieure à l’actuelle (1650cm³ et 1350cm³ maintenant), et qu’il était assez grand (1m80 minimum pour l’homme). On sait aussi que le gène de l’Homme Moderne comporte entre 1 à 4% de gène de l’autre genre Homo Sapiens plus ancien mais aussi contemporain, le Néandertalien. 195.000 ans donc, avec au minimum les mêmes capacités intellectuelles que l’homme actuel (voir plus suivant la capacité crânienne et selon certains scientifiques). Que c’est-il passé durant cette si longue durée (surtout quand on calcule que notre civilisation moderne actuelle, héritière de toutes les civilisations connues précédentes, n’a que quelques centaines d’années d’existence !). On a trouvé des premiers habitats structurés et organisés par des hominidés (en Ethiopie) qui sont datés de 1,8 million d’années, on sait que le feu a été utilisé intelligemment dès -700 000 ans avant maintenant au minimum, que des spirales et des roues, puis de beaux dessins et même des auto-portraits vers la fin, étaient dessinées dans les cavernes lors de la dernière grande glaciation entre -120 000 et -12 000 ans, mais aussi sur des pierres, des monuments ou des objets fabriqués à l’air libre ailleurs… L'Humanité née il y a 195 000 ans a donc connu la précédente ère interglaciaire, a eu largement le temps d'évoluer (beaucoup plus de temps que nous !), avec des climats tempérés et un vrai paradis... avant que le volcanisme, des astéroïdes nombreux et gros (prouvés scientifiquement) et finalement la terrible longue glaciation et refroidissement global, les mouvements océaniques importants, étendent leurs ravages et anéantissent cette première civilisation mondiale presque totalement. Il s'agit très probablement des humains détruits par le déluge des légendes sumériennes et autres, y compris par tous les Ecrits monothéistes. Même la génétique le confirme et dit que l'Humanité s'est retrouvée a seulement 10 000 exemplaires à une période relativement récente de son existence... (au passage, il s'agit ici de confirmer que les +6 milliards d'exemplaires actuels de l'Humanité sont tous issus de cette petite ville dans laquelle on pourrait réunir ces 10 000 survivants : le racisme et fausses différences culturelles sont d'autant + stupides que nous sommes tous effectivement des frères et sœurs génétiques, issus d'une même famille très lointaine, certes, mais prouvée génétiquement...).

glaciation Hnord-18000

Il semble bien, et de plus en plus, qu’une différence énorme ait existé à l’époque entre les régions soumises à la glaciation et les autres plus clémentes. Ne pas oublier aussi qu’entre -22000 et -18000 avant aujourd’hui, le niveau des océans était à 120 mètres en-dessous du niveau actuel (et continue de monter depuis). Comme de nos jours, beaucoup d’habitations de l’époque se situaient près des plages ou des côtes, disparues depuis. L’habitation troglodyte découverte dans le sud de la France le long d’une falaise plongeant dans l’eau, par 8 à 15 mètres de profondeur sous l’eau, en est un exemple récent. Les traces d’une civilisation très évoluée, créant les premières forteresses, temples et cités sont évidentes dès -25000 à -15000 ans avant aujourd’hui, dans les régions où le climat était plus tempéré (Gobekli Tepe n'est pas unique), et ces traces ne sont que le haut de l’iceberg que l’homme devrait découvrir (ou a déjà découvert) sous les mers au fur et à mesure que sa technologie le permettra. Les humains cloîtrés dans les grottes glacées en Europe, Asie ou Amérique n’évoluant pratiquement pas pendant des milliers d’années, les autres, partant d'Afrique ou repoussés par la progression des glaciers, montant une civilisation ayant des relations sur tous les continents, connaissant la navigation, la cartographie, la couture et teinture, l’agriculture, l’astronomie, la médecine et probablement la roue, l’électricité et magnétisme, la métallurgie et l’architecture. Peut-être même la possibilité de voler dans les airs (voir les artefacts trouvés et les cartes mystérieuses)…

Nous allons commencer le tour des artefacts découverts et examinés scientifiquement par des professeurs d’universités reconnus ou des archéologues renommés, ayant publiés. La collection de Jaime Gutierrez, qui est un collectionneur de Bogota, Colombie, et qui amasse depuis de nombreuses années des pièces archéologiques rares (167 révélées) découvertes pour la plupart dans de vieilles tombes antiques ou des sous-terrains de temples pré-colombiens.

Klaus Dona - présentation d’artefacts rares ou prêtés par des musées. Expositions publiques 2010-2011 - vostfr


Klaus Dona _ L'Histoire cachee du genre humain

La plupart des artefacts de sa collection sont très étranges, ne correspondent pas à l’idée officielle des possibilités de l’époque ou des techniques envisageables. La plupart sont en lyddite (jaspe basanite), c'est-à-dire une pierre très dure, qui servait d’ailleurs, là où elle était disponible, à tailler les silex et autres pierres. Elle est d’origine volcanique (hydrothermie) ou sédimentaire suivant les endroits, et son apparition date de -250 millions d’années à -60 millions d’années (cette activité volcanique intense pendant l'ère des dinosaures explique en partie leur diminution, puis disparition (presque) totale 5 millions d'années plus tard. Très dure, la lyddite a été utilisée aussi par les Egyptiens et les Romains par exemple pour les constructions et les gros-œuvres, sous forme de gros blocs polis ou de statues, et pas de façons aussi affinée. De nos jours, elle est utilisée pour des coupes ou des articles « incassables » mais peu exploitée car dure et coûteuse à tailler (et difficile à affiner)… Notre industrie actuelle n’en créerait pas par exemple des instruments de pointe tels que chirurgicaux ou de précision… cela a pourtant été fait, il y a plusieurs milliers d’années : les preuves sont ici sous forme de photos et ont pu être vues et touchées lors des expositions de 2010 (notamment en Suisse) organisées par Klaus Dona (ces images sont extraites d'un documentaire concernant ce regroupement rare d'artefacts antiques) grâce à l'aide de quelques collectionneurs et musées : comment les Anciens, il y a des milliers d'années, ont pu voir ce que seuls nos microscopes peuvent voir depuis seulement 150 ans... ?

   

Notez bien : ce ne sont pas les seuls instruments chirurgicaux datant de milliers d'années qui ont été découverts : des instruments similaires, pas seulement en lyddite mais aussi, ont été trouvés en Afrique du nord, en Europe de l'est, en Asie centrale et du sud, en Amérique centrale et du sud... Et plusieurs crânes ou squelettes préhistoriques ont effectivement subi des trépanations ou opérations chirurgicales avérées (Plusieurs découvertes, y compris en France récemment). Les dépôts organiques trouvés sur ces artefacts ont permis leurs datations s'étageant de - 17 000 ans à - 2 500 ans pour le plus récent... mais attention, quand on parle de datation de pierre ou métal ouvragé grâce aux matières organiques incrustées dessus, il s'agit en fait de la datation de ces mêmes dépôts organiques : les pierres ouvragées en question sont obligatoirement plus anciennes (le temps que le temps y incruste des matières organiques !), mais cela donne tout de même un bon ordre d'idée de la date minimum de l'objet par rapport à notre temps.

Les outils ou objets fins en lyddite de cette collection ne sont pas les seuls découverts en Colombie ou ailleurs : d'autres objets dorment dans des musées locaux, et j'en proposerai quelques photos également.

Voir ici un regroupement dans les Pages du Site : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/les-preuves-d-une-autre-histoire.html​

Yves Herbo, S, F, H, (07/2011) - updated (05-2015)