climat

Gobekli Tepe montrerait la comète qui a frappé la Terre vers 10950 Av JC

Gobekli Tepe montrerait la comète qui a frappé la Terre vers 10950 Av JC

Gobeklitepe pierrevautour comete mini

 

De très vieilles sculptures gravées sur une pierre levée de Gobekli Tepe confirment la façon dont une comète a frappé la Terre vers 10950 ans Avant JC (presque 13000 ans avant maintenant). Cet événement aurait provoqué la disparition des derniers mammouths laineux et, paradoxalement, provoqué le développement des nouvelles civilisations humaines. C'est en tout cas ce qu'affirment des experts de l'Université d'Édimbourg, qui ont analysé des symboles mystérieux sculptés sur les piliers de pierre de Gobekli Tepe, dans le sud de la Turquie, pour savoir s'ils pouvaient être liés aux constellations.

Les marques suggèrent qu'un essaim de fragments de comètes frappa la Terre juste avant qu'un mini-âge de glace commençait, changeant tout le cours de l'histoire humaine. Les scientifiques ont spéculé depuis des décennies sur la possibilité qu'une comète pourrait être derrière la chute soudaine de température pendant une période connue sous le nom du Dryas Récent ou Dryas III. Mais récemment, la théorie semblait avoir été déconsidérée par une nouvelle datation des cratères de météorites en Amérique du Nord où la comète aurait frappée.

Cependant, lorsque les spécialistes ont étudié les sculptures d'animaux gravés sur un pilier - connu sous le nom de pierre du vautour, à Gobekli Tepe, ils ont découvert que les créatures étaient en fait des symboles astronomiques qui représentaient les constellations et la comète.

Lire la suite

Belize : Un écrit maya historique découvert sur un mystérieux bijou en jade

Belize : Un écrit maya historique découvert sur un mystérieux bijou en jade

Belize jademaya mini

 

Cela a été une énorme surprise pour l'archéologue Geoffrey Braswell de l'Université de Californie de San Diego de découvrir un tel bijou précieux à Nim Li Punit, dans le sud de Belize. " C'était comme trouver le diamant Hope à Peoria au lieu de New York ", a déclaré Braswell, qui a dirigé la fouille qui a découvert un grand morceau de jade sculpté, ayant appartenu à un ancien roi Maya. " Nous nous attendons à quelque chose comme ça dans l'une des grandes villes du monde Maya. Au lieu de cela, il était ici, loin du centre," a-t-il dit.

Lire la suite

Baltique : Un site préhistorique englouti au sud de la Suède

Baltique : Un site préhistorique englouti au sud de la Suède

Elk pick axe mini

 

Suite de cet article et MAJ : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-plongeurs-suedois-ont-trouve-des-reliques-de-11-000-ans-en-mer-baltique.html

 

En 2010, Arne Sjöström, archéologue maritime de l'Université Södertörn et l'archéologue maritime January Öijeberg du musée de Malmö, avaient trouvé le système de pêche fixe le plus ancien connu dans le nord de l'Europe, voir du monde - plusieurs pièges à poissons en branches de noisetier tissées datant de 9 000 ans, au large des côtes du sud de la Suède. Nous sommes dans la Mer Baltique, dans la Baie de Hanö. C'est maintenant la confirmation scientifique de la découverte d'un site préhistorique englouti à cet endroit, daté de l'âge de pierre, faite par les Universités suédoises de Lund et de Södertörn.

 

Hanobukten 212x300

Lire la suite

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Rungholt fouilles plongee mini

 

Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

Frise maps

Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

Lire la suite

Baltique : la cité perdue de Vineta

Baltique : la cité perdue de Vineta

 

Vineta karte abraham ortelius 02

J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

 

 
Oera linda amsterdam peo platon
 
 

Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

" La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

"Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

Lire la suite

Mars : Curiosity sur un site étrange de polyèdres

Mars : Curiosity sur un site étrange de polyèdres

 

Mars curiositymini07 2016

Sur la planète Mars, le robot Curiosity s'est rapproché à 32 mètres d'un dépôt "polyédrique" connu sous le nom de "Bimbe". La NASA a identifié plusieurs dépôts "polyédriques" notables dans les images prises d'orbite et celui-ci est une ultime chance de pouvoir enquêter sur l'un de ces dépôts rares, sur le terrain, afin de déterminer l'origine de ces étranges dépôts. L'objectif des prochains jours est donc d'effectuer plusieurs mosaïques avec la MastCam afin de caractériser les stratifications dans le lit de roches Murray où se trouve le robot et de documenter donc la région "Bimbe".

Cette région de dépôts "Bimbe" va être également étudiée avec la ChemCam, et notament une cible qui a été nommée "Auchab". En outre, le programme des matinées actuelles comprend une surveillance scientifique systématique de l'atmosphère avec la MastCam. Le robot va également se rapprocher de 20 mètres du dépôt "Bimbe" afin de préparer le ciblage par imagerie, car l'objectif comprend aussi une sélection de cible isolée pour la ChemCam. 

Aux dernières nouvelles, le travail a pu commencer déjà et il est espéré des diapositives des sols et structures d'ici la fin de la semaine...

Voici l'image prise donc de 32 mètres du dépôts de structures en forme de polyèdres martiennes... (cliquer pour agrandir) :

 

Mars curiosity

étrange paysage de roches géométriques martiennes...

On note que les polyèdres sont des structures géométriques et mathématiques longuement débattues et étudiées par les scientifiques, depuis très longtemps (les anciens Grecs par exemple bien sûr, mais encore récemment) puisque les pyramides égyptiennes en sont un exemple d'application parmis les plus anciens... très souvent donc des structures artificielles, les polyèdres se rencontrent à l'état naturel assez rarement, puisqu'on parle là souvent de diamants par exemple ou de cristaux, voir de coquilles d'animaux... On remarque ainsi dans les roches martiennes ici photographiées d'étranges structures qui pourraient paraître non-naturelles, avec surtout des formes arrondies, en forme de vasques ou même de tuyau évidé, accompagnées d'arêtes et de formes carrées et assez géométriques... L'origine et le mode de fabrication de ces structures particulières sont évidemment très intéressantes et importantes à élucider (avec un lien possible avec l'atmosphère et/ou de l'eau, ou d'un fluide comme le magma ou d'une forte pression... sans parler de fabrication artificielle bien sûr...).

Mars curiosity2

Voici un agrandissement d'une partie de l'image

Mars curiosity2 fleches

La même image avec indication de certains objets explicites de la raison de cet intérêt. certaines traces de cercles visibles dans l'image (certaines montrées) pourraient être des traces de flaques d'eau ou de gaz sous forme liquide dans le passé de la planète...

 

Sources : http://mars.jpl.nasa.gov/msl-raw-images/msss/01398/mcam/1398ML0068410040601683E01_DXXX.jpg

http://blogs.agu.org/martianchronicles/2016/07/13/sol-1400-curiosity-approaching-bimbe-blocky-deposit/

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/,15-07-2016

Une gravure datée de 11000 ans découverte en Grande-Bretagne

Une gravure datée de 11000 ans découverte en Grande-Bretagne

England pendantif mini

 

Ce que les archéologue pensent être un pendentif triangulaire en schiste décoré a été découvert à Star Carr dans le nord du Yorkshire, en Angleterre. Le plus étonnant est qu'un réseau énigmatique de lignes a été gravé sur ce pendentif découvert lors de nouvelles fouilles du Postglacial project de l'University of York sur ce site déjà bien connu et daté du Mésolithique. Il s'agit donc d'un objet gravé il y a au moins 11.000 ans car ce site préhistorique a été l'un des premiers en Grande -Bretagne a être habité en permanence, après la fin de la dernière période glaciaire. Une période où les îles Britanniques ont probablement été dépeuplées à cause de la montée des eaux des fleuves et de la mer.

England pendantif courtesy postglacial project1

 

Ce pendentif de protection, d'après les archéologues, est a relier à d'autres pendentifs mais en ambre, de la même période, trouvés au Danemark, région qui était alors encore accessible par voie terrestre de la Grande-Bretagne et inversement. Les chercheurs croient que les gravures peuvent représenter un arbre, une carte, une feuille, ou des marques de pointage.

England pendantif courtesy postglacial project university of york engraved shale pendant

 

"Personnellement, je suis plus heureux avec l'idée qu'ils comptaient quelque chose", dit Nicky Milner, de l'Université de York, " mais c'est impossible de le dire avec certitude". 

Le professeur Nicky Milner du département d’archéologie de l’université d’York ajoute qu’il pourrait avoir servi d’amulette de protection pour un chaman. En effet, des coiffes fabriquées à partir de bois de cerfs, portées probablement par un ou plusieurs chamans, ont en effet été découvertes à proximité du lieu où se trouvait le pendentif. Cette découverte liée au chamanisme préhistorique a peut-être une signification spirituelle car les chercheurs ont bien failli la louper. Effectivement, l’artefact a été découvert sur l’ancien emplacement d’un lac et des sédiments s’étaient infiltrés dans les gravures et le trou du pendentif. A tel point que les archéologues pensaient initialement avoir à faire à une simple pierre. Fort heureusement, la microscopie numérique a permis à l’objet de se révéler.

England pendantif courtesy postglacial project

Le Dr Chantal Conneller, de l'Université de Manchester, a déclaré : " Cette découverte passionnante nous parle de l'art des premiers colons permanents de la Grande-Bretagne après la dernière période glaciaire. Ce fut un temps où le niveau de la mer était beaucoup plus bas qu'aujourd'hui. Des groupes de gens traversaient alors le Doggerland (terre maintenant sous la mer du Nord) et jusqu'en Grande-Bretagne.

"Les dessins sur notre pendentif sont semblables à ceux trouvés dans le sud de la Scandinavie et d'autres régions bordant la mer du Nord, montrant un lien culturel étroit entre les groupes d'Europe du Nord à cette époque".

 

Sources : University of York, www.archaeology.org/04-2016, Directmatin.fr, Intarch.ac.uk, http://www.thescarboroughnews.co.uk/

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/ , 13-04-2016

Quand la légende de la Licorne se vérifie

Quand la légende de la Licorne se vérifie...

Lascaux2 licorne mini

Lascaux II en France, la gravure de "la Licorne"

 

C'est une découverte scientifique relativement peu étonnante selon plusieurs spécialistes, mais elle pourrait ouvrir des perspectives intéressantes sur les mythes des sirènes, griffons et autres dragons par exemple...

En effet, le célèbre et vénérable (1933) Newsweek relaie une information très intéressante publiée dans l’American Journal of Applied Sciences sur une découverte de paléontologues... russes. Car ce sont en effets des scientifiques de la Tomsk State University de Russie qui sont à l'origine de la trouvaille et de sa publication. La découverte a été faire près de Kozhamzhar dans la région sibérienne de Pavlodar Priirtysh.

Kozhamzhar

En rouge, l'endroit de la découverte

Les fouilles de plusieurs strates géologiques ont permis de découvrir plusieurs ossements à différentes profondeurs, principalement des mammifères tels que des mammouths. L'analyses des dents trouvées prouvent que certains mammouths étaient encore primitifs mais d'autres plus évolués et évoluant déjà vers l'éléphant... mais le plus intéressant reste la découverte de fossiles de Elasmotherium sibiricum qui prouvent donc son existence dans cette région. Avec surtout des datations surprenantes, car beaucoup plus récentes que ce que l'on pouvait imaginer, pour cet animal faisant partie de la famille des rhinocéros mais ressemblant à un gros cheval avec une corne...

Heinrich harder 1858 1935

Le peintre Heinrich Harder (1858-1935) a peint l'animal préhistorique d'après les fossiles découverts de longues dates... notez tout de même que cet animal était grand comme un mammouth et pesait dans les 5 tonnes, avec une corne mesurant 2 mètres de long et un mètre de circonférence à sa base ! De quoi effrayer et marquer l'esprit des hommes préhistoriques bien sûr, mais peut-être aussi en faire un gibier comme les mammouths l'ont été... (Florilegius/Leemage.)

Car, si elle est confirmée par d'autres découvertes de fossiles du même type et même datation, cette fouille prouve que l'animal ne s'est pas du tout éteint comme les scientifiques l'imaginaient (et oui les scientifiques affirment aussi des choses sans réelle certitude également !) il y a + de 350.000 années, mais était encore bien vivant vers 26.000 ans avant nos jours ! C'est-à-dire qu'il a parfaitement pu croiser des hommes modernes lors de sa migration vers les endroits plus chauds et plus secs, lors de cette période qui correspond à une fin de glaciation et donc une débâcle des glaces et une montée des eaux... ce qui est peut-être un peu plus surprenant, c'est que les scientifiques parlent aussi d'extinction à cette date de -26.000 ans... sans en avoir beaucoup plus de certitude que pour les -350.000 ans précédents ! Il semble bien que tous ces scientifiques, lorsqu'ils découvre un spécimen, veuillent affirmer qu'il s'agit toujours "du premier" ou "du dernier", au mépris de tout raisonnement scientifique réel... il serait plus honnête de parler de "plus ancien connu" ou de "plus récent connu" que de parler de naissance ou d'extinction d'une race !

Elasmotherium

Skull fragment (1521/2011 HYA) Elasmotherium sibiricum from Kozhamzhar: A-plane view; b-bottom view; c-right-side view; d-rear view (Andrei Valerievich Shpansky, Valentina Nurmagаmbetovna Aliyassova et Svetlana Anatolievna Ilyina)

On estime son apparition vers -2.6 millions d'années comme le dernier représentant d'une branche du rhinocéros, ayant ensuite divergé vers l'Europe et l'Asie. Et la datation de 26038 ans (+ ou - 356 ans) avant le présent de ces ossements confirmerait donc son existence en parallèle aux mammouths, mais aussi à bon nombre d'hominidés, y compris le néandertalien et l'homme moderne...

Cette datation de -26.000 ans confirmerait également la gravure connue du nom de "la Licorne" dans Lascaux II, en France. Reste à savoir si il y a eu de telles "licornes" de 5 tonnes vues en France à l'époque de ces graveurs, ou si ces graveurs provenaient en fait de régions plus à l'est et auraient donc dessiné dans les grottes françaises leurs souvenirs de Sibérie ou d'Europe de l'est, ou de leurs rencontres lors de leur voyage...

Lascaux2 licorne

La célèbre gravure de "la Licorne" de Lascaux II, France

 

C'est en fait la conclusion de ce rapport (comme souvent), qui en fait tout l'intérêt : " The use of radiocarbon bone dating methods allows solving some problems of biostratigraphy and specify the time of the existence and extinction of certain species of mammals. Our study following the data by Kosintsev (2014) confirmed the longer existence of Elasmotherium sibiricum within the territory of the West Siberian Plain.
The time of its extinction can now be compared with the boundary between Karginsky Thermochron and Sartan Cryochron of Late Pleistocene (boundary of MIS 3 and 2) in Western Siberia. These data significantly complicate the solution of stratigraphic and geochronological issues based on the remains of fossil mammals in the Quaternary sediments. New data are also pushing for mass radiocarbon studies of mammalian remains that were previously considered admittedly ancient and extinct more than 50-100 thousand years ago. "

Traduction : " L'utilisation de méthodes de datation au radiocarbone des os (YH : l'utilisation de la nouvelle calibration du C14 est obligatoire maintenant) permet la résolution de certains problèmes de biostratigraphie et de spécifier le temps de l'existence et de l'extinction des certaines espèces de mammifères. Notre étude, suite aux données de Kozintsev (2014) a confirmé l'évidence de l'existence de Elasmotherium sibiricum au sein du territoire de la plaine de Sibérie occidentale.
Le moment de son extinction peut maintenant être comparé avec la limite entre Karginsky Thermochron et Sartan Cryochron du Pléistocène tardif (limite de MIS 3 et 2) en Sibérie occidentale. Ces données compliquent considérablement la solution (actuelle) stratigraphique et les questions géochronologiques basées sur les restes de mammifères fossiles dans les sédiments quaternaires. Les nouvelles données font également pression pour envisager des études massives au radiocarbone des restes de mammifères qui étaient auparavant considérés plus anciens et éteints depuis plus de 50 à 100 000 ans. "

Ces scientifiques demandent donc ce que j'ai moi-même suggéré depuis la recalibration au plus juste du Carbone radioactif 14 : de nouvelles analyses massives de tous les fossiles préhistoriques (et même antiques pour certaines périodes) connus et détenus dans les musées et labo... afin de modifier la réalité et les livres d'Histoire qui sont faux question datations...

Au vu de ces résultats qui ne demandent qu'à être confirmés, on est en droit bien sûr de s'interroger sur les nombreuses traces historiques de "dragons" ou dinosaures ayant possiblement survécu plus longtemps que prévu, voir d'autres mythes très anciens comme la fameuse sirène, les griffonsle yéti ou le serpent de mer monstrueux...

 

Yves Herbo et traductions, sciences et fictions et histoires.comherboyves.blogspot.fr, 03-04-2016

Des prophéties de Nostradamus sur 2015 ?

Des prophéties de Nostradamus sur 2015 ?

MAJ 26-03-2016

Nostradamus3

Bon, il est évident que l'on peut faire un peu dire ce que l'on veut aux quatrains mystérieux de Michel de Nostre-Dame, bien qu'il y en aient qui soient plus clairs que d'autres. Je suis tombé sur un article tombé italien pondu dans un magazine et, mi par curiosité, mi pour me changer les idées devant une actualité tragique, j'ai cherché pire pour relativiser...  je me suis amusé à le traduire (j'ai des origines italiennes lointaines et c'est un très beau pays dont j'ai fait le tour il y a quelques années et dont j'ai gardé un bon souvenir) pour voir ce qui s'y disait... et puis, nous verrons comme ça ce qu'il en est de ces prédictions à la fin de l'année...

" Il a prédit le «royaume» d'Adolph Hitler, la Révolution française, l'accident de la navette spatiale Challenger, le Grand Incendie de Londres, et les attentats du 11 Septembre 2001 sur les Twin Towers. Certains y ont vu son quatrain sur l'attentat contre le pape Jean-Paul II et l'arrivée des deux papes après...

Les prophéties de Nostradamus ont été étudiées pendant des siècles par de grands érudits et aujourd'hui, beaucoup d'entre elles restent encore un mystère indéchiffrable. Bien que les sceptiques croient que les prophéties de Nostradamus n'étaient que pure imagination qu'un médecin a commit, certains experts estiment que près de la moitié d'entre elles se sont réalisées effectivement. Mais que disent les prophéties de Nostradamus pour l'année 2015 ?

Les prophéties de Nostradamus pour 2015 prévoient de terribles événements qui vont changer radicalement le monde que nous connaissons. Selon le prophète français, en 2015, le monde devra faire face à de nouveaux changements entre les nations et il y aura de graves catastrophes naturelles qui vont secouer le monde.

Voici quelques-unes des prophéties de Nostradamus pour 2015. (YH : selon quelques "spécialistes" je suppose...)

Effondrement de l'économie mondiale

Nostradamus a prédit que «les riches mourront de nombreuses fois." La prophétie de Nostradamus pour 2015 coïncide avec la prédiction de l'économiste Martin Armstrong, qui a dit qu'en raison du ressentiment croissant contre le «statu quo», en raison de l'inégalité économique, il est plus que probable que tout se terminera dans un "effondrement financier" avant 2016.

"Une catastrophe économique grave se produira avant 2016. L'économie que nous connaissons va disparaître et il y aura des troubles civils et une révolution", a écrit Armstrong. (YH : pour certains, ce serait d'ailleurs pour cela que la plupart des gouvernements "démocratiques" assujettis aux grands financiers voteront par tous les moyens des lois anti-libertés pour tenter d'empêcher ces révoltes envers un système monétaire obsolète..., et utiliseront la moindre occasion, ou les fabriqueront...)

La grande éruption du Vésuve

En 2015, il y aura une grande éruption du Vésuve, qui va secouer toute l'Italie. Selon d'éminents géologues et vulcanologues italiens, le Vésuve à Naples est beaucoup plus qu'un simple volcan actif et une éruption majeure est attendue dans un avenir proche. On croit que cette éruption majeure pourrait avoir lieu à la fin de 2015 ou au début de 2016, et elle pourrait être la pire éruption du Vésuve, l'an 79 en était une et l'autre en 1631 (Les deux pires éruptions connues dans l'histoire). Dans cette catastrophe sans précédent va périr au moins entre 6000 et 16 000 personnes.

Nostradamus11

Grand tremblement de terre aux États-Unis

Même si cela peut initialement commencer comme un grand tremblement de terre, le vrai danger est une éruption volcanique connue comme «majeure». Les experts ont longtemps averti que le Mont Saint Hélène dans l'État de Washington, est très sensible aux tremblements de terre, et qu'il pourrait être réactivé avant mai 2015.

Les différences entre les langues vont disparaître

Nostradamus prédit également que, "avant la Tour de Babel", il y aura une seule langue, grâce à l'invention de ce qu'il appelle "un nouveau moteur", une sorte de traduction de machine universelle qui mènera à la fin des différences et des malentendus des langues entre les nations.

Les êtres humains apprennent à parler avec les animaux

L'une des prédictions les plus frappantes de Nostradamus pour 2015 est le progrès de la science dans le domaine de la télépathie, car il sera possible pour les gens de parler à leurs animaux de compagnie et une "Quête Fraternelle" des animaux mènera à une augmentation du végétarisme, et comme Nostradamus lui-même l'a déclaré : "le cochon deviendra un frère de l'homme".

Pour ceux qui doutent des prophéties de Nostradamus, en Août 2014, un groupe international de chercheurs a été en mesure d'envoyer un e-mail d'une personne à travers une "interface humaine de cerveau à cerveau." (YH : il est exact que des expériences de télépathie réussies, à l'aide de machines et de connexions de cerveaux ont eu lieu, qu'un homme a pu diriger par la pensée des membres artificiels robotisés, etc... un paralysé à 100% a pu lancer le ballon de la coupe du monde de foot grâce à un exosquelette robotisé, et à l'aide de la télépathie : les progrès sont très rapides...)

Le rayonnement solaire va brûler notre terre

"Le roi va voler les forêts, le ciel s'ouvre, et les champs seront brûlés par la chaleur" a écrit Nostradamus. Pour certains experts, cette prophétie est un avertissement clair à propos de la prochaine destruction des forêts tropicales et l'augmentation de la couche d'ozone stratosphérique, qui se traduira par l'exposition de la Terre au rayonnement solaire.

Immortalité

Vous pourriez ne pas terminer cette liste de prédictions pour 2015, avec la découverte de "l'élixir de vie". Les scientifiques vont parvenir à découvrir l'élixir de longévité, conduisant les gens à être en mesure de vivre jusqu'à 200 ans. Il est à noter que, bien que beaucoup de gens pourront vivre jusqu'à 200 ans, une autre grosse tranche périra à cause de catastrophes majeures.

La contamination radioactive de Fukushima

Selon les experts des prophéties de Nostradamus, en 2015, la centrale nucléaire de Fukushima va libérer une grande quantité de rayonnement, en possible raison d'un tremblement de terre, d'un tsunami ou d'un ouragan qui va provoquer de graves défauts structurels dans les réacteurs. Une fois que tout cela sera accompli, les médias du monde vont tenter de minimiser l'incident, disant que la libération du rayonnement sera insignifiante.

L'eau radioactive aura une incidence sur l'écosystème, la vie marine sera considérablement polluée. La contamination radioactive aura une incidence sur les poissons tropicaux qui se déplacent également vers l'Alaska ou la Californie, ainsi que les lieux qui entourent le débit réel des océans. A cause de l'ignorance et du manque d'informations, les gens vont continuer à consommer du poisson contaminé et de nombreuses espèces comme le thon vont s'éteindre. Le Japon et la Chine subiront une crise sans précédent causée par la contamination radioactive.

Apocalyps 2015

Des séismes et des inondations inhabituelles

Des tremblements de terre avec une intensité jamais enregistrée secoueront de nombreux domaines de notre fragile planète. La Chine est un des pays qui souffrira de manière disproportionnée de la colère des tremblements de terre qui, à partir de 2015, va provoquer des milliers de morts. Dans l'hiver de 2015, la "Pacific Ring of Fire" enregistrera certainement une activité inhabituelle. Encore une fois, cela va causer de graves tremblements de terre et l'éruption de trois volcans.

Les inondations à travers le monde vont battre tous les records. Nous verrons les médias du monde entier informer constamment de tempêtes et de catastrophes liées au climat. Il y aura des typhons jamais vus, cela va affecter des pays comme la Chine, le Japon et même l'Australie. La Russie sera très sévèrement touchée par des phénomènes météorologiques extrêmes et le débordement des rivières.

Voilà pour cet article peu optimiste... mais, remarquez qu'il s'y trouve en-dessous, sur le site italien, les prédictions du célèbre Padre Pio... qui sont encore pires car là, c'est la moitié de l'humanité qui périt en trois jours... et que c'est pour bientôt car on y parle de mai... En tout cas, quoi qu'on en dise, cette année 2015 a commencé en effet de façon très curieuse... on remontera cet article en fin d'année pour comparer avec l'actualité... si on est encore là, bien sûr !

Source : http://www.retenews24.it/rtn24/religioni/2015-anno-di-svolta-per-nostradamus-la-profezia-sul-vesuvio-e-lelisir-di-lunga-vita/

MAJ 26-03-2016 : Bon, nous sommes le 26 mars 2016 et j'avais dit qu'on comparerait ces "prédictions" des spécialistes de Nostradamus sur l'année 2015 une fois l'année en question écoulée... Notez que je suis en possession d'au moins 4 ouvrages traitant de Nostradamus et de ses fameux quatrains, par quatre auteurs différents... ils sont tous évidemment d'accord sur les prévisions qui se sont déjà avérées dans le passé et sont également à peu près d'accord sur la "trame" générale des prévisions historiques (principalement, et depuis déjà les années 1970/1980 (ce qui est tout de même pas mal !) sur les problèmes de plus en plus importants entre un schisme manipulé se réclamant faussement de l'islam (et y réussissant) et... le reste du monde...). C'est assez net dans les écrits de Nostradamus et la plupart des auteurs sont d'accord là-dessus... même s'il n'y a pratiquement aucune date exploitable dans les quatrains...

Ces "prévisions" pour 2015 ne sont donc pas réellement toutes de Michel de Nostre Dame, mais issues des interprétations de spécialistes (italiens) et voyants...

- La première partie parle de crash économique. Il est parfaitement exact que l'année 2015 a eu à nouveau son lot de "mauvaises passes" économiques, surtout avec le problème grec (qui n'est pas réellement résolu d'ailleurs, puisqu'on se contente à chaque fois de "rallonger la monnaie" et de repousser les problèmes... vers d'autres élections politiques et pour d'autres "responsables" futurs... Mais est-ce vraiment des "prédictions" ? En effet, et je l'ai dit ailleurs, le système économique, notre système monétaire tout simplement, est un système obsolète, dépassé, vieux (la monnaie d'échange a été inventée il y a + de 5.000 ans !!) et il empêche tout simplement (et depuis déjà plusieurs décennies) l'humanité d'évoluer, et même d'avancer dans ses projets, et met même la planète en danger. Tout simplement à cause de ces blocages continuels du "manque d'argent" de divers Etats, les problèmes sont artificiellement repoussés sans être traités, et pendant ce temps, la famine, la pollution, l'injustice, la pauvreté et les conflits continuent d'augmenter sans fin... On peut donc dire que ce problème de crash financier (en fait, ce système boursier obsolète et meurtrier saute de crash en crash depuis 1906 !) est récurrent et on peut faire exactement la même prédiction pour 2016 !

Je vous signale que je vous ai dit (dès janvier 2015) que les principaux gouvernements occidentaux feront tout pour faire voter des lois remettant en question les libertés fondamentales, et ceci non pas pour lutter contre le terrorisme (je rappelle les attentats meurtriers des années 1980 à Paris (Rue de Rennes, Tati, les avions piégés, etc... des dizaines de morts également, qui n'ont pas été une excuse à l'époque pour faire voter de nouvelles lois qui ne peuvent rien empêcher à ce niveau de toute façon, on le voit bien !) mais bien pour pouvoir lutter contre leur propre peuple quand les banques fermeront en prenant ce même peuple en otage pour survivre... et nous y sommes... des lois presque dignes de celles promulguées par les nazis en 1942 ont été décidées tant aux Etats-Unis qu'en Europe...

- éruption du Vésuve en Italie. Bon, heureusement, il n'y a pas eu d'éruption du célèbre volcan depuis les années 1940. Mais l'alerte est toujours d'actualité car plus le temps passe, plus le risque s'élève. D'ailleurs, les scientifiques sont en train d'étudier le volcan afin de pouvoir un peu mieux prévoir la future éruption car là encore, on ne parle pas de "si" mais de "quand", car c'est inéluctable de tous les avis... On peut donc également reconduire cette "prévision" pour 2016 (et suite)... mais on ne peut pas trop non plus parler de "prédiction" étonnante...  On peut tout de même noter une remarquable année du volcanisme dans le monde entier, avec beaucoup de volcans en activité et se réveillant même, entre autres l'Etna en Italie qui a été aussi très actif ces derniers mois.

Grand tremblement de terre aux États-Unis : quelques alertes en début d'année 2015 mais, pareillement, le risque s'accroît toujours avec le temps et ce genre de "prédiction" n'en est pas car répétable chaque année jusqu'à ce que ça se produise, ce qui est aussi inéluctable de l'avis de tous les spécialistes...

Les différences entre les langues vont disparaître. Bon, il ne s'agit pas vraiment de prédiction pour 2015 mais pour un bien plus long terme... Nostradamus a-t-il "vu" l'invention d'un système de traduction (style google mais + performant) permettant un jour la disparition des différentes langues entravant l'évolution humaine (et oui !, ces différences sont bien un handicap pour l'évolution humaine, et son entente globale !) ? Il est possible que les progrès accomplis en matière d'intelligence artificielle et robotique associée mène à ce genre de chose dans le futur en effet... et il semble bien que l'année 2015 ait vu le dépôt d'une invention de traduction vocale évoluée qui ne demande qu'à être développée et améliorée !! Cette prévision est donc bien "en route" depuis 2015 minimum (peut-être un peu plus ancien même)...

Les êtres humains apprennent à parler avec les animaux : on a parlé plus haut des progrès scientifiques sur la "télépathie", c'est-à-dire par exemple les nouvelles possibilités de relier le cerveau humain avec des machines via les ondes... mais on peut ici également parler ici des progrès faits sur les langage des animaux... car nous sommes effectivement en train de découvrir que les animaux les plus évolués qui nous entourent (singes, dauphins, chiens, chats, cheval, bovins, élephant, otaries et certains oiseaux probablement) possèdent effectivement une forme de langage évolué... Et c'est bien en 2015, et en France, qu'un progrès scientifiques concluant a été accompli, annoncé en août 2015 !

Le rayonnement solaire va brûler notre terre : Cette prédiction est suffisamment vague pour pouvoir s'appliquer à plusieurs données : éruption solaire catastrophique, diminution du magnétisme (et inversion magnétique) de la Terre constaté actuellement, changements climatiques... par exemple, on a appris en mars 2014 que la Terre avait échappé de peu à une éruption solaire... en 2012qui aurait été catastrophique si elle avait eu lieu directement en face de notre planète... d'autre part, l'année 2015 est annoncée comme l'une des années les plus chaudes enregistrées par l'humanité... pareillement, cette "prédiction" peut être répétée chaque année, car ces risques existent chaque année réellement...

- Immortalité : si cette invention a eu lieu en 2015, elle est demeurée top secret ! Ce qui ne serait pas étonnant à priori... quoiqu'il en soit, la recherche de "l'élixir de vie" sera toujours un fantasme scientifique et aura toujours ses adeptes, et ce depuis des millénaires...

La contamination radioactive de Fukushima : Difficile de faire la part des choses sur ce sujet délicat entre les donneurs d'alerte et les écologistes d'un côté, et les autorités japonaises de l'autre... il y a eu effectivement en 2015 (comme tous les ans !) des séismes au Japon, et également des alertes à la radiocativité des eaux entourant les centrales abîmées, avec même des poissons radioactifs dans les supermarchés constatés par certains... mais ce n'est malheureusement pas une surprise 4 ans seulement après cette énorme catastrophe humaine et écologique... qui va polluer les océans pendant 40 ans d'après les estimations les plus optimistes...

Des séismes et des inondations inhabituelles : Attention, il y a des séismes et des inondations chaque année... mais bien sûr, chacun a à l'esprit le terrible séisme qui a ravagé Katmandou et le Népal cet été 2015... on peut effectivement parler d'un séisme inhabituel (même si la région est une zone séismique connue) car l'enregistrement des données, en plus de la puissance extrême du phénomène et sa profondeur, a bien révélé un déplacement de la rupture d'ouest en est, a une vitesse étonnement constante : " L’ensemble de ces données montre que la rupture s’est propagée d’ouest en est sur plus d’une centaine de kilomètres, en passant légèrement au nord de Katmandou (schéma ci-dessus). La phase de glissement principal, durant laquelle la majorité de l’énergie a été libérée, a débuté environ 15 secondes après l’initiation de la rupture. Pendant cette phase qui aura duré 25 secondes, le front de rupture s’est propagé à une vitesse remarquablement constante d’environ 3,2 kilomètres par seconde. Une telle régularité dans la vitesse de rupture à proximité de Katmandou explique les dégâts relativement modérés dans la ville. En effet, une propagation à vitesse constante génère peu de radiations haute-fréquence potentiellement destructives, car la source principale de ces radiations vient précisément des accélérations ou des décélérations du front de rupture. " sourcehttp://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-terrible-seisme-nepal-na-pas-detruit-katmandou-60458/

Mais on note aussi que ces séismes (une forte réplique en mai 2015) n'ont pas réellement "libéré" la tension accumulée au fil des années, et qu'il faut encore s'attendre à un séisme majeur de 8 à 9 en puissance dans la même région... On doit noter aussi pour 2015 plusieurs puissants séismes destructeurs au Chili, notamment celui de 8.3 en septembre 2015.

Et en ce qui concerne les inondations, je pense qu'il n'est pas utile d'insister sur celles, habituelles et attendues pour certaines mais assez inhabituelles et inattendues (par la météo) pour d'autres, survenues en septembre 2015 et octobre 2015 en France (Nostradamus étant français, il est probable que nombre de ses prédictions "privilégient" la France...). Mais la France n'a pas été la seule à souffrir de fortes inondations en 2015, car l'Angleterre a enregistré à nouveau des records, mais aussi l'Indonésie, l'Inde, les Etats-Unis, le Pérou, Le Paraguay, Uruguay, Argentine, Brésil, le retour du phénomène El Niño en étant jugé comme le principal responsable en ce qui concerne plusieurs régions du monde...

Que dire de plus, sinon qu'il y a tout de même globalement "quelque chose" de significatif dans ces prévisions, même si certaines sont "prévisibles" et récurrentes, il y a certaines coïncidences intéressantes et liens troublants, en ajoutant qu'on ne peut s'attendre à une précision à toute épreuve sur des quatrains non datés pour leur prévisions et écris au 16ème siècle... Je vais chercher si quelqu'un a publié des prévisions nostradamusiennes pour 2016...

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, 13-01-2015, 26-03-2016

La fameuse planète X enfin découverte ?

La fameuse planète X enfin découverte ?

 

Planetex mini

Le sujet a déjà fait l'objet de plusieurs articles sur ce site (voir les liens en bas), mais les grands médias et la science officielle (à cause d'articles pessimistes de la NASA sur ses propres travaux de recherches non fructueuses à l'aide de la sonde WISE) avaient préféré rejeter la possibilité de l'existence d'une neuvième planète, et une géante en plus, dans notre système solaire... (par exemple voir ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-mauvaises-interpretations-des-medias-suite-au-rapport-wise-nasa.html). Mais il ne faut pas oublier que la science officielle et les très grands astronomes des années 1970 rejetaient également par exemple la possibilité qu'une petite planète comme Pluton puisse posséder un ou plusieurs satellites... et pourtant, l'Histoire a prouvé le contraire depuis, comme pour tant d'autres fausses affirmations scientifiques passées !

Planetex

Cette fois, c'est le très sérieux The Astronomical Journal qui a publié un article scientifique de deux astronomes américains, Mike Brown (le découvreur de la mini-planète Eris) et Konstantin Batygin, du California Institute of Technology. Article repris par tous les grands médias et journaux de la planète (Le Monde, Le Parisien, Science et Vie, etc...), y compris les mêmes qui affirmaient encore il y a quelques mois que l'existence de cet astre était purement et simplement impossible, en s'appuyant sur une étude incomplète de la NASA (Wise) en 2013...

Même si le corps céleste n'a pu être encore aperçu via l'un des télescopes géants, les scientifiques sont quasiment certains de fournir des preuves de l'existence de la 9e planète du Système solaire et de leurs calculs d'ici cinq ans car selon eux, la probabilité d'une erreur est de 0.007%... Les astronomes envisagent de se rendre à cette fin à l'Observatoire japonais Subaru des îles Hawaï. Les calculs des astronomes sont basés sur l'étude des évolutions du champ gravitationnel d'autres astres qui présentent des anomalies répertoriées déjà par d'autres scientifiques, comme la mini planète Sedna par exemple.

Science magazineSource : Science Magazine)

Les calculs démontreraient qu'il s'agit d'un corps de la taille de Neptune à peu près, c'est-à-dire 10 fois plus massive que la Terre, et qu'elle posséderait une orbite elliptique très inclinée par rapport à celle de notre planète, et avec une période de révolution de 15.000 ans environ. C'est à dire qu'elle ferait le tour du Soleil et des huit autres planètes sur cette période très longue...

Orbite possible de la neuvieme planete

D'après Mike Brown, ce corps, baptisé "planet nine", serait né comme les autres planètes du système solaire il y a environ 4,5 milliards d'années et sa composition chimique serait probablement proche de celle de planètes gazeuses comme Uranus et Neptune. Cette nouvelle simulation informatique collerait vraiment très bien avec les orbites étranges et très elliptiques d'au moins 6 astres qui sont alignées dans la même direction. Ces configurations très improbables, 0,007 chance sur 100 selon les astronomes ayant publié l'étude, restaient mystérieuses jusqu’à ce que Mike Brown et Konstantin Batygin les expliquent parfaitement en ajoutant une grosse planète dans le système qui, tel un berger, ramènerait son troupeau dans la même direction régulièrement... Au plus près du Soleil, elle passerait à quelques centaines de fois la distance Terre-Soleil et au plus loin, plus d’un millier de fois cette distance (UA). Et mettrait de dix mille à vingt mille ans pour faire le tour du Soleil, alors que par exemple, Pluton met deux cent cinquante ans. La confiance des chercheurs est renforcée par le fait que leur modèle prévoit pour d’autres astres des orbites étranges, perpendiculaires au plan du système solaire, déjà observées.

Planet9caltech 630x354Une nouvelle planète, dix fois plus grosse que la Terre, a t-elle été découverte par les astronomes américains ? Les orbites particulières de deux familles de transneptuniens, ici en magenta et en bleu, semblent le montrer. Si la nouvelle planète existe, elle tournerait sur l’orbite représentée en jaune. Document Brown/Batygin/Caltech (source Science et Vie).

Alors, peut-il s'agir de Nibiru, ou Nemesis ou Hercolubus, le nom d'une planète mythique donné par quelques très anciennes civilisations ? La période de révolution autour du Soleil, très longue, est en tout cas troublante car précisée depuis de nombreuses années par les traducteurs de différents textes (y compris sumériens et romains), mais aussi cette orbite très elliptique et donc ovale, amenant ce gros corps à se rapprocher régulièrement... pour provoquer diverses catastrophes gravitationnelles et/ou climatiques (extinctions) selon la configuration de son approche par rapport aux autres planètes géantes du système notamment... (car tous ces corps tournent en permanence autour du Soleil, à différentes vitesses et orbites, les positions de ces corps autour du Soleil sont donc à chaque fois différentes lors de ces rapprochements millénaires (de la planète X), ainsi que les forces gravitationnelles : cela pourrait être un début d'explication également pour les diverses extinctions du vivant sur notre planète, qui ne correspondent pas vraiment à des cycles réguliers, tout en se produisant néanmoins de façon répétitive, mais irrégulièrement...). Et ne vous laissez pas prendre par la théorie des astronomes qui supposent qu'il s'agit d'une planète de taille, masse (poids) et chimie semblable à Neptune, sans l'avoir encore vue : comme nous le savons sur notre propre planète, comme dans l'espace, la taille n'a rien à voir avec le poids : il existe des étoiles nommées naines brunes ou rouges qui sont très petites mais pèsent un poids considérable (d'où puits gravitationnels importants), tout comme les étoiles qui s'effondrent sur elles-mêmes pour créer un trou noir ou équivalent... Rien ne prouve que cet astre lourd (les calculs le démontrent, ou il y a plusieurs astres proches les uns des autres) soit réellement une "Neptune" comme on nous le dit : il peut s'agir d'une naine brune très sombre, d'un trou noir de taille moyenne, d'un gros amas d'astéroïdes sombres ou même (des physiciens semblent avoir prouvé leur existence) d'astres composés d'anti-matière ou de matière noire et donc invisibles pour l'instant encore... les théories "extinctions répétitives" ou encore "cycles glaciations, inter-glaciations non réguliers" seraient évidemment plus facilement concernées par ce type d'astre, qui "colle" bien sûr par plusieurs coïncidences aux mythes liés à Nibiru...

Rappelons aussi que, début 2015, dans une étude publiée par le journal «Monthly notices of the Royal astronomical society letters», des chercheurs assuraient «qu'au moins deux planètes» se trouvaient au-delà de Neptune. Ils appuyaient leur déduction sur l'étude de la trajectoire d'une douzaine d'objets transneptuniens. Ces objets présentent «des paramètres orbitaux inattendus» qui «laissent croire que des forces invisibles altèrent leur distribution orbitale», expliquait alors l'astrophysicien Carlos de la Fuente Marcos. «Nous considérons que l'explication la plus probable est que d'autres planètes inconnues existent au-delà de Neptune et Pluton», estimait le chercheur. «Leur nombre exact est inconnu, car nos données sont limitées, mais nos calculs suggèrent qu'il y a au moins deux planètes, et probablement plus, aux confins de notre système solaire», ajoutait-t-il.... Leurs travaux sont donc rejoints en partie par ceux des astronomes américains... : source : http://www.leparisien.fr/sciences/deux-nouvelles-planetes-autour-du-soleil-le-point-pour-s-y-retrouver-20-01-2015-4462685.php

 

 

Autres articles plus anciens sur le même sujet : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/un-autre-astrophysicien-dit-avoir-decouvert-la-planete-x.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/la-planete-x-pourrait-elle-etre-la-5eme-planete-geante.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/une-exoplanete-errante-reperee-a-100-annees-lumiere-de-la-terre.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/les-planetes-x-expliquees-par-la-matiere-noire.html

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, 07-02-2016

Des gènes rares trouvés dans une momie Inca

Une momie d'un enfant Inca révèle l'histoire génétique perdue de l'Amérique du Sud

 

Monte aconcagua minil'Aconcagua en Argentine

 

C'est en 1985, que des randonneurs escaladant la montagne de l'Aconcagua en Argentine (qui est le point culminant de toute la cordillère des Andes avec 6962 mètres d'altitude), avaient trébuché sur une surprise horrible: le cadavre congelé d'un garçon de 7 ans. Il était évident qu'il avait été là pendant une très longue période, de sorte que les randonneurs ont prévenu les archéologues, qui ont examiné attentivement le corps. Ils ont déterminé que le garçon de l'Aconcagua, comme il a été appelé depuis, a été sacrifié dans le cadre d'un rituel inca, il y a plus de 500 ans et avait été naturellement momifié par le froid sec de l'environnement de la montagne. Il y a quelques jours, une nouvelle analyse de l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua révèle qu'il appartenait tout à fait à une population indigène de Sud-Américains, mais qui a disparue juste après la conquête espagnole du Nouveau Monde...

Le garçon est mort sur l'Aconcagua dans le cadre d'un rituel de sacrifice d'enfants incas appelé capacocha. Des enfants et adolescents ont été emmené sur la cime des hauts sommets et on les a laissés mourir de froid ou tués sur le coup; ce garçon a probablement été exécuté sur l'Aconcagua d'un coup sur la tête. Plusieurs momies du rituel Capacocha ont été trouvées sur les montagnes éparpillées sur tout le territoire de l'Inca, mais le garçon de l'Aconcagua est "l'un des mieux conservés", explique Antonio Salas, spécialiste de la génétique humaine à l'Université de Santiago de Compostela en Espagne et un des auteurs de la nouvelle étude. Le garçon est mort à 5.300 mètres au-dessus du niveau de la mer dans "l'un des climats les plus secs qui existent", explique Salas. Cela a donné de l'espoir que la momie pourrait encore contenir des traces d'ADN.

 

Aconcagua argentine

C'était le cas. Salas et son équipe ont extrait les 37 gènes mitochondriaux complets du génome compris dans la momie, transmis uniquement par la mère -de l'un de ses poumons. Échantillonner un organe interne était un bon choix pour minimiser le risque de contamination, dit Bastien Llamas, un généticien à l'Université d'Adélaïde en Australie, qui étudie les populations anciennes d'Amérique du Sud. " Dans les années qui ont suivi la découverte de la momie, vous assumez que personne n'a touché le poumon de ses propres mains, donc qu'il n'y a pas de contamination par les gens qui ont travaillé sur elle ", dit Llamas, qui n'a pas participé à l'étude . Mais pour être sûr que sa propre équipe de recherche n'a pas contaminé la trouvaille avec son ADN, Salas a génotypé chacun d'entre eux.

Lorsque Salas a séquencé l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua, il est rapidement devenu clair que ses efforts étaient récompensés. La momie avait un génome différent de tout ce que Salas avait jamais vu. Le type de variations génétiques du garçon l'a placé dans une population appelée C1b, une lignée commune en Méso-Amérique et dans les Andes dont toutes les datations mènent vers les premiers établissements paléoindiens, il y a plus de 18.000 ans. Mais C1b en lui-même est très diversifié, puisque ses membres sont répartis dans toute l'Amérique centrale et du Sud, de petits groupes se sont isolés les uns des autres et ont commencé à développer leurs propres variations génétiques particulières. En conséquence, de nombreux sous-groupes C1b contiennent des génomes génétiquement distincts. Le génome du garçon de l'Aconcagua ne rentre pas dans l'un d'eux. Au lieu de cela, il appartenait à une population indigène de Sud-Américains qui n'a jamais été identifiée. Salas et son équipe ont surnommé ce groupe génétique C1bi, dont ils disent qu'il a probablement surgi dans les Andes il y a environ 14.000 ans. Ils détaillent leurs résultats aujourd'hui dans "Scientific Reports".

 

IncamummyLa momie naturelle de l'enfant inca découverte (elle a plus de 500 ans).

Lorsque Salas a passé au peigne fin les bases de données génétiques, anciens et modernes, il a trouvé seulement quatre individus de plus qui semblent appartenir au C1bi. Trois sont des gens d'aujourd'hui du Pérou et de la Bolivie, tandis qu'un autre échantillon provient d'un individu identifié (YH : à priori mais unique), comme faisant parti de l'ancien empire Wari, qui a prospéré  entre les siècles 6 et 1000 et qui a précédé l'Inca au Pérou. De toute évidence, C1bi est extrêmement rare aujourd'hui, mais le fait qu'il a maintenant surgi dans deux échantillons d'ADN anciens (celui de l'enfant est maintenant le deuxième) suggère qu'il aurait pu être plus commun dans le passé, dit Andrés Moreno-Estrada, un généticien des populations qui étudie les Amériques chez le Laboratoire National de génomique pour la biodiversité du Mexique,  à Irapuato, et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. " Si vous découvrez un ou deux individus, quelles sont les chances que vous tombiez sur le type rare ? " Dit-il. " Très probablement, vous tombez sur le gars commun ".

Llamas n'est pas surpris qu'un groupe génétique pré-colombien potentiellement commun parmis tous les autres, ait disparu après l'arrivée des Espagnols. " Jusqu'à 90% des Sud-Américains indigènes sont morts très rapidement après la conquête, la plupart de maladie épidémique ", dit-il. " Vous pouvez imaginer que beaucoup de diversité génétique ait été ainsi perdue ". " Surtout dans les Amériques, où un tel effondrement démographique extrême a été suivi par des siècles de mélanges avec des européens, des amérindiens, et des groupes africains, les gènes des personnes vivantes ne sont pas toujours une représentation fidèle de ce qui est arrivé dans le passé ", explique Salas. " Le génome du garçon d'Aconcagua, d'autre part, est juste une fenêtre d'il y a 500 ans environ ".

 

Monte aconcagua

C'est comme si " l'Inca avait mis des échantillons génétiques au congélateur pour nous ", reconnaît Andrew Wilson, un archéologue à l'Université de Bradford au Royaume-Uni, qui étudie les momies du Capacocha et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. Salas n'a pas l'intention de perdre l'occasion. Il travaille déjà sur le génome nucléaire complet du garçon de l'Aconcagua, qui serait encore plus informatif sur son arbre de famille et avec son propre patrimoine génétique unique. Il espère également séquencer l'ADN de tous les microbes conservés dans l'intestin de la momie, y compris son microbiome et les germes infectieux dont il pourrait être porteur. Cela pourrait aider les scientifiques à comprendre comment les micro-organismes - tant ceux qui nous font du mal que ceux qui nous aident - ont évolué au fil du temps. Wilson espère que des études similaires puissent être faites sur d'autres momies du Capacocha. " Elles sont certainement des messagers remarquables du passé ".

 

Source : http://news.sciencemag.org/archaeology/2015/11/inca-child-mummy-reveals-lost-genetic-history-south-america

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 14 et 15-11-2015

Les pages des anomalies scientifiques - 4

Les pages des anomalies scientifiques - 4

 

280px kensington runestone flom 1910La pierre runique de Kensington

 

Cette nouvelle rubrique qui devrait comporter plusieurs pages (qui seront regroupées par la suite et après leur publication) va recenser certaines petites publications ou nouvelles brèves du passé sur des découvertes annoncées discrètement par certains professionnels ou scientifiques. Cela vient évidemment en complément du déjà large travail de compilation de données lisibles sur ce site. Ces annonces sont en principes toutes référencées et réelles et elles concernent toutes des "anomalies" par rapport aux normes, dogmes ou "establishment" scientifiques ou historiques. Il y a rarement des illustrations ou photos et l'annonce est parfois très brève. On se rapproche en quelque sorte un peu du "Livre des Damnés" de Charles Fort, mais plus récent et c'est voulu car ces données existent, même si elles ne sont pas très connues et explorées elles-mêmes... Je n'ai pas trouvé d'ordre préférentiel pour l'instant, un classement par continent ou par genre (archéologie, ovni, astronomie, etc...) par exemple pourrait être fait par la suite. Vous allez comprendre très vite de quoi il s'agit, je met le texte original quand dispo et la traduction française en-dessous :

Voici la page 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-1.html

Voici la page 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-2.html

Voici la page 3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-3.html​


 

A Stone Face From Ungava

September 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. A stone face was found on the lake shore by caribou hunters. The back of the sculpture was covered with moss and stained underneath with age; the front was well-weathered. It was a crude sandstone carving -- almost a doodle in stone -- but the facial features were unmistakably Norse. Stylistically, the face resembled nothing carved by Eskimos or the local Indians. The apparent antiquity of the stone and the strongly Nordic features suggest past Norse exploration of this desolate tundra near Hudson Bay.

(Lee, Thomas E.; "Who Is This Man?" Archaeological Journal of Canada, 17: 45, 1979.)

Comment. Once into Hudson Bay, why not on to Minnesota (and the Kensington Stone), then down the Mississippi to Oklahoma where Viking signs are claimed?

 

Un visage de pierre à Ungava

Septembre 1976. Lac Guerard, Ungava, Canada. Un visage de pierre a été trouvé sur la rive du lac par des chasseurs de caribous. Le dos de la sculpture s'est couvert de mousse et coloré par dessous avec le temps; l'avant a pu bien résister. C'était une sculpture en grès brut - presque un gribouillage dans la pierre - mais les traits du visage étaient indéniablement nordiques. Stylistiquement, le visage ne ressemblait à rien de sculpté par des Esquimaux ou des Indiens locaux. L'ancienneté apparente de la pierre et les traits fortement nordiques suggèrent que dans le passé, une exploration nordique (Vikings) de cette toundra désolée près de la baie d'Hudson a eu lieu.

(Lee, Thomas E .; "Qui est cet homme ?" Journal archéologique du Canada, 17, 45, 1979.)

Commentaire: Une fois dans la baie d'Hudson, puis pourquoi pas dans le Minnesota (et la pierre de Kensington), puis vers le bas du Mississippi en Oklahoma, où des traces des Viking sont réclamés ?

 


 

La pierre runique de Kensington

En 1898, un immigrant suédois a trouvé une pierre sur sa ferme près du petit village de Kensington, au Minnesota. La pierre, un petit bloc de grès, de la grauwacke, était enserrée dans les racines d’un jeune tremble. Sur deux de ses côtés se trouvait une inscription runique en suédois racontant comment 8 Suédois [Goths] et 22 Norvégiens avaient été victimes d’une catastrophe lors d’un voyage d’exploration à 14 jours à l’ouest du Vinland. Alors que des hommes étaient partis à la pêche, 10 autres avaient été tués. Cette tragédie date de 1362.

Pierredekensington

Olof Öhman, un fermier d'origine américano-suédoise, déclare en 1898 avoir trouvé la pierre alors qu'il débarrassait sa terre d'arbres et de troncs afin de pouvoir la labourer. Elle a été trouvée sur un monticule ou un côté de colline, couchée face contre terre et enchevêtrée dans les racines d'un arbre supposé être âgé d'au moins une dizaine d'années. Aux dires de plusieurs témoins, quelques-unes de ces racines étaient aplaties et épousaient la forme de la pierre. Le fils d'Öhman, âgé d'une dizaine d'années, a alors remarqué des inscriptions et le fermier déclara qu'ils pensaient avoir trouvé un almanach indien. L'artefact a des dimensions de 76 × 41 × 15 cm et pèse environ 90 kg.

Les preuves archéologiques d'établissements vikings au Canada ne devant apparaître que 50 ans plus tard, l'idée de vikings errant à travers le Minnesota à cette époque semble alors impossible aux yeux de la plupart des universitaires du 19ème siècle.

En 1907, la pierre est achetée, apparemment pour 10 dollars par Hjalmar Holand, un étudiant diplômé de l'université du Wisconsin. Holand ravive alors l'intérêt du public et d'autres études sont menées par le géologue Newton Horace Winchell (Minnesota Historical Society) et le linguiste George Flom (Philological Society de l'université de l'Illinois), qui publient tous deux leurs conclusions en 1910.

Si on se réfère à Winchell, le peuplier sous lequel la pierre fut trouvée avait été détruit mais plusieurs peupliers proches et de même taille ont été coupés et, en comptant leurs anneaux, il a été déterminé qu'ils étaient âgés de 40 ans. Comme la région en question n'a été colonisée qu'après 1858, il est apparu que la pierre ne pouvait être une contrefaçon. Winchell conclut aussi que l'aspect désagrégé de la pierre indiquait que l'inscription avait bien 500 ans.

280px kensington runestone flom 1910

La plupart des controverses sur l'authenticité de la pierre de Kensington sont fondées sur un conflit entre les évidences linguistiques et physiques. Le fait que la pierre runique ait été découverte par un fermier suédois dans le Minnesota à une période où l'histoire viking et la culture scandinave étaient très populaires et la publication de plusieurs articles sujets à caution, font qu'un voile tenace de scepticisme en résultera pendant plus de 100 ans.

En 1354, le roi Magnus IV de Suède accorda une lettre de protection à Paul Knutson pour un voyage au Groenland. Les établissements à l'ouest du Groenland avaient été retrouvés abandonnés — seul du bétail y subsistait — quelques années plus tôt et il était supposé que la population avait rejeté l'Église (et sa mainmise sur les fermes locales, acquises progressivement comme paiements de taxes diverses), était retournée au paganisme et partie vers ce qui sera connu plus tard comme l'Amérique du Nord.

En 1887, l'historien Gustav Storm mentionne ce voyage, suggérant son retour vers 1363 ou 1364. Il semble qu'il s'agisse des premiers travaux publiés qui se réfèrent à un voyage vers l'Amérique du Nord, concordant avec la date inscrite sur la pierre. Cela a depuis été confirmé par une lettre écrite en 1577 par Gérard Mercator à John Dee. Cette lettre donne un extrait des travaux plus anciens de Jacobus Cnoyen (maintenant perdus) décrivant un voyage au delà du Groenland dont le retour avec 8 hommes à bord date de 1364. Cnoyen mentionne également qu'un prêtre était du voyage et que celui-ci le décrivit dans un livre appelé Inventio Fortunate, livre qui est d'ailleurs cité dans nombre de documents du Moyen Âge ainsi que de la Renaissance, mais dont aucune copie ne subsiste.

L'Inventio est cité sur certaines cartes datant du xvie siècle comme étant leur source à propos de la description de l'Arctique. On ne sait pas si le voyage alla jusqu'à la baie d'Hudson mais quelques cartes montrent cette baie au moins 100 ans avant sa première exploration connue. Cela influence apparemment Christophe Colomb pour la planification de son voyage à travers l'Atlantique. Donc, même si un faussaire talentueux avait pu déduire la date à mettre sur la pierre en fonction des informations disponibles à cette époque, il semble qu'une expédition ait bien eu lieu à l'époque mentionnée sur la pierre.

Hacheviking usa3

La voie navigable peut également contenir des signes de la présence viking. Au lac Cormorant, dans le comté de Becker au Minnesota, il y a trois rochers avec des trous triangulaires similaires à ceux utilisés pour amarrer les bateaux le long de la côte norvégienne au xive siècle. Holand a trouvé d'autres trous triangulaires dans des roches près du lieu où la pierre fut trouvée. Un morceau d'acier scandinave du xive siècle servant à allumer des feux est également trouvé entre le lac Cormorant et Kensington, lieu où la pierre runique a été découverte.

Hacheviking usa

D'autres artefacts vikings datés du xive siècle ont été trouvés au Minnesota mais apparemment aucun d'entre eux n'a été découvert sous contrôle archéologique...

Hacheviking usa2Hacheviking usa4

En décembre 1998, exactement un siècle après la découverte de la pierre de Kensington et pour la première fois depuis le rapport de Winchell de 1910, une analyse physique détaillée est menée ; elle inclut une photographie par un microscope à lumière réfractable, un prélèvement de roche et un examen au microscope électronique à balayage. En novembre 2000, le géologue Scott F. Wolter présente les résultats préliminaires suggérant que la pierre avait suivi un processus de changement relatif à un séjour dans le sol d'un minimum de 50 à 200 ans.

Par exemple, Wolter note la perte totale de mica sur la surface inscrite de la pierre. Des échantillons de pierres tombales dans le Maine âgés de 200 ans montrent une très grande dégradation en pyrite mais pas sa disparition complète comme cela a pu être remarqué sur la pierre. Étant donné que les échantillons de pierre tombale n'ont pas été sujets aux mêmes contraintes que la pierre, la comparaison suggère cependant que la pierre runique ait été enterrée bien avant le premier établissement européen moderne dans cette zone en 1858.

 

L'inscription sur la face (où plusieurs mots peuvent manquer à cause de la dégradation et à la calcification d'une partie de la pierre) dit:

« 8 göter ok 22 norrmen paa opthagelse farth fro winlanth of west Wi hathe läger weth 2 skylar en thags norder fro theno sten wi war ok fiske en thag äptir wi kom hem fan X man rothe af bloth og ded AVM frälse af illum. »

Traduction:

« 8 Goths de Scandinavie et 22 Norvégiens dans un voyage d'exploration venant du Vinland allant vers l'ouest. Nous avons établi des abris sur 2 îles rocheuses à un jour au nord de cette pierre. Nous avons pêché une journée. Quand nous sommes rentrés nous avons trouvé 10 de nos hommes en sang et morts AVM (Ave Maria) délivre-nous des démons ! »

Le texte sur le côté dit :

« har X mans we hawet at se äptir wore skip 14 thag rise from theno odh Ar wars Herra 1362. »

Traduction:

« Envoyé 10 hommes vers la mer pour aller chercher notre bateau 14 jours de trajet depuis ici An 1362 de notre Seigneur. »

En 2002, une autre analyse de Nielsen suggère que les formes linguistiques présentes sur la pierre étaient plausibles au xive siècle. De plus, les preuves d'existence pour tous les mots et runes inhabituels ont été trouvées dans d'autres sources médiévales...

 

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_runique_de_Kensington  + http://www.canadianmysteries.ca/sites/vinland/othermysteries/kensingtonrunestone/indexfr.html


 

Cartwheels In Space

An intriguing and totally unexpected wheel-shaped structure has been discovered by K. Taylor (Royal Greenwich Observatory) and D. Axon (Sussex University). Plates made with a 1-meter telescope show this curious dark pattern silhouetted against the Great Nebula in Orion. The circularity and neat set of six spokes make it seem a stellar UFO! No one knows its distance, age, or constitution. Speculation is that some interstellar winds may have created this artificial-looking object.

(Anonymous; "Cartwheels in the Sky," New Scientist, 83:804, 1979.)

Un panier à roues dans l'espace

Une structure en forme de roue intrigante et totalement inattendue a été découvert par les astronomes K. Taylor (Observatoire royal de Greenwich) et D. Axon (Université du Sussex). Les photos avec un télescope de 1 mètre montrent cette curieuse silhouette sombre contre la Grande Nébuleuse d'Orion. Sa circularité et l'ensemble précis de six rayons la font paraître comme un OVNI stellaire ! Personne ne connaît sa distance, son âge, ou sa constitution. La spéculation est que certains vents interstellaires peuvent avoir créé cet objet d'apparence artificielle...

(Anonyme, "Un Pannier à roues dans le ciel," New Scientist, 83: 804, 1979.)

Cartwheels space 1979YH : cet objet spatial très lointain et gigantesque, d'apparence artificiel et extra-terrestre, n'a plus été signalé par la suite par les professionnels de l'espace...

 


 

The nuclear threat: bad dates

Woodmorappe has assembled an impressive and disconcerting collection of anomalous radiometric dates. Over 300 serious discrepancies are tabulated and backed by some 445 references from the scientific literature. To remove triviali-ties, only dates that were "wrong" by 20% or more were included. This criterion insured that the anomalous dates were off by one or more geological periods. To enhance his case, Woodmorappe excluded data for such troublesome minerals as K-feldspar, which have unreliable records. The surviving discordances will certainly disturb anyone who has long accepted radioactive dating as the near-final word in geochronology.

The lengthy text accompanying the table delves into the geological problems posed by the tabulated anomalies, primarily the severe distortions implied in the supposedly well-established geological time scale. Many attempts have been made to explain away these discrepancies, usually by asserting that the system must have been "open"; that is, contamination and/or removal of materials occurred. But a far more serious situation exists: the reluctance of researchers to publish radiometric dates that fly in the face of expectations. Data selection and rejection are epidemic. Some authors admit tossing out wild points; others say nothing.

(Woodmorappe, John; "Radiometric Geochronology Reappraised," Creation Research Society Quarterly, 16:102, 1979.)

L'analyse nucléaire: mauvaises dates

John Woodmorappe a assemblé une collection impressionnante et déconcertante de dates radiométriques anormales. Plus de 300 sérieuses divergences sont totalisées et soutenues par quelques 445 références de la littérature scientifique. Pour supprimer les liens de triviali, seules les dates qui étaient «mauvaises» de 20% ou plus ont été inclues. Ce critère assurait que les dates anormales étaient supprimées par une ou plusieurs périodes géologiques. Pour améliorer sa recherche, Woodmorappe a exclu les données relatives à ces minéraux gênants comme le feldspath potassique, qui ont des résultats non fiables. Les discordances survivantes vont certainement déranger les personnes qui ont depuis longtemps accepté la datation radioactive (carbone 14) comme le mot quasi-final dans la géochronologie.

Le long texte accompagnant la table plonge dans les problèmes géologiques posés par les anomalies sous forme de tableaux, principalement les graves distorsions implicites dans l'échelle des temps géologiques supposément pourtant bien établie. De nombreuses tentatives ont été faites pour expliquer ces écarts, généralement en affirmant que le système devait avoir été "ouvert"; autrement dit, une contamination et / ou l'enlèvement de matériaux se sont produits. Mais une situation beaucoup plus grave existe: la réticence des chercheurs à publier des dates radiométriques qui volent dans le visage des attentes (qui ne correspondent pas aux résultats attendus et conformes à la science officielles). La sélection des données et le rejet sont épidémies. Certains auteurs admettent publier des points faux; d'autres ne disent rien...

(Woodmorappe, John; "géochronologie radiométrique réévaluée," Création recherche de la Société Quarterly, 16: 102, 1979.)

YH : on voit ici que déjà dans les années 1970, le système de datation le plus utilisé et reconnu par la science officielle était mis à mal par certains scientifiques... ces divers travaux aboutiront à un recalibrage de certaines fourchettes établies auparavant par les données au carbone 14 (au début du 21eme siècle) mais aussi à l'obligation de ne plus s'en tenir qu'aux datations au carbone 14, d'autres méthodes devant être pratiquées conjointement. Un gros problème demeure néanmoins : de nombreuses datations établies avant ces modifications importantes (plusieurs millénaires selon les fourchettes de temps) n'ont jamais été mises à jour et modifiées dans les livres, musées, etc... Un gros travail de redatations d'artefacts de toutes natures reste à faire, mais la remise en question d'un pan de l'Histoire de l'Humanité semble beaucoup freiner les choses... ainsi que l'argent et le temps...


 

Bering Strait Theory Again In Trouble

If humans first populated North America via the Bering land bridge 10-20,000 years ago, how did human bones and artifacts get buried under a 50,000-year-old alluvial fan in California? Dogma demands that such finds be discredited. Thus, "Pleistocene Man at San Diego," the Calaveras Skull, and dozens of other archeological anomalies have been dismissed as the hoaxes and misidentifications of nonprofessionals. The latest hint of truly ancient man in America came after heavy rains in 1976 cut through 21 meters of deposits at Yuha Pinto Wash, just north of the Mexican border in California. The artifacts, still firmly in place, and associated bones are undeniably human. The overlying sediments are dated at more than 50,000 years old.

(Childers, W. Morlin, and Minshall, Herbert L.; "Evidence of Early Man Exposed at Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45:297, 1980.)

American antiquity

La théorie du détroit de Béring à nouveau en difficulté


Si les humains ont d'abord peuplé l'Amérique du Nord via le détroit de Béring il y a 10-20,000 ans, comment des os et des artefacts humains ont pu se faire enterrer sous un cône alluvial vieux de 50,000 ans en Californie ? Le Dogme exige que de telles trouvailles doivent être discréditées. Ainsi, le "Pléistocène Man de San Diego", le crâne de Calaveras, et des dizaines d'autres anomalies archéologiques ont été rejetées comme des canulars et des méprises de non-professionnels. Le dernier indice de l'ancienneté de l'homme dans l'Amérique est venu après de fortes pluies en 1976 et une crevasse à travers 21 mètres de dépôts à Yuha Pinto Wash, juste au nord de la frontière mexicaine en Californie. Les artefacts, toujours fermement en place, et les os associés sont indéniablement humains. Les sédiments sus-jacents sont datés vieux de plus de 50.000 ans.

(Childers, W. Morlin, et Minshall, Herbert L .; "Preuve de Early Man Exposed au Yuha Pinto Wash," American Antiquity, 45: 297, 1980.)

YH : Notez qu'à cet endroit même, à Yuha Pinto Wash en Californie, existe encore de très grands géoglyphes dessinés dans le désert par les indiens, pour se souvenir que ce désert a été il y a très longtemps habité par l'être humain... malheureusement, une grande partie de ces géoglyphes géants visibles du ciel (un peu comme à Nasca ou ailleurs en amérique latine) a été détruite par une bande de motards attardés (tous ne le sont pas heureusement !), dans les années 1970... Et notez aussi qu'il existe plusieurs endroits aux USA où des géoglyphes géants ont été découverts :

Img 0256

Img 0257Img 0258Intaglio 1Intaglio 3


 

Anomalous Sounds From An Australian Fireball

On April 7, 1978, a very large fireball passed through the atmosphere above the east coast of New South Wales. Seen by hundreds, it generated many high quality reports. Fifteen of the written reports mentioned anomalous sounds -- hisses, hums, swishes, and crackling sounds heard simultaneously with the visual sighting. Such sounds are anomalous because the meteor is tens of kilometers high and real sound would take a minute or more to reach the ground. (The sound from a detonating meteor is often heard several minutes later.)

Keay is convinced of the reality of the anomalous sounds and suggests that the highly turbulent plasma in the meteor wake generates powerful electromagnetic radiation at audio frequencies. This intense radio energy reaches the earth at the same time the visible light does. It may be converted into sound as it interacts with the surface and the observer.

(Keay, Colin S.L.; "The 1978 New South Wales Fireball," Nature, 285:464, 1980.)

Des sons anormaux d'une boule de feu australienne

Le 7 Avril 1978, une très grosse boule de feu a traversé l'atmosphère au-dessus de la côte est de la Nouvelle-Galles du Sud. Vue par des centaines de personnes, il a généré beaucoup de rapports de haute qualité. Quinze des rapports écrits font mention de sons anormaux - des sifflements, bourdonnements, bruissements, et craquements entendus simultanément avec l'observation visuelle. Ces sons sont anormaux parce que le météore était à des dizaines de kilomètres de hauteur et un son réel prendraient une minute ou plus pour atteindre le sol. (Le son d'un météore détonant est souvent entendu plusieurs minutes plus tard.)

Keay est convaincu de la réalité des sons anormaux et suggère que le plasma très turbulent dans le sillage des météorites génère un rayonnement électromagnétique puissant ayant des fréquences audio. Cette énergie de radio intense atteint la terre en même temps que la lumière visible le fait. Elle peut être convertie en son, tel qu'il interagit avec la surface et l'observateur.

(Keay, Colin SL; "1978 Boule de feu de Nouvelle-Galles du Sud ," Nature, 285: 464, 1980.)


 

A suivre pour d'autres pages...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 04-11-2015

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

+ Le Stonehenge Tropical au Brésil

 

Marcahuasi01 02

 

Ce n'est pas la première fois que des chercheurs, réels scientifiques ou simples amateurs, soupçonnent les Anciens d'avoir eu les capacités et connaissances nécessaires pour graver, tailler et façonner la pierre, non seulement sur quelques mètres, mais bien aussi sur des dizaines de mètres. Et en vérité, même si la science officielle préfère parler de "mimétisme de la nature et de coïncidences de formes", il se trouve de plus en plus d'endroits et de découvertes, surtout dans des lieux isolés et peu vus jusqu'à présent - comme la jungle amazonienne ou les falaises des iles orcades par exemple, ou encore récemment au Canada ou en Roumanie - où il assez probable que des peuples préhistoriques, partageant un même savoir, ont laissé sur des falaises de pierre leur empreinte ou leurs dieux... il ne peut plus s'agir de coïncidences tant le nombre a augmenté ces dernières années, voir les liens en bas... Voici encore un autre endroit sacré qui semble regorger d'une ou plusieurs étranges énergies magnétiques et spirituelles :

" Nos découvertes ont été faites comme ceci : En observant les rochers de près là où des milliers de personnes ont vécu, mais qui ne les voyaient pas telles qu'elles étaient réellement parce qu'ils manquaient de foi dans le monde magique et dans les œuvres d'art laissées par un ancêtre qui a créé l'humanité actuelle et en respectant ce monde qui a produit ces œuvres d'art incomparables, mais n'a laissé aucune signature.
 
Le travail artistique était lié au rythme de la vie, comme les battements du coeur, ou la respiration, ou de marcher sur cette terre. Ce fut un travail de magie.

L'humanité a oublié tout cela et envisage de se rendre sur la lune comme étant beaucoup plus important. Il ne peut pas expliquer l'apparition de ces hommes de génie qui brisent toutes les barrières pour arriver à des résultats surprenants sans les chercher pour eux-mêmes, et sans écouter les voix dogmatiques - qui tentent de réduire à des mots ce qui n'a pas de nom.

Nous démontrons dans ce livre que les gravures et les sculptures dans la roche naturelle, pouvant être vues à partir d'un point de vue ou une certaine direction, et dans des conditions d'éclairage spécial, donnent du crédit à un style qui ne peut être exprimé que par des hommes de foi profonde panthéiste. La technique de ces sculpteurs n'a pas été répétée dans l'histoire ultérieure.

Ces œuvres se trouvent dans différents endroits sur terre, très espacées les unes des autres, répétant les mêmes symboles, et avec une chose en commun : ils se retrouvent autour des montagnes sacrées, des temples de l'humanité perdue, de sorte qu'ils ne seront pas oubliés et qu'ils peut servir une fois de plus pour purifier et sauver l'humanité ".

 

Marcahuasi01 01Monument of Humanity


 
Ce sont les mots de Daniel Ruzo, trouvés dans l'introduction de son livre, "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique", d'abord publié en langue espagnole en 1974. Ruzo (1900 - 1993) était certainement l'un des pères du New-Âge.

Marcahuasi est un sommet de montagne unique, qui, géologiquement, ne ressemble à aucune des Andes voisines, situées à 80KM au nord-est de Lima, au Pérou. Daniel Ruzo, un génie par sa propre définition, a consacré sa vie à l'étude des sites sacrés à travers le monde. il a continué ensuite l'œuvre de sa vie à son domicile de Cuernavaca, au Mexique; près de Tepotzlan, un autre site d'une montagne sacrée.

Les œuvres d'art visées à l'introduction de son livre sont des monuments, des sculptures monolithiques, des mégalithes, qui se trouvent sur le sommet de Marcahuasi. Il y a des centaines de ces monuments sur le plateau de 41 / 2km x 1 km. Ils sont si grands, si clairs que seul quelqu'un qui n'est pas un chercheur ne peut défendre leur existence.

 

Marcahuasi01 03

Les "monuments répétant les mêmes symboles" se trouvent sur Tepotzlan et Guanajuato, au Mexique; à Rio de Janeiro et Vila Velha au Brésil; au Lac Titicaca, à San Cristobal et à Los Angeles au Pérou; à Stonehenge et Avebury en Angleterre; dans La Vallée Sacrée des Rois en Egypte; dans les montagnes des Carpates en Roumanie; et au parc national de Kakadu en Australie pour en nommer quelques uns.
 
Bien que Daniel Ruzo a également étudié les monuments de l'île de Pâques, il n'a fait aucune conclusion quant à leur origine. Tous les monuments de tous ces endroits, selon Ruzo, ont été créés par une humanité qui a vécu avant l'époque de la crue (ou "déluge") pour laquelle Noé a construit son arche.

Les monuments marquent le domaine général des grottes et cavernes qui ont rendu possible le salut de notre humanité, et ceux de la précédente, pendant le temps des grandes catastrophes. La dernière catastrophe était une inondation et l'arche de Noé est simplement une métaphore pour les grottes et cavernes, marquées par les monuments, partout dans le monde.
 
Selon Ruzo, la catastrophe (un incendie, précédant l'inondation) a été survécue par "Adam et Eve" (la précédente humanité) en vivant profondément à l'intérieur des cavernes.

Daniel Ruzo a formé sa théorie sur l'humanité dans les années 1920. C'était l'œuvre de sa vie de soutenir sa théorie. Avec l'utilisation de la Bible, des mythes et légendes du monde entier, les œuvres de Nostradamus, l'astrologie, et d'autres sources, il perçoit des preuves qui éclairent sa croyance.

 

Marcahuasi01 04

Sa théorie est :

- La vie humaine sur la terre a été composée de cinq humanités, chaque humanité a duré 8,608 ans et est composée de quatre cycles de soleil de 2.125 ans chacun.
- Nous sommes dans la cinquième humanité.
- Toutes les 8,608 années, la terre souffre d'une catastrophe.
- En suivant le zodiaque, les sciences humaines ont survécu aux catastrophes de la terre, du feu et de l'eau.
- Selon Ruzo la prochaine catastrophe sera par l'air et aura lieu entre les années 2127 et 2137.

Les monuments du monde entier marquent l'entrée des grottes et cavernes qui rendront possible le salut des graines de l'humanité.
 
Comme les monuments ne sont que des indicateurs que ces entrées très importantes sont dans la zone environnante, nous, les fidèles, devons faire notre mission de localiser les entrées, à temps pour préparer les grottes et cavernes, avant la prochaine catastrophe et sauver les graines de l'humanité telles qu'elles ont été sauvées par les humanités précédentes.
 
Les symboles universels référencés dans l'introduction de "Marcahuasi" sont la clé pour comprendre comment localiser les entrées sur les montagnes sacrées. Comme les entrées doivent encore être trouvées, nous devons travailler à "briser le code" de ces symboles pour les trouver.

Daniel Ruzo a vécu sur Marcahuasi pendant une période de neuf années à partir de 1952. Il a pris des milliers de photographies des monuments pendant ce temps. Il a constaté que, selon le moment de la journée et le temps de l'année, à la lumière du soleil, de la lune et des étoiles, même dans l'ombre, que différentes images sculptées peuvent être vues, même dans un même monument.
 
Le monument principal, le Monument de l'Humanité, a quatorze faces visibles sous la lumière du soleil et deux visibles seulement sous la lumière de la lune. Les photos de RUZO démontrent très clairement les différents visages de Marcahuasi. Il affirme que, même si son travail a continué pendant neuf longues années, ce qu'il a étudié n'est juste que dix pour cent de ces personnages...
 
D'autres monuments importants sont le Condor, dont la forme change tous les soixante degrés, et le Félin qui ne peut être vu que pendant la semaine du solstice d'hiver.

 

Marcahuasi01 01a

Il y a beaucoup d'autres aspects importants à Marcahuasi, tous des morceaux d'un puzzle complexe incroyable. Il y a vingt-deux vortex d'énergie appelés "Cruzes" ou des croix, constitués de trois types distincts d'énergie.
- Il y en a trois du premier type que l'on trouve dans des zones d'accès limitées sur le plateau, limitées à ceux qui sont préparés pour être près à cette puissante énergie.
- Le deuxième type de croix, qui sont au nombre de sept, des croix reconnues pour représenter les jours de la semaine.
- Il y a douze croix du troisième type et qui ont un lien avec les phases de la lune.

Chaque croix a un pouvoir de guérison spécifique. Les croix qui sont facilement visibles sur le plateau ont une énergie indéniable qui peut être ressentie sans aucune préparation spéciale ou de sensibilité.

Carlos Seclan, un disciple péruvien de Daniel Ruzo, a eu une expérience extraordinaire avec l'un des vortex de Marcahuasi.
 
Il avait étudié Marcahuasi pendant quinze ans lorsqu'il a eu un accident de voiture qui l'a laissé paralysé, dans son lit, pendant onze mois. Malgré les meilleurs médecins au Pérou disponibles pour le soigner, on lui a dit qu'il ne pouvait pas être guéri et ne pourrait jamais remarcher ou même s'asseoir à nouveau.

Après avoir étudié les énergies des pierres et des vortex de Marcahuasi, il savait qu'il devait y avoir un moyen de guérir son dos cassé avec les forces profondes de la montagne. Il savait qu'un certain jour, à une certaine heure, à un certain vortex, qu'il y aurait de l'énergie appropriée pour le soigner. Il a convaincu ses amis de le transporter jusqu'à la montagne, au vortex désigné, où ils l'ont laissé, seul, pendant sept jours, avec suffisemment de nourriture et d'eau.

Le septième jour, un homme d'apparence péruvienne normale, étranger à Carlos, est apparu et ils ont parlé du problème de Carlos. L'homme a alors commencé à lui montrer certains exercices physiques, que Carlos réussi à suivre.
 
Alors qu'il bougeait, il a resenti une chaleur qui est montée à travers son corps à partir de ses orteils. Il entendit un bruit de bourdonnement distinct et senti un picotement en même temps. Lorsque les sensations de chaleur et de bourdonnement ont atteint le sommet de sa tête, une vingtaine de minutes plus tard, il sentait comme si une lumière chaude était entrée dans le haut de sa tête.

La lumière le faisait s'endormir et il est tombé endormi. Quand il se réveilla, plusieurs heures plus tard, il fut surpris de se rendre compte que non seulement il pourrait s'asseoir, mais aussi se lever.
 
L'homme avait disparu, et Carlos descendit la montagne seul pour rejoindre ses amis qui l'attendaient à la cabane, la maison que Daniel Ruzo avait construit derrière le Monument de l'Humanité.

 

Marcahuasi01 07a

Carlos est le connaisseur le plus important des vortex de Marcahuasi.
 
Il montre seulement cinq des vortex aux autres. Deux des vortex sont faciles à trouver sur le plateau: l'un est situé en dessous du Félin, et l'autre, marqué d'un X blanc, est au centre du plateau, au bord d'un précipice. Carlos alla d'abord à Marcahuasi en 1973, lors d'un voyage de chasse. Il dit que, avant qu'il y soit allé, il avait vu Marcahuasi dans ses rêves, et quand il y est arrivé, il savait exactement où aller pour l'eau.

Marcahuasi est également un endroit célèbre pour les observations d'OVNI. Les villageois dans la ville en-dessous de Marcahuasi, San Pedro de Casta, acceptent les observations d'OVNI comme un phénomène naturel. Lorsqu'on leur a demandé si ils croient aux OVNI, ils ont réagi comme si c'était une question étrange - comme si il leur avait été demandé si ils croyaient en les vaches...

Moises Bautista, ancien président de la communauté, raconte l'histoire d'une rencontre qu'il a eu en Août 1963. La nuit était claire avec une pleine lune. A environ 02h00, il marchait près des ruines sur son chemin pour vérifier ses vaches sur le plateau. Il a vu un véhicule de la taille d'une voiture sortir du ciel ou de la terre à environ 20m en face de lui. Il se cacha sous une ancienne tombe pendant que se déroulait la rencontre.

Le véhicule était d'environ 3M de diamètre avec six lumières rondes "fluorescentes". Du véhicule est sorti cinq êtres, chacun d'environ 20cm de hauteur. Ils portaient des combinaisons de corps orange / brunes et des bottes.
 
Ils ont émergé du véhicule à partir d'un portail en matériau clair. Ils marchaient autour et ont touché des pierres sur le terrain comme si ils étaient en train de les inspecter. Ils sont ensuite retournés au véhicule et sont partis, volant vers le nord, la même direction à partir de laquelle ils sont venus. L'ensemble de la rencontre a duré trois minutes.
 
Moises parle librement de sa rencontre, comme si elle n'était pas considérée comme un sujet fou dans la ville de San Pedro.

Parmi d'autres à San Pedro qui ont eu aussi des observations, il y a le boulanger du village. Il dit qu'il voit régulièrement un disque en métal argenté avec des lumières multicolores survolant Marcahuasi. Il croit que les OVNIS ont une raison régulière, apparaissant à la fin du mois.
 
Le boulanger, Moises Bautista, et beaucoup d'autres à San Pedro, y compris les plus jeunes enfants de la ville ont fait une observation, une nuit, d'un disque qui a survolé la ville. Les enfants parlent de la "soucoupe volante" ou "planète" avec animation, racontant les lumières colorées qui ont survolées leurs têtes en 1988.

San Pedro de Casta est le village andin folklorique à travers lequel on doit passer avant d'arriver à Marcahuasi. Ici, on peut louer des ânes pour transporter des fournitures et de l'équipement sur le plateau, trois heures et demie à pied de la montagne. Les habitants de San Pedro sont les gardiens spirituels de la «Meseta» de Marcahuasi. Il est de leur responsabilité de voir que ceux qui sont accueillis à la Meseta se sentent en sécurité et soignés pendant leur séjour.

Les habitants de San Pedro sont des «campesinos» ou paysans. Ils font leur vie en commun (pour le revenu) en cultivant la terre en terrasses sur les montagnes environnantes, comme le faisaient leurs ancêtres depuis des milliers d'années avant eux. Un total de vingt tonnes de maïs, de luzerne, des pommes de terre et d'autres cultures sont exportés chaque année.
 
Le plus intéressant, cependant, est qu'ils exportent quarante tonnes de plantes médicinales sauvages qui poussent sur les montagnes environnantes, ainsi que sur Marcahuasi lui-même. Les quelques plantes disponibles trouvées dans la région semblent couvrir tous leurs besoins. Les habitants de San Pedro prétendent que les plantes sont anciennes.

Certaines des plantes médicinales trouvés dans la région de San Pedro de Casta et leurs utilisations sont: la Valériane, la source naturelle de notre Valium synthétique, est comme une couverture du sol avec de petites fleurs jaunes. Un thé fait à partir des fleurs de Valeriana est un relaxant. Les fleurs brunes ou jaunes de Margerita Silvestre faites dans un thé, aide à réduire l'hypertension artérielle.
 
Les fleurs bleues et les feuilles de tarwi, mais pas la graine, faites dans un thé, sont utiles pour combattre les frissons et la fièvre. Une combinaison des feuilles de la plante Chunchu et celles de la Gasengasa bouillies dans du lait, et bues, est bonne pour les désagréments de la puberté. Le thé Tipta, fait à partir des petites feuilles et fleurs jaunes de la plante, est presque un remède miracle pour les maux de tête. Les maux de tête sont un symptôme fréquent de la maladie d'altitude, facilement contractée à l'altitude de 4000 mètres de Marcahuasi.
 
Une combinaison de Taiya et de Chinchilcoma laissée macérée avec de l'alcool et appliquée comme un cataplasme sur une partie gonflée du corps est un remède rapide contre l'enflure.

Marcahuasi a aussi ses mythes et légendes. L'endroit sur la Meseta avec les histoires les plus intéressantes est le "Infernillo", ou le lieu infernal. Il y a une grande crevasse dans la roche d'environ vingt pieds de profondeur (6 mètres). Il est dit que quiconque ose sauter par-dessus le "Infernillo" sera "englouti" et pris à l'intérieur de la terre, pour ne jamais revenir.
 
Un autre mythe entourant le " Infernillo " est que si une personne entre dans la base de la crevasse, il sera pris à l'intérieur de la terre, passera par la montagne, et resortira loin à l'embouchure d'une rivière. La personne ne sera jamais plus la même et incapable de réintégrer la société. Elle se détournera des humains comme les animaux sauvages le font. Mais les gens du pays considèrent ceux-ci comme des mythes et sautent en fait facilement par-dessus le fossé de l'Infiernillo...

Voici quelques autres photos de rochers sculptés en formes d'animaux, comme la grenouille ou la tortue. Notez que l'on retrouve des sculptures de ces animaux-symboles un peu partout dans le monde, en liaison avec la préhistoire et aussi les "crânes allongés", (artificiellement ou non), une race naturelle ou artificielle possédant des pouvoirs psychiques ou des "dirigeants" du monde antique... :

Marcahuasigrenouille

la grenouille

MarcahuasitortueLa Tortue

Marcahuasiface

 

Soxtacuri était le Dieu Vivant, qui a régné sur l'ensemble du plateau de Marcahuasi.
 
Chaque mois de Janvier, il rencontrait tous les chefs des vallées environnantes pour échanger des idées. Ces rencontres légendaires sont commémorées aujourd'hui dans un rituel effectué chaque 5 Janvier par le «guérisseur» ou chaman de San Pedro de Casta, Paolino Gonzales, en face du monument de la Bruja.

Chaque année, les gens qui vivaient dans Marcahuasi devaient offrir le sacrifice d'une femme à leur bien-aimé Soxtacuri (un possible ancien empereur revendiquant être un dieu ?). Une année, les gens ont échoué à faire leur offrande, et dans sa colère, il a quitté l'endroit et a déménagé en Bolivie. Il est dit que lorsque Soxtacuri est parti, son peuple Divin s'est également déplacé du plateau. Au moment où les conquistadors sont arrivés, de nouveaux peuples habitaient la Meseta Marcahuasi. La maison et le trône de Soxtacuri restèrent sur le plateau.

Les conquistadores ont déplacé à nouveau les gens de Marcahuasi. Certains de leurs descendants vivent à San Pedro de Casta. Les personnes ont été déplacées par l'Espagnol dans tout le Pérou en les mettant dans de nouveaux villages afin qu'ils puissent respecter l'ordre et la force du catholicisme sur elles. Ils ont appris l'espagnol et le catéchisme aux indigènes péruviens. Les peuples conquis vivant au plus proche de Lima ont perdu leur langue maternelle: le Quechua. La plupart des noms de rivières, les montagnes et les dieux sont en quechua, car, malgré les efforts des conquistadores brutaux, il y a encore deux langues au Pérou...
 
Marcahuasi, en quechua, signifie simplement la maison / la ville.

Il existe cinq villes en ruines sur le plateau de Marcahuasi. On pense qu'à un moment donné, probablement vers le XIVe siècle, trente mille personnes peuplaient les villes de Marcahuasi.

 

Marcahuasi01 05


 
A en juger une ruine de premier plan, la «Fortaleza» ou forteresse (image ci-dessus), qui occupe la deuxième plus haute colline du plateau, les gens étaient des guerriers, soucieux de la surveillance et de la protection de leur territoire.
 
Les Incas ne sont pas arrivés avant que la majorité des villes n'aient été abandonnées et les ruines converties en "pacarinas", dédié aux ancêtres du peuple parti. Ce que les Incas trouvèrent étaient des constructions de pierres angulaires mises ensembles avec de la boue, formant des patios, des chambres, des couloirs et des tombes. Les tombes ou "chulpas" (l'image ci-dessous) sont encore éparpillées sur tout le plateau, et marquent l'endroit le plus sacré dans chaque ville.

 

Marcahuasi01 08

Malheureusement, la plupart des chulpas ont été dépouillés de leurs momies et des offrandes qu'ils comprenaient: des bijoux, de la poterie et des textiles.

Cependant, une impressionnante collection de momies peut être observée, avec autorisation, dans l'école secondaire à San Pedro de Casta.
 
Aucune excavation organisée d'aucune sorte n'a jamais été fait dans les villes de Marcahuasi. Le gouvernement péruvien n'a pas de fonds et toutes les fouilles en cours à cette époque au Pérou étaient financées par des fondations étrangères.

Le terrain de Marcahuasi n'est nullement accueillant, il est aride et rocailleux. La météo dans la saison sèche est chaude et ensoleillée dans la journée et très froide la nuit. Il y a peu d'ombre du soleil. Dans la saison des pluies, il est pratiquement impossible de marcher autour du plateau, comme il se transforme en une flaque de boue géante. Néanmoins, Marcahuasi a un magnétisme indescriptible qui amène les gens à revenir encore et encore.

Il y a quelques caractéristiques très attractives sur cette montagne de 4000 mètres. Le silence fait se déplacer l'âme. La nuit, avec les étoiles au-dessus, à la fois comme un plafond et des murs du plateau, on a la sensation d'être dans une grande salle. Les panoramas, de la mer de nuages ​​en-dessous de la montagne aux îles des sommets des montagnes furtives, sont à couper le souffle. La vision pas si occasionnelle d'un, ou deux ou trois condors survolant le plateau est unique.

Il y a quelques formes de vie animale sur le plateau. Le renard gris vit dans une caverne rocheuse et est rarement vu. Le "viscache", un croisement étrange entre un lapin et un écureuil est l'animal le plus nombreux du Marcahuasi.
 
Les lions "Puma" sur la montagne, vivent aux altitudes supérieures du Marcahuasi, mais descendent sur le plateau pendant la saison des pluies. Tous ces animaux sont chassés car leur viande est appréciée comme une délicatesse par les habitants.

Au cours des dernières années, les monuments et les tombes ont été fortement perturbés par les 3.000 à 4.000 touristes chaque année qui font des voyages le week-end à la montagne.
 
Les gardiens de San Pedro de Casta ne peuvent pas contrôler la destruction des monuments qui ont été là depuis des milliers d'années. Malheureusement, les gardiens sont tributaires du revenu apporté à la ville par les destructeurs de la Meseta, qui louent leurs ânes et achètent quelques fournitures, tels que l'eau, pour se rendre jusqu'à Marcahuasi.

Le voyage de Lima à San Pedro de Casta, en voiture, prend environ cinq heures. Il y a plusieurs hôtels andins à San Pedro, si l'on souhaite passer la nuit. Il est conseillé d'apporter un sac de couchage et un approvisionnement alimentaire personnel sur place.
 
La promenade jusqu'à la Meseta de Marcahuasi prend environ trois et demi-heures. Il y a quelques chevaux disponibles à la location qui peuvent remplacer vos propres pieds pour remonter la colline. Mais les Burros ou anes de location sont trop petits pour porter une personne moyenne.
 
Le moment idéal pour aller à Marcahuasi est d'Avril à Octobre. Le festival le plus important, la «Fiesta del Agua", a lieu chaque année au début d'Octobre et dure huit jours.
 
Il y a également des cérémonies sur le plateau pour le solstice d'hiver...

 

Traduction de Yves Herbo d'un texte de Lisa Rome d'après le livre de Daniel Ruzo "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique" (1974)

Autre exemple récent :

SAO PAULO, Brésil - Un regroupement de blocs de granit le long d'une colline herbeuse de l'Amazone pourrait être les vestiges d'un vieil observatoire astronomique vieux de plusieurs siècles - une trouvaille que les archéologues disent que cela indique que les anciens habitants de la forêt tropicale étaient plus sophistiqués qu'on ne le croyait.

 

Tropicalstonehenge helico01

Les 127 blocs, certains allant jusqu'à 9 pieds (2 m 74) de hauteur, sont espacés à intervalles réguliers autour de la colline, comme une couronne de 100 pieds de diamètre.

Le jour le plus court de l'année - le 21 décembre - l'ombre de l'un des blocs, qui est fixé à un angle, disparaît.

" C'est l'alignement de ce bloc avec le solstice d'hiver qui nous porte à croire que le site était autrefois un observatoire astronomique ", a déclaré Mariana Petry Cabral, un archéologue de l'Amapa State Scientific and Technical Research Institute. " Nous pouvons être en train d'examiner également les vestiges d'une culture sophistiquée. "

 

Tropicalstonehenge03

Les anthropologues ont depuis longtemps compris que les populations indigènes locales étaient des observateurs aigus des étoiles et du soleil. Mais la découverte d'une structure physique qui semble intégrer ces connaissances, suggère sue les Indiens précolombiens de la forêt amazonienne ont pu avoir plus de connaissances qu'on ne le pensait.

«Transformer ce genre de connaissances en un monument; la transformation de quelque chose d'éphémère en quelque chose de concret, pourrait indiquer l'existence d'une population plus importante et une organisation sociale plus complexe ", a déclaré Cabral.

Cabral a étudié le site, près du village de Calcoene, juste au nord de l'équateur dans l'état d'Amapá, dans l'extrême nord du Brésil, depuis l'année dernière. Elle estime qu'il était autrefois habité par les ancêtres des Indiens Palikur, et tandis que les blocs ne sont pas encore soumis à la datation au carbone 14, elle dit que des tessons de poterie à proximité du site indiquent qu'ils sont pré-colombiens et peut-être plus ancien qu'autant que 2000 années.

Le mois dernier, les archéologues travaillant sur une colline au nord de Lima, au Pérou, ont annoncé la découverte du plus ancien observatoire astronomique dans l'hémisphère occidental - et des sculptures géantes en pierre, vielles apparemment de 4.200 années, qui s'alignent avec le lever et le coucher du soleil le 21 décembre.

 

Tropicalstonehenge02

" Alors que les Incas, Mayas et les Aztèques ont construit des grandes villes et d'énormes structures rocheuses, les sociétés précolombiennes de l'Amazone ont construit des petites colonies de bois et d'argile qui se sont détériorées rapidement dans le climat chaud et humide amazonien, disparaissant il y a des siècles ", disent les archéologues.

Les agriculteurs et les pêcheurs de la région autour du site Amazonien les connaissent depuis longtemps, et la presse locale l'a surnommé le " Stonehenge tropical ". Les archéologues se sont impliqués l'an dernier après que les géographes et les géologues aient fait une enquête socio-économique de la région, à pied et en hélicoptère, et ont remarqué " la structure circulaire unique sur le dessus de la colline ", a déclaré Cabral.

Les scientifiques qui ne sont pas impliqués dans la découverte ont déclaré qu'elle pourrait se révéler précieuse pour la compréhension des sociétés précolombiennes de l'Amazonie.
Personne n'a jamais décrit quelque chose comme ça avant. Ceci est une trouvaille extrêmement nouvelle - une partie d'une chose d'un autre genre ", a déclaré Michael Heckenberger de l'Université de Département d'anthropologie de la Floride.

Il a dit que, bien que la datation au carbone 14 et que d'autres fouilles doivent être effectuées, la trouvaille s'ajoute à une masse croissante qui fait penser parmi les archéologues que la préhistoire dans la région amazonienne était plus variée qu'on l'avait cru.

« Étant donné que les objets astronomiques, les étoiles, les constellations, etc., ont une importance majeure dans une grande partie de la mythologie et de la cosmologie amazonienne, cela ne me surprend pas qu'un tel observatoire existe ", a déclaré Richard Callaghan, professeur de géographie, d'anthropologie et d'archéologie à l'Université de Calgary.

 

Tropicalstonehenge04

Les archéologues brésiliens seront de retour en Août, lorsque la saison des pluies se terminera, pour mener à bien la datation au carbone 14 et faire de nouvelles fouilles.

" L'image traditionnelle était qu'il y a des milliers d'années, il y a de petits groupes d'horticulteurs des forêts tropicales qui sont arrivés dans la région et qu'ils ne l'ont jamais changé - (que) ce que nous voyons aujourd'hui est juste comme c'était il y a 3000 ans ", a déclaré Heckenberger. " Ceci est une chose de plus qui suggère qu'à travers le passé de milliers d'années, les sociétés ont beaucoup changé en fait."

Sources : Stan Lehman - Associated Press Writer - from ABCNews Website / from CBSNews Website - photos : (AP Photo/GOVERNO DE AMAPA, Gilmar Nascimento)

Autres liens vers des articles traitant du même sujet ou proche : 

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/uritorco-la-montagne-mystique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-mont-sainte-odile-en-alsace.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/roumanie-les-mysteres-des-montagnes-bucegi.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-terre-des-incas-et-ses-montagnes-sculptees.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-les-preuves-d-une-migration-plus-ancienne.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-chasseurs-cueilleurs-il-y-a-30-000-ans-en-amerique-du-sud.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-le-stonehenge-des-orcades.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-excavations-sur-les-iles-orkney-revelent-un-temple-de-5000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/afrique-du-sud-des-outils-de-700000-ans-des-cites-de-200000-a-75000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-4.html (voir les 4 parties)

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 01-11-2015

Caraibes et structures englouties

Caraibes et structures englouties

 

Bimini routeouportenglouti5 miniUn bloc géant de Bimini reposant sur des petits piliers de pierre...

 

J'ai déjà parlé à plusieurs reprises des revendications de plusieurs chercheurs, dont de réels scientifiques, concernant des structures artificielles qui seraient englouties à divers endroits de la région des Caraïbes, Floride, Bermudes et Antilles. Cette vaste zone de l'Atlantique, en face du Mexique et de la mosaïque de petits états de l'Amérique Centrale recèle bien des mystères et légendes depuis que Christophe Colomb lui-même ait décrit dans son journal de bord, à son arrivée dans les parages, une observation étrange de lumière "non-naturelle" (ce que certains recensent comme une des plus anciennes observations d'OVNI historique) et que les premières annales des mystérieuses disparitions de navires (ou d'avions) du Triangle des Bermudes soient enregistrées...

Vous trouverez d'ailleurs en bas de cet article toute une série de liens qui vous enverront vers les différents articles déjà publiés ici sur cette région.

Je suis loin d'avoir encore pu détailler toutes les légendes et histoires de cette région néanmoins, car il y en a toujours à découvrir ou à préciser, comme vous le montre ce nouvel article qui ajoute donc encore quelques lignes et images à celles déjà produites, pour mon plus grand plaisir et le votre je l'espère. 

Je n'en avais pas encore parlé car cette histoire recèle maintenant peu de "surprises" et de nouveautés... mais il est tout de même intéressant de la rappeler car cette réelle cité engloutie nous permet tout de même d'affirmer, avec preuves, que si la chose s'est bien produite il y a peu de temps (relatif mais historique), il a très bien pu aussi se produire dans une période plus lointaine dont nous n'avons plus le souvenir... tout comme les futurs montées des océans dans ces régions assez basses sur l'eau peuvent malheureusement reproduire dans l'avenir les mêmes catastrophes...

 

Port royal1Port Royal englouti - Jamaïque

 

Il y a bien eu, historiquement, une cité d'engloutie ici, et il s'agit de la ville de Port Royal en Jamaïque. C'est en 1494 que Christophe Colomb met les pieds à Xamaica, comme l'appelaient les véritables originaires de l'île, les Indiens Arawaks, arrivés probablement depuis des millénaires mais qui seront tous pratiquement massacrés sous le joug de la couronne d'Espagne en 150 ans. Les conquistadors espagnols vont y fonder un comptoir important nommé Spanish Town. Mais les lieux intéressent également la couronne britannique et, dès 1655, les anglais débarquent dans le sud de l'île et finissent par l'occuper. Dès l'année suivante, ils fondent Port-Royal et sa garnison qui empêchera désormais les espagnols de reprendre l'île malgré deux tentatives en 1657 et 1658... Les britanniques n'hésitent pas à demander la participation des corsaires et autres flibustiers de participer à la défense de l'île contre les espagnols et les français, et Port-Royal devient également la capitale des pirates, dont le célèbre (et cruel) Henry Morgan en profitera pour y régner et y créer le code des pirates et même d'y être officiellement nommé gouverneur de l'île. En effet, bien qu'emprisonné et emmené en Angleterre en 1672 pour piraterie et cruauté, une étrange chance lui sourit toujours et il est finalement fait chevalier en 1674 par Charles II, grâce à son allégeance envers les Stuart ! Il retourne en Jamaïque et est nommé Lieutenant-Gouverneur, avec l’octroi de deux grandes plantations de cannes à sucre. Bien que la piraterie se calme et que les flibustiers commencent à partir dès son retour, c'est ici que l'étrange et la légende apparaissent : des prophéties affirment que la ville est maudite à cause de la cruauté et des blasphèmes perpétrés par les pirates et leurs trafics de prostituées et d'esclaves. Néanmoins, Morgan sera nommé gouverneur général de l'île en 1684, un très grand honneur pour un ancien pirate, et l'est encore quand il y meurt mi 1688...

 

Port royal2Port-Royal englouti - Jamaïque

Et c'est peu après (semble-t-il) le quatrième anniversaire de sa mort, que la malédiction est activée : Morgan est enterré au cimetière de Palisadoes, près de Port Royal, mais un énorme séisme, accompagné d'un raz-de-marée survient peu avant midi le 7 juin 1692. Lors de la troisième secousse, un éboulement sous-marin entraîne sous les flots le port et le centre-ville. Palisadoes est maintenant une île et l'ancien cimetière a disparu. Lors de cette catastrophe, plus de 2000 personnes vivant sur place ont été tuées. La légende parle également d'une énergie mystérieuse à l'origine de l'incident...

 

Port royal6Port-Royal englouti - Jamaïque

 

Autre mystère : Morgan est mort sans enfants, laissant toute sa fortune à Mary, sa femme. Malgré tout, il est, pour les spiritualistes britanniques du xixe siècle, l'un des esprits principaux à se manifester, en tant que « John King ». Les esprits de sa femme et sa fille, toutes deux appelées « Katie King » firent aussi d'importantes apparitions. « Katie King » (sa fille) fut rendue célèbre par la médium Florence Cook...

Notons aussi pour compléter que la célèbre série de films "Pirates des Caraïbes", avec l'acteur Johnny Depp, montre à plusieurs reprises la ville de Port-Royal reconstituée...

 

Un autre endroit, dont j'ai déjà parlé dans d'autres articles (voir ci-dessous), est l'île de Bimini et (au moins) une structure étrange nommée "la Route de Bimini" par les chercheurs, depuis sa découverte dans les années 1960... Pour plusieurs chercheurs, il s'agirait plutôt d'un ancien port. Je pense qu'il n'est pas inutile de rappeler ici la visite, dans les années 1970, de l'équipe du célèbre Commandant Cousteau et de son fils Philippe Cousteau. Cette visite avait tout de même permis de valider l'hypothèse d'une structure artificielle grâce à deux preuves filmées sur place, et dont voici quelques photos tirées du documentaire de l'époque qui est en ma possession encore. Même s'il a été apparemment établi grâce à un carottage que ces pierres calcaires sont du même type que celui couvrant tout le sous-sol de la région, il a également été établi (et filmé) que ces gros blocs de pierre (certains de 15 tonnes !) ne sont pas homogènes avec le sous-sol : ils reposent sur des petits piliers et pierres, il y a un espace entre ces blocs et le sous-sol. Il est donc très probable qu'ils aient été en effet taillés sur place, mais tout aussi probable qu'ils aient été soulevés artificiellement afin qu'un espace soit ménagé sous eux (pour évacuation des eaux lorsque ces blocs étaient en surface ?) et des piliers glissés en-dessous. La deuxième preuve est tirée du plan de la structure établi par l'équipe de Cousteau, qui dénote une série et organisation d'une nombre de blocs trop répétitive pour être le fait de la nature. De plus, une coïncidence étrange laisse apparaître les chiffres 6 et 5 à la suite, chiffres cités par Platon lui-même quand il a décrit leur importance au niveau du calendrier des atlantes. Je vous laisse redécouvrir les images du port de Bimini (en forme de J inversé ou de trombone non fermé selon les commentaires), qui, en tout cas, ferme bien l'accès d'une ancienne baie engloutie (vers le néolithique selon la montée des eaux !) que l'on devine derrière  lui... :

 

Bimini routeouportenglouti

Bimini routeouportenglouti1Bimini routeouportenglouti2Bimini routeouportenglouti3Bimini routeouportenglouti4Bimini routeouportenglouti5Sous les gros blocs, des piliers de pierre ménageant un espace : les gros blocs ne reposent pas "naturellement" sur le fond... il semble que le "pont" englouti de blocs de pierre entre l'Inde et le Sri Lanka, le Pont d'Adam-Rama, dispose des mêmes aménagements que visible ci-dessus...

Bimini routeouportenglouti6Sur ce plan établi sur place, on découvre qu'il y a une série de 5 très gros blocs de 15 tonnes suivis d'une série de 2 X 6 (12) blocs plus petits disposés à l'un des endroits-clés de la structure (dont une partie est toutefois probablement ensevelie sous les sables) : cet aménagement a peu de chance d'être naturel... et la coïncidence avec les chiffres de l'Atlantide de Platon est étonnante ! Le scientifique accompagnant l'équipe Cousteau est pratiquement certain de son artificialité et suppose qu'il ne pouvait s'agir de l'Atlantide en elle-même mais plus probablement d'une colonie, d'un port avancé de cette civilisation disparue...

 

Images tirées du documentaire "A la Recherche de l'Atlantide" par le Commandant Cousteau (année 1978).

Autres liens sur cette même région :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/cite-engloutie-de-cuba.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/caraibes-et-archeologie-les-decouvertes-en-republique-dominicaine.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-caraibes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ruines-englouties-dans-les-caraibes-de-nouvelles-preuves.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-pyramides-pres-des-cotes-est-des-usa.html

Plus large : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/cites-englouties-donnees-compilees.html

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 12-10-2015

France, la légende de la cité engloutie d'Ars

France, la légende de la cité engloutie d'Ars

 

Paladrulacan1000 mini

Entre légendes et réalités, la cité disparue d'Ars et le lac de Paladru ont fini par rejoindre l'Histoire sous différentes formes. Nous nous trouvons entre Lyon et Grenoble, en France, proches des premiers contreforts du massif préalpin de la Chartreuse, au cœur des Terres Froides orientales. Le cinquième lac d'origine glaciaire de France de par sa taille (392 hectares) a été créé par une dépression géologique d'origine glaciaire donc, à 492 mètres d'altitude. Il se place en onzième position des lacs d'origine naturels, glaciaires ou volcaniques dans notre contrée et a toujours fait, de mémoire d'homme, l'objet de mythes et légendes de part les vestiges très anciens qui y ont été découverts sur de longues périodes.

 

Paladrulac

Mais ce n'est que dans les années 1970 et des fouilles plus approfondies du fond du lac, que les légendes vont rejoindre l'Histoire, avec des découvertes archéologiques surprenantes et remarquables : celle de tout un village du néolithique, daté d'au moins 4.700 ans avant maintenant, mais aussi celle d'une petite citadelle datée de l'an 1000 après J.C ! Mais partons d'abord pour la légende de la cité d'Ars et ce qu'on en sait...

 

Comme souvent dans l'Histoire d'Europe, ce sont les écrits des religieux et leurs interprétations qui apportent un certain éclairage sur notre passé, même si cet éclairage est très souvent orienté par les croyances spirituelles des époques concernées, et aussi les notions de pouvoirs bien matériels des mêmes ères... Ainsi, nous savons que, en l'année 1116 après JC, les moines chartreux créent le monastère de la Sylve Bénite (Le Pin), puis qu'un des fils de Frédéric 1er Barberousse (qui avait été excommunié par l'un des deux papes de l'époque), y est converti et que le monastère reçoit d'importantes donations grâce à cette présence historique.

 

L'Abbé Millon, dans ses écrits et ses recherches, évoque la possibilité d'un conflit entre le village d'Ars, situé près du monastère et soutenant l'autre pape, et la destruction du village par Frédéric 1er Barberousse ou Humbert, comte de Savoie, pour protéger les chartreux ou encore par un tremblement de terre ou un affaissement du rivage. En 1177, le pape Alexandre III confirme les privilèges des chartreux. C'est ce texte qui nous révèle la destruction du village car il interdit la reconstruction de la chapelle incendiée. Plus tard, l'abandon définitif du village est dû à la montée du niveau du lac...

 

Monument barberousse kyffhauser

Petite aparté au sujet d'une légende sur l'Empereur germanique Frédéric 1er Barberousse : Frédéric est le sujet de la "légende du héros endormi", qui dit qu'il n'est pas mort, mais seulement endormi avec ses chevaliers dans une caverne dans les montagnes de Kyffhäuser en Thuringe, et que lorsque les corbeaux cesseront de voler autour de la montagne, il se réveillera et rétablira l'Allemagne dans son ancienne grandeur. Selon l'histoire, sa barbe rousse aurait poussé à travers la table devant laquelle il est assis. Ses yeux sont à demi-clos dans son sommeil et, parfois, il lève la main et envoie un garçon-spectre voir si les corbeaux ont cessé de voler...

 

Les récits sérieux situent alors la ville ou village d'Ars près de la Silve-Bénite (Sylve), un monastère chartreux en 1116.

Hector Blanchet, en 1837, dans l'Album du Dauphiné : « [...] Nicolas Chorier avait été plus qu'un autre à même de traiter la partie historique du lac, ayant consulté les archives de la Silve-Bénite, qui possédait, entre autres titres, celui où on lisait : Urbs Arsi fuit justo dei judicio submergata. Cet écrit a été détruit pendant la Révolution avec tout ce que renfermait le couvent. ».

 

Blanchet dit encore, après avoir étayé ses recherches : « L'habitude qu'avaient les habitants des environs du lac de se réunir sur ses bords pour célébrer leurs cérémonies religieuses et l'usage des Gaulois de bâtir, autant que possible, leurs villes auprès des lacs voués à leurs dieux les déterminèrent à fonder dans ces lieux la ville d'Ars. Elle fut élevée dans la partie méridionale de la vallée, au commencement du Moyen Age et à la naissance du blason, époque où les esprits s'appliquaient à la recherche des noms allégoriques. On l'appela Ars, qui veut dire "brûlée", paranalogie avec les laves et les cendres qui couvraient le sol volcanique sur lequel elle fut bâtie. »

 

" La ville vivait dans l'orgueil, l'opulence et l’impiété..." (Selon la légende !) " Un soir d'été, un vieillard affamé mande un morceau de pain. " Passe ton chemin ", lui dit-on avec mépris. Alors la cloche se met à pleurer, et la terre à trembler. Le tonnerre se déchaînait. La terre s’ouvrit et la ville plongea dans un abîme qui la conduisit en enfer. Puis les eaux du lac comblèrent le trou. On peut encore entendre le son de la cloche, désespéré... " H. Blanchet chercha une explication.

 

Après une insurrection contre la domination de l'abbaye de Silve-Bénite qui déplut au pape de Rome, Frédéric 1er Barberousse mit fin au soulèvement. Ou Humbert, comte de Savoie ? La cité fut brûlée. « [...] Ce fut en vain que les femmes et les enfants, réfugiés dans l'église, cherchèrent leur salut dans la protection que Boniface V avait accordée à ces asiles sacrés. Hélas! Dans ces temps de barbarie, la main qui s'était armée pour venger la religion offensée en viola le sanctuaire, et les débris fumants de l'autel servirent à écraser les dernières victimes de ce massacre général. »

 

Et, chez les chartreux, on trouve: « [La ville] ne tarda pas à être incendiée et détruite de fond encomble et la population massacrée par des ennemis, ad hostibus. » Mais quand ? En 1167 ? 1176 ? L'archevêque de Vienne, en 1172, fait encore figurer l'église d'Ars parmi les églises placées sous le patronage du Saint-Chef.

 

Puis les ruines disparurent, et Blanchet pense : « Quelques années après la destruction d'Ars, un tremblement le terre ouvrit tout à coup un gouffre immense qui engloutit ses vastes débris et une grande étendue de son territoire; les eaux du lac, quittant leurs limites ordinaires, s'y précipitèrent en même temps et couvrirent d'un voile éternel les derniers vestiges de cette malheureuse ville, comme pour en effacer à jamais le souvenir. » Mais il s'agit peut-être d'éboulements semblables à celui de 1870 à Vers-Ars...

 

J. Mallein affirme avoir trouvé mention de la ville d'Ars dès 619 et le pape Boniface V aurait déclaré les églises d'Ars lieux d'asile. E. Millon, dans « Le Lac de Paladru » pense qu' Ars fut une cité lacustre : « Quoi qu'il en soit, Ars existait certainement sur les bords du lac au commencement du XIIe, au temps du roi de France Louis VI, dans les parages désignés encore aujourd'hui par des appellations comme Vers-Ars, Pré-d'Ars, Rivière-d'Ars. »

 

Les mythes et légendes au sujet du village englouti (ou disparu) d'Ars seront racontées jusqu'en 1869 au moins, année où la première théorie scientifique digne de ce nom fut énoncée par l’archéologue et conservateur Ernest Chantre qui engage des fouilles terrestres sur la station des Grands Roseaux située au nord du lac de Paladru. Ses premières interprétations supposent alors une occupation carolingienne et un autre mythe allait alors prendre corps, celui des célèbres cités lacustres sur pilotis, les palafittes.

 

 

Paladrulac1921Hiver 1921-1922 - les traces d'un village du néolithique, estimées à environ 2700 ans Avant JC sont découvertes par Hippolyte Müller.

 

Il faudra toutefois attendre l'hiver 1921-1922 et une baisse spectaculaire du niveau des eaux du lac pour y faire une surprenante découverte archéologique. En effet, l’archéologue dauphinois Hippolyte Müller explore la partie sud du lac à cette occasion et y localise alors les premiers gisements néolithiques du site des Baigneurs, puis les premières traces des occupations des débuts de l’an mil après JC.

 

Il faudra encore attendre 1972 pour que la municipalité de Charavines projette des travaux d’aménagement sur l’emplacement des sites inondés par le lac... les archéologues entreprennent donc des travaux de sauvegardes et c'est là que les plus importantes découvertes sont établies, tant sur le "site des Baigneurs" sous la direction d’Aimé Bocquet que sur celui de "Colletière", sous la direction de Michel Colardelle. Ces interventions de sauvetage se transforment en fouilles programmées, étant donné l’importance des découvertes.

 

M. Colardelle dans « Les Villages médiévaux du Lac de PaLadru », 1978, pense qu'Ars a effectivement été un gros village lacustre : « Ars devait bien être l'une des stations médiévales du lac. Mais simplement une station. C'est-à-dire un village, un gros village peut-être, mais en aucun cas une ville, comme le proclament tant de récits populaires véhiculés par le folklore régional

 

Une méthode de fouille spécifique est mise en place en 1981 sur Paladru, des techniques et méthodes mises au point au long des années permettant la récupération précise et raisonnée de vestiges archéologiques. Le lac devient alors un lieu d’expérimentation des techniques de fouilles subaquatiques et un site de référence pour la rareté des objets trouvés, puisque les conditions de  conservation sont exceptionnelles pour tous les objets de nature organique.

 

Paladrulacneolithique2

Le fouilleur décape la couche archéologique à l’horizontal et sur une surface limitée suivant un système de repérage triangulaire matérialisé par des règles métalliques de 5 m de long, montées horizontalement sur des piquets tubulaires profondément enfoncés​

 

Ainsi, des fuseaux, racloirs, haches, parures et récipients de terre cuite sont découverts dans ce qui est rapidement interprété comme un village du néolithique, construit en bordure du lac, avec une grande palissade en bois le protégeant. 

 

Paladrulacneolithique

Reconstitution du village englouti du néolithique

Historiquement, on sait que le site est occupé au néolithique, pendant la période gallo-romaine, puis qu'il fait partie du comté de Sermorens rattaché à la Lotharingie, puis au royaume de Provence. C'est au cours du XIème siècle qu'un essor entraîna une colonisation des rives du lac. Sites abandonnés vers 1035, années qualifiées par Raoul le Glabre, moine à Cluny comme catastrophiquement pluvieuses. Il y eut d’ailleurs en Europe de graves famines dans ces années-là, en particulier en 1033 et en 1035. A Paris, la famine dure et se double d'une épidémie... Et en ce qui concerne la ville ou village d'Ars, il a probablement été entièrement détruit ou ses débris enterrés et engloutis n'ont jamais été vraiment découverts... mais on a tout de même trouvé les restes d'une petite citadelle fortifiée qui pouvait en faire partie, et datée de l'an Mil après JC. Des outils, des armes, des jeux et des instruments de musique, exceptionnellement conservés par les eaux du lac, offrent une image inattendue de la vie quotidienne d’un groupe d’hommes installés voici mille ans (entre 1006 et 1038 ap. JC) dans l’habitat fortifié de Colletière...

 

Paladrulacan1000

Reconstitution de la petite forteresse engloutie

 

Sources et Illustrations : Daniel Reversat (Flickr, licence cc), H.Müller, collect. Musée Dauphinois, Chantier de fouilles archéologiques Colletière, André Houot, Jacques Martel - il a existé un moment donné un Musée archéologique du lac de Paladru, mais il semble que ce dernier ait été transféré au Musée Dauphinois à Grenoble... http://www.echosciences-grenoble.fr/actualites/les-vestiges-engloutis-du-lac-de-paladruhttp://www.futura-sciences.com/magazines/voyage/infos/dossiers/d/geographie-tourisme-isere-legendes-anciennes-984/, Les légendes citées sont issues d'extraits trouvables dans l'oeuvre de Claude Muller ci-dessous :

 

Livre mysteredauphinois

Un autre bouleversement géologique permettra-t-il un jour de retrouver les traces de cette ville ou village disparu au Moyen-âge ? Rien n'est impossible dans la mesure où l'on y a bien découvert les traces d'un village ancien de 4700 ans et cette citadelle de 1000 ans...

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 29 et 30-09-2015.