Science : Éruption solaire modérée M : la Terre y répond quand même !

Science : Éruption solaire modérée M : la Terre y répond quand même !

eruption-solaire.jpg

Après une période exceptionnellement calme après les éruptions du mois précédent, le soleil a déclenché une éruption solaire le 17 mai dernier, mais les scientifiques sont maintenant intéressés par ce qu'il s'est passé sur Terre.

En réponse à l'explosion, les Neutrons ont éclairé l'ensemble du monde pour la première fois en six ans, en dépit qu'il ne s'agissait que d'une éruption de classe M, c'est à dire calme à modérée.

Cette "réponse" à une telle impulsion n'aurait pas dû arriver du tout. Maintenant, les scientifiques tentent de démêler ce qu'il s'est passé, et pourquoi notre planète a "pulsé" en réponse.

James Ryan, un astrophysicien au Centre UNH Space Science a dit: « Cette éruption solaire a été des plus médiocres et le CME associé était seulement un peu plus énergique. Et regardant optiquement, il a été remarquablement faible, il était, tout compte fait, d'un faible pourcentage d'événement solaire. "

Les scientifiques sont en train d'analyser les données en utilisant un satellite qui scanne une gamme de particules bizarres invisibles à d'autres engins spatiaux - Pamela, un vaisseau spatial européen dédié à l'observation des rayons de l'espace.

Lancé en 2006 et dédié à l'étude des rayons cosmiques, à peine deux semaines avant la plus récente des explosions, PAMELA a été upgradé pour se concentrer sur la physique solaire en raison de l'activité solaire de plus en plus en hausse.

Pendant des décennies, il y a eu un vif débat sur la possibilité que des processus complexes produisent des particules extrêmement énergétiques qui sont effectivement enregistrées sur le terrain : est-ce dû à l'onde de choc à l'avant d'un CME ou est-ce que les particules proviennent de l'éruption solaire elle-même ?

eruption-du-17-mai-2012.jpg

L'événement le plus récent permettra l'étude de l'évolution de l'éruption de faible à haute énergie sans interruption.

« Le satellite PAMELA nous fournit un pont qui n'a jamais existé auparavant», dit Ryan, « un pont entre les particules énergétiques solaires mesurées par d'autres engins spatiaux (en d'autres endroits) et les mesures qui sont faites sur le terrain par les moniteurs à neutrons, comme celles que nous avons exploité ici à Durham depuis des décennies. Remplir cette lacune a ouvert de nouvelles possibilités. "

Traduction fr Yves Herbo pour SFH 06-2012

Yves Herbo sur Google+

environnement climat météo astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau