Nouvelles Spatiales : Curiosités sur Mars, astéroïdes et comètes

Nouvelles Spatiales : Curiosités sur Mars, astéroïdes et comètes

exoplanete-naine-rouge.jpg

Retour sur des images prises par Mars Reconnaissance Orbiter et par le rover Opportunity mises sur le site de la NASA :

marsopportunity2004.jpg

http://marsrovers.jpl.nasa.gov/gallery/press/opportunity/20040524a/site_B115_navcam_180_cyl_L-B118R1.jpg

Navigation Camera :: Sol 115 (27 images) - Text Only version
http://marsrovers.jpl.nasa.gov/gallery/all/opportunity_n115.html
http://marsrovers.jpl.nasa.gov/gallery/all/1/n/115/1N138388241EFF2700P1994R0M1.HTML
http://marsrovers.jpl.nasa.gov/gallery/all/1/n/115/1N138388278EFF2700P1994L0M1.HTML

marsopportunity.jpg

It can be seen in Navigation Photo Sol 118

http://marsrovers.jpl.nasa.gov/gallery/all/1/n/119/1N138745027EFF2809P1987R0M1.HTML

Certains articles sont apparus mentionnant une forte apparence de bois pour ces blocs rectangulaires. Mais si on regarde toutes les images d'Opportunity se référant au secteur, on constate à proximité les bords d'un vaste cratère semblant présenter des structures similaires en nombre entourant son pourtour : il s'agit très probablement d'une roche très friable et d'origine volcanique ou météorique. Par contre il y a sur l'une des images d'Opportunity des empreintes qui ressemblent étrangement à des pas d'astronautes, or à priori l'homme n'est pas encore allé sur Mars ! Bon, on va mettre ça sur le hasard et une érosion spéciale de ces roches, mais j'ai tout de même un petit doute car ces empreintes de pas ressemblent fichtrement aux mêmes sur la Lune laissées par les missions Apollo ! Agrandissez les images en cliquant dessus :

marsopportunity2.jpg

marsopportunity2a.jpg

Autre source : http://www.monstrous.com/Space/NASA_Mars_photo_reveals_strange_object.html

Cette photo a été prise par Mars Reconnaissance Orbiter il y a déjà un bon moment (avec d'autres), près du pôle sud de la planète. S'agit-il d'arbres martiens comme le suggèrent certains ? Alors finalement, cette ancienne rivière asséchée ci-dessus a-t-elle charrié du bois ou des pierres style pierres ponces flottant à sa surface ? Dommage qu'Opportunity n'ait pas les mêmes instruments d'analyses chimiques que Curiosity pour vraiment étudier cette rivière d'eau ou de lave...

arbressurmars.jpg

Sinon, nous avons eu droit aussi à l'annonce du premier perçage au foret d'une roche martienne par Curiosity, et cette photo d'un objet curieux et peut-être métallique, en cours d' analyse, a été postée :

 

marsshinycloseup.jpg

Au moins une planète exactement jumelle à la Terre à 13 année-lumières de celle-ci

exoplanete-naine-rouge.jpg

Vue d'artiste d'une exoplanète en orbite autour d'une naine rouge.
Image D. Aguilar/Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

Des astronomes de l’université d’Harvard ont dévoilé ce mercredi une étude bientôt publiée dans la revue The Astrophysical Journal, dévoilant 95 nouvelles planètes dont trois potentiellement habitables situées dans notre galaxie, comme le rapporte le site Science Daily..

Elles gravitent autour de 64 «naines rouges», des étoiles plus petites, moins lumineuses et moins chaudes que le Soleil, très fréquentes dans notre galaxie.

Parmi ces exo-planètes, trois seraient de la même taille et de climat comparable à la Terre, autrement dit potentiellement habitables.

A seulement 13 années-lumière.

Mieux, la plus proche se trouverait à «seulement» 13 années-lumière de notre planète, soit quelque 9.460 milliards de kilomètres tout de même.

Si une planète-jumelle était découverte, il n’est pas exclu que, malgré ses différences, la vie puisse y exister, avec une atmosphère et des océans qui distribueraient la chaleur à sa surface.

En outre, comme les naines rouges ont une existence plus longue que celles d'étoiles comme le Soleil, les planètes qui les entourent sont beaucoup plus vieilles, et la vie pourrait y être plus ancienne.

C'est en utilisant les données du télescope spatial Kepler que les astronomes ont découvert que pas moins de 6% des naines rouges abriteraient, dans leur zone d'habitabilité, des exoplanètes d'une taille similaire à celle de la Terre. Les naines rouges sont un type d'étoiles très fréquentes dans notre Voie Lactée, plus petites et plus froides que notre Soleil. La quantité de naines rouges présentes dans notre galaxie laisse présager que des planètes jumelles de la Terre existent probablement, et vraisemblablement proches de nous.

Au total, 95 planètes extrasolaires potentiellement habitables, gravitant autour de 64 étoiles naines rouges, ont été identifiées. Parmi ces planètes, 3 auraient une taille et une température proches de celles de la Terre. Mieux encore, les astronomes ont détectés des exoplanètes à proximité du Système solaire. La plus proche serait située à 13 années-lumière de notre planète, autant dire le voisinage stellaire immédiat.

Selon l'astronome Courtney Dressing, "Nous pensions devoir explorer de grandes distances pour débusquer une planète similaire à la Terre, mais maintenant nous savons qu'une autre planète comme la notre existe sûrement dans notre voisinage stellaire, attendant d'être découverte".

Sources : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11351 + 20minutes.fr + OVNI-Direct

Rappel, la sonde humaine la plus lointaine encore en activité est Voyager 1 dont voici les données récentes et distance :

voyager1.jpg

En juin 2011, la sonde envoie des données indicatives sur la nature du bouclier magnétique du Soleil, aux limites de l'héliosphère, indiquant qu'à 17,4 milliard de kilomètres celui-ci est une « sorte de bulle hétérogène de grande dimension » d'environ une unité astronomique.

En décembre 2011, la NASA annonce que la sonde est désormais proche de l'héliopause. En utilisant au printemps et au cours de l'été 2011 les instruments qui fonctionnent encore, la sonde a mesuré la vitesse du vent solaire, le flux des particules énergétiques ainsi que le champ magnétique générés par notre Soleil. D'après ces mesures Voyager 1 est entré dans une zone dite de stagnation dans laquelle l'influence du Soleil est contrebalancée par celle de l'espace interstellaire : le champ magnétique du Soleil se renforce car les lignes du champ se resserrent sous la pression extérieure, le vent solaire est quasi nul tandis que les particules énergétiques émises par le Soleil se raréfient et celles issues du milieu interstellaire augmentent.

Voyager 1 s'éloigne du Système solaire à une vitesse de 3,5 Unité Astronomique par an. Sa trajectoire fait un angle de 35° par rapport au plan de l'écliptique, au nord de celui-ci. Il se dirige vers l'Apex solaire c'est-à-dire le groupe d'étoiles vers lequel se dirige le Système solaire lui-même. Dans 309'000 ans, la sonde doit passer à 1,7 année-lumière d'une étoile mineure, portant l'appellation « AC+79 3888 », de la constellation de la girafe.

Un sursaut d'intensité du flux de particules cosmiques mesuré par la sonde Voyager 1 puis une stabilisation début juillet 2012 ont été observés, évènement que l'astronome française, Rosine Lallement, pense être le signal correspondant au franchissement de la frontière entre notre système solaire et le milieu interstellaire, l'héliopause. Ce serait le premier objet d'origine humaine à franchir cette limite qui serait située à 120 ua du Soleil et qui aurait environ une épaisseur d'une demi-unité astronomique (1 ua = distance moyenne Terre-Soleil = environ 150 millions de kilomètres, donc 120 ua représentent une distance que la lumière, émise par le Soleil, met plus de 16 heures à parcourir). La vitesse de croisière de Voyager 1 est de plus de 60 000 km/hGérard Belmont, chercheur au laboratoire de physique des plasmas de l'École polytechnique, confirme cette observation.

Au 10 août 2012, Voyager 1 était à 18 177 745 000 km ou 121,5107 ua  ou 0,001 921 a.lumière du Soleil et il se déplaçait à 17,057 km/s ou 3,599 ua/an ou 0 000 056 93 a.l./an par rapport au Soleil.

Quant au Soleil, rappelons qu'il s'agit d'une étoile naine jaune assez banale (100 millions d'exemplaires dans notre seule Voie Lactée) bien que très brillante (plus brillant que 85 % des étoiles de la Galaxie, qui sont en majorité des naines rouges comme plus haut).

Le Soleil gravite autour du centre de la Voie lactée dont il est distant d’environ 25 000 à 28 000 années-lumière. Sa période de révolution galactique (son année galactique) est d’environ 220 millions d’années, et sa vitesse de 217 km/s-1, équivalente à une année-lumière tous les 1 400 ans (environ), et une unité astronomique tous les 8 jours.

Dans cette révolution galactique, le Soleil, comme les autres étoiles du disque, a un mouvement oscillant autour du plan galactique : l’orbite galactique solaire présente des ondulations sinusoïdales perpendiculaires à son plan de révolution. Le Soleil traverserait ce plan tous les 30 millions d’années environ, d’un côté puis de l’autre — sens Nord-Sud galactique, puis inversement — et s’en éloignerait au maximum de 230 années-lumière environ, tout en restant dans le disque galactique. La masse du disque galactique attire les étoiles qui auraient un plan de révolution différent de celui du disque galactique.
Actuellement, le Système solaire se situerait à 48 années-lumière au-dessus (au nord) du plan galactique et en phase ascendante à la vitesse de 7 km/s.

Le Soleil tourne également sur lui-même, avec une période de 27 jours terrestres environ. En réalité, n’étant pas un objet solide, il subit une rotation différentielle : il tourne plus rapidement à l’équateur (25 jours) qu’aux pôles (35 jours). Le Soleil est également en rotation autour du barycentre du Système solaire, ce dernier pouvant se situer à un peu plus d’un rayon solaire du centre de l’étoile (hors de sa surface), en raison de la masse de Jupiter (environ un millième de la masse solaire).

L'astéroïde géocroiseur 2012 DA14 passera très près de nous le 15 février 2013

2012-da14-trajectoire.jpg

Trajectoire de l'astéroïde géocroiseur 2012 DA14. Image NASA.

Cette fois-ci, on peut employer le terme frôler. L'astéroïde géocroiseur 2012 DA14, c'est son nom, passera très près de nous, à peine à 27 000 km de la surface de notre planète le 15 février prochain entre 20 h 30 et 21 heures. Après l'astéroïde Apophis, qui est passé près de notre Terre le mois dernier, il s'agit du deuxième corps spatial notable à passer dans notre voisinage depuis le début de l'année.

L'astéroïde 2012 DA14 passera si près qu'il sera possible, sous certaines conditions, de l'observer avec de simples jumelles. Et pour cause : il passera à l'intérieur de l'orbite des satellites géostationnaires, ou encore à seulement 0,07 fois la distance Terre-Lune.

La taille de 2012 DA14 est d'environ 45 mètres, soit environ celle d'un terrain de football, et sa masse d'environ 130 000 tonnes. C'est ce qui en fait sa particularité, selon Don Yeomans, directeur du programme de suivi des astéroïdes: " depuis que nous avons commencé la surveillance régulière du ciel dans les années 1990, nous n'avons jamais vu un objet si gros passer si près ". D'autres astéroïdes ont été observés passant plus près de la Terre par le passé, mais ils ne dépassaient pas quelques mètres de diamètre, comme 2011 MD (12 000 km de la Terre), 2008 TS26 (7 100 km) ou encore 2011 CQ1 (5 500 km).

meteor-crater-arizona.jpg

cratère d'impact 'Meteor Crater' causé par un astéroïde de taille similaire à 2012 DA14 il y a 50 000 ans

Un tel astéroïde pourrait causer, en cas de collision avec la Terre, un cratère de 1,5 kilomètre de diamètre et 190 mètres de profondeur. C'est ce qui s'est passé dans le désert de l'Arizona il y a 50 000 ans, créant le célèbre 'Meteor Crater'.

L'astéroïde 2012 DA14 a été découvert le 23 février 2012 à l'Observatoire Astronomique de Majorque (OAM) La Sagra à Puebla de Don Fadrique, en Espagne. Cet astéroïde n'a en réalité été identifié qu'après avoir dépassé notre planète, alors qu'il se trouvait à une distance d'environ sept fois la Terre à la Lune (soit au total plus de 2,5 millions de km).

Selon les calculs de l'ESA et de la Nasa, l'astéroïde possède une orbite très similaire à celle de la Terre, avec une période de 366,24 jours, soit seulement un jour de plus que notre planète. 2012 DA14 devrait donc nous rendre une nouvelle visite l'an prochain et tous les ans... Il passera à 27.000 km de notre planète cette année, plus près que de nombreux satellites géostationnaires (35.800 km) mais pas suffisamment pour provoquer une collision potentiellement dévastatrice.

"Il s'agit d'une distance de sécurité, mais c'est suffisamment près pour permettre de voir l'astéroïde avec des jumelles classiques", estime Detlef Koschny, chargé du suivi des "objets proches" de la Terre au sein de l'ESA. Les astronomes profiteront du passage de 2012 DA14 pour l'étudier plus en détails et notamment évaluer l'influence de la gravitation de la Terre et du Soleil sur sa trajectoire.

"Nous accorderons une attention toute particulière à l'orbite qu'adoptera l'astéroïde après son prochain passage pour calculer le risque d'impact futur", souligne Detlef Koschny. Selon les premières observations de la Nasa, cet astéroïde ne présente toutefois aucun risque de collision avec notre planète pour les trente ans à venir.

Avec un poids estimé à 130.000 tonnes et une vitesse de plusieurs kilomètres par seconde (entre 10 et 20) à son entrée dans l'atmosphère, 2012 DA14 pourrait rayer de la carte n'importe quelle grande agglomération sur Terre s'il tombait dessus.

"Un objet d'une taille équivalente à cet astéroïde était tombé en Sibérie en 1908 près de la rivière Toungouska. Chauffé à blanc par la friction de l'atmosphère, il s'était abattu dans la taïga avec la puissance d'un millier de bombes atomiques, rasant 80 millions d'arbres sur une surface de plus de 2.000 km2."

Pour éviter une telle catastrophe, l'Agence spatiale européenne "est en train de développer un réseau de télescopes optiques automatiques capables de détecter des astéroïdes comme celui-ci, dans le but de pouvoir les repérer au moins trois semaines avant leur approche au plus près de la Terre", explique Detlef Koschny.

Sources : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11328 + http://www.huffingtonpost.fr/2012/03/16/asteroide-2012-da14-terre-2013_n_1353436.html

MAJD'après des spécialistes : Le passage de 2013 à sa distance la plus proche va réduire la période orbitale de 2012 DA de 368 jours à 317 jours. Les perturbations lors de ce passage rapproché fera passer l’astéroïde de la classe Apollon à la classe Aten. Le prochain passage notable aura lieu le 16 février 2046 lorsque l’astéroïde sera au plus près à 0,01 UA du centre de notre planète. Le passage de 2013 sera le plus rapproché des trois prochaines décennies.

L’astéroïde du Yucatan, le coup de grâce pour les dinosaures

cendre-volcanique-disparition-dinosaures-paulrenne.jpg

La crise du Crétacé-Tertiaire a été datée grâce à des cendres volcaniques prélevées dans une couche géologique renfermant les derniers fossiles de dinosaures. L’échantillonnage a été réalisé, ici par Paul Renne, au sein de la formation géologique de Hell Creek. © Courtney Sprain

L’astéroïde tombé au Yucatan a-t-il joué un rôle dans la disparition des dinosaures ? Oui, nous dit une nouvelle étude qui a daté ces deux événements avec une précision inégalée à ce jour. Toutefois, à elle seule, la chute de l’astre n’expliquerait pas la crise du Crétacé-Tertiaire.

La fin du Crétacé fut marquée par une crise biologique qui vit notamment disparaître les dinosaures. La chute d’un astéroïde de 10 km de diamètre sur l’actuelle péninsule du Yucatan (Mexique) aurait eu, pour beaucoup, une grande responsabilité dans cet évènement majeur. Des traces de cette catastrophe sont toujours visibles de nos jours, notamment grâce à l’existence du cratère de Chicxulub, d'environ 180 km de diamètre.

Cette hypothèse émise dans les années 1980 n’est pas acceptée par tous car une grande imprécision persiste sur l’âge précis de la collision. L’une des dernières études publiées à ce sujet la datait par exemple de 300.000 ans avant la survenue de la crise, excluant ainsi toute relation avec la disparition des dinosaures.

Paul Renne du Centre de géochronologie de Berkeley (BGC, États-Unis) vient, en compagnie de plusieurs collaborateurs, d’apporter un éclairage nouveau sur ces évènements. Il a pour cela redaté précisément la disparition des dinosaures et la chute de l’astéroïde grâce à une technique de datation à l'argon (consistant à mesurer le rapport 39Ar/40Ar), préalablement recalibrée et améliorée. Cette méthode exploite la décroissance radioactive naturelle du potassium (40K). Ses résultats viennent d’être publiés dans la revue Science. L’impact et l’extinction massive des espèces coïncideraient dans le temps : ils seraient au maximum éloignés de 32.000 ans (l'un de l'autre). La chute de l’astéroïde aurait donc sa part de responsabilité dans la disparition des dinosaures.

Il faut dater les trapps du Deccan !

Attention, la relation serait bien, d’après les auteurs, partielle. Les espèces vivantes du Crétacé étaient pour la plupart adaptés à un climat chaud. Ainsi, un refroidissement brutal survenu à la fin de cette ère géologique pourrait les avoir mené au bord de l’extinction avant même l’arrivée de l’astéroïde. L’impact leur aurait en quelque sorte « donné le coup de grâce » selon Paul Renne. Les écosystèmes auraient probablement pu survivre sans cette fragilisation, le cycle du carbone ayant dû se remettre en place en 5.000 ans. Le changement climatique incriminé aurait été causé par des éruptions volcaniques majeures, comme celles survenues en Inde qui donnèrent naissance aux trapps du Deccan.

L’âge de la crise du Crétacé-Tertiaire, soit 66,043 ± 0,043 millions d’années, a été estimé en pratiquant des datations sur des cendres volcaniques prélevées dans la formation géologique de Hell Creek (Montana, États-Unis). L’astéroïde serait quant à lui tombé, selon les analyses pratiquées sur des tectites échantillonnées à Haïti, voilà 66,038 ± 0,049 millions d’années. La différence entre ces deux valeurs peut être considérée comme insignifiante étant donné les échelles de temps mises en jeu.

Cette étude ne clôt cependant pas le débat sur la disparition des dinosaures. Le rôle des trapps du Deccan doit encore être validé. De nouvelles datations vont ainsi être réalisées pour déterminer précisément quand les volcans incriminés sont entrés en éruption et combien de temps les épisodes volcaniques ont duré.

 trapps du Deccan

trapp-deccan-wikipedia-kppethe.jpg

Les coulées basaltiques du Deccan en Inde. Le volume de laves refroidies permettrait de recouvrir la surface de la France sous une épaisseur bien supérieure à quelques dizaines de mètres. © Wikipédia, Kppethe

Empilement de coulées de lave formant des falaises en escaliers. Exemple : les trapps du Deccan en Inde, ou ceux de Sibérie. Les extinctions Crétacé-Tertiaire et Permien-Trias coïncident avec des trapps. Certains, comme le géophysicien Vincent Courtillot, y voient une connexion. Les basaltes du Deccan se sont en effet formés lors d'une éruption volcanique massive, qui eut lieu vers la fin du Crétacé, voilà 65 à 67 millions d'années. On suppose que le point chaud qui a produit les trapps du Deccan se situe actuellement sous l'île de la Réunion, dans l'océan Indien.

Comète Ison : le spectacle a commencé... très loin du Soleil

comet1-14.jpg

L'image semble quelconque, mais son intérêt est grand. Le 17 janvier 2013, Deep Impact photographiait C/2012 S1 à plus de 700 millions de km et y décelait une queue de plus de 60.000 km de long. Après Tempel 1, Harthley 2 et Garradd, Ison devient la quatrième comète étudiée par la sonde américaine. © Nasa

Elle est encore à plus de 700 millions de km de notre étoile, et pourtant la comète Ison est déjà en train de dégazer sous le regard de la sonde américaine Deep Impact. Ison est annoncée comme l'une des comètes les plus belles jamais observées.

Depuis que deux astronomes russes, Vitali Nevski et Artyom Novichonok, ont découvert la comète C/2012 S1 le 21 septembre 2012  avec un télescope automatique de 40 cm de diamètre du réseau Ison (International Scientific Optical Network), on ne parle plus que de cet astre chevelu. Il faut dire que la lointaine voyageuse a de quoi faire tourner la tête des astronomes les plus sceptiques : le 28 novembre prochain, la comète Ison passera à moins de deux millions de km de l’astre solaire, et tout laisse à penser qu'il s'agit d'une comète toute neuve qui va copieusement dégazer, offrant un spectacle magnifique. Du coup, les estimations les plus folles circulent depuis sa découverte, allant jusqu'à lui donner un éclat comparable à celui de la Pleine Lune et une queue qui pourrait atteindre 90 degrés apparents sur la voûte céleste ! Du jamais vu depuis 1680.

Cette année-là, l'astronome Gottfried Kirch fut le premier à découvrir une nouvelle comète avec un télescope. Cet astre chevelu s'approcha à 900.000 kilomètres du Soleil, devenant visible en plein jour et déployant une queue apparente de 70 degrés. Très étrangement, l'orbite de la comète Ison ressemble beaucoup à celle découverte par Gottfried Kirch (qui entra dans l'histoire sous le nom de Grande Comète de 1680), ce qui fait dire à certains astronomes que les comètes Ison et Kirch sont des fragments d'un même corps. Bien qu'elle soit encore à plus de 5 UA du Soleil, la comète C/2012 S1 a déjà commencé à dégazer, comme le révèlent les images obtenues par quelques télescopes terrestres ainsi que par la sonde Deep Impact.

comet2-11.jpg

Photographiée le 3 février 2012 par un télescope automatique installé au Nouveau-Mexique, la comète Ison, alors de magnitude 16, montrait déjà les signes d'un dégazage surprenant à une telle distance du Soleil (plus de 5 UA). © Rolando Ligustri, ITelescope.net, Cara

Ison, une comète déjà très active

C'est en janvier 2005 que la sonde Deep Impact a décollé de la base de Cap Canaveral pour aller survoler la comète Tempel 1 au mois de juillet de la même année et y projeter un impacteur. Objectif : creuser un cratère dans le noyau pour analyser les matériaux éjectés et le sous-sol de la comète. La mission, rebaptisée Epoxi (Extrasolar Planet Observation and Deep Impact Extended Investigation), a ensuite été consacrée à l'observation des transits de planètes extrasolaires avant d'étudier deux autres comètes, Hartley 2 en octobre 2010 et Garradd fin 2011.

Le 17 janvier dernier, Deep Impact a réalisé une vidéo du déplacement de la comète Ison devant les étoiles. Bien qu'elle se situait à ce moment au-delà de l'orbite de Jupiter, C/2012 S1 présentait déjà une queue de 64.000 km en raison d'un dégazage qui surprend les astronomes. Les chercheurs de la mission Deep Impact espèrent pouvoir réaliser dans les jours qui viennent les premiers spectres de la comète de façon à déterminer si c'est bien le CO2 qui est responsable de ce dégazage. En analysant les très faibles variations de luminosité du noyau de la comète, ils devraient également être en mesure d'estimer sa période de rotation.

La Nasa compte bien mobiliser d'autres instruments pour étudier C/2012 S1, comme le rover Curiosity, lorsque la comète sera en vue de la planète Mars. Puis ce sera au tour des télescopes du monde entier de se tourner vers cet astre, en attendant que son éclat permette à tous les Terriens de l'admirer...

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/comate-ison-le-spectacle-a-commencac-tras-loin-du-soleil_44573/

Yves Herbo SFH 02-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire politique économie NOM environnement climat séisme volcanisme mystère astronomie

Commentaires (3)

yvesh

Tiens je faits remarquer que dans la mesure où notre système solaire parcourt 1 année-lumière en 1400 ans et qu'il se situe en ce moment à 48 année lumière au-dessus (au nord) du plan galactique et en phase ascendante, cela signifie qu'il a traversé ce plan il y a précisément 67.200 ans. Cela pourrait-il correspondre à la date du Déluge ou d'une catastrophe majeure ?

yvesh

Je pensais qu'il avait des roues et pas des bottes :) mais il est vrai qu'il avance par petits tours de roues et fait des poses souvent, ce qui peut expliquer ce type d'empreintes en effet. Bon, qu'elles n'apparaissent qu'à cet endroit est moins logique et la "piste" noire que l'on voit tourner et faire demi-tour en face correspond apparemment au tracé du robot, or elle semble passer par-dessus la "planche", ce qui m'étonne de la part d'un robot à roue (à moins qu'il n'ait d'abord été voir un côté avant de faire le tour et d'aller voir l'autre, du côté où la photo à été prise. Je sais pas si c'est très clair. En tout cas ces "empreintes" ne correspondent pas aux "classiques" traces de roues du robot visibles sur d'autres photos ailleurs. Je signale aussi que, dans la mesure où les armées modernes ont en moyenne 40 ans à 50 ans d'avance technologique par rapport au reste du monde et que c'est secret défense dans tous les cas, rien ne permet d'affirmer à 100% que l'Homme (militaire) n'est pas sur le point d'être ou déjà sur Mars ! Et ceux qui s'imaginent qu'ils ne dépenseraient pas des milliards pour faire semblant d'évoluer au même rythme que le monde se font de grosses illusions : les USA sont les plus endettés au monde et continuent sans gêne à le faire : le crédit créé l'argent...

Cyril
  • 3. Cyril | 14/02/2013

Les traces de pas sur Mars sont celles des roues du robot Opportunity....

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau