Les phénomènes lunaires transitoires : un petit pas vers leur explication

Les phénomènes lunaires transitoires : un petit pas vers leur explication ?

dsc07034-1-MGodron.jpg

(c) Mathieu Godron/Yves Herbo

La British Astronomical Association vient de publier les résultats d'une enquête particulièrement détaillée concernant les phénomènes lunaires transitoires (LTP). Ces curieuses et éphémères modifications à la surface de notre satellite naturel divisent les chercheurs depuis des décennies.

Rares sont les sujets d'études concernant la Lune qui font autant débat. Bien qu'on en dénombre plus de 2.800 au cours de ces trois derniers siècles, les phénomènes lunaires transitoires sont toujours autant controversés qu'inexpliqués. C'est en 1968 que l'astronome sir Patrick Moore créa le terme de LTP (Lunar Transient Phenomena) pour englober d'étranges phénomènes rapportés par des observateurs. Brève augmentation de brillance, point lumineux, assombrissement, coloration ou effet de brouillard sont des exemples typiques de LTP remarqués sur des zones lunaires de quelques kilomètres. La British Astronomical Association(BAA) a présenté, au mois de mars dernier, les résultats d'une minutieuse enquête sur le sujet.

Historiquement le premier LTP fut observé le 18 juin 1178, par cinq moines de la cathédrale anglaise de Canterbury qui admirèrent à l'œil nu un flash lumineux sur le bord du croissant de Lune. Ils venaient d'assister en direct à la chute d'une météorite qui donna naissance à un jeune cratère de 22 kilomètres de diamètre, nommé Giordano Bruno.

Depuis cette date les rapports d'observation se succèdent. Bien entendu, beaucoup de ces signalements sont sujets à caution. Très souvent rapportés par des individus isolés sur la base d'une observation visuelle limitée par les possibilités de l'instrument optique utilisé, ils sont sans aucun doute à mettre sur le compte d'effets atmosphériques ou d'optique. À ce sujet, les statistiques réalisées par la BAA sont éloquentes : seuls 2 % des rapports d'observation (53 sur 2.806) rédigés entre les années 1700 et 2010 font état de véritables LTP.

Pour ou contre les LTP ?

53 phénomènes lunaires transitoires, c'est à la fois peu et beaucoup. Ceux qui ne croient pas aux LTP font judicieusement remarquer que le développement de l'imagerie numérique ces dernières années n'a pour le moment permis d'enregistrer aucun de ces phénomènes avec certitude. Leurs opposants rappellent l'observation de Nikolai Aleksandrovich Kozyrev en novembre 1958. Cet astronome russe, qui travaillait avec un télescope de 1,25 m de diamètre à l'observatoire d’astrophysique de Crimée, étudia pendant 30 minutes une coloration rougeâtre dans le cratère Alphonse. Le spectre photographique qu'il réalisa révéla une émission de vapeur de carbone. Même à la Nasa les avis sont encore partagés.

En juillet 1969 on demanda à Neil Armstrong d'observer en détail le cratère Aristarque (souvent cité par les observateurs de LTP) au cours d'un des survols d'Apollo 11. L'astronaute américain signala une zone beaucoup plus lumineuse que les alentours, qui semblait avoir une légère fluorescence.

ladee.jpeg

La sonde Ladee (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer) ici à droite au cours d'un test de ses instruments. Son lancement est prévu dans le courant de l'année 2013, et elle sera chargée d'étudier la fine atmosphère et la poussière lunaires. Les astronomes espèrent également qu'elle apportera des réponses concernant les très controversés phénomènes lunaires transitoires. © Eric James, Nasa Ames

Les LTP ne sont pas liés à l’activité solaire

Bien qu'elle ne permette pas de trancher le long débat autour des LTP, l'étude de la BAA révèle, par contre, que la fréquence de ces phénomènes n'est pas liée à l'activité solaire. Une idée largement répandue dans la communauté astronomique, depuis la formulation de cette hypothèse en 1945 par Hugh Percy Wilkins, un astronome amateur gallois.

Si les LTP se produisent sur la Lune, leur origine sera sans doute à rechercher du côté du dégazage de cette dernière. La distribution de ces phénomènes à la surface de la Lune révèle en effet une forte concentration sur le bord des fausses mers, là où la croûte lunaire est la plus fragile. La remontée ponctuelle de gaz par des fissures lunaires pourrait alors expliquer les effets de brouillard observés au cours de certains LTP. On peut également imaginer la formation de décharges électriques au sein de ces gaz (par effet triboélectrique) à l'origine de phénomènes lunaires lumineux.

C'est peut-être la sonde Ladee (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer) de la prochaine mission d'exploration de notre satellite naturel, qui permettra de mieux comprendre les LTP. Elle devrait être mise en orbite lunaire cette année, avec comme objectif l'étude de la fine atmosphère et de la poussière de la Lune. On en saura alors peut-être un peu plus sur ces étranges phénomènes lunaires transitoires...

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/les-phenomenes-lunaires-transitoires-un-petit-pas-vers-leur-explication_45956/#xtor=RSS-8

Sciences,Fictions,Histoires-04-2013

Yves Herbo sur Google+

interviews alien ufo ovni environnement mystère astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau