Les paysages étranges de Cérès

Les paysages étranges de Cérès - MAJ 23-03-2016

 

Ceres1 04 02 15 mini

Cet article fait suite à celui présentant la mini-planète nommée Cérès, actuellement visitée par la sonde Dawn, qui se mettra en orbite autour le 06 mars 2015. Vous trouverez ici des images transmises par la sonde, via la NASA et le site de JPL et découvrirez les paysages étranges de cet astre pas si froid et plein d'eau si l'on en croit la NASA. Nous aurons aussi des éclaircissements sur ces surprenants points très brillants au fur et à mesure de l'affinement des images. Déjà, celles prises le 04 février 2015 nous apportent des images étranges de cet astre qui semble très raviné, avec un relief assez chaotique. Il semble y avoir des montagnes très élevées, bordant des cavités non moins profondes et il est possible que ce soit de la glace ou de la neige (carbonique ?) qui reflète ainsi le lointain soleil (ou un reflet de la grande Jupiter ?) suivant les orbites assez rapides de la petite planète. Il y aurait également une atmosphère peu dense mais qui pourrait gêner l’appréciation réelle du relief avec la distance. Des configurations apparemment rectangulaires ou carrées semblent faire parties de bugs de l'imagerie dus à la distance (145.000 kilomètres au 04-02-2015) de la sonde mais on devine néanmoins un relief très tourmenté, de nombreux cratères d'impacts et des pics ou montagnes assez élevées, couronnés ou non de matières blanches. Nous pouvons aussi voir, autour de Cérès, quelques autres astéroïdes de la ceinture dans laquelle elle se trouve. A cette distance, on ne voit que les plus gros et l'impression est que la ceinture n'est pas si "resserrée" que ça, les collisions doivent être rares maintenant à priori. Le gros point lumineux ayant intrigué les astronomes depuis des générations semble être au sommet d'une grande montagne ayant une forme un peu rectangulaire et comportant une grosse couche de matière blanche. Il pourrait s'agir de reliquats de la couche de glace originelle de Cérès, comme décrit dans le précédent article, encore en train de se sublimer, ou d'un gros volcan de glace... Il semble y avoir plusieurs pointes ou élévations sur ce sommet. On peut aussi deviner de profonds trous aux endroits les plus sombres, provoqués par d'anciennes collisions et donnant peut-être sur un océan gelé en profondeur.

Ceres1 04 02 15

Sur cette capture, j'ai indiqué un probable astéroïde voisin de Cérès en bas à gauche et aussi ce qui ressemble à un grand pic bordant un cratère en bas à gauche. On peut voir en haut le principal point lumineux de la mini planète, qui semble perché en haut d'un gros monticule crevassé. Il pourrait s'agir d'un volcan de glace ou d'une montagne créée par un impact (juste à ses pieds), avec donc un mélange de matières à son sommet. Il existe d'autres élévations brillantes de ce type mais il semble que celle-ci soit la plus haute... Il semble aussi qu'il y ait plusieurs sources de lumières car on a dans ces images une sorte d'éclipse d'ombre, à priori lorsque la planète passe devant le soleil, mais les points lumineux semblent éclairés par une autre source que le Soleil à cet instant... il serait intéressant de voir la taille de Jupiter vu de cet endroit et voir si le reflet du soleil sur Jupiter ne se reflète pas sur cette planète par moment, par effet de miroir (cela pourrait d'ailleurs aussi réchauffer un peu le petit astre).

 

Pia19179 16

Ceres2 04 02 15

Ceres3 04 02 15

Ceres4 04 02 15

Ceres5 04 02 15

Ceres6 04 02 15

Ceres7 04 02 15

MAJ du 13-03-2015 : Tout s'est bien passé pour la phase de capture gravitationnelle de la sonde par la mini-planète mais, également comme prévu, ce n'est pas avant un mois que la sonde sera en bonne position pour se satelliser de façon stable et reprendre des photos de qualité. En effet, une panne causée par un rayon cosmique d'un des trois moteurs ioniques de la sonde (qui est tout de même toujours à la point du progrès depuis 8 ans et son départ) a retardé et obligé la sonde a s'éloigner plus que prévu à l'origine, sans toutefois compromettre la mission : la satellisation n'aura lieu que le 10 avril 2015 et en attendant, la sonde fait un grand détour arrondi, tout en accompagnant la mini-planète derrière le Soleil par rapport à la Terre, interrompant les communications provisoirement. La sonde s'est tout de même approchée à moins de 49.000 kilomètres de la mini-planète avant de s'en éloigner à nouveau, pour pouvoir mieux revenir et se satelliser ensuite. Une nouvelle série de photographies a été prise à l'occasion de cette approche permettant sa capture gravitationnelle (et son demi-tour prochain par une orbite arrondie) et la clarté des images n'a pas pour autant révélé ce qu'était cette lumière puissante vue depuis des années par les télescopes. Mieux, ce n'est pas une lumière qui a été photographiée, comme précédemment, mais deux maintenant, côte à côte avec l'une un peu moins puissante que l'autre. Mais le mystère demeure quant à sa nature, il faudra donc attendre encore plusieurs semaines et une meilleure définition encore des photos, voir des résultats d'analyses scientifiques grâces aux données transmises, pour comprendre ce que font ces tâches très lumineuses à l'intérieur d'un cratère apparemment (mais peut-être au sommet de quelque monticule au centre du cratère ?). Les prochaines séries de photos devraient être émises entre le 10 et le 14 avril 2015. La NASA et le directeur scientifique de la mission, Chris Russell (Ucla) sont en tout vas satisfaits du déroulement de la mission : « Nous nous sentons euphoriques, nous avons beaucoup à faire au cours de l’année et demie qui vient, mais nous sommes maintenant sur place avec d’importantes réserves et un plan solide pour obtenir des objectifs scientifiques. ». Je rappelle que la principale mission de Dawn (et avec l'étude de Vesta de juillet 2011 à septembre 2012) est de déterminer les conditions qui régnaient à l'aube de notre Système solaire, par le biais de l'analyse de deux des plus larges protoplanètes restées intactes depuis cette époque...

49000kmdedistance ceres

le 1er mars 2015 à quelque 49.000 km de Cérès. © Nasa, JPL-Caltech, Ucla, MPS, DLR, Ida

 

Ceres25fev2015 2pointslumineuxCeres le 19-02-2015 - 46.000 kilomètres de distance. © Nasa, JPL-Caltech, Ucla, MPS, DLR, IDA

Deuxfacesceres 02 2015Ceres tourne sur elle-même en environ 9 heures, voilà ses deux faces prises par Dawn le 19-02-2015. © Nasa, JPL-Caltech, Ucla, MPS, DLR, IDA

Zoom ceres strange2

 

Zoom ceres strange

On note tout de même des structures géologiques étranges en haut à droite. Peut-être la perspective, il semble y avoir pas mal d'angles droits aussi avec des cratères carrés ou rectangulaires. Les luminosités les plus fortes semblent se situer sur des hauteurs par rapports aux cratères pas très réguliers. Les zones ombrées donnent une idée d'un relief assez chaotique et même de coulées assez longues (de laves ?) par endroits, mais la distance est peut-être encore trompeuse et les images encore déformées. Certaines zones semblent être plus floues que d'autres : peut-être de l'atmosphère ténue par endroits et des gaz ?

MAJ du 15-04-2015 : Comme précisé plus haut dans cet article "feuilletonnant", la sonde sera stabilisée sur une orbite à 13.500 kilomètres d'altitude vers le 23 avril 2015, date où ses études scientifiques démarreront réellement. Mais en attendant, la sonde recommence tout de même à transmettre des suites d'images, dont certaines ont été traitées avec de la couleur. L'attention s'est bien sûr surtout portée sur les étranges lueurs vives qui sont visibles de très loin dans l'espace et leur observation sous plusieurs spectres de longueur d'ondes de l'infrarouge a accentué encore un peu plus le mystére les entourant !

Tout d'abord, l'étude de la surface de la mini planète montre des différences de coloris suivant les différents matériaux qui s'y trouvent et qui s'avèrent beaucoup plus complexes et diversifiés que ce qui était attendu. On se doutait que Cérès, vu l'endroit et sa présence dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, serait criblée de cratères et donc de différents matériaux apportés par ces astéroïdes mais aussi créés par ces impacts qui métamorphoses les roches et matériaux divers. Mais les premières surprises proviennent du fait qu'il y a très peu de gros impacts et de grands cratères, mais beaucoup de diversités matérielles, comme le montre cette photo colorisée selon les matériaux ci-dessous :

49be35f035 ceres avril15 dawn nasaVoici la mini planète entière "déroulée", sans ses pôles. Les différences de coloris sont autant de différentes matières (minéraux et roches) apparassant à sa surface. (© Nasa/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA)

Ce manque de grands cratères (ou bien marqués et assez profonds) pourrait dénoter un sol très "plastique" ou "souple", voir semi-liquide dans le passé. On pense savoir que la mini planète contiendrait beaucoup d'eau sous sa surface (sous forme d'océans liquides ou de glaciers (comme Mars ?) selon la profondeur...), ceci pourrait le confirmer déjà.

Mais les plus grosses surprises proviennent toujours des gros points lumineux ou sombres, appelés spot 1 à spot 11. Car on a surtout parlé des points lumineux mais assez peu des points "noirs", dont l'un avait d'ailleurs été appelé "Piazzi" (du nom du découvreur de Cérès) en 1995 lors de sa découverte par Hubble. Ces 11 surfaces ou points "différents" ont tous été confirmés apparemment, mais la première surprise, en attendant mieux, est leur étude sous des longueurs d'ondes infrarouges révélatrices de la température. Alors que l'on s'attendait que celle de ces points soit assez homogène et toutes semblables (en ce qui concerne les points lumineux), c'est exactement l'inverse qui a été constaté ! Par exemple, le spot 1 et le spot 5 ne se voient absolument pas pareils sous le même spectre infrarouge ! Autant le spot 1 est bien visible et plus froid que tout ce qui l'entoure, autant le spot 5 devient invisible et possède la même température que tout ce qui l'entoure ! Et pourtant ils brillent tous les deux, sous deux latitudes différentes il est vrai... : 

6abb5fcf22 dawn spot ceres nasa jplLe spot 1 en haut reste bien visible en infrarouge et dénote qu'il est bien plus froid que son entourage (de la glace ?), alors que le spot 5 en bas disparaît complètement en infrarouge, ce qui signifie qu'il est de la même température ambiante que son entourage...(© Nasa/JPL-Caltech/UCLA/ASI/INAF)

Alors que le double point visible depuis la dernière approche de la sonde est supposé être des geysers de vapeur d'eau remontant des profondeurs de la planète (une certaine atmosphère de vapeur d'eau a été détectée près du pôle nord), la seule certitude qu'on les scientifiques à l'heure actuelle est qu'il ne peut y avoir de la glace stable sur la mini planète à cause du rayonnement solaire encore fort à cette orbite. Ces dernières nouvelles proviennent de la conférence de l'union européenne des Géosciences qui s'est tenue dans la capitale autrichienne Vienne le 13 avril, mais d'autres séries de photos sont prévues sous peu...

MAJ 16-05-2015 : Des passages rapprochés autour de la mini planète et de nouvelles photos n'ont pas éclairci le mystère de ces luminosités sur certains points de l'astre, au contraire. 

Les taches lumineuses mystérieuses sur la planète naine Ceres ont une meilleure résolution sur une nouvelle série d'images prises par le vaisseau spatial Dawn les 3 et 4 mai 2015. Les images ont été prises  à une distance de 8.400 milles (13.600 kilomètres).

L'animation est disponible à : http://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=pia19547

Sur ces vues plus proches, les taches les plus lumineuses dans un cratère de l'hémisphère nord paraissent se composer de beaucoup de plus petites taches, un peu comme une mosaïque lumineuse dont on distingue de plus en plus les détails en se rapprochant. Cependant, leur nature précise demeure inconnue.

Ceres 04 05 2015aSur cette photo, on peut voir l'un des principaux endroits où apparaissent ces points lumineux étranges (qui apparaissent même sans un éclairage direct à gauche de la planète naine, demeurent constants jusqu'à leur disparition à droite...). On peut également voir sur cette photo une très grande faille qui semble barrer une grande partie de la planète, partant du sud-est de la planète et remontant jusqu'au nord de ces taches lumineuses.

Les « scientifiques suivant Dawn peuvent maintenant conclure que l'éclat intense de ces taches est dû à la réflexion de la lumière du soleil sur un matériau fortement réfléchissant sur la surface, probablement de la glace, » a dit Christopher Russell, investigateur principal pour la mission Dawn de l'Université de Californie, Los Angeles.

Ceres 04 05 2015bOn voit mieux ici les différents points lumineux et aussi la faille en question.

Ces images offrent aux scientifiques de nouvelles analyses sur les formes et les tailles des cratères, et sur une foule d'autres caractéristiques géologiques intrigantes sur la surface. La résolution de l'image est de 0,8 milles (1,3 kilomètres) par pixel.

Ceres 04 05 2015cTrès étonnant non ? Ces tâches semblent presque géométriques, droites par endroits.

Ce qui peut surprendre les chercheurs, c'est que ces points lumineux semblent assez constants pour certains, quel que soit la rotation de la planète et donc leur exposition par rapport au Soleil. On peut aussi s'interroger sur les raisons pour lesquelles certains endroits semblent privilégiés dans certains cratères par rapport à d'autres. Est-ce dû au sous-sol local ou a de la matière ejectée lors des impacts ayant créé ces cratères, ou encore à des conditions atmosphériques et altitudes locales ?

Ceres 04 05 2015d

 

Cliquez pour voir l'image en grand et admirez le paysage. On dirait que ces tâches lumineuses éclairent tout le paysage, non ? De la glace peut-elle donner cet effet à une telle distance ? S'agirait-il plutôt d'un minéral, d'un métal ou d'un cristal, voir du diamant ? Les dimensions sont de l'ordre de plusieurs centaines de mètres en tout cas... En saura-t-on plus lors des prochaines images prises de beaucoup plus près ? Les analyses à distance seront-elles suffisantes pour éclairer plus ce mystère que celui-ci n'éclaire son entourage ?

Dawn a maintenant terminé sa première orbite de cartographie, sur laquelle elle a accompli un cercle complet autour de Cérès en 15 jours, tout en faisant une foule de nouvelles observations avec ses instruments scientifiques. Le 9 mai, le vaisseau spatial a actionné son moteur à ions pour commencer une descente longue d'un mois vers sa deuxième orbite de cartographie, qu'elle commencera le 6 juin. Dans cette phase prochaine, Dawn fera le tour de Ceres environ tous les trois jours à une altitude de 2.700 milles (4.400 kilomètres) : trois fois plus étroite que l'orbite précédente. Pendant cette phase, désignée sous le nom de "l'orbite de l'enquête de Dawn", le vaisseau spatial étudiera largement la surface pour commencer à démêler l'histoire géologique de Ceres et pour évaluer si la planète naine est en activité (géologique). Le vaisseau spatial fera deux pauses au cours de sa descente en spirales pour prendre des images de Ceres dans cette nouvelle orbite.

La mission de Dawn est contrôlée par JPL pour la direction de la mission de la Science de la NASA à Washington. Dawn est un projet du programme de la découverte de la direction, contrôlé par Marshall Space Flight Center de la NASA à Huntsville, Alabama. L'UCLA est responsable de la science globale de la mission de Dawn. Orbital ATK Inc., à Dulles, Virginie, a conçu et a construit le vaisseau spatial. Le centre aérospatial allemand, Max Planck Institute pour la recherche du système solaire, l'agence spatiale italienne et l'institut astrophysique national italien sont des partenaires internationaux dans l'équipe de la mission.

http://dawn.jpl.nasa.gov/http://dawn.jpl.nasa.gov/news/news-detail.html?id=4582

Bon, les américains se moquent largement des "nouvelles belles images de la NASA" qui ressemblent aux anciennes... mais il y a aussi quelques zoom intéressants dans le montage...

Ceres 16 05 2015Nouvelle photo prise le 16-05-2015, à 7.200 km de la surface (© Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA)

Ceres 16 05 2015 zoomUn zoom de la même photo. Vous pouvez cliquer dessus pour l'agrandir mais il y a une certaine pixelisation qui était moins visible avec des photos prises de plus loin, ce qui est surprenant. Mais ces images sont décodées et retravaillées par la NASA d'après les spécialistes, ce qui est logique après un si long voyage dans l'espace... il semble que l'on distingue des structures rondes au niveau des taches lumineuses, ce qui pourrait indiquer des structures volcaniques (de glace ou de laves).

Vote world ceresLa NASA fait appel aux votes des internautes pour deviner ce que sont ces lumières étranges. La majorité est pour l'instant sur "autre"... (© Nasa, JPL-Caltech)

MAJ 21-06-2015 : Un nouvel article et des nouvelles photos ont été publiés sur le site de la NASA consacré à la mission Dawn, le 10 juin 2015. En voici un extrait et les photos.

Cratere ceres 10 06 2015 nasa

http://dawn.jpl.nasa.gov/

" De nouvelles images de la planète naine Cérès, prise par la sonde Dawn de la NASA, montrent la surface de cratères de ce monde mystérieux avec des détails plus nets que jamais. Ce sont parmi les premiers clichés de la deuxième orbite pour la cartographie de Dawn, qui est à 2,700 miles (4.400 km) au-dessus de Ceres.

La région avec les taches brillantes est dans un cratère d'environ 55 miles (90 km) au milieu. Les taches se composent de nombreux points lumineux individuels de tailles différentes, avec un noyau central. Jusqu'à présent, les scientifiques n'ont trouvé aucune explication évidente à leurs emplacements observés ou sur les niveaux de luminosité.

" Les points lumineux de cette configuration font que Ceres est unique à partir de tout ce que nous avons vu auparavant dans le système solaire. L'équipe scientifique travaille à comprendre leur source. La réflexion de la glace est le principal candidat dans mon esprit, mais l'équipe continue à considérer des possibilités suppléantes, comme le sel. Avec la vue plus proche des nouvelles orbites et l'affichage de plusieurs angles, nous seront bientôt plus en mesure de déterminer la nature de ce phénomène énigmatique ", a déclaré Chris Russell, chercheur principal de la mission Dawn basé à l'Université de Californie , Los Angeles.

De nombreuses autres structures de Cérès intriguent les scientifiques car elles différencient ce monde d'avec les autres, y compris la protoplanète Vesta, qu'a visité Dawn pendant 14 mois en 2011 et 2012. Les cratères abondent sur les deux corps, mais Cérès semble avoir eu plus d'activité sur sa surface, avec des preuves de flux (du liquide ou du fluide - laves ou autres), de glissements de terrain et de structures effondrées.

Cratere ceres 28 05 2015 nasa

http://dawn.jpl.nasa.gov/

En outre, de nouvelles images du visible et de la cartographie en spectromètre infrarouge de Dawn (VIR) montrent une partie des cratères de l'hémisphère nord de Cérès, prises le 16 mai, y compris une vue en vraie couleur et une image de la température. L'image de la température est obtenue à partir de données dans le domaine de la lumière infrarouge. Cet instrument est également important dans la détermination de la nature des points lumineux.

Arrivé dans son orbite actuelle, le 3 Juin, Dawn va observer la planète naine à 2,700 miles (4.400 km) au-dessus de sa surface jusqu'au 28 Juin. Dans des orbites d'environ trois jours chacune, le vaisseau spatial va effectuer des observations intensives de Cérès. Il se déplacera ensuite vers sa prochaine orbite à l'altitude de 900 miles (1450 km), y arrivant au début Août 2015.

Et sinon, du côté des sites internet, les spéculations vont bon train depuis la demande d'aide de la part de la NASA sur l'identification de ces points lumineux, avec les aliens et une base souterraine sous ces points lumineux bien sûr... :

http://www.directmatin.fr/paranormal/2015-06-02/la-nasa-cache-t-elle-lexistence-daliens-sur-ceres-705192

Nasa ufo ceresUn zoom sur l'une des photos du 28 mai 2015. On dirait en effet des buildings ou des constructions, mais la perspectives et la pixelisation peuvent être très trompeurs car 4.400 km de distance, c'est encore énorme... quant à l'ombre de "l'ovni gigantesque", c'est évidemment très discutable !

http://www.latest-ufo-sightings.net/2015/06/possible-alien-city-on-dwarf-planet-ceres.html​

Beaucoup de spéculations mais l'exploration spatiale, c'est aussi ça...

 

Une pyramide géante repérée sur la planète naine Cérès
 

 
La planète Cérès, dans la ceinture d'astéroïde, et sa pyramide (au centre), photographiée par la sonde Dawn, en juin 2015. (NASA / JPL-CALTECH / UCLA / MPS / DLR / IDA)
 
 
" Cérès ne cesse de surprendre la Nasa. D'abord, il y a eu d'étranges taches lumineuses, sur sa surface. Et une pyramide apparaît maintenant dans l'objectif de la sonde Dawn, qui orbite autour de la planète naine. Avec environ 5 kilomètres d'altitude environ, elle a presque les dimensions du Mont-Blanc, mais sur une sphère dont le diamètre n'excède pas 950 km. "Plus on s'approche de Cérès, plus elle nous intrigue", écrit la Nasa, lundi 22 juin.
 

 
Une pyramide de près de 5 km de haut, sur la planète naine Cérès. (NASA / JPL-CALTECH / UCLA / MPS / DLR / IDA)
 
La Nasa décrit cette pyramide comme une "montagne aux pentes abruptes qui forme une excroissance dans une zone plutôt lisse de la surface de la planète naine". Les images ont été prises le 6 juin dernier à 44 000 kilomètres de distance. La Nasa n'a aucune certitude quant à la formation de cette étrange proéminence. Selon les spécialistes, la pyramide pourrait être liée à une ancienne activité volcanique. Les scientifiques ont pu observer des traces de coulées de lave, des glissements de terrain et des structures naturelles effondrées, à la surface de la planète naine. "
 

 

MAJ du 12-09-2015 : Survol rapproché des taches lumineuses : le mystère s'épaissit !

Ceres occator alt1470kmThis image, made using images taken by NASA's Dawn spacecraft, shows Occator crater on Ceres, home to a collection of intriguing bright spots. Image credit: NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA

Les taches les plus lumineuses de la planète naine Cérès brillent de mystère dans de nouvelles images offertes par la sonde Dawn de la NASA. Ces points de vue encore plus proches encore du cratère Occator, avec une résolution de 450 pieds (140 mètres) par pixel, donnent aux scientifiques une perspective plus approfondie sur ces caractéristiques très inhabituelles.

La nouvelle vue de près du cratère Occator révèle des formes mieux définies de la plus brillante de ces formations étranges, la tache centrale disposée sur le plancher du cratère. Parce que ces taches sont donc beaucoup plus lumineuses que le reste de la surface de Cérès, l'équipe de Dawn a combiné deux images différentes en une seule vue composite - un exposé correct pour les points lumineux, et un autre pour la surface environnante. Il s'agit donc effectivement d'un montage avec des filtres, car la luminosité empêche une bonne vision de ces "choses".

Les scientifiques ont également produit des animations qui fournissent une sorte de visite virtuelle autour du cratère, y compris une carte topographique colorée.

http://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=pia19890

http://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=pia19891

Les scientifiques de la NASA notent que le bord du cratère Occator est presque à la verticale à certains endroits, où il monte en flèche sur 1 mile (près de 2 km !).

Les images de l'orbite actuelle de Dawn, prises à une altitude de 915 miles (1.470 kilomètres), ont environ trois fois une meilleure résolution que les images que le vaisseau spatial robotisé a livré de son orbite précédente en Juin, et près de 10 fois mieux que lors de la première orbite de l'engin spatial autour de Cérès en Avril et Mai 2015...

" Dawn a transformé ce qui était encore tout récemment quelques points lumineux en un paysage complexe et beau, brillant," a déclaré Marc Rayman, ingénieur et chef de mission basé au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, à Pasadena, en Californie. " Bientôt, l'analyse scientifique va révéler la nature géologique et chimique de ce paysage extraterrestre mystérieux et fascinant. "

Le vaisseau spatial a déjà terminé deux cycles de 11 jours pour la cartographie de la surface de Cérès, de son altitude actuelle, et a commencé la troisième le 9 septembre. Dawn cartographiera toutes Cérès six fois au cours des deux prochains mois. Chaque cycle se compose de 14 orbites. Grâce à l'imagerie de Cérès utilisée à un angle légèrement différent dans chaque cycle de la cartographie, les scientifiques de Dawn pourront assembler des vues stéréo et construire des cartes 3-D.

Mais la nature même de ces tâches lumineuses demeurent totalement inconnues... ce que la plupart des scientifiques pensaient être de la glace s'avèrent être d'un albédo différent de la glace. La luminosité ne correspond pas, mais il a aussi par contre été détecté une sorte de vapeur ou brume au-dessus de ces régions... Les scientifiques optent maintenant en majorité pour du sel, mais la composition chimique de ces dépôts pourrait très bien réserver une surprise aux scientifiques. Il est assez probable que ces dépôts brillants soient le résultat de l'impact énorme ayant créé ce cratère, via la chaleur dégagée et la désintégration de matières, ou même des morceaux de la météorite ou comète ayant percuté le petit astre, auquel cas la matière pourrait être très exotique, voir interagir avec la matière locale... 

On peut noter aussi, en regardant les nombreuses photos et agrandissement de la surface de la petite planète, qu'il y a eu indubitablement du liquide ou "quelque chose" qui a coulé le long de plusieurs pentes. Il y a des traces de longues coulées en tout cas sur plusieurs images, des restes de lits de rivières ou torrents asséchés maintenant...

Des zooms sur ce cratère et ces dépôts brillants révèlent également un paysage très étrange à cet endroit... on devine des structures droites, carrées, un dôme très net au centre ! Restons prudent, cela pourrait très bien ressembler également, mais en dimensions gigantesques, à des structures de cristaux par exemple (le sel en étant un), identiques à celles que nous observons au microscope... mais ici de dimensions... astronomiques... :

Ceres cratere 10 09 2015

Ceres cratere 10 09 2015 1

On pourrait presque se croire dans une scène d'un film de science-fiction montrant... une ville extra-terrestre vue de haut ! Les effets visuels montrant des arrondis par endroit contrastant avec des lignes à angles droits, des carrés, rectangles, triangles et pyramides, des tracés de routes ou rues mêmes sur le fond gris sont ahurissants et perturbent la vision, laissant le cerveau imaginer bien des possibilités ! et pourtant, la résolution est très bonne et il ne s'agit plus ici de pixelisation de l'image (une résolution de 450 pieds (140 mètres seulement) par pixel)...

 

 

Source : http://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=4714

 

MAJ 02-10-2015 : Trois salves de sursauts de particules énergétiques détectées par les instruments de Dawn !

Une nouvelle publication de la NASA nous propose une mise à jour de la carte de la mini-planète, qui comprend plus d'une douzaine de noms officiellement agréés pour leurs caractéristiques. Les noms, tous éponyme de "spiritueux agricoles, de divinités et de festivals de cultures à travers le monde» comprennent une montagne près du pôle nord de Ceres, possédant un diamètre de 12 miles (20km), qui a été surnommé Ysolo Mons, " pour un festival albanais que marque le premier jour de la récolte des aubergines ". Une liste complète des noms et des fonctionnalités est disponible ici, et comprend un cratère surnommé Vinotonus, d'après le dieu celtique britannique de la vigne, et un autre nommé Jaja, d'après la récolte de la déesse abkhaze.

Ceres map

Les couleurs correspondent aux différences d’altitude : en bleu : les plus basses et en rouge : les plus élevées. © Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA

 

D'autres nouvelles cartes de Cérès nous montrent des images topographiques du cratère Occator (oh-KAH-tor) (ci-dessous), large de 90 kilomètres, c'est l'endroit où se trouvent les plus gros points lumineux mystérieux de Cérès, ainsi que ce que la NASA estime maintenant être une montagne en forme de pyramide de quatre-miles de hauteur (5 kilomètres, en-dessous).

Topographical map occator

Ceres pyramid topographical

La publication de la NASA constate que " une observation surprenante est venue du spectromètre à rayons gamma et à neutrons de Dawn."

L'instrument a détecté trois salves énergétiques d'électrons qui pourraient éventuellement résulter de l'interaction entre Cérès et le rayonnement du soleil. L'observation n'est pas encore entièrement comprise, mais cela peut être important pour la formation d'une image complète de Cérès. " Ceci est une observation très inattendue pour laquelle nous sommes en train de tester des hypothèses, Cérès continue de nous étonner et de nous intriguer à chaque fois que nous examinons la multitude d’images, de spectres et maintenant ces salves de particules énergétiques ", a expliqué Chris Russell, directeur scientifique de la NASA, qui reconnait l’importance de cette découverte.

En Décembre, Dawn descendra à son orbite la plus basse et la dernière, à l'altitude relativement minuscule de 230 miles (375km).

MAJ 20-03-2016 : Des panaches de vapeur d’eau avaient été mis en évidence par le télescope spatial Herschel dès 2012, confirmés en 2014. Il avait été dit à l'époque que les émissions étaient très ténues, ne provenaient que de deux endroits de la surface de la petite planète et, surtout, ne semblaient intervenir que lorsque l'orbite non circulaire de Cérès la rapprochait du Soleil. Une comparaison avec les émissions de la queue d'une comète en approche avait même été faite. Les astronomes ont pu déterminer que l'eau était alors éjectée par deux sources bien localisées, à la manière de deux geysers géants. En utilisant un modèle de jets cométaires développé au LESIA, ils ont même pu montrer qu'une partie de cette vapeur d'eau retombait sur Cérès...

Une étude commencée à l'été 2015 vient d'être publiée par Paolo Molaro, chercheur à l’Istituto Nazionale di Astrofisica, Inaf, de l’observatoire astronomique de Trieste, qui a eu l'idée d'utiliser depuis la Terre le spectrographe Harps installé sur le télescope de 3.6 mètres de l’observatoire de La Silla, au Chili. 

L’auteur principal de cette étude, publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, explique qu’ « au fil de la rotation de Cérès, les taches s’approchent de la Terre puis s’éloignent de nouveau, ce qui se traduit par des modifications dans le spectre de lumière solaire réfléchie arrivant sur Terre ».

Puisque les calculs avaient indiqué au préalable que les déplacements des mystérieuses taches lumineuses pourraient être mesurables sur le spectre Cérès, par effet Doppler, l’équipe entreprit donc de les scruter au cours des rotations de près de 9 heures de la mini-planète. Et la confirmation est venue au niveau du cratère Occator, où se trouvent les taches les plus visibles de toutes : des panaches ont été vus en train de se développer sur la face éclairée par le Soleil. La lumière qu’ils réfléchissent décroît ensuite assez vite, ce qui suggère une évaporation rapide de ces matériaux volatiles. Des changements ont été observés aussi d’une nuit à l’autre, de part et d’autre du globe

Ce diagramme montre les effets de la rotation de Cérès sur le spectre de lumière solaire réfléchie par les taches de surface : les raies se trouvent alternativement décalées vers le rouge et vers le bleu. L’effet a été grandement exagéré afin de le rendre visible et exclut la lumière plus intense provenant du reste du disque de Cérès. © Eso, L. Calçada, Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA, Steve Albers

Pia20312 westernoccatorcrater ceres

" This image from NASA's Dawn spacecraft shows the western rim of Occator Crater. The outside of the crater's sharp, fresh rim is covered by an ejecta layer with a low crater density. Inside and outside the crater are small fractures trending toward northwest. Several small, bright patches of material can be seen along the rim. The image is centered at approximately 19.4 degrees north latitude, 238.8 degrees east longitude. Dawn captured the scene on Jan. 2, 2016, from its low-altitude mapping orbit (LAMO), at an altitude of 231 miles (371 kilometers) above Ceres. The image resolution is 112 feet (34 meters) per pixel. " - " Cette image de la sonde Dawn de la NASA montre le bord ouest de l'Occator Crater (celui qui contient les taches lumineuses les plus spectaculaires). L'extérieur du bord pointu, en pente douce du cratère, est recouvert par une couche d'éjectas ayant une densité faible. A l'intérieur et à l'extérieur du cratère existent de petites fractures montrant une direction vers le nord-ouest. Plusieurs petites taches lumineuses de matériel peuvent être vues le long de la pente. L'image est centrée à environ 19,4 degrés de latitude nord, 238,8 degrés de longitude est. Dawn a capturé la scène le 2 janvier 2016, à partir de sa basse altitude en orbite de cartographie (LAMO), à une altitude de 231 miles (371 kilomètres) au-dessus Cérès. La résolution de l'image est de 112 pieds (34 mètres) par pixel. "

 

On note que, même si les scientifiques pensent que les taches lumineuses sont en fait une forme de sel, des dépôts de sulfate de magnésium hydratés, à cause de la réflectivité des matériaux, leur origine demeure pour l’instant un mystère. Et également leur couleur très blanche qui dénoncerait un renouvellement continuel de ce matériau qui a, en principe, tendance à brunir rapidement sous l'effet des radiations et rayons cosmiques, surtout dans une atmosphère inexistente ou très ténue comme c'est ici le cas. La détection de panaches de vapeur d'eau aurait donc plutôt tendance à valider la possibilité de cryovolcanisme et donc de poches de glace d'eau mises à jour par des chutes de météorites/astéroïdes sur la surface, encore récemment. Alors que plusieurs grands cratères ont été dernièrement photographiés par la sonde Dawn et publiés sur les sites de la NASA, il semble que les photographies concernant ces taches lumineuses aient été "mises de côté" par l'Agence, dans l'attente de la conférence de presse où elles seront peut-être dévoilées (avec une explication logique ?) du 22 mars 2016...

Une autre curiosité non résolue est cette fameuse grande montagne " de cristal " de 4 à 5000 mètres de hauteur dont nous avons parlé plus haut et qui a été un peu éclipsée par les scientifiques, qui n'arrivent pas a expliquer pour l'instant sa configuration, le modèle de sa création sur cette petite planète qui, décidément, est loin d'être, géologiquement, l'astre mort imaginé jusqu'à présent. Voici quelques photos de cette étonnante montagne et du grand trou qui la borde, avec la prise de ce qui ressemble à d'immenses chutes de matières provenant de la montagne jusque dans le profond trou... :

Pia20348 ahunamons ceres

Lorsque Dawn a encerclé Cérès à des altitudes plus basses, la forme de cette montagne mystérieuse a commencé à apparaître dans son viseur. De loin, Ahuna Mons avait l'air d'être en forme de pyramide, mais en le regardant de plus près, il est décrit comme un dôme avec de lisses parois abruptes.

Les dernières images de Dawn de Ahuna Mons, prises 120 fois plus près que en Février 2015, révèlent que cette montagne a beaucoup de matériaux brillants sur certaines de ses pentes, et moins sur d'autres. De son côté le plus raide, il est à environ 3 miles (5 kilomètres) de haut. La montagne a une hauteur totale moyenne de 2,5 miles (4 kilomètres). Il monte plus haut que le mont Rainier de Washington et que Mount Whitney en Californie.

Les scientifiques commencent à identifier d'autres caractéristiques sur Cérès qui pourraient être de nature similaire à Ahuna Mons, mais aucun n'est aussi grand et bien défini que cette montagne. (YH : d'autres "dômes" plus petits ? étonnant !).

" Personne ne s'attendait à une montagne sur Cérès, en particulier une comme Ahuna Mons ", a déclaré Chris Russell, chercheur principal sur Dawn à l'Université de Californie, Los Angeles. " Nous ne disposons pas encore d'un modèle satisfaisant pour expliquer comment elle s'est formée."

http://www.nasa.gov/feature/jpl/dawns-first-year-at-ceres-a-mountain-emerges

 

Pia20387Une image magnifique prise très récemment par la sonde, à son altitude la plus basse... on a l'impression de voir du sable humide et mou par endroit, avec des empreintes allongées. Vers le haut à droite, un petit impact rond semble avoir creusé un tunnel dans la paroi, avec un impact rond visible autour, avec le tout un peu en forme de bâton de ski. Vers le bas, on semble même distinguer des coulées d'une substances blanche semi-liquide suivre nettement une pente... la mini-planète serait-elle une sorte de gigantesque éponge imbibée d'eau ou d'une matière proche ?

MAJ du 23-03-2016 : premières traductions et images de la conférence de la NASA :

Cekwbreuyaa47vp

l'Occator Crater 

Matiere lumineuse 22 03 2016l'Occator Crater : la matière lumineuse en couleur et avec zoom : il y a aussi un dôme au milieu... les scientifiques essaient d'imaginer une réaction chimique en profondeur due aux rayons cosmiques et qui provoquerait une sorte "d'éruption" de matières chimiques en surface, une sorte de "sel" ou de mélange chimique...

Ceres dome5kmLa photo présentée par la NASA lors de la conférence : il s'agit de la plus grande et haute montagne de Cérès avec 5 km de hauteur environ et 20 km de longueur. 

Ceres dome5kmbLa même image sous un autre profil... étrange dôme-pyramide, avec des falaises à pic et brillantes, une partie peut-être "cristaline" ou semi-transparente et une partie (et sommet) bardée de structures à angles droits.

Ceres dome5kmcEn tout cas une structure géologique très particulière et on y verrait presque une mine très aménagée déjà, avec des cheminées d'évacuation, des grues et des batiments, des passages et portes... avant même l'arrivée de l'Homme... mais attention, les perspectives peuvent bien sûr être trompeuses.

Ceres dome5kmd 1La même photo agrandie (cliquez dessus). Le processus de formation de cette montagne " brillante " de "sel" en forme de dôme pourrait être identique que les dépôts et autres dômes de matières brillantes visibles dans plusieurs cratères, dont l'Occator Crater ...

 

La conférence entière (en VO) avec les photos et schémas

Ceres reactionchimiqueEn ce qui concerne la détections de signaux et de décharges d'électrons provenant de la planète, une explication peu convaincante qui demande de plus amples vérifications... des rayons cosmiques pénétreraient le sol de Cérès et viendraient percuter la couche de regolithe de la mini-planète et certains matériaux (le Thorium (Th) - élément radioactif de la famille du plutonium ou uranium, et le potassium (K) ou kalium, ces deux éléments, sous forme métallique ou sels, ont une couleur blanche - notons que l'Inde estime que le Thorium (et des mines associées) devrait être l'élément actif du futur de l'énergie nucléaire terrienne...)  et le contenus dans cette couche réagiraient par l'émission d'ondes électroniques, mais aussi des remontées de matières blanches par endroits...

Notons également que les scientifiques ont détecté de grandes quantité d'hydrogène, probablement beaucoup de glace d'eau donc, tout autour du Pôle Nord de la petite planète, a à peine 1 mètre de la surface... d'autres analyses viendront confirmer cette découverte importante (cette glace d'eau pouvant dater de 4 milliards d'année)...

A suivre pour d'autres traductions et les prochaines photos de la sonde satellisée...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires, 08-02-2015, 13-03-2015, 15-04-2015, 24-05-2015, 02-07-2015, 19-09-2015, 02-10-2015, 20-03-2016, 23-03-2016

Yves Herbo sur Google+

échange volcanisme lire video mystère astronomie découvertes

Commentaires (2)

Scott
  • 1. Scott | 10/01/2016

La Nasa n'est sûrement pas pressé de publier les nouvelles photos de ce cratère.
Nous sommes le 10 Janvier et avant même de nous présenter les images (non trafiquées s.v.p), on nous innonde de verdicts ridicules comme étant du sel ... pathétique.

J'opte également pour une colonie minière, d'une matière exotique.

Les images seront révélatrices que nous n'avons jamais été seul, point.

ferront
  • 2. ferront | 26/09/2015

Bonsoir
La photo rapprochée des taches brillantes prise à 1470 Km est effectivement troublante. Les 2 dernières photos sont guère exploitables, il vaut mieux analyser la photo du 12 /09 ci-dessus. J'ai donc zooméX3 cette photo, pris une bonne loupe (ce qui permet de ne pas écraser les pixels) et scruté attentivement la photo.
On y voit des bâtiments, des places, des rues, mais plus surprenant des sphères un peu partout. Et par endroit cette "brume" qui envahit petit à petit le paysage. Non ce ne sont pas des effets de pixels, mais bien la réalité comme toute photo satellite. Par ailleurs, si on regarde attentivement les bords du cratère on perçoit une poussière qui parait être liée à une exploitation minière qui rogne le cratère sur sa partie droite, ainsi que de la fumée se dégageant de certains bâtiments..
Faut-il envoyer Mme DUFLOT chez les Cérésiens qui n'ont pas l'air de se soucier d'écologie ?
Vivement les photos prises à 370 Km que l'on puisse tirer tout çà au clair.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau