Exobiologie : une météorite révèle des molécules organiques inédites

Exobiologie : une météorite révèle des molécules organiques inédites

meteorite-sutter-mill-2-arizona-state-university-mini.jpg

Le 22 avril 2012, non loin de Sutter’s Mill, un site associé à la ruée vers l'or en Californie, un corps céleste dont la masse est estimée à plusieurs dizaines de tonnes s'est désintégré dans l'atmosphère. Les fragments découverts au sol sont ceux d'une météorite faisant partie des chondrites carbonées. Leur analyse vient de révéler des molécules organiques jamais vues dans les autres météorites. La chimie prébiotique à l'origine de la vie sur Terre a donc pu commencer avec un éventail de molécules plus riche que ce que l'on pensait.

Les météorites sont la mémoire de l’histoire du Système solaire la plus facilement accessible à l’humanité. On est encore loin de pouvoir visiter à volonté des comètes et des astéroïdes. C’est pourquoi chaque météorite qui tombe sur Terre est potentiellement la source d’une nouvelle découverte sur la formation des planètes et l’évolution du Système solaire, il y a environ 4,5 milliards d’années.

meteorite-analyses.pngOn voit ici des fragments de la météorite trouvée près de Sutter's Mill, en Californie. C'est une chondrite carbonée, dont les premières analyses ont montré qu'elle devait provenir de la surface d'un corps céleste probablement de nature intermédiaire entre astéroïde et comète. On vient d'y découvrir des molécules organiques inédites. Voilà de quoi éclairer, peut-être, les origines de la vie. © Arizona State University

En fait, ce sont surtout les météorites appelées chondrites carbonées qui intéressent les cosmochimistes et les spécialistes de cosmogonie pour comprendre la genèse des planètes. L’une des plus célèbres est la fameuse météorite d’Allende que l’on a qualifiée de pierre de Rosette de la planétologie. Mais on peut aussi citer la météorite du lac Tagish ou celle de Murchison.

La quête des molécules organiques dans les chondrites

La météorite qui se désagrégea en entrant dans l'atmosphère terrestre vers 7 h 51 (heure du Pacifique) le 22 avril 2012 non loin de Sutter’s Mill en Californie, fait elle aussi partie des chondrites carbonée. Ses fragments font donc l’objet d’une attention toute particulière et ils commencent à livrer leurs secrets.

Ce qui intéressait les chercheurs de l’Arizona State University (ASU) qui viennent de publier le résultat de leurs travaux sur la météorite de Sutter's Mill, ce sont les molécules organiques. On pense depuis longtemps qu’un scénario possible pour expliquer l’apparition de la vie sur Terre passe par un apport extraterrestre de ces molécules dans les jeunes océans de notre planète. Des acides aminés et des molécules entrant dans la fabrication de l’ARN se seraient formés dans l’espace avant d’ensemencer la Terre, grâce aux comètes et aux météorites.

Des polyéthers jamais vus dans une météorite

La chute de la météorite de Sutter's Mill a été suivie au radar, de sorte qu’il a été possible de rapidement en trouver des fragments et donc de limiter les risques de contamination par des molécules terrestres. Les chercheurs ont pris certains de ces fragments et les ont placés dans des conditions rappelant celles de la Terre primitive, plus précisément celles d’un hydrothermalisme comme on devait en trouver à proximité de volcans ou du point d’impact d’un astéroïde.

meteorite-sutter-mill-2-arizona-state-university.jpgLe petit corps céleste qui s'est désintégré dans le ciel californien le 22 avril 2012 au matin. Ses fragments, qui ne totalisent que 1 kg, ont été retrouvés près de Sutter’s Mill, d'où le nom de la météorite. © Lisa Warren 

En utilisant notamment la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (en anglais Gas chromatography-mass spectrometry, ou GC-MS), afin d'identifier et de quantifier précisément de nombreuses substances, les cosmochimistes ont été surpris. Ils ont découvert des molécules organiques inédites, en particulier des polyéthers, encore jamais observés dans une chondrite carbonée.

Une bonne nouvelle pour l’exobiologie, qui signifie que la variété et la complexité des molécules organiques apportées par les comètes et les météorites doivent être bien plus importantes que ce que l’on pensait. Cela permet donc d’envisager de nouveaux scénarios pour de la chimie prébiotique ayant amené à l’apparition de la vie.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-meteorite-sutters-mill-or-exobiologie-48883/#xtor=RSS-8

Pour aller plus loin :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/des-scientifiques-affirment-que-des-fossiles-dans-une-meteorite-indiquent-une-vie-extraterrestre.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/pluie-de-meteorites-sur-l-oural-des-blesses.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/une-meteorite-etrange-de-quasi-cristal-analysee.html

Yves Herbo-SFH-09-2013

Yves Herbo sur Google+

alien environnement mystère astronomie

Commentaires (1)

khalid zrinjou
  • 1. khalid zrinjou | 28/02/2016

Ilya avec moi un meteorite chondrites

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau