Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 2

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire Part 2

Lineaire bLinéaire B - Crète

Partie 1 ici

Reconstruire les civilisations lointaines et rencontrer des cultures étrangères extra-terrestres par Douglas A. Vakoch - NASA - (Extraits choisis traduits) : Partie 2

Au-delà de Linéaire B - Le défi de la communication métasémiotique avec une intelligence Extraterrestre

Par Richard Saint-Gelais - Chapitre 5

Perspectives sémiotique sur SETI

La Communication, comme nous le savons tous, est une entreprise délicate entre les êtres humains. Donc, il y a des raisons de douter que ce serait une chose facile à travers l'univers. Dans cet essai, je vais essayer de décrire un ensemble de problèmes théoriques qui pourraient affecter la communication avec des intelligences extraterrestres. Je vais aussi essayer de cartographier les principales difficultés qui se posent lorsque l'on regarde le phénomène (ou plus exactement l'hypothèse) de communication entre ce qui sera, selon toute vraisemblance, des espèces profondément différentes. Ces difficultés sont souvent exprimées en termes d'épistémique et d'incompatibilité sensorielle entre des interlocuteurs interstellaires qui appartiennent à des espèces et des cultures si différentes que le terrain d'entente nécessaire à la communication pourrait être vraiment très faible. Nous ne savons pas si les extraterrestres vont percevoir et concevoir leur réalité de façon similaire à la nôtre, en utilisant les mêmes catégories cognitives, ou même si ils vont communiquer par les voies visuelles et acoustiques.

Je dois dire d'emblée que ma position est similaire au scepticisme épistémique que je viens de mentionner. Mais mon point de vue sera légèrement différent de ça, mais pas incompatible avec la perspective épistémique. Je vais appliquer les théories et les méthodes d'analyses sémiotiques au problème de la communication interstellaire, en mettant l'accent sur ​​les signes, le langage, le sens et l'interprétation. Une facile mais simpliste conception de la communication se définit comme la production d'une émission suivie d'une phase de réception, un codage puis un décodage d'un sens donné à travers un message qui est considéré comme un véhicule pour ce contenu. Mais la compréhension d'un message n'est pas d'extraire quelque chose de physiquement présent dans les signes. Elle implique, au contraire, l'intégration de ces signes dans un cadre d'interprétation qui permet au destinataire de leur donner des significations, un sens que le bénéficiaire doit élaborer, pas extraire. Prenez, par exemple, un signe très simple et fréquent qui consiste en deux triangles équilatéraux placés la base à la base et pointant dans des directions opposées, l'une à gauche, l'autre à droite; Ces deux triangles sont parfois séparés par une ligne verticale. Comme des expériences répétées avec les étudiants de premier cycle me l'ont montré, une reproduction de ce signe sur le tableau noir ne rencontre que perplexité jusqu'à ce que je leur offre l'indice "suppose que c'est quelque chose que vous voyez dans un ascenseur", fournissant une interprétation du contexte, qui leur permet de reconnaître les triangles comme le symbole conventionnel pour ouvrir les portes.

Une partie importante du contexte d'interprétation est la connaissance de la langue à laquelle appartiennent les signes. Les Sémioticiens ont insisté que le sens dépend du code ou système utilisé pour interpréter le signe. Par exemple, un trait vertical peut signifier, entre autres, le numéro un (lorsqu'ils sont interprétés dans le cadre du système de notation arithmétique), le pronom à la première personne (lorsqu'il est pris comme un mot anglais), le torse d'un homme ou d'une femme (lorsqu'elles sont considérées comme partie d'une figure synonyme), ou l'idée de la verticalité. Dans un modèle «bottom-up» (ascendant) de l'interprétation, ce traitement de signes individuels est une première étape, suivie par des opérations plus complexes nécessitant une compétence syntaxique, c'est à dire, une connaissance pratique des règles régissant les combinaisons de signes. Comme toute étude d'un écrit en langue étrangère, cependant, comprendre une phrase n'est pas simplement une question d'ajouter les définitions du dictionnaire pour les mots individuels dans cette phrase. Cela appelle à une compréhension des interrelations entre ces mots et de la fonction de chacun dans la structure de la phrase. Ce qui rend cette opération assez complexe, c'est qu'elle n'est pas aussi linéaire que le modèle bottom-up le suggère: les interprètes ne traitent pas les significations isolées avant de chercher comment les coordonner dans une signification globale; une hypothèse tacite sur le modèle syntaxique global guide déjà l'identification de la signification et la fonction des mots. Donc, il y a une oscillation constante entre la base et les opérations de haut en bas, dans laquelle des inférences sur un schéma global et abstrait (dans une phrase, un texte ou récit), guident les attentes et la reconnaissance des éléments successifs qui composent cette structure. Par exemple, le mot loupe français peut être soit un nom (qui signifie "la loupe") ou une forme du verbe louper familier (qui signifie «manquer»). Mais le lecteur d'une phrase dans laquelle le mot loupe apparaît rarement, se demande laquelle de ces significations est-ce. Mais le lecteur d'une phrase dans laquelle le mot loupe apparaît rarement se demande laquelle de ces significations est invoquée : le contexte syntaxique, et ce qu'il déduit de lui, le conduit à reconnaître la signification correcte instantanément. Sherlock Holmes examine le sol avec Une loupe: "Sherlock Holmes a examiné le sol avec une loupe"; Il loupe tous ses Examens : "il échoue à tous ses examens."

Les conséquences que ces considérations ont pour la communication interstellaire sont tout à fait évidentes. Cette communication, si elle est couronnée de succès, doit surmonter les difficultés inhérentes à un échange où l'expéditeur et le destinataire ne partagent pas un langage commun; ce dernier ne peut se prévaloir d'une compétence linguistique déjà établies avec laquelle travailler sur le sens du message, mais doit plutôt commencer avec le message lui-même et essayer d'en déduire, par conjecture, les règles lexicales et syntaxiques qui lui confèrent une signification. Du point de vue de l'expéditeur, le défi est de concevoir un message qui comprendra, en quelque sorte, le contexte d'interprétation nécessaires pour lui donner un sens. En d'autres termes, l'expéditeur doit, apparemment, produire ce paradoxe sémiotique: un message d'auto-interprétation.

La difficulté est encore plus grande parce que, avant même que les bénéficiaires ne s'attaquent aux subtilités de l'interprétation, ils doivent identifier le message comme un phénomène sémiotique (plutôt que naturel). Normalement, dans un contexte culturel commun, cette identification ne nécessite pas la pensée consciente. Par exemple, chaque langue sélectionne un réseau de motifs phonétiques ou graphèmes qui comptent comme des signes afin que les utilisateurs de cette langue savent non seulement où chercher, mais la façon de reconnaître facilement les signes articulés quand ils les voient (ou entendent) entre eux. Par exemple, l'alphabet turc fait une distinction entre les I pointés et sans point, fait le traitement de chacun de ces caractères en tant qu'unité linguistique significative. En anglais, si une telle distinction est titulaire d'une variable, cela semble être que le résultat d'une négligence de la part de l'écrivain. Donc, un signe ne doit pas seulement être correctement interprété, mais doit aussi être reconnu comme un signe en premier lieu. Lorsque l'expéditeur et le destinataire partagent un contexte interprétatif (modes de perception, type et la structure de la langue, des présupposés culturels, et ainsi de suite), ce contexte fonctionne comme un repère implicite, comme une sorte de méta-signe signifiant : c'est un signe. C'est précisément cette confiance sémiotique qui devient problématique avec la communication interstellaire, dans lequel l'expéditeur et le destinataire sont obligés de remettre en question les hypothèses invisibles qui relient la production et la réception des signes. Plus précisément, il confronte l'expéditeur avec le défi de concevoir des messages qui incluent ce qui est normalement des messages externes : un signe qui agit comme un indice (c'est un signe) et, dans une certaine mesure, en code (il doit être interprété de cette façon) sur l'ensemble du message. La création d'un tel message n'est pas une mince tâche. Elle implique la conception de messages munis de dispositifs d'auto-interprétation, des signes qui ne nécessitent pas un système d'interprétation externe afin d'être correctement identifiés et interprétés. On peut donc dire que la communication avec les intelligences extraterrestres implique, en soi, une forme d'altruisme, un altruisme qui n'est pas nécessairement exprimé au niveau du contenu mais s'incarne dans les mesures prises par l'expéditeur pour faciliter la tâche du destinataire, en essayant à la fois de voir le message du point de vue d'un autre être hypothétique et d'imaginer les obstacles auxquels ce destinataire pourrait avoir à faire face. C'est une discrète, quoique puissante forme de collaboration, qui va au-delà de l'expression de valeurs altruistes ou du partage de l'information, parce que c'est la configuration du message plutôt que son contenu qui anticipe les difficultés potentielles à la fin de l'émission et essaie de les atténuer...

Décrypter d'Ancient Scripts

La question, bien sûr, est : dans quelle mesure est-ce possible ? Une comparaison avec l'inverse, une situation de non coopération - le déchiffrement de messages codés ou d'inscriptions écrites en langues éteintes - peuvent apporter un regard neuf sur les problèmes invoqués.

À première vue, les difficultés rencontrées dans le déchiffrement de messages codés ou écritures anciennes suggèrent une vision plutôt pessimiste du défi de la communication interstellaire, car si elle a des spécialistes depuis de nombreuses années pour résoudre l'énigme de systèmes d'écriture conçus par des êtres humains (sans, dans le dernier cas, toute intention de cacher le sens des paroles), il semble irréaliste d'imaginer que nos messages puissent être facilement compris par des êtres dont la culture, l'histoire, et même la biologie diffèrent considérablement de la nôtre. Comment pouvons-nous être sûrs que certains interprètes bien intentionnés n'interpréteront pas de mauvaise façon notre message qui leur est destiné ?

Sur le plan sémiotique, la similitude entre les trois types de situations est évidente. Décrypter des inscriptions dans des langues inconnues ou des messages en codes secrets implique à faire face à des chaînes de signes, sans avoir aucune connaissance préalable des règles de codage, de sorte que la reconnaissance de ces règles devient l'une des finalités (à la place des moyens, comme c'est généralement le cas) du processus de l'interprétation. Le déchiffreur des langues inconnues tente d'établir la valeur phonétique et / ou sémantique des symboles. Le décrypteur de messages secrets cherche à identifier le principe régissant le remplacement et / ou la permutation de lettres. Donc, les deux activités peuvent être comparées à la réception d'un message interstellaire et pour tenter d'interpréter sans avoir une idée préalable des règles de codage, le cas échéant, concernant la production des signaux.

J'utilise le mot signal au lieu de signe car à un stade précoce de l'interprétation, les déchiffreurs doivent encore identifier les unités sémiotiques pertinentes. Ils sont confrontés à des signaux-parlant, des manifestations matérielles d'un certain type (gravures sur des tablettes d'argile, micro-ondes d'une certaine fréquence) qui pourraient être des signes. Un signe est plus abstrait dans la nature : il s'agit d'une configuration sémiotique qui est relativement indépendante des signaux concrets qui l'incarnent, parce qu'il est défini par un nombre limité de caractéristiques pertinentes, tandis que le signal qui se manifeste présente un complément et, du point de vue du code, avec des caractéristiques inutiles. Le mot s'il vous plaît (please) peut être crié ou chuchoté; il peut être prononcé avec un accent d'Oxford ou un accent français; c'est toujours le même mot, le même signe linguistique. Pour quelqu'un qui ne connaît pas le code, cependant, rien dans l'énoncé n'indique si la caractéristique pertinente ici n'est pas justement le chuchotement. Pouvoir reconnaître un signe donné d'après son signal est l'un des exploits qui sont accomplis automatiquement et inconsciemment par ceux qui maîtrisent le code mais qui deviennent incertains et difficiles pour ceux qui ne l'ont pas. C'est précisément le cas lorsque les premières analyses sont efféctuées vers la compréhension d'une langue inconnue, comme John Chadwick le montre dans ce passage de "Le déchiffrement du linéaire B" :

(E. L. Bennett) Sa contribution exceptionnelle [pour le déchiffrement du linéaire B] est la mise en place du signary (exemple minoen); la reconnaissance des formes variantes et la distinction de signes distincts. Seulement ceux qui ont essayé peuvent parler de la difficulté de la tâche. Il est assez facile pour nous de reconnaître la même lettre de notre alphabet même écrite par une demi-douzaine de personnes, malgré l'utilisation de formes variantes. Mais si vous ne savez pas quel est le nombre possible de lettres, ni le son des mots qu'ils définissent, il est impossible d'être sûr que certaines des rares unités sont des lettres séparées ou de simples variantes.

À première vue, les réalisations remarquables de Champollion, de Georg Friedrich Grotefend, et d'autres semblent contredire la thèse selon laquelle la compréhension des signes dépend de leur familiarité préalable avec le code sous-jacent d'une langue. Ces hommes n'étaient pas en mesure de déchiffrer les hiéroglyphes et cunéiformes jusqu'ici illisibles ? Sans sous-estimer leurs exploits, il faut noter qu'ils ont, en fait, commencé avec quelques connaissances et hypothèses (éventuellement valides). Tout d'abord, ils savaient qu'ils avaient affaire à des artefacts humains, des signes faits par des êtres humains qui ont partagé avec eux un large éventail de notions et de catégories anthropologiques et culturelles. Certaines de ces caractéristiques communes peuvent rester tout à fait inaperçues aussi longtemps que nous baignons dans une culture donnée ou un contexte sémiotique. Prenons, par exemple, les types de systèmes d'écriture que les cultures humaines ont développé. Il est possible de déterminer, à partir du nombre de caractères différents que possède une langue, le type de système d'écriture qu'il soutien. S'il n'y a que entre 20 et 40 caractères, c'est un système alphabétique; si il y a environ 100 caractères, nous avons un système syllabique dans lequel chaque symbole traduit une syllabe (par exemple, ta, te, ti, à). Les systèmes idéographiques ont besoin de beaucoup plus de 100 caractères : le Mandarin, par exemple, en a au moins 60 000. Il est donc possible, à condition que suffisamment d'inscriptions aient été trouvées, d'identifier le type de système d'écriture avant même qu'il soit déchiffré. C'est un bel exemple de ce que Charles Sanders Peirce appelle un enlèvement, un raisonnement qui prend un fait surprenant et extrapole une estimation plus ou moins audacieuce. Mais cette supposition est indéniablement informée du fait que nous, les humains, ont utilisé ces trois types de systèmes d'écriture. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que tous les systèmes d'écritures dans l'univers suivent ces systèmes, tout simplement parce que l'appareil phonologique des êtres extraterrestres peut être tout à fait différent du nôtre; leurs langues peuvent avoir des unités plus ou moins phonétiques par rapport aux nôtres ou peuvent reposer sur une base physiologique sans rapport avec son articulation. Il n'est pas du tout certain que les civilisations extraterrestres utilisent des systèmes alphabétiques de notation; nous ne pouvons assumer, à supposer même qu'ils utilisent des alphabets, que leurs signaries comprennent un nombre similaire d'unités que les nôtres. Une autre aide cruciale pour les décrypteurs de langues humaines éteintes vient du lien que le déchiffreur peut obtenir à partir de documents bilingues (par exemple, la Pierre de Rosette) et / ou des noms propres (identifiables des rois et des pays, par exemple). Puisque nous ne pouvons pas utiliser la méthode bilingue (il faudrait connaître une langue extraterrestre déjà) et les noms propres seraient méconnaissables, la comparaison resterait imparfaite. Mais nous pouvons tirer plus d'encouragements des cas où le déchiffrement a été réussi, même si aucune inscriptions bilingues n'ont pu être trouvés et dont la langue et les caractères étaient inconnus. Le plus célèbre d'entre eux est le cas du linéaire B, un système d'écriture trouvé sur des tablettes d'argile sur l'île de Crète, déchiffré par Michael Ventris dans les années 1950, sur la base d'un important travail visionnaire que Alice Kober avait fait avant lui. Ventris a utilisé une méthode purement formelle, regroupant ensemble les mots ayant le même début et puis d'en déduire, ou plutôt enlever, à quelles variations grammaticales les différentes terminaisons correspondaient (par exemple, le sexe, le chiffre, etc.). Finalement, il a produit une grille sur laquelle la valeur phonétique de chaque signe a été enregistré. Cette grille a conduit à la découverte inattendue de Ventris, que les symboles linéaire B traduisaient une forme très ancienne de Grec. Cette conclusion de l'histoire sape un promettant abord sur une comparaison entre les écritures anciennes et une communication extraterrestre. Ventris ne savait pas à l'avance quelle langue était «derrière» le linéaire B, mais bien sûr, il ne pouvait le reconnaître, car il était différent du grec classique, quand il le "perçu", il l'a dit lorsque suffisamment de preuves ont été accumulées pour révéler le lien. Nous ne pouvons pas, bien sûr, s'attendre à une telle reconnaissance à travers des distances inter-stellaires.

Lineaire bHistoire-fr.com

Les Trois catégories de signes de Peirce

Ma discussion sur les langues inconnues a jusqu'ici porté sur une seule catégorie de signes, à savoir, les signes conventionnels. Il semble donc approprié d'examiner une vision plus globale, comme celle qui est proposée à la fin du 19ème siècle par Charles Sanders Peirce, qui est maintenant considéré, avec le linguiste suisse Ferdinand de Saussure, comme l'un des deux «pères fondateurs» de la sémiotique. Le modèle de Peirce englobe un plus grand éventail de signes que celui de Saussure, qui est essentiellement préoccupé par les signes verbaux et ne peut donc pas tenir compte des images, des traces, et ainsi de suite. La généralité de la classification de Peirce est donc plus adaptée aux situations dans lesquelles nous pouvons présumer que n'importe quel genre de signes que nos " correspondants extraterrestres " enverront ou s'attendront à recevoir, ou n'importe quel genre de conception, ils pourraient entretenir en matière de communication significative.

Peirce distingue trois types de signes : indice, icône, et symbole. Un indice est un signe qui a un lien de causalité, ou au moins un "contact" avec son objet. Par exemple, une empreinte dans la neige est un indice du pied qui l'a fait et, par extension, de la présence de quelqu'un qui marche dans une certaine direction. (Un interprète expérimenté d'empreintes de pas - un chasseur ou un détective, par exemple - peut déterminer plusieurs caractéristiques, telles que le poids approximatif de l'animal ou de la personne responsable d'une trace donnée.) Un exemple de la faible relation, le contact, serait une flèche dans un panneau de signalisation : la direction de la flèche est un indice de la partie de l'espace vers laquelle il pointe.

La seconde catégorie de signes est celui de l'icône. Il est diversement défini comme un signe ayant une relation de similitude avec l'objet qu'il représente, ou l'affichage, le partage de certaines (mais pas toutes) des propriétés de l'objet. La définition du "partage des propriétés" d'icônes suggère que le bénéficiaire (lecteur) pourrait, en observant un signe iconique, arriver à des conclusions concernant les caractéristiques de l'objet représenté. En revanche, la définition de «similitude» conduit à une vision moins optimiste : la similitude repose sur une forme de convention, et nous ne pouvons pas savoir si les bénéficiaires partagent une de nos habitudes et ses principes picturaux. Nos images peuvent très bien sembler transparentes pour nous tout en apparaissant opaques pour les autres, y compris, comme nous le savons, les êtres humains d'autres cultures et époques.

Nous arrivons enfin à la troisième catégorie de Peirce, symbole. Les symboles sont des signes qui renvoient à leur objet par l'intermédiaire d'une convention (ou, comme le dit Peirce, une loi). Ceux-ci sont souvent appelés «signes arbitraires», tels que ceux de la langue (le mot chien n'a pas de lien de causalité avec l'animal ainsi nommé, et ne ressemble pas à un chien). Il est essentiel de noter que c'est le code, le système arbitraire de la loi, qui donne aux symboles leur statut et leur importance.

Revenons un instant sur les deux que j'ai de l'alphabet turc. Sur la rencontre de son premier I non pointé, un touriste en Turquie pourrait le prendre pour une erreur d'impression ou, dans les cas de manuscrits, l'attribuer à de la hâte de la part de l'écrivain. L'ignorance du touriste de cette caractéristique du système d'écriture ferait que l'absence du point semble être un accident, pas une partie intégrante d'un système d'écriture. Mais si le même touristique trébuche encore et encore sur les apparitions de cette curieuse lettre, il va évidemment cesser de la considérer comme une erreur; la régularité même de cette forme serait alors une marque non seulement intentionnelle, mais comme un élément susceptible d'être un système. Comme écriture, seuls des êtres vivants peuvent créer des symboles, ils ne s'expriment pas par eux-mêmes exclusivement (rougir, par exemple, est un indice). D'ailleurs, un signe agissant comme un symbole peut fonctionner simultanément comme un autre type de signe. Nous venons de voir que la représentation picturale est en partie subordonnée à des conventions, les images que les êtres humains dessinent, peignent, etc, sont tous les deux des icônes et des symboles. Voici un autre exemple. Si j'écris " Je serai là à 5 heures " sur un morceau de papier et laisse le papier sur une table, cela signifie, même pour quelqu'un qui ne comprend pas le français, qu'un être humain a été dans cette pièce. Le morceau de papier et ses marques écrites agissent ainsi également comme un indice. Un autre exemple serait les hiéroglyphes : le signe pour couper ressemble à une lame, c'est une icône; mais le lien entre cette image d'un objet et l'action de la coupe implique une convention, il est donc aussi un symbole. Maintenant, que les icônes et les symboles semblent être d'une importance réelle pour nous ici, pour les données que nous aimerions communiquer (des choses telles que la position de la Terre dans la galaxie ou des formules mathématiques), cela exigerait des icônes ou des symboles ou, plus vraisemblablement, les deux.

Nous ne devrions pas compter sur des indices trop rapidement, cependant, puisque la première tâche est de concevoir des signaux qui parviendront à une chance optimale d'être perçus comme des messages intentionnels. Donc, le but est de veiller à ce que nos signaux soient considérés en plus comme des indices et non pas un phénomène naturel, mais bien plutôt une volonté de communiquer. Un artefact tel que la sonde Voyager ne peut pas être pris pour un phénomène naturel, mais dans le cas d'un rayonnement électromagnétique, une telle erreur ne peut pas être exclue; aussi l'émetteur de celui-ci doit s'assurer que la configuration du message réduit le risque d'un tel malentendu de base. Je ne pense pas qu'une approche purement négative pourrait fonctionner ici : nous pouvons éviter toute configuration qui pourrait être confondue avec un "bruit" interstellaire, mais cela ne peux pas garantir que les configurations restantes ne ressembleraient pas à des phénomènes électromagnétiques qui nous sont inconnus. Il doit donc y avoir une sorte de repère métasémiotique, certaines "marques" qui "disent" que c'est clairement un message. La difficulté réside dans le codage de ce marqueur métasémiotique d'une façon qui assure la reconnaissance et le décodage correct. Il est clair que ce repère métasémiotique ne peut consister en symboles (au sens du mot de Peirce) : étant classiques et donc interprétables que par ceux qui connaissent l'ensemble adéquat des règles, les symboles exigeraient de la part des bénéficiaires une connaissance que nous ne pouvons pas supposer.

Disque de phaestos

Non déchiffré

Affichage et spécifié

À ce stade, une comparaison avec la cryptologie peut encore être utile. À première vue, cette situation est bien différente puisque l'expéditeur-espion, doit envoyer un message que son destinataire pourra déchiffrer, mais qui, pour d'autres destinataires, restera inintelligible (par exemple, un texte constitué d'un enchevêtrement de lettres) ou semblera apporter une signification inoffensive ou ne pourra même pas ressembler à un message. Mais cette différence évidente couvre une similitude au moins évidente. Bien sûr, notre espion ne peut pas masquer le statut sémiotique de son message en ajoutant simplement un en-tête qui dit : "Ce n'est pas un message" ou "C'est juste une simple lettre que je vous écris pour un ami à moi", tout comme l'expéditeur d'un message interstellaire, à l'inverse, ne peut pas simplement déclarer que ce qui suit est un message significatif. Les deux types de messages doivent transmettre ces affirmations métasémiotiques mais ne peuvent en aucune façon les énoncer. Cette exigence peut être liée à une vieille distinction dans les études littéraires, qui existe entre «montrer» et «dire» : un bon écrivain conçoit des façons de montrer les choses, par exemple les sentiments de ses personnages, alors que le débutant ou l'écrivain maladroit le dira clairement. Pour donner un exemple simple : le romancier émoussé affirmera que le personnage manque d'empathie, au lieu de le mettre, comme un écrivain plus habile pourrait probablement le faire, dans des situations fictives où le personnage peut faire preuve d'empathie, mais ne le fait pas. Nous pouvons voir le lien entre la projection de Percy Lubbock et la notion de Peirce de l'indice: le mode "montrant" de la narration consiste à donner des indices, au lieu de déclarations directes, sur ce que l'auteur veut transmettre.

Ce que dans la littérature n'est qu'une question de goût (et de réputation littéraire) devient, dans le monde des espions et celui de la communication interstellaire, tout à fait crucial. Nous ne pouvons pas dire aux extraterrestres que nos signaux ne sont pas du bruit interstellaire; nous devons trouver des façons de le montrer. En d'autres termes, la configuration du message doit amener ses destinataires à la conclusion que le message a été envoyé délibérément. Nous ne pouvons pas leur dire comment interpréter correctement les signaux, mais nous devons leur montrer comment, d'une manière ou une autre. Cela ne peut pas être fait par un méta-message externe, un dispositif d'encadrement (règles) du "comment faire", mais doit être effectué par le message principal lui-même. En d'autres termes, le message doit incarner à nouveau à son tour le type métasémiotique. Revenons au problème de l'espion. Ses messages secrets, pour être efficaces, doivent être difficile à déchiffrer; ce pourrait être assuré par l'utilisation d'une substitution alphabétique et / ou un système de permutation avec pour résultat une séquence de lettres sans signification. Dans certains cas, comme nous l'avons vu, ils doivent même dissimuler le fait qu'ils dissimulent quelque chose. Une " chaîne de lettres ", disant PSTVO CABDF, pourrait atteindre le premier objectif, mais pas la deuxième. Il est intéressant de noter ici que, lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, les États-Unis ont imposé une interdiction sur tous les jeux d'échecs postaux et de mots croisés pour la raison évidente que le chiffrage de messages pourraient facilement paraître comme des échanges innocents dans un tel contexte. Mais il convient de souligner que les employés du Bureau de la censure du gouvernement avaient été familiarisés avec les règles des échecs, ils auraient immédiatement repéré une séquence bidon de mouvements qu'un message codé aurait inévitablement affiché. (Je me souviens d'un roman d'espionnage de mes années d'adolescence, Langelot et l'avion détourné, qui s'est appuyé sur cet écart.). (...)

(...) Cette discussion sur les symboles, les icônes et les indices ne conduit pas inévitablement à la conclusion que les messages interstellaires doivent inclure uniquement des types de signes plus facile à interpréter. Nous devons nous rappeler que le message ne se compose pas d'un signe isolé, mais de (parfois complexes) combinaisons de signes, qui peuvent contribuer à leur élucidation réciproque. C'est précisément l'idée derrière la proposition de Vakoch d'une séquence d'images, dont chacune peu contenir six domaines distincts : l'un pour l'image; quatre pour les parties différentes du discours (noms, verbes, adjectifs et adverbes); et l'autre pour l'interrelation entre deux trames successives (un méta-signe, alors). Ici, nous avons une combinaison d'icônes (la forme d'un corps humain, ou des parties de celui-ci) et des symboles : des Noms communs pour ce qui est montré dans l'image, des adjectifs pour les propriétés de cet objet (par exemple, haut, bas, etc ), des verbes d'actions effectuées par le caractère entre deux trames successives, et des adverbes pour les caractéristiques de cette action (rapide, lent). Au début, il peut sembler douteux que le bénéficiaire pourrait établir une corrélation entre un symbole donné et ce qu'il est destiné à désigner, ou même que ce destinataire peut l'identifier comme un symbole et non comme faisant partie de l'image.

Ce qui peut aider de façon décisive ce destinataire final est l'interprétation mutuelle que des parties du message proviennent d'un autre (mais une interprétation qui doit encore être sous-entendue, c'est-à-dire interprétée comme telle) et le jeu systématique de la répétition et de la variation entre les images, qui donnera aux destinataires la possibilité de faire des conjectures et enlèvements, que les images suivantes peuvent confirmer ou infirmer, dans ce dernier cas en appuyant pour que les bénéficiaires lecteurs révisent leurs hypothèses précédentes.

Considérant que Vakoch souligne la structure narratologique de la séquence (la très simple histoire d'un caractère anthropomorphique qui soulève et abaisse un bras, la fermeture et l'ouverture d'un œil), je tiens à souligner son aspect interactif, le fait que non seulement elle sollicite (comme tout message amenant interprétations), mais offre également un jeu d'essais et d'erreurs dans lequel les conjectures, les perplexités, et même des erreurs peuvent contribuer à une compréhension. Aussi progressif et provisoire qu'un message comme celui que Vakoch a conçu, il devrait être soumis à plusieurs interprètes humains qui ne connaissent pas son sens. Ce test donnerait aux concepteurs une idée, bien qu'approximative, de la "décryptabilité" de leur message, mais il donnerait aussi (et plus fondamentalement, je crois) une petite idée des différents chemins inattendus et interprétations qui peuvent être explorés en essayant d'en faire sens.

Les indices involontaires

Admettre que le cadre du processus doit être confié (à la fois) au destinataire et au concepteur des messages qui prennent en compte la nature interactive de l'interprétation sont, à mon avis, les clés pour résoudre les difficultés décrites dans cet article. Nous ne pouvons pas dicter, contrôler, ou même imaginer les conditions présupposées et les résultats de l'interprétation de nos messages vers des extraterrestres. Mais nous pouvons offrir aux destinataires la possibilité d'essayer (choisir) différentes stratégies, même si cela implique un risque que les chemins qu'ils vont suivre ne sont pas ceux que nous aurions attendus ou choisis pour eux. Ce que nous savons de l'interprétation montre que cette incapacité à contrôler la réception est toujours le cas de toute façon, et que ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Une conception largement répandue de la communication repose sur la prévision du succès de la réception d'un message, qui est un message qui récupère le sens que son expéditeur avait pour but de transmettre à travers lui. Mais l'histoire du déchiffrement des langues inconnues montre que les choses ne sont jamais si simples, et que les moyens détournés de lecture conduisent parfois à des découvertes inattendues.

Lineairebetautres

Dans son livre sur les langues éteintes, Johannes Friedrich souligne que la direction dans laquelle un script doit être lu peut parfois être déduite de l'espace vide à la fin de la dernière ligne d'une inscription. Ici nous avons un indice, un signe causé par son objet : la direction de la rédaction est concrètement responsable de quel côté la dernière ligne est vide. Mais ce n'est pas un signe très remarquable qu'il ne nécessite pas un raisonnement abductif (d'enlèvement). Aussi étrange que cela puisse paraître, je vois dans ce petit exemple des raisons d'espérer en ce qui concerne la communication interstellaire. Nous avons tendance à conceptualiser la communication avec des intelligences extraterrestres en termes de transmission réussie dans le sens voulu. Mais la production et la réception de signes ne peuvent pas être limités à un plan intentionnel. Une caractéristique importante de la plupart des indices est leur nature involontaire. Cela s'applique non seulement en des signes naturels, tels que la fumée, mais aussi dans les productions conscientes des signes, qui comprennent toujours un aspect indiciel provenant d'ailleurs de ce que l'expéditeur a voulu dire. Le touriste est confronté à une anomalie, comme nous l'avons vu, qui peut le mener à conclure à tort que c'est une erreur; mais cette hypothèse devient de moins en moins plausible lorsqu'il ou elle rencontre plus d'anomalies. Pour moi, la répétition devient un indice de la nature régulière de ce signe, même si cette indication n'a jamais traversé l'esprit des auteurs des textes. Cet exemple montre une fois de plus le rôle central de l'interprétation. L'insistance de Peirce sur le rôle de l'interprétant implique qu'un signe, dès qu'il est reconnu comme tel (ce qui est déjà le résultat d'une interprétation), est soumis à un processus d'interprétations sans fin et souvent inattendues. Ce sera certainement le cas si, par hasard, nos signaux sont reçus par des êtres intelligents, quelles que soient leur physiologie ou leur culture. Nous pouvons compter, jusqu'à un certain point, sur l'ingéniosité des bénéficiaires. Bien qu'ils ne peuvent pas comprendre les choses particulières que nous voulons communiquer, ils peuvent au moins reconnaître et interpréter, peut-être même de manière fructueuse, certains indices laissés tout à fait involontairement. Le scribe sumérien qui a laissé une partie de la ligne vide ne pouvait pas imaginer qu'il quittait un signe qui serait lu et utilisé plusieurs siècles plus tard par un archéologue. La situation de SETI n'est pas vraiment très différente. De l'expérience des décrypteurs de langues éteintes, il semble que l'envoi du plus grand nombre et de différents messages que possible est la meilleure stratégie, celle qui offre le plus de chance au destinataire. Le contenu de nos messages peut être beaucoup moins important que le nombre et la variété des messages que nous envoyons, mais seulement parce qu'ils donneront aux bénéficiaires plus de possibilités de comparer et tester leurs enlèvements sur les messages passés contre de nouveaux exemples. En l'absence de commentaires, c'est peut-être le meilleur plan d'action pour une élaboration de nos "messages dans une bouteille interstellaire."

Chapitre 6 et suite à venir.

Archaeology anthropology and interstellar communication taggedarchaeology-anthropology-and-interstellar-communication.pdf (1.58 Mo-vo)

Extraits choisis et traduits du chapitre 5 par Yves Herbo.

Traductions à suivre Partie 3 sous peu

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires, 25-07-2014

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire interviews politique économie alien échange environnement climat auteur lire mystère astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau