Une nouvelle machoire fossile pourrait provenir d'une nouvelle espèce humaine

Une nouvelle machoire fossile pourrait provenir d'une nouvelle espèce humaine

Machoirepenghu1 miniMachoire de Penghu 1

Le premier être humain préhistorique installé à Taiwan vient d'être identifié, et il pourrait être le représentant d'une nouvelle espèce humaine inconnue qui vivaient il y a encore 10.000 ans, selon une nouvelle étude.

Les grandes dents de l'humain nouvellement découvert, " Penghu 1 ", renforce le nombre croissant de preuves que les Homo Sapiens n'étaient pas les seules espèces de notre gène à vivre en Europe et en Asie, il y a entre 200.000 ans et 10.000 ans. Les anthropologues ont appris que les Néandertaliens, les Denisovans et les Homo floresiensis (aka. Le «Hobbit») vivaient en Europe et en Asie pendant ce laps de temps.

Les anthropologues viennent d'admettre que les Penghu 1, qui sont décrits dans le dernier numéro de Nature Communications, s'ajoutent à cette liste déjà impressionnante et pourraient avoir co-existés - et même, s'être croisés, avec nos espèces.

" Les preuves disponibles n'excluent aucunement la possibilité qu'ils aient survécus jusqu'à l'apparition de l'Homo sapiens dans la région, et il est tentant de spéculer sur leur contact possible ", explique le co-auteur, le Dr Yousuke Kaifu, qui est un professeur agrégé au Département des sciences biologiques de l'Université de Tokyo.

Kaifu, l'auteur principal Chun-Hsiang Chang, et leur équipe ont étudié les restes de l'homme nouveau, qui sont représentés par une mâchoire avec de grandes dents encore sur elle.

Machoirepenghu1

Machoire du l'Homo Penghu 1, remontée par des pêcheur au large de Taiwan. Penghu 1 mandible. Its morphology suggests the presence of a robust, primitive type of hominin so far unrecognised in the Pleistocene Asian fossil record (Y Kaifu)

Des pêcheurs ont dragué la mâchoire au large de la côte de Taiwan à Penghu Channel et l'ont vendu à un magasin d'antiquités local, où le collectionneur Kun-Yu Tsai l'a acheté.

Tsai a fait don de sa collection au Musée national des sciences naturelles à Taiwan, où Chang travaille dans le département de géologie.

Chang et son équipe ont reconnu l'importance d'un fossile de Penghu, et ils théorisent qu'il pourrait représenter une nouvelle espèce humaine, ou un groupe régional de l'Homo Erectus, aka. «Honnête Homme» ( 'Upright Man'). (YH : un peu comme Homo Floresiensis est considéré comme un Homo Erectus régional, différencié)

" Penghu 1 est un trésor national à Taiwan et est bien conservé au musée avec ma haute sécurité ", dit Chang.

Lui et ses collègues croient que, en raison de sa taille, la mâchoire a appartenue à un individu adulte et peut-être une personne âgée, "parce que ses dents sont implantées sérieusement ", dit Chang.

La taille de la mâchoire révèle en outre que Penghu 1 n'était pas un nain, contrairement au petit Homo Floresiensis, qui a vécu sur l'île de Flores, en Indonésie, où d'autres animaux étaient également plus petits que d'habitude (YH : tels des fossiles d'éléphants nains découverts à Flores).

Penghu 1 a vécu sur ce qui était alors le continent asiatique, dans un écosystème qui comprenait de nombreux autres animaux.

" Les restes fauniques associés suggèrent que la région était un bois relativement ouvert, humide," dit Kaifu. " C'est à cause de la présence vérifiée de grands mammifères, tels que les éléphants (le Stegodon), des chevaux et des ours, mais la faune inclus aussi des animaux qui préfèrent les marais, dans un climat chaud et humide, comme les buffles d'eau." (YH : on constate de plus en plus dans les environs des îles comme Taiwan, que les fonds marins n'en étaient pas et étaient bien immergés à ces périodes pas si lointaines, rappelant la légende de Mu...)

différentes espèces

Avec de telles ressources naturelles, il n'est pas difficile d'imaginer pourquoi les humains archaïques ont été attirés par le site. Bien que l'identité précise de Penghu 1 reste un mystère pour l'instant, une chose est certaine : cet humain aux grandes dents n'était pas un membre de notre espèce.

" Cette mâchoire n'est clairement pas d'un humain moderne et la proposition qu'elle peut appartenir à un ancêtre lié, ou à un descendant de l'Homo Erectus est raisonnable ", dit Bernard Wood du Centre de l'Université George Washington pour l'étude avancée de la paléobiologie de l'homme.

" Nous savons peu de choses sur l'évolution humaine en Chine et en Asie du Sud-Est à cette époque, de sorte que la possibilité que davantage de preuves fossiles puisse provenir du fond marin dans le Canal Penghu est une perspective excitante ", dit Wood, qui n'était pas impliqué dans l'étude.

Chris Stringer, du Musée d'Histoire Naturelle, note que " la mâchoire " courte et large " de Penghu 1, avec ses grandes dents, soulèvent des questions intéressantes sur son classement."

Stringer dit qu'à certains égards, le fossile est plus primitif en le comparant avec le bien connu " Homme de Pékin " et les fossiles de Zhoukoudian, en Chine, mais il a aussi certaines caractéristiques en commun avec l'archaïque Homo Heidelbergensis, ainsi que l'Homo Erectus et même les Denisovans.

" Ce fossile énigmatique est difficile à classer," dit Stringer, " mais il met en évidence des preuves de plus en plus non inattendues de la diversité humaine en Extrême-Orient, avec la coexistence apparente de différentes lignées de la région avant, et peut-être même contemporaines de l'arrivée de l'homme moderne il y a quelque 55.000 ans ».

Sources : http://www.abc.net.au/science/articles/2015/01/28/4169795.htm?topic=ancient et DiscoveryNews.com

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 30-01-2015

Yves Herbo sur Google+

hominides Mu lire climat mystère prehistoire archéologie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau