Un nouvel hominidé inconnu en Afrique ?

Un nouvel hominidé inconnu en Afrique ?

50547826-human-family-tree304.gif

Les mélanges entre les hominidés découverts en 2010

Des expéditions en Afrique ont peut-être ramené des preuves d'une branche jusque-là inconnue dans l'arbre généalogique humain. Mais cette fois, la preuve n'a pas été mis au jour en creusant dans la terre. Elle a été constatée dans l'ADN de chasseurs-cueilleurs de personnes vivant au Cameroun et en Tanzanie.

Enterrée dans les modèles génétiques de 15 personnes, les chercheurs ont constaté la signature génétique d'une espèce sœur qui s'est séparée de l'arbre généalogique de l'homme à peu près au même temps que les Néandertaliens l'ont fait (donc au niveau des deux branches dans le shéma ci-dessus). Cette lignée est probablement resté isolée de celle qui a produit les humains modernes pendant une longue période, mais son ADN a sauté dans le pool génétique par des croisements avec Homo sapiens, avec les humains modernes, au cours de la même époque que d'autres humains modernes et des Néandertaliens ont été se mélanger dans le Moyen-Orient, signalent les chercheurs.

La preuve du métissage ancien est étonnamment convaincante, explique Richard "Ed" Green, un biologiste du génome à l'Université de Californie, Santa Cruz. " Il y a un signal qui exige des explications, et un mélange archaïque semble être la plus raisonnable à ce stade," dit-il.

Les scientifiques ont découvert que certaines personnes ayant une ascendance en dehors de l'Afrique ont hérité de l'ADN de Néandertaliens ou de Denisovans, un mystérieux groupe connu seulement par l'ADN dérivé d'un os de doigt fossile trouvé dans une grotte de Sibérie ( SN:. 05/06/10, p 5 ; SN : 15.01.11, p.10  ).

Mais ces chercheurs ont eu l'ADN de fossiles pour guider leurs recherches. Cette fois, les chercheurs mené par Sarah Tishkoff de l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie n'ont pas eu d'ADN fossile, ou même de fossiles.

Le Groupe Tishkoff a pris l'ADN donné par 15 chasseurs-cueilleurs africains - cinq Pygmées du Cameroun, cinq Hadza et cinq Sandawe de Tanzanie et compilés de complets modèles génétiques pour chaque personne. Le généticien de population Joshua Akey de l'Université de Washington et ses collègues ont aidé à analyser les données. En utilisant une analyse statistique, l'équipe a déterminé qu'environ 2 pour cent de l'ADN à partir des chasseurs-cueilleurs viennent d'une espèce inconnue d'hominidé qui s'est séparée des ancêtres de l'homme moderne il y a environ 1,1 millions d'années. Ces cousins perdus depuis longtemps de l'homme doivent avoir par la suite croisés les humains modernes quelques temps avant que la lignée ancestrale commune des trois groupes de chasseurs-cueilleurs soit séparée il y a environ 30.000 à 70.000 ans, dit Akey.

Une étude distincte publiée en ligne le 23 Juillet 2012 sur arXiv.org examine les profils de changements unité simple d'ADN , appelés SNP, dans 22 groupes africains. Cette étude, par Joseph Pickrell de la Harvard Medical School et ses collègues, présente également des preuves que certains groupes africains, y compris les Hadza, peuvent avoir de l'ADN provenant d'hominidés éteints inconnus.

D'autres chercheurs ne sont pas convaincus que les restes d'ADN identifiés soient les restes génétiques d'une nouvelle espèce de cousin de l'homme. L'ADN aurait pu provenir d'un groupe génétiquement distinct de l'homme moderne, qui a depuis disparu en raison de changements dans leur environnement, les maladies ou les confrontations avec des groupes rivaux de l'homme, dit Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue à l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive à Leipzig, en Allemagne.

Un métissage relativement récent n'est pas la seule explication de la présence de cet ADN nouvellement découvert, dit Paul Verdu, anthropologique généticien de l'Université de Stanford. Il pense que l'ADN peut être l'empreinte génétique laissée par un ancêtre commun des humains modernes et d'une autre espèce. L'ADN peut avoir été tellement transformé dans les groupes non-africains, juste par hasard, qu'il est désormais méconnaissable.

Source : http://www.sciencenews.org/view/generic/id/342711/title/DNA_hints_at_African_cousin_to_humans par Tina Hesman Saey

Traduit par Yves Herbo - SFH 08-2012

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire environnement

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau