Un artéfact rejeté trop rapidement ?

Un artéfact rejeté trop rapidement ?

rocktop-400.jpg

En 1998, l'ingénieur électricien John J. Williams, lors d'une randonnée, trouve une mystérieuse roche comportant ce qui ressemble à un morceau de métal encastré sur sa surface. En fait, cela ressemble assez à un composant électronique humain, mais il est complètement encastré dans la roche et seule sa surface est visible, avec 3 petites tiges, ou broches apparentes :

threeplug201.jpg

Des premières études préliminaires furent faites par des amis du découvreur et lui-même, notamment un géologue. L'artéfact a l'apparence d'un composant électronique intégré dans une roche naturelle, une pierre de granit très dure, composée de gros cristaux de quartz ou de cristaux de rhyolite, y compris de très faibles pourcentages de mica qui existait déjà au moment de la formation de la roche. Le géologue a dit que c'était probablement de la rhyolite d'un âge minimum de 55.000 ans. Un autre ingénieur a examiné le quartz et a dit que ce materiau était plus dur que du quartz, peut-être bien du diamant. La pierre n'est pas une accrétion, une concrétion, de la pierre ponce ou un fossile. Elle ne contient pas de résines connues, de ciments, de colles, d'adhésifs, de mortier, de calcaire ou d'autres agents de liaison autres que de la rhyolite ou du quartz. En outre, il ressemble à un connecteur XLR électronique ou un autre composant très semblable et ne révèle aucune trace d'avoir été collé ou soudé. En fait une étude géologique aurait établi un âge approximatif de 100.000 ans pour cet artéfact.

Il montre une faible attraction magnétique, et des relevés de compteur ohms ont révélé qu'il présente une résistance proche de celle d'un circuit ouvert.

Avec une marge d'erreur de 0.2 mm, la roche fait 61 mm de longueur, 38 mm de large (au plus large) et 22 mm d'épaisseur ( sans la broche/tiges/griffes). En utilisant une balance précise, le poids a été mesuré à 2.5 onces (70.87 grammes). Une fiche à trois broches est contenue par une matrice d'une origine complètement indéterminable. La pièce d'un diamètre de 0,3 pouces (7.62 mm) ne semble pas être fabriquée en bois, en plastique, en caoutchouc, en métal ou autre matériau reconnaissable.

Une pierre encastrée avec une fiche à trois broches est d'environ 100.000 ans. Crédits photo: John J. Williams


Williams a utilisé un puissant rayons X qui révèle que le composant de la matrice s'étend dans une structure opaque interne au sein de la pierre. Les Tiges intégrées à l'espèce de broches sont réalisées en une sorte de matériau conducteur de l'électricité (que je suppose être en métal) et ont un aspect d'acier. Le composant de la base ronde est un matériau du type céramique ou de roc blanchâtre, et n'est certainement pas en plastique, en caoutchouc, en bois ou matériau de type métallique (relativement rare dans la plupart des types de composants électriques modernes synthétiques, à base de céramique, les composants sont normalement limités en haute température, ont un rayonnement élevé, une haute tension, une puissance élevée, et / ou une très longue capacité d'utilisation). Le composant lui-même est d'environ 8 mm de diamètre , ses repères/tiges sont d'environ 3 mm de hauteur, l'espacement entre les repères est d'environ 2,5 mm, et l'épaisseur de tige est d'environ 1 mm (à nouveau, le tout avec 0,2 mm de marge d'erreur). L'arrondissement des extrémités des tiges indiquent une certaine usure à long terme, de sorte que les trois millimètres ne pourraient bien ne pas être leur longueur d'origine. Toutes les broches semblent être de la même taille (un grand-angle sur un appareil photo numérique déforme la taille relative des objets plus proches aux plus lointains).
Bien qu'il n'y ait aucune indication qu'il y ait eu un quatrième axe ou tout autre type de modulation, la base du composant est âprement ébréchée, là où un quatrième axe aurait pu être situé si jamais il y avait en avait eu un, et la marque sur le rocher lui-même conduit à la zone ébréchée, indiquant qu'à un certain moment, le rocher et sa composante ont reçu un coup fort. La zone écaillée est profonde et inclinée.

rockside1-400.jpg

Les lectures de tension (quelle que soit la polarité de connexion) indiquent soit un circuit ouvert ou une impédance très élevée entre les broches (de type FET ou d'un type de tube technique (par exemple de type MOSFET technologie) ? Certains circuits inconnus organiques ou biologiques qui auraient pourri ? Brisé à l'intérieur des circuits ?. Il a été également injecté divers signaux électroniques à travers les broches sans qu'aucune réponse ou réaction n'ait été détectée. Certains ont émis l'hypothèse que le composant est un connecteur XLR. L'auteur a fait beaucoup de recherches de composants à ce sujet, et ce n'est pas une prise XLR ou tout autre connecteur que je connaisse. En dépit de la publicité mondiale importante sur le rocher depuis le printemps 2003, et une énorme quantité d'apports des partisans et des sceptiques de carrière, personne n'a été en mesure d'identifier le composant intégré ou l'assemblage de roche lui-même par une marque et par un modèle/pièce comme étant fabriqué par l'homme moderne !

rockoblique1-400.jpg

Il n'y a aucune indication de ciment, colle ou d'adhésif que ce soit sur ou près de la composante à lumière visible, aux rayons X et aux examens à la lumière noire. Il y a une légère attraction magnétique (en utilisant un aimant 10-lb pull rare earth magnet), sur le composant, et au fond de la roche sous le composant. En utilisant une petite unité classique de géologue de type "blacklight Spec-Tec" (modèle HD-1, de Spectrum Technologies), "L" en réglage (ondes longues), il n'y a pas de changement perceptible de la couleur soit dans le composant de base ou dans les broches. Toutefois, en vertu d'un blacklight industriel à grande puissance, le composant de base semble être d'un rose vif avec un peu de phosphorescence et un étrange "onglet" rouge, non visible en lumière visible, apparaît sur le bord du composant. Ni le rocher, ni son composant n'apparaissent briller dans le noir, sous la lumière visible, n'émettent pas des sons, de la lumière ou des ondes radio, ou se fait sentir inhabituellement chaud ou froid, ou quelque chose qui bouge à l'intérieur de celui-ci. Ni le compteur Geiger (Victoreen modèle CDV-717), ni un compteur Geiger utilisé par un laboratoire professionnel de matériaux qui a testé le rocher n'ont détecté aucune radiation émanant du rocher.

rockback-400.jpg

Le rocher a été fortement érodé, probablement par de l'eau qui a coulé sur lui pendant 100 ou 1000 ans (la roche ne se trouvait nulle part près d'un lit actuel de rivière ou anciennement connu d'un lit de rivière à proximité, même si il pleut beaucoup dans la région). L'examen microscopique des broches du composant comme le montrent les images indique également une forte érosion des broches dans un sens (mais pas de corrosion), indiquant que le composant a également été exposé à un courant marin dans une position stable pendant une longue période de temps. La question est que si l'artéfact a été sur Terre pendant au moins 1000 années - peut-être même des millions d'années - pourquoi ne pas avoir ses broches totalement éliminées par la corrosion ou usées ?
Des gouttes fondues d'un matériau de type métallique à la périphérie du composant indiquent qu'un objet métallique à proximité de la pierre a été soumis à des températures élevées pour provoquer la fusion du métal et des éclaboussures de métal en fusion ou des pulvérisation cathodiques sur l'élément incorporé (crash d'OVNI ? site dune guerre spatiale alienne ? exposition volcanique ?). Il n'y a à priori aucune trace de cratère de météorite ou de volcaniqme dans la région. En outre, l'examen des nombreux bouchons synthétiques modernes au microscope électronique, y compris les prises XLR modernes, ne montre aucun signe de taches minuscules de métal sur leurs surfaces de base - qui sont des preuves plus convaincantes que l'élément incorporé ne peut pas être causées par l'homme moderne. Aussi, il est possible que les tempertures élevées qui ont produit ces taches métalliques, ont aussi fait fondre les broches métalliques du composant ? Il n'existe aucune preuve que les éclats de métal provenaient du composant lui-même. La théorie de l'auteur est que les broches métalliques sont dans un métal différent de celui des gouttes de métal - un métal avec une température de fusion plus élevée et résistant à l'usure et résistant à la corrosion. Peut-être un métal qui n'est pas encore connue de l'homme moderne ? Peut-être un composant très résistant, résistant à l'usure et résistant à la corrosion qui, si il était reproduit, pourrait révolutionner nos industries - un super-métal ou un super-alliage métallique ? Pourtant, aucun scientifique digne de confiance de tous les pays n'a montré le moindre intérêt pour ça ! a noter que des roches de types similaires à celle-ci ont été trouvées, par exemple, un étrange composant électrique de type connecteur est enterré dans le centre d'une géode en Californie...

Les questions restent posées : Pourquoi une fiche à trois broches a été intégré dans une roche ? Quel est le but qu'un tel objet aurait suivi ?

montage-rock1.jpg

Le composant de la matrice s'étend dans une structure opaque interne à l'intérieur de la pierre, des traces de métal fondu, usure des tiges


Est-ce un objet d'origine extraterrestre ou peut-être un produit très avancé, témoignant des compétences technologiques d'une civilisation préhistorique perdue dans le temps ? Malheureusement, malgré la mise à disposition gratuitement de la pierre par le découvreur depuis 1998 pour toute analyse sérieuse par des scientifiques officiels, personne ne s'est manifesté au Nouveau-Mexique (où habite le découvreur) : l'artéfact a été automatiquement rejeté par la science sans aucun examen sérieux, personne ne voulant investir dans des analyses assez coûteuses (ça rappelle largement le manque de soutien scientifique constaté sur l'expédition sur les anomalies en Mer Baltique...). Williams est d'ailleurs lui-même retraité et assez fragile question santé, peut-être aussi assez désabusé par les a-prioris et pré-jugements humains quand quelque chose ne correspond pas à ses idées ou concepts de base hérités...

Lors d'une conférence des groupes sceptiques américains (23 au 26/10/2003), l'objet est évidemment vivement critiqué et soupçonné d'être une fraude et un canular. Willams est présent est tente d'approcher le Dr. Ken Frazier (Géologue et éditeur du "Skeptical Inquirer"), qui avait publié deux articles de ses auteurs attaquant l'artéfact de Williams. Il leur propose de justifier leurs propos en analysant honnêtement l'artéfact, mais les sceptiques (comme souvent !) refusent de prouver eux-mêmes leurs hypothèses ou contre-propositions. Aussi bien le CSICOP que le Skeptical Inquirer ne jugent pas utile d'analyser l'artéfact et le classent d'office comme "canular". Williams leur dit alors de faire appliquer la loi "psychic frauds and racketeers" du nouveau-Mexique et de porter officiellement plainte, la justice fera peut-être analyser la pièce... les sceptiques ne répondront jamais et banieront tout simplement tout contact avec le découvreur, sans bien sûr porter plainte ou autre...

Aux dernières nouvelles, l'objet est toujours disponible, peut être analysé par quiconque paie les frais entièrement (avec la seule exigence du maintient de la propriété de l'objet à la famille du découvreur et sa présence lors des analyses), et est aussi achetable pour la modique somme de... 500.000 dollars... (plutôt une plaisanterie - à moins qu'une autre vraie preuve surgisse un jour et fasse réhausser sa valeur éventuelle...).

John J. Williams, M.S.E.E., CEO Consumertronics, P.O. Box 23097, Albuquerque, NM 87192

http://www.consumertronics.net/petradox.htmhttp://www.consumertronics.net/petradox2.htm

Extraits traduits par Yves Herbo SFH 08-2012

Yves Herbo sur Google+

ufo ovni alien mystère environnement archéologie prehistoire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau