Turquie : Un langage disparu découvert sur une tablette d'argile

Turquie : Un langage disparu découvert sur une tablette d'argile - MAJ

nouveau-langage-assyrie-john-macginnis.jpg Photographie détaillée de la tablette trouvée à Ziyaret Tepe, site probable de la ville antique de Tušhan. Elle contient les noms de 144 femmes déportées qui étaient probablement au service de l'administration assyrienne. © John MacGinnis

Le sud-Est de la Turquie, tout comme l'ensemble de cette région, n'a pas fini de révéler ses secrets, loin de là. Au contraire, on a l'impression que la moindre découverte qui sort de l'ordinaire crée à son tour son lot de questions et mystères. Et le dernier n'est pas le moindre car, depuis les fouilles de Gobekli Tepe, là où le plus ancien Temple découvert à ce jour à été déterré, d'autres découvertes ont été faites à Ziyaret Tepe notamment. Beaucoup plus récent à priori que celui de Gobekli Tepe, ce site n'en n'est pas pour autant moins intéressant historiquement, car il s'agit probablement de celui de l'antique ville de Tušhan. Cette cité renforcée était l'une des forteresses construites (ou prise ?) par les Assyriens, peuple guerrier mésopotamien qui a étendu une assez grande emprise sur son voisinage entre 884 et 609 Avant J.C, il y a presque 2900 ans donc.

gobekteppano543po.jpg Gobekli Tepe, Turquie, 11.600 ans minimum avant maintenant.

Une particularité dans l'organisation administrative des Assyriens : pour équilibrer et administrer sa population propre et celle des territoires conquis, ils déportaient massivement toutes les populations locales battues, vers des territoires à exploiter et envoyaient des colons entretenir les cultures déjà constituées et conquises. Il y a d'ailleurs là beaucoup de difficulté pour les archéologues de faire la différence entre des constructions construites par les Assyriens (et les autres peuples pratiquant le même système de déportations, jusqu'à beaucoup plus tard) et des constructions plus anciennes et conquises puis transformées par la suite...

Les ruines mises à jour depuis 1997, date de la découverte du site, font penser qu'il s'agit là du palais du gouverneur de la ville antique, construit sous le règne d’Assournazirpal II vers - 870 et qui a brûlé d'après les textes en 700 avant J.C. Mais cet incendie a permis de sauvegarder apparemment un petit trésor pour les archéologues : la chaleur dégagée par l'incendie a provoqué la cuisson d'une tablette d'argile sur laquelle était apposée une liste de 144 noms de femmes, figeant dans le temps les minuscules gravures contenant de précieuses informations.

Découverte en 2009 grâce à l'excavation du sol du palais, la tablette en question a été analysée par John MacGinnis, de l’université de Cambridge, dans un article du Journal of Near Eastern Studies qui vient de paraître. Il y dit que sa surprise a été de taille lors de son décryptage des caractères cunéiformes : cette tablette contient les preuves de l'existence d'un langage ancien complètement inconnu de nos jours.

La tablette a été trouvée dans ce que les archéologues pensent être la salle du trône et contient une liste de 144 noms de femmes écrits en caractères cunéiformes, mais seuls 59 d'entre eux sont sauvegardés et exploitables. Parmi ces derniers, 2 sont typiquement assyriens et 15 autres noms appartiennent à des langues connues de la même époque : égyptien, élamite, urartéen, hurrien, louvite et sémitique occidental. 42 noms donc sur les 59 proviendraient d'un langage inconnu, d'un peuple inconnu, déporté en masse par les Assyriens.

Plusieurs hypothèses sont bien sûr imaginables pour expliquer l'origine de ces noms mais, face à divers éléments historiques et géographiques, l'une d'entre elles est privilégiée pour l'instant, en attendant d'autres confirmations ou infirmations futures :

Cette langue disparue il y a presque 3000 ans a pu être parlée par un ou des peuples conquis par les assyriens, forcés de migrer en direction du sud-est de la Turquie. Et justement, il existe une contrée que l'on sait avoir été annexée par les Assyriens et pour laquelle on n'a jamais trouvé la moindre trace d'un langage local quelconque : les montagnes de Zagros maintenant en Iran, à proximité de la frontière avec l'Irak. Cette hypothèse est d'ailleurs déjà renforcée par des écrits du roi Assyrien Esarhaddon, qui font références à un langage inconnu, le mekhranien, originaire du Zagros. Cette langue disparue a dû donc être utilisée par des peuples vivant sur le territoire actuel de l'Iran, déportés jusqu'en Turquie du sud-est à l'époque.

La tablette d'argile est actuellement entreposée à Diyarbakir en Turquie, en attendant d’être un jour exposée au public.

Source : http://www.jstor.org/discover/

MAJ 26-05-2015 : Les fouilles se sont prolongées jusqu'à nos jours et il y en a chaque été. Quelles ont été les dernières découvertes ? Tout d'abord, les archéologues ont eu la confirmation que le site était bien les restes de l'antique cité de Tušhan, mentionnée dans plusieurs anciens textes. Mais aussi que, avant son annexion par les Assyriens, c'était le pays des Shubriens. Shubria était le nom du pays avant l'arrivée des Assyriens, et nous savons très peu sur leur langue et culture car elle n'était apparemment pas écrite, ou encore, rien ne nous est parvenu comme écrit (Notez que nos écrits modernes sont aussi assez rarement faits sur de la pierre ou du métal...).

Interview exploring the evidence for a previously unknown language on a tablet excavated by Dr. Dirk Wicke of the University of Mainz in the expedition to the ancient Assyrian provincial capital of Ziyaret Tepe directed by Prof. Timothy Matney of the University of Akro (Ohio), and deciphered by Dr. John MacGinnis of the University of Cambridge McDonald Institute for Archaeological Research. Youtube VO

Les noms de ces femmes écrits en assyriens mais indiquant une origine inconnue étaient-ils Shubriens ? Nous n'en savons rien mais c'est peu probable car les Assyriens déportaient l'ensemble des populaces occupant un territoire conquis pour le remplacer par des colons assyriens et d'autres populaces elles-même déportées d'ailleurs : c'est pour cela que la piste de la région de Zagros (qui a subi le même sort que Shubria) est privilégiée.

Cuneiform tablets

http://www3.uakron.edu/ziyaret/team.html

D'après le Dr. Kemalettin Köroğlu de Marmara University, les Assyriens ont au minimum déporté 3 millions d'individus lors de leurs conquêtes. Il ne sait pas si ces femmes étaient originaires de Shubria ou de Zagros mais leurs noms n'étaient ni Perses, ni Elamites, Egyptiens, Arabes, Hebreux ou Araméens... Ce sont des noms comme Impane, Ninuaya, Sasimi, Bisunume, Malinayasi et Pinda par exemple...

Les fouilles archéologiques en juillet 2014 ont découvert sur le site de Tušhan un grand nombre de jetons qui ont été utilisés pour tenir des décomptes des produits de base tels que le bétail et les céréales.

Ziyaret tepeA few of the hundreds of clay tokens unearthed at Ziyaret Tepe, Turkey. Image credit: Ziyaret Tepe Archaeological Project.

Plus de 300 jetons - des petits objets en argile, dans une gamme de formes géométriques simples - ont été découverts dans le principal bâtiment administratif, dans la ville basse de Tushan (qui a été édifiée en deux partie, la ville haute du Palais et la ville basse du commerce), ainsi que de nombreuses tablettes d'argile cunéiforme ainsi que des poids et des cachets d'argile.

Les jetons ont été trouvés dans deux chambres près de l'arrière du bâtiment, qui servait probablement anciennement de quai de chargement.

Étonnamment, les jetons datent d'une époque où l'écriture était une pratique courante - des milliers d'années donc après qu'il avait été précédemment supposé que cette technique était devenue obsolète. " L'écriture complexe n'a pas empêché l'utilisation de l'abacus, tout comme l'ère du numérique n'a pas anéanti les crayons et les stylos," a déclaré le Dr John MacGinnis de l'Institut McDonald pour la recherche archéologique à Cambridge, Royaume-Uni. (mais l'abacus a bien fini par disparaître avec le temps... on peut donc supposer que le temps arrivera aussi à bout des crayons et stylos un jour !).

" Alors que l'écriture cunéiforme était une technique plus avancée de la comptabilité, en la combinant avec la flexibilité des jetons, les anciens Assyriens ont créé un système d'archivage d'une plus grande sophistication ".

" Les jetons fournissaient un système de numéros mobiles qui ont permis que le stock puisse être déplacé et que les comptes puissent être modifiés et mis à jour sans avoir recours à l'écriture; un système qui ne nécessitait pas que tous les participants soient alphabétisés " (donc compréhensible aussi pour les "barbares", les populations non éduquées et aussi à l'international, pour les autres langues et écritures pratiquées dans le monde connu...

Le Dr MacGinnis et ses collègues croient que la nouvelle preuve pointe vers des jetons préhistoriques utilisés en conjonction avec l'écriture cunéiforme, comme un système administratif à l'échelle d'un Empire s'étirant juste en face de ce qui est maintenant la Turquie, la Syrie et l'Irak. En son temps, à peu près entre 900 à 600 avant JC, l'empire assyrien était le plus grand que le monde ait jamais vu.

Les types de jetons variaient de sphères de base, disques et triangles à des jetons qui ressemblent à des oxhides et des têtes de taureau.

Bien que la majorité des tablettes cunéiformes qui ont été trouvées avec des jetons font références aux métiers des céréales, il ne sait pas encore ce que les différents jetons représentent.

" Certains jetons représentent probablement le grain, ainsi que différents types de bétail (chèvres et bovins), mais - comme ils étaient encore en usage à l'apogée de l'empire - les jetons auraient pu être utilisés pour représenter des produits tels que l'huile, de la laine et du vin, " ont déclaré les scientifiques.

Le Dr MacGinnis a ajouté : " l'un de mes rêves est qu'un jour nous déterrions la tablette d'un comptable qui faisait un inventaire minutieux des biens et des systèmes, et nous serions en mesure de casser les codes du système des jetons..."

" Les inventions des systèmes d'enregistrement sont des jalons dans l'aventure humaine, et des découvertes qui contribuent à la compréhension de la façon dont ils sont arrivés amène une contribution de base à la cartographie de l'état d'avancement de l'humanité."

Excavation tushanZiyaret Tepe Archaeological Project.

Sources : http://www.hurriyetdailynews.com/mysterious-tablets-secrets-revealed.aspx?pageID=238&nID=28636

http://www.sci-news.com/archaeology/science-neo-assyrian-administrative-tokens-ziyaret-tepe-02064.html

http://umanitoba.ca/colleges/st_pauls/nebal/762.html​

 

Traduction, rédaction Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 05-2012, MAJ 26-05-2015

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire interviews échange lire video mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau