Thulé et Hyperborée

Thulé et Hyperborée

Tertre anseamour mini

Le plus ancien tertre préhistorique découvert en Amérique du nord (Labrador) - 6100 ans avant JC

Un certain nombre d'auteurs de l'antiquité, parmi lesquels un grand nombre d'anciens Grecs, ont, dans leurs écrits historiques ou philosophiques, mêlés avec de vrais descriptions d'endroits connus ou découverts depuis, des détails ou des affirmations sur des endroits considérés de nos jours comme étant de la fiction, ou à base de mythes, en l'absence de toute découvertes ou preuves les concernant. Ces endroits sont néanmoins comparables à des endroits comme Troie (surtout citée par le poète Homère) ou Rungolt par exemple, qui étaient considérés jusqu'à leur réelle découverte, comme des légendes ou de la pure fiction... La science est donc beaucoup plus prudente de nos jours, surtout qu'elle a fait des progrès et sait maintenant que le niveau des eaux était beaucoup plus bas à certaines périodes, mais qu'il existe et a existé aussi un grand nombre de phénomènes catastrophiques naturels (tsunamis, lames de tempêtes (eaux ou sables d'ailleurs), météores, séismes et éruptions volcaniques, inondations fluviales, incendies et tornades dévastatrices, etc...) ou artificiels (Guerres d'élimination et de déportation principalement) qui ont été susceptibles de faire disparaître des villes entières dans le passé... Je vais en faire ici un petit résumé pour ce qui concerne les endroits cités par les Anciens et appartenant (à priori) aux régions au nord de l'Europe.

Thulé :

Thulé a été cité la première fois par l'explorateur Grec Pytheas (qui habitait la ville de Marseille (Massalia), créée par les grecs) dans son rapport nommé "Sur l'Océan", rapport qui est lui-même cité par d'autres auteurs grecs et romains, mais qui n'a jamais été retrouvé, probablement détruit avec la Bibliothèque d'Alexandrie. Ce rapport contenait à priori ses découvertes faites lors de ses voyages entre 330 et 320 Avant J.C.. Parmis les auteurs qui le citent, il y a le romain Strabon (350 ans après donc, vers l'an 30), qui est plus que prudent dans sa "Géographie" Livre IV La Gaule, 5, la Bretagne (les îles britanniques faisant partie de la Gaule pour Strabon et les romains de l'époque, car ce n'est qu'une région administrative créée pour convenance romaine) : " Sur l'île de Thulé, nos renseignements sont encore moins sûrs, vu l'extrême éloignement de cette contrée, qu'on nous représente comme la plus septentrionale de toutes les terres connues. On ne peut guère douter, notamment, que tout ce que Pythéas a publié de cette contrée et de celles qui l'avoisinent ne soit une pure invention, à voir comme il a parlé des contrées qui nous sont aujourd'hui familières : comme il n'a guère parlé de celles-ci, en effet, que pour mentir, ainsi que nous l'avons démontré ci-dessus, il est évident qu'il a dû mentir encore davantage en parlant des extrémités mêmes de la terre. Disons pourtant qu'il a su accommoder ses fictions avec assez de vraisemblance aux données de l'astronomie et de la géographie mathématique, [car on conçoit à la rigueur que, comme il le dit,] les peuples voisins de la zone glaciale ne connaissent, en fait de plantes et de fruits, aucune de nos espèces cultivées, qu'en fait d'animaux domestiques ils manquent absolument des uns, et ne possèdent qu'un très petit nombre des autres ; qu'ils se nourrissent de miel et de légumes, de fruits et de racines sauvages ; que ceux qui ont du blé et du miel en tirent aussi leur boisson habituelle, et que, faute de jamais jouir d'un soleil sans nuages, ils portent leur blé dans de grands bâtiments couverts pour l'y battre, les pluies et le manque de soleil les empêchant naturellement de se servir, comme nous, d'aires découvertes ".

Notons tout de même que Pytheas, contemporain d'Aristote, cherche comme lui à prouver que notre planète est une sphère, comme l'enseigne l'école de Platon, à Athènes. Les savants de l'époque ont également compris que la Terre n'a pas la même inclinaison que le Soleil. Mais ils ne peuvent imaginer qu'elle tourne sur elle-même. Ils la placent au centre d'un système astronomique où le Soleil et les étoiles tournent autour de la Terre à un rythme que l'observation permet de déterminer... 

Thule carte

Détail d'une carte du Moyen-âge 

Enrichi des connaissances du IVe siècle, Pythéas profitera de son voyage pour vérifier toutes ces théories, et rechercher aussi probablement le mythologique continent d'Hyperborée, mentionné par un autre Grec, Aristée de Proconnèse, vers 600 Avant J.C. Ce sera la première application à grande échelle de la cosmographie mathématique à la géographie... il fit d'étonnantes découvertes pour cette époque (dont l'existence des marées liées à la Lune), mais ne fut pas cru comme il est très bien expliqué dans ce très bon article : http://www.inmysteriam.fr/enigmes-historiques/340-avant-j-c-le-voyage-extraordinaire-de-pytheas.html

A vrai dire, on n'a jamais pu identifier Thulé. Certains auteurs ont avancé l'hypothèse qu'il s'agissait des îles Féroé, des Îles Lofoten et même du Groenland, Orkney ou proche (Gaius Julius Solinus au 3e siècle et Servius au 4e) ou Shetland, avec même une identification à Saaremaa dans la Mer Baltique (Lennart Meri (1976). Hõbevalge - Silver White - Tallinn: Eesti Raamat), mais compte tenu des indications de Pythéas, il s'agit plus vraisemblablement de l'Islande voire de la Norvège qui pouvait à l'époque être considérée comme une île, d'autant plus que ses contours étaient en fait inconnus. Paul Gruyer, dans son livre Ouessant, Enez Heussa, l'île de l'Épouvante, publié en 1899, rapporte l'ancienne tradition orale qui faisait de l'île d'Ouessant la mythique Thulé, tradition déjà rapportée un siècle plus tôt par Jacques Cambry dans son Voyage dans le Finistère (1798).

 

Thule gravure

Carte de Thulé - Auteur : Carolo Malegherio Furnio Arnoldus Mercator Lovaniensis (1558)

Pythéas n'indique pas avoir atteint Thulé si on suit encore Strabon. Il révèle simplement qu'elle est située à six jours de navigation depuis la Grande-Bretagne à des latitudes proches du cercle polaire. Certains auteurs ont imaginé que les indications de Pythéas concernant des populations pratiquant la culture du blé et l'élevage des abeilles se rapportaient à Thulé et à ses habitants. S'il s'agit vraisemblablement de peuples rencontrés au cours de son voyage dans le nord de l'Europe, rien n'indique qu'ils étaient les habitants de Thulé. Néanmoins, Pythéas peint avec étonnement les habitants de ces contrées nordiques : « Les Barbares nous montraient où se couche le Soleil, c'est-à-dire l'endroit où il disparaît pendant six mois, mais où, l'été, les nuits sont éclairées. » Il évoque ainsi le cercle polaire, sans aucun doute... (Pline l'Ancien en l'an 77 - publia son Histoire naturelle dans laquelle il cite également la prétention de Pytheas (dans le livre II, chapitre 75) que Thule est à six jours de voile au nord de la Grande-Bretagne. Puis, en parlant des îles de la Grande-Bretagne dans le livre IV, chapitre 16, il écrit: "La plus éloignée de toutes, connue et parlée, est Thulé, où il n'y a pas de nuits, comme nous l'avons dit, c'est-à-dire quand le Soleil passe par le signe du Cancer, et au contraire il n'y a pas de jours au milieu de l'hiver, et chacun de ces temps suppose qu'ils durent six mois, toute la journée ou toute la nuit". Enfin, en affinant l'emplacement de l'île, il la place le long du parallèle le plus septentrional de ceux qu'il décrit, en écrivant dans le Livre VI, chapitre 34: "Le dernier est le parallèle scythe, des collines du Rhiphean à Thule: dit-on), il fait jour et nuit continuellement par tour (pendant six mois)". " La dernière de toutes celles qu'on cite est Thulé. Nous avons dit qu'au solstice d'été elle n'a point de nuit, le soleil traversant alors le signe du Cancer, et, au solstice d'hiver, point de jour: quelques-uns pensent que la lumière et les ténèbres y durent six mois alternativement. Timée l'historien dit qu'à six jours de navigation de la Bretagne, et en deçà, est l'île Mictis, qui produit le plomb blanc, que les Bretons s'y rendent dans des barques d'osier garnies de cuir. On cite encore d'autres îles, Scandia, Dumna, Bergos et Nerigon, la plus grande de toutes, où l'on s'embarque pour Thulé; de Thulé, un jour de navigation mène à la mer congelée, appelée par quelques-uns Cronienne." Pline Histoire Naturelle.

« ... ou bien deviendras-tu dieu de la mer immense, les marins révéreront-ils ta seule divinité, et Thulé l'Ultime te sera-t-elle soumise? » Citation de Virgile, Georgiques, I, 29-30.

« Simultanément, on a du mal à croire ce qui nous est étranger {...]. Les campagnards d'ici ont la même attitude d'esprit que nous quand nous entendons parler des contrées sises au-delà de Thulé - quelle que soit en vérité cette Thulé, qui permet à ceux qui l'ont dépassée de débiter des racontars invérifiables et irréfutables… » Citation de Synesios de Cyrene.

Du coup, le géographe romain Pomponius Mela place Thulé au nord du pays des Scythes...

À une journée de navigation de Thulé, encore plus vers le nord, Pythéas dit avoir atteint le « Poumon marin », une zone où la navigation n'était plus possible, et que certains ont interprétée comme étant la banquise, ou un mélange d'icebergs et de brouillards sans soleil. Il décrit le paysage, à un jour de navigation de Thulé : « Il n'existe plus de véritable terre, ni de mer, ni d'air, mais une combinaison de ces éléments, [...] comme un "poumon marin" [nom grec de la méduse]. Tout ce qui existe se trouve en suspension, rendant la navigation et la marche impossibles ». Cette vision, où se mêlent icebergs, brouillard et mer, a sans doute terrorisé les marins. Ces dernières citations de Pythéas sont faites par Polybius vers 140 Avant J.C., dont son ouvrage "Histories, Book XXXIV". Puis Pythéas redescend vraisemblablement par la côte ouest de l'Angleterre et découvre l'Irlande sans y faire escale. Ce voyage ou un autre le conduit aux confins de la mer Baltique, pays de l'ambre jaune, jusqu'au fleuve Tanaïs, qui peut être la Vistule ou le Niémen. Il découvre une île immense, que les indigènes nomment Abalus (et renommée Baltia par les romains,,, autre île légendaire) et que Pythéas baptise « Royale », en souvenir de l'Atlantide, où le palais de Poséidon est recouvert d'ambre...

Au 2e siècle av. J.-C.Antoine Diogène écrit Les Merveilles d'au-delà de Thulé (Tα υπερ Θoυλην απιστα), un ouvrage relatant ses voyages fantastiques à Thulé et ailleurs... un peu comme Homère, il s'agit à priori d'un mélange d'aventures et de fictions... Pline l'Ancien précise par contre très sérieusement que des navires partent des îles de Nérigon et de Scandie pour Thulé. Le terme de Thulé figure également dans les Géorgiques du poète romain Virgile. Chez les Romains, Extrema Thule désigne la limite septentrionale du monde connu. Ptolémée le situe au 63° N de latitude dans son ouvrage Géographie. Notons que lorsque les scientifiques de l'Institut de géodésie et de géoinformation de l'Université technique de Berlin ont testé les cartes antiques de Ptolémée, ils ont identifié un modèle d'erreurs de calcul qui se produisait si on essayait de convertir les anciennes coordonnées de Ptolémée en coordonnées géographiques modernes. Après avoir corrigé les erreurs, les scientifiques ont cartographié la Thulé de Ptolémée sur l'île norvégienne de Smøla. Dans la Vie d'AgricolaTacite mentionne avec assurance que les équipages « la virent distinctement » (Vie d'Agricola, X. 6), mais « reçurent l'ordre de ne pas aller plus loin ».

« Tous sortent de la mort comme l'on sort d'un songe.
Les corps par les tyrans autrefois déchirés
Se sont en un moment en leurs corps asserrés,
Bien qu'un bras ait vogué par la mer écumeuse
De l'Afrique brûlée en Thulé froiduleuse.
 » poème d'Agrippa d'Aubigné, Les Tragiques

 

Thule carte2

Pierre Du Val:  La Carte Du Monde pour l'Ancienne Histoire (1665) avec Thulé en haut à gauche

 

Durant l'époque médiévale, Ultima Thule est parfois utilisé comme le nom latin du Groenland alors que Thule désigne l'Islande. De nombreuses cartes du Moyen-âge montrent Thule...

Thule carte3Carte de Thulé (Thyle à gauche) au-dessus de l'Ecosse et des îles Orcades

 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Carta_Marina.jpeg

On retrouve aussi Thule sur cette carte de 1539 d'Olaus Magnus sous le nom de Tile..., voici une image grossie de cette île inconnue :

Thule carta marina olaus magnus

 

Au 20e siècle, les mouvements pangermanistes et nazis (Société de Thulé), puis l'écrivain français Jean Mabire associent Thulé au mythique continent d'Hyperborée qu'ils considèrent comme le « berceau » de la race aryenne.

En 1941 ou 1953 selon les versions, la base aérienne de Thulé est nommée ainsi par les américains d'après la légende, située au Groenland sur le sol danois de la région de Avannaa, elle sera le lieu d'un grave accident nucléaire en 1968, avec le crash d'un bombardier transportant 4 bombes nucléaires (dont une n'aurait pas explosée et n'aurait jamais été retrouvées d'après certains)...

Basethule

Base aérienne de Thulé au Groenland, proche d'un lieu ancestral des inuit du même nom...

 

De par sa position mythique extrême, Thulé est parfois employée pour désigner le point le plus au Nord, une espèce d'absolu indépassable, proche de l'idée de "bout du monde". Et pour finir, il est important de savoir que le Gaelic écossais pour nommer l'Islande est "Innis Tile", ce qui se traduit par "île de Thulé"... et que Thulé a aussi donné son nom à un des éléments primordiaux, le 69ème dans la Table Périodique des éléments (ou table de Mendeleïev) : le Thulium...

Pour finir et aussi parler des Inuit et des Esquimaux, les habitants de l'Arctique, voici un extrait du livre de Jean Malaurie, L'Appel du Nord, Ultima Thulé : « Nord, montagne, humanité primordiale, peuple heureux et immortel: ces idées se retrouvent comme en gigogne dans plusieurs civilisations anciennes. Des fragments de ces idées mythiques se retrouvent dispersés dans toutes les civilisations jusque dans l'Arctique. Les Esquimaux, bien que tard venus dans l' Arctique - 10000 ans au plus tôt - gardent de la Sibérie au Groenland la mémoire d'un peuple pré-Esquimau, plus fort et plus conquérant, les Tornit ou Tunit, peuple anti-ethnique. Il est remarquable, en effet, que le Sud groenlandais ait, encore au XIX' siècle, une conscience aiguë de l'existence au nord, très au nord, d'un peuple de géants plus grands, plus forts et cannibales.On m'a montré, dans la région de la péninsule de Boothia les énormes pierres avec lesquelles ces " Tunit " construisaient de grands iglous. A Thulé, on a même gardé quelques mots du vocabulaire de ce peuple perdu dans la brume des siècles obscurs. " Ce sont nos pères ", me disaient les Inuit de Thulé (au Groenland)… » 
« Cet espace nordique a un nom: Thulé. Thulé-Tele : loin; Thu-al : Nord (Celte); Tholos ou Tolos : brouillard (grec); Tula: balance (sanscrit); Tulor mexicaine est dans la tradition ésotérique, la Terre lointaine, l'Ile blanche, le Pôle des lumières, le Sanctuaire du Monde. Thulé, baie de l'Étoile Polaire, est à l'aplomb du Pôle céleste. Telle Jérusalem, pôle judéo-chrétien ou La Mecque, avec la Kaaba, pôle de l'Islam, Thulé est le pôle des hyperboréens. »
« Les invasions se succèdent en Occident. Le mythe demeure: Atlantide de Platon ou Ifverboren, selon les vieux mythes suédois, le jardin des Hespérides, le berceau de la première race des hommes, nouveau Saint Graal, Thulé exprima la tradition celto-germanique la plus ténébreuse, où auraient vécu avant le déluge un peuple d'hommes proches des Dieux, les Atlantes, qui n'auraient survécu à l'engloutissement qu'en fuyant vers l'hypothétique Agaretha. Le Pôle du monde, la capitale, l'île, la montagne des " Maîtres de la Nuit ", des " Douze Sages ". Cette île ou montagne initiatique, où se situerait elle ? »... "
.

Le nom de Thulé remonte aux premières populations indo-européennes (des Aryiens nomades selon certains chercheurs); il a pris en chaque langue une nuance différente: Thuath en gaélique veut dire "le nord" ou "la gauche", Thyle en vieux saxon et Tiule en goth signifient "la limite extrême" et, en sanskrit, Tula, "la Balance", désigne la constellation de la Grande Ourse située au Nord.

 

Les choses se compliquent un peu aussi car les archéologues nomment un peuple indien du Grand Nord, ancêtre des Inuit actuels comme "le peuple de Thulé " !... 

Est-ce les Tornit ou Tunit, dont les groenlandais avaient, encore au XIX' siècle, une conscience aiguë de l'existence au nord, très au nord, d'un peuple de géants plus grands, plus forts et cannibales. Avec des traces dans la région de la péninsule de Boothia avec les énormes pierres avec lesquelles ces "Tunit" construisaient de grands iglous. ?

Qu'en disent les archéologues ? " Les archéologues désignent du nom de Paléo-indiens (paleo signifiant ancien) les premiers peuples en provenance de l'Asie du Nord-Est qui ont atteint l'Amérique du Nord. On a longtemps cru que cette migration datait d'il y a 12 500 ans. De nouvelles découvertes, dont certaines sont incontestables, ébranlent dorénavant cette certitude. Elles signalent plutôt l'arrivée d'humains en Alaska des milliers d'années auparavant. Des archéologues suggèrent même qu'au moins deux vagues migratoires quittent l'Asie en direction de l'est vers le Nouveau Monde. L'idée que nous nous faisons de la venue de ces anciens chasseurs dans l'Ouest canadien n'est plus aussi simple. Il semble en effet que des humains ont longé la côte nord-ouest du Canada vers le sud avant de se disperser dans toute l'Amérique du Nord.

Cependant, sauf pour certaines régions de l'Arctique, les humains s'installent vraisemblablement en tout dernier à Terre-Neuve et au Labrador. Cette situation s'explique en partie par la couverture de glace qui recouvre le sol il y a 10 000 ou 11 000 ans, et la nécessité de traverser le continent en passant par des territoires situés beaucoup plus au sud (les États-Unis d'aujourd'hui). Ils poursuivent, par la suite, leur progression vers le nord le long de la côte Est. En chemin, ils chassent et pêchent sans doute des mammifères terrestres et marins, et d'autres espèces marines. L'immense site archéologique de Debert révèle que les Paléo-indiens s'installent en Nouvelle-Écosse il y a environ 10 000 ans. La découverte d'outils et d'armes caractéristiques de cette époque a également lieu au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard. Des pointes de lances ou de dards provenant de sites archéologiques de l'Île-du-Prince-Édouard ressemblent beaucoup aux premiers artefacts retrouvés lors de fouilles effectuées le long de la côte nord du détroit de Belle Isle, maintenant le Labrador. Selon les archéologues, ce n'est pas une coïncidence. Les premiers Labradoriens auraient traversé le fleuve Saint-Laurent et se seraient dirigés vers l'est en suivant la Basse-Côte-Nord jusqu'au Labrador. Personne avant eux ne s'y était aventuré.

 

Artefacts premiers arrivants

Artefacts tirés de sites archéologiques situés dans le détroit de Belle Isle (Labrador)Ces artefacts datent d'entre 9000 et 7500 ans avant le présent. - Avec la permission de James A. Tuck, Memorial University of Newfoundland, St. John's, T.-N.-L.

 

Au cours de la dernière période glaciaire, la glace d'une épaisseur de près de 1,6 kilomètre provoque l'affaissement du sol. Ce dernier se rétablit graduellement après le retrait des glaciers. Les plages et les sites archéologiques dépassent dorénavant le niveau de la mer. Les plus anciens sites archéologiques, qui bordent la côte sud du Labrador, sont donc les plus élevés. C'est ce qui en a facilité la datation. D'ailleurs, le plus vieux site archéologique de la province, situé dans la partie sud du Labrador, repose effectivement à 27 mètres au-dessus du niveau de la mer. La datation au radiocarbone confirme un âge géologique frôlant les 9000 ans. YH : Nous avons donc aux endroits recouverts de glaces (ou hors de glaces mais proches) lors des dernières glaciations un effet contraire aux régions plus au sud : les terres, libérées du poids des glaces, s'élèvent, alors que plus bas, les terres hors de l'eau sont inondées par la montée des eaux suite au même dégel, et s'enfoncent sous l'eau...

Une partie de ces premiers habitants continuent leur lente expansion vers le nord en longeant le littoral labradorien, mais les preuves les plus anciennes de leur implantation sont manifestes dans la région du détroit du Labrador. De petits campements plus récents et géographiquement moins élevés s'échelonnent entre Red Bay et le Québec. Au fil du temps, ces gens enrichissent leur culture de nouveaux éléments (ou du moins ont-ils été préservés pour donner aux archéologues le plaisir de les découvrir), notamment des haches et des herminettes taillées en pierre polie, des pointes de harpons détachables en bois de cerf pour la chasse au phoque (peut-être les plus vieux au monde), des dagues et des pointes de lances en os, l'utilisation d'ocre rouge et de pigments de graphite, auxquels il faut ajouter les inhumations ponctuelles sous des talus en pierre.

Ensuite : Un autre peuple qui se sépare en deux : Les Autochtones de la tradition archaïque maritime tirent leur nom d'un site datant de 4000 ans mis au jour à Port au Choix dans le nord-ouest de Terre-Neuve. Le mot « archaïque » fait référence à un peuple de chasseurs-cueilleurs sans connaissance de l'agriculture. C'est un mode de vie répandu dans toute la partie orientale de l'Amérique du Nord. Le mot « maritime » souligne l'importance accordée aux ressources maritimes dans la vie de ces anciennes peuplades vivant à Terre-Neuve et au Labrador. De nos jours, les archéologues différencient deux branches des Autochtones de la tradition archaïque maritime : l'une méridionale et l'autre septentrionale.

 

Maritime archaic lances

Pointes de lances en os et en pierre trouvées à Port au Choix (Terre-Neuve), datant de 4000 à 3200 ans BP - On peut voir ces reliques dans la collection de The Rooms Provincial Museum Division. - Gracieuseté de M. Ralph Pastore, Memorial University of Newfoundland, St. John's, Terre-Neuve.

 

La branche septentrionale

La branche septentrionale est la première venue s'installer dans la province. Ces Autochtones descendent des habitants originellement établis le long du détroit du Labrador. Ils semblent déjà fort bien adaptés à une vie axée vers la mer iI y a 7500 ans. Des fouilles effectuées dans un tertre funéraire situé à l'Anse Amour, au sud du Labrador, ont permis de découvrir une défense de morse, des arêtes de poisson, un véritable harpon à tête détachable, un manche en bois de cervidés et d'autres objets signalant déjà les liens étroits qu'ils entretiennent avec la mer. Ce tertre funéraire et le harpon sont parmi les plus vieux vestiges de la planète.

 

Tertre anseamour

Tertre funéraire Anse Amour - le plus ancien en Amérique du Nord, Labrador, établi entre 6600 et 6100 avant J.C. - Formé d’un amoncellement peu élevé de grosses pierres, le tertre funéraire circulaire d’un diamètre de 8 à 10 mètres était situé à l’arrière de la principale zone d’habitation. On trouve à l’intérieur du tertre une petite chambre funéraire de pierre sous laquelle on a découvert le squelette bien conservé d’un enfant et plusieurs artefacts.

 

Dès qu'ils sont bien implantés dans le sud du Labrador, les Autochtones de l'Archaïque maritime se propagent ensuite vers le nord. Il y a 5000 ans, ils atteignent les baies Saglek et Ramah dans la partie la plus septentrionale du Labrador. La région de Ramah recèle une pierre particulière, le chert de Ramah, et au cours des 2500 ans qui suivent, ils façonnent leurs outils et leurs armes dans ce minéral. Plusieurs vestiges archéologiques remontant entre 7500 ans et 3500 ans révèlent une longue évolution culturelle comprenant presque toute la côte labradorienne.

Au cours de cette période, ils fabriquent avec habileté divers outils dont des pointes de lance en pierre éclatée à lamelles étroites et à longs manches coniques (pour faciliter l'emmanchement), des couteaux et des grattoirs. Les couteaux sont d'ailleurs assez gros. La pierre est adoucie, polie et transformée en haches, herminettes et gouges pour travailler le bois. Ils achèvent les animaux marins blessés à l'aide de pointes en ardoise polie. Ils utilisent des ulus (des couteaux en forme de croissant), et des couteaux de formes plus traditionnelles pour préparer les peaux et apprêter le gibier. Nous ne pouvons que conjecturer sur les objets en os, en bois de cerf, en ivoire, en bois, en peau, en écorce, et autre matière première biologique qu'ils auraient pu concevoir, sans oublier les charpentes d'habitation, les manches de harpons et de lances, les vêtements, les récipients en écorce et en bois, et bien d'autres articles. Certains archéologues estiment que ces Autochtones ont peut-être construit de grandes pirogues dans les régions où le bois était plus abondant, ou participé à du troc. Les ornements retrouvés comportent des parures de cou en mica et en stéatite, et de larges lames en chert de Ramah probablement destinées à des cérémonies.

Bien que le sol acide du Labrador a effacé en grande partie toute trace d'os, quelques vestiges et l'emplacement des campements et des villages montrent bien qu'ils se nourrissaient de poissons, de phoques, d'oiseaux de mer, de morse et peut-être de petites baleines. Les mammifères terrestres, surtout le caribou, occupaient également une place importante dans l'approvisionnement en nourriture, bois de cerf, os et peau. Il semble qu'au moins un gros village de chasse au caribou a été établi à Nulliak dans le nord du Labrador. Des corridors bordés d'amas de pierres guidaient les caribous en migration directement vers le campement.

 

Nulliak

Nulliak - chasse au caribou

 

Ils ont bâti des habitations à des emplacements propices en creusant des trous dans des plages de rochers. Aux endroits où la mer s'est retirée et a laissé des plages surélevées, nous pouvons apercevoir des reliefs d'habitation dont nous pouvons constater l'évolution. D'abord individuelles, elles deviennent collectives et composées d'un certain nombre de pièces disposées en rangée le long de la plage. Ce type d'habitation atteint son apogée à Nulliak. Il y avait là des « maisons longues » pouvant atteindre 100 m. (YH : notez que des maisons de 100 mètres de longueurs sont énormes et assez uniques pour cette périodes de 7500 à 4000 ans avant le présent ! C'est ce type de structures découvertes qui se rapprochent le plus des légendes des Inuits sur leurs ancêtres "géants" qui construisaient des igloos de pierres énormes selon eux...).

Creux maison

Le creux laissé par une maison préhistorique - Nulliak

 

Il y a environ 4000 ans, une nouvelle peuplade fait son entrée dans le nord du Labrador, les Paléoesquimaux. À mesure que ces étrangers explorent le territoire du Labrador et se répandent vers le sud, les Autochtones de l'Archaïque maritime disparaissent. Peut-être n'est-ce qu'une coïncidence, mais des archéologues affirment que les Paléoesquimaux savaient mieux tirer leur épingle du jeu, c'est-à-dire exploiter les ressources et repérer les meilleurs emplacements pour l'établissement de campements. Peu importe la raison, les Autochtones de la souche septentrionale cessent d'exister il y a environ 3500 ans. Si des groupes ont survécu, ils ont échappé aux recherches intensives que les archéologues ont menées sur la côte labradorienne.

 

Igloo stone

Structure de pierres de l'époque préhistorique - Labrador

La branche méridionale

L'origine des Autochtones de branche méridionale de l'Archaïque maritime est nébuleuse. Un nouveau complexe d'outils en pierre fait son apparition dans la partie sud du Labrador il y a un peu moins de 6000 ans. Ces Autochtones préfèrent, pour la fabrication d'outils, le chert et la rhyolite présentes dans cette région plutôt que le quartz, le quartzite et la chert de Ramah de la branche septentrionale. Vers environ 5000 ans ou 4500 ans, ils habitent déjà la côte méridionale et certaines zones de la côte centrale du Labrador. Ils fabriquent des pointes de lances à large lamelle avec des encoches dans le manche, ainsi que des couteaux en éclat, des grattoirs et des outils de circonstance à partir des matériaux disponibles localement. Des sites archéologiques contiennent des haches, des herminettes et des gouges en pierre adoucie, de même que des harpons et des lances en ardoise polie. Leur type d'habitation est inconnu. De rares vestiges de foyers en pierre ont survécu, parfois en rangée le long d'anciennes terrasses de plage.

Les Autochtones de la branche méridionale sont les premiers humains à coloniser l'île de Terre-Neuve. Il y a au moins 5000 ans, ils s'installent dans la péninsule Northern et, en moins de 1000 ans, dans tout le littoral terre-neuvien.

Le site archéologique le plus intéressant jusqu'à présent est celui de Port au Choix sur la route migratoire des phoques du Groenland. Chaque printemps, ces animaux représentent une source sûre de ravitaillement. En 1968, des fouilles entreprises dans un large périmètre du site révèlent des centaines d'artefacts. Contrairement à la plupart des autres emplacements, le sol de Port au Choix a préservé les matériaux biologiques. Des artefacts en os, en ivoire et en bois de cerf nous donnent un aperçu des outils évolués dont se servaient les Autochtones de la branche méridionale de l'Archaïque maritime. Des harpons détachables et à pointes barbelées, des dards pour tuer les oiseaux, des lances à poisson en bois et en bois de cervidés, ainsi que des harpons et des lances en os et en ardoise polie témoignent d'une admirable adaptation à l'environnement de Terre-Neuve. Ils utilisent des grattoirs et des outils en bois de caribou pour le tannage des peaux, des alènes en os et de fines aiguilles façonnées à partir d'os d'oiseaux pour la préparation et la confection des vêtements. Des gouges, des haches, des herminettes, ainsi que des burins et couteaux de petite taille faits à l'aide d'incisives de castor, leur permettent d'abattre des arbres et de transformer le bois en objets que nous pouvons difficilement imaginer.

Les fouilles à Port au Choix ont également exposé de nombreux ornements et objets associés à des pratiques à caractère spirituel ou magique, notamment des becs et des pieds d'oiseaux, des dents d'ours, de renards, de loups et de castors, des épinglettes et des pendentifs sculptés en forme d'oiseaux, d'ours et même en forme d'humains. Des perles de coquillage, des parures de cou ressemblant à des épées et des pagaies, des cristaux de quartz, de la calcite, de l'améthyste et toutes les variétés de pierre de forme inhabituelle servaient probablement à des fins religieuses ou décoratives. La mer constitue une source d'inspiration pour bon nombre de ces objets, tels un épaulard en pierre, une dent de cet animal, et la représentation de mouettes, de canards, de huards et du grand pingouin maintenant disparu. On peut donc en conclure que des membres de cette peuplade entretenaient des rapports symboliques avec ces oiseaux et ces mammifères.

À l'évidence, les Autochtones de l'Archaïque maritime étaient totalement adaptés à l'environnement de l'île comme en fait foi leurs outils, leur économie et leurs manifestations culturelles.

Les premiers peuples des périodes intermédiaire et récentes ont également su s'adapter aux régions centrale et méridionale du Labrador. Des archéologues proposent même que les Innus modernes aient peut-être pour lointains ancêtres les Autochtones de l'Archaïque maritime. Malgré une implantation réussie de la branche méridionale au Labrador, et l'acclimatation de leur culture à Terre-Neuve, ils disparaissent de l'île il y a environ 3000 ans. Contrairement à la disparition des Paléoesquimaux dans le nord du Labrador, les archéologues peinent à trouver une raison, comme l'arrivée de nouveaux venus, pour la justifier. Le mystère demeure donc entier relativement à leur disparition et à l'absence des premiers peuples dans la province entre 3000 et 2000 ans.

Après, un troisième peuple (ou vague de migration) arrive vers il y a 4000 ans, comme on a vu plus haut. La désignation Paléoesquimau (paléo signifiant ancien) s'applique aux peuples de l'Arctique précédant les Autochtones de la culture de Thulé. Ces derniers sont les ancêtres des Inuit qui vivent actuellement dans le Grand Nord canadien. Les Paléoesquimaux sont peut-être de lointains parents de peuples habitant dans l'Arctique d'aujourd'hui, mais ils n'en sont pas les ancêtres directs.

La culture paléoesquimau culture semble originaire de l'Alaska et remonte à un peu plus de 4000 ans. Les Paléoesquimaux parvenus jusqu'à l'Extrême-Arctique appartiennent probablement au groupe Independence I, du nom du fjord situé dans le nord-est du Groenland, lieu de découverte des premiers artefacts. YH : Ils ont donc probablement traversé le Canada à pied pour aller de l'Ouest à l'Est

À Terre-Neuve-et-Labrador, de nombreux archéologues scindent en deux la préhistoire du Paléoesquimau : la période ancienne qui s'échelonne entre 3800 ans et 2200 ans avant le présent, et la période récente, qui s'amorce vers 2500 ans avant le présent et prend fin entre 1000 ans et 500 ans avant le présent. Même si la période ancienne chevauche quelque peu la période récente, les archéologues ne s'entendent pas sur l'influence exercée par la plus ancienne sur la plus récente. C'est dans la baie Saglek, au nord du Labrador, qu'ont été découverts les plus anciens artefacts de la province. Ils datent d'environ 3800 ans. L'archéologue terre-neuvien James Tuck soutient que la culture des Paléoesquimaux anciens, désignée telle au Labrador, possède beaucoup de points communs avec celle du groupe Independence I du Groenland et de l'Extrême-Arctique.

 

Artefacts groupe independence

Des artefacts du groupe Independence 1 - Baie de Saglek, Labrador. - Avec la permission de James A. Tuck, Memorial University of Newfoundland, St. John's, T.-N.-L.

 

Parmi les outils qu'ils utilisent : des harpons parés de petites pointes en pierre, souvent dentelée (comme les couteaux de cuisine modernes), des petites pointes de projectiles qui sont probablement des pointes de flèches et des grattoirs servant à séparer la graisse de la peau, des petits couteaux en pierre et des burins. Ces derniers sont des outils fins en pierre permettant de faire des encoches dans des os et du bois. Les petites herminettes déterrées dans les sites archéologiques paléoesquimaux laissent supposer que ce peuple travaillait le bois. Les Paléoesquimaux anciens se servaient également de lamelles. On en retrouve abondamment dans les sites archéologiques paléoesquimaux. Les lamelles, petites et acérées, sont des éclats de pierre dont l'équivalent de nos jours serait un couteau de poche à lames jetables ou une lame de rasoir.

Des archéologues du Smithsonian Institution ont repéré différents types d'habitation des Paléoesquimaux anciens dans la région nord du Labrador. L'une de ces habitations est une maison de forme bilobée probablement autrefois recouverte de peaux tendues sur une charpente en bois ou en os de morse. Le sol de ces habitations était pavé de pierres plates. Elles comportaient aussi un foyer fait de dalles de pierre verticales enfoncées dans le sol et placé au milieu de la structure. L'entrée, clairement identifiée, était située au centre loin des aires de sommeil.

Ces archéologues ont constaté avec étonnement que les Paléoesquimaux anciens préféraient installer leur campement dans des endroits protégés et quelque peu éloignés du littoral nordique du Labrador, plutôt que dans les îles périphériques et sur les promontoires, là où les oiseaux et les mammifères marins étaient sans doute plus abondants...

Vers 3000 ans avant le présent, des vestiges semblent indiquer que Terre-Neuve et le Labrador ont vécu une explosion démographique ayant peut-être pour origine l'émergence d'une nouvelle culture baptisée culture Groswater, du nom de la baie Groswater située sur la côte centrale du Labrador. Plusieurs des outils dont se servaient les Autochtones de cette culture ressemblent suffisamment à ceux des Paléoesquimaux anciens pour que nous puissions rationnellement y voir une filiation. L'effondrement de la culture de l'Archaïque maritime sur l'île de Terre-Neuve vers 3200 ans avant le présent pourrait expliquer en partie le succès de la culture Groswater. Cependant, vers 2200 ans avant le présent, c'est au tour de cette culture à disparaître de l'île. Peu après, les Autochtones de la culture Groswater sont rapidement introuvables au Labrador... Les archéologues ne peuvent que supposer que c'est la raréfaction du gibier qui a provoqué cette disparition ou extinction rapide.

L'arrivée de Paléoesquimaux récents se produit quelques siècles plus tard. Les archéologues la nomment culture du Dorset. Elle voit le jour dans la région du bassin Foxe entre l'embouchure de la baie d'Hudson et l'île de Baffin. Cette culture est plus développée que celle des Paléoesquimaux anciens. Les Autochtones de la période du Dorset utilisent des lampes et des récipients en stéatite (Ils ne dépendent donc pas du bois. Ils font brûler de l'huile de phoque pour se chauffer et s'éclairer.) Des artefacts montrent qu'ils fabriquaient eux aussi des traîneaux, mais tirés peut-être par des hommes plutôt que par des chiens, ainsi que des embarcations ressemblant à des kayaks. YH : Les archéologues n'expliquent pas ces "sauts de développement" dans les cultures indiennes (et préhistoriques en général), qui évoluent peu pendant des millénaires avant un "sursaut" rapide qui amène de nombreuses inventions sur une courte période... On peut imaginer une rencontre avec un peuple plus évolué ou encore la naissance d'un "génie" inventif... Les légendes parlent aussi souvent  de "dieux éducateurs" qui aident les tribus à évoluer...

De nombreux sites, comme celui de Port au Choix, mis à jour par l'archéologue Priscilla Renouf de Memorial University, sont vastes et dénotent une longue occupation. Elle y a déterré une quantité considérable d'os de phoque du Groenland. Cet endroit était donc un emplacement privilégié pour la chasse au phoque. Leurs techniques de chasse très avancées pourraient expliquer la présence de si nombreux sites sur l'île de Terre-Neuve. D'ailleurs, c'est probablement le peuple autochtone dont la démographie a été la plus importante sur cette île.

Il y a 1200 ans, la culture du Dorset disparaît de l'île, puis du nord du Labrador entre 1000 et 500 ans. De fait, les Autochtones de la culture du Dorset disparaissent complètement du Groenland et de l'Arctique canadien. Peut-être les Autochtones de la culture de Thulé, ancêtres des Inuits modernes, ont-ils déplacé la plupart d'entre eux (du moins ceux n'habitant pas sur l'île de Terre-Neuve). Peut-être aussi certains membres de la population du Dorset vivant dans l'Arctique se sont-ils assimilés au peuple de Thulé, quoique rien ne prouve vraiment cette hypothèse. D'autres facteurs entrent probablement en jeu dans la disparition de la culture du Dorset à Terre-Neuve, par exemple une rarefaction des phoques du Groenland et de caribous.

La culture du Dorset de la période récente se distingue par une multitude de sculptures. Bon nombre d'entre elles sont extraordinairement réalistes et d'une grande puissance d'évocation. Les artistes de la culture du Dorset de l'Arctique ont sculpté des ours, des poissons, des oiseaux, des visages dans l'ivoire, l'os et le bois. Leur style était tout à fait remarquable et inédit dans cette région. Au Labrador, le matériau privilégié était la stéatite. Le musée de Terre-Neuve possède une très belle collection de figures humaines, d'ours blancs et d'oiseaux, ainsi qu'un crâne humain, et bien d'autres objets inspirés des mondes naturel et surnaturel. D'après certains archéologues, cette prolifération artistique était peut-être une réponse à la menace que faisait peser sur eux l'invasion des Autochtones de Thulé, un moyen de se démarquer ou encore le signe d'un peuple cherchant, dans le monde des esprits, des solutions à des problèmes concrets...

 

Le peuple de Thulé

Les Autochtones de Thulé sont les ancêtres préhistoriques des Inuit qui habitent actuellement le nord du Labrador. (Le nom provient d'une petite collectivité située dans le nord-ouest du Groenland contenant des vestiges archéologiques de cette culture.) Il semble que la culture de Thulé s'est développée il y a environ 1000 ans grâce à un brassage d'idées et peut-être de peuples, de la mer de Béring à la côte nord de l'Alaska (?). Selon de nombreux archéologues, le réchauffement du climat qui s'est produit il y a environ 1000 ans a permis la formation de chenaux dans la glace de la mer de Beaufort et du golfe d'Amundsen. Les habitants de l'Alaska ont alors pu suivre les baleines boréales qui descendaient vers le sud l'été. La culture de Thulé, nom attribué par les archéologues, se répand rapidement dans l'Arctique canadien, puis graduellement au Groenland et au Labrador.

La technologie du peuple de Thulé

Les Autochtones de la culture de Thulé ont fait preuve d'une grande ingéniosité pour survivre dans l'Arctique. Dans une région où les Européens et leurs descendants étaient incapables de fonctionner sans une aide extérieure, les Autochtones de Thulé se débrouillaient très bien. Ils tirent parti des os, des dents et de la peau des animaux qu'ils ont chassés pour chasser ces mêmes espèces. Ils construisent de gros bateaux, des oumiaks, pour se déplacer et chasser la baleine. Leur charpente est faite de côtes de morse sur lesquelles sont tendues des peaux de morse. Ils utilisent également de petites embarcations monoplaces en peau de phoque pour la chasse à la baleine. Ils transforment le bois de grève en traîneaux à chiens souvent chaussés d'os de baleine en guise en patins. Ils tressent des lanières de peaux de phoque en harnais et sangles. Ils façonnent les os et l'ivoire des mammifères marins en harpons et lances. Ils renforcent leur court et puissant arc avec des cornes de bœuf musqué.

 

Harpon en bois thule

Un harpon en bois en forme de pointe - Culture Thulé - Avec la permission du musée The Rooms, St. John's, T.-N.-L

 

Cette ingéniosité technique se retrouve aussi dans la fabrication de leurs habitations. En hiver, ils vivent dans des maisons semi-souterraines pourvues d'un plancher en dalles de pierre. La charpente, en côtes et en os de mâchoire de baleine, est recouverte de peaux de morse et de mottes de gazon. L'entrée s'ouvre sur un long tunnel qui s'abaisse en son centre pour emprisonner l'air froid sous le niveau du plancher. À l'intérieur, les familles vivent confortablement sur des plateformes en pierre couvertes de fourrures. Des lampes en stéatite (pierre à savon) alimentées à l'huile de phoque et de baleine éclairent et réchauffent les longues nuits d'hiver. Au printemps, poussés par le dégel du sol et l'accumulation d'eau dans les habitations, ils emménagent dans des tentes en peau qui les abriteront jusqu'à la venue de l'hiver suivant. À la chasse ou en déplacement, les Autochtones de Thulé construisent des habitations de neige appelées igloos, une autre invention parfaitement adaptée aux conditions arctiques. Ils taillent des blocs de glace à l'aide de couteaux en bois ou en corne spécialement fabriqués pour cette fonction. Ils empilent ensuite les blocs en leur donnant cette forme associée, de nos jours, aux habitations inuites de l'Arctique canadien. La chaleur que dégage la lampe en stéatite vernit, d'une couche de glace, l'intérieur de l'habitation pour l'isoler du froid et du vent.

Leur culture repose sur leur capacité à tuer d'énormes baleines boréales qui peuvent atteindre jusqu'à 20 mètres. Ces animaux leur assurent une énorme quantité de nourriture et la possibilité de survivre à un long hiver. Les chasseurs de baleine de Thulé se déplacent dans des oumiaks pouvant transporter environ 20 hommes. 

Les vestiges archéologiques les plus anciens de la culture de Thulé sont situés à l'extrémité nord du Labrador, entre autres aux îles Killiniq (appelé autrefois Killenek) et Staffe. C'est ici que l'archéologue William Fitzhugh du Smithsonian Institution a découvert les plus anciens vestiges archéologiques du Labrador associés à ce peuple. Entre 1250 et 1450 de notre ère, des Autochtones de Thulé, dont les ancêtres ont probablement habité l'île de Baffin, fondent trois villages. C'est de là qu'ils partent chasser le morse, le phoque et les oiseaux. Ces petits campements comptent environ 25 à 35 personnes qui semblent y vivre durant les derniers mois de l'hiver et au printemps. Les habitants de l'île Staffe construisent deux types d'habitation : la première est rectangulaire et peu profonde mesurant en moyenne 4 mètres sur 5 mètres et la deuxième, plus profonde, mesure en moyenne 5 mètres sur 6 mètres. Les habitations de plus grande dimension comportent une entrée pavée, des montants de pierre à l'intérieur pour soutenir le toit, un sol dallé et, à l'arrière, des surfaces de couchage. Des fouilles ont permis de découvrir les traces d'une cuisine et des fragments de couteau ulu (qu'utilisaient exclusivement les femmes) dans la partie est d'une habitation. Les archéologues en ont déduit que cette partie de l'habitation était réservée aux femmes. Dans la partie ouest, ils ont trouvé des couteaux de dépeçage et des pointes de harpons et de lances. Cette partie semblait donc réservée aux hommes.

 

Ulu

Couteau ulu avec poignée en ivoire et lame en ardoise - culture Thulé - Avec la permission du musée The Rooms, St. John's, T.-N.-L.

 

En 1989, les archéologues du Smithsonian Institution ont découvert les restes de ce qui pourrait être un kashim, ou maison communale, sur l'île Staffe. De forme ovale et dépourvue d'une surface de couchage, des bancs en pierre s'alignent plutôt le long des murs. S'appuyant sur les annales des missionnaires moraves, venus au Labrador vers la fin du 18e siècle, l'ethnologue du Musée canadien de l'histoire, J. Garth Taylor, a retrouvé des vestiges d'un kashim inuit et de son utilisation. Les habitants de la collectivité se réunissaient dans ces bâtiments communaux pour chanter, danser et accomplir des rites cruciaux à la survie du groupe. Ces découvertes effectuées à l'île Staffe nous donnent un aperçu de la vie sociale et spirituelle des premiers Inuit du Labrador.

L'île Staffe constitue le point de départ de l'occupation du Labrador par le peuple de Thulé. Aux environs de 1500 de notre ère, ils avaient progressé jusqu'à la baie de Saglek. Probablement vers 1550 de notre ère, les Inuit du Labrador, leur nom véritable depuis cette époque, s'établissent dans la région Nain-Hopedale. Peu de temps après, ils atteignent Red Bay, lieu de pêche basque, où ils rencontrent donc les premiers européens (modernes) qui viennent régulièrement au Labrador...

 

Hyperborée :

 

j'ai déjà parlé de cet endroit mythique dans cet article : " http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-anciennes-de-l-age-pre-glaciaire-dans-la-baltique.html " car la Baltique du côté russe/finlandais fait partie des possibilités rarement citées, pourtant visité (entre autres) par les chercheurs nazis dans les années 1930-1940 et auparavant par les partisans de la théorie aryienne = thule/hyperborée (car les deux sont mêlés dans ces théories dont je parle plus bas). Historiquement, c'est Aristée de Proconnèse, vers 600 Avant J.C., qui parle le premier d'une grande île aux confins septentrionaux du monde habité. Hyperborée est comme parfaite, avec le soleil qui y brille constamment. Selon Diodore de Sicile, Apollon passe son hiver aux côtés des Hyperboréens, sa mère Léto est d'ailleurs née en Hyperborée. Thésée et Persée sont censés avoir visité les Hyperboréens.

« Ceux qui ont écrit sur les anciens mythes [racontent que] dans les régions situées au-delà des Celtes, il y a dans l'Océan une île au moins aussi grande que la Sicile. Cette île est située au nord et habitée par les Hyperboréens, ainsi nommés parce qu'ils vivent au-delà de l'endroit d'où souffle le vent du nord, le Borée ; l'île est à la fois fertile et productrice de toute sorte de cultures, et, comme elle jouit d'un climat exceptionnellement tempéré, elle produit deux récoltes par an. » (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, II, 47, trad. de Paul Goukowsky)

De grandes quantités d'or se trouvent en Hyperborée, gardées par les griffons, selon Hérodote :

« De son côté, Aristée, fils de Caystrobios, de Proconnèse, dans un poème épique [Arimaspées Ἀριμάσπεια Arimáspeia], raconte que, possédé par Phébus, il alla chez les Issédons, qu'au-dessus des Issédons habitent les Arimaspes, hommes qui n'auraient qu'un œil ; au-dessus des Arimaspes, les griffons gardiens de l'or ; au-dessus des griffons, les Hyperboréens qui s'étendent jusqu'à une mer ; que, sauf les Hyperboréens, tous ces peuples, à commencer par les Arimaspes, font constamment la guerre à leurs voisins ; que les Issédons furent chassés de chez eux par les Arimaspes, les Scythes par les Issédons ; et que les Cimmériens, qui habitent la côte de la mer du Sud, sous la pression des Scythes, abandonnèrent leur pays. Ainsi, lui non plus n'est pas, concernant ce pays, d'accord avec les Scythes ». (Hérodote, Enquête, IV, 14, trad. Ph. E. Legrand)

Hécatée d'Abdère, historien et philosophe sceptique, établit un lien entre les Hyperboréens et la LunePindare fait une belle évocation de la vie bienheureuse des Hyperboréens, « sacrifiant à Apollon de magnifiques hécatombes », et dont « les banquets et les hommages ne cessent pas d’être pour le dieu la joie la plus vive ».

Mais voici l'intégralité du texte de Diodore de Sicile dans son ouvrage "Bibliothèque Historique" son Livre II, XLVII " Des Scythes, des Amazones et des Hyperboréens" (extrait les Hyperboréens) : " Puisque nous sommes arrivés à parler des contrées septentrionales de l'Asie, il ne sera pas hors de propos de dire un mot des Hyperboréens. Parmi les historiens qui ont consigné dans leurs annales les traditions de l'antiquité, Hécaté et quelques autres prétendent qu'il y a au delà de la Celtique, dans l'Océan, une île qui n'est pas moins grande que la Sicile. Cette île, située au nord, est, disent-ils, habitée par les Hyperboréens, ainsi nommés parce qu'ils vivent au delà du point d'où souffle Borée. Le sol de cette île est excellent, et si remarquable par sa fertilité qu'il produit deux récoltes par an. C'est là, selon le même récit, le lieu de naissance de Latone, ce qui explique pourquoi les insulaires vénèrent particulièrement Apollon. Ils sont tous, pour ainsi dire, les prêtres de ce dieu : chaque jour ils chantent des hymnes en son honneur. On voit aussi dans cette île une vaste enceinte consacrée à Apollon, ainsi qu'un temple magnifique de forme ronde et orné de nombreuses offrandes ; la ville de ces insulaires est également dédiée à Apollon ; ses habitants sont pour la plupart des joueurs de cithare, qui célèbrent sans cesse, dans le temple, les louanges du dieu en accompagnant le chant des hymnes avec leurs instruments. Les Hyperboréens parlent une langue qui leur est propre ; ils se montrent très bienveillants envers les Grecs, et particulièrement envers les Athéniens et les Déliens ; et ces sentiments remontent à un temps très reculé. Ou prétend même que plusieurs Grecs sont venus visiter les Hyperboréens, qu'ils y ont laissé de riches offrandes chargées d'inscriptions grecques, et que réciproquement, Abaris, l'hyperboréen, avait jadis voyagé en Grèce pour renouveler avec les Déliens l'amitié qui existait entre les deux peuples. On ajoute encore que la lune, vue de cette île, paraît être à une très petite distance de la terre, et qu'on y observe distinctement des soulèvements de terrain. Apollon passe pour descendre dans cette île tous les dix-neuf ans. C'est aussi à la fin de cette période que les astres sont, après leur révolution, revenus à leur point de départ. Cette période de dix-neuf ans est désignée par les Grecs sous le nom de Grande année (Note de Hoefer : Cycle de Méton)... On voit ce dieu, pendant son apparition, danser toutes les nuits en s'accompagnant de la cithare, depuis l'équinoxe du printemps jusqu'au lever des Pléiades, comme pour se réjouir des honneurs qu'on lui rend. Le gouvernement de cette ville et la garde du temple sont confiés à des rois appelés Boréades, les descendants et les successeurs de Borée (Note de Hoefer : Ce récit paraît tout à fait fabuleux, car il ne peut s'appliquer à aucune des îles situées au nord de la Celtique.)... (traduit du grec ancien par M. Ferd. Hoefer (1851).

Abaris l'Hyperboréen (Αβάρις Υπερβορέος / Abáris Hyperboréos chez Platon) est un personnage semi-légendaire de la Grèce antique, prêtre d'Apollon hyperboréen, probablement chamane au même titre que Aristée de Proconnèse, actif vers 568 Avant J.C.. Abaris vivait avant la guerre de Troie, ou du temps de Pythagore (-530). D'après la Souda, « comme de nombreux peuples envoyaient des ambassadeurs auprès des Athéniens, on dit qu'Abaris fut l'envoyé des Hyperboréens, au cours de la 53e olympiade » (-568/-565). Pindare (dans le fragment 270) place Abaris à l'époque de Crésus (-561/-546). D'autres parlent de -696/-693. Selon Giorgio Colli, « la figure d'Abaris est établie historiquement, mais elle est ponctuée d'ajouts mythiques. La détermination chronologique de Pindare renvoie à la moitié du VIe s. av. J.-C. (la prise de Sardes date de 546 av. J.-C.), mais Erwin Rohde voudrait avancer un peu la vie d'Abaris. Elle s'écoulerait ainsi entre la fin du VIIe s. et la moitié du VIe s. (…) L'activité d'Abaris à travers la Grèce avait été celle d'un devin ».

Cartedumondegrec

Une carte du monde d'après Herodote, avec mention des hyperboréens en haut

 

Cartedumondestrabon

Une carte du monde d'après la Rome de Strabon

 

Entre 1912 et 1918, la "Société de Thulé" est créée par des adeptes de théories antisémites amateurs d'ésotérisme issu du 19e siècle. Il s'agit au tout début du Germanen Orden (1912), un nouvel Ordre Teuton, issu lui-même du groupe Reichshammerbund (Reich Hammer League provenant du journal propagandiste "Hammer" de Theordor Fritsch (1902)) et dirigé par Hermann Pohl. Au départ, Thulé n'était qu'une société de recherches ethnographiques. Sous la direction du professeur Félix Niedner, elle édita, à partir de 1912, une compilation en vingt-quatre volumes:"Altnordische Dichtung und Prosa (Prose et poésie de l'Antiquité nordique)". La guerre de 1914-18 dispersa ses collaborateurs. Un grand nombre en furent victimes. La paix revenue, le groupe se reforma, mais prit une orientation nouvelle sous l'influence de l'écrivain et professeur d'histoire Paul Rohrbach, qui a publié de nombreux ouvrages relatifs à l'Asie et au pangermanisme. Ce fut aussi Paul Rohrbach qui introduisit le Dr Karl Haushofer dans le groupe Thulé et qui finalement lui en confia la direction. Un autre membre influant fut Dietrich Eckart, lequel y introduisit Alfred Rosenberg, qui deviendra ministre de Hitler. Jusque-là le groupe Thulé n'était qu'une sorte d'académie dilettante, légèrement snob.

Rudolf Glauer, dit Rudolf von Sebottendorff (1875-1945), un aventurier baignant dans l’ésotérisme et l’astrologie, ayant aussi vécu en Orient, devient le chef du Germanen Orden en Bavière, qu’il transforme en 1918 en Société de Thulé. " Créée à Munich au tournant de l’année 1917, 1918, (la Société de Thulé) était l’incarnation du Germanen Orden fondé à Leipzig en 1912 afin de regrouper divers petits groupes et organisations antisémites " explique l'historien de référence du nazisme Ian Kershaw. Diffusée à Munich dans les milieux aristocratiques, voir monarchiques, l'idéologie de cette société prônait l'antisémitisme, l'antirépublicanisme, le paganisme et le racisme. Son symbole, la croix de Wotan, n'est pas sans rappeler la croix gammée. Des liens ont été imaginés avec l'hypothétique Société du Vril, une société secrète basée sur un livre de Edward Bulwer-Lytton, (auteur des Derniers Jours de Pompéi), dans un roman de science-fiction The Coming Race publié en 1871 ! En fait, Plusieurs auteurs (Johannes Täufer, Louis Pauwels et Jacques Bergier dans Le matin des Magiciens, et l'Allemand Jan Udo Holey travaillant sous le pseudonyme de Jan van Helsing) ont affirmé que la Vril-Gesellschaft (Société du Vril), ou loge lumineuse, était une communauté secrète d'occultistes dans le Berlin pré-nazi. La société berlinoise du Vril était en fait une sorte de cercle intérieur de la société de l'ordre de Thulé. On l'a également pensé en contact étroit avec le groupe anglais connu sous le nom d'ordre hermétique de l'Aube dorée. Aucune preuve vérifiable de l'existence de la société du Vril n'a jamais été publiée...

 

Groupethulegesellschaft

 

Sur une affiche de 1919 qui présente les "armes" du groupe Thulé, on voit un glaive germanique (la lame tournée vers le bas, le manche vers le haut) qui est posé devant un svastika senestrogyre (ou croix de Watan) irradiant des rayons lumineux. Le manche du glaive se trouve sur le symbole alors que des feuilles de chêne entourent la lame. En haut de cette affiche, on trouve l'année : 1919 et en bas de celle ci la mention en gothique Thulé Geselschaft. Toute la future symbolique nazie se trouve déjà ici en place, dès 1919...

Certains membres de ce groupe pensaient que Thulé était ce qui subsistait d'un continent aujourd'hui disparu, appelé Hyperborée, et que ce continent était le berceau de la race aryenne. L'idéologie de l'Ordre était fondée sur la croyance en l'existence de surhommes et d'une race humaine supérieure: les Aryens qui aurait vu le jour dans l'hypothétique Hyperborée. Cette société reprend la thèse qui dit que les Juifs sont sur la Terre pour y créer l'enfer. L'un de ses textes de référence est celui des Protocoles des Sages de Sion. L'idéologie professée par la société Thulé s'inspire de tout un corpus d'éléments ésotériques et mystiques puisés dans l'Ariosophie de Guido von List, chez Jorg Lanz von Liebenfels, Rudolf von Sebottendorff, Helena Petrovna Blavatsky, Arthur de Gobineau, et des théories aryano-centristes de certains archéologues allemands, tel que Gustav Kassina (1858-1931).

Vers 1923, Rudolf Hess, revenu à Munich, devient l'un des animateurs de l'Ordre de Thulé, dont Hermann Göring est l'un des membres les plus célèbres. L'étrange voyage de Hess, considéré alors comme le dauphin de Hitler, vers le Royaume-Uni en 1941, visite par laquelle il voulait négocier une paix séparée et qui a abouti à son incarcération, aurait selon certains un rapport avec son appartenance à la Société Thulé et aux desseins de cette organisation à ce moment de la guerre, alors qu'elle cherchait le secret de l'immortalité durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Nazisarcheologie1934

Fouilles archéologiques nazies, 1934

 

La société de Thulé aura des moyens sans limites et on sait qu'elle a fait des recherches archéologiques dans beaucoup d'endroits du monde (avec l'aide de "l'Université Nazie" et de ses scientifiques, dont l'influant Hans Reinerth), y compris en Scandinavie, en profitant de l'occupation des lieux, ou même avant...

Occultisme et hindouisme, les bases du Nazisme (La Société secrète de Thulé) - documentaire historique pour information et non caution

 

 

Reférences :

http://www.heritage.nf.ca/index.php

https://nlarchaeology.wordpress.com/tag/inuit/

http://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/thule/

http://www.valeursactuelles.com/que-recouvre-le-mythe-de-thule-54531

https://fr.wikipedia.org/wiki/Base_a%C3%A9rienne_de_Thul%C3%A9

http://www.historicplaces.ca/fr/rep-reg/place-lieu.aspx?id=14130

http://racines.traditions.free.fr/hyperbor%20/mytthule.pdf

Youtube

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 11-12-2016

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement arctique livre essai auteur écrivain lire mystère antiquité

Commentaires (2)

yvesh

Merci Thierry ! Je suis un compilateur de données à des fins de comparaisons (un peu comme Einstein qui a compilé les données de ses prédécesseurs physiciens pour trouver certaines clefs - sans avoir tout son génie !) et de recherches, car il est évident que certaines solutions sont adjacentes et cachées dans des données connues...

Thierry
  • 2. Thierry | 13/12/2016

Très complet, merci de ce document.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau